Archive pour le Tag 'largement'

Présidentielles Brésil : Lula largement en tête mais en prison

Présidentielles Brésil : Lula largement en tête mais en prison

Décidément nombre de pays de l’Amérique centrale et du Sud sont  incorrigibles en matière de démocratie. Après la période déjà ancienne des dictatures militaires, c’est la période des magouilles politiques. Ainsi par exemple au Brésil où le principal candidat l’ancien président Lola devance et de loin tous les candidats dans les sondages mais se trouve en prison. Cela pour des motifs de corruption mais ni plus et plutôt moins que ces prédécesseurs. De ce point de vue si l’on devait exiger une parfaite honnêteté des candidats politiques dans ces pays ou ailleurs, on éprouverait sans doute des difficultés à remplir les fonctions politiques centrales. Une situation  Inhérente aux conditions de financement des campagnes intérêts où politiques et financiers entretiennent des relations plus que douteuses. L’ancien président brésilien Luiz Inacio « Lula » da Silva, qui purge depuis avril une peine de 12 ans de prison pour corruption, gagne cinq points dans les intentions de vote pour l’élection d’octobre dont il sera le favori mais à la condition qu’il soit autorisé à briguer un nouveau mandat, selon un sondage publié lundi. Le chef de file de la gauche, qui va donc probablement être déclaré inéligible, est crédité de 37,3% des voix par l’institut CNT/MDA. En mai, le même institut le situait à 32,4%.Son adversaire le plus proche, le candidat d’extrême-droite Jair Bolsonaro, est à dix-neuf points avec 18,3%. Viennent ensuite l’écologiste Marina Silva avec 5,6% et le libéral Geraldo Alckmin avec 4,9%.

L’enquête, première du genre depuis le dépôt des candidatures, a été effectuée du 15 au 18 août auprès de 2.002 personnes et sa marge d’erreur est estimée à 2,2%.

Réforme des institutions : les Français largement pour

Réforme des institutions : les Français largement pour

 

 

Alors que nombre de parlementaires en particulier au Sénat sont particulièrement réticents à l’égard d’une réforme des institutions, les Français se prononcent largement pour cette réforme  d’après un sondage BVA pour Altantico publié vendredi. Les réticences des parlementaires proviennent notamment des perspectives de réduction du nombre des futurs élus et de la limitation du nombre de mandats. Les Français se déclarent à 59% favorables à une réforme “en profondeur”, alors que 32% se prononcent pour “une adaptation sans transformation radicale”. Seuls 6% souhaitent que les choses restent en l’état. Emmanuel Macron a lancé cet été le chantier des réformes institutionnelles, dont certaines sont susceptibles de modifier la Constitution, ce qui requiert une majorité des trois cinquièmes du Parlement (Assemblée nationale et Sénat) ou une approbation par référendum. C‘est le cas pour l‘interdiction du cumul de trois mandats identiques dans le temps, approuvée par 84% des sondés de BVA. La baisse du nombre des parlementaires, qui ne nécessite pas de réforme constitutionnelle, est elle aussi approuvée à une large majorité de 86%. Emmanuel Macron a dit son souhait de réduire d‘un tiers le nombre d’élus, actuellement au nombre de 577 à l‘Assemblée et de 348 au Sénat. Quant à l‘hypothèse d‘un regroupement des scrutins locaux le même jour en 2021, elle est soutenue par 69% des personnes interrogées. Plus de sept Français sur dix (72%) se montrent par ailleurs favorables à une introduction de la proportionnelle aux élections législatives. Une proportion équivalente (71%) est pour la création d‘un référendum d‘initiative citoyenne, une mesure défendue par l‘ancien candidat socialiste à l’élection présidentielle, Benoît Hamon, qui consiste à suspendre une loi pour la soumettre au vote des Français. Six sondés sur dix (61%) sont favorables au vote obligatoire aux élections locales et nationales. Pour ce qui est du droit de vote des étrangers non-communautaires, l‘idée est soutenue par une minorité de 45%. L‘enquête BVA a été réalisée par internet les 4 et 5 octobre auprès d‘un échantillon de 1.175 personnes âgées de 18 ans et plus.

Sondage Législatives 2017 : en Marche largement en tête

Sondage Législatives 2017 : en Marche largement en tête 

Selon Kantar Sofres-One Point, le mouvement d’Emmanuel Macron arriverait largement en tête du premier tour des élections législatives. Ainsi les électeurs français voteraient à 31% pour un candidat de La République En Marche, contre seulement 18% pour un candidat Les Répucains-UDI et 17% pour un candidat Front national. La France insoumise arriverait seulement en quatrième position devant l’alliance Parti socialiste-Parti radical de gauche. Des résultats significatifs qui permettraient ainsi à La République En Marche d’obtenir la majorité absolue avec entre 320 et 350 sièges à l’Assemblée nationale au terme du scrutin du 11 et 18 juin. Derrière, le groupe LR-UDI-DVD obtiendrait entre 140 et 155 sièges. En 2012, le groupe PS-PRG-DVG avait gagné 314 siège à l’Assemblée nationale, devant l’UMP qui avait obtenu 229 sièges.

Sondage législatives : En marche très largement en tête, LR et FN à égalité, le PS en voie de disparition

Sondage  législatives : En marche très  largement en tête, LR et FN à égalité, le PS en voie de disparition

 

Selon l’institut Harris Interactive, La République En Marche accentue son avance avec 32 % d’intentions de vote (+3) pour ses candidats au premier tour du scrutin qui se déroulera dimanche 11 juin, devant Les Républicains (LR) et le Front national (FN) qui perdent chacun un point (19%).  La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon recueille quant à elle 15% d’intentions de vote, accusant une chute d’un point en une semaine, et le Parti socialiste allié au Parti radical de gauche 6% (-1), selon cette enquête pour France Télévisions. Les candidats d’Europe Écologie-Les Verts et les souverainistes de Debout la France, le parti de Nicolas Dupont-Aignan, sont crédités de 3% d’intentions de vote, ceux du Parti communiste de 2% et ceux de l’extrême gauche (LO ou NPA) de 1%.

Enquête réalisée en ligne du 15 au 17 mai (avant la présentation du nouveau gouvernement) auprès de 4.598 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 0,7 à 1,6 point. Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat. Elles donnent une indication des rapports de force et des dynamiques au jour de la réalisation du sondage.

Sondage législatives : En marche largement en tête

Sondage législatives : En marche largement en tête

 

Le mouvement d’Emmanuel Macron arrive en tête des intentions de vote pour le premier tour des élections législatives le 11 juin, selon deux sondages Kantar Sofres-Onepoint et Harris Interactive. En Marche! recueillerait entre 24% et 26% des intentions de vote, devant Les Républicains (22%), le Front National (21 à 22%), la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon (13% à 15%) et le PS (entre 8 et 9%). Selon Kantar Sofres Onepoint pour TF1, RTL, LCI, derrière En Marche (24%), les Républicains (22%), le Front National (21%), et la France Insoumise (15%), viennent le PS (9%), EELV (3,5%), Debout la France (2,5%) l’extrême gauche (2%) et le PCF (1%). Selon Harris Interactive pour M6, derrière En Marche (26%) les Républicains (22%), le Front National (22%), et la France Insoumise (13%), viennent le PS (8%), EELV (3%), Debout la France (3%), le PCF (2%) et l’extrême gauche (1%). L’enquête Harris Interactive a été réalisée en ligne dimanche 7 mai entre 20h05 et 20h40 auprès de 2.376 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,0 à 2,3 points. L’enquête Kantar Sofres Onepoint a été réalisée en ligne les 4 et 5 mai, avec l’hypothèse de la victoire d’Emmanuel Macron à la présidentielle, auprès de 1.507 personnes inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas.

2017 : Macron largement vainqueur face à Le Pen

2017 : Macron largement vainqueur face à Le Pen

Selon une enquête Harris Interactive et Indeed pour LCP publiée jeudi 27 avril, Emmanuel Macron serait d’assez loin le favori des électeurs face à Marine Le Pen. D’après ce sondage réalisé du 25 au 27 avril 2017, le candidat d’ »En Marche ! » est crédité de 61% des intentions de vote contre 39% à la candidate du Front national.  Dans un précédent sondage réalisé dimanche soir par Harris Interactive et Indeed après l’annonce des résultats du 1er tour, Emmanuel Macron était crédité de 64% des intentions de vote au second tour, contre 36% pour Marine Le Pen. En termes de reports de voix, l’ancien ministre de l’Économie pourrait aujourd’hui compter sur 69% des voix des électeurs de Benoît Hamon, 5% affirmant soutenir Marine Le Pen et 26% n’exprimant pas d’intention de vote, indique l’enquête.  La popularité de la candidate frontiste est plus importante chez les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, puisqu’elle apparaît comme une option pour 13 % d’entre eux, et pour 28 % des électeurs de François Fillon. Malgré tout, 45% des électeurs de Jean-Luc Mélenchon et 42% de ceux de François Fillon voteraient Emmanuel Macron alors que 42% des premiers et 30% des seconds préfèrent voter blanc, nul, ou s’abstenir.

Enquête réalisée en ligne auprès de d’un échantillon de 1.016 personnes, représentatif des Français âgés de 18 ans et plus comprenant un échantillon de 940 inscrits sur les listes électorales. Méthode des quotas et redressement appliqués aux variables suivantes: sexe, âge, catégorie socioprofessionnelle et région de l’interviewé(e) et vote au premier tour pour les intentions de vote. Marge d’erreur de 3 points.


2017: Valls largement battu au premier tour

Valls largement battu au premier tour  

Selon un sondage BVA-Salesforce pour la presse régionale et Orange diffusé mercredi Valls serait battu très largement au premier tour en cas de candidature vraisemblable de Macron et Mélenchon. Valls ne tiendrait que 13 % derrière Fillon, Le Pen, Macron et Mélenchon.  L’institut a testé le « potentiel électoral maximal » de l’ex-Premier ministre socialiste, qui a annoncé sa démission lundi. Son score le plus élevé serait de 21% au premier tour dans l’hypothèse où il remporterait la primaire de la gauche, où Emmanuel Macron décidait ou serait contraint de renoncer à la présidentielle et si François Bayrou ne se présentait pas. Il ne pourrait toutefois menacer Marine Le Pen (26%) et François Fillon (29%). Dans le scénario d’une gauche « tripolarisée » au premier tour entre Jean-Luc Mélenchon, Emmanuel Macron et Manuel Valls, ce dernier recueillerait 13% des suffrages contre 14% à ses deux concurrents respectifs. « Le deuxième tour apparaît hors de portée de la gauche tripolarisée, mais même lorsqu’elle est bipolarisée autour des candidatures de Jean-Luc Mélenchon et Manuel Valls, en l’état le second tour n’est pas accessible non plus », a dit Erwan Lestrohan (BVA) à Reuters. « Ce sont vraiment les deux gauches irréconciliables de Manuel Valls qui l’empêchent d’accéder au second tour », note-t-il. A droite, François Fillon se qualifierait pour le second tour dans tous les cas de figure testés : face à Manuel Valls (24%), Arnaud Montebourg (23%) et face à Manuel Valls sans Emmanuel Macron ni François Bayrou (29%). La présidente du Front national, Marine Le Pen, est créditée de 24% à 26% des intentions de vote selon les scénarios, faisant jeu égal avec le candidat de la droite et du centre. L’enquête a été réalisée par internet du 2 au 4 décembre.

Autriche Présidentielle : l’extrême droite largement battue

Autriche Présidentielle : l’extrême droite largement battue

Alexander Van der Bellen, 72 ans, Le candidat indépendant, ex-dirigeant écologiste a recueilli 53,6% des voix, contre 46,4% pour Norbert Hofer , candidat de l’extr^me droite. . Ce dernier, âgé de 45 ans, avait été battu de justesse (avec un peu moins de 31.000 voix d’écart) le 22 mai dernier par Alexander Van der Bellen, 72 ans, qui l’avait emporté avec 50,3% des suffrages, mais le résultat du scrutin avait été annulé par la Cour constitutionnelle en raison d’irrégularités dans le dépouillement des votes par correspondance. Cette élection visait à trouver un successeur au social-démocrate Heinz Fischer, président depuis 2004 et qui ne pouvait briguer un troisième mandat. Bien que le rôle du chef de l’Etat autrichien soit essentiellement protocolaire, Norbert Hofer et le FPÖ voulaient faire de ce scrutin un symbole en prévisosn des législatives et engranger une nouvelle victoire pour le camp populiste, six mois après le Brexit et un mois après la victoire de Donald Trump aux Etats-Unis. Le parti d’extrême droite entendait conforter son implantation dans le paysage politique autrichien et transformer ce scrutin en tremplin vers la Chancellerie, le coeur du pouvoir exécutif, lors des législatives prévues au plus tard en 2018.

2017 :Hollande largement éliminé dés le premier tour

2017 :Hollande  largement  éliminé dés le premier tour

Selon une enquête Ipsos-Sopra Steria, François Hollande est éliminé des le premier tour est très largement dans pratiquement tous les cas de figure en plafonnant autour de 15 % des suffrages. Dans l’hypothèse d’une candidature d’Alain Juppé à la présidentielle – s’il gagne la primaire de droite de la fin 2016 – , le chef de l’État ne recueillerait que 14 % (- 4 points par rapport à la précédente enquête similaire de janvier 2016) d’intentions de vote, contre 31 % pour le maire de Bordeaux (stable), 26 % (+ 1) pour Marine Le Pen, 10 % (+ 1,5 %) pour Jean-Luc Mélenchon, et 8 % (stable) pour François Bayrou. En l’absence de candidature Bayrou -  ce qui semble plus crédible si Alain Juppé est candidat-, Alain Juppé est crédité de 36 % et François Hollande de 15 %.  En revanche, si Nicolas Sarkozy était le candidat de la droite, François Hollande recueillerait 16 % (- 4) des voix, contre 27 % (+ 1) à Marine Le Pen, 21 % (stable) à Nicolas Sarkozy, 13 % (stable) à François Bayrou, et 11 % (+ 1) à Jean-Luc Mélenchon. Nicolas Dupont-Aignan est crédité de 5 % à 6 % d’intentions de vote, Cécile Duflot de 3 %, Nathalie Arthaud et Philippe Poutou de 1,5 %. S’agissant de la primaire de droite, avec 26 % d’intentions de vote des personnes certaines de participer à la primaire à droite, Nicolas Sarkozy perd 6 points en deux mois sur Alain Juppé, toujours largement en tête malgré un léger recul, à 42 % (- 2). L’ancien chef de l’État conserve toutefois une légère avance auprès des proches des Républicains (LR), avec 39 % d’intentions de vote, contre 35 % à Alain Juppé. Bruno Le Maire, qui a annoncé sa candidature fin février, progresse pour sa part de 6 points, avec 17 % d’intentions de vote et vient se mêler à la bataille. Il creuse désormais l’écart avec François Fillon (8 %, – 1) et les autres candidats à la primaire, crédités de 1 % à 2,5 %. À gauche, Martine Aubry (19 %) et Emmanuel Macron (18 %) sont considérées comme les personnalités qui incarnent le mieux la gauche, devant Jean-Luc Mélenchon (16 %) et Manuel Valls (13 %). Mais c’est Manuel Valls (30 %) qui est considéré comme le candidat de gauche « le plus à même de se qualifier au second tour de l’élection présidentielle », devant Emmanuel Macron (25 %) et Martine Aubry (16 %).

2017 Alain Juppé et Marine Le Pen largement en tête

Les carottes sont à peu près cuites pour François Hollande qui devrait subir la même humiliation que Jospin  en 2002. Alain Juppé à droite devance très nettement Sarkozy. À noter le score anecdotique de l’égérie de la « race blanche », Nadine Morano, qui récolte 1 %. Selon un vaste sondage du Cevipof et d’Ipsos Sopra Steria  le maire de Bordeaux virerait en tête au premier tour, avec 31% des suffrages, s’il devait être investi par son camp à l’issue de la primaire de novembre. Dans ce même cas de figure, François Hollande serait nettement distancé, avec 18% des intentions de vote, contre 25% pour Marine le Pen.  Dans les deux autres hypothèses retenues par cette étude, Nicolas Sarkozy et François Fillon laisseraient la première place à la présidente du Front national et se trouveraient au coude-à-coude avec le chef de l’Etat sortant. François Hollande, qui conditionne sa candidature à une baisse du chômage dans les mois à venir, est crédité dans les deux cas de 20%, Nicolas Sarkozy de 21% et François Fillon de 19%. « Ce rapport de force très favorable au maire de Bordeaux évoluera bien sûr dans les mois qui viennent, mais il donne une idée d’un véritable ‘phénomène Juppé’ », écrit dans Le Monde Pascal Perrineau, du Cevipof, le Centre de recherches politiques de Sciences Po. Avec 44%, il devance Nicolas Sarkozy de douze points et plus franchement encore ses autres concurrents déclarés ou pressentis, comme Bruno Le Maire (11%), François Fillon (9%), Nathalie Kosciusko-Morizet (2%) ou Nadine Morano (1%).

Sondage 2017 : Le Pen bat largement Hollande au premier et second tour

Sondage 2017 : Le Pen bat largement  Hollande  au premier et second tour

. Selon un sondage Ifop réalisé pour le « ‘Figaro » les 3 et 4 septembre auprès d’un échantillon de 994 personnes, Marine Le Pen arriverait en tête au premier tour de la présidentielle non seulement face à François Hollande mais aussi face et n’importe lequel des principaux prétendants UMP, qu’il s’agisse de Nicolas Sarkozy, François Fillon ou Alain Juppé. Pire pour l’actuel locataire de l’Elysée:  s’il parvenait en 2017 au second tour, il serait écrasé par la présidente du Front National qui obtiendrait 54% des voix, alors que François Hollande n’en récolterait que 46%. Dans le détail, A la question: « Si dimanche prochain avait lieu le premier tour de l’élection présidentielle de 2017 pour lequel des candidats suivants y aurait-il plus de chances que vous votiez? », 30% des sondés choisissent Marine Le Pen devant Alain Juppé (24%) et François Hollande (16%), qui serait donc éliminé dès le premier tour. Dans l’hypothèse où  c’est Nicolas Sarkozy qui défend les couleurs de l’UMP,  Marine Le Pen arrive encore en tête, mais avec 28% des suffrages contre 25% à l’ancien président, et, là encore, 16% pour François Hollande. De quoi calmer les ardeurs de Nicolas Sarkozy qui prépare son retour en politique avec l’argument d’être le « sauveur » de l’UMP. Troisième hypothèse, si c’est François Fillon qui est le candidat de l’UMP, il recueillerait 17%, tout comme François Hollande, mais très loin loin derrière Marine Le Pen (32%). Pour le second tour, le sondage Ifop montre que dans tous les cas de figure, le candidat UMP battrait François Hollande:  François Fillon (62% contre 38%), Alain Juppé (66% contre 34%), Nicolas Sarkozy (61% contre 39%). En revanche, coup de tonnerre, si François Hollande se retrouvait au second tour face à Marine Le Pen, il serait battu  (54% contre 46%). Le « réflexe républicain » qui avait prévalu au second tour de la présidentielle de 2002 opposant Jacques Chirac à Jean-Marie Le Pen semble avoir vécu… En revanche,  Marine Le Pen échouerait au second tour face à n’importe lequel des candidats UMP: 43% contre 57% pour François Fillon, 36% contre 64% pour Alain Juppé, 40% contre 60% pour Nicolas Sarkozy.

Sondage Municipales Marseille : la droite largement en tête

sondage Municipales  Marseille : la droite largement en tête

 

Selon un sondage, la droite remporterait 44% des suffrages à Marseille, devant la gauche qui ne recueillerait que 39% à l’issue d’une triangulaire avec le FN, selon un sondage BVA pour RTL et Le Parisien-Aujourd’hui en France publié lundi. La liste du Parti socialiste et d’EELV soutenue par Patrick Mennucci ne remporterait selon cette consultation que 39% des votes tandis que la liste de l’UMP, du MoDem et de l’UDI soutenue par Jean-Claude Gaudin pointerait largement en tête avec 44% des suffrages au second tour des municipales, la liste frontiste de Stéphane Ravier réaliserait 16%.  Au premier tour, la liste Gaudin arriverait en tête avec 41% des votes, devant la liste PS-EELV (26%), le FN (16%), le Front de Gauche (11%), la liste de Pape Diouf (5%) et celle du Parti radical de gauche soutenue par Jacques Soubeyrand (1%).  En revanche, cette même consultation donne sur le 3e secteur (4e et 5e arrondissements), un secteur-clé actuellement détenu par l’UMP, la ministre déléguée à la Lutte contre l’exclusion, Marie-Arlette Carlotti, gagnante avec 44% des intentions de votes contre 41% pour la liste UMP-UDI de l’actuel maire de secteur, Bruno Gilles, et 14% pour la liste frontiste.   Au premier tour, c’est le candidat UMP-UDI qui arriverait en tête sur ce secteur, avec 36%, devant la liste PS-EELV (29%), le FN (15%), le Front de Gauche (14%), la liste de Michèle Rubirola-Blanc soutenue par Pape Diouf (5%) et la liste du PRG (1%).  Les intentions de vote ont été recueillies sur candidatures et listes réelles dans chacun des huit secteurs de la ville.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol