Archive pour le Tag 'l’art'

Uber : ou l’art d’exploiter à l’américaine les travailleurs

 

Uber : ou l’art  d’exploiter à l’américaine les travailleurs

Sous prétexte d’évolution technologique, Uber dans le monde entier à réussi à mettre en place une formidable organisation pour exploiter les salariés. Juridiquement il ne s’agit d’ailleurs pas de salariés puisqu’en fait les travailleurs sont contraints de supporter les charges financières relatives à l’achat d’un véhicule aux normes d’Huber, qu’ils sont par ailleurs considérés comme des travailleurs indépendants ce qui leur permet de ne pas être soumis aux normes sociales des salariés. Une formidable escroquerie contestée d’ailleurs dans de nombreux pays qui permet d’externaliser toutes les contraintes sociales et financières et d’internaliser les profits. En réalité quand un chauffeur d’Huber en France réussit  à dégager environ 2000 € de chiffre d’affaires mensuels  c’est pour plus de 70 heures de travail. Évidemment c’est mieux que d’être au chômage mais c’est en même temps un piège surtout quand Huber décide comme en France de réduire de 20 % la rémunération des chauffeurs partenaires. En fait ces chauffeurs ne sont pas partenaires mais sont sous la dépendance économique d’Huber. Un phénomène déjà connu dans le transport routier concernant la sous-traitance et qui avait conduit à réguler le secteur. La baisse unilatérale de 20 % des prix des prestations payées par Hubert ne fait qu’empirer des conditions d’exploitation déjà très critiquable. Certes on peut légitimement considérer que le tarif des taris des taxis classiques est un peu excessif en regard de la qualité pour autant contourner les règles financières et sociales ne semble pas le mode de régulation le plus pertinent pour améliorer la compétitivité de ce type de transport Les dirigeants de la plateforme Uber  qui met en relation passagers et véhicules de transport avec chauffeurs (VTC), ont bien conscience en effet que certains de leurs partenaires ne voient pas d’un bon œil la baisse de tarifs qu’ils leur ont imposée depuis la semaine passée. Pourtant Uber assure que la même mécanique a été fructueuse à New York, où la baisse du prix des courses a engendré une augmentation du volume des trajets, avec au final, un gain pour les chauffeurs dont certains sosnt très en colère.  Cela dit, Uber assure qu’il s’agit-là d’une minorité de chauffeurs. Ceux ayant manifesté leur mécontentement représenteraient selon eux seulement 1% de leurs partenaires. Avec lesquels ils comptent user de « pédagogie ». Chiffres à l’appui, puisqu’en effet, d’après le premier bilan effectué par Uber « après la baisse des prix de 20% des UberX à Paris, le nombre de trajets sur UberPool était en hausse de 40%, et les revenus horaires des chauffeurs sont restés constants le week-end dernier« . Du côté d’Uber il ne s’agit pas a priori de « négocier » quoi que ce soit pour l’instant, alors que certains chauffeurs comptent bien créer un syndicat professionnel afin de défendre leurs intérêts.

Opération Matignon-bis ou l’art de jeter l’argent par les fenêtres

Opération Matignon-bis ou l’art de jeter l’argent par les fenêtres

 

Regrouper les services de Matignon dans un même endroit, 3000 fonctionnaires concernés ; Une belle gabegie en perspective d’autant que 1000 fonctionnaires seraient largement suffisants (beaucoup font doublons avec les services des ministères. Pour l’administration la crise n’existe pas. Un projet fou, coûteux, significatif des compétences en matière de gestion de la haute administration (et des gouvernements).  Projet mal engagé, mal préparé, mal financé. On ne parle pas ici des ratages du logiciel de paie des militaires Louvois que le gouvernement vient d’abandonner la semaine dernière après 500 millions d’euros dépensés. Mais du projet de « Matignon-bis », un centre qui regroupera en 2017 une partie des services du Premier ministre, place de Fontenoy, en face des Invalides à Paris.  Le projet devrait coûter près de 500 millions d’euros à l’Etat. Autant que le logiciel Louvois. Espérons que l’affaire ne se termine pas de la même manière… L’idée initiale était pourtant séduisante. En 2011, pour des raisons d’économie et de rationalisation du travail ministériel, le gouvernement Fillon décide de regrouper en un même lieu une partie des services dépendant de Matignon, actuellement installés sur 38 sites dans Paris, comme le Centre d’analyse stratégique, le service d’information du gouvernement (SIG) ou encore le secrétariat général à la Mer.  Certaines autorités administratives indépendantes comme le Défenseur des droits, la Commission nationale informatique et libertés (Cnil) ou encore la Commission d’accès aux documents administratifs (Cada) hebergés dans des locaux loués très cher, doivent les rejoindre. Au total, près de 3.000 personnes seraient concernées.  Pour regrouper tout ce petit monde, le choix du gouvernement se porte sur un grand bâtiment de 7 étages et de 55.475 m2 situé place de Fontenoy, dans le 7eme arrondissement de Paris et occupé précédemment par différentes administrations qui ont émigré vers la banlieue. L’opération initiée sous la droite a ensuite été validée par le gouvernement Ayrault fin 2012.  Le bâtiment est estimé par le cabinet Jones Lang Lasale à 200 millions d’euros et par les Domaines à 300 millions. Il doit également faire l’objet de sérieux travaux pour accueillir les fonctionnaires. Ceux-ci sont estimés à près de 230 millions. Il est vrai qu’en contrepartie, la vente de certains locaux occupés par Matignon pourrait rapporter 160 millions à l’Etat.  Dans un rapport budgétaire consacré en octobre dernier aux crédits du Premier ministre, la députée UMP Marie-Christine Dalloz émet des sérieux doutes sur la gestion de l’opération. « La conduite du projet me laisse perplexe. A en croire les éléments d’information officiels, tout irait bien (..) Cependant, selon un intéressant rapport du sénateur de Paris Philippe Dominati, le projet semble connaître certaines difficultés », écrit-elle.  Ce rapport publié en juillet dernier (voir ci-joint) pointe, en effet, de nombreuses incohérences qui pourraient transformer l’opération en un beau fiasco dans quelques années.  « Il est difficile de connaître la véritable estimation du coût de l’opération », note le sénateur UMP de Paris. Fâcheux tout de même. L’Etat, n’ayant pas les moyens de financer l’opération, a choisi de recourir à un partenariat public-privé mais avec un organisme, la Sovafim dont le seul actionnaire est…l’Etat. Dans un rapport de 2011, la Cour des comptes recommandait pourtant « de mettre un terme à l’existance de cette société inutile ». La Sovafim a cependant obtenu « les droits de superficie » pour 13 ans en contrepartie d’un loyer de 21 millions par an versé par l’Etat. Certains experts estiment que ce montage entraînera un surcoût de 30% par rapport à une simple maîtrise d’ouvrage publique ! Autre incertitude: les éventuels recours contentieux qui pourraient être déposés contre l’opération. De quoi la retarder encore un peu plus et alourdir son coût. Pour l’heure, le projet a déjà un an et demi de retard sur le calendrier initial alors qu’aucun coup de pioche n’a encore été donné.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol