Archive pour le Tag 'Lafarge'

Accord de Lafarge avec l’État islamique pour faire du fric

Accord de Lafarge avec l’État islamique pour faire du fric

Pour les multinationales l’argent n’a pas d’odeur, la preuve le groupe Lafarge s’est arrangé avec l’État islamique pour continuer de faire tourner son usine de ciment en Syrie. Ce n’est évidemment pas la première multinationale qui négocie avec des dictatures ou des terroristes pour faire leur business. En général c’est le recours aux pots-de-vin distribués aux décideurs locaux qui fait  office d’huile  dans les rouages du processus de décision. Le groupe Lafarge aurait, selon le journal Le Monde, négocié avec le groupe État islamique (EI) pour que sa cimenterie de Jalabiya en Syrie continue de produire entre 2013 et 2014. Le cimentier français Lafarge, qui a fusionné l’année dernière avec le suisse Holcim pour devenir le numéro un mondial, aurait trouvé des arrangements avec le groupe terroriste État islamique (EI ou Daech) afin que la production de la cimenterie syrienne de Jalabiyeh (située à 160 kilomètres au nord d’Alep) puisse continuer. Entre 2013 et 2014, lorsque l’EI contrôlait la région, Lafarge aurait, selon Le Monde, payé au prix fort le passage de ses camions tant pour l’approvisionnement du site d’une capacité annuelle de 3 millions de tonnes que pour la circulation du ciment. Lafarge a acheté la cimenterie en 2007 pour 600 millions d’euros au groupe égyptien Eurascom. C’est le plus gros investissement étranger en Syrie hors secteur pétrolier. Trois ans plus tard, en 2010, le site entre en production et a à peine le temps de trouver sa vitesse de croisière de 10.000 tonnes par jour que la guerre éclate en 2011. Deux ans plus tard, l’État islamique s’impose dans la région. En 2013, la production de la cimenterie baisse progressivement alors que le prix des sacs de 50 kg de ciment double. En 2014, l’EI prend possession du site, contraignant Lafarge à stopper sa production. Selon Le Monde, Lafarge aurait, au nom d’un certain pragmatisme économique, trouvé un terrain d’entente avec l’EI afin que le personnel puisse continuer de se rendre à la cimenterie entre juin 2013 et mars 2014. Des courriels envoyés par la direction de Lafarge en Syrie, publiés en partie par le site syrien proche de l’opposition Zaman Al-Wasl (auquel Le Monde se réfère), révèlent les arrangements de Lafarge avec le groupe djihadiste pour pouvoir poursuivre la production jusqu’au 19 septembre 2014. Le Monde souligne que pour ses approvisionnements, le groupe français passait par des intermédiaires et des négociants qui commercialisaient le pétrole raffiné par l’EI, contre rétribution. Pour preuve, le quotidien évoque un «laissez-passer estampillé du tampon de l’EI et visé par le directeur des finances de la wilaya (région) d’Alep, daté du 11 septembre 2014».

(Avec le monde)

 

Vente de Lafarge aux Suisses

Vente de Lafarge aux Suisses

 

 

Avec l’OPE c’est l’ouverture officielle de la vente de Lafarge aux Suisses. Une opération justifiées économiquement mais qui comme pour Alstom, Alcatel, d’autres  se traduit par la disparition d’un nouveau groupe industriel français. D’une certaine manière on pourrait justifier la vente de tout le secteur industriel du pays pour les mêmes raisons. On verra dans une dizaine d’années ce qui restera en France de ces anciennes entités industrielles : sans doute pas grand chose ( comme pour  la sidérurgie par exemple).  Lafarge et Holcim ont lancé lundi l’offre publique d’échange prélude à leur fusion prévue pour être finalisée en juillet pour afin de donner naissance au numéro un mondial du ciment. L’OPE porte sur l’ensemble des actions Lafarge, avec une parité de neuf actions du groupe suisse pour dix titres du français, précisent les deux entreprises dans un communiqué. Les actionnaires d’Holcim ont approuvé le 8 mai les résolutions relatives à ce projet de fusion lors d’une assemblée générale extraordinaire.  L’Autorité des marchés financiers (AMF) a fait savoir vendredi que l’offre courrait du 1er juin au 3 juillet. Le mariage, dévoilé en avril 2014, a failli capoter en mars quand Holcim a contesté le choix du PDG de Lafarge, Bruno Lafont, comme directeur général du futur LafargeHolcim, et a réclamé un ratio d’échange qui lui soit plus favorable.

 

Lafarge : 380 suppression, d’emplois

Lafarge : 380 suppressions  d’emplois

 

 

380 dans le monde dont 166 en France pour Lafarge qui dévient Suisse. Le futur groupe LafargeHolcim comprendra au total environ 115.000 collaborateurs, précise le cimentier français dans un communiqué, soulignant que le projet de fusion n’aura pas d’impact sur les fonctions opérationnelles de Lafarge en France, qui comptent plus de 4.500 collaborateurs.  Le projet de réorganisation présenté mardi aux représentants du personnel consiste à avoir un nombre de collaborateurs dans les fonctions centrales équivalent en France et en Suisse. Le centre de recherche et développement du nouvel ensemble serait situé en France, à l’Isle-d’Abeau, près de Lyon, ajoute Lafarge. Concernant les suppressions de postes, prévues à Paris et à Lyon, Lafarge dit vouloir privilégier la mobilité interne, les retraites et les départs volontaires. Les actionnaires d’Holcim ont approuvé le 8 mai le projet de fusion avec Lafarge, un mariage visant à créer le nouveau numéro un mondial du secteur. Lafarge a annoncé le 11 mai qu’Holcim avait déposé son projet d’offre publique d’échange (OPE) sur le cimentier français auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF). La finalisation du projet de fusion, prévue en juillet, nécessite la réussite de l’OPE par apport de plus des deux tiers de leurs actions par les actionnaires de Lafarge. Face au mécontentement de certains actionnaires, Lafarge et Holcim avaient revu en mars les modalités de leur fusion.

« Lafarge devient suisse »( Jean-Louis Beffa)

« Lafarge devient suisse »( Jean-Louis Beffa)

« Ce ne sera plus un groupe français » mais suisse déclare lancien présidenet de St Gobain.   »C’est tout à fait inquiétant qu’on effeuille la marguerite. Un certain nombre de groupes français importants sont en train de disparaître : Alcatel-Lucent, Alstom, Lafarge…« , dit Jean-Louis Beffa , qui a tenté plusieurs fois de rapprocher Lafarge et Saint-Gobain. Selon lui, « Lafarge disparaît en tant que société à prise de décision en France. Pour notre pays, ce n’est pas un bon signe« . Il précise : avec la fusion entérinée vendredi par les actionnaires d’Holcim, « ce n’est plus un groupe français, ce n’est pas un groupe à égalité franco-suisse, c’est clairement un groupe suisse« . Le président d’honneur de Saint-Gobain vient de publier Les clés de la puissance (Seuil). Il examine les deux géants mondiaux que sont la Chine et les Etats-Unis et s’inquiète pour l’avenir de l’Europe : « Nous sommes en train de perdre notre rang (…) Dans certains secteurs, nous n’avons pas de sociétés à la taille de l’Europe« . Jean-Louis Beffa critique la Commission européenne et la direction de la concurrence : « Elle est obsédée par la défense du consommateur. On va finir par avoir un consommateur parfaitement défendu et des producteurs uniquement étrangers« .

 

Ciment: fusion officielle Lafarge et Holcim

Ciment: fusion officielle  Lafarge et Holcim

 

 

Les deux sociétés précisent que le siège social de la nouvelle entité sera basé en Suisse et sera à la fois cotée à Paris et Zurich. Ils espèrent finaliser l’opération au 1er semestre 2015. Lafarge et Holcim s’uniront via une offre publique d’échange réalisée par le groupe suisse sur son homologue français. Les actionnaires de Lafarge se verront proposer d’échanger une action de l’entreprise tricolore contre une action Holcim.  Bruno Lafont, le patron de Lafarge, deviendra le directeur général de la nouvelle entreprise, tandis que le conseil d’administration sera présidé par Wolfgang Reitzle, un administrateur  d’Holcim. La nouvelle entité créée pèsera pour un total de 32 milliards de chiffre d’affaires et sera présente dans 90 pays. Elle devrait, selon les deux groupes, être capable de dégager 1,4 milliard d’euros de synergies en année pleine, au bout de trois ans, dont un tiers atteint dès la première année.  Cette alliance doit permettre aux deux entreprises de mieux faire face au prix de l’énergie et à une demande qui n’a pas retrouvé ses niveaux d’avant la crise économique mondiale de 2008. Les deux groupes tireraient aussi profit de complémentarités géographiques. Lafarge, société du CAC 40 la plus exposée aux pays émergents, y réalise 60% de son chiffre d’affaires. Il dispose notamment d’une forte présence en Afrique et au Moyen-Orient. De l’autre côté, l’Amérique latine et l’Asie-Pacifique comptent pour environ 65% des ventes de ciment de Holcim, qui réalise 80% de ses ventes de granulats en Europe et en Amérique du Nord.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol