Archive pour le Tag 'laborieuse'

G20 : une déclaration finale laborieuse

G20 : une déclaration finale laborieuse

 

Encore un G20 assez « vain » aussi bien sur la relance, que sur les déficits ou encore la fraude fiscale ; Finalemenet une déclaration finale très laborieuse qui témoigne des divergences de fond. Washington a imposé la disparition d’une phrase mentionnant que « les stratégies budgétaires devaient conduire à une baisse du ratio d’endettement public rapporté au Produit Intérieur Brut ». Et ces stratégies devaient être mise en place autour de 2016. Exit toute référence à une date précise et à un quelconque engagement de réduction effectif de la dette publique. « Washington ne veut en aucun cas entendre parler de contrainte et d’objectif chiffré sur ce plan et privilégie avant tout la croissance et le soutien à la croissance. Le reste suivra », indiquait un témoin. Au point de vue de la lutte contre la fraude et l’évasion fiscale, les Chinois ont trainé les pieds. Pékin n’est guère en faveur d’une transparence totale concernant leur place financière et leurs banques de Hong Kong. C’est du moins l’impression qui en est ressortie. Si l’Allemagne n’a pas bronché sur l’aspect budgétaire, son ministre des Finances a quelque peu irrité ses confrères européens. Dans un entretien au magazine allemand WirtschaftsWoche à paraître lundi, mais dont des extraits ont été publiés dès vendredi, Wolfgang Schaüble dit qu’il verrait d’un bon oeil une action de la Banque Centrale Européenne (BCE) pour réduire les liquidités en circulation dans la zone euro. « Il y a beaucoup d’argent sur le marché, selon moi trop d’argent ». Or à l’heure où la zone euro est en plaine récession, comme le prévoit le Fonds Monétaire International dans ses perspectives, l’évocation d’un retournement de la politique monétaire de la BCE semble pour le moins prématuré. Quant aux pressions américaines sur les Européens pour qu’ils lâchent du lest dans leur stratégie d’austérité budgétaire, Olly Rehn, commissaire européen aux affaires économiques et monétaires s’est agacé. « Nous avons reçu beaucoup de conseils ces derniers jours sur le rythme de l’ajustement budgétaire en Europe. Eh bien, je vais vous livrer un secret: le rythme de l’ajustement budgétaire en Europe s’est déjà ralenti depuis l’an dernier », a-t-il assuré. Les efforts de réduction des déficits et de l’endettement représentent quelque 0,75% du Produit intérieur brut de la zone euro, a-t-il expliqué, soit la moitié de ce qu’ils étaient l’an dernier. Surtout, l’ajustement budgétaire aux Etats-Unis est bien plus important et devrait représenter quelque 1,75% du PIB du pays cette année, a-t-il encore expliqué.

 

Conférence de presse Hollande : explication laborieuse du virage économique

Conférence de presse Hollande : explication laborieuse du virage économique

 

Une conférence de presse essentiellement consacrée à l’économie (sauf sur le rapport Jospin). En fait, une explication laborieuse du changement de cap. D’abord sur l’Europe, un recours à la dialectique : «  un  pacte complété donc renégocié » ; Le candidat avait bien parlé durant sa campagne de renégociation. Or le pacte budgétaire n’a nullement été renégocié. Il a été adopté en l’état (et discrètement au parlement  pour éviter un referendum) ; le pacte de croissance,  le « complément » de 120 milliards, évidemment très insuffisant était déjà prévu par l’Europe. Changement de cap donc sur l’Europe où l’austérité imposée par l’Allemagne prend le pas sur la croissance. Ce qui d’ailleurs est dénoncé par le FMI et nombre d’économistes. Changement de cap sur  le budget puisque dans le budget 2013 la fiscalité augmentera de 2O milliards (10 pour les ménages et 10 pour les entreprises). Alors qu’après le rapport Gallois on va alléger cette fiscalité de 20 milliards à partir de 2014 et accroitre la fiscalité sur les ménages  notamment via la TVA. Contrairement à ce qu’affirme Hollande la question du désendettement n’est nullement réglée. Elle dépend des économies qui seront réellement effectuées mais aussi des rentrées fiscales ; lesquelles sont le produit de la croissance. Or cette croissance est négative pour la fin de 2012. Nous serons en récession pour les 6 derniers mois de l’année. Pour 2013, le FMI et  la commission européenne ne croient pas  aux prévisions de croissance gouvernementales et au retour aux 3% pour le déficit budgétaire. Le virage est net, il est insuffisant et dangereux. L’objectif est utopique et trop lointain. « Des résultats sur l’emploi dans 5 ans » ? . Dans 5 ans c’est une échéance électorale pas une échéance économique. C’est dans les deux ans que va se jouer l’avenir. Dans deux ans, on risque d’enregistrer 1  millions de chômeurs supplémentaires. Finalemenet hollande n’a rien annoncé de nouveau, il a tenté de justifier, le flou, les hésitations, les changements de politique. Une conférence de presse en forme de séance de rattrapage sur l’impopularité du chef de l’Etat et du gouvernement. Notons que sur le financement de la protection sociale (gravement mise en danger avec la récession), Hollande botte en touche et renvoie à la négociation sur «  la sécurisation des parcours professionnelles ». Belle expression mais vide de sens. On sait que les partenaires ne parviendront pas à un accord sur l’essentiel qui tourne autour de la productivité, de la CSG et de la flexibilité.  Comme d’habitude, pendant un jour ou deux, les médias complaisants vont accorder du crédit à cette déclaration, se bornant à énumérer les éléments du discours. Viendra le temps de l’analyse. On va alors s’apercevoir que si Hollande a peut-être mérité le prix de la gentillesse, il lui reste à obtenir celui de l’autorité et de la cohérence.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol