Archive pour le Tag 'L’ambassadeur'

Renvoi de l’ambassadeur français au Mali: L’échec complet de Barkhane au Sahel

Renvoi de l’ambassadeur français au Mali: L’échec  complet de Barkhane au Sahel

C’est le dernier affront subi par la France avec le renvoi de l’ambassadeur français au Mali par les dictateurs militaires. Un grave échec diplomatique et militaire pour Macron et la force Barkhane. À la décharge des militaires, Barkhane a toujours été sous dimensionnée par rapport à l’immensité du territoire  (5000 militaires quand il en faudrait 150 000 sur un territoire 10 fois plus grand que que la France). Les putschistes au Mali veulent pousser vers la France dehors et maintenant, c’est le Burkina Faso qui est à son tour victime d’un putsch militaire. Reste le Niger, un pays aussi particulièrement fragile et qui aussi pourrait basculer d’un jour à l’autre. Bref, il va falloir décider rapidement du rôle de la force Barkhane avec les Européens qui en réalité ne se sont vraiment jamais totalement investis dans le conflit du Sahel.

Il n’y a sans doute pas grand-chose à espérer des discussions avec les putschistes tant du Mali que du Burkina. Des militaires plus compétents pour faire des coups d’Etat que pour maintenir l’ordre dans leur pays et qui accessoirement se partagent les maigres ressources locales.

La France et ses alliés européens se sont donné deux semaines, vendredi 28 janvier, pour décider de l’évolution de leur engagement militaire contre les groupes djihadistes au Mali alors que la junte au pouvoir à Bamako manifeste une hostilité croissante à leur égard.

La situation au Mali devient « intenable », a estimé vendredi le chef de la diplomatie française, Jean-Yves Le Drian, sur RTL au lendemain de la décision du Danemark de retirer ses forces spéciales dont les autorités maliennes avaient jugé la présence indésirable. Samedi, la ministre des Armées Florence Parly a déclaré, sur France Inter : « Nous devons constater que les conditions de notre intervention, qu’elle soit militaire, économique et politique sont rendues de plus en plus difficiles, bref, on ne peut pas rester au Mali à n’importe quel prix. »Alors que tout indique que les militaires maliens cherchent à pousser vers la sortie leurs partenaires occidentaux au profit d’une alliance avec la Russie, qui ne s’offusquerait pas de leur maintien au pouvoir, la ministre de la Défense danoise, Trine Bramsen, a déclaré à Reuters que les Européens s’étaient laissé 14 jours pour décider « à quoi devrait ressembler la future mission contre-terroriste dans la région du Sahel ».

Les autorités maliennes, qui ont multiplié les accusations de néocolonialisme à l’égard de la France, ne donnent de leur côté aucun signe de volonté d’apaiser la situation. Le Premier ministre Abdoulaye Diop a ainsi estimé vendredi sur France 24 que les propos de Jean-Yves Le Drian étaient « plein de mépris » et que Paris devait respecter la souveraineté du Mali.

Biélorussie : L’ambassadeur de France expulsé

Biélorussie : L’ambassadeur de France expulsé

 

À la demande des autorités biélorusses  l’ambassadeur de France a dû quitter le pays.  En  cause, les relations détestables entre l’union européenne et la Biélorussie suite à une élection présidentielle dans les résultats sont fortement contestées.

Des sanctions ont d’ailleurs été prises par l’union européenne à l’égard de la Biélorussie, l’allié très docile de Poutine qui perturbe la région.

Le dictateur biélorusse a été réélu pour la sixième fois mais a suscité de nombreuses manifestations qui elles-mêmes ont entraîné une forte répression condamnée par l’union européenne. L’Union européenne a adopté une série de sanctions à l’égard du régime biélorusse après la répression des opposants à M. Loukachenko.

Le pouvoir biélorusse a réussi à mettre un terme aux manifestations, emprisonné des centaines d’opposants et fermé des dizaines de médias et d’ONG. Les leaders de l’opposition ont tous été mis en prison ou contraints à l’exil.

Chine: Le nouveau modèle politique pour conduire à la démocratie d’après l’ambassadeur !!!

Chine: Le nouveau modèle politique pour conduire à la démocratie d’après l’ambassadeur !!!

À la lecture de la tribune de l’ambassadeur chinois en France, on se demande s’il faut rire ou bien pleurer. En tout cas, un texte qui mérite d’être lu car il rappelle le contexte des années 50, Surtout quand l’ambassadeur affirme que le modèle chinois peut inspirer le monde entier pour conduire à la démocratie ! Tribune de Lu Shaye, ambassadeur de Chine en France (dans l’Opinion)

Ou quand la propagande tutoie à la fois le ridicule et l’humour !

« Le système de partis politiques de la Chine a créé un nouveau modèle politique. Il répond aux exigences intrinsèques de la démocratie socialiste, constitue une garantie institutionnelle importante pour le développement stable et durable de la Chine et diversifie les voies que les pays peuvent emprunter pour réaliser la démocratie ​» Lu Shaye, ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République populaire de Chine en France et à Monaco.

 

tribune

Il y a peu, le peuple chinois a solennellement célébré le 100e anniversaire de la fondation du Parti communiste chinois (PCC). Au cours du siècle écoulé, le PCC a uni et conduit le peuple chinois dans une lutte courageuse et opiniâtre qui permet à la nation chinoise de réaliser un grand bond, passant d’une nation qui s’est relevée à une nation prospère, puis à une nation puissante. Au cours de ce processus historique, le système de partis politiques de la Chine, soit un système de coopération multipartite et de consultation politique sous la direction du PCC, a progressivement vu le jour. Enraciné dans la brillante culture traditionnelle chinoise et en gestation pendant les révolutions démocratiques chinoises entre 1840 et 1949, il a pris forme dans les Grandes consultations politiques nationales à la veille de la fondation de la République populaire de Chine, s’est développé dans le processus de la révolution, de la construction et de la réforme socialistes, et s’est perfectionné dans la nouvelle ère du socialisme à la chinoise. Le système de partis politiques de la Chine a créé un nouveau modèle politique. Il répond aux exigences intrinsèques de la démocratie socialiste, constitue une garantie institutionnelle importante pour le développement stable et durable de la Chine et diversifie les voies que les pays peuvent emprunter pour réaliser la démocratie.

Ce système incarne un nouveau concept politique. Le système de partis politiques d’un pays est déterminé par son histoire, ses traditions et ses réalités nationales. Copier le système politique des autres n’est jamais un bon choix. En combinant les principes fondamentaux du marxisme avec la réalité chinoise, en puisant des nutriments dans la brillante culture traditionnelle chinoise et en s’inspirant activement des acquis des civilisations politiques de l’Humanité, le PCC a créé, développé et perfectionné le système de coopération multipartite et de consultation politique sous sa direction. Attachés à l’esprit de coopération, de participation et de consultation et au principe d’unité, de démocratie et d’harmonie, le PCC et les huit autres partis politiques chinois ont créé une architecture politique marquée par le rôle de leadership du PCC et la coopération multipartite, ainsi que l’exercice du pouvoir par le PCC et la pleine participation des autres partis à l’administration des affaires publiques. Cela a évité efficacement le problème d’absence de contrôle démocratique des systèmes à parti unique et le danger de concurrence destructrice entre les partis des systèmes multipartites.

Ce système établit une nouvelle relation entre partis politiques. Le PCC est le parti au pouvoir et constitue le noyau dirigeant du socialisme à la chinoise. Les huit autres partis politiques participent à la gouvernance de l’Etat dans le cadre du socialisme à la chinoise et sont les bons conseillers, les bons partenaires et les bons collègues du PCC. Le PCC mène, avec sincérité, des consultations politiques avec les autres partis politiques, soutient leur participation aux affaires de l’Etat, se soumet à leur supervision démocratique et leur offre un large espace et des garanties institutionnelles pour qu’ils jouent leur rôle au mieux. Le PCC et les huit autres partis politiques sont dans une relation de solidarité et de coopération dans l’exercice du pouvoir de l’Etat. Ils sont des amis proches qui se disent la vérité et s’aident mutuellement à corriger les erreurs. Cela a permis d’établir un nouveau type de relations entre partis politiques, caractérisé par la coopération, l’unité et l’harmonie, et d’assurer une parfaite cohérence entre l’exercice du pouvoir et la participation politique, entre la direction et la coopération, et entre la consultation et le contrôle démocratique.

Ce système constitue une nouvelle pratique démocratique. Dans le régime socialiste à la chinoise, l’essence de la démocratie populaire est de trouver le plus grand dénominateur commun des attentes et des revendications de toute la société. Le système de partis politiques de la Chine y joue un rôle important, en encourageant le peuple à participer à la politique et à exprimer ses opinions, et en assurant l’intégration sociale, la supervision démocratique et la stabilité durable. S’appuyant sur ce système, le PCC mène des consultations politiques sur les grandes politiques et les affaires majeures de l’Etat avec les huit autres partis politiques et les personnalités sans parti, soutient leurs efforts pour jouer leur rôle au sein des assemblées populaires, des gouvernements et des organes judiciaires de différents échelons et avancer des suggestions sur le développement économique et social du pays. Cela a fait en sorte que le pouvoir soit exercé conformément à la loi et dans un esprit scientifique et démocratique et qu’une démocratie populaire dans tout processus soit réalisée. L’Histoire et le présent ont prouvé et prouvent encore que le système de partis politiques de la Chine est un bon système qui a montré ses atouts particuliers et sa vitalité débordante dans la vie politique et sociale de la Chine.

« Le PCC a toujours placé le peuple au centre de ses préoccupations et a toujours représenté les intérêts fondamentaux de l’immense majorité du peuple chinois »

Ce système incarne les intérêts du plus large éventail de groupes sociaux. L’aspiration du peuple est le plus grand enjeu politique. Parti au pouvoir, le PCC a toujours placé le peuple au centre de ses préoccupations et a toujours représenté les intérêts fondamentaux de l’immense majorité du peuple chinois. Les huit autres partis politiques, ayant des objectifs politiques et des intérêts fondamentaux convergents avec ceux du PCC, reflètent et représentent en même temps les intérêts spécifiques des groupes sociaux dont ils sont issus, et jouent donc un rôle de pont et de fédérateur. Le PCC et les huit autres partis politiques se tiennent et agissent côte à côte. En respectant les aspirations de la majorité tout en tenant compte des attentes raisonnables des minorités, le système de partis politiques de la Chine permet de représenter et de réaliser réellement, largement et durablement les intérêts fondamentaux de l’immense majorité du peuple chinois et ceux de tous les groupes ethniques et groupes sociaux, évitant les défauts des systèmes de partis politiques de type ancien dans lesquels un parti ne représente qu’une minorité du peuple et un petit nombre de groupes d’intérêt.

Ce système reflète les objectifs partagés de tous. La solidarité renforce, la division affaiblit. Comme le Secrétaire général du PCC Xi Jinping l’a souligné, le système de partis politiques de la Chine peut unir étroitement les divers partis politiques et les personnalités sans parti vers les objectifs communs. Face aux tâches, risques et défis majeurs, le PCC et les huit autres partis politiques sont animés par les mêmes volontés, les mêmes buts et les mêmes actions. Les huit partis politiques n’ont ménagé aucun effort dans la lutte contre la pauvreté. Ils ont émis plus de 2 400 avis et suggestions aux comités du PCC et aux gouvernements de différents échelons des provinces et régions autonomes correspondantes, et soumis plus de 80 rapports au Comité central du PCC et au Conseil des Affaires d’Etat, apportant une importante contribution à la victoire de la bataille décisive contre la pauvreté absolue. Selon les statistiques disponibles, depuis le début de l’épidémie de la Covid-19, les comités centraux des huit partis politiques et les personnalités sans parti ont soumis près de 4 000 avis et suggestions au Comité central du PCC, au Conseil des Affaires d’Etat et aux départements compétents, et ont fait des dons en argent et en matériel à hauteur de 5,1 milliards de yuans RMB, contribuant de façon significative à la victoire de la lutte contre la Covid-19.

Ce système favorise une prise de décisions et une mise en œuvre des décisions judicieuses. Qui écoute les deux côtés aura l’esprit éclairé, qui n’écoute qu’un côté restera dans l’obscurité. Grâce aux consultations entre les partis politiques, à la participation à la vie politique, à la délibération sur les affaires de l’Etat, à la supervision démocratique et à d’autres procédures et dispositions institutionnelles normalisées, le système de partis politiques de la Chine permet de mettre en commun les idées et les propositions des uns et des autres, de sorte à garantir une prise de décisions dans un esprit scientifique et démocratique. Depuis le 18e Congrès du PCC, le Comité central du PCC et le Conseil des Affaires d’Etat ont organisé ou chargé les départements concernés d’organiser 172 réunions consultatives, dont 37 ont été présidées par le Secrétaire général Xi Jinping lui-même. Ce sont des occasions de discussions importantes entre le PCC et les huit autres partis politiques et les personnalités sans parti sur les grandes questions stratégiques et les questions d’intérêt général du pays, ce qui a valorisé pleinement les avantages de ces derniers en termes de talents, de compétences intellectuelles et d’influence sociale, au grand bénéfice du développement du pays dans divers domaines.

Ce système assure une gouvernance efficace de l’Etat. Pour bien gérer un pays et satisfaire son peuple, il est primordial de perfectionner le système de gouvernance. Dans le cadre du système de partis politiques de la Chine, les partis politiques recherchent un terrain d’entente par la voie des consultations. Il permet d’éviter la vétocratie et les situations où il y a délibération mais pas de décision, et où des décisions sont prises mais pas appliquées. Il peut ainsi assurer la continuité et la cohérence des politiques. Les huit autres partis politiques ne sont pas des partis d’opposition, ni des observateurs ou spectateurs, mais des acteurs de la gouvernance de l’Etat sous la direction du PCC. A l’heure actuelle, plus de 12 700 personnalités non communistes font partie du personnel spécial des départements concernés au niveau de la préfecture ou aux niveaux supérieurs. Le PCC soutient aussi activement le rôle des personnalités non communistes dans les assemblées populaires, les gouvernements et les organes judiciaires à tous les niveaux. Depuis le 18e Congrès du PCC, les huit autres partis politiques et les personnalités sans parti ont formulé plus de 730 opinions et suggestions importantes sur la mise en œuvre de la nouvelle vision du développement, la création d’une nouvelle dynamique de développement et la réalisation d’un développement de meilleure qualité. Une grande partie d’entre elles ont été intégrées et adoptées, ce qui a contribué grandement à la modernisation du système et des capacités de gouvernance de l’Etat.

Un vieil adage chinois dit, « les chaussures des gens n’ont pas besoin d’être de la même taille, l’important est qu’elles conviennent aux pieds de chacun ​; les approches de gouvernance des pays n’ont pas besoin d’être les mêmes, l’important est qu’elles profitent aux intérêts de leurs peuples ​». En effet, le chemin menant à la démocratie n’a jamais été à voie unique. Il existe de nombreuses manières d’y parvenir, et il est impossible qu’il n’y ait qu’un seul modèle. Seul le peuple est bien placé pour juger si son pays est démocratique ou non et si le système politique de son pays est bon ou non. Le système de partis politiques de la Chine répond aux besoins du pays et de son peuple. Il est l’aboutissement d’un long processus historique et porte en lui une force, une créativité et une vitalité exceptionnelles. Il a apporté de la sagesse chinoise au développement des partis politiques dans le monde contemporain, et étoffé les civilisations politiques de l’Humanité. La Chine continuera à enrichir et à perfectionner son système de partis politiques, en prenant pleinement en compte les caractéristiques de la nouvelle ère, pour que ce système brille d’un plus vif éclat dans la marche vers le grand renouveau de la nation chinoise.

Lu Shaye est ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République populaire de Chine en France et à Monaco.

Chine: Interview langue de bois agressive de l’ambassadeur en France

Chine: Interview langue de bois agressive de l’ambassadeur en France

 

Lu Shaye, ambassadeur de la République populaire de Chine en France Illustre la langue de bois chinoise autant que son agressivité dans une interview qui rappelle à l’évidence les années noires du communisme. (L’Opinion)

 

 

Quel bilan tirez-vous des dix-huit derniers mois depuis le début de la crise sanitaire ?

Les dix-huit derniers mois ont été une période très impressionnante tant pour la Chine que pour le monde. La Chine a été le premier pays à faire face et à signaler ce nouveau virus. Je me rappelle qu’au début de l’année dernière, mon pays était au cœur de l’épidémie. Les yeux du monde entier se concentraient alors sur nous. Nous étions alors dans une situation extrêmement difficile. Heureusement, le gouvernement a pris des mesures les plus strictes pour contenir ce virus. Il a décidé de confiner toute la ville de Wuhan avec sa population de 10 millions d’habitants, et toute la province du Hubei. Il a aussi mobilisé toutes les ressources du pays pour les soutenir. Grâce à cela, nous avons réussi à maîtriser cette épidémie en deux mois. On peut dire aujourd’hui que la pandémie est presque éradiquée en Chine. Il y a encore quelques cas sporadiques, mais nous avons la capacité de les contrôler. Partant, l’économie chinoise a été la première à sortir de la crise. En 2020, la croissance chinoise s’est finalement établie à 2,3 %. La Chine est la seule économie majeure à avoir enregistré une croissance positive l’an dernier et cette année, elle devrait être de 8,3 % selon les prévisions d’institutions internationales. La situation chinoise est donc assez bonne.

Pourtant, votre image a été sérieusement écornée…

C’est vrai. Dès le début de l’épidémie, nous avons fait l’objet de nombreuses attaques, notamment de la part des médias occidentaux. Ils nous accusaient de ne pas avoir réagi assez vite ou encore d’avoir dissimulé les chiffres. Dans le même temps, les Etats-Unis ont laissé entendre que nous avions créé le virus. Nous avons passé notre temps à nous battre contre ce « virus politique ». En dehors de la pandémie, la Chine a été attaquée sur d’autres fronts comme la situation au Xinjiang ou celle à Hong Kong. Il m’a semblé que tout le monde occidental s’était ligué contre la Chine pendant toute cette période. Malgré cela, nous avons beaucoup fait pour lutter contre la pandémie. Au total, nous avons fourni 280 milliards de masques, 4 milliards de tests, 3,4 milliards de combinaisons de protection. Et dernièrement, nous avons écoulé quelque 350 millions de doses de vaccins. Cela nous a valu de nouvelles mises en cause, mais on s’en fout ! Car nous voulons participer à la réponse mondiale contre la pandémie et nous défendons le multilatéralisme dans cette bataille contre le virus.

«Si jamais la Chine acceptait “une enquête”, les Etats-Unis pourraient chercher les preuves de la conclusion qu’ils ont déjà tirée à l’avance, en fabriquant de nouveaux mensonges et de nouvelles rumeurs»

Il n’empêche que la question de l’origine du virus fait toujours polémique !

En dépit des efforts d’ouverture, de transparence et de responsabilité fournis par la Chine pour soutenir les travaux du groupe d’experts de l’OMS ; malgré les déclarations de plusieurs de ses membres sur « les discussions amples et franches » qu’ils ont eues avec la partie chinoise au sujet des données, les Etats-Unis n’ont pas cessé de semer le doute. On peut donc s’interroger sur leur manœuvre qui consiste à réhabiliter les thèses complotistes et rejeter la faute sur la Chine. En y réfléchissant un peu, on s’aperçoit vite de la frappante similitude de ce modus operandi avec celui auquel Washington avait eu recours pour déclencher la guerre en Irak, en 2003 quand il avait brandi un flacon de lessive comme preuve. Aujourd’hui, c’est le même procédé qui se répète. D’abord imposer une accusation fondée sur la présomption de culpabilité, puis faire pression en instrumentalisant et fourvoyant l’opinion publique. Si jamais la Chine acceptait « une enquête », les Etats-Unis pourraient chercher les preuves de la conclusion qu’ils ont déjà tirée à l’avance, en fabriquant de nouveaux mensonges et de nouvelles rumeurs. Ces manœuvres ont gravement perturbé la solidarité contre la pandémie au sein de la communauté internationale.

Qu’y répondez-vous ?

C’est à se demander si tout cela n’a pas été soigneusement concocté par les Etats-Unis pour dissimuler l’accident au laboratoire de Fort Detrick en 2019. D’ailleurs, en France, le sujet n’a pas été abordé. Dans la mesure où l’OMS a terminé son enquête en Chine et écarté la possibilité de la fuite d’un laboratoire chinoise ; puisque les hypothèses concernant une erreur de laboratoire sont toujours d’actualité, nous recommandons que, dans ses prochains travaux, l’OMS mette l’accent sur le laboratoire de l’armée américaine. Les médias français demandent que les laboratoires de virologie soient surveillés d’aussi près par la communauté internationale que les arsenaux nucléaires ou chimiques. La Chine y est favorable. Les laboratoires américains devraient être placés sous la surveillance de la communauté internationale. Les Etats-Unis devraient aussi revenir sur leur opposition à la négociation du protocole de vérification sur les armes biologiques et leur refus portant sur la mise en place d’un mécanisme de vérification pour la convention.

Avec de tels arguments, ne craignez-vous pas d’être encore qualifié de « loup combattant » ?

Nous sommes dans une situation où ce sont les agresseurs qui accusent les victimes d’être agressives. Parce que la Chine n’a jamais eu un rôle de provocatrice. Ce que nous faisons, c’est de nous défendre. Nous sommes sur la défensive. Défendre les intérêts, l’image et la dignité de la Chine parce qu’elle a été sous les feux des critiques pendant toute l’année. Pourquoi n’aurions-nous pas le droit de riposter ? En nous refusant ce droit, cela illustre la condescendance, l’arrogance et l’égocentrisme du monde occidental parce qu’il a l’habitude d’attaquer ou d’accuser impunément les autres. Cette fois-ci, la Chine a riposté et il se sent agressé.

«Je suis très honoré d’être qualifié de “loup combattant” parce qu’il y a tant de hyènes folles qui attaquent la Chine»

Vous considérez cela comme une forme d’injustice ?

Oui. Comme à l’accoutumée, il voudrait museler la Chine, museler les diplomates chinois. L’expression « loup combattant » a un sens positif en Chine parce que c’est un soldat courageux qui défend la patrie. Je suis très honoré d’être qualifié de « loup combattant » parce qu’il y a tant de hyènes folles qui attaquent la Chine. Nous sommes les soldats qui défendons la Chine contre ces hyènes folles.

On vous a tout de même reproché d’avoir été proactif dans des critiques émises à l’égard de la gestion de la crise sanitaire en France. Etait-ce une riposte ou une maladresse ?

Nous avons publié de nombreux articles et documents sur notre site pour apporter des explications et des éclaircissements sur les faits afin de démentir des mensonges. Les gens nous disent de ne pas faire ce genre de communication. Que faudrait-il faire alors ? Selon eux, nous devrions rester muets. Si vous répondez, alors vous êtes agressif. Il était donc nécessaire de faire cette présentation parce que nous n’avions pas d’autres moyens. Les médias ne publient pas nos tribunes. Nous n’avons que notre site, nos réseaux sociaux. Nous devons faire entendre notre voix. Nous ne cherchons pas à faire changer d’avis ces médias, mais nous voulons que l’opinion publique puisse avoir une alternative.

«Le Xinjiang a créé des centres d’enseignement et de formation professionnelle conformément à la loi. Il s’agit d’aider les personnes endoctrinées par les discours extrémistes à retrouver une vie normale. Ces établissements ne diffèrent au fond en rien avec les centres de déradicalisation qu’on rencontre aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou en France»

La question de la population ouïghoure est également source de complications entre la Chine et les Occidentaux…

C’est un sujet très compliqué pour la Chine parce que nous n’avons pas cette machine médiatique si puissante que les Occidentaux. Dans cette partie du monde, notre voix n’est pas entendue comme si un mur de désinformation avait été érigé devant nous. Les informations authentiques de la Chine sont filtrées. Il est bon de rappeler qu’entre 1990 et 2016, des forces extrémistes ont perpétré de très nombreux attentats ayant fait d’innombrables victimes civiles et des centaines de morts dans la police. Afin d’en finir avec ce fléau du terrorisme, tout en le combattant, le Xinjiang a créé des centres d’enseignement et de formation professionnelle conformément à la loi. Il s’agit d’aider les personnes endoctrinées par les discours extrémistes à retrouver une vie normale. Ces établissements ne diffèrent au fond en rien avec les centres de déradicalisation qu’on rencontre aux Etats-Unis, au Royaume-Uni ou en France. Cette politique s’est montrée efficace puisqu’aucun attentat n’a été à déplorer depuis plus de quatre ans. J’ajoute que la population ouïghoure est passée de 5,5 millions il y a quarante ans à plus de 11 millions aujourd’hui. Où est donc cette campagne systématique de répression, de génocide, de travail forcé ou de stérilisation forcée dont les médias occidentaux se font si souvent l’écho ? Si de tels faits s’étaient vraiment déroulés au Xinjiang, comment se fait-il que jamais personne ne les ait jamais révélés sur les réseaux sociaux ?

Il n’empêche que cette question empoisonne désormais les relations entre la Chine et l’Union européenne comme en témoigne le retard pris dans la ratification de l’Accord sur les investissements signé à la fin de 2020.

C’est malheureux de politiser une question commerciale, d’autant plus que cet accord est mutuellement bénéfique. On peut même dire qu’il est plus favorable aux intérêts européens qu’à ceux de la Chine. Parce que, comme le disent de nombreux Européens, Pékin a fait beaucoup de concessions lors des négociations. Aujourd’hui, certains députés européens veulent l’utiliser comme une arme contre la Chine. C’est un peu comme se tirer une balle dans le pied. C’est contre-productif. Nous souhaitons poursuivre le processus de ratification pour qu’il entre au plus tôt en vigueur. Nous sommes confiants que les dirigeants européens ont cette vision stratégique, à l’instar d’Emmanuel Macron et d’Angela Merkel. Récemment, j’ai relevé les prises de parole publiques du Président français lors du sommet du G7 et de l’OTAN. Il a très bien parlé concernant la position de l’Europe et de la France vis-à-vis de la Chine. Je pense qu’il est objectif et il est visionnaire.

Malgré tout, la France et d’autres pays européens développent une stratégie Indo-Pacifique qui n’est pas très éloignée de celle des Etats-Unis.

Nous souhaitons que cette stratégie française ou européenne promeuve la coopération avec les partenaires de la région au lieu d’être une stratégie militaire contre la Chine. Malheureusement, jusqu’à aujourd’hui, on ne perçoit que l’aspect militaire. On n’a pas encore bien vu la dimension de coopération économique et commerciale. Il faut que la France mette davantage l’accent sur cela. De cette manière, la Chine pourra coopérer avec elle dans cette partie du monde, dans le cadre notamment de l’initiative « Une ceinture, une route » qui est profitable à tous les pays.

Il ne vous a pas échappé qu’à l’occasion du G7, un projet concurrent à l’initiative chinoise, le B3W, a été mis sur la table !

Si les Occidentaux veulent lancer un projet pour aider les pays en développement à construire des infrastructures, c’est très bien. En effet, les pays développés doivent contribuer à aider les moins favorisés. Nous souhaitons donc bonne chance à cette initiative B3W !

La Chine célèbre cette année le 100e anniversaire de la création du Parti communiste (PCC), première étape vers la fondation de la République populaire. Quel message votre pays voudrait adresser au monde à cette occasion ?

Au cours de ces années, le PCC est resté fidèle à son engagement initial, à savoir œuvrer au bonheur du peuple chinois et au renouveau de la nation chinoise. Et on peut constater qu’il a réalisé ses engagements. Il a dirigé le peuple chinois à transformer une Chine pauvre et démunie pour en faire la deuxième économie du monde. Nous avons réussi l’éradication de la pauvreté absolue. 800 millions de personnes sont sorties de la pauvreté au cours des quatre dernières décennies. Dans d’autres domaines comme la lutte contre le réchauffement climatique, elle a observé ses engagements. L’an passé, le président Xi Jinping a proclamé officiellement que le pays atteindrait la neutralité carbone en 2060. C’est un engagement solennel vis-à-vis de la communauté internationale. Si la Chine le dit, elle va certainement le réaliser. Il a aussi préconisé de construire une communauté d’avenir partagé pour l’humanité pour résoudre les enjeux majeurs de notre temps.

«A Taïwan, la situation de tension n’a pas été créée par le gouvernement chinois, mais par le PDP soutenu par les Américains. Ces derniers mois, les Etats-Unis ont multiplié les manœuvres visant à franchir la ligne rouge définie par la Chine

Dans la perspective de 2049, la question de Taïwan va se poser avec de plus en plus d’acuité. Ces derniers mois, les tensions ont pris de l’ampleur. En 1950, Zhou Enlai avait déjà déclaré : « Le principal problème de la Chine, c’est Taïwan. » Qu’en est-il aujourd’hui ? Comment voyez-vous évoluer ce dossier ?

Taïwan est effectivement un problème très sensible et très important pour la Chine. Nous sommes la seule grande puissance du monde qui n’a pas réalisé complètement sa réunification. Le problème porte sur sa souveraineté. Le gouvernement chinois reste toujours très ferme et constant à ce propos. Nous n’avons pas d’espace pour faire des concessions ou pour un compromis sur ce problème-là. Bien sûr, nous souhaitons le résoudre de manière pacifique. Je rappelle que le principe « un pays, deux systèmes » a d’abord été proposé par Deng Xiaoping pour trouver une solution à la question de Taïwan. C’est finalement Hong Kong qui en a bénéficié. Mais nous restons toujours sur cette position concernant Taïwan. L’arrivée au pouvoir du Parti démocrate progressiste (PDP), qui défend l’indépendance et qui n’a pas reconnu le consensus de 1992 selon lequel il n’y a qu’une seule Chine, a détruit cette base politique sur laquelle pouvaient se développer les relations entre les deux parties. La situation de tension n’a pas été créée par le gouvernement chinois, mais par le PDP soutenu par les Américains. Ces derniers mois, les Etats-Unis ont multiplié les manœuvres visant à franchir la ligne rouge définie par la Chine.

Y a-t-il un danger de confrontation sur cette question ?

Ils nous provoquent, mais nous faisons preuve de retenue. Sinon il y aurait déjà eu la guerre. Si l’on veut maintenir une situation paisible dans la zone du détroit de Taïwan, il faut que le PDP fasse preuve de sa volonté de paix et que les Américains ne s’ingèrent pas dans les affaires de la Chine. Ils ne doivent pas utiliser la question taïwanaise pour nous contrer.

«Les Européens ne doivent pas emboîter le pas des Américains et provoquer la Chine. Je le rappelle, nous n’avons pas d’espace pour reculer. Il n’est pas question de l’indépendance de Taïwan»

Certains pays européens sont tentés de suivre les Etats-Unis…

Les Européens ne doivent pas emboîter le pas des Américains et provoquer la Chine. Je le rappelle, nous n’avons pas d’espace pour reculer. Il n’est pas question de l’indépendance de Taïwan. A moyen terme, nous souhaitons une résolution pacifique de cette question. Mais nous ne renonçons pas au recours à la force car cela reste un moyen de dissuasion.

Cela signifie-t-il que la question devra être réglée d’ici 2049 ?

La réunification de la patrie est notre objectif inchangé. L’avenir de Taïwan réside dans son retour dans le giron de la patrie. Nous souhaitons une réunification pacifique. Mais si on jette de l’huile sur le feu, cela risque d’engendrer la guerre.

L’ambassadeur de Chine en France: Coluche ou courtisan ?

L’ambassadeur de Chine en France: Coluche ou courtisan ?

 

Il y a évidemment quelque chose de surréaliste dans les propos de l’ambassadeur de Chine qui donne des leçons de démocratie aux pays développés et notamment à la France. On sait bien sûr que la Chine est dirigée par une clique de 10 millions d’adhérents du parti communiste et derrière par quelques milliers d’hommes d’appareils qui se gavent. L’ambassadeur de Chine en France en fait partie. Il fait partie de ce qu’on appelle « les loups combattants » qui désormais combattent à visage découvert les pays modernes et le concept de démocratie.

 

Au-delà du ridicule, l’ambassadeur de Chine se conduit en fête comme un courtisan qui multiplie les attaques grossières pour plaire au nouveau monarque à savoir le président xi désormais élu à vie. La seule façon de progresser en Chine est en effet de se prosterner devant le nouveau Mao. Exactement la même logique qui avait conduit au massacre de 70 millions de personnes et qui met maintenant en situation d’esclavage les ouïgours et la populations de Hong Kong.

 

Et le disant ambassadeur de Chine en France ne se contente pas de la contestation diplomatique il sait aussi faire usage du langage ordurier utilisé aussi en Chine pour discréditer les opposants

« petite frappe », de « hyène folle » et de « troll idéologique »,, des qualificatifs employés contre  Antoine Bondaz qui avait eu le malheur d’évoquer Taïwan, un sujet épidermique pour Pékin.

 

 

Pakistan : le renvoi de l’ambassadeur français pour satisfaire le clientélisme islamique

Pakistan : le renvoi de l’ambassadeur français pour satisfaire le clientélisme islamique

 

 

Il est possible que le Pakistan renvoie l’ambassadeur français pour protester contre les atteintes à l’image de l’islam dans la presse française ( référence aux caricatures). Le chef de l’État français a bien tenté d’expliquer aux Etats sous influence islamique qu’en France on ne pouvait interdire la critique des religions notamment dans les médias. Une question évidemment de liberté individuelle , de culture et de démocratie. Or le Pakistan a pris au pied de la lettre les caricatures dont il a tribu la responsabilité au pouvoir politique français. Pire, le pouvoir officiel pakistanais a passé un accord avec une organisation islamiste pakistanaise pour que le renvoi de l’ambassadeur français puisse être examiné au Parlement. Une attitude évidemment marquée fortement de clientélisme.

 

Quatre mois après la polémique sur les caricatures de Mahomet qui avait enflammé une partie du monde musulman, celle-ci empoisonne toujours les relations entre la France et le Pakistan. Le 11 février, le gouvernement du premier ministre Imran Khan a officialisé un accord avec les islamistes du Tehreek Labbaik Pakistan (TLP), promettant de soumettre au vote du Parlement l’expulsion de l’ambassadeur de France à Islamabad d’ici le 20 avril.

Ce vote aurait dû avoir lieu avant mercredi en vertu d’un accord conclu le 16 novembre entre le Tehreek Labbaik et les autorités fédérales. L’organisation religieuse avait à l’époque mobilisé plusieurs milliers de manifestants à travers le pays, notamment dans la capitale, pour exiger des sanctions et l’expulsion de l’ambassadeur la France. L’accord de novembre devait être appliqué dans les trois mois. La date butoir du 16 février approchant et le vote n’ayant pas lieu, Imran Khan a négocié un délai auprès du TLP qui menaçait de lancer de nouvelles manifestations.

L’ambassadeur américain auprès de l’UE enfonce Trump

L’ambassadeur américain auprès de l’UE enfonce Trump

 

 

 

On comprend mieux pourquoi Trump voulait interdire à l’ambassadeur américain auprès de l’UE de témoigner devant la chambre des représentants à propos de l’affaire Ukrainienne. Une affaire où Trump avait demandé au gouvernement Ukrainien d’enquêter sur son concurrent démocrate Joe Biden avec promesse d’aide des Etats Unis. . Gordon Sondland, ambassadeur américain auprès de l’Union européenne a clairement indiqué que M. Trump avait lié le déblocage d’une aide à l’Ukraine à l’annonce par Kiev d’une enquête visant le fils de M. Biden, qui fut au conseil d’administration d’une entreprise ukrainienne. M. Sondland «m’a dit (..) que tout était lié à une telle annonce, y compris l’aide économique», raconté un elu democrate qui a auditionné Bill Taylor.

«Ce que j’ai entendu aujourd’hui de la part de Bill Taylor  ancien chargé d’affaires américain auprès de l’Ukraine était très troublant et explosif», a tweeté l’élu démocrate du Congrès Adriano Espaillat. «C’était tout simplement le témoignage le plus accablant que j’ai entendu», a surenchéri l’élue Debbie Wasserman Schultz, également démocrate.

Dans un message daté de début septembre adressé à M. Sondland, M. Taylor s’inquiétait ouvertement des pressions exercées par la Maison Blanche sur la présidence ukrainienne. Je «trouve ça dingue de suspendre l’aide sécuritaire en échange d’un coup de main pour une campagne politique», écrivait-il.

Selon le Washington Post, Bill Taylor, chargé d’affaires américain en Ukraine, a donc renforcé mardi, lors d’un témoignage à huis clos, les soupçons pesant contre le locataire de la Maison Blanche.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol