Archive pour le Tag 'L’éclatement'

Finances-Cryptomonnaies: Prévoir l’éclatement d’une bulle pour John Paulson

Cryptomonnaies: Prévoir l’éclatement d’une bulle pour John Paulson 

Le patron du hedge fund avait prédit l’effondrement du marché lors de la dernière grande crise financière prévoit aussi l’éclatement d’une bulle pour les cryptomonnaies.

 « Je ne recommanderais à personne d’investir sur les cryptomonnaies (cryptos), qui n’ont aucune valeur. C’est une bulle et leur valeur ne monte que parce qu’il y a une offre limitée. Une fois que l’exubérance disparaîtra ou la liquidité se tarira, elles convergeront vers zéro », a-t-il déclaré sur Bloomberg TV.

Ces critiques récurrentes sur l’absence de valeur fondamentale du bitcoin et des cryptos (pas de dividendes, volatilité , bulle…) sont surtout le fait des gestionnaires alternatifs investis sur les actions.

Cryptomonnaies: Prévoir l’éclatement d’une bulle pour John Paulson

Cryptomonnaies: Prévoir l’éclatement d’une bulle pour John Paulson 

Le patron du hedge fund avait prédit l’effondrement du marché Lors de la dernière grande crise financière prévoit aussi l’éclatement d’une bulle pour les cryptomonnaies.

 « Je ne recommanderais à personne d’investir sur les cryptomonnaies (cryptos), qui n’ont aucune valeur. C’est une bulle et leur valeur ne monte que parce qu’il y a une offre limitée. Une fois que l’exubérance disparaîtra ou la liquidité se tarira, elles convergeront vers zéro », a-t-il déclaré sur Bloomberg TV.

Ces critiques récurrentes sur l’absence de valeur fondamentale du bitcoin et des cryptos (pas de dividendes, volatilité , bulle…) sont surtout le fait des gestionnaires alternatifs investis sur les actions.

Sondage : l’éclatement du front républicain

Sondage : l’éclatement du front républicain

 

 

Un sondage Harris Interactive pour Commstrat, que l’Opinion publie en exclusivité, donne Emmanuel Macron et Marine Le Pen, en duel au second tour de 2022, respectivement à 53 % et 47 % des voix.

En ce moment, la majorité passe des week-ends pourris. La semaine dernière, elle poussait des cris d’orfraie. Que des électeurs de gauche puissent envisager, dans Libérationne pas voter pour Emmanuel Macron dans le cadre d’un duel face à Marine Le Pen était une « dérive », un « reniement des valeurs » républicaines, qui relève de « l’irresponsabilité ». Ce lundi, un sondage mené par Harris Interactive pour Commstrat et l’Opinion, va donner au camp d’Emmanuel Macron de nouvelles sueurs froides. Et un sacré torticolis.

Les marcheurs ne peuvent plus se contenter de regarder le barrage contre le Rassemblement national tomber à gauche. Ils doivent aussi tourner la tête sur leur droite pour voir l’édifice s’effriter. L’étude de Harris Interactive donne le vertige. Qu’ils choisissent Jean-Luc Mélenchon, Anne Hidalgo ou Xavier Bertrand au premier tour de la prochaine présidentielle, les électeurs refusent majoritairement d’apporter leur concours à Emmanuel Macron au second.

Le phénomène est le plus spectaculaire chez les mélenchonistes. 52 % d’entre eux refusent de choisir entre la présidente du Rassemblement national et le chef de l’Etat. L’autre moitié se divise en deux parts égales : 24 % voteraient pour la première, autant pour le second. Cette équivalence est inédite. En 2017, seul, dirait-on aujourd’hui, un quart des partisans de Jean-Luc Mélenchon avait trouvé refuge dans l’abstention. Dimanche, le leader des Insoumis a annoncé, sur France 3, qu’il ne reprendrait « jamais l’initiative » de donner une consigne de vote en cas de duel Macron-Le Pen.

Le tableau n’est pas plus rose dans le reste de la gauche. 50 % de l’électorat d’Anne Hidalgo refuserait le duel proposé au second tour. Ils seraient 44 % chez Yannick Jadot, auxquels il faudrait ajouter les 5 % d’écologistes qui opteraient pour Marine Le Pen.

 

Enfin, à droite, l’abstention et le vote blanc n’atteindraient « que » 41 % de l’électorat de Xavier Bertrand. Mais seulement 38 % se reporteraient vers Emmanuel Macron et 21 % se déplaceraient pour la candidate du RN ! Pire, cette tentation pour Marine Le Pen qui gagne LR s’exprime dès le premier tour. L’électorat de François Fillon en 2017 se porterait pour moitié vers Xavier Bertrand (51 %), mais se distribuerait aussi à quasi-parité entre le chef de l’Etat (20 %) et sa rivale d’extrême droite (17 %).

La conclusion est cinglante : en 2022, aucun électorat d’un grand parti de gouvernement, à l’exception des écologistes d’une courte tête, ne viendrait majoritairement au secours d’Emmanuel Macron. La République en marche a eu beau cibler Jean-Luc Mélenchon depuis son refus d’appeler à voter pour elle en 2017. Elle a beau appeler les électeurs de la gauche à se réveiller depuis une semaine. Ou tenter de conforter sa spectaculaire conquête d’un tiers de l’électorat Fillon aux Européennes 2019. Elle ne peut que constater, avec ce sondage réalisé du 2 au 4 mars, que la fuite vers l’abstention ou le RN touche tout l’échiquier politique. Que peut-elle faire à présent ? Passer le lundi à secouer les mélenchonistes, le mardi les écologistes, le mercredi les socialistes, le jeudi les Républicains et conserver le vendredi pour faire la retape de sa propre action politique ?

La majorité présidentielle ne découvre évidemment pas le danger aujourd’hui. L’été dernier, Emmanuel Macron avait été averti par un de ses proches : son problème, ce n’est pas l’abstention en tant que telle mais l’abstention différentielle, l’écart de mobilisation entre l’électorat de Marine Le Pen et ceux des autres partis, las et friables.

« Accents dégagistes » Le directeur délégué d’Harris Interactive, Jean-Daniel Lévy relève « la solidité électorale marquée » de Marine Le Pen, qui « conserve son comportement », scrutin après scrutin. En face, Emmanuel Macron « ne retrouve pas à plein son électorat de 2017 ». La fidélité est pourtant importante. 69 % de ses sympathisants interrogés dans ce sondage révélé par l’Opinion feraient le même choix en 2022. C’est plus que Jean-Luc Mélenchon (55 %) et que les transferts de Benoît Hamon vers Anne Hidalgo (29 %) et Yannick Jadot (29 %). La cote de popularité du président en exercice est haute mais il reste englué dans une position périlleuse en cas de duel face à Marine Le Pen. En janvier, Harris Interactive les plaçait à 52 %-48 % en faveur du premier. Aujourd’hui, ils sont à 53 %-47 %.

« L’écart se creuse  », se réjouit-on doucement à l’Elysée. Mais pas notre lanceur d’alerte de juillet dernier : « C’est n’importe quoi de s’en prendre aux électeurs de gauche et à la Une de Libération. » Il se souvient qu’en 2017, le candidat Macron empruntait au discours populiste des accents dégagistes. Sans aucun effet dans les sondages. « Il ne décrochait aucun électeur du FN. Quand vous votez FN, vous ne revenez pas en arrière. » 84 % de ceux qui avaient choisi Marine Le Pen en 2017 confirmeraient leur vote en 2022, mesure d’ailleurs Harris Interactive. Ils seraient même 90 % en cas de candidature de Valérie Pécresse en lieu et place de Xavier Bertrand.

 

Or, depuis l’été dernier, ces tendances qui inquiètent une partie de la majorité n’ont fait que se renforcer. Emmanuel Macron a eu beau muscler sa jambe de « l’égalité des chances » pour rattraper la gauche, seule la jambe sécuritaire, marquée à droite, a imprimé. « Les sujets sur l’égalité des chances, la précarité et les jeunes ne passent pas », confiait une source élyséenne. « Emmanuel Macron ne tire pas bénéfice de ses réformes sociales, note Jean-Daniel Lévy. Qui se souvient du plan pauvreté lancé en septembre 2018 pourtant bien accueilli par les associations ? Qui se souvient de l’extension du congé parental ? »

Dans le même temps, la crise sanitaire et la campagne de vaccination au ralenti ont écorné la promesse d’efficacité. Alors que les seniors avaient délaissé le vote LR pour Emmanuel Macron aux Européennes, vont-ils tenir le barrage, eux qui sont les premiers touchés par le virus ? « L’épreuve du feu sanitaire » a nourri la déception à droite, abonde Franck Louvrier, maire LR de La Baule et ex-conseiller de Nicolas Sarkozy. Mais le problème serait plus profond : « C’est le “en même temps” qui déçoit à gauche et à droite. En voulant faire plaisir aux uns et aux autres, Emmanuel Macron perd des deux côtés de l’omelette. En principe, on doit rassembler sa famille au premier tour puis élargir au second. Mais il élargit d’abord, alors il perd partout. Le macronisme a été une opportunité, pas un positionnement politique. Cela crée des déçus qui partent vers l’abstention ou les extrêmes. »

LREM encourage l’éclatement de la société

LREM encourage l’éclatement de la société

Anne Muxel, directrice de recherches au Cevipof, se penche sur le projet de LREM de se structurer selon les « causes » défendues par ses militants, en vue de 2022 (interview l’Opinion)

 

Anne Muxel, directrice de recherches en science politique au Cevipof, le centre de recherches de Sciences Po.

En donnant aux Français la possibilité de se structurer par la « cause » qu’ils défendent, La République en marche essaie de coller au fonctionnement associatif et à « l’individualisation » de la politique, analyse Anne Muxel, directrice de recherches au Cevipof, le centre de recherches politiques de Sciences Po.

Année après année, les partis politiques perdent des adhérents pendant que l’engagement associatif semble, lui, progresser. Comment l’expliquer ?

L’engagement associatif suscite effectivement davantage de confiance et d’adhésion que les partis politiques. Dans beaucoup de démocraties occidentales, les citoyens expriment rejet et défiance à l’égard des organisations traditionnelles qui prétendent avoir réponse à tout et véhiculent des référents idéologiques qui ne sont plus en prise avec leurs préoccupations. L’augmentation de l’abstention illustre cette mise à distance, ce pas de côté par rapport à l’offre électorale proposée. Se diffuse ainsi le sentiment que ces organisations ne sont plus capables de traduire concrètement les préoccupations des citoyens, qu’elles n’ont plus l’efficacité nécessaire à la mise en œuvre de leurs demandes. Les citoyens cherchent alors d’autres façons de se faire entendre. On l’a vu avec le mouvement des Gilets jaunes, par exemple. La classe politique a conscience de ce fossé qu’elle cherche à combler. Elle donne alors aux citoyens des gages de réassurance sans, pour l’instant, beaucoup de succès.

La baisse du nombre d’adhérents dans les partis politiques et les syndicats signifie-t-elle que le pays se dépolitise ?

Non. Les Français se saisissent d’autres vecteurs, loin de la médiation des partis ou des syndicats. Ils se mobilisent au travers d’autres formes d’expression plus horizontales et sur d’autres scènes dont la rue et les ronds-points. Ces espaces leur permettent d’exprimer leurs revendications de façon directe. C’est un nouveau paysage. Tous les ans, au Cevipof, dans le cadre du Baromètre de la confiance politique, nous mesurons le potentiel protestataire de l’opinion publique. Entre cinq et six Français sur dix se disent prêts à descendre dans la rue pour défendre leurs idées. Dans le monde d’aujourd’hui, il y a cette idée que l’on peut se défendre par soi-même, que l’on peut exprimer soi-même sa revendication. C’est une forme d’individualisation de la politique.

«Le temps de l’action politique est un temps long. Les associations mènent au contraire des mobilisations concrètes autour d’enjeux ponctuels, comme les distributions de nourriture ou de vêtements. Les citoyens trouvent ainsi des débouchés efficaces qu’ils ne trouvent pas en attendant le vote de telle loi ou la publication de tel décret»

Dans la crise sociale actuelle, les jeunes, particulièrement touchés, se tournent vers les associations d’entraide, pas vers le pouvoir politique. Dans un tel contexte, peut-on imaginer les jeunes jeter ne serait-ce qu’un œil à ce que leur proposent les formations politiques ?

Le temps de l’action politique telle qu’elle est mise en œuvre par les gouvernants est un temps long. Les associations mènent au contraire des mobilisations concrètes autour d’enjeux ponctuels, comme les distributions de nourriture ou de vêtements. Elles sont dans un temps court, qui suppose davantage d’efficacité. Les citoyens trouvent ainsi des débouchés efficaces qu’ils ne trouvent pas en attendant le vote de telle loi ou la publication de tel décret. Les demandes d’efficacité et de résultats concrets se sont imposées. Cela s’articule bien avec des formes d’expression directe sur des causes extrêmement précises, plus ciblées que celles qui peuvent être portées par des programmes politiques généraux.

Vous parliez des Gilets jaunes. Une des réponses d’Emmanuel Macron fut l’organisation du Grand débat national. Les jeunes y ont peu participé. Sont-ils devenus hermétiques à ce que propose le pouvoir ?

Pas hermétiques mais plus distants. Ils cherchent d’autres formes d’expression. La lutte contre le réchauffement climatique en est une illustration. Ils ne vont pas chercher dans les partis les débouchés à leurs revendications. Ils vont davantage s’insérer dans des mouvements de mobilisation à l’échelle planétaire, comme les marches pour le climat lancées par Greta Thunberg ou le mouvement Extinction Rebellion, qui s’organisent sur la base du bon vouloir d’individus rassemblés pour une cause. Les partis sont très en retrait de ces mobilisations associatives.

Un parti peut-il faire oublier ce qu’il est et épouser le fonctionnement des associations ?

C’est ce qu’essaie visiblement de faire La République en marche. Ses responsables tentent de décalquer ce qu’ils ont bien perçu comme étant le climat politique du moment. Ils veulent partir de cela et y coller très étroitement. Mais le plus difficile reste la mise en œuvre. Le Grand débat national fut une magnifique aventure de démocratisation de la politique. La Convention citoyenne pour le climat aussi. Mais ces initiatives intéressantes n’ont pas agrégé beaucoup de monde. Elles sont souvent restées cantonnées à des citoyens eux-mêmes déjà politisés. Ce sont les limites de ces formules.

Un parti, a fortiori celui au pouvoir, peut-il emprunter la radicalité de l’engagement associatif et appeler à renverser la table ?

C’est presque antinomique. Sans utiliser ce mot de « radicalité », les mouvements politiques sont aujourd’hui bien conscients de la force du mécontentement des citoyens dans nos démocraties modernes. La démocratie est sans doute le régime le plus difficile à mettre en œuvre. Il faut faire vivre la pluralité des opinions et des choix. Les citoyens peuvent être lassés par les lenteurs et les méandres que cela suppose. Beaucoup de partis prennent acte de ce désamour, de ce fossé entre ce qu’ils peuvent proposer et les attentes des citoyens. Parmi eux, certains essaient d’être plus expérimentaux en utilisant des formes d’adhésion plus souples qu’auparavant.

Est-ce dangereux d’inciter les Français à défendre leur propre cause, comme souhaite le faire En Marche ?

Dans un moment d’affaiblissement des grandes allégeances sociales, idéologiques et partisanes, dans une période d’individualisation et de désinstitutionnalisation de la politique, on peut se dire qu’il faut partir des individus, y compris dans leur expression la plus intime, pour retourner au politique. LREM prend au mot l’individualisation de notre société et la pousse dans sa forme expérimentale la plus extrême. Elle va chercher les citoyens au plus près de ce que chacun éprouve, ressent, veut, souhaite, espère. Les causes vont peut-être se fédérer les unes aux autres mais si cette alchimie de causes individuelles transformées en cause collective ne se produit pas, là il y a un risque d’atomisation de la société, d’anomie. Sur le papier, le schéma se comprend mais au bout du compte, débouchera-t-il sur une communauté politique, sur la construction et l’expression de l’intérêt général ? Le pari est risqué.

Sondage géant. La nouvelle initiative de La République en marche tiendra lieu de version numérique de la « grande marche » organisée en 2016. Les témoins de l’époque se souviennent que le succès de ce porte-à-porte géant tenait au fait que les militants ne venaient pas pour distribuer leurs tracts mais pour demander aux Français ce qu’ils souhaitaient changer. Avec l’épidémie de Covid-19, le porte-à-porte sera certainement difficile à mener en 2022. La création de « causes » en ligne doit permettre de contourner cet obstacle, tout en retrouvant l’aspect spontané de la « grande marche ».

L’opération servira également à sonder la population. « Si dans 80 départements se crée un groupe contre la chasse à courre, ce sera un signe », anticipe un cadre du mouvement. « Des sujets vont émerger », assure Roland Lescure. « Le mouvement va s’ouvrir vers l’extérieur, promet Stanislas Guerini. On voit bien que les pétitions en ligne mobilisent plus que le nombre d’adhérents dans les partis. Si les partis ne s’adaptent pas aux nouvelles formes d’engagement, ils mourront. »

En voulant coller à l’air du temps, La République en marche ne risque-t-elle pas d’en accentuer les effets néfastes ? Dans un livre cité par l’ensemble de la classe politique, le directeur du pôle opinion de l’Ifop, Jérôme Fourquet, analysait ce qu’était devenue la France : un « archipel », une juxtaposition de groupes défendant chacun ses intérêts. Les partis politiques, a fortiori celui du président sortant, doivent œuvrer à rassembler les Français. Organiser le match entre deux comités, un pour la corrida, l’autre contre, à Nîmes, est-il de nature à rassembler les Français ? « On ne va pas juxtaposer des causes. Les responsables politiques auront toujours la tâche d’en faire un programme », répond Stéphane Séjourné. « Les formes d’engagement sont déjà morcelées, poursuit Stanislas Guerini. Ces causes s’inscriront dans le cadre de La République en marche. Cela donnera une cohérence d’ensemble. » Et un programme présidentiel ?

États-Unis : l’éclatement des  » Républicains » ?

  • États-Unis : l’éclatement des républicains ?
  • Pour le politologue John Zogby, patron de l’entreprise de sondages et d’analyse stratégique Zogby Analytics-The Zogby Poll, le parti républicain pourrait être secoué par une formidable crise (interview dans l’Opinion).

 

  • Comment jugez-vous le travail des représentants démocrates qui ont joué le rôle de procureurs dans le procès en destitution de Donald Trump ? Ont-ils convaincu les Américains à défaut de rallier suffisamment de sénateurs républicains à leur cause ?
  • Ils ont presque réalisé un sans-faute. Ils ont limité leur accusation et leurs arguments autour d’un seul grand thème – le discours du Président Trump incitant la foule à la violence le 6 janvier dernier – et ils n’ont pas été contredits par les faits. Les images vidéo étaient d’autant plus fortes qu’elles s’appuyaient sur les propres mots de Donald Trump. Au début du procès, tout juste la moitié des personnes interrogées pensaient que le Président devait être condamné. A mi-parcours, on en était à 56 %. Ce qui, vu la polarisation politique actuelle aux Etats-Unis, est le meilleur score que l’on pouvait attendre.
  • Qu’en est-il des arguments des défenseurs de Donald Trump ?
  • Au début, la présentation des faits par la défense a été pathétique, incohérente, brouillonne, sans faits marquants. Les avocats semblaient vouloir s’appuyer sur le seul argument que l’on ne peut pas constitutionnellement destituer un ancien président des Etats-Unis qui n’est plus en exercice. Mais cette défense avait déjà été mise à mal par le Sénat qui a voté pour la poursuite du procès par 56 voix contre 44 avec l’aval de six sénateurs républicains. Les avocats de Donald Trump se sont bien rattrapés par la suite en arguant qu’il est habituel pour un homme politique d’appeler les foules à « se battre » et que l’on ne pouvait lier la prise du Capitole et les violences commises à cette occasion au Président. Sachant que personne n’a cru un seul instant que Donald Trump serait condamné, cela a suffi pour la défense en dépit du fait que les arguments et la présentation de l’accusation étaient plus forts.
  • Sachant que le procès n’avait aucune chance d’aboutir, cela valait-il la peine de le mener ?
  • Si ce procès a été instruit sur une base morale et constitutionnelle, il était politique par nature. L’objectif et l’espoir des démocrates a été de lier le président Trump et le parti républicain avec lui à la pire attaque de l’histoire américaine contre le Capitole et la Constitution. Ce, dans le but d’influencer les élections de mi-mandat de 2022, puis celles de 2024. Dans cette optique, cela valait sans doute la peine.
  • Après celui concernant son intervention auprès du président ukrainien pour enquêter sur Joe Biden, ce second acquittement ne risque-t-il pas de bénéficier à Donald Trump ?
  • Les ennuis de Donald Trump ne sont pas terminés. En tant que simple citoyen et ancien président, il se trouve confronté à de nombreuses poursuites judiciaires pour avoir abusé du pouvoir de la Maison Blanche pour son propre bénéfice, pour corruption, harcèlement sexuel, fraude fiscale, etc.
  • Que peut-il arriver aux quelques sénateurs républicains ayant voté en faveur de sa destitution ?
  • Le parti républicain va devoir faire face à une sérieuse crise interne. Les supporteurs de Donald Trump peuvent très bien défaire certains élus à l’occasion de primaires pour imposer des candidats dans leur ligne, mais ces derniers ne réussiront pas à recueillir les voix des républicains modérés et des jeunes pour être élus. Le parti républicain va probablement perdre des sièges en 2022.
  • Quel peut-être l’impact pour les démocrates et pour Joe Biden, resté très en retrait durant tout le procès ?
  • Actuellement, Joe Biden est très populaire. La tâche pour les démocrates est de tourner maintenant la page de l’impeachment et de s’atteler à faire passer leur programme. Le plan de relance et de secours est propre à nourrir la popularité de leur parti auprès des Américains.
  • Comment jugez-vous les premiers pas de Joe Biden ?
  • Il se concentre sur la lutte contre la Covid-19, sur l’appui aux victimes de la pandémie, l’environnement et la justice raciale, thèmes sur lesquels il a été élu. Il va devoir accélérer sur les questions sanitaires parce que c’est important mais, jusque-là, il demeure populaire et gère judicieusement sa courte majorité au Congrès.

L’éclatement d’EDF est inadapté (Didier Julienne)

L’éclatement d’EDF est inadapté   (Didier Julienne)

L’éclatement d’EDF est une erreur d’après  Didier Julienne, spécialiste des marchés des matières premières (*).

 

 

« Le plan Hercule doit casser en deux le modèle intégré d’EDF : production d’électricité nucléaire, au gaz et hydraulique d’un côté ; réseau de distribution, vente et renouvelables de l’autre. Mais ce plan angoisse pour trois raisons : l’organisation, l’indépendance énergétique et l’environnement

Première angoisse. Le plan Hercule est présenté comme un copier/coller du plan allemand qui suivit Fukushima et avança la fermeture du nucléaire en accélérant le développement des renouvelables. Après de longues négociations, il aboutissait en 2016 à casser le modèle intégré des deux électriciens allemands concurrents l’un de l’autre, RWE et E.ON, en quatre sociétés : deux avec les productions électriques, nucléaire, charbon et le trading, deux avec la distribution d’électricité et les renouvelables. Mais, affaiblie, la quatrième, Uniper, fut débitée et vendue par morceaux. Et anticipant une autre découpe dramatique, rapidement, 18 mois plus tard, en mars 2018, la concertation à l’allemande repensait le plan et revenait au duopole. Cette défragmentation était actée à l’automne 2019. RWE réintégrait les activités mondiales amont de production d’électricité (charbon et lignite, nucléaire, gaz, renouvelables) plus la vente de gros d’électricité et 17 % du capital d’E.ON ; en aval E.ON regroupait la distribution mondiale d’électricité et de gaz. Le plan de 2016 était à court terme et donc perdant, alors que l’efficacité dans l’électricité c’est 2019 et le retour vers le long terme. De fait, depuis l’annonce de mars 2018, l’action RWE a doublé et elle est prévue en hausse de 50 % d’ici à 5 ans.

Au regard de cet aller/retour berlinois, Hercule c’est 2016. Il sera donc inachevé, car il ne considère pas le secteur, mais le seul EDF, et un plan pragmatique eut gagné du temps en copiant directement le Berlin de 2019. Sous cette hypothèse d’une désintégration ordonnée, Hercule transformait EDF en producteur et grossiste mondial d’électricité à l’image de RWE, et comme E.ON un autre grand du secteur, tel Engie, trustait la distribution mondiale et une filière gaz. Ainsi, la répartition de la dette d’EDF serait plus simple qu’entre les EDF Bleu et Vert . Délivrée de la taxe soumise à TVA et subventionnant les renouvelables, la facture électrique française s’allégerait de 15 % . EDF attirerait à nouveau de jeunes ingénieurs , le dispositif Arenh ne créerait plus de pertes et écarterait le spectre d’un autre Areva , la péréquation ne serait plus en danger et la FNCCR garderait un accès à Enedis , et la future infrastructure de la voiture électrique serait mieux décidée. Ultimo, EDF recréerait de la valeur, son action remonterait, celle d’Engie également.

Cette liste positive est-elle iconoclaste ? En Allemagne, l’expérience dit non. Mais attendrons-nous que d’autres contraintes (cf. l’entrée du chinois CTG chez Energias de Portugal) forcent les choses, ou bien qu’EDF s’ajoute au catalogue des « ça n’arrivera jamais » : Alcatel-Lucent, Alstom-GE, Arcelor-Mittal, Areva, CLAL-Fimalac, Lafarge-Holcim, Péchiney-Alcan… ?

Le second défaut d’Hercule réside dans l’aveuglement du copier/coller des renouvelables. La ruralité française déjà défigurée par les éoliennes terrestres devra en accepter plus, alors qu’à Berlin ils s’en lassent . Ainsi, l’arrêt de subventions a provoqué la faillite de Senvion, numéro quatre de l’éolien outre-Rhin avec 4 .000 emplois à la clef. De leur côté, nos mers ne peuvent accepter le volume d’éoliennes maritimes allemandes ou anglaises, car nos fonds marins peu profonds sont étroits. Le solaire est de fabrication chinoise et notre pic de consommation le soir en janvier et février est à l’opposé de notre pic d’ensoleillement l’été, le nord ne dispose en moyenne que de 1.100 heures de lumière exploitable par an, le sud à peine 40 % de plus. Inversement, les 2.500 à 3.000 heures d’ensoleillement régulier au Maroc, en Arizona ou en Californie se marieront toute l’année avec le pic de consommation journalier de midi.

Le copier/coller est donc inadapté pour que l’électricité verte produise jusqu’à 50 % de notre consommation, mais le renouvelable urbain est peut-être une issue : éolien et solaire en ville, sur les tours de la Défense, sur les périphériques, rénovation thermique, villes intelligentes… Pourquoi les candidats aux municipales ne s’emparent-ils pas du sujet ?

Deuxième angoisse herculéenne, « l’indépendance énergétique ». Elle est un échec en Angleterre où l’électricité n’est plus nationale, les distributeurs y tombent en faillites et le 9 août dernier, 1 million de foyers ont été coupés du réseau. Conséquence, on y parle de renationaliser National Grid, le RTE local… En Allemagne, malgré la sortie du nucléaire et celle du lignite/charbon au plus tard à l’horizon 2038, l’éolien sans subvention ne rigole plus du tout, Berlin se dirige vers une dépendance envers le gaz de Donald Trump ou le gaz russe.

C’est ici qu’apparaît un faux-ami de l’indépendance énergétique : le stockage de l’hydrogène. Il vient aujourd’hui du vaporeformage du gaz naturel dont le bilan carbone n’est pas nul, mais demain il devrait venir gratuitement de l’électrolyse de l’eau grâce à l’électricité fatale des renouvelables. Cependant, sans nucléaire ni thermique, exit l’électricité fatale qui, pour gérer l’intermittence, sera stockée dans des batteries, via des métaux aux prix volatils (vanadium, cobalt, nickel…). Stockage qui augmentera mécaniquement le coût éolien, même à 50 euros/MWh. Toutefois, si l’hypothèse hydrogène persistait sans gratuité, à partir de gaz naturel européen ou extra européen, ses débouchés devraient rester industriels, car son électricité sera produite via des piles à combustible chargées en platine. Le marché de ce métal coûteux, toujours sans substitution, produit en Afrique du Sud et Russie, est étroit avec des prix fugitifs.

Il y aurait tant à dire sur ce sujet des dépendances métalliques et sur les fake-news qui le ronge, car je ne suis pas certain qu’Hercule en ait mesuré l’impact ni demandé qui acceptera d’en payer le prix.

Troisième angoisse d’Hercule. En 2018, Eurostat indiquait que l’électricité européenne provenait à hauteur de 45,9 % du thermique, 25,5 % du nucléaire, 12,2 % de l’éolien, 11,8 % de l’hydraulique, 4 % du solaire et 0,6 % d’autres moyens.

Remplacer ces 71,4 % d’électricités thermique et nucléaire par du solaire, de l’éolien terrestre, maritime ou même flottant serait un effort extractiviste herculéen : une gigantesque production de sable à béton, de cuivre, de fer et charbon pour acier et d’autres métaux et matériaux critiques.

Hélas, esclaves de l’intermittence du vent, les éoliennes d’Europe, de Chine ou des États-Unis ne tournent qu’entre 20 % et 25 % du temps (24 % en France). C’est-à-dire qu’elles ne produisent effectivement de l’électricité que pendant 4 à 5 ans au cours de leurs 20 années de durée de vie, pas plus. L’espérance de vie d’un panneau solaire est aussi courte, mais déjà prisonnier de la nuit, il produit plus vers l’équateur que vers les pôles. En outre, avec de nouveau du béton, du cuivre, de l’acier et d’autres matériaux critiques, l’énergie du vent et du soleil très diluée dans l’atmosphère doit être reconcentrée par la course au gigantisme des renouvelables.

Mais il reste imparfait. Avec du vent, l’électricité réellement produite par 900 éoliennes géantes terrestres, maritimes ou flottantes de 6 MW chacune est juste égale à celle d’une seule usine électrique de 1650 MW. C’est pourquoi, entre l’intermittence et la concentration, un MWh éolien ou solaire coûtera à la planète environ 5 à 10 fois plus en diverses ressources naturelles qu’un MWh nucléaire. Ce cavage n’est guère affaibli par le recyclage, incomplet par définition : quid de l’économie circulaire des plots en béton ou des câblages après démantèlement d’une éolienne ?

Quel lien entre Hercule le sable, le béton, le cuivre, l’acier et d’autres métaux et matériaux critiques ? C’est celui d’une grande consommation à très long terme de nombreuses ressources naturelles, mais dont la philosophie extractiviste n’a jamais été révélée. Restée inconsciemment dissimulée, elle ne s’est pas incarnée dans une comptabilité écologique et je regrette que nous ne mesurions pas encore de manière dynamique le coût d’un MWh en kilo de cuivre, de béton, en litre d’eau… C’est pourquoi, bien qu’ayant d’autres solutions, nous dévorons ces ressources naturelles là où le vent et le soleil sont modérés, plutôt que de généreusement les réserver avec efficacité dans les régions du monde où le vent et le soleil sont réguliers ou offerts à profusion.

Un Hercule allégé de ces trois angoisses aiderait EDF à se réformer, car il ne serait plus orphelin d’espoir, mais construit par une dimension holistique et une stratégie audacieuse. Elles-mêmes seraient alors porteuses d’une organisation intégrée, d’une indépendance énergétique et d’une écologie responsable et comptable des ressources naturelles. »

*Blog de Didier Julienne

_______




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol