Archive pour le Tag 'la com.'

Macron et Rihanna : la com. de trop !

Macron et Rihanna : la com. de trop !

 

 

 

Comme la plupart des stars de la chanson ou du cinéma, Rihanna participe à une organisation caritative. Une manière pour ces vedettes du  star système de montrer les liens qui les unissent encore avec les plus défavorisés qui sont aussi souvent des fans. Des engagements parfois sérieux mais souvent aussi qui participent de la publicité de la vedette. Bref de la com. Cette fois,  la chanteuse a participé avec Macron à la conférence mondiale sur l’éducation à Dakar. Elle n’a pas manqué aussi de s’afficher avec Macron lequel paraissait aussi satisfait de cette mise en scène qui n’était pas obligatoire. Ce qui pose pour le président de la république la question du contenu de sa politique de communication. En même du rapport entre ses discours et sa pratique. Sur ce dernier aspect, la France n’a pas à se glorifier de son aide au développement ni conforme aux objectifs et même tendanciellement en régression. Pourtant, on ne cesse d’affirmer que l’immigration économique ne pourra être ralentie sans un développement volontariste en Afrique (préoccupation de Macron  encore affirmée la veille en Tunisie). Macron multiplie les visites en Afrique mais pas les moyens de financement. L’Allemagne plus discrète tient ses engagements financiers dans ce domaine. Ce n’est pas l’affichage de Macron  avec Rihanna qui changera la situation. En outre, la question se pose de savoir quelle est la posture médiatique que souhaiterait Macron : celle de François Hollande ? Ou celle  du général De Gaulle ? Celle du président copain, en tout cas cool ou celle de a la restauration de la dignité de la fonction. Pour Macron, c’est en même temps,  c’est-à-dire un excès de sacralisation pouvoir à certains moments et des rencontres incongrues à d’autres. Macron devra choisir pas forcément entre ces deux extrêmes. Il devrait  opter une posture plus équilibrée de la même manière qu’il devra rechercher aussi une plus grande cohérence entre ses discours et sa pratique Concernant Rihanna ; ils  s’étaient rencontrés pour la première fois l’été dernier lors de la venue de la chanteuse à l’Elysée pour évoquer l’accès à l’éducation des enfants. Cette dernière avait provoqué cet entretien en interpellant quelques semaines plus tôt le président de la République sur Twitter. Cette fois, c’est au Sénégal qu’Emmanuel Macron a pu échanger à nouveau avec la célèbre chanteuse barbadienne. Ce vendredi 2 février, le chef de l’Etat coprésidait avec le président sénégalais Macky Sall la conférence du Partenariat mondial pour l’éducation (PME) près de Dakar. Ambassadrice de ce partenariat, la star de 29 ans a assisté à ce rendez-vous, suivant le débat avec attention, et suscitant forcément une ruée des photographes à son arrivée. Elle a salué les « progrès énormes » réalisés lors de cette réunion, avant de saluer, parfois en les embrassant, les chefs d’Etat réunis à la tribune de la salle de conférence. Elle s’est également exprimée à la tribune.

 

Hollande : la com. , la com., la com !

Hollande : la com. ,  la com. La com !

A peine–a-’-il présenté ses vœux (au demeurant assez peu suivis)  qu’Hollande va parler pendant deux heures sur France inter puis il fera une grande conférence de presse avant fin janvier. A défaut d’action (il n’a rien annoncé lors de ses vœux (uniquement des plats réchauffés), c’est le com. qui prend le dessus. D’abord il lui faut se représidentialiser. Pour cela éviter les sujets qui fâchent donc les questions économiques et sociales épineuses. Se recentrer donc sur les grandes questions sociétales qui ne mangent  pas de pain et n’engagent  pas à grand-chose. » Rassemblement » donc, le même mot que Sarkozy(«  rassemblement »  qui sera le nom du nouveau parti remplaçant l’UMP). Comme lors de sa dernière allocution pour les vœux, il lui faut monter le visage d’un président décidé plein d’audace et de confiance qui combat le french bashing général. Il faut donc se montrer, et souvent, sur n’importe quel sujet du moment qu’il n’est pas top épineux. En clair pour Hollande c’est déjà la campagne de 2017 et il va falloir supporter ce bavardage encore pendent 3 ans ! Pas sûr que l’économie puisse s’en remettre. Présenter ses vœux aux Français assis derrière son bureau de l’Elysée devait être la preuve d’un président au travail. Lors de son intervention, il avait appelé à ce que 2015 soit l’année de l’ »audace » et de la « confiance ». Dès lundi matin, François Hollande passe des paroles aux actes en participant à une émission de deux heures sur France Inter.  Pendant deux heures, lors du 7/9 de la radio, le chef de l’Etat répondra aux questions des journalistes mais aussi des auditeurs. Au cours de ce rendez-vous, prévu de longue date, François Hollande ne participera pas à une mais à quatre interviews.  Le président interviendra pendant 15 minutes par thématiques: politique et société, économie, international. Cette émission spéciale, entrecoupée par les journaux et les deux rendez-vous humoristiques de cette matinale, se terminera avec 20 minutes de questions-réponses entre François Hollande et les auditeurs de France Inter. Le chef de l’Etat l’assure, il apportera des explications sur tous les sujets et insistera sur toutes les priorités de 2015. Pour cela, François Hollande consacre une partie de sa journée de vendredi pour préparer ce rendez-vous. S’il reviendra sur les questions internationales, comme la future rencontre avec Poutine et Porochenko, en janvier, il évoquera aussi la question des valeurs ou l’obscurantisme. Le président veut surtout que les grandes réalisations du gouvernement, la réforme territoriale, l’entrée en vigueur de la première phase du pacte de responsabilité ou la suppression de la première tranche des impôts, se sachent. Car avec cet exercice, François Hollande veut montrer qu’il reprend la main sur les dossiers. En conclusion moins il bouge, plus il va parler !

Ayrault : la com. pour politique ?

Ayrault : la com. pour politique ?

L’aventure à Matignon n’aura duré que cinq mois. Nommé en octobre, le conseiller spécial de Jean-Marc Ayrault, Bernard Candiard, quitte ses fonctions. C’est ce qu’ont annoncé les services du Premier ministre vendredi, par communiqué. Le chef du gouvernement procède en effet à une « réorganisation de son cabinet », est-il indiqué. »L’ensemble des conseillers chargés de la stratégie, de la communication, de la presse, des médias sociaux, et des discours et études », seront désormais réunis au sein d’un « même pôle », précise Matignon. Ce pôle sera dirigé par Jérôme Batout, qui « prendra ses fonctions mercredi 3 avril » comme conseiller spécial, succédant à Bernard Candiard. Dans son communiqué, Jean-Marc Ayrault tient à remercier ce banquier de profession, ancien conseiller de François Mitterrand à l’Elysée, « pour les missions qu’il a remplies depuis sa nomination ».Jérôme Batout travaillait jusqu’à présent au sein de Publicis Consultants, dont il dirigeait depuis janvier le département Affaires publiques après avoir été directeur de cabinet de Maurice Lévy, patron du groupe. Entre 2004 et 2006, ce trentenaire a été conseiller dans le cabinet de François Hollande, alors premier secrétaire du PS, et chargé de la coordination du projet du PS pour 2007.A la tête du service presse de Matignon depuis mai 2012, Dominique Bouissou reste pour sa part membre du cabinet de Jean-Marc Ayrault. Elle « exercera les fonctions de conseiller auprès du Premier ministre jusqu’à son prochain départ », précise le communiqué du chef du gouvernement, qui tient également à la « remercier chaleureusement » pour « l’importance du travail qu’elle a accompli depuis l’installation du gouvernement. »

 

Montebourg : « la marinière », la com. ratée pour un publicitaire

Montebourg :  «  la marinière », la com.  ratée pour un publicitaire

De Laurence Parisot à François Hollande, en passant par les réseaux sociaux, Arnaud Montebourg et sa marinière font parler d’eux. La photo de Une du Parisien magazine, montrant le ministre du Redressement productif en marinière bretonne, portant à bout de bras un blinder Moulinex, sous fond de drapeau tricolore, s’apparente à un beau coup de comm’. Pour les marques peut-être, pour le ministre, pas sûr estime François Belley, publicitaire à l’agence Melville et spécialiste de communication politique. Son point de vue.

Cette Une est-elle une opération de com’ réussie ? Pour les marques mises en avant, celle de la montre, du robot mixeur et surtout de la marinière : à coup sûr ! Tout le monde en parle, on trouve le ministre « sexy » habillé comme ça… C’est une opération marketing absolument géniale. Et puis la culture bretonne est en train de revenir à la mode. C’est pile le bon moment pour Armor-Lux, le patron de la marque de la marinière.

Et pour Arnaud Montebourg ? Pour moi, c’est l’inverse. Cela ne peut que le desservir .C’est une communication politique outrancière et impertinente. Les Français sont dans une phase de perte de confiance envers les politiques. François Hollande avait promis « le changement, c’est maintenant ». Les gens en attendaient quelque chose.

Mais j’ai l’impression que c’est de pire en pire. Les hommes politiques se mettent de plus en plus en scène. Ils se transforment en produits de grande consommation. Les Français en ont marre de cette déviance. En cette période de crise, ils attendent du contenu et des valeurs. La communication politique est importante. Mais les Français, surtout aujourd’hui, sont en attente de bien plus. Une bonne communication politique maintenant est celle qui parle du fond et plus seulement de la forme.

Le Made in France en sort-il tout de même valorisé ? Qualité du produit, prix… C’est plutôt un travail sur ça que les Français attendent pour consommer made in France. Je ne suis pas sûr qu’Arnaud Montebourg en fasse vraiment une grande promo. D’autant qu’il paraît que la marinière n’est pas fabriquée à 100% en France ! Non, il valorise surtout les marques mises en avant sur la Une, pas le Made in France en général.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol