Archive pour le Tag 'l’attractivité'

Tartuferie criminelle : Poutine regrette la mort de Navalny

Tartuferie criminelle : Poutine regrette la mort de Navalny

Être un demeuré profond pour croire aux propos hypocrites de Poutine-réélu avec prés de 90%-  qui dit regretter maintenant la mort de navalny!

 

La mort de l’opposant russe Navalny est un « événement triste », a en effet déclaré ce dimanche 17 mars Vladimir Poutine, quelques heures après avoir été réélu très largement à la tête de la Russie, dans une élection sans réelle opposition.

« Quant à Monsieur Navalny, il est décédé. Oui, il est décédé, c’est toujours un événement triste, mais nous avons eu d’autres cas où des personnes en prison sont décédées », a déclaré Vladimir Poutine dans un discours retransmis à la télévision publique.

Le président russe également affirmé avoir été favorable à un échange de prisonniers avec les Occidentaux incluant son principal détracteur, avant sa mort en prison dans des conditions obscures mi-février.

Le président russe Vladimir Poutine a recueilli 87% des voix à l’élection présidentielle qui s’est achevée dimanche en Russie. Les résultats de l’élection témoignent de la confiance des citoyens du pays et de leur espoir que nous ferons tout ce qui est prévu », a-t-il assuré.

Covid: l’attractivité retrouvée des petites villes

  • Covid:   l’attractivité retrouvée des petites villes ?

    Un plaidoyer dans le Monde pour une attractivité retrouvée des petites villes suite au Covid par des personnalités de Privas.

    Erika Cassan,Directrice du centre hospitalier des Vals d’Ardèche à Privas, Ardèche

    Michel Valla,Maire de Privas (divers droite), président du conseil de surveillance du centre hospitalier des Vals d’Ardèche estime que ce serait le moyen de mettre fin aux déserts médicaux. Un souhait sans doute, une nécessité peut-être mais une véritable utopie car l’avenir est aux grandes villes et aux métropoles.

     

    On voit mal en effet quel dynamique pourrait empêcher la régression d’une zone aussi éloignée que Privas dans l’Ardèche. Plus près de Paris, Saumur (qui bénéficie de la desserte du TGV) est un autre exemple de ville qui ne cesse de perdre régulièrement ses habitants. Du coup,  tout se  dégrade les services publics en général, les services hospitaliers en particulier, le commerce local, l’activité économique et les emplois. Cette charmante petite ville cumule la pauvreté, le vieillissement de la population et le manque d’emploi.  On pourrait multiplier les exemples. Au mieux la covid  pour ce type de très petite ville fera monter un peu le prix de l’immobilier grâce aux résidences secondaires. Pour que ça change, il faudrait une vraie révolution en matière d’aménagement du territoire et mettre fin à la folie de la métropolisation

    La généralisation du télétravail a fait découvrir à de nombreux citoyens les atouts des petites agglomérations, qui pourraient inverser le mouvement de concentration dans les métropoles, estime cependant, dans une tribune au « Monde », Erika Cassan, directrice de l’hôpital de Privas (Ardèche), et Michel Valla, maire de cette ville.

    Tribune.

     

    Difficile de trouver des éléments positifs dans les douze derniers mois que nous venons toutes et tous de passer face à la pandémie. Le personnel hospitalier, en première ligne dans ce combat, peut témoigner de la violence de cette lutte. Pourtant, même dans ce monde des soins, cette bataille contre le Covid-19 a fait émerger une tendance qui pourrait bien, à terme, être source d’espoir.

    Les Françaises et les Français, confrontés au confinement et au couvre-feu, ont souffert dans les grandes agglomérations, privés de sorties, dans un nombre restreint de mètres carrés, et loin de la nature. Et une tendance a commencé à émerger, corroborée par les statistiques immobilières : une envie de ville à taille humaine, proche des campagnes, des montagnes, des littoraux, des lieux où le lien social n’est pas un vain mot.

    Une envie de s’installer dans ces petites cités, rendue désormais possible pour beaucoup grâce à la généralisation du télétravail et à la numérisation accrue imposée aux entreprises pour raisons sanitaires face au virus.

    Pour la première fois depuis des décennies, le mouvement inexorable de concentration dans les grandes villes pourrait s’inverser. Les petites agglomérations qui souffraient de voir leur population s’étioler progressivement, leurs commerces fermer les uns après les autres, les services à la population, services publics ou privés, se réduire comme peau de chagrin, pourraient bien retrouver des couleurs, de l’attractivité et leur charme être ainsi redécouvert.

     

    A travers leurs atouts écologiques, gastronomiques (officialisés l’un et l’autre par de nombreux et très sérieux labels), météorologiques, technologiques même, tant le déploiement de la fibre s’accélère en France et rend les petites villes aussi connectées que les grandes.Ce mouvement est aussi porteur d’un espoir dans un domaine-clé : la santé, face à l’aggravation en France des déserts médicaux, ces zones où hôpitaux, cliniques, médecins, pharmacies se font de plus en plus rares ou périclitent. Et sans offre de santé, c’est l’emploi et l’existence même des bassins de vie qui s’en trouvent menacés. Car salariés et entrepreneurs veulent pouvoir être soignés et leur famille avec eux. A l’exode rural était en train de succéder un véritable exode sanitaire.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol