Archive pour le Tag 'lamentable'

Incivilités ou meurtres , ou le choix sémantique lamentable de Macron

Incivilités ou meurtres , ou le choix sémantique lamentable de Macron

Incivilité, le mot utilisé par Macron à propos des meurtres récents ( une policière écrasée, un chauffeur de bus battu à mort sans parler de la tentative de meurtre d’un pompier).  Un vocable qui passe très mal au sein des forces de l’ordre après la mort de la gendarme tuée par un chauffard près d’Agen, le lynchage du chauffeur du Tram’bus de Bayonne, le pompier blessé par balle à Étampes ou encore la jeune femme démembrée après avoir été traînée sur 800 mètres par une voiture à Lyon.

Dans les rangs de la police, tout le monde est interloqué. «Le mot d’incivilité traduit une euphémisation du réel alors qu’un processus d’ensauvagement est en train de métastaser le pays, s’indigne Patrice Ribeiro, patron de Synergie officiers. Beaucoup ont été surpris, car, avec tous les communicants qui entourent le chef de l’État, on peine à croire que ce mot ait été prononcé par inadvertance. C’est incompréhensible, quand on constate que la moindre altercation finit au couteau et que les vidéos de violence saturent les réseaux sociaux.» Considérant que «le régalien a toujours été l’angle mort du macronisme», ce responsable syndical prévient: «Que le président de la République s’empare du sujet est une bonne chose, mais qu’il le fasse de manière moins décalée.»

 «En parlant d’incivilités, Emmanuel Macron fait penser aux “sauvageons” de Chevènement quand celui-ci faisait allusion aux voyous des cités, tacle Frédéric Lagache, délégué général d’Alliance-police nationale (gardiens et gradés). Ce genre de propos fait craindre que nos responsables politiques ne soient plus dans la réalité, qu’ils deviennent “hors sol” en mettant au même niveau et en banalisant les infractions, les délits et les crimes. Quand on tue un gendarme ou un policier, c’est un acte criminel qui n’a rien à voir avec un tapage nocturne, ni un tag sur les murs. Au sommet de l’État, on ne fait plus le distinguo au moment même où il s’agit de sanctuariser le principe de la prison pour ceux qui ciblent l’uniforme. C’est aux criminels d’avoir peur, sinon, c’est l’impunité et on en arrive à massacrer des chauffeurs de bus et des jeunes femmes dans la rue»

Les forces de l’ordre, où règne l’incompréhension après la remise en liberté d’au moins 7000 détenus depuis le confinement, craignent que la sémantique présidentielle envoie un bien mauvais message à des magistrats déjà taxés de «laxisme». «Nous sommes dans une période de flambée de violences où il est capital de bien nommer les choses, renchérit David Le Bars, secrétaire général du Syndicat des commissaires de la police nationale. Les actes atroces que la France vient de connaître sont très mal vécus par la population qui ne trouve plus dans les responsables politiques des interlocuteurs qu’ils jugent à la hauteur. Une simple erreur de langage peut annuler le message fort de retour du régalien, qui vient d’intervenir avec la nomination de Gérald Darmanin, et de la remontée du ministère de l’Intérieur à la 7e place du gouvernement, à hauteur de la Justice.»

Lors de son entretien, Emmanuel Macron a promis d’être «intraitable» et affiché sa détermination en évoquant une «tolérance zéro». Las, ce discours de fermeté a trébuché sur l’emploi d’un mot fort maladroit que le chef de l’État pourrait, désormais, bannir de son vocabulaire.

Lamentable attitude de La Poste

 

 

 

-Dans une période de crise comme celle du coronavirus, les services publics sont d’autant plus indispensables. Mais pas  pour  la direction de cette entreprise un pied dans le public, un pied dans le privé mais qui s’est considérée comme une administration pour fermer ses guichets et réduira à trois jours la distribution du courrier et de la presse. La conséquence directe c’est évidemment de priver de petits utilisateurs notamment de chèques postaux de possibilités de réaliser des opérations financières indispensables à la vie quotidienne mais c’est aussi à coup sûr la condamnation future d’une grande partie de la presse écrite.

Beaucoup de ces médias ne pourront pas supporter le choc. Déjà structurellement en difficulté du fait de la baisse tendancielle de leur audience, nombreux de journaux et de périodiques vont donc disparaître. La poste qui veut se transformer en grandes banques privées a encore du chemin à faire. Il faudrait sans doute choisir pour la Poste: ne pas prendre que les avantages du privé pour attirer les capitaux et l’épargne et ne pas prendre les habitudes de l’administration pour fermer la boutique au moindre coup de vent. Heureusement, d’autres administrations autrement plus exposées les services médicaux par exemple, les pompiers, les télécommunications, l’énergie, la police ou encore les transports continuent de fonctionner ( sans parler des caissières de magasins).

Observons aussi que les guichets des banques privées à la hauteur de 75 % en seulement 10 % de ceux de La Poste sont ouverts. Bien sûr il convient sans doute de protéger les salariés de la poste des guichets ou de la distribution. Mais la limitation de ce service public pose la question de l’intérêt de maintenir dans le giron de l’État une activité aussi peu fiable. Sans parler de la politique de désertification des territoires qui voit de plus en plus de guichets se fermer de manière définitive.

Baisse taux du Livret A: nouvelle lamentable attaque contre les petits épargnants

Baisse  taux du Livret A: nouvelle lamentable attaque contre les petits épargnants

 

 

La baisse du niveau déjà lamentable de la rémunération du livret à témoigne à l’évidence que le pouvoir est un zélé serviteur des intérêts financiers. Notons que cette baisse fait passer la rémunération de 0, 75 % à 0,50 % et  intervient au moment où l’inflation remonte et passe à 1,5 % en 2019. Bref, une perte assurée de 1 % sur l’épargne des petits porteurs de livrets. On ne fera croire à personne que les plus aisés  utilisent le livret A pour sécuriser leur épargne. Ce sont les petites et moyennes catégories qui utilisent ce type d’épargne . Cette baisse aura des les effets sur toute l’épargne et pas seulement sur le livret A. Sa justification par l’aide au développement du logement social est une escroquerie .( 100 à 200 millions d’économies d’ailleurs très théoriques compte  tenu des taux d’emprunt nul). En fait , il s’agit d’une tentative supplémentaire de mettre la main sur cet extraordinaire épargne qui représente près de 300 milliards d’euros pour 55 millions de livrets. son succès ne se dément pas, avec une collecte nette de 13,63 milliards d’euros entre janvier et octobre 2019, selon les dernières données de la Caisse des dépôts. Au total, l’encours du Livret A s’élève à 297,4 milliards d’euros, c’est 6% de plus qu’il y a un an à la même époque. Si l’on ajoute le Livret de développement durable et solidaire (LDDS), les encours gonflent à 408,2 milliards d’euros (+5,7% sur un an).

Le taux du Livret A sera abaissé de 0,75% au plancher de 0,50% en février, annonce le ministre de l’Economie Bruno Le Maire dans un entretien publié mercredi soir sur le site du Parisien. Le gouvernement suit ainsi à la lettre la recommandation de la Banque de France qui se base sur une formule tenant compte du niveau des taux d’intérêt et de l’inflation et dont le plancher a été fixé à 0,50%.

Alors que le taux de rémunération du Livret A – destiné notamment au financement du logement social – est gelé depuis août 2015 à 0,75%, le ministre de l’Economie estime qu’il aurait été “irresponsable et incohérent” de le maintenir plus longtemps à ce niveau. “Incohérent par rapport à notre politique de diversification des placements. Et irresponsable pour les milliers de Français qui attendent un logement social”, souligne Bruno Le Maire. “Ce nouveau taux permettra en effet de construire 17.000 logements sociaux supplémentaires et d’en rénover 52.000 chaque année”, souligne-t-il. Une escroquerie, car les organismes sociaux type HLM ne manque guère de trésorerie.  La rémunération du Livret d’épargne populaire (LEP) passera quand à elle de 1,25% actuellement à 1%, précise le ministre.

Affaire Ségolène Royal: la lamentable attitude de France info

Affaire Ségolène Royal: la lamentable attitude de France info

Peut-être pour se dédouaner de ses coûts exorbitants et de sa faible audience, tout autant que pour plaire au pouvoir, France Info est à l’origine des attaques contre Ségolène Royal. Certes l’intéressée en s’exposant autant médiatiquement n’est pas sans reproche. Il faut bien reconnaître qu’elle manifeste régulièrement un certain opportunisme qui finalement lui réussit. On peut à juste titre la critiquer de ce point de vue. Elle a en effet souvent changer de position et n’a jamais produit de projet politique très clair et très cohérent. Pour autant attaquer Ségolène Royal à propos de l’utilisation de trois collaborateurs constitue une attaque assez minable de la part de France Info. S’il fallait en effet mettre en accusation tous les gaspillages dans l’appareil d’État dont beaucoup profitent aux politiques, la liste serait trop longue à énumérer. Ce sont des centaines et des milliers de postes qui ne servent pas à grand-chose, à rien parfois ou qui servent  des responsables politiques à temps plein ou à temps partiel. Même France Info doit pouvoir trouver des dizaines et des dizaines de postes qui ne servent à peu près rien voir pas grand-chose. En tout cas, la médiocrité de France Info est sanctionnée par un taux d’audience assez dérisoire même au regard des autres chaînes d’info continue. Il y a quelque chose de détestable dans la justice comme chez certains journalistes à attaquer des personnalités quand elles sont dans l’opposition. Les mêmes journalistes n’hésitant pas à tresser des louanges aux intéressés lorsqu’ils ont le pouvoir.

Greta Thunberg : lamentable critique d’Europe 1

Greta Thunberg : lamentable critique d’Europe 1  

 

 

« Qui se cache derrière la « pasionaria verte » ? S’interroge Europe 1.

 

Un point de vue qui témoigne bien de la déliquescence de la ligne éditoriale d’une radio dont l’audience ne cesse de s’écrouler depuis des années. La chaîne radiophonique reprend à son compte les critiques des vieilles barbes notamment celle de certains au parti républicain, d’une façon générale à droite et même à l’extrême droite.  « Celle que l’on présente comme la « pasionaria verte », égérie de la lutte pour le climat, ne serait finalement rien d’autre qu’une marionnette marketing, instrumentalisée par son entourage. ». On sait qu’Europe 1 est en crise depuis des années. Pas étonnant car la radio propriété de Bolloré s’aligne systématiquement du côté du pouvoir financier. Bolloré qui a été un des principaux artisans de la victoire de Macron mais proche aussi de la vieille droite. Cette critique est indigne. D’abord notons que la jeune fille de 16 ans n’est pas invitée en séance plénière de l’Assemblée nationale mais dans une salle annexe. Elle n’a évidemment pas l’ambition de se substituer au pouvoir politique ni même sans doute de proposer une stratégie clé en main qui prenne en charge  la complexité de la problématique avec ses dimensions écologiques bien sûr, mais aussi économiques, technologiques, voire sociales. Ces réactions négatives d’une partie du monde politique discréditent un peu plus un système de représentation complètement coupé de ce que ressentent les Français. Et les journalistes,  en tout cas certains,  à force de fréquenter les dîners des ministères par mimétisme se rangent derrière les avis les plus éculés avec des arguments dont la nullité l’emporte sur la vulgarité.

 

 

Foot Ligue 1 : le PSG de plus en plus lamentable

Ligue 1 : le PSG de plus en plus lamentable

Nouvelle déconvenue et nouveau spectacle lamentable de la part du PSG devant Montpellier.  Marquinos Un des  euls parisiens à surnager résumait bien la situation. « Si on continue à montrer le même visage, cela va être très difficile pour nous« , a analysé MarquinosOn va prendre des claques de toutes parts, des supporters, des médias. Et on va juste donner raison à tout le monde. On doit changer notre mentalité dès le prochain match.». À peu près tous les joueurs ont sombré y compris Neymar visiblement un peu court physiquement et peut-être psychologiquement ailleurs. Pour résumer, comme d’habitude une défense très perméable. Un milieu transparent avec des joueurs dont on se demande ce qu’ils font sur le terrain comme Draxler enfin une attaque manquant de réalisme. Bref l’image d’une équipe de deux deuxièmes parties de tableau. Il se confirme bien que rien ne va plus aux Paris Saint-Germain. Les joueurs son thors  de condition physique, du coup la  technique devient approximative ils perdent des ballons et donnent  l’occasion aux équipes adverses d’être dangereuses. Sur le banc, visiblement l’entraîneur ne semble pas non plus animé d’un grand enthousiasme. Lui aussi semble ailleurs. Comme l’indiquait Marquinos ,l’un des rares à mouiller le maillot, ce qui manque au PSG c’est un esprit de club, une mentalité de guerrier et une envie de vaincre. Malheureusement la direction du club est à l’image de son équipe : transparente, incompétente et sans âme.

Affaire Renault Carlos Ghosn: l’attitude lamentable de la France

Affaire Renault Carlos Ghosn: l’attitude lamentable de la France

 

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’attitude de la France s’est caractérisée par une grande lâcheté vis-à-vis de l’affaire Carlos Ghosn. Bien entendu, il  n’était pas question de déclarer la guerre au Japon, ni même de créer un incident diplomatique grave. (Ce qu’on a fait pour une affaire moins sérieuse avec l’Italie à propos des gilets jaunes). Il ne s’agit sans doute pas de dédouaner Carlos Ghosn qui comme de nombreux patrons à sans doute confondu un peu trop la caisse de ces entreprises et son propre portefeuille. Mais s’il fallait mettre en prison tous les grands patrons coupables de dérive financière ou fiscale, il faudrait alors construire des les établissements pénitentiaires supplémentaires ! Reste que Carlos Ghosn est un exceptionnel patron qui d’abord a su redresser Renault qui aurait pu disparaître du champ automobile. Il a su ensuite assurer aussi le redressement de Nissan. Enfin il a constitué le premier groupe industriel automobile mondial. Les conditions de son arrestation savamment médiatisées à son arrivée par avion, ensuite les conditions de détention sont inadmissibles au regard du droit international des pays développés. Or le Japon se veut un pays développé. Il l’est effectivement mais malheureusement entretient encore des archaïsmes populistes et ou nationaux inadmissibles quand on pense à son système judiciaire ou encore à son attitude vis-à-vis de la chasse à la baleine. Le Japon s’est caractérisé par la puissance de ces échanges internationaux. Ce pays doit donc se conformer aux règles de droit qui régisse les pays avec lesquels il commerce. Il y a sans doute des raisons au silence et à l’extrême discrétion de la France dans cette affaire. L’une d’entre elles tient sans doute aux relations exécrables entre Macron et Carlos Ghosn. Mais se venger en abandonnant ainsi un grand patron montre à quel point Macron peut-être minable à certains moments. On imagine qu’elle aurait été la réaction de la France si par exemple ce grand patron ou un autre avait été traité de la même manière au Venezuela, en Chine ou en Russie. On aurait alors sans doute crié, hurlé même pour cette atteinte aux droits de l’homme dans des pays de dictature. Dans cette affaire la France a offert le triste spectacle de sa lamentable diplomatie.  Le pire c’est que Carlos Ghosn qui n’a pas un tempérament à se coucher pourrait bien d’ici quelques temps une fois l’affaire réglée prendre la direction d’un groupe automobile concurrent de Renault et mettre en difficulté son ancienne entreprise.

Affaire Carlos Ghosn: l’attitude lamentable de la France

Affaire Carlos Ghosn: l’attitude lamentable de la France

 

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que l’attitude de la France s’est caractérisée par une grande lâcheté vis-à-vis de l’affaire Carlos Ghosn. Bien entendu,  n’était pas question de déclarer la guerre au Japon ni même de créer un incident diplomatique grave. (Ce qu’on a fait pour une affaire moins sérieuse avec l’Italie à propos des gilets jaunes). Il ne s’agit sans doute pas de dédouaner Carlos Ghosn qui comme de nombreux patrons à sans doute confondu un peu trop la caisse de ces entreprises est son propre portefeuille. Mais s’il fallait mettre en prison tous les grands patrons coupables de dérive financière ou fiscale, il faudrait alors construire des les établissements pénitentiaires supplémentaires ! Reste que Carlos Ghosn est un exceptionnel patron qui d’abord a su redresser Renault qui aurait pu disparaître du champ automobile. Il a su ensuite assurer aussi le redressement de Nissan. Enfin il a constitué le premier groupe industriel automobile mondial. Les conditions de son arrestation savamment médiatisée à son arrivée par avion, ensuite les conditions de détention sont inadmissibles au regard du droit international des pays développés. Or le Japon se veut un pays développé. Il est effectivement mais malheureusement entretient encore des archaïsmes populistes et ou nationaux inadmissibles quand on pense à son système judiciaire ou encore à son attitude vis-à-vis de la chasse à la baleine. Le Japon s’est caractérisé par la puissance de ces échanges internationaux. Ce pays doit donc se conformer aux règles de droit qui régisse les pays avec lesquels il commerce. Il y a sans doute des raisons au silence et à l’extrême discrétion de la France dans cette affaire. L’une d’entre elles tient sans doute aux relations exécrables entre macro et Carlos Ghosn. Mais se venger en abandonnant ainsi un grand patron montre à quel point macro peut-être minable à certains moments. On imagine qu’elle aurait été la réaction de la France si par exemple ce grand patron ou un autre avait été traité de la même manière au Venezuela, en Chine ou en Russie. On aurait alors sans doute crié, hurlé même pour cette atteinte aux droits de l’homme dans des pays de dictature. Dans cette affaire la France a offert le triste spectacle de sa lamentable diplomatie.  Le pire c’est que Carlos Ghosn qui n’a pas un tempérament à se coucher pourrait bien d’ici quelques temps une fois l’affaire réglée prendre la direction d’un groupe automobile concurrent de Renault et mettre en difficulté son ancienne entreprise.

Absence de Macron à la commémoration de 14-18 à Amiens : lamentable !

Absence de Macron à la commémoration de 14-18 à Amiens : lamentable !

 

 

 

Toute évidence, une faute de goût et une faute diplomatique ; peut-être que l’l’impasse de Macron à la commémoration d’Amiens provient de l’absence de la reine d’Angleterre. Celui qui se considère sans doute comme le roi de France n’a pas voulu condescendre à côtoyer seulement la première ministre britannique et le prince William. Pourtant cette bataille d’Amiens marque le basculement de la guerre de 14 18.  Cette absence très remarquée du chef de l’État français témoigne aussi de sa désinvolture puisque son entourage a expliqué que le président ne pouvait pas interrompre ses congés au fort de Brégançon. Macron a pourtant s’est pourtant autorisée à prendre un bain de foule sous les caméras sans doute pour commémorer sa baisse de popularité et tenter d’y remédier. En tout cas ; cette absence témoigne du caractère de Macron, sorte de gosse gâté très mal élevé qui s’autorise qui fait la leçon à ceux qui font une entorse au protocole. Bref, une sorte de monarque absolu condescendant, fantasque,  un peu irresponsable. La présence à la commémoration d’Amiens s’imposait pourtant. En effet Le 8 août 1918, les alliés lancent «l’offensive des Cent Jours», une série d’attaques qui permettra de repousser les forces allemandes de plus en plus loin, aboutissant au dénouement du 11 novembre. «Aller vite, marcher fort, en manœuvrant par-devant, appuyer par-derrière avec tout le monde, jusqu’à obtention du résultat», préconisait Foch dans son ordre du 9 août, lu par Florence Parly. Si dans le souvenir français, Verdun occupe une place particulière, les Britanniques, eux, s’attachent surtout à la Somme et à Amiens. La plupart de leurs morts tombés sur ces champs de bataille n’ont pas été rapatriés. Des mémoriaux subsistent, où les familles viennent fréquemment se recueillir. Dans l’âpre contexte du Brexit et de l’impasse actuelle entre Bruxelles et le Royaume-Uni pour trouver un accord de sortie, la cérémonie d’Amiens permettait également à Londres, en rappelant le prix du sang payé il a un siècle, de faire valoir son attachement au Vieux Continent - à son histoire, à ses valeurs, à son avenir.

 

« Wauquiez, lamentable, vulgaire, et absurde » (Juppé)

 « Wauquiez, lamentable, vulgaire, et absurde » (Juppé)

Avec cette contra attaque de Juppé , Vauquiez risque de laisser des plumes, il en a déjà perdu avec une baisse dans  le sondage ODOXA de février  qui le place à 14% de soutien. Juppé a en effet répondu sèchement aux critiques de Vauquiez sur la gestion de Bordeaux. Il a indiqué au passage que la ville du Puy en Velay n’avait pas été spécialement bien  gérée par Vauquiez.  “Tout ceci est tout à fait lamentable, cela repose sur de fausses informations”, a tonné Alain Juppé lors d‘une conférence de presse à Bordeaux, en vilipendant au passage les “ignorants”, les “incompétents” et les “imprudents” à qui il a “très envie de claquer le bec”. “Les propos sont d‘une vulgarité extrême”, a-t-il ajouté. “Quant aux effets sur LR et sur la droite en général, ils sont tout à fait dévastateurs.” Le président de LR a par la suite dit “assumer” ces propos, qui lui ont valu une pluie de critiques venant de toutes parts, y compris de son camp, tout en dénonçant les pratiques de “Quotidien” – des “méthodes de voyous”, selon lui. Laurent Wauquiez avait également fait savoir qu‘il déposerait plainte. “Le système de défense est absurde. Depuis quand fait-on des cours devant des étudiants en leur réclamant la confidentialité sur ce qu‘on leur dit ?”, lui a répondu Alain Juppé lundi. L‘ex-Premier ministre a également tenu à “rétablir la vérité” sur les finances de sa ville, chiffres à l‘appui. “La vérité est que la capacité de désendettement de la ville de Bordeaux est bonne. Le seuil à ne pas dépasser, c’est douze ans. Nous somme cette année à 4,6. D’ici la fin de la mandature nous resterons en dessous de 7”, a-t-il dit, avant de faire le parallèle avec la commune de Haute-Loire dirigée par Laurent Wauquiez entre 2008 et janvier 2016. “Le Puy-en-Velay était à 7,8 en 2016. Deux fois moins bien que Bordeaux. Je n‘ai pas de leçon à recevoir”, a-t-il dit.

Nice : polémique lamentable entre l’État et la ville

Nice : polémique lamentable entre l’État et la ville

 

 

Encore une nouvelle polémique entre l’État et la ville de Nice sur les responsabilités éventuelles concernant la tuerie de la promenade des Anglais. De toute évidence côté niçois on tente de politiser le débat en tentant de faire porter le chapeau au ministère de l’intérieur. Du coup le ministre de l’intérieur a réagi avec vigueur  Bernard Cazeneuve a annoncé dimanche porter plainte pour diffamation contre la responsable du centre de vidéo surveillance de la police municipale de Nice, qui affirme avoir subi des pressions du ministère de l’Intérieur lors de la rédaction d’un rapport sur la soirée meurtrière du 14 juillet. Dans un communiqué, le ministre de l’Intérieur parle d’ »accusations indignes » qui s’inscrivent, selon lui, « dans la suite des polémiques virulentes que certains élus de Nice ont souhaité entretenir puis alimenter chaque jour depuis le terrible attentat du 14 juillet. » Ces polémiques portent sur les moyens mis en œuvre par l’Etat pour assurer la sécurité du public lors du feu d’artifice du 14-juillet, le Front national et certains à droite jugeant que l’attaque au camion qui a fait 84 morts sur la promenade des Anglais, aurait pu être évitée. Dans une interview au Journal du Dimanche, Sandra Bertin, chef du Centre de supervision urbain (CSU) de la ville de Nice, qui était en poste le soir de l’attaque, indique qu’un représentant de la place Beauvau lui a donné pour instruction de mentionner la présence de policiers nationaux sur les lieux de l’attaque. « J’ai (…) eu affaire à une personne pressée qui m’a demandé un compte-rendu signalant les points de présence de la police municipale, les barrières, et de bien préciser que l’on voyait aussi la police nationale sur deux points dans le dispositif de sécurité », dit-elle. « Or la police nationale était peut-être là, mais elle ne m’est pas apparue sur les vidéos. Cette personne m’a alors demandé d’envoyer par email une version modifiable du rapport », ajoute-t-elle. Il est clair que la polémique devient désormais très nauséabonde en raison en particulier de la période pré électorale pour les présidentielles.

 

Régionales : le lamentable silence de Valls

Régionales : le lamentable silence de Valls

 

C’est sans doute la première fois en France qu’un Premier ministre ne s’exprime pas au lendemain d’une élection. La plupart des médias n’ont même pas remarqué l’absence de Valls. Le Clemenceau d’opérette, pourtant toujours prêt à parler haut et fort, sur tout et sur rien,  cette fois s’est réfugié dans le mutisme ;  pourtant la défaite est  sanglante et Valls porte une grave responsabilité. Sarkozy dont le parti a aussi subi un revers  à au moins le courage de reconnaître « « pour partie » la responsabilité des gouvernements au pouvoir depuis des années. On aurait attendu d’un Premier ministre d’abord qu’il prenne acte du formidable désaveu de l’opinion publique vis-à-vis de la politique du gouvernement. Car il s’agit bien d’un désaveu dans la mesure où un sondage Ipsos désigne le premier facteur explicatif du recul  du PS à savoir : r l’échec total de la lutte contre le chômage.  S’y ajoutent  bien entendu d’autres éléments comme l’insuffisance de résultats en matière de terrorisme, d’insécurité et de fiscalité. Certes Valls a présenté la démission du gouvernement mais il s’agit là d’un petit jeu rituel bien connu puisque Hollande va comme après les départementales reconduire encore la même équipe ou à peu près. Le vrai courage aurait été pour Valls d’admettre son échec et de quitter le pouvoir. Décidément le  Clémenceau d’opérette déçoit beaucoup. Pas étonnant que dans les sondages sa popularité ne cesse de s’effriter. Valls est l’exemple même de ce qui a été sanctionné dans les urnes à savoir l’inadmissible fossé  entre un discours volontariste et une action mollassonne voire inexistante.

Irak : l’UE lamentable laisse chaque pays se débrouiller

Irak : l’UE lamentable laisse chaque pays se débrouiller

 

Officiellement un accord européen sur la livraison d’armes, en réalité un désaccord total puisque l’Union économique laisse libre chaque pays. En fait le degré zéro de la politique étrangère de la part d’une Europe qui ne s’intéresse vraiment qu’au business réduit  au libre échange sans régulation et sans autre politique commune.  Après plusieurs jours d’hésitations quant à  la posture à adopter face à l’avancée djihadiste dans le Nord de l’Irak, les Etats membres de l’Union européenne sont finalement parvenus à un accord, vendredi, à Bruxelles. Les représentants des Vingt-huit ont ainsi décidé « de répondre positivement à l’appel lancé par les autorités régionales kurdes à fournir urgemment de l’équipement militaire ». Convoqué en urgence sous la pression française, ce rassemblement a finalement abouti à une décision inattendue. Jeudi, les Etats membres étaient en effet divisés, la France, l’Italie et l’Espagne se disant favorables à l’envoi d’armes aux forces kurdes, tandis que l’Allemagne, l’Autriche et la Suède souhaitaient se limiter à une assistance humanitaire. « Nous avons trouvé une position commune qui, dans l’esprit dit la chose suivante : l’UE salue le fait que certains pays vont répondre favorablement à la demande des forces de sécurité kurdes », a souligné le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier. « Il n’est pas encore clair quels équipements sont utilisés et sont nécessaires », a-t-il ajouté. Si la décision de livrer des armes revient à chaque Etat membre, l’enjeu était de parvenir à une position où le Conseil, qui représente les Vingt-huit, se prononce « en tant que tel pour soutenir cet effort et montrer son soutien aux Kurdes et au gouvernement à Bagdad », avait indiqué en amont un haut responsable européen. « C’est une position très forte, le signal politique qui était voulu » notamment par la France, l’Italie et la Grande-Bretagne, a réagi un diplomate européen au sortir de cette réunion. Jeudi, François Hollande avait confirmé « la livraison imminente d’équipements militaires, comme suite à la demande du président du gouvernement régional du Kurdistan d’Irak, Massoud Barzani ». Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, a rappelé vendredi qu’en la matière, la France a été un « des premiers pays à agir » en livrant des armes aux combattants kurdes qui tentent de contrer l’avancée des djihadistes de l’Etat islamique. De son côté, Londres envisage « favorablement » la possibilité d’armer les forces kurdes si la demande lui est faite. Dans un premier temps, David Cameron avait simplement envisagé le transport de matériel militaire ainsi qu’une aide humanitaire. La République tchèque a annoncé plus tôt, vendredi, qu’elle pourrait commencer dès la fin du mois d’août à livrer des armes aux « peshmergas », les combattants kurdes. Par ailleurs, l’Union européenne a salué vendredi la nomination comme chef du gouvernement irakien de Haïdar al-Abadi, en remplacement du très contesté Nouri al-Maliki, qui a finalement officiellement renoncé à son poste.  

 

Athlétisme : le lamentable esprit sportif de l’Espagne au 3.000 m steeple européen

Athlétisme : le lamentable esprit sportif de l’Espagne 3.000 m steeple européen

 

Lamentable il n’y a pas d’autre mot pour qualifier l’attitude de l’Espagne qui, pour grappiller une médaille, à fait disqualifier Mahiédine Mekhissi, très largement. Vainqueur du 3.000 m steeple des championnats d’Europe d’athlétisme ; L’Espagne est une grande nation qui produit des sportifs de  renom mais cette fois elle s’est comportée de manière quasi  « putassière » en volant la médaille d’un Mahiédine, pourtant impérial. Certes ce dernier s’est comporté de manière infantile  en retirant son maillot avant l’arrivée mais cela ne justifiait pas une  telle sanction imbécile qui n’honore pas la mafia sportive de la fédération internationale et encore moins l’Espagne au comportement indigne et anti sportif en cette occasion. Le Français Mahiédine Mekhissi, vainqueur sur la piste du 3.000 m steeple des championnats d’Europe d’athlétisme de Zurich, a été en effet disqualifié jeudi 14 août au profit de son dauphin et compatriote, Yoann Kowal. Ce dernier devient ainsi champion d’Europe dans la discipline.   Mahiédine Mekhissi est disqualifié pour ne pas avoir franchi la ligne d’arrivée avec son maillot sur le corps. L’équipe de France dispose toutefois d’une dernière possibilité de faire appel de cette décision, dans la demi-heure qui vient. C’est l’Espagne, dont le représentant Angel Mullera avait initialement pris la 4ème place, qui a déposé une protestation auprès du jury de la compétition. Le jury avait de lui-même, dans un premier temps, simplement attribué un avertissement à Mekhissi. Rejetée une première fois, la demande espagnole a finalement été acceptée en appel, disqualifiant donc Mekhissi. La démarche de l’équipe de France visant à réintégrer Mekhissi dans le classement constitue donc un contre-appel, dernier recours possible.

Centrafrique: une Europe lamentable

Centrafrique:  une Europe lamentable

 

Après l’affaire du mali, maintenant de la Centrafrique,  l’Europe apparait comme elle est : lamentable. Certes Hollande a précipité le mouvement de manière un peu irresponsable ( pour faire remonter sa popularité)  mais l’Europe une nouvelle fois se révèle un pseudo union cantonnée essentiellement dans la bureaucratie et le business. La seule philosophie, c’est le libre échange des biens. Rien sur le plan économique, rien sur l’emploi, rien sur le plan monétaire, sur le plan militaire, encore mois sur le plan humanitaire. Il ne faudra pas s’étonner su en France l’euroscepticisme triomphe en France (mais pas seulement)  lors des prochaines élections européennes. La vision anglo-saxonne a triomphé et l’Europe se réduit à celle des marchands. Même la question du détachement des travailleurs n’a pu être réglée, seulement un mauvais compromis qui ne changera rien ; Pour l’harmonisation sociale- même étalée dans le temps – il faudra attendre. Dans le même temps, on ne cesse d’élargir cet espace européen avec des pays de plus en plus hétéroclites sans vision, sans projet, sans stratégie cohérentes. L’Europe politique, elle aussi , est  transparente et les grandes questions se négocient encore uniquement entre les grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine notamment). Exemple sur l’Iran ou encore la Syrie. L’Europe est pourtant nécessaire vitale même pour des pays (comme la France)  renvoyés en bas du classement mondial sur tous les plans mais pas cette Europe là qui privilège en faiat les seuls intérêts financiers de grands groupes au mépris de toute autre considération.

Football coupe du monde au Qatar : lamentable !

Football coupe du monde au Qatar : lamentable !

 

 Les interrogations sont nombreuses, dont certaines remettent directement en cause l’organisation de la Coupe du monde au Qatar : chaleur excessive pendant les matches, mais surtout des suspicions de corruption et même d’esclavagisme formulées contre l’émirat du Golfe persique. La question qui occupe principalement la Fifa est celle de la chaleur. Avec des pointes à 50° en juin-juillet, la pratique du sport est impossible, voire dangereuse. Même en tribune, les matches promettent d’être un supplice. Dans une série de tweets, Joseph Blatter, le président de la Fifa, a repoussé la décision concernant l’organisation de la compétition en été ou en hiver après le Mondial 2014 au Brésil, afin de se donner le temps de la réflexion. Si jouer en hiver paraît être la solution la plus logique, elle est loin d’être la plus simple. La Premier League anglaise, par exemple, redoute un « chaos » si on chamboule les calendriers. Cela obligerait les différents championnats et coupes continentales à jouer l’été, ce qui n’est pas forcément mieux pour les organismes des joueurs et des fans. En outre, jouer l’été signifie jouer les moments décisifs des compétitions en pleine période de transferts ou déplacer également le mercato estival, qui percuterait alors son petit frère hivernal. Un véritable casse-tête, d’autant que que pendant cet hiver là auront lieu les Jeux Olympiques d’hiver 2022. L’Australie, a d’ores et déjà décidé de ne pas se laisser faire. Dans l’éventualité d’une Coupe du monde en hiver, elle demandera des dédommagements. Candidate malheureuse à l’organisation, elle avait présenté un dossier visant à jouer en juin-juillet, comme réclamé par la Fifa. Ce qui l’aurait désavantagée. L’Angleterre et les Etats-Unis, eux aussi battus par le Qatar, pourraient lui emboîter le pas, ajoutant une question financière aux négociations calendaires.. La semaine dernière, The Guardian s’est fait l’écho d’un problème autrement plus grave que le choix de la saison pour disputer une Coupe du monde. Selon le quotidien britannique, 44 travailleurs népalais seraient morts entre le 4 juin et le 8 août sur les chantiers de construction des stades. Cette fois, Sepp Blatter n’a pu se défiler : « La Fifa ne peut pas faire d’ingérence dans le droit du travail d’un pays, mais ne peut l’ignorer », a commenté, toujours sur Twitter, le dirigeant suisse. « Je ferai une visite de courtoisie pour lui confirmer que la Coupe du monde se jouera bien au Qatar, a-t-il poursuivi en évoquant l’émir du Qatar. J’en profiterai pour toucher deux mots sur les conditions de travail dans ce pays. » Sur ce point, le Qatar s’est défendu en évoquant des « informations fausses » et des « chiffres exagérés ». Le Mouvement syndical international, qui a jugé cette réponse décevante, a annoncé avoir formé une délégation qui se rendra le 7 octobre sur place pour constater les conditions de travail des migrants. En attendant d’en savoir davantage, ces accusations font écho aux témoignages de nombreux joueurs étrangers évoluant dans le championnat du Qatar et qui se trouveraient empêchés de quitter le pays par leurs clubs. Le 19 septembre dans les colonnes du journal Allemand Die Zeit, Sepp Blatter fait polémique en déclarant que le choix du Qatar pour la Coupe du monde 2022 avait été « influencé par des intérêts politiques et économiques ». Le Suisse pense là à sa réélection en 2015 où son adversaire devrait être Michel Platini, actuel président de l’UEFA. Dans l’interview, Blatter fait allusion aux informations publiées par France Football, expliquant qu’une réunion se serait tenue le 23 novembre 2010 à l’Elysée entre l’ex-président Nicolas Sarkozy, Al-Thani, alors prince héritier du Qatar, Michel Platini et Sébastien Bazin, alors propriétaire du PSG. En jeu, le rachat du club de la capitale par le Qatar, qui aurait eu pour contre-partie le vote favorable de Platini pour l’attribution de la Coupe du monde. Depuis le mois d’août 2012, une commission d’éthique indépendante mise sur pied par la Fifa et dirigée par l’Américain Michael Garcia est chargée d’examiner les conditions de cette attribution. Si celle-ci confirme les dires de Blatter et des médias français, le Qatar se trouverait une nouvelle fois dans l’oeil du cyclone, courant un réel risque de se voir retirer l’organisation de « son » Mondial.

 

PSG- Foot: Léonardo suspendu, un arbitrage lamentable

PSG- FOOt: Léonardo suspendu, un arbitrage lamentable

 

Le PSG était très neveux sur le terrain, il l’est depuis plusieurs matchs. La qualité du jeu n’est pas non plus au rendez-vous. Pour autant la sanction à l’égard de Thiago Silva est scandaleuse, un joueur pourtant exemplaire autant dans son football que dans son comportement. Léonardo n’avait pas non plus à s’énerver dans le vestiaire mais tout cela est la conséquence  d’un arbitrage nul. Un arbitrage qui devrait se remettre en question car il n’est pas à la hauteur du niveau actuel du football.la plupart des arbitres du foot n’ont jamais pratiqué à un bon niveau et même pas du tout. Au contraire par exemple de ce qui se passe au basket où tous les arbitres sont d’anciens joueurs. Il faudrait aussi prendre exemple sur le rugby ou les arbitres privilégient la prévention par rapport à la sanction (et la règle de l’avantage) et quels respect de la part des joueurs pour l’arbitre, chapeau ! ! Un exemple à suivre.  ; Les chocs sont autrement plus rudes en rugby et même au basket alors qu’en football les joueurs passent leur temps à se rouler par terre au moindre frottement ; précisément parce que les arbitre n’y connaissent rien. Une solution consisterait former d’anciens pros et de les reconvertir dans l’arbitrage (comme pour les entraineurs). Il y a aussi le contexte, le PSG n’est pas aimé par les autres dirigeants notamment à cause de l’argent du Qatar, d’où cette décsion de la LFP. LFP qui finalemenet n’aime pas les grands clubs et explique la différence avec les clubs anglais, espagnols, allemands ou italiens. Tout cela sent l’approche franchouillarde et il n’y a pas que l’arbitrage à remettre en cause dans la politique de la LFP et de la FFF.  Le directeur sportif du Paris SG Leonardo a donc été suspendu mardi à titre conservatoire par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) pour son comportement à l’issue du match du Championnat de France contre Valenciennes dimanche (1-1).   Leonardo avait bousculé dans les couloirs du Parc des Princes l’arbitre de la rencontre, Alexandre Castro.   »La Commission, saisie par les rapports complémentaires de l’arbitre et du délégué, met le dossier en instruction et suspend Leonardo à titre conservatoire à compter du mercredi 8 mai 2013 en raison de la gravité des faits », explique la LFP dans un communiqué.  Pendant toute la durée de sa suspension, le Brésilien sera interdit d’accès au banc de touche et au vestiaire. Il est également suspendu de toute fonction officielle durant le temps de l’instruction.  La commission de discipline n’a pas dit quand elle comptait donner sa décision dans cette affaire.  Leonardo, qui ne s’est pas présenté mardi devant les membres de la commission, a démenti lundi auprès de l’AFP avoir bousculé M. Castro.   »Je voulais parler à l’arbitre et je l’attendais. Il y avait beaucoup de monde qui rentrait aux vestiaires. Et au moment où M. Castro arrive, il y a un délégué qui est devant moi au début et qui en cherchant à me bloquer, me pousse. Après, avec mon dos, je rentre en contact avec l’arbitre. C’est dur à voir sur les images en direct mais au ralenti on le voit », a-t-il expliqué.  Le défenseur du Paris SG Thiago Silva, dont l’exclusion lors du match contre Valenciennes est à l’origine de la colère de Leonardo contre l’arbitre, a lui été suspendu pour deux matches ferme. Le Brésilien manquera le match de dimanche à Lyon puis celui à Brest la semaine suivante. Il devrait faire son retour lors de la 38e et dernière journée, le 26 mai face à Lorient.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol