Archive pour le Tag 'La charcuterie'

La charcuterie française en déprime

La charcuterie française en déprime

 

La charcuterie toujours en progression jusque là connait la déprime, seulement +0.4% en 2014. En cause évidemment la crise , le chômage, la stagnation du pouvoir d’achat mais aussi et surtout les doutes sur la qualité des produits qui pour essentiel proviennent de l’industrie alimentaire même quand ils sont vendus  par le charcutier du coin ( sauf rares exception et pour quelques produits ). En fait i faut alors accepter en même temps de manger dans cette charcuterie  industrielle, les pesticides et engrais avalés par animaux, leurs « complément »s  alimentaires, les produits vétérinaires, phytosanitaires et surtout les innombrables produits chimiques incorporés dans le produit final afin qu’il se conserve mieux, qu’il prenne du poids, transforme le goût ( des centaines et des centaines d’additifs chimiques). Bien sûr il y a les normes mais pour nombre de produits la chaine de fabrication est internationale où parfois les normes sont approximatives voire inexistantes. Encore un peu et la charcuterie industrielle sera remboursée par la sécurité sociale tellement elle comprend de substances chimiques. D’autant que ceste plutôt le plat du pauvre !  Du coup, La consommation de charcuterie en France a marqué le pas l’an dernier, et c’est une surprise pour un secteur habitué à de belles progressions. Les ventes ont fait du sur-place. C’est rare. Un petit +0,4%, soit trois fois moins que d’habitude, selon les chiffres du panel « Kantar », pour la Fédération française des Charcutiers Traiteurs, qui parle de mauvaise année. Ainsi les Français ont mangé un peu plus de 13 kilos de charcuterie, 100 grammes de moins en un an, soit 30,7 kilos par foyer. Les Français préfèrent le jambon cuit qui est solide numéro 1 des ventes. L’an passé, pas d’innovation, mais des rayons qui débordent. Supérieur, au torchon, bio, noix, fumé, à l’étouffé, appauvri en sel… Les consommateurs s’y perdent et cherchent de l’authenticité. Et le marché ne progresse plus. Cela ne nous a pas empêché de manger chacun plus de 3 kilos de jambon l’an dernier. C’est une moyenne. Les lardons sont deuxième du podium. Grillés ou non, qui sont appréciés notamment pour leurs petits prix. Viennent ensuite les saucisses qu’on appelle « à gros hachage » Morteau, Toulouse ou encore Montbéliard. Les rillettes, jambons crus, ou de volaille sont aussi dans le vert.  En revanche, le saucisson sec voit rouge avec -1,5%. Dans le Nord, ses ventes chutent spectaculairement de 10%. Enfin en queue de peloton, le boudin et les andouilles sont en repli aussi respectivement de -1,3% et -5,1%. du fait notamment de leur prix plus élevé. On importe principalement du jambon sec d’Italie et d’Espagne. Pour les exportations, il s’agit surtout de saucisson sec, vers la Belgique, l’Allemagne et la Grande-Bretagne. Cette charcuterie, on préfère l’acheter à la coupe, dans les grandes surfaces ou chez son charcutier. Mais les trois-quarts sont vendus au rayon libre-service des enseignes. De plus en plus dans les commerces de proximité, +7% l’an dernier. Alors que les magasins de hard-discount en vendent beaucoup moins. Quant à notre budget moyen, il est stable avec 312 euros dépensés par foyer pour ces petits moments de convivialité.  Le Nord est toujours la région qui consomme le plus de charcuterie avec plus de 34 kilos par foyer, suivi de près par l’Est et l’Alsace, puis la Bretagne et la Normandie qui sont troisièmes. La lanterne rouge c’est la région parisienne, qui en consomme 30% de moins, 23,2 kilos.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol