Archive pour le Tag 'la représentation'

Repenser la représentation politique (Michel Serres)

Repenser la représentation politique (Michel Serres)

 

Michel Serres propose de repenser la représentation politique en tenant compte de la déconcentration de l’information; Il est clair que l’élévation générale de ‘l’instruction, de la conscience politique et des nouveaux outils information changent la donne démocratique. La démocratie à l’ancienne, qui se résume à un vote tous les 4 à 5 est obsolète. Dune certaine manière ce seul vote est une caricature de la démocratie et complètement décalé par rapport à l état de la société. « Dès le moment où il y a autant d’émetteurs que de récepteurs, c’est à dire autant de décideurs, j’en sais rien encore, est-ce qu’il ne faudrait pas, par hasard, repenser la représentation politique ? », Michel Serres.  Alors qu’on lui demandait s’il fallait supprimer l’Assemblée nationale, Michel Serres a estimé que ce n’était pas « la question ».   »La question c’est pas de la supprimer, c’est de savoir par quoi la remplacer. On ne peut pas supprimer quelque chose si on n’a pas la solution de remplacement », a ajouté le philosophe, appelant plutôt à se pencher sur la notion de « concentration ».   »C’est-à-dire que la distribution pluraliste est en train de remplacer la concentration. Or nous vivons nous, dans notre tête et dans nos institutions sociales, sur l’idée de concentration. Concentration dans une faculté, dans une banque, dans une bibliothèque, etc. C’est cette idée-là qui est en train de changer », a expliqué Michel Serres qui a jugé également que « le rôle du politique est d’écouter les mutations de la société ». Michel serres est un philosophe, il ne s’aventure donc pas trop dans le détail d’un futur système démocratique. Il ne pose pas les questions de la décentralisation, du nombre de régions, de leurs pouvoirs, de l’inutilité du sénat, du nombre de parlementaires, des superpositions des structures politiques et administratives etc. pour autant sa réflexion est utile. Elle part du constat qu’il y a aujourd’hui des millions d’émetteurs d’avis grâce en particulier au net et suggère en fait une démocratie plus vivante, plus interactive, plus élaborée. Il faudrait un long développement pour traiter cette question (nombre de structures, pouvoir, redéfinition des sphères publiques et privées, mode l’élection, contrôle, durée du mandat, organisation des consultations des acteurs sociaux économiques, évaluation des politiques publiques etc.). En fait nous sommes à l’âge de pierre de la démocratie ; un seul exemple, pour être élu il faut faire acte de candidature et pour être élu nécessairement tenir les  propos démagogiques des partis ; le mode d’émergence de la classe politique est faussé dès le départ car il fait émerger pour l’essentiel des irresponsables et des malades du pouvoir. Du coup c’est l’ensemble de l’oligarchie politique qui est contaminée par ces deux maladies ; la modernisation démocratique reste à entreprendre en France mais dans le monde entier. Dernier exemple caricatural, le printemps arabe qui se transforme en hiver. Les révolutions quelques mois plus tard après les élections sont détournées de leur objet et accaparées par les appareils ; -là-bas  religieux, ici politiques. En France par exemple, Hollande ,n’a pas été élu pour son programme mais essentiellement par rejet de Sarkozy, une grande méprise qui explique que le PS se croit autorisé à mettre en place une politique étatiste qui n’est plus soutenu après un an que par moins de 30% des électeurs ! Pour autant Hollande continue et la pensée commune considère qu’il a la légitimité démocratique ! Il ya donc de toute évidence une urgence de à repenser cette démocratie là.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol