Archive pour le Tag 'la poste'

La Poste : hausse des tarifs de plus de 5% par an

La Poste : hausse des tarifs  de plus de 5% par an

Après EDF, le gaz et bien d’autres, c’est au tour de la Poste d’augmenter ses tarifs bien au-delà de l’inflation. .La Poste a été en effet autorisée vendredi par l’Arcep à augmenter ses tarifs de 5,2% par an sur la période 2015-2018 afin de compenser la baisse structurelle du volume du courrier liée au développement des échanges par mail. Le volume de courrier a diminué de 4,3% par an entre 2008 et 2012 et encore de 5,5% l’an dernier. Une tendance, également observée dans les autres pays européens, qui devrait encore s’accélérer pour atteindre 6,3% an en moyenne au cours de la période 2015-2018, observe l’Autorité de régulation des communications électroniques et des Postes. Sur la période 2015-2018, l’Arcep fixe ainsi à 5,2% par an la hausse de ses tarifs en tenant compte d’un taux moyen d’inflation de 1,7% par an sur cette période.

La poste : « conquérir l’avenir » en augmentant les tarifs !!

La poste : «  conquérir l’avenir » en augmentant les tarifs !!

 

 

 

 

La Poste s’oriente de plus en plus vers la stratégie des groupes privé, faire du profit à tout prix. Alors que les résultats financiers sont globalement très satisfaisants, on va pourtant augmenter fortement les tarifs postaux. La Poste se prépare à augmenter fortement le prix des timbres au 1er janvier 2015, dans le cadre de son plan de stratégie financière baptisé «Conquérir l’avenir». Après la hausse de 3% des tarifs du courrier effectuée au début de l’année 2014, le groupe a demandé à l’Arcep -l’autorité de régulation des communications électroniques et des postes- de relever le plafond d’augmentation annuelle de ses tarifs. Concrètement, la hausse des tarifs postaux serait fixée à 3,5% plus l’inflation pour les quatre prochaines années selon des informations parues dans Les Echos . Le timbre de la lettre verte avait connu une augmentation de son prix de trois centimes, passant au 1er janvier 2014 de 0,58€ à 0,61€ tandis que le timbre prioritaire passait de 0,63€ à 0,66€.  Tous les quatre ans, La Poste négocie un «price cap» avec l’Arcep, c’est-à-dire un panier tarifaire, pour les années suivantes. Le «price cap» actuel valable jusqu’au 31 décembre 2014 fixe la hausse des tarifs à 1% plus l’inflation, ce qui signifie que les prix des courriers des particuliers, des entreprises et de certains colis peuvent augmenter jusqu’à ce plafond, suivant des conditions négociées avec l’autorité de régulation. Lors de la réunion du conseil d’administration de La Poste, qui se réunit ce jeudi, le groupe communiquera officiellement sur sa stratégie financière à l’horizon 2020 et sur ce nouveau panier tarifaire. «On en est au stade de la discussion, rien n’est encore acté», a réagi l’Arcep. Face aux fuites dans la presse, l’autorité rappelle qu’elle «ne met pas un coup de tampon» et qu’il s’agit d’un réel processus de négociation qui se terminera au cours de l’été. «L’activité courrier est en décroissance dans tous les pays développés, des processus de restructuration des activités sont en cours un peu partout» a-t-elle déclaré. En effet, le nombre de plis adressés connaît une baisse constante depuis de nombreuses années: de 18 milliards de plis en 2007, ces derniers sont revenus à 13,7 milliards en 2013, soit une diminution de près de 24%. Contactée, La Poste s’est refusée à tout commentaire, arguant du fait que la discussion était «en cours» avec l’Arcep.

 

La Poste : 4.500 postes supprimés

La Poste : 4.500 postes supprimés

Selon un document interne dont l’AFP a obtenu copie, ce jeudi 19 juin, en 2013, 4.473 postes, ont été supprimés sur 238.699 personnes employées. Le calcul est simple: 5.298 personnes ont été recrutées, et il y a eu 9.444 départs.  Moins d’un départ à la retraite sur deux a donc été remplacé. En 2012, le taux de remplacement était d’un sur trois, et d’un sur deux en 2011. Une partie de ces postes non renouvelés sont devenus des contrats à durée déterminée.  Fin 2013, 16.912 salariés étaient en CDD, ce qui représente une hausse de 421 postes. « Cette hausse est directement liée à l’accroissement de l’effort d’insertion des jeunes dans l’emploi matérialisé par l’embauche de 626 emplois d’avenir destinés à rejoindre définitivement l’entreprise », selon La Poste. Les deux premiers syndicats de La Poste, la CGT et SUD dénoncent de leur côté « une situation toujours plus critique », avec « des destructions d’emploi gigantesques » et « une augmentation de la précarité ». « Moins d’effectifs, plus de précarité, des conditions de travail qui se dégradent et une pression managériale qui s’accentue: ces ingrédients ne peuvent être ceux d’un bon bilan social, digne d’une entreprise publique socialement responsable », résume Bernard Dupin (CGT).  En matière de rémunération, les fonctionnaires (environ la moitié des effectifs) semblent mieux lotis que leurs collègues du privé, leur rémunération mensuelle moyenne nette atteignant 2.086 euros en 2013 contre 1.810 pour les salariés en CDI. Près de 60% des agents gagnent moins de 1.800 euros nets. En matière d’égalité homme-femme, La Poste rapporte avoir un effectif à 51,5% féminin et compter près d’un tiers de femmes (29%) parmi ses cadres dirigeants, « un taux en progression de plus de trois points sur les trois dernières années ».

La Poste : départ de Bailly ?

La Poste : départ de Bailly ?

Le président de La Poste Jean-Paul Bailly, 66 ans, annoncera jeudi lors d’un conseil d’administration s’il reste ou pas à la tête du groupe, a-t-il indiqué mercredi lors de son audition devant des députés qui l’interrogeaient sur une information des Echos affirmant qu’il annoncera jeudi sa décision de passer la main. « Je confirme qu’il y a eu des discussions ces dernières semaines, en toute intelligence, avec les pouvoirs publics et les actionnaires. J’ai un conseil d’administration demain matin, et je réserve la primeur de ces informations à notre conseil d’administration », a indiqué M. Bailly devant la Commission des affaires économiques.  La Poste doit présenter jeudi en CA son nouveau plan stratégique 2013-2018.  Contactée par l’AFP mercredi matin, la direction de La Poste s’est refusée à tout commentaire supplémentaire. Le mandat de M. Bailly court normalement jusqu’en octobre 2014.  Le quotidien économique, qui ne cite pas ses sources, écrit que M. Bailly « aurait fait savoir à l’autorité de tutelle qu’il souhaiterait quitter l’entreprise et qu’il voudrait en faire l’annonce dès jeudi, estimant qu’il y a une cohérence à dessiner les voies d’avenir pour l’entreprise et à en confier les rênes à son successeur dans le même mouvement ».

La Poste : prix Mobile en baisse

La Poste : prix  Mobile en baisse

L’opérateur La Poste Mobile qui a atteint 650.000 clients particuliers entre son lancement en mai 2011 et janvier 2013, a annoncé lundi une baisse de ses tarifs ainsi qu’une amélioration des services proposés, dont 1 heure d’appel à l’étranger comprise dans les forfaits. La Poste Mobile, opérateur sans réseau propre (ou MVNO) qui utilise le réseau de SFR, s’aligne ainsi sur les baisses de tarifs généralisées qu’ont opéré tous les opérateurs français depuis l’arrivée en janvier 2012 de Free Mobile qui a cassé les prix avec des forfaits débutant à 2 euros pour 2 heures de communication. « Sur certains forfaits, l’opérateur baisse ses tarifs jusqu’à moins 10 euros par mois », a-t-il indiqué dans un communiqué. Les tarifs de La Poste Mobile se déclinent maintenant de 14,90 euros à 59,90 euros par mois selon les options choisies. L’opérateur propose également « les SMS et MSM illimités dans toutes les offres », ainsi qu’une heure d’appel vers les téléphones fixes de 69 destinations (dont l’Europe, les Dom, les Etats-Unis et le Canada) pour tous les forfaits, souligne-t-il. De plus, « les nouveaux clients bénéficieront d’un débit 42 Mbits », une amélioration proposée par le réseau-hôte SFR qui facilite l’usage de l’internet mobile, en attendant la 4G. La Poste Mobile avait effectué une première baisse de tarifs en avril 2012, trois mois après le lancement de Free Mobile sur le marché.

 

La Poste: bénéfice stable

La Poste: bénéfice stable

La Poste a enregistré en 2012 un bénéfice net stable à 479 millions d’euros (+0,2% sur un an), l’année ayant une nouvelle fois été marquée par la baisse des volumes de courrier échangés (-5,9%), selon le document financier obtenu jeudi par l’AFP.  Le chiffre d’affaires pour l’exercice écoulé s’est établi à 21,6 milliards d’euros, en progression de 1,5% sur un an.

 

Collectivités : la poste ne financera pas les projets non viables, adieu les projets pharaoniques ! tant mieux

Collectivités : la poste ne financera pas les projets non viables, adieu les projets pharaoniques ! tant mieux

Il faut s’attendre à une réduction drastique des projets des collectivités locales. En effet ne pas financer les projets non viables c’est dire non à nombre de projets  la situation financière des communes a évidemment pâti du scandale de Dexia mais surtout de l’irresponsabilité financière de nombre d’élus locaux (grands et petits). «Nous avons parfois le devoir de dire non». Dans un entretien au Journal du Dimanche , Philippe Wahl, président du directoire de la Banque postale se veut ferme: son établissement, qui doit chapeauter la prochaine banque publique des collectivités locales avec la Caisse des dépôts, sera très sélectif au moment de débloquer des fonds pour les communes asphyxiées depuis le démantèlement de Dexia. «Nous ne financeront pas les projets qui ne seront pas viables», prévient-t-il.  En attendant la mise en place officielle de la banque publique, pour laquelle le gouvernement vient d’obtenir un accord de principe par la Commission européenne, la Banque postale a annoncé qu’elle mettrait à la disposition des collectivités françaises une enveloppe d’un milliard d’euros de prêts de moyen et long terme d’ici la fin de l’année. Cinq milliards d’euros seront proposés en 2013 pour des prêts allant jusqu’à vingt ans, ajoute le président de la banque dans le JDD. Mais «financer des projets, cela suppose de temps en temps d’en refuser quand le risque est trop important», affirme-t-il. «Nous sommes une banque d’intérêt public, ce ne sont pas que des mots». Philippe Wahl a par ailleurs annoncé que le seuil d’octroi d’un prêt pour l’ensemble des crédits voués aux collectivités serait abaissé en-dessous de 100.000 euros l’an prochain car «il y a une inquiétude des petites et moyennes communes». Jeudi, il avait déjà annoncé que le seuil avait été abaissé de 200.000 à 100.000 euros pour satisfaire les plus petites collectivités. Même si «la très grande majorité» d’entre elles est «bien gérée et en bonne santé», selon la Banque postale, «elles ont besoin de nos financements pour leurs projets d’investissements». La Banque postale promet de mettre en place des produits simples et «compréhensibles pour tous, sans indexation sur des monnaies exotiques». Interrogé sur le financement de certaines collectivités directement sur les marchés, Philippe Wahl assure qu’il s’agit d’ «une bonne chose» car elles «n’ont pas le choix, les banques ne peuvent pas leur prêter autant d’argent qu’elles le voudraient». Il appelle toutefois à la prudence: même si le marché peut être «un test de rigueur», les collectivités ne doivent pas en être «trop dépendantes».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol