Archive pour le Tag 'la presse)'

Loi travail : avancée ou recul ? La presse très partagée

Loi travail : avancée ou recul ?  La presse très partagée

 

 

Le moins que l’on puisse dire c’est que les grands médias sont très partagés sur l’ampleur et la signification des modifications apportées au texte initial de la loi travail. En cause sans doute une certaine méconnaissance des réalités économiques et sociales par le monde journalistique. Du coup on se positionne surtout avec des a priori idéologiques. Pour la presse de droite,  la loi a été vidée de sa substance. Pour la presse de gauche,  ce sont les jeunes et les réformistes qui ont permis de parvenir à un compromis garantissant un meilleur équilibre entre les garanties accordées aux employeurs et les garanties accordées aux salariés. Pour les extrêmes à droite comme à gauche, la condamnation de la nouvelle mouture est aussi forte que vis-à-vis de l’ancienne. La vérité sans doute c’est que les journalistes sont un peu dans l’expectative et qu’ils attendent à la fois une mesure de l’opinion publique vis-à-vis de la nouvelle rédaction, aussi de voir  l’ampleur des futures manifestations qui sont prévues. Pour tout dire la grande presse n’ose pas se mouiller sauf lorsqu’elle est sous influence idéologique. Même flou concernant les gagnants et les perdants après les améliorations apportées à la loi travail. D’une certaine manière on se ménage ainsi une porte de sortie pour adhérer le moment venu à la pensée dominante. Pourtant il faut bien convenir que le gouvernement a surtout été contraint de revoir sa copie sous la pression des réformistes qui sont les vrais gagnants de la remise en forme de la loi. En s’arc-boutant sur des positions figées,  les syndicats radicaux n’ont pas montré concrètement leur volonté de participer à une amélioration de la négociation sociale. Une amélioration pourtant largement souhaitée dans l’opinion publique sur le plan politique on retrouve à peu près les mêmes clivages avec les radicaux qui veulent tout ou rien et ceux  qui constatent  quand même un rééquilibrage plus satisfaisant de la loi.  Le sémillant ministre Emmanuel Macron fait parti des perdants, c’est lui qui avait introduit les dispositions les plus libérales, dispositions qui ont été supprimées ou amendées. Il ne cache d’ailleurs pas sa déception publiquement en espérant un retour au texte initial. Manuel Valls a été contraint d’adoucir sérieusement  sa position dans sur le fond que sur la forme mais dans l’opération il n’y a en définitive ni vrai  vainqueur, ni vrai  vaincu mais un compromis qui était indispensable à la fois pour moderniser les garanties sociales, compromis qui sans doute  sans doute évité une nouvelle fracture nuisible aux intérêts économiques et sociaux du pays.

Sarko : la mayonnaise ne prend pas ( la presse)

Sarko : la mayonnaise ne prend pas ( la presse)

Usé, fatigué et sans imagination, c’est le verdict de la presse après sa grande interview dans le Figaro. Sarko traine évidemment comme un boulet son bilan  de président de la république , en plus il entretient le flou ne parvenant pas à se situer clairement entre l’extrême droite et une gauche sociale libérale. Certaines orientations paraissent volontaristes mais les modalités pour y parvenir d’une ambigüité inquiétante. Finalement assez proches de l’ambigüité de Hollande. On en vient à se demander qui entoure Sarkozy et sa bande de jeunes turcs NKM, Vauquiez, la droite forte et autres petits marquis ne sont pas encore un peu tendres pour l’aider à mener une campagne présidentielle. Le président de l’UMP Nicolas Sarkozy ne semble pas disposer d’un « plan de bataille convaincant » face au Front national à trois semaines des élections départementales et en est réduit à détourner un slogan des Le Pen, relève ce mardi la presse.  »Alors que le FN caracole en tête des sondages », le président de l’UMP « retourne le fameux ‘UMPS’ en un ‘FNPS’ censé faire aussi mal à l’un qu’à l’autre », souligne Cécile Cornudet dans Les Echos. « Ni PS ni FN, fidèle à sa ligne le président de l’UMP refuse de faire une hiérarchie entre les deux adversaires (contrairement à Alain Juppé), persuadé qu’une partie des électeurs du Front national sont encore susceptibles de revenir au bercail UMP. Mais l’exercice est difficile », commente-t-elle après l’interview de l’ex-chef de l’Etat au « Figaro » de ce lundi. « En panne d’imagination » selon La République des Pyrénées, « faute de plan de bataille convaincant », assène Dominique Garraud (La Charente Libre), Sarkozy « détourne le slogan récurrent ‘UMPS’ de Marine Le Pen pour le transformer en un ‘FNPS’ censé incarner une collusion diabolique durable entre les socialistes et l’extrême droite ». Son message face au FN est d’une « forte ambiguïté » et « risque d’être contre-productif dans son coeur de cible », assure-t-il. « Le FN étant en embuscade, la constitution de majorités de droite risque d’être compliquée dans nombre de départements », rappelle Philippe Waucampt (Le Républicain lorrain). « C’est donc sur ce scrutin que s’écrira la suite du scénario de Nicolas Sarkozy. Il lui faut un succès incontestable à la fin du mois afin de déblayer le terrain pour les étapes suivantes. » Car, ajoute Stéphane Siret (Paris-Normandie), le rendez-vous des départementales doit conduire Sarkozy « vers l’ultime épreuve d’un marathon qu’il n’a jamais vraiment lâché, la présidentielle ». En attendant, « il se trouvera bien un jour un responsable socialiste pour dénoncer ‘l’UMPFN’, ironise Patrice Chabanet (le Journal de la Haute-Marne), qui voit ainsi s’installer un « tripartisme à la française » dans lequel « chaque camp doit se battre contre les deux autres, en les faisant passer aux yeux des électeurs pour des alliés objectifs ». « Pas sûr que cela redorera l’image de la politique dont tous les sondages montrent qu’elle est sérieusement écornée », analyse-t-il. Il faudrait au contraire faire « front commun contre la peste brune », estime Maud Vergnol (L’Humanité). Mais comme le note Raymond Couraud (L’Alsace), « petit à petit et de manière tout à fait insidieuse, les élections départementales sont en train (d’être transformées) en une sorte de référendum clandestin sur le Front national » par le PS et l’UMP, « tétanisés comme des lapins face à un boa ». Résultat : « la démocratie française aura rarement connu un tel désintérêt » et « tout semble désormais réuni pour faire de cette élection un record en matière d’abstention », souligne Raymond Couraud. Car si le FN est soucieux d’arriver en tête de ce scrutin – une victoire que lui prédisent la plupart des sondages - « le premier parti de France », rappelle Jean Levallois (La Presse de la Manche) reste « de loin, celui des abstentionnistes ».

 

Alstom : la grande braderie de l’industrie continue (la Presse)

Alstom : la grande braderie de l’industrie continue (la Presse)

La presse voit ce lundi dans la vente annoncée d’Alstom les prémices d’une « grande braderie » des fleurons de l’économie française. L’intervention de l’exécutif dans ce dossier industriel, qui voit le groupe Alstom convoité à la fois par l’Américain General Electric et l’Allemand Siemens, est plutôt saluée par les quotidiens. Pour Le Figaro, sous la plume de Gaëtan de Capèle, l’Etat « exerce, à bon droit, son devoir de surveillance lorsque les intérêts supérieurs du pays – secteur protégé, technologie sensible, emploi… – sont en cause ». Maud Vergnol insiste dans L’Humanité sur la nécessité pour le Premier ministre Manuel Valls de « prendre ses responsabilités et priver les patrons d’Alstom de leur droit divin ».  »Car l’OPA du géant américain sonne comme le début d’une grande braderie », ajoute l’éditorialiste du journal communiste. « Après Péchiney, Arcelor, et plus récemment Publicis ou Lafarge, la France peut-elle laisser partir à l’étranger un nouveau fleuron de son industrie nationale ? » demande Bruno Dive dans Sud Ouest. L’appel lancé par le ministre de l’Economie Arnaud Montebourg à « la vigilance patriotique » « dit bien l’urgence du dossier Alstom dont il s’empare », écrit Monique Raux dans L’Est républicain. Pour Patrice Chabanet du Journal de la Haute-Marne, « on observe une nouvelle fois que l’industrie française poursuit sa lente descente aux enfers, en jouant le rôle peu enviable de proie ».

Il faut remanier Hollande (la presse)

Il faut remanier Hollande (la presse)

 

Remanier le président de la république, c’est la formule que Hollande avait employé en 2008 et qu’emploie aujourd’hui la presse à son égard. S’adressant directement au chef de l’Etat avec ce titre cinglant – « Après la claque. Remaniez-vous ! » – Libération, sous la plume d’Eric Decouty, écrit que « devant la réalité de la carte électorale », François Hollande « se doit de réagir ».  Et d’expliquer, d’après lui, « au peuple de gauche qu’il a entendu son message, qu’il a compris le désarroi d’une part grandissante de la population, qu’il sait encore parler des difficultés du quotidien. Dire aussi clairement qu’il mesure le discrédit de son gouvernement ».  Pour Paul-Henri du Limbert du Figaro, « le chef de l’État se trouve dans un piège qu’il s’est lui-même tendu lors de sa campagne électorale ». L’accusant de savoir « pertinemment » que « la crise obligeait la France à une exceptionnelle mutation, il a préféré laisser croire que tout pouvait recommencer comme avant », ajoute l’éditorialiste du journal libéral.  Dominique Seux constate pour sa part dans Les Echos que si lundi prochain, le président de la République ne pourra changer de « ligne économique » car « c’est déjà fait ; il remaniera donc ». « Mais espérer renverser la table avec cela est illusoire? il n’a dès lors qu’une solution?: se poser en chef de guerre pour réformer le pays, devant le pays », affirme-t-il.  Dans Le Télégramme, Hubert Coudurier juge que le chef de l’Etat ne pourra pas « +enjamber+ les municipales comme il en avait l’intention car l’impact national de sa politique a lourdement pesé sur les scrutins locaux ». Quant à la possibilité de changer de Premier ministre, c’est, pour l’éditorialiste, « un fusil à un coup ».  Jacques Camus dans La Montagne Centre-France appelle à des « solutions ». « Il suffirait que François Hollande dise enfin quelle politique il assume, et avec quel vrai Premier ministre, quel gouvernement cohérent, et quels alliés fiables, il va la mener », explique-t-il.  Dans le Journal de la Haute-Marne, Patrice Chabanet n’y va pas par quatre chemins. « Si le second tour confirme la déculottée du premier, le maintien de Jean-Marc Ayrault à Matignon risque de passer pour une provocation ou, au moins, un déni de réalité », écrit-il. Selon lui, le Premier ministre est « à l’évidence en bout de course et complètement dépassé par les événements ».




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol