Archive pour le Tag 'la fiscalité'

Massacre de l’industrie notamment par l’euro, la fiscalité et la technostructure

Massacre de l’industrie notamment par l’euro, la fiscalité et la technostructure

 

 

La France a été doublement victime d’une sorte de crime contre son industrie de la part de l’euro  et du  fait de la fiscalité. À cela s’est ajouté le manque d’offre technique et la vision de salon de la technostructure. La première responsabilité en incombe sans doute à la surestimation de l’euro plus proche des préoccupations allemandes que des réalités françaises. Comme si cela n’était pas suffisant,  en interne on a poursuivi une politique fiscale assommant le reste de compétitivité. Ne parlons pas des 35 heures qui ont fait plonger la productivité surtout des entreprises à fort pourcentage de main-d’œuvre et ont surtout porté une atteinte mortifère à la valeur travail. En fait, la France a connu un véritable massacre de son industrie confirme   une note de la Fabrique de l’industrie publiée en  novembre. En même temps, cet écroulement de l’industrie a vidé nombre de territoires de leur substance économique. Une sorte de processus irréversible de désaménagement local. Le résultat d’un manque général de compétitivité, d’une insuffisance de l’offre technique aussi des visions illusoires de certains experts qui pensaient que la France se transformerait complètement dans des activités de services commercialisant des productions fabriquées à l’étranger. Le problème, c’est que ces productions ont bien été délocalisées mais que les pays de production se sont réappropriés la commercialisation et la valeur ajoutée tout en progressant en technicité. Dans le même temps, la France perdait certaines compétences techniques et certaines qualifications. 4/5 des zones d’emploi que compte la France ont subi des destructions d’emploi dans le secteur industriel entre 2009 et 2015. Le déclin industriel français ne date pas d’hier.

Au niveau national, la part de l’industrie dans la valeur ajoutée entre 1980 et 2018  a clairement chuté pour passer de 29% à 16% selon de récentes données de la Banque mondiale. En parallèle, l’industrie a détruit près de 2,2 million d’emplois, réduisant ces effectifs de 43% sur la même période, selon de récents chiffres cités par l’Observatoire français des conjonctures économiques dans l’ouvrage consacrée à  »L’économie française en 2020″. En outre, le poids de l’emploi industriel dans l’emploi marchand est passé de 29,2% en 1980 à 14,6% en 2018.

Résultat, en 2017, le niveau de production de l’industrie manufacturière française est inférieur de 13% à son pic de la fin 2000. Pire, il est inférieur de 12% à celui du début des années 90, il y près de 30 ans ! Il a fallu tout ce temps pour que l’on prenne conscience de l’exigence d’une politique de l’offre.

 

L’appareil industriel a ainsi connu « sa pire chute d’activité depuis la Seconde Guerre mondiale, perdant près de 10% de sa valeur ajoutée au cours des années 2008-2009″, ajoutent les économistes de l’observatoire rattaché à Sciences-Po Paris. Outre les délocalisations massives vers des pays à bas coût, de nombreux industriels ont  externalisé une partie de leurs services chez des sous-traitants implantés dans le tertiaire. La branche des services aux entreprises a connu une expansion majeure depuis le début des années 1980.

 

« Les activités scientifiques, et techniques, services administratifs et de soutiens ont crée de plus de 2,8 millions d’emplois, soit une hausse de 181%, sous l’effet notamment du recentrage des activités industrielles sur leur cœur de métier », soulignent les auteurs de l’ouvrage précité.

 

L’un des enseignements important de cette étude est que la variation de l’emploi industriel est d’abord déterminée par des conditions macroéconomiques favorables. La composante nationale explique environ 52% des variations locales de l’emploi dans l’industrie. Les chercheurs citent entre autres la productivité dans l’industrie, la concurrence internationale ou les structures de dépenses des consommateurs.

En outre, les conditions locales peuvent également être des facteurs déterminants pour la santé de l’emploi dans des territoires fortement industrialisés. La qualité des infrastructures de transport, le prix du foncier, la disponibilité de la main d’œuvre, le climat, la géographie, la présence d’établissements d’enseignement supérieur ou de centres de recherche sont cités par les économistes. L’effet local comme la forte spécialisation sectorielle explique des variations d’emploi dans 122 zones d’emploi (environ 40% de l’échantillon ).  »Les zones à effet local positif se retrouvent le plus souvent à l’ouest, dans le sud et en Rhône-Alpes, tandis que celles qui présentent un effet local négatif sont majoritairement localisées dans le nord et le centre de la France » expliquent les auteurs de la note.

La technostructure a par ailleurs privilégié la vison réductrice d’une développement limitée aux Startups du numérique au point de faire considérer la France comme une startup  nation par Macron. Un vision de salon d’autant plus que ces Startups  sont souvent absorbées rapidement par les grands plate forme américaines. Les start-up ou plus généralement les entreprises en développement se réduisent pas au numérique. La prise de conscience de la faillite de notre industrie est récente de la part des pouvoirs publics.

Le gouvernement a lancé seulement en novembre 2018 le dispositif des 144 territoires d’industrie bénéficiant d’un appui spécifique de l’Etat et des collectivités locales. Sous la coupole du Grand Palais, le Premier ministre Edouard Philippe, accompagné de plusieurs ministres, avait lancé en grande pompe cette initiative au moment du salon de l’industrie du futur devant un parterre de chefs d’entreprise et de décideurs. Un an après, la conjoncture s’est fortement dégradée. La plupart des grandes économies de la zone euro frôlent les récessions techniques dans le secteur industriel. Et si la France tente de résister, c’est  en raison justement d’un poids plus faible de l’industrie et d’une moindre exposition au ralentissement du commerce mondial, les dernières enquêtes de conjoncture n’annoncent pas de perspectives vraiment optimistes. La plupart des instituts de statistiques ont revu à la baisse leurs prévisions de croissance de l’économie française pour 2020. Et partout dans le monde on constate un très fort tassement de l’industrie notamment manufacturière.

Sondage- Municipales : la fiscalité, premier enjeu pour 48%

Sondage- Municipales : la fiscalité, premier enjeu pour 48%

 

La fiscalité premier enjeu pour les municipales loin devant le cadre de vie et la sécurité, selon un sondage Ifop pour Dimanche Ouest France. La question de la fiscalité et des impôts locaux est de celles qui vont « le plus compter » au moment du vote pour 48% des sondés, contre 32% en septembre dernier, selon cette étude. La fiscalité est jugée prioritaire par tous les bords politiques, à l’exception des sympathisants EELV (31%). « Cette préoccupation particulière pour la fiscalité s’exprime aussi bien en zone rurale qu’en province et en région parisienne (de 48 à 53% de citations) », relève l’Ifop. La sécurité et l’emploi, qui talonnaient la fiscalité dans les préoccupations des sondés à l’automne, ne sont plus jugées prioritaires que par respectivement 28% et 24% des personnes interrogées, contre 30% en septembre. La problématique du cadre de vie et de l’environnement se hisse en revanche au deuxième rang des priorités des sondés (+ 13 points), avec là aussi une certaine homogénéité selon que la commune est plus ou moins urbaine. La question de l’éducation et des écoles n’est en revanche jugée essentielle que par 12% des personnes interrogées (-14 points), alors même que les communes sont chargées des bâtiments scolaires et de la mise en oeuvre de la semaine de quatre jours et demi. L’action sociale, le logement et la propreté, autres compétences municipales, ne sont jugés prioritaires que par 6% des sondés.

Fiscalité – Pécresse: proposition de loi pour stabiliser la fiscalité

Fiscalité – Pécresse:   proposition de loi pour stabiliser la fiscalité

 

 

Le ralbol fiscal commence à sensibiliser les élus. Par exemple Valérie Pécresse a annoncé dimanche sur Europe 1 qu’elle allait déposer lundi une proposition de loi constitutionnelle sur la fiscalité. Son but : « restaurer la confiance des Français dans l’impôt ». « Cette proposition de loi proposera qu’on ne puisse pas changer un impôt plus d’une fois tous les cinq ans. Et surtout, elle interdira toute forme de rétroactivité fiscale », a expliqué la députée UMP. Cette proposition intervient alors que le gouvernement vient de faire marche arrière sur la taxation des PEL, des PEA et de épargne salariale. Seule l’assurance-vie sera donc visée par le taux unique de 15,5% de prélèvements sociaux. La proposition de Pécresse va dans le bons sens mais i serait encore plus judicieux de figer le niveau fiscal pendant cinq ans voire de le diminuer.

France : économie fragile pour S&P à cause de la fiscalité

France : économie fragile pour  S&P à cause de la fiscalité

 

Depuis plusieurs semaines, de nombreux instituts et organismes (Insee, FMI) ont révisé à la hausse leurs perspectives pour l’économie française. Mais, ce mercredi 23 octobre, l’agence de notation américaine vient mettre un important bémol à la l’éclaircie que connaît actuellement la France. « Les bases d’une reprise solide et de long terme ne sont pas encore réunies », en dépit du récent regain d’activité, estime S&P dans ce rapport intitulé « l’économie française sort de la récession mais demeure fragile ». S&P table sur une croissance du produit intérieur brut (PIB) de 0,7% en 2014, soit moins que le 0,9% que prévoit le gouvernement. Pour 2015, l’agence mise sur une croissance de 1,4% en 2015. « Malgré cette timide reprise, la France restera dans une situation de rattrapage bien au-delà de 2014″, poursuit-elle. Elle ne fait en revanche aucun commentaire sur la note souveraine de la France, actuellement « AA+ », dans ce document. « L’amélioration de la situation économique française au deuxième trimestre a coïncidé avec celle de la zone euro », poursuit-elle dans ce rapport. « Mais, des données plus récentes suggèrent un ralentissement du mouvement au deuxième semestre 2013″.S&P prévoit que la consommation des ménages n’augmentera que de 0,4% sur l’ensemble de l’année 2013, et de 0,2% en 2014 en raison de l’alourdissement de la fiscalité sur les ménages au profit des entreprises. Selon l’agence, la consommation ne progressera nettement qu’en 2015 (+1,2%), grâce à une amélioration sur le front du chômage.Quant aux exportations, elles restent affectées par la dégradation de la compétitivité de la France, même si elles devraient profiter de l’amélioration de la demande dans le reste de l’Europe au cours des 24 prochains mois. Autre facteur d’incertitude pour la France, les investissements des entreprises, qui étaient inférieurs de 6,3% à la fin du deuxième trimestre à leur moyenne de 2007.L’agence estime ainsi que l’investissement des entreprises devrait progresser d’environ 1,8% en 2014, après un recul de 2% en 2013, avant d’accélérer le rythme en 2015 (+4%). Malgré cette reprise, il devrait être à la fin 2015 inférieur de 2,9% à ce qu’il était en 2007.Mais son redressement durable dépend d’un retour à la confiance qui pourrait être retardé par l’instabilité fiscale actuelle, met en garde S&P.

 

Cour des comptes : stop à la fiscalité

Cour des comptes : stop à la fiscalité

 

Le message de la Cour des comptes est clair, il n’y a plus de réserves pour l’augmentation de la fiscalité (à moins de tuer définitivement croissance et emplois). Les dépenses publiques atteignent 56% du PIB et la fiscalité étouffe  la croissance ; Une seule solution désormais :  diminuer les dépenses publiques ; un objectif bien difficile pour le gouvernement englué dans les prélèvements obligatoires et les lobbys qui la soutiennent ; une telle orientation supposerait de remettre complètement à plat le rôle régalien de la puissance publique ( Etat et collectivité) ; En fait,  plus rien n’est maîtrisé car les innombrables superstructures génèrent leur propre dynamique de dépenses ; En outre,  la classe politique est essentiellement composée d’anciens fonctionnaires et assimilés qui ne raisonnent qu’en termes de dépenses et d’impôts ; de ce point de vue la situation est encore plus catastrophique au plan des collectivités locales qui ne cessent d’embaucher ou d’engager des projets inutiles. Il faudrait une véritable révolution culturelle. Ce n’est sans doute pas pour demain car on confond le rôle régalien de la collectivité avec l’exécution des tâches. En France,  l’Etat décide mais assure lui-même nombre de taches qui pourraient être déléguées au privée dans des conditions économiques pus efficaces (par le biais de délégations de servie public ou de sous traitance). L’essentiel des dépenses va à la masse salariale et au financement de projets pharaoniques qui tuent  la compétitivité (donc l’emploi).L a gauche aura du mal à engager ce type de réforme car elle adhère à la philosophie de l’Etat providence et omnipotent qui fait tout et réglemente tout. La Cour des comptes n’est pas vraiment un repère de gauchistes, elle est même dirigée par un ancien socialiste. La droite elle-même n’avait pas réussi à engager une dynamique pour redéfinir les conditions de l’intervention régalienne. Par ailleurs, les français sont assez contradictoires sur ce sujet, ils souhaitent êtres mois de fiscalité mais pas moins d’intervention publique  rien de significatif ne pourra donc changer en matière de compétitivité sans remise à plat complète du rôle de l’Etat et des collectivités locales.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol