Archive pour le Tag 'le pétrole'

Le pétrole : tendance haussière ?

 Le pétrole : tendance haussière ?

 

 

Structurellement le niveau du pétrole est encore très bas mais la tendance pourrait bien être haussière avec d’une part la reprise économique moniale qui  s’amorce. En clair par exemple, le carburant pourrait connaître des augmentations surtout si l’euro continue de se tasser par rapport au dollar. Les cours du pétrole ont terminé encore en légère hausse mardi sur le marché new-yorkais Nymex, enchaînant leur quatrième progression d’affilée malgré des données montrant une hausse des exportations américaines, évolution susceptible de remettre en cause les efforts de stabilisation du marché. Le contrat décembre sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a gagné 23 cents, soit 0,42%, à 54,38 dollars le baril. Le Brent a pour sa part fini sur un gain de 47 cents (+0,77%) à 61,37 dollars. Les deux cours de référence de l’or noir affichent une deuxième progression mensuelle de suite, avec un gain de 5,3% pour le WTI (après +9,4% en septembre) et de 6,7% pour le Brent (+9,9% en septembre). Le Brent, notamment porté par la perspective d’une nouvelle reconduite de l’accord mondial de réduction de la production de brut, affiche un bond de 37% par rapport à son creux de l’année touché en juin. Les exportations de brut américaines ont atteint près de deux millions de barils par jour et la production a augmenté de près de 13% depuis la mi-2016, à 9,5 millions de barils.

 

Effet Syrie : le pétrole à 150 dollars

Effet Syrie : le pétrole à 150 dollars

 

 Le cours du pétrole Brent pourrait atteindre 125 dollars le baril en cas de frappes aériennes occidentales contre la Syrie et sa hausse pourrait continuer dans le cas d’une contagion du conflit au Moyen-Orient, estime un analyste de la Société générale. « Nous pensons que dans les jours à venir, le Brent va encore gagner entre cinq et dix dollars et atteindre 120-125 dollars (le baril), que ce soit dans l’anticipation de l’offensive ou en réaction à l’annonce du début de cette offensive », explique Michael Wittner dans une note à ses clients. Le prix du baril de brut pourrait ensuite atteindre 150 dollars dans l’éventualité où le conflit s’étendrait à d’importants pays producteurs comme l’Irak, ajoute-t-il, tout en précisant qu’une forte hausse serait certainement limitée dans le temps. « Si les répercussions régionales se traduisent par des perturbations importantes de l’approvisionnement, en Irak ou ailleurs, le Brent pourrait culminer brièvement à 150 dollars », estime l’analyste. Mercredi, le contrat octobre sur le baril de Brent a atteint un plus haut de six mois à 117,34 dollars, la crise syrienne venant s’ajouter à une diminution de la production d’autres pays producteurs, comme la Libye. Dans les cas où un conflit viendrait perturber l’approvisionnement en brut, le marché dépendrait de l’augmentation de la production de l’Arabie Saoudite, seul pays membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) à disposer de capacités excédentaires, explique Michael Wittner. Il ajoute que les pays consommateurs pourraient envisager de puiser dans leurs réserves stratégiques si les cours montaient trop haut ou si l’offre se raréfiait.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol