Archive pour le Tag 'le'

Page 2 sur 233

Bygmalion : Sarkozy le seul à risquer de la prison ferme

Bygmalion : Sarkozy le seul à risquer de la prison ferme

Dans l’affaire des tricheries des dépenses de campagne présidentielle de Sarkozy de 2012, ce dernier risque d’écoper seul de la prison ferme parmi les 14 inculpés. Les peines requises :

Nicolas Sarkozy: 12 mois de prison dont la moitié avec sursis. 3750€ d’amende.
Guillaume Lambert: 4 ans avec sursis, 50.000€ d’amende.
Philippe Briand: 3 ans avec sursis, 80.000€ d’amende.
Philippe Blanchetier: 3 ans avec sursis, 40.000€.
Jérôme Lavrilleux: 3 ans avec sursis, 50.000€.
Eric Cesari: 4 ans avec sursis, 60.000€.
Fabienne Liadzé: 3 ans avec sursis, 40.000€.
Pierre Chassat: 2 ans avec sursis, 25.000€.
Bastien Millot: 2 ans dont un avec sursis probatoire, 150.000€.
Guy AlvèsSébastien Borivent et Franck Attal: 18 mois avec sursis, 100.000€.
Pierre Godet: 3 ans avec sursis, 60.000€.
Marc Leblanc: 2 ans avec sursis, 30.000€.

 

Pour le ministère public, les stratèges de la campagne lancée en février 2012 constatent début mars que l’enveloppe légale n’y suffira pas. Le prestataire, le parti et le candidat décident donc de mettre en œuvre un système de fausse facturation faisant supporter à l’UMP ce que le candidat, qui exige à présent un meeting par jour, ne peut déclarer .

Amazonie : Le projet du Ferrograo qui va tuer

La déforestation de l’Amazonie bat des records jamais atteints depuis 2016, et cette tragédie n’est pas une catastrophe naturelle. En plus des feux criminels et de l’assèchement budgétaire de tous les programmes de protection environnementale, le gouvernement brésilien vise à ouvrir encore plus la forêt à l’agrobusiness et à l’industrie minière avec la construction d’un nouvel axe ferroviaire pour éventrer le cœur de l’Amazonie : le Ferrograo.

Conçu et développé pendant les deux derniers gouvernements, le Ferrograo (littéralement, le « chemin de fer du grain ») doit traverser la forêt du sud au nord sur plus de 900 kilomètres pour relier les régions agricoles du Centre-Ouest au bassin amazonien. Le projet risque de faire basculer la destruction de la forêt vers un niveau irréversible et menace la survie de dix-sept peuples indigènes. L’objectif est de créer un corridor d’exportation qui inscrira la domination de l’agrobusiness dans les dernières zones encore préservées de l’Amazonie.

 

Les cinq plus grandes multinationales de trading qui contrôlent l’agrobusiness au Brésil sont de la partie : ADM, Bunge, Cargill, Dreyfus et Amaggi. Ensemble, elles veulent pérenniser un axe commercial entre le Brésil et la Chine, prospérant au mépris des questions environnementales, des droits humains et du bien-être animal. Cette alliance public-privé déchirerait l’Amazonie en deux blocs territoriaux, ouvrant la forêt à d’autres acteurs en quête de richesses naturelles : exploitants miniers, chercheurs d’or, éleveurs et braconniers.

Pour faire adopter le Ferrograo, Bolsonaro et son gouvernement ont usé du savant mélange de mauvaise foi et d’autoritarisme qui les caractérise. Les limites de l’important parc national de Jamanxim ont été retracées en toute illégalité pour faciliter le passage du chemin de fer. Les consultations obligatoires avec les populations indigènes ont été manipulées ou simplement ignorées, en violation avec les normes de l’Organisation internationale du travail (OIT) et la déclaration des droits des peuples indigènes de l’ONU. Ces manœuvres ont conduit à la suspension temporaire du projet par la Cour suprême du Brésil.

Actions boursières: le discrédit

Actions boursières: le discrédit

 

 

 

Pierre-Cyrille Hautcœur, directeur d’études à l’EHESS, constate, dans sa chronique au Monde , que l’envolée actuelle des indices ne convainc pas les épargnants. Et pour cause : l’histoire boursière est plus faite de stagnation que d’à-coups.

 

Chronique. 

 

A 6 613 points le 14 juin, le CAC 40, indice-phare des cours des actions à la Bourse de Paris (Euronext), est près d’atteindre un nouveau record historique. Est-ce le signe, comme le souhaitent le gouvernement et le patronat, qu’une large population d’épargnants a enfin trouvé le chemin de la Bourse ? Sans doute pas, non seulement parce que la hausse s’explique largement par une politique monétaire exceptionnelle (quoi qu’elle dure depuis une décennie) des deux côtés de l’Atlantique, mais aussi parce que le précédent record date de… septembre 2000. Pendant vingt ans, donc, nombre d’épargnants ont connu des moins-values ou la stagnation de leur capital…

Certes, l’épargne ne vit pas de records, mais de rendements de long terme, diront les boursiers, et à cela les actions pourvoient mieux que d’autres actifs. Aux Etats-Unis, le rendement des actions est plus élevé sur une longue période par rapport aux autres placements financiers. Mais en France, où il est beaucoup plus faible (de l’ordre de 1 % par an en moyenne), il n’est pas certain qu’il compense un risque plus élevé. La comparaison avec l’immobilier, très difficile méthodologiquement, est encore plus incertaine.

De la première grande bulle des années 1875-1881 à celle des dot.com (1998-2001), l’histoire boursière française connaît des engouements suivis d’effondrements, mais surtout de longues périodes de stagnation. On se souvient bien du krach de 1881, qui vit la faillite de l’Union générale (une des plus grandes banques françaises alors) et de la Bourse de Lyon (celle de Paris sera sauvée in extremis par la Banque de France sur requête de l’Etat). Mais on oublie qu’elle fut surtout le prélude d’un long marasme : le record de 1881 ne fut pas battu avant les années 1920 (et dans une monnaie dépréciée), grâce à une forte mais brève hausse, consécutive à la stabilisation monétaire de 1926.

Quant à la croissance des « trente glorieuses », durant laquelle la Bourse renaît sur un périmètre plus étroit du fait des nationalisations de 1945, elle ne débouche que sur une appréciation brève : dès 1963, les cours baissent, et ne retrouvent pas le niveau de leur maximum d’alors avant les années 1980 (et là encore sans tenir compte de l’inflation des années 1970).

Encore plus significatives que les gains sont les pertes possibles : ceux qui ont vendu en 1980 un portefeuille acquis après 1955 ont essuyé des pertes nominales. Il faut des durées de conservation bien longues pour obtenir un rendement positif ! Ce qui n’est pas de nature à attirer les investisseurs ordinaires, qui doivent entrer ou sortir du marché à l’occasion d’une transaction immobilière, d’un divorce, d’une succession…

Covid France : Castex lève le masque

Covid France : Castex lève le masque

 

Jean Castex qui a toujours eu du mal à tenir en place son masque en public notamment pendant les conférences de presse vient d’annoncer avec une dizaine de jours d’avance la suppression de cette obligation. Le masque restera de voir à l’intérieur et dans les lieux de regroupement.

 

Une obligation supprimée qui sera évidemment appréciée surtout avec le retour de la chaleur. On aura d’ailleurs observé qu’en public à l’intérieur comme à l’extérieur, le premier ministre ne cessait de tripoter ce masque contrairement d’ailleurs au respect des règles sanitaires. Un masque qui ne cessait de lui tomber sur le nez et qu’il lui fallait réajuster. Du coup en tombant le masque de l’ensemble de la population à l’extérieur j’en Castex se libère lui-même d’une contrainte. .

 

Sport: « Le genou à terre » est un geste étranger Rachel Khan

Sport: « Le genou à terre » est un geste étranger Rachel Khan

 

 

Rachel Khan , l’essayiste, auteur de Racée (Éditions de l’Observatoire), juge que notre pays n’a pas de leçon ni d’ordre à recevoir des États-Unis en la matière. ( Notons que les footballeurs français n’ont pas voulu se plier à cet exercice avant le match Allemagne France)

 

Tribune dans le Figaro

 

 Jamais le body langage, langage du corps en anglais, n’aura fait autant parler de lui. L’annonce que l’équipe de France avait décidé de mettre un genou à terre sur la pelouse de Munich lors du match d’ouverture de l’Euro face à l’Allemagne, pour afficher son opposition au racisme et aux discriminations, a suscité de nombreuses tensions.

 

Il ne s’agit ici pas de remettre en cause l’existence du racisme et de l’antisémitisme. Il faudrait vivre dans un monde parallèle pour ne pas voir à quel point les identitaires de tous bords et de toutes origines cristallisent le sujet de la «race» et par là même nourrissent intolérances, actes de violences racistes et s’autoalimentent dans les sondages et autre fanbase.

Nucléaire–incident EPR chinois : Pompili fait calme le jeu

Nucléaire–incident EPR chinois : Pompili fait calme le jeu

 

Fait  rare pour être signalé, Barbara Pompili dit ministre de l’environnement défavorable aux EPR en général estime qu’il faut se montrer très prudent par rapport à l’incident constaté sur l’EPR chinois le seul au monde à fonctionner actuellement. (Les autres sont en cours de construction notamment à Flamanville qui devrait démarrer en 2022). Cet incident ne devrait pas remettre en cause la construction de 6 EPR en France et les perspectives d’exportation.

 

EDF de ce côté qui n’exploite pas la centrale EPR en Chine a demandé des explications. Pour l’instant EDF considèrent qu’il ne s’agit pas d’un incident nucléaire. Cette confiance d’EDF dans la gestion de la fuite par l’exploitant chinois ne semble même pas être altérée par le fait que l’autorité de sûreté chinoise ait procédé, il y a quelques semaines, au rehaussement du seuil autorisé concernant ces rejets, le passant à 324 GBq par tonne d’eau. A titre de comparaison, en France, le seuil de 150 GBq par tonne d’eau est retenu comme déclencheur d’un repli du réacteur sous 48h, depuis 2009, rappelle sur Twitter Yves Marignac, chef du pôle expertise énergies nucléaire et fossiles de l’institut négaWatt.

Covid Angleterre : le variant Delta prolonge des restrictions

Covid Angleterre : le variant Delta prolonge des restrictions

Le variant indien (ou Delta) qui représente environ 60 % des contaminés en Angleterre est à l’origine du report de la levée des restrictions. . Ce retour à la normale était prévu pour le 21 juin. L’échéance est repoussée d’un mois, soit au 19 juillet.

le premier ministre a admis que la situation était « très préoccupante » et que les « niveaux d’hospitalisation augmentaient ». Il a toutefois reconnu ne pas savoir « dans quelle mesure cela allait se traduire par une surmortalité ». BoJo veut « sauver des milliers de vies » en permettant à plus de personnes d’être vaccinées avant de tout relâcher. Il s’est dit confiant sur le fait que ce report serait le dernier.

Pourtant plus de 41,5 millions de personnes – soit près de 79 % de la population adulte -, ont reçu une première dose de vaccin et 29,8 millions de personnes – soit 56,6 % des adultes – ont été doublement vaccinées. Le secrétaire d’État à la Santé, Edward Argar, a estimé que la situation serait plus rassurante quand 10 millions de personnes supplémentaires auront reçu deux doses de vaccin, avec une protection passant de 33 % à 81 %. « On ne peut pas avoir une approche zéro Covid, on doit vivre avec, et pour cela, la vaccination est la clé », a-t-il dit, se félicitant qu’elle ait permis de « couper le lien » entre la maladie et les hospitalisations ou les décès.

Cette propagation du variant delta inquiet aussi les pays européens proches car il est évident qu’on voit mal comment les pays voisins pourraient être complètement épargnés par cette nouvelle forme de contamination.

Bac: Le grand oral ne prépare pas au supérieur

Bac: Le grand oral ne prépare pas au supérieur

Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collège (Snalc), invité d’Europe 1 dimanche estime que le grand oral ne prépare pas au supérieur. INTERVIEW sur Europe 1

 Le contrôle continu représentera au minimum 82% de la note finale de l’examen, l’épreuve écrite de philosophie et celle du grand oral correspondant aux 18 % restants. Epreuve phare du nouveau bac, cette dernière inquiète beaucoup d’élèves de Terminale et suscite de nombreuses critiques. Après une année scolaire très perturbée par le Covid-19, « on est à la limite de la purge », soupire Jean-Rémi Girard, président du Syndicat national des lycées et collège (Snalc), invité d’Europe 1 dimanche.

« Tous mes collègues travaillent dans des conditions très compliquées depuis novembre. La plupart du temps, on ne voyait les élèves qu’un jour sur deux », rappelle-t-il. D’autant que le ministère de l’Education nationale ne prévoit selon lui pas d’heures spécifiques pour la préparation de cette épreuve. « Nous devons préparer les élèves pendant les heures de spécialité, alors que le programme est déjà très chargé. »

Pour cette épreuve, les candidats préparent avec leurs professeurs deux questions liées à leurs enseignements de spécialités. Le jury en sélectionne une. Après un temps de préparation, l’élève présente sa réponse, qui doit être le fruit d’une « réflexion personnelle », selon le ministère. L’exercice doit permettre aux candidats d’apprendre à s’exprimer en public, « de façon claire et convaincante », compétence « fondamentale » pour la vie personnelle et professionnelle, soulignait début mai Jean-Michel Blanquer.

 

Pour Jean-Rémi Girard, le grand oral ne remplit pas ces objectifs, loin de là. « Le grand oral ne change rien au bachotage, les élèves vont préparer deux questions puis réciter leur réponse. Il faut arrêter de dire que ça prépare les élèves au supérieur. »

Système de santé: Revoir le financement

Système de santé: Revoir le financement

Le Haut conseil pour l’avenir de l’Assurance-maladie a rendu public vendredi un rapport sur la régulation du système de santé.

Un article de l’opinion rend compte d’un rapport très critique du Haut conseil pour l’avenir de l’Assurance-maladie (Hcaam), publié vendredi un rapport sur le sujet.( extrait)

Ce rapport note d’abord la dérive. De 205 milliards d’euros en 2020 (avant les rallonges dues à la crise), l’Ondam augmente en moyenne de 2 % à 2,5 % par an (contre 10 % l’an passé). A sa création, il représentait 7 % du PIB. Il pourrait atteindre 9 % en 2022.

L’autre critique concerne le déficit des établissements publics de santé (569 millions d’euros en 2018), qui n’est pas comptabilisé dans l’Ondam, est régulièrement présenté comme un point de fuite de la régulation.

D’après ce rapportE, on estime qu’un acte de soins sur quatre est non pertinent. Chaque année, l’Assurance-maladie espère 500 à 700 millions d’euros d’économies en améliorant les pratiques médicales. Outre la refonte de l’architecture financière du système de santé, le Hcaam plaide donc pour une amélioration de l’efficience des soins. Comment ? En investissant massivement dans le recours au numérique et en misant davantage sur le partage des données de santé d’une part ; en structurant mieux les soins de ville pour éviter le recours aux urgences hospitalières et l’émergence de nouveaux déserts médicaux d’autre part.

Enfin, le Hcaam recommande de redécouper l’Ondam par destination des soins (premier recours, hospitaliers aigus, soins de réadaptation, grand âge, handicap, etc.) et non par producteurs de soins (hôpitaux, ville, médico-social). té financière.

Le général Lecointre remplacé …..et victime du Sahel ?

Le général Lecointre remplacé …..et victime du Sahel ?

On se demande bien quel était l’urgence de remplacer de général chef d’état-major des armées. À moins que François Lecointre ne soit une des victimes du fiasco de l’opération barkhane.

Ce départ intervient alors que le chef de l’Etat vient d’annoncer, après plus de huit ans d’engagement massif, une réduction de la présence militaire française du Sahel, marquée par la fermeture de bases et une réarticulation de la lutte antidjihadiste autour d’une « alliance internationale » associant des Européens. Bref un remplacement qui pourrait bien signifier aussi un désengagement de la France dans nombre d’opérations extérieures.

 

Birmanie : le honteux procès contre Aung San Suu Kyi

  • Birmanie : le honteux procès contre Aung San Suu Kyi
  • L’ancienne dirigeante. Débarqué par un putsch militaire aura droit à un procès très politique surtout si l’on en juge par les motifs particulièrement grotesques .  Elle doit être jugée pour importation illégale de talkies-walkies, non-respect des restrictions liées au coronavirus et violation d’une loi sur les télécommunications.
  • Le chef de la junte «Min Aung Hlaing est déterminé à l’enfermer pour le reste de sa vie», déplore Debbie Stothard, coordinatrice du réseau Alternative ASEAN. «On va assister à une procédure spectacle uniquement motivée par des raisons politiques». L’ex-dirigeante n’a été autorisée à rencontrer que deux fois l’équipe juridique chargée de la défendre. Chaque réunion n’a pas pu dépasser une trentaine de minutes. «On se prépare au pire», a commenté Khin Maung Zaw, qui dénonce des accusations «absurdes» montées de toutes pièces dans le but de «la tenir à l’écart de la scène (politique) du pays et de salir son image».

Soldes: le « match truqué d’Amazon » qui lance les soldes avant les dates

  • Soldes: le « match truqué d’Amazon » qui lance les soldes avant les dates

 

  • Des commerçants s’insurgent contre le faite qu’Amazon bien avant les dates des soldes soient autorisés à lancer une campagne de réduction des prix. La campagne promotionnelle d’Amazon se déroulera à partir de la troisième semaine de juillet. «
  • En captant un maximum de clientèle et de pouvoir d’achat avant que les consommateurs ne soient autorisés à profiter des soldes chez leurs commerçants, Amazon brise ce moment attendu par les commerces physiques pour écouler leurs stocks accumulés durant le confinement et refaire leur trésorerie», indique le texte.
  • «La puissance financière d’Amazon lui permet désormais de transgresser les règles établies et les équilibres économiques à son seul avantage» indique le texte qui qualifie l’avancée des dates promotionnelles d’Amazon de «déclaration de guerre économique» à laquelle le gouvernement «doit mettre fin sans délai».
  • Jugeant «urgent» de «rétablir en France une équité de traitement entre toutes les formes de commerce», la tribune pointe notamment «l’assujettissement des entrepôts e-commerce à l’autorisation d’exploitation commerciale qui sera défendue la semaine prochaine au Sénat dans le cadre du projet de loi climat».

L’e-commerce: le sens de l’histoire….. tragique

L’e-commerce: le sens de l’histoire….. tragique

 

Thierry Petit, PDG de Showroomprivé, dans une interview au Figaro se livre à un plaidoyer en faveur du commerce numérique considérant que c’est le sens de l’histoire. Il oublie sans doute de préciser que l’histoire pourrait bien être tragique dans la mesure où l’extrême domination des géants du numérique en particulier d’Amazon impose des produits sans concurrence possible compte tenu des distorsions dans le domaine fiscal et social. Les réseaux de distribution dominants imposent en plus leur propre marc et seront directement responsables non seulement de la mort de nombre de producteurs mais aussi des circuits de distribution classiques.

 

Showroomprive.com est un site de vente événementielle en ligne. C’est la principale filiale de SRP Group, société cotée à la bourse de Paris. Le site propose chaque jour à ses membres en France et dans six autres pays européens des ventes événementielles exclusives avec des réductions

 

Le cofondateur et codirigeant, avec David Dayan, de Showroomprivé se réjouit évidemment du développement du commerce numérique.

 

Qu’avez-vous retenu de la crise sanitaire?

 

Thierry PETIT. - L’incroyable résilience de tout l’écosystème du commerce! Les marques, les clients, les logisticiens, La Poste… tout le monde a su s’adapter. Chez Showroomprivé, nous sortions à peine de deux années de restructuration quand la pandémie a commencé l’an dernier. Nous avons basculé en mode urgence et nos salariés ont su trouver les solutions, même quand il fallait faire des shootings photo en plein confinement. Résultat: 2020 a été une année de croissance pour nous, dans un contexte qui a dopé le commerce en ligne.

L’e-commerce ne va-t-il pas refluer avec la réouverture des magasins?

La pénétration du digital a pris deux ou trois années d’avance par rapport à ce qui était escompté avant la pandémie. En mode, de nouveaux consommateurs se sont convertis aux achats en ligne.

Le maïs biocarburant …. aux États-Unis

Le  maïs biocarburant …. aux États-Unis

 

 

L’incompétence et l’irresponsabilité des écolos bobos qui repeignent tout en vert même les solutions les plus discutables et les plus noirs a conduit les États-Unis à une réglementation qui impose d’introduire du  carburant issu du maïs dans le pétrole et l’essence. Un contresens écologique et économique évidemment qui pourrait être remis en cause aux États-Unis. Du coup, les cours du maïs mais aussi du soja sont nettement orientés à la baisse.

Le maïs, dont une part importante de la production aux Etats-Unis est utilisée pour produire du bioéthanol, a donc accusé des pertes importantes. Le soja a lui été affecté, par ricochet, par la dégringolade des prix de l’huile de soja, dont se servent aussi les raffineurs pour produire du biocarburant.

Et maintenant Amazon pour diffuser le foot en France?

Et maintenant Amazon pour  diffuser le foot en France?

Comme le foot est devenu une affaire de gros sous, la multinationale Amazoneaméricaine se met sur les rangs pour diffuser y compris le football français. Le tout sans doute avec des coupures de pub à chaque coup de sifflet de l’arbitre et en plus l’utilisation de l’énorme fichier des fans du foot pour vendre la camelote d’Amazon.

Le géant de l’e-commerce, qui s’est mis sur le radar des fans de sport français en retransmettant une partie de Roland-Garros , aurait intensifié ses contacts ces derniers jours avec la LFP. Si une offre n’est pas encore sur la table, Canal+ prendrait très au sérieux l’hypothèse d’une irruption du groupe d’e-commerce qui mise sur le contenu vidéo pour augmenter son nombre de clients à son offre Amazon Prime.

Même si une grande partie de poker menteur est engagée, certains évoquent la possibilité que la société de Jeff Bezos mise un peu moins 300 millions d’euros par an.

Le championnat reprend en août et n’a pour l ‘instant pas de diffuseur. L’instance du football français, qui a opté pour des discussions de gré à gré depuis l’enchère ratée de février cette année , pourrait donc devoir se décider très rapidement entre deux solutions alors que tout le monde pensait qu’il n’y avait pas d’autre alternative aux discussions en cours avec Canal et BeIN Sports…

Une priorité pour le Pentagone : contrer la Chine

Une priorité pour le Pentagone : contrer la Chine 

 

Un article du Wall Street Journal (extraits)

 

Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a émis une directive appelant à accélérer le travail de développement des forces militaires pour contrer la Chine et à surmonter les difficultés du Pentagone dans la mise en œuvre d’une stratégie datant de plusieurs années qui perçoit Pékin comme une menace majeure.

La directive, parue mercredi, se fonde sur les recommandations d’un groupe de travail de haut niveau du Pentagone, qui a identifié un écart entre le discours et les actes du département de la Défense (DoD) dans son objectif de contrer l’agressivité de la Chine, a déclaré un haut responsable du DoD.

Le groupe de travail était mené par Ely Ratner, ancien conseiller du président Joe Biden, qui a été nommé comme responsable des affaires de sécurité indo-pacifiques.

Un grand nombre des recommandations du groupe de travail reste top secret et le Pentagone n’a donné que peu de détails sur son travail, qui impliquait une étude de quatre mois par une équipe de civils et de militaires.

Cette étude intervient alors qu’une tension militaire de plusieurs décennies semble avoir atteint un point culminant, Pékin menaçant la domination des Etats-Unis en Asie de l’Est dans l’ouest du Pacifique.

« A ce stade, l’écart entre le discours et les actes pose problème », a déclaré Elbridge Colby, ancien responsable du Pentagone, qui a joué un rôle clé dans le développement d’une stratégie de défense nationale sous l’administration Trump. « Nous plaçons la Chine en priorité depuis des années. Mais trop peu d’actions ont été entreprises pour traduire cette stratégie en réalité concrète et le problème est d’une urgence alarmante. »

Parmi les défis urgents posés par la Chine, on peut citer une expansion de la marine, des tentatives de prendre davantage de contrôle sur la mer de Chine méridionale et une escalade des menaces contre Taïwan, qui est partenaire des Etats-Unis. En mars, l’amiral responsable des forces américaines dans la région indo-pacifique a déclaré que l’accumulation de puissance de la Chine était telle que Pékin pourrait passer à l’offensive contre l’île dans six à dix ans.

Selon la directive de mercredi, Lloyd Austin supervisera directement les politiques et opérations du Pentagone liées à la Chine, ainsi que la collecte de renseignements à ce sujet. Cet arrangement vise à garantir la mise en œuvre des recommandations du groupe de travail.

« La directive du secrétaire à la Défense vise au bout du compte à remettre de l’ordre dans le département et à s’assurer du respect de la priorité annoncée de la Chine comme menace numéro un »

Lloyd Austin a déclaré dans un communiqué que son objectif était d’accélérer le développement de nouvelles technologies et stratégies de guerre, de mettre à jour les plans des forces américaines dans le Pacifique et de mieux préparer le groupe de travail du Pentagone au défi posé par la Chine, notamment en modernisant l’éducation et la formation.

Un porte-parole de l’ambassade de Chine a déclaré que le pays était engagé au développement paisible et appelait les Etats-Unis à « abandonner cette mentalité dépassée de guerre froide pour envisager le développement de la Chine et des relations entre la Chine et les Etats-Unis d’un point de vue rationnel ». Selon le porte-parole, cette attitude peut « éviter de miner des relations bilatérales et la coopération dans des domaines importants. »

Pékin et Moscou ont été identifiées comme les principaux adversaires des Etats-Unis dans la stratégie nationale de défense de l’administration Trump établie en janvier 2018, qui marquait une rupture après près de vingt ans de lutte contre des insurrections. La décision de l’administration Biden de créer le groupe de travail dirigé par Ely Ratner visait faire avancer cette stratégie.

L’établissement du groupe de travail est intervenu à la suite des critiques fréquentes émanant d’anciens responsables du Pentagone, de parlementaires et de spécialistes de groupes de réflexion selon lesquels le département de la Défense n’en aurait pas assez fait pour honorer sa propre stratégie en raison de problèmes bureaucratiques, de priorités de dépenses passées et d’efforts continus pour gérer les menaces persistantes au Moyen-Orient et en Asie centrale.

Le mois dernier par exemple, le Pentagone a décidé de déplacer son unique avion basé dans la région Asie-Pacifique vers le Moyen-Orient, pour protéger le retrait des troupes américaines d’Afghanistan, ont noté des responsables du département de la Défense.

Le communiqué du Pentagone annonçant la directive de Lloyd Austin ne précisait pas comment le secrétaire à la Défense prévoyait d’améliorer les processus du Pentagone ou de simplifier les relations avec les alliés pour affronter la Chine. S’adressant à la presse, il a déclaré que les mesures classées secret-défense seraient rendues publiques dans les semaines à venir.

« La directive du secrétaire à la Défense vise au bout du compte à remettre de l’ordre dans le département et à s’assurer du respect de la priorité annoncée de la Chine comme menace numéro un », a commenté un responsable du DoD. Il a ajouté que l’ordre comportait « des dates butoirs de mise en œuvre et des mécanismes de supervision et de contrôle. »

Le Pentagone doit aussi décider prochainement du montant qu’il allouera à une montée en puissance des forces américaines actuellement stationnées dans la région pour décourager d’éventuelles menaces à court terme ainsi qu’au développement de nouvelles technologies visant à améliorer les capacités des troupes américaines dans les décennies à venir.

L

PS : De l’audace encore de l’audace ! Ou le dernier cri avant extinction ?

 PS : De l’audace encore de l’audace ! Ou le dernier cri avant extinction ?

Dans son essai, le député PS des Landes Boris Vallaud ancien énarque propose des pistes pour un prochain gouvernement de gauche, une rupture en faveur d’une « République sociale » qui permette d’affronter un « monde qui se défait ».De l’audace encore de l’audace ou peut-être le dernier cri avant extinction d’un parti socialiste qui n’en finit pas de mourir. Un cri qui aura du mal à être entendu car venant précisément d’un ancien énarque archétype du responsable socialiste qui a coulé le parti.

 

 

Livre.
 Réfléchir à l’après-crise sanitaire et économique et s’interroger sur la pertinence des valeurs chères à la gauche. Dans Un esprit de résistance, Boris Vallaud, député des Landes et une des principales voix du Parti socialiste à l’Assemblée nationale, s’est lancé dans une entreprise risquée. Les pistes qu’il propose ont le mérite de tenter un nouveau récit à un an de la présidentielle.C’est en s’appuyant tout à la fois sur son expérience de directeur de cabinet d’un gros ministère – il fut celui d’Arnaud Montebourg au ministère du redressement productif (en 2013-2014) – et de député du terrain que le responsable du projet du Parti socialiste pour l’élection présidentielle de 2022 entend renouer avec l’audace d’une gauche réformatrice. L’essai revient d’abord sur la récession liée à la pandémie et ses répercussions sur un Etat social déjà bien mis à mal par vingt ans de libéralisme. L’auteur se souvient alors de ses jeunes années de sous-préfet et le « sentiment d’impuissance » qu’il a pu éprouver, et éprouve encore comme député devant l’affaiblissement de l’Etat.

Fidélité à l’Europe

Il décrit avec justesse la détresse sociale dont il est témoin, avec le creusement abyssal des inégalités : celle de ces « Daniel Blake », travailleur pauvre, héros éponyme du film de Ken Loach (en 2016), qu’il voit frapper à la porte de sa permanence. Des électeurs des classes populaires, laissés pour compte de la mondialisation, s’enfonçant un peu plus dans la pauvreté, qui ont formé le gros des troupes des « gilets jaunes ».

 

Le ténor socialiste prône – et ce n’est pas une surprise venant d’un ancien proche de Montebourg – « une souveraineté politique qui s’impose à l’ordre économique », afin de retrouver, face à la mondialisation des échanges, une capacité d’action tant industrielle qu’agricole. Mais s’il vante un mode de régulation par le pouvoir politique de la puissance du marché, il le fait, et c’est là son originalité, sans abandonner la fidélité exigeante envers l’Europe qu’il juge urgent de ne pas lâcher.

Boris Vallaud s’essaie ensuite à quelques propositions de réformes et de changement d’optique pour un prochain gouvernement de gauche, alliant renouvellement démocratique et justice sociale : scrutin préférentiel pour une Assemblée nationale renouvelée, protection sociale universelle et inconditionnelle pour « s’adapter aux mutations du salariat », revenu de base sans condition pour les jeunes, « salaire maximum de décence » pour limiter les rémunérations des grands patrons… Bref, explique-t-il, une rupture en faveur d’une « République sociale » qui permette d’affronter un « monde qui se défait ».

Politique–Le tour de France de Macron: soufflé et soufflet !

Politique–Le tour de France de Macron: soufflé et soufflet !

Un articlede  David Revault d’Allonnes, rédacteur en chef politique au JDD (Extrait)

 

« C’est Baron noir », s’est exclamé mardi un conseiller ministériel en apprenant qu’Emmanuel Macron venait d’être giflé au cours d’un déplacement à Tain l’Hermitage (Drôme) par un jeune homme penchant visiblement du côté de l’extrême-droite. Dans la deuxième saison de cette série politique à succès, une claque reçue par la présidente marquait le début de l’irrésistible ascension d’un candidat populiste présentant de fortes ressemblances avec Jean-Luc Mélenchon.
L’épisode, quoiqu’instantanément relayé et diffusé en boucle, n’est en un sens qu’anecdotique. Mais, aussi, éminemment symbolique. Du degré de violence désormais susceptible de s’exercer contre les élus, à commencer par le premier d’entre eux, et de sa banalisation. Des incertitudes entourant la destinée de Macron, aussi.
Jusqu’ici, ce dernier poursuivait sans encombre le tour de France entamé voici deux semaines pour accompagner la réouverture du pays. Ses courbes de popularité renouaient avec des hauteurs inespérées, y compris par son entourage : ainsi le dernier tableau de bord Ifop pour Paris Match lui concède-t-il un rebond de sept points, qui le porte à 50% de bonnes opinions. Quelques minutes avant l’incident, l’un de ses plus proches conseillers, lui-même ébahi de cette popularité, glosait : « Les Français se rendent-ils compte que la stratégie vaccinale et de déconfinement par étapes fonctionne et que les gens en créditent le Président? Est-ce un effet d’aubaine? Un effet météo, terrasse? A un moment, c’est peut-être un effet Macron… » Las! Un soufflet, et le soufflé retombe. Réactivant illico, dans cette douce torpeur sondagière et estivale, le spectre de la détestation du Président, si violemment surgie au moment de la crise des Gilets jaunes.
Ce rebondissement, pourtant, en a appelé un autre. De Marine Le Pen aux écologistes, l’intégralité de la classe politique, comme un seul homme, a sans tarder fondu au secours, non de l’homme et de sa politique, mais de la fonction présidentielle, à laquelle « il est inadmissible de s’attaquer physiquement », a posé la candidate d’extrême droite. Il aura donc suffi d’une simple claque, certes sonore, pour parvenir à ce que ni les attentats en série, ni la crise du Covid n’étaient parvenus à installer : l’union sacrée.
Seul Jean-Luc Mélenchon s’est distingué qui, s’il s’est affirmé « solidaire » de Macron, a tenté d’exploiter l’affaire pour retomber sur ses pieds après sa sortie complotiste du week-end.

Une l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT) en Côte d’Ivoire.

Une  l’Académie internationale de lutte contre le terrorisme (AILCT) en Côte d’Ivoire.

 

La création de l’AILCT dans une Afrique de l’Ouest dont plusieurs pays sont en proie à des attaques jihadistes – Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), organisation Etat islamique (EI), Boko Haram – avait été officialisée en novembre 2017 par les présidents français Emmanuel Macron et ivoirien Alassane Ouattara, en marge d’un sommet entre l’Union africaine (UA) et l’Union européenne (UE) à Abidjan.

« Avec l’appui de la France, des Européens, de la communauté internationale, les Etats de la région doivent intensifier leur coopération militaire, leur coopération sécuritaire et leur coopération judiciaire » et « en agissant avec la même énergie et la même exigeance sur l’ensemble du spectre du contre-terrorisme », selon M. Le Drian.

Il a précisé que l’AICLT devait accueillir et former « policiers, militaires, gendarmes, magistrats ou encore douaniers et personnels des administrations pénitentiaires », mais que « c’est également un lieu d’échanges où ils pourront mettre en commun leur expérience et tisser des réseaux dont la valeur ajoutée ne manquera pas de se faire sentir en ces temps de crise ».

« Il faut désormais que tous les acteurs de la région s’approprient pleinement cet outil exceptionnel, tout en intensifiant leur engagement commun contre les groupes qui les menacent », a-t-il ajouté.

Bitcoin et cryptomonnaies: La Chine fait le ménage

Bitcoin et cryptomonnaies: La Chine fait le ménage

Après avoir largement favoriser le développement des cryptomonnaies  notamment Bitcoin  la Chine change complètement de stratégie et fait le ménage pour contrôler complètement les monnaies virtuelles . La banque centrale chinoise envisage en outre de créer une cryptomonnaie  chinoise officielle qui ne peut donc être concurrencée par d’autres. La conséquence directe sur l’ensemble des marchés pourrait être un nouveau plongeon de ces valeurs très spéculatives.

Opération «cartes coupées» accomplie! C’est un vaste coup de filet que vient de réaliser la police chinoise en arrêtant simultanément plus de 1 100 personnes accusées d’avoir utilisé des cryptodevises pour blanchir de l’argent provenant d’escroqueries sur internet.

Grâce à ces arrestations, le ministère de la Sécurité publique a annoncé mercredi avoir démantelé 170 «gangs» qui facturaient aux criminels une commission de 1,5 % à 5 % pour

Cette campagne de lutte contre le blanchiment d’argent et la fuite de capitaux n’est qu’une facette de la reprise en main des autorités chinoises à l’encontre des cryptomonnaies. Jusqu’à hier encore, l’empire du Milieu aurait pu être surnommé l’«empire des cryptos». Fin 2016, 99 % des transactions mondiales en bitcoins provenaient de Chine! C’était avant que Pékin ne décide de bannir toute plateforme d’échange sur son territoire, en 2017.

12345...233



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol