Archive pour le Tag 'la gauche'

Macronie, avec Renaissance , la gauche éjectée !

 

 

Un papier de la Tribune qui marque l’éjection progressive de la gauche en macronie.

Peu de gens l’ont remarqué, mais la bande autoproclamée des « Mormons », ces historiques de la macronie, en partie issus des réseaux DSK (mais pas uniquement), qui avait amené Macron au pouvoir en 2017 en créant de toute pièce en Marche, semble avoir disparu en ce début de deuxième quinquennat Macron. La presse est parfois cruelle : alors que les journaux en avaient fait des personnages incontournables de la macronie, allant jusqu’à les présenter comme étant aussi importants que le président lui-même (ce qu’Emmanuel Macron déteste…), les journalistes politiques sont déjà passés à autre chose.

 

Après cinq ans de pouvoir sans partage de leur « champion » à l’Elysée, chaque membre de cette bande a finalement poursuivi sa route, parfois loin de la politique. On se souvient encore de la photographie qui les avait tous immortalisés sur les marches de l’Elysée après leur arrivée groupée dans la cour du Palais en mai 2017. Ils étaient alors tout sourires, Sibeth Ndiaye seule femme posant au milieu de ces jeunes premiers aux allures d’ambitieux d’école de commerce. Ils étaient alors censés incarner le renouvellement de la vie politique française, la « startup nation ».

Le seul de ces ambitieux qui garde pleinement les grâces du président et de son entourage, c’est Julien Denormandie. Ancien directeur de cabinet adjoint d’Emmanuel Macron à Bercy, l’homme a l’avantage d’avoir su passer à travers les gouttes médiatiques (y compris dans les affaires Kohler ou Alstom) tout en conservant une fidélité à toute épreuve à l’égard du chef de l’État. Alors qu’on apprenait hier que Denormandie avait rejoint Sweep, une startup de conseil en réduction des émissions de carbone pour les entreprises, son nom avait encore circulé ces derniers jours d’une manière insistante pour prendre la tête d’EDF.

Selon un proche du président, cela ne doit rien au hasard : « C’est en fait ses anciens copains de l’Elysée, les fameux Mormons, qui font tourner son nom à chaque fois qu’un poste se libère. Comme Denormandie est le chouchou du PR [président], et qu’il est le dernier de leur bande à forte valeur ajoutée, les Mormons font courir le bruit partout qu’il peut aller partout pour montrer qu’ils existent encore ! C’est drôle ! ». Et ce n’est d’ailleurs pas EDF que Julien Denormandie aurait visé, mais l’un des fromages de la République, la Caisse des Dépôts et des Consignations.

De fait, la bande des Mormons depuis la fin du précédent quinquennat et plus encore après la dernière campagne présidentielle se sont littéralement dissous dans la macronie. « Les Mormons, ce n’est plus qu’un cimetière. La campagne les a définitivement enterrés », cingle un initié. Dans la macronie, il n’a d’ailleurs échappé à personne que Fort, Griveaux et Ndiaye n’avaient pas été conviés à l’investiture à l’Elysée. En dehors du premier qui continue à disposer une chronique hebdomadaire dans l’Express, les deux autres se sont d’ailleurs totalement éloignés de la sphère publique.

D’autres figures des Mormons ont bien du mal à exister en ce début de second quinquennat. Par Libération, on apprenait ainsi que le premier salarié d’En Marche, Ludovic Chaker, chargé de mission à l’Elysée apparu au moment de l’affaire Benalla et un des rouages essentiels de la victoire en 2017, était désormais rattaché au ministère des Armées (et plus directement au Château). De son côté, Jean-Marie Girier, chef de cabinet historique de Gérard Collomb devenu l’un des hommes à tout faire d’Emmanuel Macron lors du précédent quinquennat, continue désormais sa carrière dans la préfectorale (après le territoire de Belfort, il a rejoint la Vienne), loin de l’Elysée (lui non plus n’était pas présent à l’investiture). « Ils sont désormais loin de Macron, mais en plus, ils ne s’entendent plus entre eux », confie l’un de ceux qui les a côtoyés.

Seuls Ismaël Emelien, Cédric O (tous les deux partis dans le privé), et Stanislas Guérini (ancien « directeur général » de feu la République en Marche propulsé ministre de la transformation et de la fonction publiques) restent indéfectiblement unis. Emelien passe une partie de son temps à Londres, où il fait du conseil, et s’occupe de sa startup Zoï, mais aussi de ses restaurants…

Alors face à la quasi disparition de ces « technos » sans peur ni reproches, ces Strauss-Kahn boys issus en partie de la « bande de la Planche », certains poids lourds politiques de la majorité savourent leur revanche. Comme François Bayrou, déjà Haut-Commissaire au Plan et nommé à la tête du Conseil national de la Refondation : « Une claque pour les Mormons, Bayrou les hait et c’est réciproque ! », balance mon précédent interlocuteur. De même, l’ancien journaliste Bruno Roger-Petit, devenu « conseiller mémoire » à l’Elysée (après avoir été un fugace porte-parole), a été reconduit dans ses fonctions au Château, confirmé par le président lui-même. Un signe de confiance. Chouchou de Brigitte et Emmanuel Macron dès la campagne de 2017, l’ancien éditorialiste de Challenges avait dû batailler dur avec les Mormons en poste au Château pour y survivre.

Durant tout le début du premier quinquennat, une vraie guerre d’influence s’était jouée en coulisses entre d’un coté « BRP », allié à la « bande de Poitiers » (anciens des jeunes socialistes) et au cabinet de Brigitte Macron, et de l’autre Ismaël Emelien et ses amis, qui profitaient des relais de la puissante agence Havas dans les médias. C’était presque la belle époque, celle du temps de l’insouciance dirait Emmanuel Macron : échos dans la presse, qui constituaient autant de peaux bananes lancées par les deux clans, au gré des offensives et contre-offensives en « off » auprès des journalistes… sous le regard parfois amusé, parfois irrité du président. Et finalement, « BRP », face au mastodonte Havas et aux railleries de la presse établie (qui ne lui pardonne pas ses aventures télévisuelles auprès de Jean-Luc Delarue, lui, l’ancien journaliste politique de la rédaction d’Antenne 2 puis France 2), a réussi à triompher. En véritable « outsider ». Nostalgique des années Mitterrand, devenu proche de Michel Charasse, Bruno Roger-Petit a l’avantage de disposer de davantage de culture politique et de réseau historique dans le personnel politique. « Après ce premier quinquennat Macron, Mitterrand a tué DSK », commente, amusé, un observateur. Frédéric Michel, le nouveau spin Doctor de Macron est prévenu : il devra faire avec BRP qui dispose aussi de nombreux relais dans la presse.

Autre déconvenue pour les Mormons, Sébastien Lecornu, un des préférés de Brigitte Macron, a été nommé ministre des Armées, contrairement à l’avis d’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Elysée. Lecornu n’a jamais caché son mépris pour l’ancienne bande de 2017 et ne s’est pas gêné pour le faire savoir. Ce n’est pas la seule déconvenue d’« AK » depuis la contre performance des marcheurs aux législatives : les arrivées d’Aurore Bergé comme présidente de groupe et de Yaël Braun-Pivet comme présidente de l’Assemblée Nationale, se sont faites contre son avis. Pour le perchoir, le secrétaire général aurait souhaité la nomination de Roland Lescure, désormais ministre délégué à l’Industrie. Idem, c’est également contre son avis que le président décide d’appeler Arnaud Montebourg fin juin après les législatives pour enterrer la hache de guerre avec l’ancien ministre socialiste.

Finalement, la nomination d’Elisabeth Borne à Matignon, option ardemment défendue par Alexis Kohler en mai dernier, a constitué une victoire à la Pyrrhus pour celui que d’aucuns présentent comme le cardinal de l’Elysée, et qui pourrait l’amener à terme à sa perte. « Cela consacre la chute de l’Empire. Plus personne ne craint AK », analyse un proche d’Emmanuel Macron. En cette rentrée politique, le puissant SG de l’Elysée ne serait plus tout aussi puissant qu’il ne l’était à la fin du précédent quinquennat Un signe qui ne trompe pas : comme la Tribune le rapportait dans une enquête publiée en pleine campagne des législatives qui avait créé le buzz, Emmanuel Macron a bien failli se séparer de son principal collaborateur après sa victoire à la présidentielle.

De son côté, Alexis Kohler se verrait bien aujourd’hui à la tête de la Caisse des Dépôts (lui aussi…), et dit parfois à certains de ses interlocuteurs qu’il ne sera plus à l’Elysée à Noël… « À voir quand même ! », nuance un macroniste. Une chose est sure : dans le processus de recrutement pour EDF, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, ne ménage pas sa peine pour faire valoir son point de vue auprès du président directement. Pour lui comme pour François Bayrou, l’heure de la revanche aurait-il sonné ?

S’il y en a bien un en tout cas qui savoure sa revanche dans la macronie, c’est Stéphane Séjourné, issu de ce qu’on appelait la « bande de Poitiers », ces jeunes macronistes issus du MJS (Mouvement des Jeunes Socialistes), qui ont également dû batailler avec les Mormons lors du précédent quinquennat. Ancien conseiller parlementaire d’Emmanuel Macron à Bercy, devenu conseiller politique au Château, puis président du groupe Renew au parlement européen, ce jeune homme de 37 ans a désormais pris la direction de « Renaissance », le nouveau parti de la majorité. Autre pilier de cette bande Poitiers à avoir survécu au premier quinquennat, Sacha Houlié, devenu président de la Commission des Lois à l’Assemblée Nationale, un poste stratégique et qui dispose d’un « poids grandissant ». Ces deux profils issus de la gauche sont pourtant noyés dans un parti désormais particulièrement teinté à droite. Ce n’est pas un mince symbole de voir débarquer chez Renaissance Gérald Darmanin comme responsable de la formation, quand Bruno Le Maire est chargé des idées, Aurélie de Montchalin des relations extérieures, Aurore Bergé de la cellule « riposte », Franck Riester des élections, et Fabienne Keller de la « mobilisation ».

« Séjourné a gagné le parti. Il fait le job, tout le monde se plie aux volontés présidentielles. Et on assiste dans Renaissance à une quasi fusion de Territoires de Progrès, créé initialement par Jean Yves Le Drian et Gilles Savary et censé représenté les sociaux démocrates de la majorité, critique « Jacques Sisteron », ce marcheur de la première heure qui décrypte en off régulièrement les coulisses de la macronie. Le président est en train de mettre au pas TDP. Quoi qu’en dise Olivier Dussopt [Le président de Territoires de Progrès, ndlr], la jambe gauche de la macronie se réduit à deux orteils ». Olivier Dussopt a d’ailleurs dit récemment que la social-démocratie était morte, et qu’il fallait parier désormais sur le « progressisme ».

Cela ne semble pas suffire au président : lors du diner à l’Elysée de la semaine dernière célébrant la création de Renaissance, ce dernier a vertement recadré son ministre du Travail. Dans un texte interne à Territoires de Progrès, intitulé « où va TDP ? », deux questions essentielles sont posées par les partisans d’une plus grande autonomie de leur mouvement par rapport à Renaissance : « TDP sera-t-il autonome financièrement ou dépendra-t-il, pour une part significative, de subventions versées par une association de financement contrôlée par Renaissance ? ». Et aussi : « TDP aura-t-il, au moins à l’Assemblée nationale, un groupe parlementaire lui donnant une visibilité (temps de parole) et une autonomie de vote ou sera-t-il noyé dans un groupe Renaissance indifférencié ? ». Ces questions sont en effet importantes quant à la possibilité de la recomposition politique au cours de ce second quinquennat pour « l’aile gauche » de la macronie. Car, Mormons ou pas, cette « jambe gauche » de la macronie semble avoir bien du mal à subsister auprès d’Emmanuel Macron. Stéphane Séjourné semble en avoir conscience lui qui disait il y a quelques jours au Parisien qu’il ne souhaitait pas d’un « parti caporalisé ».

Taubira pour sauver l’union de la gauche ou la tuer définitivement

 

 

Taubira pour sauver l’union de la gauche ou la tuer définitivement ?

 

Taubira, une des plus grandes fortunes de Guyanne,  est sans doute l’archétype de cette gauche intellectuelle très bourgeoise dans sa posture et son comportement mais révolutionnaire dans le propos. Christiane Taubira  est une sorte de caricature de cette gauche culturelle  qui parle si bien des masses populaires, des opprimés et des inégalité tout en se situant de l’autre côté du mur, du côté de celui des nantis. Bref ,le gauchisme confortable qui permet de radicaliser le propos  et de faire croire à l’illusion du grand jour. Un discours évidemment inaudible par ceux qui vivent les vraies conditions inégalitaires tant sur le plan social que sociétal. La contradiction fondamentale qui a tué petit à petit la gauche réduite à un petit cercle de notables, de bobos et d’arrivistes (Notamment ceux qui ont tourné casaque pour rejoindre Sarkozy puis Macron). Le discours pseudo révolutionnaire des élites de gauche à tué tout projet social démocrate crédible sapant les bases mêmes des partis supposés représenter les couches populaires. Résultat les couches populaires se sont tournées vers les partis d’extrême droite !

La gauche actuelle est en pleine décomposition puisque notamment Anne Hidalgo et Montebourg en pleine dégringolade dans les sondages se proposent de se retirer au nom de cette illusoire union de la gauche. Une union de la gauche dont  Mélenchon ne veut surtout pas car il veut vivre son dernier chant du cygne politique. L’ancien communiste, devenu socialiste puis écolo, redevenu communiste et maintenant gauchiste wokiste veut faire un dernier tour de piste. Les écolos de leur côté parviennent difficilement à convaincre travaillés  qu’ils sont eux aussi par ce gauchisme wokiste  incarné jusqu’au ridicule notamment par Sandrine Rousseau et des élus écolos des grandes villes .

Certains pensent que Taubira pourrait être le recours pour l’union de la gauche. Une spécialiste de l’union en effet qui du fait du maintien de sa candidature a fait perdre Jospin en 2002 aux présidentielles ! Comme égérie de l’union ont fait mieux !

 

SONDAGE RÉGIONALES Île-de-France: Pécresse largement en tête, la gauche out

SONDAGE RÉGIONALES Île-de-France:  Pécresse largement en tête, la gauche out

Créditée de 33 % des intentions de vote aux régionales, la présidente sortante de la Région Île-de-France, Valérie Pécresse, compte 17 points d’avance sur le Rassemblement national, en deuxième position, selon un sondage de l’Ifop pour le JDD et Sud Radio.

 

. Avec 33% des intentions de vote, l’ancienne membre des ­Républicains (LR), à moins d’un mois du premier tour des régionales, le 20 juin, sème ses poursuivants. Le ­Rassemblement national (RN) et La République en marche (LREM) n’atteignent pas la moitié de son score, respectivement mesurés à 16 et 15 %. Quant aux listes de gauche, elles risquent la disqualification pour le second tour : celle d’Europe Écologie-Les Verts (EELV) est à 11 % ; les deux autres, le Parti  socialiste (PS) et La France insoumise, (LFI) à 10 %, le seuil minimal pour exister au-delà du premier round.

La situation est bien plus désespérante pour la gauche, qui paie sa division. L’équilibre entre les trois listes n’augure rien de bon : ni Clémentine Autain (LFI), ni Julien Bayou, ni Audrey Pulvar (PS) ne capte un vote utile qui viserait à sanctionner Pécresse. Faute de dynamique en faveur de l’une des listes et à l’approche du seuil critique des 10%, l’électorat de gauche pourrait condamner tout ou partie de ces listes à l’élimination.

SONDAGE 2022 : toujours le duo Macron et Le Pen mais cette dernière en tête . La gauche out.

SONDAGE 2022 : toujours le duo Macron et Le Pen mais cette dernière en tête . La gauche out.

  •  

Selon, l’enquête IFOP-Fiducial réalisée pour le JDD et Sud Radio*  Macron arrivait en tête dans la majorité des configurations de premier tour ; ce n’est plus le cas .

 

En moyenne selon les scénarios premiers tour Marine Le Pen tiendrait 25 %, Emmanuel macro 24 % Xavier Bertrand 16 %. Les autres candidats sont plus loin Jean-Luc Mélenchon à 11 % Anne Hidalgo a 7 % Yannick Jadot a 700 du poignant à 5 % et Fabien Roussel à 2,5 %.

 

Jamais l’électorat de la présidente du RN, évalué entre 25% et 27%, n’a été si éloigné de celui du fondateur d’En marche. « Le match Macron-Le Pen est aussi un duel sociodémographique, diagnostique Dabi. Il y a deux France qui se superposent sans aucune zone de frottement. » Contrairement au passé, où l’on trouvait toujours des cadres supérieurs pour voter à gauche ou des ouvriers à droite.

Alors que les catégories d’âge les plus acquises à Macron restent les 18-24 ans (27%) et les plus de 65 ans (3 %), celles qui votent le plus Le Pen sont les 25-34 ans (35%) et les 50-65 ans (33%). « C’est dans ces générations charnières que Marine Le Pen atteint ses scores les plus élevés : celle de l’insertion, touchée de plein fouet par la crise et en recherche de stage ou de travail, mais aussi celle d’avant la retraite, qui se fait licencier, qui épargne le moins chaque mois et qui est confrontée à la dépendance des proches », note Dabi.

Plus classiquement, Le Pen demeure en position de force chez les employés (42%) et ouvriers (45%) ainsi que dans la population faiblement diplômée (36% chez les titulaires d’un CAP ou d’un BEP, 34% chez les bacheliers). Tout le contraire de Macron. À noter : la candidate d’extrême droite, comme aux élections européennes de 2019, semble en passe de remporter la bataille du salariat (elle en recueille 30%, soit 9 points d’avance sur le chef de l’État), et même celle du secteur public (29%, soit 6 points d’avance). Mais si sa dynamique semble forte, elle s’arrête aux portes de l’Élysée : avec 46% des suffrages, elle perdrait le second tour contre Macron (54%). Ce qui interdit toujours à la candidate d’extrême droite, malgré ses bons scores, de revendiquer le statut de favorite.

Si le scrutin avait lieu aujourd’hui, la droite subirait son deuxième « 21 avril » d’affilée : aucun de ses représentants ne se qualifierait pour la finale. Ni Xavier Bertrand (16%), ni Valérie Pécresse (11%), encore moins Laurent Wauquiez (7%) ou Bruno Retailleau (6%). Le président de la Région Hauts-de-France a pourtant des raisons d’espérer : après sa déclaration de candidature à la présidentielle, il rebondit de 2 points par rapport au précédent sondage Ifop (pour Marianne, en mars) et creuse l’écart à droite, alors que la partie, à l’automne, semblait beaucoup plus serrée.

Si sa stratégie visant à ratisser à gauche ne fonctionne pas (4% des sympathisants seulement voteraient pour lui), pas plus que ses appels du pied à l’électorat populaire (10%), qui reste à conquérir, il attire 53% des électeurs de François Fillon en 2017 et 17% de ceux de Macron. Et obtient un bon résultat chez les personnes âgées (27%), loin devant ses concurrents de droite. Pas encore au second tour, donc, mais en passe de réussir son pari tactique : tuer dans l’œuf, en se déclarant si tôt, la primaire de la droite.

Même constat pour la gauche : à ce stade, elle ne qualifierait personne pour le second tour. Son meilleur prétendant actuel, Jean-Luc Mélenchon, même dans la plus favorable des configurations, n’obtient que 13,5% (il a atteint 19,58% en 2017), et vogue plutôt entre 10 et 11%. « L’espace politique et le potentiel électoral de la gauche n’ont jamais été aussi faibles sous la Ve République : entre 26 et 28% », note Dabi.

Quant aux autres représentants de ce camp, aucun d’eux ne perce. Anne Hidalgo, qui avance ­pourtant vers une candidature depuis l’automne, stagne à 7%. Yannick Jadot, en dépit de son récent appel au ­rassemblement, plafonne à 6%. L’ex-socialiste Arnaud ­Montebourg, qui a manifesté des velléités de retour, ne dépasse pas les 5%. Enfin, le maire de Grenoble, Éric Piolle, candidat préféré des écologistes, atterrit au niveau du score d’Eva Joly en 2012 (2%)… Nulle dynamique, donc. Plus cruel encore : en cas d’union du PS, du PCF et d’EELV, le champion de la gauche, qu’il s’agisse d’Hidalgo ou de Jadot, rassemblerait à peine 9 à 10% des suffrages.

 

Second tour : Macron toujours devant

Vainqueur au second tour à 54 % : c’est un point de plus pour le chef de l’état que dans le dernier sondage Ifop (pour Marianne) en mars. En plein débat sur la volonté des électeurs de gauche de faire barrage au RN, 51 % des sympathisants Insoumis et 84 % de ceux du PS voteraient Macron. Il récupérerait 59 % de ceux qui avaient voté Mélenchon en 2017 et 88 % de ceux qui avaient opté pour Hamon. Le Pen serait certes battue avec 46 %, mais Frédéric Dabi le rappelle : « Jamais, à un an du vote, un candidat frontiste n’a obtenu un tel score.

 

Sondage Ifop-Fiducial pour le JDD et Sud Radio, réalisé par questionnaire autoadministré en ligne du 2 au 8 avril 2021, auprès d’un échantillon de 1.730 personnes inscrites sur les listes électorales, extrait d’un échantillon de 2.003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La marge d’erreur des résultats d’ensemble s’établit, selon le score visé, entre plus ou moins 1,0 et 2,2 points.

Élection présidentielle : Marine Le Pen devant Macron, la gauche out !

Élection présidentielle : Marine Le Pen devant Macron, la gauche out !

Selon un sondage Harris Interactive publié ce dimanche, Marine Le Pen, devancerait d’une courte tête le président sortant Emmanuel Macron au premier tour de l’élection présidentielle, si le scrutin avait lieu ce dimanche, selon un sondage Harris Interactive.

À 15 mois de la présidentielle, Emmanuel Macron rallierait 23 à 24% des suffrages au premier tour, en fonction des différents candidats potentiels à droite et à gauche, selon cette enquête commandée par le cabinet CommStrat et le quotidien L’Opinion. Marine Le Pen engrangerait, elle, 26 à 27% des votes, là aussi selon les différentes hypothèses de candidatures à droite et à gauche.

En 2017, Emmanuel Macron avait recueilli 24% des voix au premier tour, contre 21,3% à Marine Le Pen. Il l’avait emporté au second tour avec 66,1% des suffrages contre 33,9% à la présidente du Rassemblement national. À 15 mois de la présidentielle, le couple Macron/Le Pen continue de dominer le rapport de force et relègue les autres candidats putatifs loin derrière.

À droite, une candidature de Xavier Bertrand recueillerait 16% des intentions de votes exprimées, Valérie Pécresse 14%, quelle que soit la personnalité soutenue par le Parti socialiste qui leur serait opposée. À gauche, une candidature d’Anne Hidalgo recueillerait 6 ou 7% des voix, selon qu’elle serait opposée respectivement à Xavier Bertrand ou à Valérie Pécresse. Tandis qu’Arnaud Montebourg est crédité de 5% des suffrages dans toutes les configurations.

Ces scores attribués aux candidats socialistes les placent derrière la candidature de Jean-Luc Mélenchon, qui recueille 10% ou 11% des intentions de vote. Mais aussi derrière celle de l’écologiste Yannick Jadot, l’écart étant plus réduit face à Anne Hidalgo (1 point d’écart, soit 7 à 8%) et plus marqué face à Arnaud Montebourg (4 à 5 points d’écart, soit 9 à 10%).

Le sondage a été réalisé en ligne les 19 et 20 janvier auprès d’un échantillon représentatif de 1.403 personnes, dont 976 inscrites sur les listes électorales, selon la méthode des quotas. Marge d’erreur de 1,4 à 3,1 points. Les intentions de vote ne constituent pas une prévision de résultat, elles donnent une indication des rapports de force au jour de la réalisation du sondage.

« La gauche peut-elle s’unir sur l’Europe ? » ( Thomas Piketty )

 « La gauche peut-elle s’unir sur l’Europe ? »( Thomas Piketty )

Dans sa chronique au « Monde », l’économiste regrette les divisions des partis de gauche européens sur la politique commune.

En France comme en Allemagne et dans la plupart des autres pays, la gauche est lourdement divisée sur la question européenne, et plus généralement sur la stratégie à adopter face à la mondialisation et à la régulation transnationale du capitalisme.

Alors que les échéances nationales s’approchent à grand pas (2021 outre-Rhin, 2022 en France), de nombreuses voix s’élèvent pour que ces forces politiques s’unissent. En Allemagne, les trois principaux partis (Die Linke, le SPD et les Grünen) risquent toutefois d’avoir du mal à s’entendre, en particulier sur l’Europe, et certains prédisent déjà que les Grünen finiront par gouverner avec la CDU. En France, les différentes forces ont recommencé à se parler, mais rien ne garantit pour l’instant qu’elles parviendront à s’unir, notamment sur la politique européenne.

Le problème est que chacun des camps en présence est persuadé d’avoir raison tout seul. Du côté de La France insoumise (LFI), on rappelle volontiers que le Parti socialiste (PS) et ses alliés écologistes avaient déjà promis, avant les élections de 2012, de renégocier les règles européennes. Or, sitôt élue, la majorité de l’époque s’était empressée de ratifier le nouveau traité budgétaire, sans rien modifier, faute de plan précis sur ce qu’elle souhaitait réellement obtenir. Les « insoumis » insistent aussi sur le fait que les socialistes n’ont toujours pas indiqué en quoi leur stratégie et leurs objectifs avaient changé et pourraient conduire à un résultat différent la prochaine fois. Force est de reconnaître que la critique est assez juste.

Mais du côté du PS, d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et des autres forces non rattachées à LFI (Génération.s, Parti communiste, etc.), on fait remarquer que le plan des « insoumis » pour changer l’Europe est loin d’être aussi précis et convaincant qu’ils ne le prétendent, et que Jean-Luc Mélenchon paraît parfois plus intéressé par la critique (voire la sortie pure et simple) de l’actuelle Union européenne que par sa reconstruction sur une ligne sociale-fédéraliste, démocratique et internationaliste. Malheureusement, cette critique n’est pas fausse non plus.

Une véritable Assemblée européenne

En théorie, la stratégie de LFI repose certes, depuis 2017, sur l’articulation « plan A/plan B ». Autrement dit, soit on convainc tous les autres pays de renégocier les traités européens (plan A), soit on sort des traités existants pour en construire de nouveaux avec un plus petit groupe de pays (plan B). L’idée n’est pas forcément mauvaise, sauf que les « insoumis » passent plus de temps à brandir la menace de la sortie qu’à décrire les nouveaux traités qu’ils souhaiteraient proposer aux autres pays, que ce soit dans le plan A ou le plan B.

Idéologie-Onfray: «La gauche acéphale»

Idéologie-Onfray: «La gauche acéphale»

TRIBUNE – Dans un texte lumineux ( le Monde) , le philosophe explique pourquoi et comment, en changeant de combat et d’idéologie, la gauche actuelle a fini par oublier la France et les Français.

Il y eut une guerre franco-allemande perdue par la France dont on ne parle pas: c’est celle qui a opposé l’idéaliste Marx au pragmatique Proudhon.

Marx a bien sûr gagné ce combat. Il eut un allié de poids avec Lénine puis Staline, qui ont appliqué la théorie communiste sur une grande partie de l’Europe. Je sais que les dévots du concept estiment que le goulag n’était pas chez Marx, mais la légitimation de la violence s’y trouve. Or, le goulag n’est jamais que l’une des formes prises par cette violence.

Les intellectuels ont été nombreux à souscrire à la fable marxiste au XXe siècle, car elle réjouit leur goût pour les idées, les concepts, les mots, le verbe, la rhétorique, la dialectique, la sophistique. L’idéalisme marxiste a dominé la vie intellectuelle française pendant la moitié d’un siècle, jusqu’en 68. Car le mois de mai enterre cette vieille gauche portée par Sartre en France au profit d’un gauchisme structuraliste incarné par Foucault et quelques autres. Le vieux marxisme à la papa

Audience Primaire de la gauche : le bide !

Audience Primaire de la gauche : le bide !

Si indiscutablement le débat a été moins ennuyeux pour cette deuxième séance télévisée des primaires de la gauche par contre son audience s’est révélée relativement catastrophique avec moins de 2 millions de téléspectateurs. Ce chiffre est révélateur du peu d’enjeu que représente cette primaire pour une grande marque partie des électeurs convaincus que le parti socialiste ne peut jouer qu’un rôle marginal lors des élections présidentielles de 2017. En effet, ce débat entre les leaders du parti socialiste est essentiellement destiné à préparer le futur congrès puisque tous les sondages prévoient que le candidat socialiste risque de se trouver en cinquième position au premier tour des présidentielles. En outre,  nombre  de téléspectateurs sont fatigués par des discours réformateurs de responsables du PS qui n’ont pas été capables de les mettre en œuvre au cours des cinq ans passés. Sans parler des contradictions invraisemblables entre les candidats d’un même parti. Si l’audience aussi faiblarde devait se confirmer pour le troisième débat, il se pourrait bien que la primaire ne rassemble qu’ autour d’un million d’électeurs. Ce qui annoncerait une catastrophe historique non seulement pour les présidentielles mais aussi et surtout pour les législatives. « Si on arrive à deux millions de téléspectateurs, ce sera bien », jugeait samedi Hervé Béroud, directeur de la rédaction de BFMTV. Le cap n’a pas été atteint, si bien qu’à six jours du premier tour de la primaire de la gauche, le déficit d’audience des débats de la gauche par rapport à leurs homologues de droite se creuse. Alors que 2,9 millions de personnes avaient suivi le  deuxième débat de la primaire de la droite diffusé le jeudi 3 novembre, ils ne sont qu’1,75 million à avoir fait de même dimanche. 1,47 millions d’entre eux ont choisi BFMTV pour ce débat et 275.000 iTELE. Le premier débat de la primaire de la gauche avait déjà fait moins bien que celui de la droite, suivi par 3,8 millions de téléspectateurs contre 5,6 pour la primaire de la droite. Point es débats des deux primaires ouvertes est moins évidente que pour le premier débat. Car si les organisateurs restent les mêmes, BFMTV et iTELE en l’occurrence, les horaires ne sont pas identiques. Le débat de la primaire de la droite s’est déroulé à un horaire plus favorable, de 20h30 à 23h15, mais en semaine quand celui de la gauche a été diffusé à partie de 18h et jusqu’à 20h44 un dimanche. Quoi qu’il en soit, en termes de part d’audience, le débat de la gauche n’a réuni que 7,9% des téléspectateurs, contre 12,9% pour son alter ego de droite.  Le débat a été moins suivi que le magazine d’actualité de TF1 Sept à huit, fort de ses 4 millions de téléspectateurs et 19,6% de part d’audience, mais aussi que Vivement dimanche prochain, l’émission de Michel Drucker sur France 2, qui comptabilise près de 2,5 millions de paires d’yeux. En revanche, le débat semble avoir vampirisé les audiences de C polémique, l’émission politique de France 5, suivie par seulement 359.000 spectateurs de 4 ans et plus.

 

Sondage : la gauche abandonne Hollande

Sondage :  la gauche abandonne Hollande

A 35 jours du premier tour des élections municipales, François Hollande touche le fond. Avec une baisse de deux points ce mois-ci, il revient à son score plancher de novembre 2013 qui coïncidait avec le retrait de l’écotaxe et l’affaire Leonarda.L’actuel chef de l’Etat est 22 points en dessous du score de François Mitterrand en février 1983 c’est-à-dire un mois avant l’une des défaites les plus cinglantes de la gauche aux municipales. Nicolas Sarkozy affichait encore 38% de français satisfaits en février 2008 juste avant la vague rose. Plus préoccupant encore pour l’exécutif : le chef de l’Etat baisse encore dans les catégories traditionnellement acquises à la gauche (les 25-34 ans ; les professions intermédiaires et les salariés du secteur public). Il est surtout lâché par une partie du PS (-5) et ses alliés (-7 chez les écolos et -1 au Front de gauche). Un recul qui s’explique par le retrait du projet de loi sur la famille. Seule consolation, sa légère remontée à l’UDI (+3), l’effet « pacte de responsabilité ».

 

Laïcité en entreprise : la gauche recule

Laïcité en entreprise : la gauche recule

L’Assemblée nationale a repoussé jeudi, sans surprise, une proposition de loi UMP autorisant les entreprises à imposer la neutralité religieuse au travail mais le débat a mis en lumière les divergences sur le sujet, notamment au sein de la gauche.  Eric Ciotti, rapporteur UMP du texte, mettait en avant la nécessité de légiférer sur la neutralité religieuse au travail pour combler « un vide juridique » révélé par l’affaire de la crèche Baby Loup.  La Cour de cassation avait en effet jugé illégal, en mars, le licenciement d’une salariée de cette crèche associative de Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), au motif qu’elle refusait d’enlever son voile sur son lieu de travail.  Rappelant qu’ »il ne peut y avoir de cohésion nationale sans laïcité », le député UMP des Alpes-Maritimes a préconisé « des solutions adaptées au fur et à mesure que les problèmes se posent ». Comme en 2004, la loi sur le voile à l’école ou 2010, l’interdiction du voile intégral (niqab, burqa) dans l’espace public.  La proposition UMP, très courte, proposait d’inclure dans le Code du travail une disposition rendant « légitimes » des « restrictions visant à réglementer le port de signes et les pratiques manifestant une appartenance religieuse ».  La gauche a repoussé le texte au motif principal qu’il convenait d’attendre le rapport d’étape de l’Observatoire de la laïcité mis en place en avril dernier par François Hollande. Celui-ci l’a d’ailleurs chargé d’élaborer « des propositions » pour encadrer la laïcité dans les structures accueillant des enfants.  Mais des divergences nettes sont apparues au sein de la gauche, comme lors du débat de 2010, certains députés redoutant une nouvelle stigmatisation de l’islam, d’autres défendant le fait de légiférer à nouveau.   »Nous ne refusons ni de débattre ni de légiférer », a lancé Jean Glavany (PS) à la droite qui reprochait à la gauche de se dérober. Jugeant que de toute façon, la proposition de M. Ciotti « ne changerait rien à la jurisprudence de la Cour de cassation », le député des Hautes-Pyrénées a souligné qu’il convenait, sur un sujet tel que la laïcité, de travailler « à la recherche d’un consensus ».  Il a aussi dit « en avoir marre » des lois de circonstance. « Et puis la laïcité, ça ne peut pas être que de l’interdit », a-t-il ajouté, soulignant au passage que « l’interdit visait toujours les mêmes » et que « les prières de rues, tout près d’ici, ne gênaient guère » la droite, dans une allusion aux récentes manifestations contre le mariage homosexuel.  L’écologiste Sergio Coronado a reproché à l’UMP une « stigmatisation de l’islam », demandant que la classe politique « s’intéresse davantage au financement de l’islam et à la formation de ses imams ».  L’ancien ministre socialiste de l’Intérieur, Daniel Vaillant, a jugé que « la loi n’est pas la réponse à tout ». « Une loi de plus serait une loi de trop », a-t-il dit reprochant à l’UMP de « vouloir stigmatiser toujours la même religion ».  Elisabeth Pochon (PS) s’en est elle aussi prise à « une loi qui stigmatise nos compatriotes musulmans ». « Et pourquoi s’en prendre encore aux femmes – voilées – et non pas à la longueur des barbes! »  Michel Sapin, ministre du Travail, a pour sa part prôné « une laïcité de sang-froid ». « La loi peut être un outil mais prenons le temps d’observer les choses », a-t-il dit avant de souligner la nécessité de consulter les partenaires sociaux sur le sujet.  Quant à l’UMP Jacques Myard, il a voté la proposition de son collègue estimant qu’il s’agissait d’une « avancée ». Mais il a soutenu qu’il fallait « aller plus loin », « être plus ferme » en imposant le principe de neutralité au cas où il y aurait « pressions ou menaces » au sein même de l’entreprise. Il a déposé sa propre proposition de loi sur le sujet.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol