Archive pour le Tag 'Le FMI'

Epargne des ménages : taxe de 10% proposée par le FMI !!

Epargne des ménages : taxe de 10% proposée par le FMI !!

 

 

L’ingénierie fiscale devient folle avec cette proposition du FMI qui viserait essetiellemenet les ménages. Un tout petit paragraphe à la toute fin d’un document de 49 pages, dans un rapport du FMI. Le genre de document que l’on commence justement à lire par la fin. Un paragraphe en forme de proposition: et si l’on créait un prélèvement une fois pour toute sur le capital ? Il y a évidemment un point d’interrogation, mais aussi un raisonnement charpenté. L’endettement des Etats avancés est tel qu’on n’a pas le choix. Une taxe sur l’épargne privée a l’avantage de ne pas perturber le système. Certains diront même qu’elle est juste. Mais pour cela il faut deux conditions. Que personne ne puisse y échapper et être absolument certain qu’elle ne sera prélevée qu’une seule fois. Le rapport évoque les travaux de plusieurs économistes basés sur des exemples historiques où l’hypothèse a été envisagée pour désendetter des Etats. Puis, il conclut si l’on veut revenir à des niveaux d’endettement d’avant la crise et compte tenu des calculs concernant 15 pays de la zone euro, qu’il conviendrait de mettre en place une imposition de 10% sur tous les ménages disposant d’une épargne positive.

 

Le FMI découvre la lune : la croissance est trop faible pour générer des emplois !

Le FMI découvre la lune : la croissance est trop faible pour générer des emplois !

Voilà au moins de quoi justifier le salaire de Lagarde (100 000 euros par mois sans impôt !) : pour le FMI la croissance est trop faible pour résoudre le chômage !! L’économie mondiale ne croît pas assez vite pour créer les emplois qu’attendent des dizaines de millions de chômeurs, mais elle se renforce progressivement, a estimé mercredi à New Delhi le directeur général adjoint du Fonds monétaire international (FMI).  La croissance mondiale devrait progresser de 3,3% en 2013 et de 4% l’an prochain, mais ces chiffres masquent des écarts géographiques, a souligné Naoyuki Shinohara lors d’une rencontre avec des diplomates et des hommes d’affaires.  Le monde est engagé dans une reprise « à trois vitesses » sans « assez de croissance pour générer des emplois pour les millions (de personnes) qui sont au chômage depuis les cinq dernières années », a-t-il estimé.  Créer des emplois doit être « une question globale » car elle touche au coeur de la crise économique mondiale qui « affecte les jeunes de façon disproportionnée », a-t-il poursuivi lors de son allocution le jour de la Fête du travail.  En mars, le chômage a atteint un nouveau record absolu dans la zone euro à 12,1%. C’est dans trois des pays bénéficiant d’une assistance financière internationale, assortie de plans d’austérité drastiques, qu’il est le plus élevé: en Grèce (27,2% selon les dernières données disponibles datant de janvier), en Espagne (26,7%) et au Portugal (17,5%).   »Les économies les plus performantes sont dans les pays émergents et en voie de développement, l’Asie devant enregistrer une croissance moyenne de 7,1% cette année et l’Afrique sub-saharienne une croissance de 5,6% », a indiqué M. Shinohara, ancien ministre des Finances japonais.  Des pays tels que les Etats-Unis sont sur le chemin de la reprise, avec une croissance attendue de 2% en 2013. D’autres, comme les pays de la zone euro, devraient voir une réduction de leur croissance cette année, a-t-il ajouté.

 

Croissance : Le FMI critique l’Europe et les Etats Unis

Croissance : Le FMI critique l’Europe et les Etats Unis

 

Les ministres des Finances et banquiers centraux des principales puissances mondiales ont adopté samedi une liste de mesures à prendre pour désamorcer les problèmes de dette en Europe et aux Etats-Unis, qu’ils réexamineront dans six mois. Dans un communiqué publié après deux jours de discussions à Tokyo dans le cadre de l’assemblée d’automne du Fonds monétaire international (FMI), ils ont souligné que la croissance mondiale ralentissait et que de fortes incertitudes subsistaient. L’agenda de dix pages reprend pour l’essentiel des étapes déjà envisagées, telles que la mise en place d’un programme de rachat d’obligations par la Banque centrale européenne ou le règlement par Washington du problème du « mur budgétaire » de fin d’année. Cette « checklist », qui sera vérifiée en avril prochain, a surtout pour but de responsabiliser les gouvernements concernés par rapport à leurs engagements, reflet de la frustration ressentie par le FMI et de nombreuses économies émergentes. La directrice générale du Fonds, Christine Lagarde, a déclaré que les membres de l’organisation avaient rapproché leurs points de vue en matière de politique économique. Elle a ainsi cherché à minimiser les désaccords entre le Fonds et l’Allemagne sur le rythme auquel des pays fortement endettés comme la Grèce devraient réduire leurs déficits. « Il n’y a pas eu d’objection à la recommandation que nous avons donnée aux pays membres, à savoir A.G.I.R. », a déclaré Christine Lagarde en épelant chaque lettre du verbe. « Nous ne sommes peut-être pas d’accord sur tout, mais je crois qu’il existe un consensus général sur le fait que l’action collective est en train de produire des résultats. »

 

 

Le FMI s’assoit sur le traité européen et veut du temps pour l’Espagne, la Grèce… et les autres.

Le FMI s’assoit sur le traité européen et veut du temps pour l’Espagne, la Grèce… et les autres.

Les économies des deux pays sont au centre de la crise de la zone euro, Athènes cherchant à se conformer aux termes d’un plan d’aide octroyé par le FMI et ses partenaires européens tandis que Madrid cherche à éviter d’avoir à solliciter un soutien. « Au lieu de charger lourdement, il est parfois mieux, en raison des circonstances et du fait que beaucoup de pays entreprennent en même temps des politiques comparables afin de réduire leurs déficits, (..) D’avoir plus de temps », a déclaré Christine Lagarde. « C’est ce que j’ai défendu pour le Portugal, c’est ce que j’ai défendu pour l’Espagne et c’est ce que nous défendons pour la Grèce pour laquelle j’ai dit à plusieurs reprises que deux ans supplémentaires étaient nécessaires pour le pays afin qu’il puisse vraiment faire face au programme de consolidation budgétaire en question », a-t-elle poursuivi. Un rapport de la troïkaCommission européenne, Banque centrale européenne et FMI – sur l’évolution de la situation de la Grèce est attendu dans les prochaines semaines. Des responsables européens ont déclaré lundi que des divergences étaient apparues entre la zone euro et le FMI sur les mesures à prendre, en particulier sur la question de savoir si Athènes doit obtenir un répit dans ses efforts de réduction des déficits. L’Espagne est également sous pression, alors que le FMI, la Banque d’Espagne et de nombreux économistes ont jugé que les prévisions économiques sur lesquelles le budget 2013 est bâti sont trop optimistes et mettent en péril l’ambition d’atteindre les objectifs de ratios de déficits. Le FMI table sur une contraction de 1,3% du PIB l’année prochaine alors que le gouvernement a prévu un repli limité à 0,5% dans la rédaction du budget de Madrid. (Julien Toyer, Nicolas Delame pour le service français, édité par Tangi Salaün)

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol