Archive pour le Tag 'l’austérité'

Espagne: manif contre l’austérité

Espagne: manif contre l’austérité

 

Sous les mots d’ordre « stop aux budgets antisociaux » et « Coupes: assez! », les manifestants ont défilé dans la capitale catalane, Barcelone, dans le nord-est de l’Espagne, à l’appel du Sommet social, qui regroupe les syndicats et une centaine d’associations citoyennes.   »Ils coulent le pays », « Ni travail, ni retraites », pouvait-on lire sur les pancartes brandies par les manifestants, qui agitaient aussi le « Non » accompagné d’une paire de ciseaux devenu dans une Espagne plombée par un chômage de près de 26% l’emblème de la lutte contre les coupes budgétaires.  En Andalousie aussi, les manifestants étaient appelés dimanche à manifester dans plusieurs grandes villes.  Samedi, des milliers de personnes étaient descendues dans les rues de Madrid à l’appel du Sommet social et des Marées citoyennes, des collectifs professionnels nés pour défendre des services publics comme l’éducation et la santé et qui manifestent habituellement de leur côté.  Deux ans après l’arrivée au pouvoir du gouvernement de droite de Mariano Rajoy, les manifestants ont défilé derrière une grande banderole blanche portant les mots: « Jugement pour les banques. Sauvons le service public, les pensions, les personnes ».  Parmi leurs cibles, le système bancaire dont les dérives ont contribué à précipiter le pays dans la crise en 2008. Arrivé au pouvoir à la fin 2011, le gouvernement Rajoy a soumis l’Espagne à une cure d’austérité sans précédent, au prix de douloureux sacrifices. Deux ans plus tard, le pays vient de renouer

 

Obama: l’austérité n’est pas une stratégie

Obama: l’austérité n’est pas une stratégie

 

Un discours d’Obama qui vaut pour la Grèce mais sans doute aussi pour l’ensemble de l’Europe  qui inquiète de plus en plus aussi bien les Etats-Unis, que le FMI ou encore la FED. Le président américain et M. Samaras, qui se sont entretenus dans le Bureau ovale en milieu d’après-midi, ont tous deux reconnu l’importance des réformes de fond en Grèce, soumise à un plan d’assainissement drastique pour tenter de faire retomber un endettement qui a atteint 176% du PIB cette année.   »Je fais confiance au Premier ministre Samaras à poursuivre ces réformes structurelles », a affirmé M. Obama face aux journalistes.   »Nous sommes aussi d’accord sur le fait que face aux difficultés qui sont celles de la Grèce, nous ne pouvons pas considérer que l’austérité est une stratégie », a-t-il ajouté, alors que le PIB grec a fondu d’un quart en cinq ans sous l’effet de la crise.   »Il est aussi important de se concentrer sur la croissance et l’emploi, parce que l’histoire a montré que les pays en croissance et avec un haut niveau d’emploi (…) arrivent plus facilement à réduire la dette que les pays où les gens n’ont plus d’espoir », a encore dit le président américain.   »Nous voulons faire en sorte que les Grecs voient une lumière au bout du tunnel », a souligné M. Obama, en disant avoir exprimé à son hôte le soutien des Etats-Unis « dans un processus difficile ».  M. Samaras, tout en jurant de « faire le nécessaire » pour réformer les structures de son pays, a lui aussi évoqué l’importance d’ »insister sur la croissance et la création de nouveaux emplois, particulièrement pour les jeunes », dont le taux de chômage, a-t-il rappelé, dépasse les 60%.   »Nous traversons une période très dure, les sacrifices consentis par les Grecs sont énormes mais ils ne seront pas en vain », a-t-il promis.

 

Borloo: « arrêter l’austérité! »

Borloo: « arrêter l’austérité! »

Borloo dit sans doute avec quelques mois d’avance ce que l’Europe sera contrainte de faire dans quelques mois. La problématique est simple, l’austérité insuffisamment étalée va provoquer une nouvelle récession. En bref il faut inverser la problématique et tout centrer sur la croissance. La gauche le dit mais suit malheureusement la ligne suicidaire européenne Jean-Louis Borloo, président de l’UDI, a assuré vendredi sur France 2 qu’il fallait « évidemment arrêter l’austérité ». Interrogé sur les prévisions de croissance française quasi nulle que doit confirmer la Commission européenne, le député du Nord et ex-ministre a rappelé avoir lancé « il y a six-sept mois, attention à la spirale. La spirale qui est contre l’activité économique ». Il a pointé « 30 milliards d’impôts en plus », et « une augmentation énorme de la TVA sur les activités non délocalisables » comme « le bâtiment » avec « en 18 mois, 100% d’augmentation de la TVA ». « Evidemment qu’il faut arrêter l’austérité« , s’est exclamé l’ancien ministre centriste. « Les déficits, c’est lié à l’activité. Quand vous avez le risque de 100.000 chômeurs de plus dans le bâtiment – qui est en train d’entrer dans une crise très grave – c’est entre 2,5 et 3 milliards de moins dans l’ensemble des caisses », a-t-il souligné. « La spirale de l’austérité, pour le budget européen comme le budget français, il faut arrêter ! Il faut un plan de soutien à la croissance », a-t-il dit, citant des grands travaux comme le canal Seine-Nord ou le tramway dans les villes. « Il faut baisser immédiatement la TVA sur les produits intermédiaires, transports publics, bâtiment », a affirmé Jean-Louis Borloo. Selon lui, « c’est urgent parce que la spirale va s’aggraver, il y a un risque majeur de récession ».

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

Portugal: manifestation contre l’austérité

Portugal: manifestation  contre l’austérité

 

Pour les autorités européennes, le Portugal est un exemple de redressement, ce n’est pas l’avis des manifestants qui ont protesté contre l’austérité qui se traduit pas un taux de chômage de 17% (40%chez les jeunes). « Nos sacrifices tombent dans les poches des voleurs: les banquiers et les politiciens », clamaient des pancartes portées par les manifestants qui agitaient les drapeaux rouges de leur syndicat.  Le secrétaire général de la CGTP, Arménio Carlos s’est déclaré convaincu de la participation de « plusieurs dizaines de milliers de protestataires » aux défilés et rassemblements qui ont eu lieu dans une vingtaine de villes du pays.  La CGTP a assuré qu’à Porto, la grande ville du nord du pays, plusieurs dizaines de milliers de personnes avaient manifesté et plusieurs milliers dans le sud notamment à Faro et Portimao.  Un bilan précis sur l’ensemble du pays restait toutefois difficile à établir d’autant que les autorités ne communiquent généralement aucune estimation.  Le mouvement était destiné notamment à protester contre les hausses d’impôts sans précédent décrétées cette année par le gouvernement tandis que depuis l’année dernière salaires et retraites ont été nettement réduits.  En contrepartie d’un plan de sauvetage de 78 milliards d’euros accordé en mai 2011 par l’Union européenne et le Fonds monétaire international, le gouvernement du Premier ministre Pedro Passos Coelho met en oeuvre un vaste programme de réformes et de rigueur.   »Nous voulons rompre avec les engagements pris en échange du plan d’aide, rompre avec la politique de droite, exiger la démission du gouvernement et de nouvelles élections », a résumé Arménio Carlos sans exclure un nouveau recours à « une grève générale au moment adéquat ».   »A partir d’aujourd’hui et jusqu’à la fin du mois de mars il y aura des grèves et des manifestations dans tout le pays », a-t-il annoncé lors d’une prise de parole à la fin de la manifestation à Lisbonne.  Les mesures d’austérité que le gouvernement du Premier ministre Pedro Passos Coelho juge indispensables pour rétablir les finances du pays ont contribué à aggraver la récession. L’économie a reculé l’année dernière de 3,2% et le chômage touche désormais 16,9% de la population active et 40% des jeunes.   »On ressent quotidiennement le manque d’argent, les transports ont augmenté, les frais de scolarité aussi. Cette politique n’a pas d’avenir, elle détruit l’économie du pays », estimait Maria Manuel Reis, 55 ans, employée au ministère des Affaires étrangères, également concerné par les coupes budgétaires.  Après les hausses d’impôts généralisées, le gouvernement prévoit d’ici 2014 une vaste « réforme de l’Etat » qui devrait permettre des économies supplémentaires de 4 milliards d’euros. Alors que la « troïka » représentant les créanciers du Portugal (UE-FMI-BCE) est attendue a la fin du mois pour un nouvel examen des réformes mises oeuvre en échange du plan d’aide, M. Passos Coelho a récemment admis qu’en raison d’une possible « spirale récessive » il pourrait revoir les objectifs fixés.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol