Archive pour le Tag 'le Pen'

Page 4 sur 13

Sortie de l’euro : un an et demi !!!!! (Le Pen)…… pourquoi pas 48 heures !

Sortie de l’euro : un an et demi !!!!! (Le Pen)…… pourquoi pas 48 heures !

 

 Pour preuve que Marine Le Pen est complètement illuminée, cette déclaration dans le journal Sud Ouest où elle affirme qu’il suffira d’un an et demi pour organiser le transfert de l’euro vers le franc Si l’on se fie aux brexit, les négociations nécessiteront un minimum de deux à cinq ans voir bien davantage tellement sont complexe les relations internationales (il faudra notamment renégocier tous les accords commerciaux avec tous les pays du monde, régler le passif financier avec l’union européenne et définir un nouveau statut  entre le Royaume-Uni et l’Europe). Le propos de Marine Le Pen est bien entendu irresponsable, il révèle une incompétence totale, ce qui d’ailleurs n’a guère de conséquence sur son électorat composé pour l’essentiel d’électeurs complètement incultes en matière d’économie. Les   négociations aboutissant à un abandon de l’euro et à un retour à une devise française pourraient prendre un an ou un an et demi, déclare Marine Le Pen dans une interview parue samedi dans le journal Sud Ouest. La fin de la monnaie unique, au coeur du programme de la candidate du Front national à l’élection présidentielle, est loin de faire consensus dans l’opinion, selon des sondages régulièrement réalisés. « Si tout le monde est d’accord, on peut mettre un an, un an et demi pour organiser un retour concerté à la monnaie nationale », juge la présidente en congé du parti d’extrême droite dans l’entretien à Sud Ouest. « Je veux être pragmatique. Je ne veux pas le chaos. Notre pays est assez brutalisé pour ne pas créer une perturbation supplémentaire (…). Mais le fait est qu’en l’état, l’euro participe largement à la situation de dépréciation de notre économie », ajoute-t-elle. La sortie de l’euro figure dans son programme en 144 points mais n’apparaît pas explicitement dans la profession de foi publiée en vue du second tour, qui l’opposera le 7 mai à Emmanuel Macron.

Cuisine politique : Le Pen achète Dupont-Aignan

Cuisine politique :   Le Pen achète  Dupont-Aignan

C’est comme au foot adversaire (ennemi en la circonstance,) ami un autre jour à l’occasion d’un transfert. Un transfert au prix élevé puisque marine Le Pen a du promettre le poste de Premier Ministre en cas de victoire à l’élection présidentielle en vertu d’un accord de gouvernement qui prévoit des inflexions au programme du Front national. Un accord où Dupont Aignan renie ses propres convictions et où Le Pen renonce à supprimer l’euro. Bref du marchandage sulfureux  comme sur une foire à bestiaux.  Le compromis scellé comporte six « engagements », marquant autant d’amendements au projet du FN, notamment concernant la fin de l’euro en tant que monnaie unique, qui n’est « pas un préalable à toute politique économique ».  Son soutien, officialisé vendredi, marque un virage dans la trajectoire du député de l’Essonne, qui a entamé sa carrière politique au RPR, l’ancêtre des Républicains d’aujourd’hui, revendique toujours l’héritage du général de Gaulle et a multiplié dans le passé les critiques à l’encontre du FN. « Chez Debout la France (le parti qu’il a fondé-NDLR), il n’y a pas d’arrière-boutique d’extrême droite comme au Front national », déclarait-il en mars sur France 2.

 

Dupont-Aignan : un oligarque pour rendre Le Pen présentable

Dupont-Aignan : un oligarque pour rendre Le Pen présentable

 

Il est clair que Marine Le Pen souffre d’un sérieux déficit de compétences et d’images. En outre son entourage est surtout composé de bras cassés, d’extrémistes illuminés et d’aventuriers ; uen exception,  Philippot, le vice-président, énarque dont la tonalité apaisée du propos tranche avec le délire verbal des autres ; ceci étend sur le fond Philippot partage les mêmes propositions folles de Marine Le Pen mais au moins il est plus présentable. La candidate du front national, elle, présente un profil plus proche de celle d’une marchande de poisson que d’une candidate à l’élection présidentielle (sans parler des affaires). Du coup elle a un énorme besoin de respectabilité. D’où le recrutement d’un autre énarque Dupont Aignan, en déshérence financière et qui va chercher au front national les soutiens qui lui permettront de continuer de faire de la politique. Dupont Aignan  n’est pas un perdreau de l’année, c’est un vrai produit du système, il a pratiquement toujours vécu de la politique depuis 30 ans. Comme candidats anti système on fait mieux ! Emmanuel Macron a qualifié samedi de « combine d’appareil » le soutien de Nicolas Dupont-Aignan à Marine Le Pen, son adversaire au second tour de l’élection présidentielle française, qui chercherait là à « régler (ses) problèmes de crédibilité ». Le député de l’Essonne, arrivé sixième du premier tour avec 4,70% des voix, a annoncé vendredi son ralliement à la candidate du Front national, qui lui a en retour promis le poste de Premier ministre en cas de victoire, le 7 mai. Ce soutien signe une « clarification de la vie politique française », a réagi Emmanuel Macron lors d’une visite d’une exploitation agricole à Usseau, dans la Vienne. « Ce à quoi on a assisté hier me semble être une combine d’appareil, qui a vocation à régler les problèmes de crédibilité de Mme Le Pen, qui (…) n’a pas d’équipe autour d’elle, et les problèmes de financement de M. Dupont-Aignan », a-t-il ajouté.

2017 : Macron largement vainqueur face à Le Pen

2017 : Macron largement vainqueur face à Le Pen

Selon une enquête Harris Interactive et Indeed pour LCP publiée jeudi 27 avril, Emmanuel Macron serait d’assez loin le favori des électeurs face à Marine Le Pen. D’après ce sondage réalisé du 25 au 27 avril 2017, le candidat d’ »En Marche ! » est crédité de 61% des intentions de vote contre 39% à la candidate du Front national.  Dans un précédent sondage réalisé dimanche soir par Harris Interactive et Indeed après l’annonce des résultats du 1er tour, Emmanuel Macron était crédité de 64% des intentions de vote au second tour, contre 36% pour Marine Le Pen. En termes de reports de voix, l’ancien ministre de l’Économie pourrait aujourd’hui compter sur 69% des voix des électeurs de Benoît Hamon, 5% affirmant soutenir Marine Le Pen et 26% n’exprimant pas d’intention de vote, indique l’enquête.  La popularité de la candidate frontiste est plus importante chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, puisqu’elle apparaît comme une option pour 13 % d’entre eux, et pour 28 % des électeurs de François Fillon. Malgré tout, 45% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 42% de ceux de François Fillon voteraient Emmanuel Macron alors que 42% des premiers et 30% des seconds préfèrent voter blanc, nul, ou s’abstenir.

Enquête réalisée en ligne auprès de d’un échantillon de 1.016 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus comprenant un échantillon de 940 inscrits sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e) et vote au premier tour pour les intentions de vote. Marge d’erreur de 3 points.


Dupont-Aignan se vend à Marine Le Pen pour éviter la faillite financière de son parti

Dupont-Aignan se vend à   Marine Le Pen pour éviter la faillite financière de son parti

 

Pour sauver son micro- parti  « debout la France », Dupont Aignan n’a pas hésité à s’allier avec le diable. En cause,  le fait qu’il n’a pas réussi à atteindre 5%, ce qui lui aurait permis d’être remboursé par l’État pour ses dépenses de campagne. Pour sauver son petit parti de quelques milliers d’adhérents, Dupont Aignan se vend donc à Marine Le Pen. L’objectif est d’obtenir en retour quelques députés qui viendront remplir  les caisses de son micro parti et continuer à faire de la politique. Pourtant Dupont Aignan affirmait  encore le 19 avril que son parti était de nature humaniste et non xénophobe, ce qui l’empêchait de rejoindre le Front national. Cependant la logique financière a pris le pas sur la morale politique « Nous avons signé un accord de gouvernement avec une évolution de son programme », a déclaré le président de Debout la France sur France 2, quelques heures après avoir rencontré Marine Le Pen dans un appartement du XVIIe arrondissement de Paris. « L’enjeu c’est de sauver la France. » Le comité national de Debout la France, réuni vendredi, s’était divisé sur son positionnement en vue du second tour de l’élection présidentielle, avait indiqué son vice-président Dominique Jamet lequel a démissionné aussitôt de son parti. « Il y a eu des discussions où tous les avis se sont opposés et à la fin on s’est séparés. Il n’y a pas de décision prise, il n’y a pas de décision commune », a-t-il déclaré à l’issue de quatre heures trente de réunion. Nicolas Dupont-Aignan, issu de la droite gaulliste, n’a pas réussi à franchir la barre fatidique des 5%, qui permet d’être remboursé de ses frais de campagne.

Le « peuple » contre l’ « oligarchie » ou l’escroquerie intellectuelle de Le Pen


Le « peuple » contre l’ « oligarchie » ou l’escroquerie intellectuelle de Le Pen

 

En se revendiquant candidate du peuple Marine Le Pen commet une double escroquerie. D’abord parce que cette riche héritière qui n’a pratiquement jamais travaillé, ne peut sociologiquement s’identifier aux couches sociales moyennes et encore moins défavorisées. Ensuite parce qu’elle instrumentalise la misère et l’ignorance pour donner une légitimité à un programme démagogique et illusoire qui conduirait le pays à la ruine. Pour résumer le programme de Marine Le Pen c’est : « il faut empêcher la fermeture d’usine. Il faut empêcher les importations. Il faut protéger les pêcheurs.  évidemment tous ceux qui ont un travail difficile et qui aujourd’hui ne touche pas les fruits auquel il aurait droit ». Bref le summum de la démagogie. Un cocktail de corporatisme, d’illusions de nationalisme aussi de rejet de tout ce qui n’est pas français. Marine Le Pen a effectué jeudi un nouveau déplacement, cette fois auprès de pêcheurs du Gard, conçu pour mettre en scène l’opposition entre le « peuple », dont elle se veut l’avocate, et une « oligarchie » acquise à Emmanuel Macron selon la rhétorique de la candidate du Front national. « Il faut protéger (les pêcheurs-NDLR) de la concurrence déloyale, il faut arrêter de démultiplier les normes qui sont juste inapplicables », a ajouté Marine Le Pen, qui s’est présentée comme petite-fille de marin pêcheur. « Cette stratégie consiste à « aller vers la France qui travaille et la France qui souffre », déclare le dirigeant frontiste « très peuple aussi  » Wallerand de Saint Just à Reuters.

Macron–Le Pen le choix entre la contrainte de la complexité ou la facilité du simplisme

Macron–Le Pen le choix entre la contrainte de la complexité ou la facilité du simplisme

 

 

Il est clair qu’en France où la formation économique est indigente (la France figure en dernière position dans un classement européen sur cette thématique)  la problématique de la complexité ne constitue pas un argument très vendeur sur le plan électoral. Du coup, les formules simplistes de Marine Le Pen parviennent à persuader les électeurs les plus perdus intellectuellement et économiquement. On passe d’ailleurs facilement du simplisme au caricatural en proposant une sorte de mur fiscal pour imposer tout ce qui vient de l’étranger en s’inspirant au passage d’une taxe à 35 % qui existerait aux États-Unis, ce qui est totalement faux et pas même inscrit dans le projet fiscal de Trump. Comme s’il n’y avait pas de mesures de rétorsion à attendre pour les produits exportés. C’est évidemment ne rien comprendre à l’évolution des processus de production et d’échange. Si la France présente un déficit de croissance et d’emploi elle doit surtout à son manque de compétitivité et de productivité. Bien entendu promettre de travailler moins, de gagner plus sans se préoccuper des équilibres financiers publics et privés est plus facile que d’expliquer la complexité des mutations en cours et la nécessité d’engager des réformes structurelles pour redresser le pays. Le programme de Marine Le Pen se réduit essentiellement à des slogans : « Il faut, il faut, il faut….. » Sans autre explication que des arguments invraisemblables comme le retour au franc, la sortie de l’Europe, la fermeture des frontières ou l’interdiction des importations. Marine Le  Pen  instrumentalise la misère sociale et l’ignorance. Une recette politique qui a toujours réussi aux apprentis sorciers mais pas au progrès et à la paix.

Le Pen : un risque de ruine économique

Le Pen : un risque de ruine économique  

 

 

 

L’instrumentalisation de pauvres chômeurs l’usine Whirlpool d’Amiens  par  Marine Le Pen constitue évidemment une arnaque politique de même nature que cella de Hollande vis-à-vis de Florange. Il s’agit d’une  véritable escroquerie car on sait bien que l’Etat ne peut sauver toutes les entreprises difficultés surtout quand il s’agit d’uen production qui ne relève pas de l’intérêt général et qui n’est pas stratégique. Ou alors il faut nationaliser toutes entreprises, une utopie qui a ruiné l’économie des pays qui s’y sont essayé. Par ailleurs les promesses de Marine Le Pen pour Whirpool comme pour l’industrie en général sont mortelles pour l’économie. Une économie in renationalisée à hauteur de 50% (rapports  imports plus exports sur PIB). Mettre des taxes sur les importations conduirait à renchérir les produits concernés donc amputer le pouvoir d’achat.  , prendre des mesures protectionnistes unilatérales conduiraient nombre d’entreprises à fermer.  Pour de nombreux experts, représentants patronaux et économistes, l’application de du  programme de Marine Le Pen provoquerait la débâcle d’une industrie française déjà à la peine et fragiliserait les entreprises en général, multinationales comme PME. Sa principale revendication – la sortie de l’Union européenne et de l’euro – suffit à détourner nombre d’entre eux de sa candidature, en raison du chaos économique dans lequel ces politiques risquent de plonger la France. Les vecteurs cités de fragilisation des entreprises, en particulier industrielles puisqu’exportatrices, sont nombreux : baisse de compétitivité en raison de son programme économique, risque à l’export lié aux mesures protectionnistes, financements plus rares et plus chers auprès des marchés ou de banques fragilisées par la sortie de l’euro, tarissement des investissements décidés aussi bien par des entreprises basées en France que des groupes étrangers… « Le programme de Marine Le Pen est un programme dangereux qui risque de nuire à l’ensemble de l’économie et en particulier aux secteurs tournés vers l’exportation comme le secteur industriel », a dit mercredi à Reuters le directeur des études du cabinet d’analyse économique COE-Rexecode, Emmanuel Jessua. « Sa politique budgétaire est laxiste et sa politique économique va à l’encontre d’objectifs de compétitivité : on remet en cause le CICE, on revient à la retraite à 60 ans, etc. », sa fiscalité protectionniste « renchérirait les consommations importées par les entreprises » et, dans le même temps, « il y aura évidemment des mesures de rétorsion de nos partenaires commerciaux et une perte de débouchés pour les entreprises exportatrices », a-t-il ajouté. Si elle obtient le feu vert des Français pour revenir au franc, « il y aura une dévaluation, les marchés ne feront clairement pas confiance à l’économie française », a-t-il poursuivi, en soulignant que sa victoire provoquerait une fuite des capitaux qui fragiliserait les banques françaises, pour lesquelles « on ne peut pas exclure un risque systémique ». La hausse des taux d’emprunt frapperait quant à elle non seulement la sphère publique mais également les entreprises. « Tout cela dresse un tableau noir pour l’industrie française », a ajouté l’économiste. Une analyse partagée par Vincent Charlet, directeur de La Fabrique de l’industrie, un think tank soutenu par les fédérations industrielles, selon qui « imaginer que les recettes anti-désindustrialisation proposées par le Front national accélèrent la désindustrialisation et donnent lieu à plus de délocalisations, ça ne fait aucun doute ». « L’arrivée de Marine Le Pen au pouvoir jetterait un discrédit terrible sur la capacité de la France à être un pays stable, un pays à l’économie stable et un partenaire de confiance », a-t-il dit mercredi à Reuters. « Une sortie de l’Union européenne telle qu’elle est recommandée ou promise par Marine Le Pen aurait évidemment des effets désastreux sur l’ensemble de l’économie, mais en particulier sur l’industrie qui est particulièrement insérée dans les réseaux d’échanges mondiaux », a-t-il souligné.

Le Pen : une candidature qui fait honte à la France

Le Pen : une candidature qui fait honte à la France

 

La candidature l de Marine Le Pen constitue une véritable honte pour la France. En cause,  ses valeurs,  ses orientations économiques et sa  personnalité. Concernant sa personnalité, Marine Le Pen  est un pur produit du système, héritière d’un parti et de la richesse de son père. En outre, impliquée dans de nombreuses affaires y compris d’enrichissement personnel et de détournement de fonds publics.  L’intéressée n’a pratiquement jamais travaillé et se révèle complètement incompétente en matière économique, elle n’entretient que des relations approximatives avec les réalités sociales (qu’elle observait sans doute du château paternel de  Montretout). Cette candidature fait honte à la France du fait de l’incongruité des propos de l’intéressé, de sa grossièreté et de sa vulgarité. Dernière citation en date « : le vieux réflexe républicain tout pourri «  contrairement à son père Marine Le Pen semble peu cultivée et sa rhétorique est plus proche de celle utilisée dans un bistrot que dans les cercles philosophiques.  Les valeurs sur lesquelles elles se font sont à la fois obsolètes et scandaleuses, c’est le repli généralisé sur une France  étriquée, le rejet de tout ce qui est étranger,  le racisme et la haine. Le pire, c’est sans doute son programme économique complètement invraisemblable qui propose d’ignorer la dette, le retour au franc,  la sortie de l’union européenne. Autant de propositions qui témoignent de son ignorance totale de la complexité des processus de production et d’échange. Une espèce de programme poujadiste qui renvoie aux années 50, un cocktail d’étatisme, de corporatisme et de nationalisme qui ne peut conduire qu’à la ruine du pays voire à  au conflit avec les pays voisins et même à la guerre. Toutes les guerres ont commencé sur les fondements du nationalisme. Vu de l’étranger cette candidature est une sorte d’ovni politique. Que 20 30 % des Français fassent confiance à une telle caricature politique affectent gravement la crédibilité du pays et notamment sa lucidité et sa capacité à se réformer réellement.  

 

Voter blanc, c’est voter Le Pen (Juppé)

Voter blanc, c’est voter Le Pen (Juppé)

 

Juppé met les pieds dans le plat de l’hypocrisie des Républicains et réclame une position claire au second tour. Alain Juppé, qui a réuni ses proches mardi soir à Paris, a en effet critiqué les « finasseries » de la position de son parti, Les Républicains, avant le second tour opposant Emmanuel Macron à Marine Le Pen.  »Voter blanc, c’est donner sa chance au FN. Assez de finasserie! Pour battre MLP, il n’y a qu’une solution: voter Macron », a tweeté le maire de Bordeaux dans la soirée.   Lundi soir, le bureau politique de LR a adopté un texte de compromis appelant « à voter contre Marine Le Pen pour la faire battre au second tour de l’élection présidentielle ». « Face au Front National, l’abstention ne peut être un choix », insiste ce texte. Le parti laisse donc implicitement le choix entre le vote blanc ou le vote Macron.
Emmanuel Macron a jugé mardi soir sur France 2 « pas claire » la position de LR. « Il y a eu de longs débats même pour savoir s’il fallait mettre mon nom dans le communiqué de presse », a-t-il observé.

Marine Le Pen « pas la candidate du FN » !

Marine Le Pen « pas la candidate du FN » !

 

En déclarant quelle n’est pas la candidate du Front national, Marine Le Pen acte  le fait qu’elle traîne comme un boulet là réputation de son parti mais aussi de son nom. Pas étonnant si elle avait tenté de réduire ce nom à son prénom ; ce que lui avait reproché vertement son père. De la même manière, elle avait tenté de débaptiser le nom du parti. La prise de distance est cependant trop tardive. Elle est même contradictoire puisque dans les derniers jours de campagne du premier tour, Marine Le Pen s’est rapprochée des thèses identitaires de son père.  Certes, il est classique que les deux candidats qualifiés lors  du premier tour d’une présidentielle essaient de prendre du champ par rapport à leur propre camp aux fins de rassembler. Pour autant Front National, Marine et Le Pen sont indissociables surtout compte tenu du caractère familial et héréditaire de cette organisation très particulière ;  du coup  cette tentative de s’autonomiser  en quelque sorte pour Marine Le Pen risque d’être assez mal comprise de même que l’opposition qu’elle fait entre les centres urbains et la ruralité. « Je ne suis pas la candidate du Front national », a déclaré mardi sur TF1 Marine Le Pen, qui s’est présentée face à Emmanuel Macron, « le candidat de l’oligarchie », comme « la candidate du peuple » et particulièrement de la ruralité. Force est de constater qu’effectivement les zones périphériques notamment rurales éloignées ont été assez favorables à la candidate du Front National. Pour autant,  il ne s’agit pas d’un vrai vote d’adhésion mais plutôt d’un appel un peu désespéré des habitants de zones économiques délaissées.  « Je ne suis pas la candidate du Front national. Je suis la candidate soutenue par le Front national. Cette élection présidentielle, c’est la rencontre d’une personnalité avec le peuple (…) en dehors des considérations partisanes », a déclaré la candidate d’extrême droite, qui affrontera le 7 mai le candidate d’En Marche! Au second tour de la présidentielle. « Mon adversaire a une vision qui est assez désincarnée, il ne voit que les centre-villes, c’est à eux qu’ils parlent essentiellement, à ceux qu’il pense être les gagnants de la mondialisation », a-t-elle poursuivi, précisant qu’elle avait tenu à se rendre dans « les petits villages » durant sa campagne, « à la rencontre de la ruralité ». Emmanuel Macron « est le candidat de l’oligarchie, je suis la candidate du peuple », a-t-elle dit. Cependant Marine panne aura du mal à convaincre une riche héritière comme elle est représentative de ce peuple.

Sondage : Les paumés peu instruits pour Le Pen, les modernes pour Macron ?(BVA)

Sondage : Les paumés peu instruits pour Le Pen, les modernes  pour Macron ?(BVA)

Le vrai  clivage entre Emmanuel macro et Marine Le Pen est peut-être moins politique que sociologique. En effet ce sont les catégories les plus instruites et les électeurs d’expérience qui ont surtout voté pour le leader d’en marche. À l’inverse Marine Le Pen recueille surtout les voies des moins favorisés et des plus déstabilisés. Il est clair que le discours simplificateur voir caricatural de Marine Le Pen davantage certaines couches sociales qui ont du mal à comprendre et admettre les évolutions structurelles en cours. D’une certaine manière une grande partie des votes en faveur de Marine Le Pen est à considérer comme un cri de révolte mais aussi d’anxiété. De leçons notamment sont à tirer  de ce résultat. Il faudra d’une part consacrée du temps et des moyens pour faciliter la compréhension des mutations en cours aussi faire un énorme effort de formation pour requalifier des salariés qui se sentent un peu perdus. Effet selon le sondage de BVA Marine Le Pen a réalisé ses meilleurs scores chez les catégories sociales inférieures (37% et particulièrement chez les ouvrier 45%) suivies des professions intermédiaires (17%) et des CSP+ (10%). Les électeurs dont les revenus sont inférieurs à 1.500 euros par mois ont largement voté pour Marine Le Pen (30%). Chez les plus hauts revenus, ils ne sont « que » 12% à avoir voté pour elle. Au niveau des catégories socioprofessionnelles, les CSP + ont largement voté pour Macron (32%, surtout chez les cadres avec 39%) suivis par les professions intermédiaires et les CSP-. Les inactifs (dont les retraités), sont eux 24% à avoir voté pour Macron.  Emmanuel Macron a largement bénéficié du vote des personnes de plus de 65 ans et des retraités puisqu’il réalise son meilleur score dans cette tranche d’âge. Selon les résultats de l’enquête, ils seraient 27% à avoir voté pour le candidat d’En marche! Même si les personnes âgées ont quand même largement voté pour François Fillon (41%). Pour celui qui s’est présenté comme « le candidat du renouveau » et qui est soutenu par le mouvement des Jeunes avec Macron (l’organisation revendique plus de 18.000 « adhérents » dans toute la France), la marge de progression pour conquérir un électorat plus jeune est encore importante. L’ancien ministre de l’Economie arrive en seconde position (21%) chez les 18-24 ans derrière Jean-Luc Mélenchon (27%) et à égalité avec Marine Le Pen. Enfin, les hommes sont plus nombreux à avoir voté pour Emmanuel Macron (25%) que les femmes (22%). Contrairement à Emmanuel Macron, Marine Le Pen a réalisé son pire score chez les plus de 65 ans (12%). En revanche, la présidente du FN a reçu le soutien de la catégorie des 25-34 ans (26%) et des 35-49 ans (27%). Les plus jeunes (18-24 ans) ont également apporté leur soutien à la députée européenne (21%). Du côté de la différence entre sexes, égalité parfaite : 22% des femmes et 22% des hommes ont voté pour la candidate du Front national.

Marine Le Pen : bon score relatif mais mauvaise campagne

Marine Le Pen : bon score relatif mais mauvaise campagne

Marine Le Pen fait un bon score avec près de 22 %, un succès toutefois relatif car son potentiel électoral lui promettait 30 % au regard des sondages d’il y a quelques mois mais surtout des derniers résultats électoraux. En cause, une mauvaise campagne de Marine Le Pen qui s’est enfermée dans des contradictions invraisemblables concernant notamment le domaine économique avec la sortie de l’Europe et l’abandon de l’euro. Dans les derniers jours de campagne,  elle a  complètement changé son orientation électorale en se recentrant sur ce qui fait le fonds de commerce du Front National : le repli identitaire. En cause également la personnalité de l’intéressé dont le profil manque sérieusement de compétences et qui ne parvient pas à convaincre réellement qu’elle peut être présidentiable. Le score mi-figue mi-raisin de Marine Le Pen vient donc sanctionner une campagne en demi-teinte, où elle a parfois péché par excès d’optimisme, et commis quelques erreurs. A plusieurs reprises, sa ligne est apparue brouillonne, sans colonne vertébrale, réagissant à l’actualité immédiate. « C’est comme s’il n’y avait pas de direction de campagne. Il n’y a pas de séquençage, elle n’impose jamais ses thèmes », estimait un ancien conseiller cité par RTL avant le premier tour. En interne, certains choix stratégiques sont critiqués, comme celui de défendre une sortie de l’euro, une perspective inquiétante pour de nombreux électeurs potentiels. « Moi, je m’en fous d’avoir l’euro ou pas, si on reste submergé par l’immigration », confiait ainsi à franceinfo Philippe Olivier, l’un des stratèges de la campagne de Marine Le Pen. « Elle navigue à vue, mais elle finit toujours par retomber sur ses deux pieds en revenant aux fondamentaux du FN », observe pour sa part l’historienne Valérie Igounet, spécialiste du parti frontiste. De fait, dans la dernière ligne droite, Marine Le Pen a d’ailleurs tenté de revenir à ses fondamentaux – insécurité et immigration – mais sans doute trop tard. Cette inflexion de ligne politique traduit en tout cas le débat qui traverse le Front national depuis quelques années, entre le discours souverainiste de Florian Philippot et les velléités identitaires de Marion Maréchal-Le Pen.

 

Boutin pour Le Pen ?

Boutin pour Le Pen ?

 

Jusque-là les cathos  réacs n’avaient pas franchi le Rubicon moral pour se positionner en faveur de Marine Le Pen. Christine Boutin, elle vient de le faire puisqu’elle n’exclut plus de voter pour la candidate du front national. D’une certaine manière les cathos réacs révèlent leur vraie visage celui de chrétiens rabougris. Christine Boutin, ex-candidate à la présidentielle et ex-ministre de Nicolas Sarkozy, a déclaré dimanche à l’AFP qu’elle jugeait « possible » de voter pour Marine Le Pen au second tour si la présidente du Front national s’engage sur des « points fondamentaux » à ses yeux. « Je ne peux pas dire que Marine Le Pen, ce soit ma tasse de thé, mais Emmanuel Macron, jamais! Lui, c’est la peste et le choléra », a affirmé l’ancienne présidente du Parti chrétien démocrate. De manière un peu plus hypocrite Christine Boutin et également rejointe par d’autres chrétiens réactionnaires qui au passage salissent sérieusement l’image de modernité que veulent donner l’église et le pape. Une sorte de schisme religieux.   »Nous laisserons à chacun sa liberté de conscience », estime ainsi  le président de Sens Commun, Christophe Billan, dans une interview publiée sur le site de Famille Chrétienne. Dans un registre proche, Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, a dit ne pouvoir « soutenir ni l’un ni l’autre » et invité « les Français à choisir en conscience, sans se soumettre à aucune pression ou chantage moral ».L’ex-ministre Christine Boutin, fondatrice du PCD, a pour sa part exprimé sur Twitter sa « honte » à la suite de l’appel de François Fillon. « Je sens nos valeurs trahies (…) Je ne serai pas du côté de la Mondialisation », a-t-elle écrit. Il faut cependant sans doute s’attendre à des prises de position complètement opposée à celle de Boutin, de Poisson et de sens commun de catholiques beaucoup plus ouverts à la modernité et qui ne peuvent accepter les orientations sociétales du front national en particulier dans le domaine du racisme.

 

Mélenchon-le Pen-même combat ?

Mélenchon-le Pen-même combat ?

 

Mélenchon a certes fait une bonne campagne mais il n’est pas parvenu à se qualifier. Sa victoire c’est surtout d’avoir enfoncé voie peut-être faire exploser le parti socialiste. Le tribun talentueux, indiscutablement le meilleur de cette campagne, ne s’est pas montré à son avantage dimanche soir. Il s’est en effet montré triste, même sinistre,  surtout ambiguë en refusant de se prononcer contre le front national sous couvert de démocratie interne. La vérité impose de dire que nombreux aspects des orientations de Mélenchon ce rapprochent  de celle de Marine Le Pen en matière de souverainisme, de repli sur soi et de corporatisme. Des orientations  nationalistes  qui se rapprochent  sur le plan économique mais aussi politique par exemple quand aux liens à entretenir avec Poutine. D’une certaine façon, Mélenchon se retrouve un peu coincé par ses positions précédentes quand finalement il avait été contraint de soutenir Hollande avant de s’en mordre les doigts. Mais ne pas soutenir Macon c’est en fait apporter une aide sérieuse à Le Pen. Un curieux positionnement républicain chez celui qui s’en est souvent paré des vertus. Ou quand l’extrême gauche est en faite plus proche qu’on ne le pense de l’extrême droite sauf sur certains terrains sociétaux

Les cathos fachos refusent de voter contre Le Pen

Les cathos fachos refusent de voter contre Le Pen

 

 

Les cathos  fachos refusent de voter contre Le Pen certains même comme Christine Boutin se déclarent même prêts à voter pour Marine Le Pen sous réserve de quelques amendements du programme du front national. Le mouvement Sens commun, qui avait activement soutenu François Fillon durant la campagne présidentielle, et le Parti chrétien-démocrate, allié des Républicains, ont refusé dimanche de choisir entre les deux qualifiés pour le second tour, Emmanuel Macron et Marine Le Pen. Ces prises de position plus qu’ambigu porte un coup de plus à la crédibilité de Fillon mais aussi à leurs propres organisations. En cause, la sociologie de ces organisations essentiellement des électeurs chrétiens aisés, souvent âgés et réactionnaires. Bref pas vraiment l’image que veut donner le pape et ceux qui veulent une église généreuse largement ouverte sur le monde. Ces organisations assombrissent sérieusement l’image de modernité que veut donner l’église qui par ailleurs n’a pas à s’investir  en tant que tel dans le système politique. La décision de ces mouvements conservateurs contraste avec celle de François Fillon, qui a annoncé sa préférence pour l’ancien ministre de l’Economie face au Front national, dépeint par l’ex-Premier ministre comme le dépositaire d’une tradition de « violence » et d’ »intolérance ». « Nous laisserons à chacun sa liberté de conscience », estime le président de Sens Commun, Christophe Billan, dans une interview publiée sur le site de Famille Chrétienne. Dans un registre proche, Jean-Frédéric Poisson, président du Parti chrétien-démocrate, a dit ne pouvoir « soutenir ni l’un ni l’autre » et invité « les Français à choisir en conscience, sans se soumettre à aucune pression ou chantage moral ».L’ex-ministre Christine Boutin, fondatrice du PCD, a pour sa part exprimé sur Twitter sa « honte » à la suite de l’appel de François Fillon. « Je sens nos valeurs trahies (…) Je ne serai pas du côté de la Mondialisation », a-t-elle écrit. Au sein des Républicains (LR), de nombreux ténors ont appelé à voter pour Emmanuel Macron, voire à l’aider, et certains représentants de l’aile la plus à droite, à l’image de Laurent Wauquiez, ont plaidé pour une position moins catégorique, consistant à faire battre Marine Le Pen.

Débat France 2: Macron et Le Pen les plus regardés ?

Débat France 2: Macron et Le Pen les plus regardés ?

Pas vraiment un succès pour France 2 pour son débat avec chaque candidat. En cause la forme de l’émission relativement répétitive et ennuyeuse aussi une certaine overdose de politique chez des électeurs auxquels ont promets la lune depuis les primaires débutées en novembre. Le premier débat sur TF1 avait réuni 10 millions de téléspectateurs le 20 mars. Le second 6,3 millions sur BFM. L’émission de France 2 a été suivie par seulement 4,66 millions de téléspectateurs. macro suivie de Le Pen ont été les plus suivis tandis que l’extra terrestre Cheminade figure en dernière position Au cours de la soirée, les deux candidats les plus suivis, selon les audiences recensées par le site Puremédias , ont été Emmanuel Macron avec 5,26 millions de téléspectateurs (21,3% du public) entre 22h11 et 22h29 et Marine Le Pen avec 5,10 millions entre 20h39 et 20h56 (20,2% de l’audience). Suivent Benoît Hamon (5,07 millions entre 21h15 et 21h33, soit 19,6% du public) et Philippe Poutou, qui avait fait sensation lors du débat du 4 avril : de 21h52 à 22h10, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste a rassemblé 5,03 millions de téléspectateurs (19,9%). Viennent ensuite Nicolas Dupont-Aignan (4,95 millions entre 21h33 et 21h51, soit 19,1%), François Asselineau (4,85 millions de 20h57 à 21h14, 18,9%), Nathalie Arthaud (4,68 millions de 20h21 à 20h38, 19,7%) et Jean-Luc Mélenchon qui a débuté la soirée et été suivi par 4,50 millions de téléspectateurs (20,4% de l’audience), selon Puremédias. Les moins suivis ont été les trois candidats passés en fin de soirée : François Fillon, dernier à passer (4,40 millions entre 23h06 et 23h25, soit 26,4% du public), Jacques Cheminade (4,17 millions entre 22h29 et 22h48, soit 18,4%) et enfin Jean Lassalle qui, de 22h48 à 23h06 a été suivi par 4,06 millions de personnes soit 21,2% du public). 

2017 : « Fillon au second tour et pas Le Pen » !!!

2017 : « Fillon au  second tour et pas Le Pen » !!!

Fillon pourrait être au second tour est pas Le Pen d’après des instituts qui se fondent surtout sur des les informations des réseaux sociaux. Rien n’est impossible évidemment dans cette campagne largement perturbée. Pour autant, l’analyse des réseaux sociaux sur Internet constitue une méthodologie très discutable qui peut être utile pour des enquêtes qualitatives mais pas pour quantifier des intentions de vote. En cause,  le fait que les réseaux sociaux constituent une sorte d’auberge espagnole où on trouve le pire et le meilleur, que le volume de citations d’un candidat ne constitue pas un indicateur très pertinent sans parler de ceux  qui inondent  Internet à des fins électoralistes. Avec de telles méthodes,  le candidat Asselineau pourrait se qualifier pour le second tour !  Des informations puevent sont sans doute êter tirées  d’Internet mais les méthodologies pour les analyser aller pour les analyser sont parfois assez sulfureuses. À quelques jours du premier tour, Leendert de Voogd, ancien directeur mondial de l’institut TNS et Pdg de Vigiglobe, fait le point sur la dynamique actuelle sur les réseaux sociaux. Une dynamique qui, encore une fois, dénote par rapport aux sondages… et pourrait réserver quelques surprises. Interview dans la Tribune.

 

Vous aviez perçu la montée de François Fillon et la possibilité qu’il gagne la primaire bien avant les sondages. Idem pour la victoire de Benoît Hamon aux primaires. Quels enseignements tirez-vous des réseaux sociaux Facebook et Twitter ?

LEENDERT DE VOOGD - Depuis le 1er février, 35 millions de tweets concernant la campagne électorale ont été publiés et diffusés sur Twitter. Les réseaux sociaux sont une formidable expression de l’opinion publique, que nos outils algorithmiques permettent d’analyser finement et que les sondages ne prennent pas en compte. Or, l’expérience nous montre que les dynamiques présentes sur les réseaux sociaux sont en avance sur les sondages et se retrouvent souvent dans le vote, comme cela a été le cas pour la victoire de François Fillon aux primaires. Nous l’avions perçue plus d’un mois à l’avance alors que les derniers sondages le donnaient au mieux deuxième derrière Alain Juppé.

Les derniers sondages publiés le 19 avril indiquent la même hiérarchie : Emmanuel Macron en première position suivi de très près par Marine Le Pen, puis François Fillon et Jean-Luc Mélenchon un peu plus loin, mais dans la marge d’erreur avec un écart entre le premier et le dernier inférieur à 7 points. Retrouvez-vous cette hiérarchie sur les réseaux sociaux à quelques jours du premier tour ?

Non. Pas dans cet ordre. Aujourd’hui, et depuis une bonne semaine, la dynamique sur les réseaux sociaux révèle plutôt un trio de tête composé de François Fillon, d’Emmanuel Macron et de Jean-Luc Mélenchon. Marine Le Pen, bonne quatrième, est très largement distancée, signe que sa campagne ne prend pas. Du mercredi 12 au mercredi 19 avril, 1,26 million de tweets ont concerné Emmanuel Macron, 1,25 million ont concerné François Fillon et 1,22 million ont concerné Jean-Luc Mélenchon, contre seulement 589.600 pour Marine Le Pen, qui suscite presque deux fois moins d’intérêt malgré le soutien de la très active « fachosphère », un relais très puissant sur internet. Les trois premiers sont donc dans un mouchoir de poche. Si on regarde le nombre de personnes qui tweetent à leur sujet, on remarque un avantage à Jean-Luc Mélenchon et à François Fillon. 172.600 personnes ont tweeté sur Jean-Luc Mélenchon, contre 167.100 sur François Fillon, 137.400 sur Emmanuel Macron et 122.700 sur Marine Le Pen.

Au-delà de ces chiffres, qui révèlent une certaine dynamique, c’est le contenu des messages qui importe. Nos algorithmes indiquent que c’est François Fillon qui déclenche le plus de contenus positifs, donc d’engagement, de la part des internautes. C’est surprenant, mais cela a été le cas, malgré les affaires, depuis le début de la campagne. À l’inverse, Marine Le Pen ne semble pas avoir su profiter de son avance, qui s’érode sur les réseaux sociaux plus vite que dans les sondages. De leur côté, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon connaissent une dynamique réelle et solide. Le meeting de Bercy du 17 avril a encore renforcé Emmanuel Macron, tandis que Jean-Luc Mélenchon surfe sur une vague forte depuis le débat du 4 avril sur BFM TV et CNews.

La dynamique sur les réseaux sociaux -car nous analysons Facebook aussi- indique donc que François Fillon est sous-estimé dans les sondages et qu’il a de grandes chances de se qualifier pour le second tour. À l’inverse, Marine Le Pen paraît surestimée. Cela ne veut pas dire qu’elle ne se qualifiera pas, car elle dispose d’un socle électoral important, mais le temps joue contre elle. Marine Le Pen est clairement dans une dynamique descendante qui ne se traduit pas encore dans les sondages.

Quelle est précisément votre méthode ?

Tout d’abord, Vigiglobe se défend bien de pronostiquer quoi que ce soit. Nous faisons du big data à partir des données des réseaux sociaux pour révéler des dynamiques sous-jacentes, sachant qu’un français sur deux dispose d’un compte sur Facebook et que Twitter revendique environ 15 millions de comptes ouverts en France. Cette communauté est très importante et riche d’enseignements à l’heure où les sondages traditionnels n’arrivent plus forcément à saisir les dynamiques, ce qui entraîne de grosses surprises comme le Brexit, Fillon aux primaires ou l’élection de Donald Trump.

Nous avons développé des algorithmes basés sur des notions d’intelligence artificielle, qui codent automatiquement le sens et la tonalité de chacun des messages postés sur Facebook et Twitter. Vigiglobe a signé des partenariats avec eux, nous avons donc accès à l’ensemble des messages publics. Cela nous permet d’analyser toutes les données disponibles et de connaître le profil des internautes qui postent (sexe, âge, etc.).

Quant à la tonalité, elle est déterminée par l’apprentissage machine (machine learning). Cela veut dire que nous avons appris à l’ordinateur à discerner s’il s’agit d’un message positif, neutre, ou négatif, par l’analyse sémantique. Un corpus de langage spécialement dédié aux élections a été développé en interne. Nos annotateurs ont codé manuellement des dizaines de milliers de messages pour que l’ordinateur s’en nourrisse et compare chaque nouveau message à ce qu’il connaît. Cela nous permet de déceler aussi l’ironie et l’humour, très répandus sur les réseaux sociaux. La tonalité est très importante pour mesurer les dynamiques autour de chaque candidat, même si la plupart des messages sur les réseaux sociaux sont négatifs. L’analyse du contenu nous permet de délimiter les thèmes qui portent et ceux qui en tirent profit.

Quel crédit apporter à votre méthode ? La sociologie des utilisateurs de Twitter -jeunes, urbains, plus diplômés- ne correspond pas à une photographie exacte des électeurs. De plus, les affaires de François Fillon ont rythmé la campagne, il est donc normal qu’il suscite davantage de réactions sur les réseaux sociaux. Ces éléments ne peuvent-ils pas fausser votre analyse ?

Vous avez raison, Twitter et Facebook ne sont pas la France et il faut rester prudent. Nicolas Sarkozy suscitait énormément de réactions et il ne s’est pas qualifié pour le second tour des primaires. Mais le big data électoral vise plutôt à pondérer les sondages en comprenant mieux les dynamiques et en repérant les thèmes, les arguments qui impriment sur l’opinion, en positif ou en négatif. Il ne faut pas oublier que le vote n’est pas rationnel. Le candidat qui marque le plus la campagne par les thèmes qu’il soulève est souvent celui qui gagne. De plus, 5 millions de messages sont publiés chaque semaine à propos des candidats. Ce chiffre double lorsqu’il y a une actualité forte, un débat télévisé par exemple. La population sur les réseaux sociaux représente un tiers des électeurs potentiels, et pas uniquement des jeunes urbains diplômés, surtout sur Facebook. Notre méthode a prouvé sa pertinence pour les marques qui nous utilisent pour déceler les tendances sur lesquelles communiquer, et aussi dans le cas d’élections passées.

Les candidats peuvent-ils « fausser » leur impact sur Facebook et Twitter grâce à leurs armées de militants ?

Les réseaux sociaux sont un relais d’opinion très important pour les candidats, à condition de bien les utiliser. Mélenchon et Fillon ont mis en place une véritable stratégie de communication dans ce domaine, qui fonctionne bien. Mais les équipes d’Emmanuel Macron ne sont pas aussi performantes, or c’est lui qui totalise le plus d’intérêt depuis un mois. Marine Le Pen peut aussi s’appuyer sur la « fachosphère », très forte, mais elle se situe loin derrière les trois autres. Elle dispose pourtant de la communauté la plus importante : 1,3 million de « likes » sur Facebook, 1,4 million d’abonnés sur Twitter, contre respectivement 350.000 et 500.000 pour Fillon, 280.000 et 650.000 pour Macron, 900.000 et 1 million pour Mélenchon. Donc l’impact de la puissance des candidats sur la Toile est à relativiser.

Qu’est-ce qui retient l’attention des internautes, en positif et en négatif, au sujet de ce quatuor ?

Emmanuel Macron pâtit de l’affaire Mohamed Saou et du fait qu’il soit assimilé à François Hollande. En revanche, il est celui dont les propositions sont les mieux perçues et les plus commentées.

François Fillon est fortement attaqué sur ses affaires et, récemment, à cause de son soutien à Sens Commun. Mais sa stature présidentielle ressort positivement et ses soutiens sont vocaux sur son projet.

Jean-Luc Mélenchon bénéficie de la force de sa communauté, très mobilisée pour mettre en avant l’ambition de son programme. Les critiques à son encontre concernent surtout ses propositions, moins sa personne.

Marine Le Pen dispose du ratio soutiens/critiques le plus déséquilibré, elle est beaucoup plus attaquée qu’encensée. Ce qui ressort de positif est sa mise en avant de la France et sa lutte contre l’islamisme radical. Mais elle est très fortement critiquée sur son racisme et ses déclarations sur le Vel d’Hiv.

Quelles tendances avez-vous décelées avant les sondages depuis que la campagne a commencé ?

En janvier, Mélenchon était 4e ou 5e dans les sondages, alors qu’il a très vite été dans le top 3 sur les réseaux sociaux, ce qui a été confirmé ensuite par les sondages. À l’inverse, Benoît Hamon a toujours été loin derrière, même quand il était crédité de plus de 16% d’intentions de vote. Nous avons également observé la baisse de Marine Le Pen avant qu’elle commence à reculer dans les enquêtes d’opinion. Ni ses idées ni ses prises de position ne semblent impacter durablement. Quant à François Fillon, l’argument de « l’élection volée » par les médias et la justice fonctionne très bien. Ses soutiens, souvent des personnes de plus de 50 ans, s’expriment très librement à ce sujet, notamment sur Facebook. Cela paraît fou, mais après trois mois de campagne, nous ne serions pas surpris de voir Fillon qualifié et pas Le Pen.

Que pouvez-vous dire sur les six « petits » candidats ?

François Asselineau dispose d’une communauté assez mobilisée. Cela reste marginal, car il représente environ 3% de l’électorat, mais il est au-dessus de Nicolas Dupont-Aignan sur les réseaux sociaux, ce qui n’est pas le cas dans les sondages. Quant à Philippe Poutou, le buzz après sa prestation du 4 avril est retombé, mais il reste largement au-dessus de Nathalie Artaud.

Un algorithme, Predict my President, qui mouline des données socio-économiques et issues des réseaux sociaux, pronostique un second tour Le Pen-Fillon. Le site Filteris, lui aussi spécialisé dans le big data, estime que Fillon arrivera en tête, devant Le Pen. Votre analyse est encore différente. Comment l’expliquer ?

L’arrivée du big data est la principale nouveauté de cette campagne. Je ne peux pas juger des résultats de ces initiatives, car je ne connais pas leur méthodologie. Mais nous avons l’exclusivité des messages sur Facebook et Twitter et un algorithme d’analyse du sentiment qui a prouvé sa pertinence. Encore une fois, il ne s’agit pas de dire que François Fillon sera à coup sûr au second tour et que Marine Le Pen n’y sera pas, mais qu’actuellement, c’est la dynamique qui se dégage, et que celle-ci n’est pas encore traduite dans les sondages. En aura-t-elle même le temps d’ici à dimanche ?

Pensez-vous qu’il faudrait intégrer le big data aux enquêtes qualitatives d’opinion ?

Absolument. Cumuler notre expertise avec celles que vous mentionnez permettrait de mieux saisir l’opinion et d’affiner les études. Il manque un acteur qui synthétiserait tout cela et l’analyserait. Notre approche, celles de nos concurrents dans le big data et celle des sondages sont complémentaires et devraient être fusionnées. Si tel était le cas, le défi serait alors de déterminer le poids que l’on attribue à chacun de ces facteurs.

 

Sondage 2017-20 avril : Macron 24 %, Le Pen 21,5 %

Sondage 2017-20 avril : Macron 24 %, Le Pen 21,5 %

 

Emmanuel Macron, à 24%, devant Marine Le Pen, 21,5%, François Fillon, 20%, et Jean-Luc Mélenchon, 19,5%, selon un sondage Elabe pour L’Express et BFMTV publié vendredi. Dans cette enquête réalisée avant l’attaque survenue jeudi soir sur les Champs-Elysées, à Paris, la candidate du Front national perd 1,5 point quand ses concurrents Les Républicains et de La France insoumise gagnent respectivement 0,5% et 1,5% d’intentions de vote. L’institut précise que par rapport à la taille de l’échantillon interrogé, les quatre candidats de tête se tiennent dans la marge d’erreur. Derrière eux, Benoît Hamon est crédité de 7% des intentions de vote, en baisse d’1 point, son plus bas score depuis le début de cette enquête fin janvier. Au second tour, Emmanuel Macron gagnerait, quel que soit son opposant. Face à Marine Le Pen et François Fillon, le leader d’En Marche ! l’emporterait avec 65%, contre 35% pour concurrent. Avec 59% des voix, il gagnerait aussi contre Jean-Luc Mélenchon, crédité de 41% des votes. L’homme fort de La France insoumise l’emporterait face à François Fillon avec 56% des voix, contre 44%. Jean-Luc Mélenchon battrait aussi la présidente du Front national sur le score de 60%-40%. Dans le dernier duel, Marine Le Pen s’inclinerait contre François Fillon, 59% pour le député de Paris contre 41% pour la candidate d’extrême droite.

L’enquête a été réalisée en ligne les 19 et 20 avril auprès d’un échantillon représentatif de 1500 personnes.

2017 sondages du 19 avril : Macron devant Le Pen, Fillon et Mélenchon en recul (BVA)

2017 sondages du 19 avril : Macron devant  Le Pen, Fillon et Mélenchon en recul  (BVA)

Bien qu’il faille prendre les sondages avec une certaine prudence,  il semble que Macron et Le Pen soient toujours en tête avec léger avantage pour Macron. Fillon et Mélenchon paraissent distancés. Selon un sondage BVA-Salesforce pour la presse régionale et Orange publié mercredi, à quatre jours du scrutin. Emmanuel Macron et Marine Le Pen restent au coude à coude et sont respectivement crédités de 24% et 23% des intentions de vote. Ils voient tous les deux leur score progresser d’un point par rapport à la précédente édition de cette enquête, publiée vendredi dernier, tandis que François Fillon et Jean-Luc Mélenchon, à égalité avec 19%, perdent chacun un point. Le candidat du mouvement En Marche ! « Semble profiter de la tentation du vote utile », observe BVA en précisant que son socle électoral se solidifie: 74% de ses électeurs potentiels se disant sûrs de leur choix, contre 67% la semaine dernière. La présidente du Front national, dont le score s’érodait régulièrement depuis la mi-mars, regagne un point et voit sa base se remobiliser. Au total, 89% des sympathisants FN se déclarent certains d’aller voter, soit une hausse de neuf points par rapport à la semaine dernière. Largement distancé, le candidat socialiste Benoît Hamon gagne un point, à 8,5%, interrompant le mouvement d’érosion des intentions de vote en sa faveur entamé fin février. Dans les configurations testées pour le second tour, Emmanuel Macron s’imposerait face à Marine Le Pen (avec 65% des suffrages), face à François Fillon (67%) et Jean-Luc Mélenchon (60%). Marine Le Pen est également donnée perdante face à François Fillon (qui réunirait 57% des voix) et face à Jean-Luc Mélenchon (60%). En cas de duel de second tour opposant Jean-Luc Mélenchon et François Fillon, le candidat de La France insoumise l’emporterait avec 58% des suffrages. Ce sondage, effectué par internet les 18 et 19 avril, porte sur 1.427 inscrits sur les listes électorales issus d’un échantillon de 1.502 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Les chiffres évoqués dans cette enquête reposent sur la base des sondés certains d’aller voter et ayant exprimé une intention de vote, soit 1.098 personnes, précise BVA, en soulignant que cela se traduit par une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 points

123456...13



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol