Archive pour le Tag 'Lancement'

Crédit agricole : lancement d’une banque low cost par mobile

Crédit agricole : lancement d’une banque low cost  par mobile

 

Imitant Orange qui va lancer sa banque mobile le 2 novembre, le Crédit agricole proposera à partir de la fin du mois de novembre une offre bancaire simplifiée comportant un compte courant accessible via un téléphone mobile et une carte de paiement, indique le quotidien sur son site internet. Le tarif proposé devrait être proche de celui d‘Orange Bank, avec “un package bien délimité et une tarification très faible, sans frais supplémentaires”.  La banque entend, comme l‘opérateur téléphonique, répondre à la demande d‘une nouvelle génération de consommateurs qui souhaite accéder aussi simplement que possible aux services bancaires les plus basiques, à des prix plancher.  L‘offre du Crédit agricole serait non seulement accessible directement sur mobile mais aussi via les 39 caisses régionales et leurs 7.000 agences. Un client rencontrant des problèmes, ou souhaitant poursuivre vers des offres de crédit ou d’épargne, pourrait ainsi être accueilli par un conseiller.

Lancement de micro-boutiques au PS

Lancement de micro-boutiques au PS

 

Le score du parti socialiste aux présidentielles à beau être catastrophique, les différents leaders veulent se partager les maigres dépouilles.  Il y a eu d’abord cet appel hétérogène lancé par Hidalgo, Aubry et Taubira pour rassembler la gauche à partir de banalités de gauche  sans grand souffle. Il y a aussi cette décision de Benoît à mon de créer sa propre boutiques  trans courant. Les hollandais ne voudront sans doute pas rester dans le vide comme Valls actuellement. Certains d’entre eux ont rejoint Macon, certains  vont le faire, d’autres attachés à la vieille maison vont constituer leur propre courant qui pourrait s’articuler autour de la personnalité de l’ancien porte-parole du gouvernement le Foll.  Le nouveau mouvement créé par Anne Hidalgo, Martine Aubry et Christiane Taubira, baptisé « Dès Demain »,  » ‘est un mouvement qui est citoyen », insiste la maire de Paris ce jeudi 11 mai au micro de RTL. « C’est un mouvement très large, Il y a aujourd’hui un besoin, exprimé depuis longtemps (…) à créer une plateforme, un réseau, un mouvement qui permette de reprendre toutes les initiatives, les solutions qui sont aujourd’hui trouvées en France dans tous les domaines », justifie Anne Hidalgo. Hamon, lui,  va lancer le 1er juillet un mouvement « large, transpartisan », afin de poursuivre le travail « commencé lors de la campagne présidentielle », a-t-il annoncé mercredi sur France Inter. Le 1er juillet, cela veut donc dire après les élections législatives du 11 et 18 juin.  »J’inviterai des hommes et des femmes qui appartiennent aux partis politiques ou n’y appartiennent pas. Je les inviterai à continuer ce travail indispensable pour reconstruire la gauche », a-t-il déclaré, en précisant qu’il ne quitterait pas le Parti socialiste. « Ce sera un mouvement transpartisan, qui se nourrira du travail des intellectuels, de cette innovation citoyenne et démocratique que nous avons mise en oeuvre lors de la campagne présidentielle », a-t-il dit. »Aujourd’hui, on peut appartenir au Parti communiste, aux écologistes, se reconnaître dans différentes candidatures et avoir envie de travailler ensemble », a-t-il ajouté. Mais il n’a pas apprécié que son parti ne reprenne pas ses idées développées pendant la campagne présidentielle.  »Je maintiens l’essentiel des marqueurs qui ont fait ma campagne. Un parti aussi grand soit-il ne peut pas enterrer de belles idées. Surtout des idées qui doivent féconder la rénovation de la gauche. Il y a plus de personnes qui adhèrent à mon projet que de gens qui ont voté pour moi. Je veux m’atteler à l’avenir de ses idées », a-t-il assuré, avant de défendre le revenu universel, le projet phare de sa candidature : « Le débat de la campagne a été particulièrement innovant sur le plan social. Le revenu universel c’était la seule idée nouvelle, et le Parti socialiste l’enterre. »

 

Présidentielle 2017 : le lancement du site pour François Hollande « moi, ancien président, je »

Présidentielle 2017 : le lancement du site pour François Hollande « moi, ancien président, je »

 

Pas de bol comme dit Hollande à propos du cômage et pas de bol pour le lancement de son site « NotreidéedelaFrance.fr ». qui aurait pu s’appeler : « moi, ancien président, je… »  Le président de la République doit regretter d’avoir indexé sa candidaturesur la baisse du chômage. Si Najat-Vallaud Belkacem a tenté de noyer le poisson en parlant de « soubresauts » lors d’un meeting de « Eh oh la gauche » à Grenoble lundi 26 septembre, l’annonce d’une nouvelle de hausse du chômage - 1,4%, soit la pire augmentation depuis septembre 2013 – a plongé les soutiens de François Hollande dans l’embarras. Preuve en est, le lancement du site « NotreidéedelaFrance.fr », prévu pour ce même lundi 26 septembre à 18h, a été décalé de quelques jours à la dernière minute. Les partisans de François Hollande pouvaient difficilement trouver un timing moins approprié quand « NotreidéedelaFrance.fr » a pour objet de vanter le bilan du président sortant. Le site internet censé marquer la seconde étape de l’entrée en campagne n’est toujours pas accessible au public. Officiellement, du côté de « Répondre à Gauche », l’association à l’origine de ce site après avoir soutenu la candidature de François Hollande lors de la primaire socialiste de 2011, on invoque « des problèmes techniques » selon BFM-TV. La concomitance avec l’annonce des mauvais chiffres du chômage apparaît cependant comme l’explication la plus logique. D’autant que, selon certains élus derrière « NotreidéedelaFrance.fr », l’objectif était de surfer sur une nouvelle baisse du chômage au mois d’août. Hollande a raison il n’a vraiment pas de bol avec le chômage

Lancement d’obligation… et de dettes « vertes »

Lancement d’obligation… et de dettes « vertes »

 

L’ingénierie financière française pour augmenter la dette publique ou privée est sans limite. La France se félicite d’être le premier Etat au monde à se lancer sur le marché des « green bonds », ont annoncé vendredi 2 septembre le ministère de l’Environnement et Bercy, confirmant les propos tenus par François Hollande lors de la Conférence environnementale d’avril dernier. En clair on va emprunter encore davantage et mécaniquement augmenter  la. La seule différence c’est qu’on aura passé un coup de peinture verte pour donner une légitimité à ses nouveaux emprunts. Personne ne peut être opposé évidemment aux j’investis dans des styles investissements destinés à l’écologie. Pour autant il aurait sans doute été souhaitable de financer les opérations de transition écologique par redéploiement des moyens financiers existants. Pour deux raisons la première étant  que la protection de l’environnement ne nécessite pas nécessairement de moyens financiers supplémentaires, bien au contraire. Exemple dans l’agriculture. La seconde raison c’est que ces obligations vont contribuer à accroître un endettement déjà démesuré et qu’il sera très délicat d’évaluer le caractère réellement écologique de ces nouveaux emprunts. Même si certains font seront utiles aux entreprises et à la protection de l’environnement. Par ailleurs le statut de ces emprunts verts demeure encore relativement flou quand à la nature et au niveau d’insertion des collectivités et entreprises publiques dans l’opération. Les « green bonds », ces obligations destinées à financer des projets à vocation environnementale, ne seront bientôt plus seulement l’affaire des institutions publiques et des entreprises. L’an prochain, si bien sûr les conditions de marché le permettent, un premier pays s’essaiera à l’émission de « green bonds », et cet Etat n’est autre que la France. L’Hexagone « confirme son rôle moteur, dans la continuité des ambitions de l’accord de Paris sur le Climat de décembre dernier, en devenant le premier Etat au monde à émettre un emprunt vert », a souligné Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, vendredi 2 septembre, dans un communiqué publié conjointement avec Michel Sapin. « L’arrivée de l’Etat français sur le marché des obligations vertes permettra d’en accélérer le développement, pour faire de Paris l’une des places financières de référence dans le soutien à la transition énergétique », a complété le ministre de l’Economie et des Finances. Cette annonce est en réalité une confirmation : le 25 avril dernier, dans le cadre de la quatrième Conférence environnementale, le président de la République François Hollande avait indiqué que le pays s’apprêtait à entrer sur le marché des obligations vertes. Dans quelles proportions ? Si le communiqué du ministère de l’Environnement et de Bercy se borne à évoquer « une opération de plusieurs milliards d’euros », celui du WWF France est en revanche beaucoup plus précis, qui mentionne « un engagement concret portant sur 9 milliards d’euros sur trois ans », afin, notamment, de financer les investissements « verts » du troisième Programme d’investissements d’avenir. L’organisation indépendante spécialisée dans la protection de l’environnement « se félicite » par ailleurs dans un communiqué de cette prochaine incursion de l’Etat français sur le marché des « green bonds. » Cité dans le communiqué, Pascal Canfin, directeur général du WWF France, voit dans cette démarche « deux effets positifs importants. » A commencer par la sécurisation « de 9 milliards de financement public pour la transition écologique, quel que soit le résultat des futures échéances électorales. » Ensuite, la France pourrait faire des émules parmi les autres pays qui réfléchissent à investir le marché des obligations vertes, à l’image de la Chine et du Royaume-Uni. Pour mémoire, le jeune marché des « green bonds » s’est développé à partir de 2007, avec des émissions lancées par des institutions publiques telles que la Banque européenne d’investissement et la Banque mondiale, pour financer des projets ayant trait aux énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique, entre autres. Plus récemment, des entreprises comme EDF, Air Liquide, Engie et Schneider Electric se sont à leur tour lancées sur ce marché, afin, bien sûr, de financer des projets contribuant à la transition écologique, mais également dans le but de diversifier leur base d’investisseurs. Les collectivités territoriales sont elles aussi entrées dans la danse, avec, par exemple, les obligations vertes émises en 2012 par les régions Ile-de-France, Nord-Pas-de-Calais et Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour financer des projets de transports en commun ou de rénovation énergétique de bâtiments. Le marché mondial des obligations vertes, qui ne s’élevait encore qu’à 13 milliards de dollars en 2013, a ainsi bondi à 48 milliards de dollars en 2015, et devrait atteindre les 100 milliards cette année, d’après les chiffres de Bercy et du ministère de l’Environnement. Un développement spectaculaire, qui ne doit pas faire oublier que le marché des obligations vertes pèche encore par son manque de transparence sur la qualification « verte » des projets qu’il doit servir à financer.

(Avec AFP et RTL)

Notre Dame des Landes : lancement des travaux

Notre Dame des Landes : lancement des travaux

 

 

La reprise des travaux venet d’être décidée pour le très contestable et contesté aéroport de Notre dame des landes (la moitie de français étaient contre dans le dernier sondage). Et dans l’urgence comme s’il agissait d’une question de principe pour Ayrault et le gouvernement. Pas une urgence pour la gestion de la mobilité mais sans doute pour l’énorme opération d’urbanisme qui pourra être lancé après le déménagement de l’actuel aéroport .  Bref la métropolisation à marche forcée tandis que villes moyennes, petites agglomérations et zones rurale sont laissées  à l’abandon (moins d’emplois, moins d’équipements publics,).  Un appel d’offres pour des travaux de débroussaillage de la desserte routière de l’aéroport a donc été publié lundi au bulletin officiel des annonces de marchés publics. L’échéance est fixée au 23 novembre 2015 pour des travaux « en 2016″. Une rapidité qui contraste avec les nombreux délais qui ont progressivement fait prendre trois ans de retard à un aéroport déclaré d’utilité publique en 2008 et qui devait initialement être inauguré en 2017, une dizaine de km au nord de Nantes, afin de remplacer l’actuel aéroport de Nantes Atlantique situé au sud de l’agglomération. Le projet contesté était en suspens depuis l’automne 2012 mais la tension n’est jamais vraiment retombée et les manifestations se poursuivent. En juillet dernier, les 17 recours déposés par des opposants à l’aéroport ont été tous rejetés par le tribunal administratif de Nantes. Après ces derniers recours, « il faudra alors s’engager dans la construction de Notre-Dame-des-Landes », avait promis en fin d’année dernière le Premier ministre Manuel Valls, favorable comme son prédécesseur Jean-Marc Ayrault à cet aéroport.

Russie : lancement d’un mouvement pro-européen par Khodorkovski

Russie : lancement  d’un mouvement pro-européen par Khodorkovski

 

 

 

Khodorkovski n’est pas forcément le ; mieux placé pour lancer un mouvement démocratique ouvert sur l’Europe mais on voit mal qui pourrait en prendre l’initiative en Russie tellement la société est bloquée par Poutine (Pas d’opposition, pas de liberté d’opinion, pas de médias indépendants). Khodorkovski  est comme Poutine, comme les politiques qui ont le pouvoir économique et politique en Russie un oligarque. En clair  un apparatchik qui comme les autres (Poutine y compris) a pillé le pays. Souvent les  mêmes et d’autres oligarques ont auusi  confisqué le pouvoir politique. Du coup la société est complètement bloquée par cette mafia institutionnalisée ; Du coup Khodorkovski  lance une opposition de l’extérieur du pays. Il avait promis de ne pas se mêler de politique après sa libération en décembre 2013. L’opposant au pouvoir russe Mikhaïl Khodorkovski a pourtant lancé samedi 20 septembre un mouvement, Open Russia (Russie ouverte), destiné à rassembler les forces pro-européennes en Russie en prévision des élections parlementaires de 2016. L’ancien oligarque a indiqué que son nouveau projet, nommé d’après son association caritative éponyme qui avait été fermée après son arrestation, serait une « plateforme » en ligne, et non un parti politique. « Une minorité aura de l’influence si elle est organisée », a-t-il estimé. Le geste ressemble fort à un défi lancé au président russe Vladimir Poutine par l’ancien oligarque, arrêté en 2003 pour « vol par escroquerie à grande échelle » et « évasion fiscale ». Il a toujours dénoncé son incarcération comme une punition pour s’être opposé au président. « Nous sommes en faveur de ce qu’on appelle le choix européen, soit un Etat gouverné par le règne de la loi », a lancé l’ancien patron du pétrolier Ioukos, âgé de 51 ans. « Nous croyons que la thèse selon laquelle ‘la Russie n’est pas l’Europe’ est un mensonge », a-t-il également déclaré. Un temps l’homme le plus riche de Russie, Khodorkovski vit désormais exilé en Suisse. Il n’est pas retourné dans son pays natal depuis sa libération. En marge de ce lancement, Mikhaïl Khodorkovski a révélé ses ambitions présidentielles à l’occasion du 70e anniversaire du journal Le Monde. »Je ne serais pas intéressé par l’idée de devenir président de la Fédération de Russie à un moment où le pays se développerait normalement », a expliqué l’ancien opposant. « Mais s’il apparaissait nécessaire de surmonter la crise et de conduire une réforme constitutionnelle, de redistribuer le pouvoir présidentiel en faveur du système judiciaire, du Parlement et de la société civile, alors je serais prêt … »

 

Lancement des assises nationales de l’entreprise ; pour découvrir la lune ?

Lancement des assises nationales de l’entreprise ; pour découvrir la lune ?

Encore une commission, cette fois sur l’entreprise ; Pour découvrir quoi ? On peut aussi se demander à qui servent les organismes existants déjà un peu partout (y compris au centre d’analyse stratégique ou au conseil économique et social). Et pour découvrir quoi ? Que la compétitivité est plombée par la fiscalité ? Que cette fiscalité est due à notre incapacité à réduire les dépenses publiques, qu’il n’y a plus depuis longtemps de stratégie économique en France surtout dans l’industrie ? Que la France – encore plus que les autres- est embourbée dans des procédures administratives qui tuent l’innovation, que nos ambassades à l’étranger ne servent strictement à rien pour le commerce international ? Que les banques ne veulent pas téter aux petites entreprises ? La lune quoi ! Ou alors c’st pour la formation de ministres qui une fois élus ne savent pas qui faire ? Le gouvernement en tout cas  a lancé lundi avec les organisations patronales et syndicales et une douzaine d’entrepreneurs une réflexion sur les moyens de faire de la France « un pays plus accueillant pour les entrepreneurs ».  Une cinquantaine de personnes, dont les représentants de 18 ministères et six ministres, se sont réunies pour donner le coup d’envoi des Assises de l’entrepreneuriat qui doivent pendant trois mois se pencher sur neuf questions précises qui feront l’objet de quatre propositions chacune.   »C’est indispensable. Car, malgré le dynamisme de sa création d’entreprises, la France reste encore trop souvent présentée à l’étranger, et à l’intérieur même de ses propres frontières, comme un pays doté d’une culture entrepreneuriale encore insuffisante », a déclaré la ministre déléguée chargée des PME et de l’Innovation Fleur Pellerin en présentant le projet à la presse.   »En vérité, acteurs économiques publics et privés savent bien quels sont ces +plafonds de verre+ qui fragilisent la croissance de nos PME et d’où ils proviennent », a poursuivi la ministre appelant à « explorer sans tarder (…) un à un » les déterminants de la décision d’entreprendre et de la capacité à faire croître une entreprise.  Neuf thèmes ont été retenus: diffuser l’esprit d’entreprendre auprès des jeunes, imaginer un cadre fiscal durable, mobiliser les talents, faire émerger de nouvelles sources de financement, promouvoir l’entrepreneuriat responsable, stimuler toutes les formes d’innovation, offrir un accompagnement aux entrepreneurs, réussir la projection précoce des PME à l’international, inventer l’entreprise du futur.  Parmi les entrepreneurs présidents et coprésidents des neuf groupes figurent Philippe Hayat, président de l’association 100.000 entrepreneurs pour le premier thème, Nicole Notat, présidente de Vigeo, pour l’entreprise « responsable », Philippe Berna, président du Comité Richelieu, pour l’innovation dans l’entreprise ou Franck Provost, président de Provalliance pour les PME à l’international.  La nouvelle présidente de l’Agence pour la création d’entreprises (APCE) Frédérique Clavel réunira régulièrement les chefs de ces neuf groupes afin de « décloisonner au maximum les réflexions qui seront engagées, précise Bercy.  Quelque 250 personnes participeront directement aux groupes de travail qui entameront leurs travaux dès mardi, tandis qu’un site internet a été ouvert lundi à tous ceux qui souhaiteraient mettre en ligne une contribution: www.assises-entrepreneuriat.gouv.fr.   »Nous avons fait dans un premier temps un état des lieux, il existe déjà des tas de mesures », a déclaré M. Provost à l’AFP à l’issue de la première réunion. « Il faut centraliser tout cela », a-t-il ajouté au sujet des aides et accompagnements des petites et moyennes entreprises à l’étranger.  Se lancer à l’export, « aujourd’hui cela devient nécessaire, c’est obligatoire », plaide M. Provost dont les salons de coiffure sont présents dans 35 pays et qui préside le Conseil national des entreprises de coiffure.   »Chacun au cours de la réunion était conscient du fait qu’il faut réconcilier le monde de l’entreprise avec l’administration, avec le grand public, réconcilier le monde de l’entreprise avec l’enseignement », a-t-il poursuivi.  Frédéric Grivot, un des vice-présidents de la CGPME, a cependant regretté que le thème de la reprise de sociétés, qui permet aussi de faire croître des entreprises, n’ait pas été abordé.  Tout en disant que la CGPME est « optimiste », il a appelé le gouvernement à « redonner confiance » aux entrepreneurs en leur donnant « visibilité et stabilité » après qu’ils eurent été pendant « huit mois remués comme dans un shaker », a-t-il lancé.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol