Archive pour le Tag 'le résultat'

Grève des taxis : le résultat d’une régulation de gribouille

 

Lundi les taxis seront en grève. C’est le résultat d’un politique de gribouille qui impose une concurrence sauvage dans une profession très réglementée. Certes les taxis doivent être plus nombreux, plus accessibles mais l’offre est  freinée par la congestion en période pointe ; certes il est souhaitable d’augmenter le nombre mais dans des conditions de concurrence équitable, ce n’est pas le cas notamment quand les uns payent un droit d’accès à la profession de l’offre 200 000 euros et pas les autres (sans parler du trafic clandestin). Tout cela révèle une absence totale de régulation.  On se demande par ailleurs pourquoi Valls est impliqué’ dans une affaire qui relève du ministère des transports. La solution serait de permettre d’amortir fiscalement le coût de la licence et progressivement d’ augmenter le nombre de VTC.  Un lundi difficile s’annonce donc pour les automobilistes dans les grandes villes et plus particulièrement aux abords des aéroports parisiens. Cinq syndicats de taxis (CFDT, CGT, FO, SDCTP et CST) appellent à la mobilisation. Ils doivent ainsi former un cortège roulant à allure lente depuis les aéroports de Roissy et Orly vers le centre de la capitale.  L’annonce faite, samedi 8 février, par le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, et sa collègue de l’Artisanat et du Tourisme, Sylvia Pinel, de la création d’une mission de concertation dans les prochains jours n’aura pas suffi à désamorcer le conflit. Depuis plus d’un an, les taxis multiplient les actions pour alerter les pouvoirs publics sur la montée en puissance des Voitures de tourisme avec chauffeur (VTC). Ceux-ci leur font  une concurrence déloyale qui menace leurs revenus et leur emploi.  Et mercredi 5 février, ils ont vu tomber l’une des mesures de protection de leur profession obtenue de haute lutte: le Conseil d’Etat a suspendu le décret obligeant les VTC à respecter un délai de 15 minutes entre la commande et la prise en charge du client. La Haute juridiction doit se prononcer sur le fond avant la fin de l’année. « Aujourd’hui, de toute façon, le décret est mort. Je demande simplement que les charges des VTC et des taxis soient alignées et que la loi soit respectée. » explique Nicolas Rousselet, président de l’Union nationale des industries du taxi et le PDG du groupe G7 dans Le Monde du 8 février. Les taxis accusent en effet leurs concurrents de se livrer au racolage à la sortie des aéroports, ou au maraudage, qui relèvent tous deux du monopole des taxis. Sur ce point au moins, les taxis devraient trouver satisfaction car le gouvernement a annoncé « des contrôles renforcés » dans les prochains jours sur le respect de la réglementation par les différents acteurs. S’agissant des voitures de tourisme avec chauffeur, « il sera notamment vérifié le respect de la réservation préalable, de la facturation forfaitaire ou le non-stationnement aux abords des gares ou des aéroports », précise un communiqué du gouvernement. Mais pour l’heure, ce dernier n’a pas fait savoir s’il envisageait de donner satisfaction aux taxis: élaborer une loi les protégeant de la concurrence déloyale des VTC.

 

Faillite Mory Ducros : le résultat d’une politique

Faillite Mory Ducros : le résultat d’une politique

Mory-Ducros c’est plus de 10 fois le dossier Florange qu’on n’a pas été capable de traiter. Autant dire qu’il y a peu d’espoir de redressement. Il faut plutôt envisager un dépeçage avec au moins la moitié des effectifs supprimés, si ce n’est davantage. En fait c’est le résultat d’une mauvaise gestion récurrente chez Mory depuis des années mais surtout d’une politique des transports qui favorise le dumping social en Europe. La libéralisation (via le cabotage) a permis aux pavillons des pays de l’Est de pratiquer des prix de transport de dumping qui ont pesé sur toute la filière transport ; la plupart des entreprises françaises de messageries ont d’ailleurs changé de mains. Par ailleurs bien avant la crise de 2009, la surcapacité de l’offre pesait déjà sur les prix ; avec la crise, le phénomène s’est accentué. D’une manière ou d’une autre (reprise totale peu probable, ou reprise site par site) Mory Ducros sera dépouillé. C’est le plus gros dossier de faillite depuis 15 ans en France (depuis Moulinex). Le gouvernement qui a été incapable de gérer Florange ne gérera pas mieux Mory Ducros. Pas plus qu’il ne remettra en cause une politique des transports ultra libérale qui permet aux camions des pays de l’Est (de l’Espagne aussi et du Portugal) d’envahir les routes françaises pour des marchés nationaux.  Vendredi 22 novembre le transporteur Mory Ducros a donc annoncé qu’il déposera le bilan le 26 novembre prochain, menaçant l’avenir de 5.200 emplois directs et environs 2.000 postes supplémentaires de sous-traitants. Il s’agit tout simplement de l’un des dépôts de bilan les plus lourds depuis la faillite de Moulinex, en 2001. L’exécutif a promis d’agir. Mais dans les faits sa marge de manœuvre est étroite.  Le gouvernement était inquiet de la situation de Mory Ducros bien avant son dépôt de bilan. Le Monde révélait début novembre que le dossier traînait depuis plusieurs semaines sur les bureaux du CIRI, le Comité interministériel de restructuration industriel, bras armé du ministère du Redressement productif à Bercy. D’où la déclaration d’Arnaud Montebourg qui, vendredi soir, a affirmé avoir reçu « des manifestations d’intérêts » à l’attention de Mory Ducros mais pas de « proposition » ferme de reprise. « Autant dire rien ! Ce dossier Mory Ducros est exemplaire car il illustre les incohérences de la politique économique du gouvernement ( et des précédents)  et sa soumission totale à l’ultralibéralisme de Bruxelles.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol