Archive pour le Tag 'La'

Chine : face à la répression soutenir les avocats

Chine : face à la répression soutenir les avocats

 

Face à l’ampleur de la répression qui touche les avocats « weiquan », un collectif de chercheurs et de militants appelle, dans une tribune au « Monde », à une plus forte mobilisation de la communauté internationale.

 

Tribune. Le 19 janvier 2018, l’avocat pékinois Yu Wensheng est embarqué par une douzaine de policiers alors qu’il accompagnait son fils à l’école. Détenu au secret, il est soumis à la torture, sans accès à un avocat ni à sa famille, puis condamné, en mai 2019, à quatre ans de prison, à la suite d’un procès à huis clos dont le résultat a été notifié à sa femme, Xu Yan, il y a à peine un mois. Yu œuvrait pour la défense de militants et soutenait des réformes structurelles du système sociopolitique. La veille de son arrestation, il avait appelé à une réforme constitutionnelle et à la création d’un système de contrôle du Parti communiste chinois.

Yu est loin d’être un cas isolé en Chine : il fait partie des avocats weiquan (« défense des droits » en chinois), un groupe d’avocats se battant pour le respect des droits humains et l’état de droit, que Pékin s’efforce par tous les moyens de faire taire. Yu s’était déjà vu retirer sa licence d’avocat pour avoir défendu son célèbre collègue Wang Quanzhang, victime de la « rafle 709 » du 9 juillet 2015. Il y a cinq ans jour pour jour, plus de 250 avocats et militants ont été poursuivis et arrêtés ; certains ont disparu ou ont été emprisonnés pour « subversion du pouvoir de l’Etat », et contraints à des confessions diffusées sur des chaînes publiques.

Le mouvement de défense des droits (« weiquan yundong ») est né en 2003 avec l’abolition du système d’« hébergement et rapatriement » consécutif à la mort de Sun Zhigang, un travailleur migrant. Appuyés par des journalistes et des universitaires, des avocats ont décidé de prendre au mot le pouvoir, qui venait d’introduire la défense des droits humains dans la Constitution.

Tirant les leçons de la répression du mouvement pour la démocratie de 1989, ces professionnels engagés ont aidé des paysans, des ouvriers, des citadins persécutés par le pouvoir à défendre leurs droits devant les tribunaux, en s’appuyant sur la Constitution et sur les traités internationaux relatifs aux droits humains signés par la Chine. Conscients des risques que comportait la fondation d’une organisation, ils ont constitué des réseaux informels sur Internet, que les victimes d’abus n’hésitent pas à saisir.

Pour la première fois depuis 1989, un mouvement informel regroupant des citoyens appartenant à diverses classes sociales est apparu en Chine. Rapidement, les autorités ont commencé à harceler les avocats engagés dans le mouvement, leur retirant leur licence, ou les enlevant, comme en 2011. »

 

Économie : « La dramatisation est contre-productive »

Économie : « La dramatisation est contre-productive »

Le président-délégué du Medef Patrick Martin s’agace de la dramatisation excessive de la crise économique par les responsables gouvernementaux, on rajoute ainsi de la crise à la crise. Le président délégué du Medef en profite pour égratigner la convention sur le climat dont le principal défaut est de n’avoir rien chiffré au plan financier ( un oubli récurrent chez certains lobbyistes écolos NDLR).  interview la tribune.

 

 

  »Technocrate, rigide, inexpérimentée dans ses nouvelles responsabilités » ; ainsi est volontiers qualifiée Elisabeth Borne, qui succède à Muriel Pénicaud : le casting du ministère du Travail et, au-delà, la coloration d’ensemble du gouvernement Castex, vous apparaissent-ils (in)appropriés à l’envergure du chantier économique et social ?

Patrick Martin : (Silence). Nous avons travaillé de manière convenable avec Muriel Pénicaud, surtout depuis l’irruption du séisme pandémique. De notre côté, nous espérons que les nouvelles conditions nous permettront de faire mieux.

146 sur 150 : c’est le nombre de propositions issues de la Convention citoyenne pour le Climat que le chef d’Etat s’est engagé à initier. Auxquelles souscrivez-vous franchement, lesquelles dénoncez-vous franchement ? Plus globalement, applaudissez-vous franchement une « première » démocratique saluée ?

Dès l’installation de la Convention, nous avons opté pour une attitude constructive de dialogue. Abstraction faite du processus démocratique (tirage au sort) qui, en témoigne le courroux de parlementaires, est contestable, notre sentiment est contrasté. Nous partageons l’analyse d’ensemble, mais nous regrettons l’état d’esprit général qui a présidé à la tenue des débats et à la teneur des préconisations : le prisme retenu est celui d’une contrainte, d’une coercition, d’injonctions culpabilisantes à nos yeux inappropriées.

Le mouvement des Gilets jaunes l’a démontré : lorsque les citoyens n’acceptent pas une réforme, ils ne peuvent pas se l’approprier et même ils la combattent. De « mauvaises » méthodes peuvent faire avorter une « bonne » idée. Exemple ? La rénovation des bâtiments. Il s’agit là d’un engagement que nous-mêmes, au Medef, estimons majeur. Mais enfermer le déploiement dans un calendrier insupportable – 30 millions de logements en dix ans – s’avérera contre-productif, et surtout fragilisera des propriétaires qui, faute de moyens financiers pour mener la rénovation, verront ce qui souvent est leur seul bien, cruellement se dévaloriser. Autre exemple : la suppression des vols intérieurs lorsque la durée des trajets en train est inférieure à… quatre heures – finalement ramenée à deux heures trente : a-t-on songé aux conséquences économiques et sociales dans certains territoires ? Enfin, last but nos least : aucun chiffrage n’a été produit ! Le mieux est parfois l’ennemi du bien…

« Ségur de la santé ou Ségur de l’hôpital » ?

« Ségur de la santé ou Ségur de l’hôpital » ?

 

Indiscutablement la discussion baptisée Ségur de la santé s’est conclue par un succès caractérisé par un compromis sur la revalorisation salariale dans les hôpitaux et pas seulement pour les médecins. Le compromis a été tenu largement par les syndicats majoritaires. Reste il s’agit essentiellement d’une négociation concernant les hôpitaux et non le champ entier de la santé qui comprend évidemment d’autres établissements de soins et bien d’autres  acteurs comme par exemple les médecins libéraux mais plus largement d’autres soignants.

Il fallait évidemment crever cet abcès de l’hôpital qui constitue un foyer d’infractions sociales depuis des mois et des mois bien avant la crise du Coronavirus. Cette première phase était indispensable En accordant 7,5 milliards d’euros de revalorisation salariale aux personnels non-médicaux, l’exécutif concède «la plus grosse augmentation de revenu jamais proposée dans ce pays», de l’aveu d‘Olivier Véran. Le CFDT ne s’y est pas trompée, qui a salué «un accord historique», suivie par FO et l’Unsa, transformant le texte soumis à la signature des syndicats en accord majoritaire.  En fait on a surtout revalorisé les rémunérations mais deux questions importantes restent à traiter : la réorganisation même de l’hôpital public et son articulation avec l’ensemble du dispositif sanitaire. Deux aspects également fondamentaux qui pour l’instant ne semblent pas figurer sur l’agenda gouvernemental

la France m’a abandonné » (Carlos Ghosn )

la France m’a abandonné » (Carlos Ghosn )

L’ ancien PDG de Renault accuse les pouvoirs publics français de l’avoir abandonné dans l’affaire Nissan au Japon. La déclaration peut paraître excessive chez quelqu’un qui finalement a réussi grâce à son influence et à son argent à échapper au piège infernal conduit non seulement par Nissan mais aussi par le gouvernement japonais. De toute évidence, Carlos Ghosn  n’est pas un saint, il a sans doute un peu abusé des largesses des entreprises qu’il dirigeait. Ceci étant  s’il fallait mettre en prison tous les dirigeants qui ont un peu trop confondu  leur portefeuille avec la trésorerie de leur entreprise, il faudrait sans doute lancer un immense plan de construction de prisons spécifiques.

Carlos Ghosn  a sans doute été beaucoup trop gourmand. Ce n’est toutefois pas ce motif qu’il est tombé mais d’abord en raison des querelles intestines notamment chez Nissan. Il y avait d’abord des questions de jalousie personnelle de certains dirigeant japonais de Nissan. Mais tout cela s’est déroulé sur fond de rejaponisation n de l’économie nipponne. Avec le soutien en particulier d’un premier ministre très nationaliste. En fait,  on a reproché à Carlos Ghosn  de continuer de diriger une entreprise au motif qu’il l’avait sauvée. En clair le Japon voulait récupérer Nissan assaini et se détacher de Renault.

Il est vrai que la France n’a pas manifesté un grand enthousiasme pour défendre Carlos Ghosn . Pour dire vrai elle l’a complètement laissé tomber. Il faut voir derrière cette affaire la haine récurrente de Macon vis-à-vis d’un chef d’entreprise un peu trop puissant, un peu trop efficace aussi il faut bien dire un peu trop gourmand. Sur le plan stratégique Carlos Ghosn  a aussi fait des erreurs comme d’autres d’ailleurs dans cette industrie en pleine mutation.

On ne devrait cependant pas oublier que Carlos zone a d’abord réussi à sauver Renault menacé de disparition. Ensuite qu’il a sauvé Nissan puis qu’il a été capable de créer l’un des premiers groupes mondiaux d’automobiles. Il a commis sans doute des erreurs stratégiques par exemple sur le problème des perspectives de la voiture électrique voire sur d’autres aspects. Tout cela ne justifiait sans doute pas que la France abandonne à ce point Carlos Ghosn .

Encore une fois c’est loin d’être un saint mais c’est un patron qui a fait la preuve de son efficacité même si son tempérament est souvent assez insupportable . ? Dans un entretien accordé à la chaîne Al Arabiya, l’homme d’affaires s’en prend à l’État français, estimant avoir été «abandonné» par les pouvoirs publics. «Le gouvernement français m’a aidé de la même manière qu’ils aideraient n’importe quel citoyen, sans plus», a-t-il jugé.

«Ils m’ont soutenu brièvement, puis ils m’ont abandonné en novembre», a regretté l’homme d’affaires, qui estime ne pas avoir obtenu de traitement de faveur, malgré son rôle d’ancien PDG et sa contribution «majeure» à l’économie française. «Ils m’ont soutenu le premier mois. Je pense que ce soutien aurait dû être meilleur. Un officiel m’a dit que s’il avait été président de la République, il m’aurait fait sortir en 24h. L’ambassadeur américain au Japon a dit à son homologue français que si j’avais été président d’une entreprise américaine, j’aurais été dehors en 24h», s’est-il insurgé.

«lls m’ont traité encore moins bien qu’un citoyen français lambda. C’est un point négatif que je retiens à l’encontre de la France», a-t-il ajouté, considérant que le Liban était le «seul gouvernement à ses côtés» durant ces moments difficiles. «La seule personne qui est venue me rendre visite au Japon était l’ancien président Nicolas Sarkozy, qui m’a rencontré une demi-heure à l’ambassade de France au Japon lorsqu’il représentait Emmanuel Macron à la cérémonie organisée pour le nouvel empereur japonais», s’est souvenu l’ex-PDG de Renault.

Aujourd’hui, Carlos Ghosn explique avoir été lâché par une grande partie de son entourage : «tous ceux autour de moi voulaient mon bonheur. 98% de ces personnes ne me parlent plus, mais 2 à 3% me sont restées loyales. Et, bien entendu, je récompenserai leur loyauté. Ma chute m’a montré qui sont les personnes loyales sur qui je peux compter», a-t-il déclaré. Il a promis de revenir sur les «fausses» accusations portées par les autorités japonaises «dans un livre qui sera publié avant la fin de l’année». Ce dernier devrait contenir des «documents et des témoins» pour appuyer ses déclarations. L’affaire est donc plus complexe qu’il n’y paraît que ce mail des enjeux de stratégie économique et technologique, des enjeux politiques et les rapports exécrables entre Macon et Carlos gone.

 

On attend quoi pour la relance ? (Bertrand)

On attend quoi pour la relance ? (Bertrand)

Le  président de la région Nord « (» les Hauts de France ») s’étonne de la lenteur du plan de relance promis par le gouvernement dans une interview au JDD.

« C’est maintenant qu’il faut un plan de relance : qu’est-ce qu’on attend?! » Dans un entretien au Journal du DimancheXavier Bertrand accuse Emmanuel Macron de trop tarder à prendre des mesures face à la crise économique. « L’urgence absolue, c’est l’emploi, l’emploi, l’emploi! » martèle le président des Hauts-de-France. La semaine dernière, il a présenté un plan de relance pour sa région d’1,3 milliard d’euros. Xavier Bertrand détaille ses propositions et défie le chef de l’Etat de les reprendre à son compte. « Au bout d’un moment, y en a marre des beaux discours! » s’emporte l’élu. Il réclame des exemptions de charges et des baisses de TVA, « quoi qu’il en coûte ».

 

Selon Emmanuel Macron, la « rentrée sera difficile ». Êtes-vous d’accord?
Qu’il dise la vérité. Ce ne sera pas seulement « difficile ». Nous n’aurons jamais connu une telle rentrée économique et sociale. Quand Bruno Le Maire parle de 800.000 demandeurs d’emploi de plus d’ici à la fin de l’année, il dit la vérité. Le combat que nous aurons à mener à partir de la rentrée, c’est contre le chômage de masse. Je ne comprends pas qu’on attende plusieurs mois pour préparer un plan de relance.

Si on attend la rentrée, nous ne serons pas prêts au moment où nous encaisserons le premier choc de la crise

Bruno Le Maire en prépare un pour la fin août…
Pourquoi attendre fin août? C’est beaucoup trop tard! On nous avait promis un plan massif pour l’emploi des jeunes pour début juillet. Il n’y a toujours rien. Une fois que des mesures sont votées, il faut toujours du temps pour qu’elles s’appliquent de façon efficace. Dans les Hauts-de-France, nous avons voté un plan de relance de 1,3 milliard d’euros la semaine dernière. Si on attend la rentrée, nous ne serons pas prêts au moment où nous encaisserons le premier choc de la crise. Il faut aller beaucoup plus vite.

Est-ce vraiment possible?
Un projet de loi de finances rectificatif [PLFR] est en cours de discussion au Parlement. Des premières mesures pour l’emploi peuvent, et doivent être votées dès ce mois de juillet. Ce n’est pas quand un tsunami arrive sur la plage qu’il faut dire « on va se préparer ». C’est maintenant qu’il faut un plan de relance : qu’est-ce qu’on attend?! L’État se doit de protéger les Français, un chef de l’État doit les rassurer et leur inspirer confiance. C’est une des clefs de la reprise.

Qu’attendez-vous de l’intervention d’Emmanuel Macron, le 14 juillet?
Qu’il dise la vérité sur les deux principales préoccupations des Français : l’emploi et la crise sanitaire. Aucun plan de relance ne tiendra s’il n’y a pas cette fois-ci une bonne anticipation d’une nouvelle vague de l’épidémie. Je veux donc que le chef de l’État soit très clair : où en est-on de la préparation face à une deuxième vague? Qu’est-ce qui est prévu cette fois-ci pour nous protéger? Quelles sont les consignes claires pour les gestes barrière et le port du masque? Quels sont les stocks actuels de masques? Aura-t-on assez de tests? A-t-on refait des stocks suffisants de médicaments en réanimation? Les règles de continuité de l’activité des entreprises et des collectivités doivent être précises. J’attends aussi que le Président nous confirme mardi que la France sera bien le premier pays au monde servi avec le vaccin de Sanofi, entreprise française. Certains pays ont déjà fait des préréservations de vaccins. Emmanuel Macron est allé le 16 juin chez Sanofi : j’espère qu’il n’a pas parlé que de la relocalisation du Doliprane…

Les gens n’attendent pas des envolées lyriques mais des mesures concrètes. L’urgence absolue, c’est l’emploi, l’emploi, l’emploi!

Emmanuel Macron a affirmé que la reconstruction économique était une priorité. En doutez-vous?
Les grands mots d’Emmanuel Macron n’intéressent plus grand monde. Les gens n’attendent pas des envolées lyriques mais des mesures concrètes. L’urgence absolue, c’est l’emploi, l’emploi, l’emploi! À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Lesquelles?
Je fais des propositions précises. Pour ne pas avoir une génération sacrifiée, mettons en place un contrat d’accès à l’emploi pour les jeunes. Jusqu’à 30 ans et un salaire de deux smics, un CDD d’au moins six mois donnerait droit pour l’employeur à une prime de 5.000 euros et à une exonération des charges patronales et salariales. Si c’est un CDI, la prime s’élèverait à 10.000 euros, avec là aussi une exonération totale de charges. Ainsi, parce qu’on aura allégé considérablement le coût du travail des jeunes, les entreprises n’attendront pas pour embaucher. Et je vais plus loin. Pour les précaires, ceux qui sont en fin d’intérim et les contrats courts, il faut mettre en place le même dispositif pour le premier CDI.

L’effondrement économique et social est un péril beaucoup plus grave et plus imminent que la dette. Le « Quoi qu’il en coûte », c’est toujours d’actualité!

Combien coûteraient ces mesures à l’échelle nationale?
Environ 10 milliards d’euros. C’est important, mais l’effondrement économique et social est un péril beaucoup plus grave et plus imminent que la dette. Le « Quoi qu’il en coûte », c’est toujours d’actualité!

Quid des commerçants et des indépendants ?
Je ne veux pas qu’ils soient les grands oubliés. Commerçants, artisans, autoentrepreneurs, professions libérales… Beaucoup n’auront plus d’activité, plus de revenu et donc rien pour vivre, manger, ou habiller leurs enfants. La pseudo-réforme de l’assurance chômage dont ils devaient bénéficier a fait pschitt. Les conditions sont telles que quasiment personne n’en bénéficiera. Pour ces indépendants sans revenus, je propose une garantie revenu-formation. Je préfère qu’ils soient en formation avec une indemnisation plutôt qu’au RSA. C’est ce que je mets en place dans les Hauts-de-France.

Comment soutenir les entreprises?
Baissons la TVA dans la restauration à 5,5%. Mais pas dans trois mois : tout de suite, dès le 1er août et pour douze mois. Il suffit d’inclure cette mesure dans le PLFR. C’est une mesure de soutien simple et massive pour sauver des emplois qui ne sont pas délocalisables. Abaissons aussi la TVA dans le bâtiment à 5,5%. Ainsi, on évitera le travail au noir et on aidera puissamment le secteur de l’artisanat et du bâtiment. Par ailleurs, je demande depuis deux mois à Bercy de transformer les PGE [prêts garantis par l'État] en fonds propres pour les PME et les ETI. Pour les TPE, la seule solution, c’est l’annulation des charges.

Tout cela coûte très cher…
Et si Bercy sortait de ses raisonnements traditionnels? Si l’économie s’effondre, l’État perdra toutes ses recettes fiscales, et pour longtemps. Il lui faudra en plus financer des dépenses sociales considérables. Sans compter le gâchis humain, la casse économique et sociale. À une époque, on nous disait que l’exonération des heures supplémentaires coûtait cher. Mais Bercy ne calculait pas ce que la consommation supplémentaire générait comme recettes de TVA en plus. Il y a des dépenses plus intelligentes que d’autres : celles qui recréent de l’activité et de la cohésion sociale.

Je m’opposerai à la mise en œuvre de la réforme de l’assurance chômage

Faut-il renoncer à la réforme de l’assurance chômage ou la reporter, comme l’envisage le gouvernement?
Je m’opposerai à la mise en œuvre de cette réforme, dont l’objectif n’est pas de ramener vers l’emploi, mais de faire des économies. Elle va précariser les chômeurs. Par temps calme, elle était vicieuse car, d’après les partenaires sociaux, 850.000 personnes allaient perdre jusqu’à 200 euros par mois. Je sais bien que la politique du Président n’est pas faite pour les Français qui ont des problèmes de fin de mois, mais appliquer aujourd’hui une telle réforme est impensable.

Faut-il réduire les impôts de production comme le prône Bruno Le Maire?
Bruno Le Maire dit cela depuis mai 2019, Emmanuel Macron depuis octobre 2019. Ils veulent le faire? Pourquoi alors avoir rejeté à l’Assemblée nationale, cette semaine, l’amendement que j’avais coécrit avec des députés des Hauts-de-France? J’y proposais que toute implantation nouvelle ou extension d’activité d’une entreprise industrielle ou artisanale donne droit à une exonération de CVAE [cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises] de la part du Conseil régional. Depuis un an que je le propose, on me dit toujours : « Il faut attendre. » Au bout d’un moment, y en a marre des beaux discours! Ça fait aussi deux ans que j’ai proposé au président de la République, qui m’avait dit « oui », de créer une zone franche à Calais pour attirer les entrepreneurs britanniques. Je lui ai fait plusieurs courriers depuis. Aucune nouvelle.

Emmanuel Macron n’aime que les grands discours!

Comment l’expliquez-vous?
Emmanuel Macron n’aime que les grands discours! À moins qu’il ne veuille pas aider les Hauts-de-France? Mais alors il faut le dire clairement! Je ne lâcherai pas cette idée, d’autant que les entrepreneurs y sont favorables. Le gouvernement a dit non à l’Assemblée, mais il peut encore dire oui au Sénat.

Vous prônez un système de prêt de main-d’œuvre. Comment ça marche?
L’idée est de pouvoir transférer beaucoup plus facilement, avec leur accord, des salariés d’un secteur d’activité à un autre pour un temps donné. Ma Région est prête à cofinancer leur formation. Un exemple : le secteur aéronautique est à la peine, alors que le ferroviaire a des carnets de commandes bien remplis. Si les salariés de sous-traitants aéronautiques vont travailler chez Bombardier et Alstom Transport, les trains seront livrés à temps et les salariés ne connaîtront pas le chômage. Je demande de la souplesse. Et qu’on nous fasse confiance.

La relance doit-elle être écologique?
Dans les Hauts-de-France, nous avons déjà mis en place Rev3, la troisième révolution industrielle, qui accélère sur la rénovation thermique ou les nouvelles énergies comme l’hydrogène et le photovoltaïque. Nous avons aussi postulé pour être Région pilote du « Green new deal » de la Commission européenne. Je suis convaincu que l’écologie sera un fer de lance de la relance économique et sociale. Portons des grands projets d’infrastructure à neutralité carbone : comme le canal Seine-Nord-Europe, faisons le Lyon-Turin et une liaison ferroviaire bassin minier-Lille.

Emmanuel Macron dit aussi qu’il faut travailler plus…
Qu’on fasse déjà travailler plus… de monde!

 

Faut-il remettre en chantier la réforme des retraites? Les partenaires sociaux y sont hostiles…
Pour une fois, Emmanuel Macron a réussi à rassembler patronat et syndicats… contre lui! C’est irresponsable de rouvrir maintenant ce dossier des retraites, surtout pour faire une réforme comme celle-là : ni claire, ni courageuse, ni juste. S’il fait cela, c’est pour faire croire qu’il est réformateur, pour avoir encore des chances d’être candidat à sa réélection en 2022. C’est au moment de la présidentielle que ce sujet devra être tranché. Risquer à nouveau un blocage complet du pays juste pour pouvoir dire « j’ai fait ma réforme », c’est irresponsable. Les priorités sont ailleurs.

Avez-vous parlé de vos propositions au nouveau Premier ministre, Jean Castex, votre ancien directeur de cabinet?
C’est quelqu’un de bien, qui révèle tout ce qu’Emmanuel Macron n’est pas. Jean Castex a un ancrage local et les pieds sur terre, quand le Président préfère les envolées lyriques… J’aimerais que mes propositions soient reprises par le président de la République et le gouvernement. Si c’est le cas, je n’hésiterai pas à le saluer, et ma Région sera partenaire. Toute la question est de savoir si, pour le chef de l’État, nous sommes un partenaire efficace ou encombrant…

Ou plutôt en opposant?
S’opposer à une politique qui n’est pas faite pour les gens aux fins de mois difficiles, alors oui, j’assume! La théorie macroniste du ruissellement, ça ne marche déjà pas par temps calme, mais en temps de crise c’est une faute. Et je ne laisserai pas à la gauche la plus radicale le monopole de la lutte contre les inégalités. C’est un gaulliste social qui vous le dit.

 

Hong Kong: la police chinoise met déjà la pression sur un institut de sondage !

Hong Kong: la police chinoise met déjà la pression sur un institut de sondage !

 

A Hong Kong, l’opposition a installé des bureau de vote samedi pour les primaires visant à sélectionner les candidats démocrates qui auront les meilleures chances de succès aux élections législatives de septembre.

Ces primaires interviennent moins de deux semaines après que Pékin a imposé une nouvelle loi de sécurité nationale.

Vendredi, la police a perquisitionné le bureau de l’enquêteur indépendant Robert Chung, dont l’Institut de recherche sur l’opinion publique de Hong Kong (HKPORI) aide à organiser l’élection, ce qui a suscité chez les militants des inquiétudes quant à une interférence dans le scrutin.

Bien que les primaires ne concernent que le camp de l’opposition, les spécialistes estiment que leur résultat pourra servir de test pour jauger de l’opposition à la nouvelle loi.

Assurance chômage,: un report de la date de la réforme

Assurance chômage: un report de la date de la réforme

 D’après Laurent Berger de la CFDT, le Premier ministre ne serait pas opposé à un report du calendrier de la réforme très contestée par les syndicats de l’assurance chômage.

“On demande son abandon mais on a senti chez le Premier ministre hier une ouverture pour dire ‘on peut la décaler’ en attendant de voir ce que seront vraiment (…) les conséquences de cette crise sanitaire sur l’explosion des chiffres du chômage”, sur FranceInfo.

“Il ne fallait pas l’appliquer au départ parce qu’elle était profondément injuste et elle sanctionnait beaucoup les demandeurs d’emplois. Maintenant, en plus, elle est totalement inadaptée, donc il faut la repousser dans l’application (…). Ce qui m’intéresse, c’est que les demandeurs d’emplois, au 1er septembre, ne se voient pas appliquer des règles qui les sanctionneraient”, a-t-il ajouté.

Ces déclarations interviennent au lendemain d’une première journée de rencontres entre le nouveau Premier ministre et l’ensemble des partenaires sociaux – qui se poursuivent vendredi – pour évoquer, outre la réforme de l’assurance chômage, le plan de relance de l’économie, le chantier des retraites ou encore celui de l’autonomie.

La mort d’un chauffeur de bus : pour un statut juridique protecteur des agents de service public

 La mort d’un chauffeur de bus : pour un statut juridique protecteur des agents de service public

 

C’est un peu la tradition après un drame comme celui l’assassinat du chauffeur de bus de Bayonne. La presse en rend compte, des manifestations de compassion sont organisées, le ministre se déplace puis on oublie presque. Darmanin, le ministre de l’intérieur a promis de “réaffirmer l’autorité” et de protéger “les honnêtes gens” en réponse à l’émotion créée par le décès d’un chauffeur de bus de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) violemment agressé alors qu’il travaillait. Ce n’est pas malheureusement la première est sans doute la dernière agression d’un agent assurant une mission de service public ( pompiers, agents du transport, médecin, ambulance voire  forces de l’ordre).

Ces agents assurent ces obligations de service public dans des conditions de plus en plus difficile et devraient pourtant pouvoir bénéficier d’un statut juridique plus protecteur. En clair, on pourrait aller jusqu’à des peines de prison à perpétuité pour toute agression ayant mis en danger la vie d’un de ses agents.

Aucune tolérance ne devrait être acceptée. Une échelle des peines devrait rendre compte du fait que la société n’accepte plus la moindre obstruction, contestation a fortiori agression contre un de ses représentants agissants pour le service public.

Après les déclarations du ministre de l’intérieur, la tolérance vis-à-vis des actes d’indiscipline et a fortiori agression doive être traitée juridiquement.

 

 

“C’est un acte parfaitement odieux, inqualifiable, et je fais confiance à la magistrature pour pouvoir mener avec les enquêteurs de la police de Bayonne tout ce qui pourra être fait pour pouvoir confondre ceux qui ont commis ces actes barbares”, a déclaré à la presse Gérald Darmanin, qui a rencontré à Bayonne des collègues du chauffeur défunt.

“Jamais, comme ministre de l’Intérieur, jamais le président de la République et le Premier ministre ne vont laisser se banaliser une violence gratuite, inacceptable”, a-t-il ajouté.

Gérald Darmanin a dit son intention de mobiliser les acteurs concernés par la sécurité dans les transports en commun.

“Je sais que trop souvent les conducteurs de bus, les conducteurs de métro, les contrôleurs, les citoyennes et les citoyens, les honnêtes gens, ont peur”, a-t-il dit. “Nous sommes là pour les rassurer et leur dire qu’on a bien compris que dans cette situation particulièrement dramatique, c’est en réaffirmant l’autorité qu’on arrivera de nouveau à réaffirmer la République.”

Projets éoliens Chigné et Chenevelles : illégalement dans la zone des 500 m

Projets éoliens Chigné et Chenevelles  : illégalement dans la zone des 500 m

 

Deux exemples récents montrent que certains promoteurs s’assoient délibérément sur la règle qui impose une distance de 500 m entre les éoliennes et les zones d’habitation. C’est ce qu’affirme l’association Vent des forts, qui milite contre le projet. « L’étude approfondie du dossier d’autorisation environnemental de la société Valéco a dévoilé la non-prise en compte d’une maison d’habitation sur l’une des communes du projet éolien (à Chenevelles -86). Cette maison [...] se situe à 390 m (315 m en bout de pale) de l’éolienne Bos-2 et à 430 m (335 m en bout de pale) de l’éolienne Bos-3 soit 335 m ».

 

Même chose pour les éoliennes qui viennent d’être installées à Chigné dans le Maine-et-Loire ; une construction à moins de 500 m a été ignorée. L’association locale vigilance environnement vient d’ introduire une demande d’annulation auprès du tribunal administratif.
Or, , « les articles L553-1 et 515-44 du code de l’environnement [...] prévoient de respecter scrupuleusement un éloignement minimum de 500 mètres entre les installations et les habitations ».  Les associations estiment ses projets complètement illégaux. Pour faire passer la pilule, certains promoteurs considèrent que les bâtiments n’ont pas forcément de caractère d’habitation ou bien qu’ils  peuvent être démolies dans un arrangement entre le promoteur et le propriétaire du terrain. Bref la régulation à la mode des marchands de vaches d’il y a 50 ans avec une poignée de main et peut-être davantage comme forme de compréhension mutuelle de la législation.

« Ne pas réduire l’écologie à la trottinette et aux éoliennes» (Olivier Rey)

« ne pas réduire l’écologie à la trottinette et aux éoliennes» (Olivier Rey)

Le philosophe conteste la vision réductrice, radicale voire gauchisante des Verts dans une interview au Figaro. Si effectivement il y a adhésion de plus en plus grande à la problématique environnementale de la part de l’opinion, il y a pour le moins confusion, contradiction et parfois même instrumentalisation de l’évolution de la sensibilité écologique qui s’est manifestée notamment à l’occasion des municipales

LE FIGARO.- Les élections municipales ont été marquées par une poussée du vote écolo dans les grandes villes. Comment analysez-vous ce phénomène?

Olivier REY.- Il me semble que deux facteurs se combinent. D’une part, l’inquiétude très légitime suscitée par l’état alarmant de la nature, exploitée à outrance, qui dispose à voter pour ceux qui disent placer ce problème au centre de leurs préoccupations. D’autre part, un certain désarroi politique: après la droite, la gauche, le «en même temps», tous décevants, l’écologisme capte les voix d’électeurs qui ne savent plus trop vers qui se tourner.

À titre personnel, vous reconnaissez-vous dans la vision et les propositions des Verts? En quoi consisterait une véritable politique écologique?

J’adhère à certaines propositions des Verts, je ne partage pas leur vision.

Pétrole: une légère hausse de la demande

Pétrole: une légère hausse de la demande

 

Pour l’agence internationale de l’énergie la baisse la demande de pourrait être moins importante que prévu en 2020. L’agence prend cependant des précautions oratoires en indiquant que tout cela dépendra évidemment de l’évolution du Coronavirus et de ses conséquences économiques et sociales. Des prévisions donc qui seront sans doute encore réajustées  d’ici la fin d’année La demande, qui a moins diminué que prévu au deuxième trimestre, devrait se situer à 92,1 millions de barils par jour (bpj), soit 400 000 bpj de plus que les projections du mois dernier, selon le rapport mensuel de l’AIE qui coordonne les politiques énergétiques des pays industrialisés.

“Alors que le marché du pétrole a indubitablement réalisé des progrès (…) le nombre important, et dans certains pays l’accélération, des cas de COVID-19 est un rappel inquiétant du fait que la pandémie n’est pas maîtrisée et que nos prévisions de marché risquent de se retrouver presque certainement à la baisse”, a indiqué l’agence.

L’assouplissement des mesures de confinement dans de nombreux pays a entraîné une forte reprise des livraisons de carburant en mai, juin et probablement aussi en juillet, estime l’AIE.

Mais selon l’agence, l’activité de raffinage du pétrole en 2020 devrait connaître une baisse plus marquée que celle prévue par l’AIE le mois dernier et sa croissance devrait être moindre en 2021.

“Pour les raffineurs, les avantages apportés par l’amélioration de la demande seront probablement contrebalancés par les prévisions de contraction à venir sur le marché des matières premières. Les marges de raffinage seront également mises à mal par la quantité de stock excédentaire au deuxième trimestre de 2020”, explique l’AIE.

La banque africaine de développement en prise avec ses vieux démons

La  banque africaine de développement en prise avec ses vieux démons

 

Une information du journal l’Opinion rend compte de la nouvelle crise qui affecte la banque africaine de développement en prise avec ses vieux démons. Trois experts de haut niveau (Mary Robinson, Hassan B. Jallow et Leonard F. McCarthy) passent en revue depuis lundi la gestion de la Banque africaine de développement (BAD) à la suite d’accusations qui visent le président nigérian de cette institution panafricaine fondée en 1964, Akinwumi Adesina.

« Jamais, dans l’histoire de la BAD, notre linge sale n’a autant été lavé en public, confie un cadre de la Banque africaine de développement. L’institution importe moins que la survie de son président. » Depuis le printemps, les pro et anti-Akinwumi Adesina s’affrontent via la presse. Celle-ci relate les développements d’un bras de fer mobilisant une armada de politiques, lobbyistes et juristes, de Lagos à Washington en passant par Abidjan, siège de la banque de financement des projets en Afrique.

A l’origine de cette guerre sans merci, les comportements « contraires à l’éthique » d’Adesina révélés par Le Monde, début avril. Dans une lettre envoyée aux gouverneurs de la BAD, plusieurs lanceurs d’alerte (des employés agissant sous le sceau du secret) l’accusent de favoritisme dans de nombreuses nominations de hauts responsables, en particulier de compatriotes nigérians (un beau-frère, un ami d’enfance, d’anciens collaborateurs…). « Environ 25 % des nouveaux managers recrutés » pour la période 2016-2018 « ont été des Nigérians », expliquent ces lanceurs d’alerte. Ils ne représentaient auparavant que 9 % des embauches, soit l’équivalent de la quote-part du Nigeria dans l’actionnariat.

Autre reproche : la nomination et la promotion de personnes soupçonnées ou reconnues coupables de fraudes, dont certaines ont obtenu de juteuses indemnités de départ sans être sanctionnées. Akinwumi Adesina est aussi soupçonné de s’être enrichi (non-reversement à l’institution des récompenses de deux prix internationaux totalisant 750 000 dollars, utilisation des ressources de la banque pour faire réaliser sa biographie Against all odds tout en conservant la propriété intellectuelle et les droits d’auteur).

L’histoire avait pourtant bien débuté pour l’économiste agricole de 60 ans. Après avoir décoché un doctorat à l’université Purdue aux Etats-Unis, il occupe différentes fonctions dans les organisations internationales avant que Goodluck Jonathan, l’ex-président nigérian, en fasse son ministre de l’Agriculture en 2011. Deux ans plus tard, il est consacré « personnalité africaine de l’année » par le magazine Forbes.

Tambour battant. Il est ainsi connu lorsque son pays présente sa candidature à la présidence de la BAD, en 2015. Soutenu par plusieurs pays africains et européens dont la France – il parle parfaitement français –, il est élu alors que les Etats-Unis appuient Cristina Duarte, ministre cap-verdienne des Finances.

Adesina débute son mandat tambour battant. Prêcheur ayant rodé ses discours dans les églises, il sait capter le public et se mettre en scène. Rapidement, il accroît la visibilité internationale de la banque. Toujours tiré à quatre épingles, adepte du nœud papillon, il cherche trop la lumière pour ses détracteurs et ne délivre pas assez, même s’il est toujours sur la photo aux côtés de Trump, Kagamé, Trudeau ou des stars… de la NBA. Voulant réorganiser la BAD, il se sépare de nombreux collaborateurs dont plusieurs vice-présidents et directeurs de département, attisant des rancœurs en interne.

« Adesina s’est lancé dans l’hyper-extension en faisant beaucoup de communication mais la structure a du mal à suivre. Et comme le président a viré pas mal de personnes, il y a des trous dans la raquette»

En octobre 2019, il annonce une augmentation de capital géante de 115 milliards de dollars. Objectif : porter ce capital à 208 milliards de dollars d’ici à 2030. Peu de pays, en dehors de l’Allemagne, y répondent favorablement. En 2018, les actionnaires africains et étrangers n’avaient pas libéré plus de 7 milliards. Et le portefeuille de projet de la BAD est de la taille de celui de l’Agence française de développement, soit 27 milliards de dollars pour la période 2019-2021.

La BAD reste une institution multilatérale de taille moyenne. Elle ne pèse pas lourd face à la Banque mondiale dont elle a besoin pour cofinancer des projets. « Adesina s’est lancé dans l’hyper-extension en faisant beaucoup de communication mais la structure a du mal à suivre, estime un actionnaire de l’institution. Et comme le président a viré pas mal de personnes, il y a des trous dans la raquette. Enfin, le board est sur son dos, notamment en matière de gouvernance ».

Malgré les soupçons, l’institution conserve sa note AAA. La France et l’Allemagne souhaitent éviter, autant que possible, toute déstabilisation financière et un conflit entre actionnaires africains et étrangers. Les Etats-Unis sont dans une posture plus offensive, soutenus par le Japon et les pays nordiques. Leur représentant à la BAD, l’homme d’affaires J. Steven Dowd, proche de Donald Trump, et le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, ont rapidement demandé une enquête indépendante. Leur compatriote, David Malpass, président de la Banque mondiale, est assez critique envers la BAD, accusée de laxisme dans l’attribution de ses crédits.

Intérim. Seul candidat en lice pour sa succession et fort du soutien des pays d’Afrique de l’ouest et de l’Union africaine, Adesina était, en janvier, quasiment assuré de rempiler. Ce n’est plus cas. Les pays d’Afrique australe aimeraient récupérer le poste. Ceux de l’Afrique du nord et de l’est sont divisés.

Akinwumi Adesina s’est donc lancé dans un combat acharné. Il mobilise ses réseaux au sein de la BAD pour y découvrir les lanceurs d’alerte. Et fait jouer ses soutiens, dont son compatriote Olesegun Obansanjo qui a mobilisé plusieurs ex-présidents africains. Il est allé rendre visite au président de son pays, Muhammadu Buhari, qui lui a renouvelé son appui.

Jouant la victime d’un complot ourdi par la Maison Blanche, il convoque régulièrement la mémoire de Nelson Mandela et de Martin Luther King. En vain, puisqu’il n’a pu s’opposer in fine à l’ouverture d’une enquête. Un panel de trois personnes mené par l’avocate Mary Robinson, ancienne présidente d’Irlande, a commencé cette semaine ses investigations. Nul ne sait quand il rendra ses conclusions.

En raison de la crise sanitaire, une réunion extraordinaire des gouverneurs par visioconférence est prévue le 27 juillet pour étudier les modalités de l’élection du futur patron de la BAD. Cela nécessitera une modification des statuts pour l’organiser sans la présence physique des gouverneurs des 80 pays actionnaires (54 pays africains, 26 pays d’Europe, d’Amérique et d’Asie). Le mandat d’Adesina s’achève le 31 août. Il aura besoin de 51 % des voix des actionnaires pour réaliser un second mandat. Or les non-Africains disposent de plus de 40 % des suffrages, ce qui le handicape. S’il n’atteint pas la majorité ou si le scrutin est repoussé, un président intérimaire devrait être nommé.

La science économique: une grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf

La science économique: une grenouille qui veut se faire plus grosse que le bœuf

 

 

Il est indéniable que la science économique est indispensable à la compréhension puis à l’évolution de nos sociétés. Ceci étant  vouloir en faire une discipline quasi universelle qui couvre pratiquement toutes les autres relève d’une prétention un peu ridicule et d’une approche assez corporatiste. Témoin cette tribune -intéressante mais très corpo dans l’Opinion de Bertrand Jacquillat , vice-président du Cercle des économistes. Il est sans doute un peu prétentieux de considérer que la formation économique d’aujourd’hui est susceptible d’embrasser les dimensions non seulement économiques bien sûr mais notamment aussi sociales, environnementales, sociétales voire politiques. Et c’est bien de drame et les limites de l’analyse de trop d’études économiques. Une défense un peu corporatiste de l’expertise économique ne confère aucune légitimité et pertinence à cette discipline nécessaire mais souvent trop réductrice ( que l’approche soit théorique ou empirique). Ce qui est e cause, c’est sans doute la formation ( et l’expérience) des économistes.

 

  »…… Cette discipline ( économie)  est la seule à avoir fait le lien entre les sciences dites « dures » et les sciences sociales. L’approche que constituent l’expérimentation, l’analyse d’expériences, l’étude en laboratoire, la modélisation relève des sciences physiques, mais le but ultime de l’économie est de mieux comprendre les interactions sociales. D’aucuns disent d’elle que sa grille de lecture est trop simpliste ou trop réductrice. Mais c’est la réduire à la seule macroéconomie et aux quelques variables macroéconomiques connues du grand public.

Elle couvre en réalité bien des sujets et renoue avec la sociologie, la psychologie, la géographie ou l’histoire dans la lignée d’un Gary Becker ou d’un Daniel Kahneman, auxquels fut décerné le prix Nobel pour leurs travaux qui débordaient le champ de l’économie stricto sensu. Ce qui fait dire à l’un des auteurs, en conclusion de sa contribution, que l’avenir de l’économie se situait en dehors de l’économie… Une évolution salutaire qui lui permet de dépasser le simple Homo economicus abstrait de la théorie traditionnelle.

Loin de se montrer impérialiste, l’économie témoigne d’une certaine humilité en étant aujourd’hui au plus près des faits et des individus, avec une dimension empirique croissante. Sur la quantité de recherches publiées il y a une trentaine d’années, le ratio entre la théorie et l’empirique était de 50/50. Il est devenu aujourd’hui de 20/80. Une fois le cadre théorique défini, l’abondance toujours plus grande de données très granulaires, aussi fines que désagrégées et souvent à haute fréquence, permet d’observer, comme le ferait un biologiste avec son microscope, le comportement des individus et des organisations, en matière de production, d’achat, etc.

« Certains chercheurs s’attellent à refonder la macroéconomie à partir de la microéconomie, ce dont ont rêvé les générations d’économistes qui les ont précédées sans même tenter de s’y coller, tant la tâche leur semblait impossible »

Facilitateurs « d’honnêteté ». Cela ne veut pas dire pour autant que toute formalisation mathématique est abandonnée. Car comme le rappelle l’un des contributeurs, si la mathématisation et l’analyse statistique rigoureuse sont parfois perçues de l’extérieur comme artificielles, comme une manière de se retrouver entre experts, elles sont avant tout des facilitateurs « d’honnêteté » selon sa jolie formule. Elles obligent le chercheur à s’exposer à la contradiction, à aller au-delà de la simple intuition, à ne pas tomber dans les sophismes ou les incantations, nombreux sur les questions de société.

Même s’ils font preuve d’humilité, ces chercheurs n’en sont pas moins ambitieux. Certains d’entre eux s’attellent à refonder la macroéconomie à partir de la microéconomie, ce dont ont rêvé les générations d’économistes qui les ont précédées sans même tenter de s’y coller, tant la tâche leur semblait impossible. C’est devenu aujourd’hui envisageable pour la raison évoquée plus haut, le cloud ; les données microéconomiques qui faisaient cruellement défaut pour effectuer en pratique cette grande agrégation sont désormais disponibles.

L’un de ses promoteurs illustre comment la microéconomie peut « informer » la macroéconomie. Au cours des dernières années on observe, surtout aux Etats-Unis, une concentration accrue dans tous les secteurs qui s’accompagne d’une augmentation des profits agrégés, ce qui fait craindre l’émergence de nouveaux monopoles. Mais cette augmentation des profits agrégés ne résulte pas de la hausse des profits des entreprises individuelles, mais de l’augmentation de la taille des entreprises les plus rentables. Il s’agit d’un simple effet de pondération, qui conduirait à la mise en œuvre d’une politique industrielle et de la concurrence autre que celle qui serait entreprise sur la base de l’observation des seules données macroéconomiques.

Par la diversité des thèmes qu’ils abordent, le pragmatisme et la diversité de leurs approches, sans pour autant sacrifier à la rigueur, ces économistes français, devenus par ailleurs très influents dans leur milieu naturel universitaire, ouvrent la voie au retour de l’expertise économique dans le débat public. »

Bertrand Jacquillat est vice-président du Cercle des économistes et senior advisor de J. de Demandolx Gestion.

« Ségur de la Santé » accord d’une majorité

« Ségur de la Santé » accord d’une majorité

 

Un accord finalement rondement mené en quelques semaines sur la revalorisation essentiellement de la rémunération des personnels de santé a été finalisé et accepté par une majorité de syndicats. Bien entendu,  cet accord est loin de tout régler notamment la réorganisation du système sanitaire et en plus en plus concerne  essentiellement  les hôpitaux et leur personnel. Mais cette discussion montre qu’il est parfois possible d’aboutir rapidement à des compromis entre pouvoirs publics et les partenaires sociaux. “Oui, on s’engage là-dessus parce que cet accord, c’est un gain salarial”, avait annoncé dans la matinée sur France Info Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT. “Il y a des moments où il faut conclure, c’est le moment de conclure”, avait-il ajouté, évoquant un compromis très positif pour les personnels de l’hôpital public.

Force ouvrière a également indiqué, après consultation de sa base, avoir reçu un “mandat clair” pour valider ce protocole d’accord.

“Néanmoins, ajoute la centrale dans un communiqué, ce protocole de revalorisation n’est qu’une étape et ne serait être le solde de tout compte.”

FO estime ainsi que sur les conditions de travail, le financement des hôpitaux et l’investissement, l’issue de cette consultation n’est pas encore à la hauteur de ses attentes.

L’accord validé vendredi soir prévoit que la revalorisation de 180 euros des salaires mensuels du personnel non médecin de se fera en deux temps: en septembre prochain puis en mars prochain.

Le nouveau Premier ministre, Jean Castex, avait annoncé mardi soir qu’il ajouterait un peu plus d’un milliard d’euros à l’enveloppe destinée au personnel hospitalier paramédicaux, c’est-à-dire le personnel administratif, les infirmiers et les aides-soignants, la faisant passer ainsi de 6,4 à 7,5 milliards d’euros.

Le « Ségur de la santé » : hausse des salaires de 180 € nets mensuels

Le « Ségur de la santé » : hausse des salaires de 180 € nets mensuels

Après sept semaines de discussions et une dernière séance de près de onze heures mercredi soir, le « Ségur de la santé » pourrait enfin aboutir. Le ministre de la Santé, Olivier Véran, et les syndicats sont parvenus dans la nuit du 8 au 9 juillet à un projet d’accord sur la répartition des 7,5 milliards d’euros promis aux salariés des hôpitaux publics, en première ligne face au coronavirus.

Mesure phare, le document prévoit une hausse de salaire de 180 euros net mensuel pour l’ensemble des personnels hospitaliers publics (infirmiers, aides-soignants, mais aussi agents ­tech­niques administratifs), à l’exception des médecins qui font l’objet de négociations séparées. L’augmentation de salaire, qui concerne à la fois les salariés des hôpitaux et ceux des Ehpad publics, interviendra en deux temps : une ­première revalorisation de 90 euros est programmée au 1er septembre, suivie d’une seconde en mars 2021. Les personnels du secteur privé devraient quant à eux bénéficier aussi d’une hausse en deux temps, pour un montant total de 160 à 170 euros.

 

Parallèlement, le protocole d’accord prévoit une refonte des « grilles » de salaires pour certains métiers soignants et médico-techniques, de l’ordre de 35 euros net par mois en moyenne selon le ministère. En ce qui concerne le volet sur l’emploi souhaité mardi par Jean Castex, 15.000 embauches, dont la moitié correspond à des créations de postes et l’autre moitié à des recrutements sur des postes non pourvus, sont annoncées. Enfin, le projet d’accord entérine la hausse de certaines primes, notamment pour le travail des dimanches et jours fériés.

La grande distribution met la main sur le bio

La grande distribution met la main sur le bio

 

 un chiffre d’affaires de près de 12 milliards en 2019 et une progressions de 14 %. Désormais la grande distribution a pris la plus grande part de marché ( 55 % parenthèse. En cause les efforts faits par les industriels ont multiplié les références bio. Une avancée certaine vers une plus grande qualité des produits. Reste cependant à vérifier le caractère réellement bio de certaines productions. Comme par exemple les œufs nourris en partie avec des farines plus ou moins de synthèse dont la composition peut être douteuse. Ceci étant dans toutes les grandes surfaces la plupart des œufs  sont présentés comme bio. En fait,  cela correspond surtout au caractère d’élevages en plein air ( 3000 poules maxi) et à des critères d’alimentation. On n’impose  pourtant seulement 50 % de matières végétales dans la nourriture supposée elle aussi bio mais et le reste ?

D’après  Philippe Henry, le président de l’agence en charge de la promotion de l’agriculture bio en France des œufs bios qui sont le produit le plus consommé en AB».

Notons que d’une façon générale pas confondre produit bio et produits français car il y a au moins 40 % du bio qui vient de l’étranger

Certains puristes du secteur, qu’ils soient distributeurs ou fabricants, comme Biocoop ou Jardin Bio, déplorent ainsi une démocratisation du label et un développement à marche forcée défavorable à la philosophie initiale du concept. «Le modèle de magasin spécialisé progresse toujours autant, tempère-t-on à l’Agence Bio. N’oublions pas que s’il n’y avait pas la grande distribution, nous n’en serions pas là. Il faut juste être attentif à ne pas avoir le même rapport de force qu’en conventionnel, pour garder un modèle durable». Et cela en privilégiant notamment les circuits courts et les productions réellement hexagonales

 

l’EPR de Flamanville : des critiques de la Cour des Comptes qui n’ont rien d’une nouveauté

l’EPR de Flamanville : des critiques de la Cour des Comptes qui n’ont rien d’une nouveauté

 

Depuis l’arrivée de Moscovici à la tête de la Cour des Comptes, l’institution se contente de banalités soit pour reprendre les inquiétudes connues relatives aux déséquilibres macro-économiques français mais sans apport bien original. Et maintenant la Cour des Comptes choisit de tirer sur une ambulance à savoir la dérive de l’EPR de Flamanville . Cette centrale nucléaire de nouvelle génération dont les coûts et le calendrier ne cessent  de dériver. La Cour des Comptes reprend les principales dérives : Coût prévisionnel multiplié par 3, à 12,4 milliards d’euros pour l’instant, et des délais de construction par 3,5, à 187 mois ! Le gouvernement est bien sûr conscient des difficultés de la filière nucléaire , le ministre de l’économie a demandée un rapport non seulement sur les éléments objectifs de la situation concrète mais aussi sur les mesures qu’entend prendre EDF pour redresser la gestion notamment du nucléaire. Notons cependant que la plupart des projets d’EPR dans le monde ont connu des aléas à peu près du même type concernant les rallonges financières et le report des délais. Sans doute pas une raison pour justifier les retards particuliers de Flamanville ou visiblement on a accumulé insuffisance de gestion, insuffisance technique( le problème des soudures) et même insuffisance de gestion globale projet en raison en particulier de la rivalité complètement stérile entre Areva et EDF.

BCE : une politique aussi accommodante que celle de la banque fédérale américaine ?

BCE : une politique aussi accommodante que celle de la banque fédérale américaine ?

Très récemment la banque fédérale américaine (FED) a déclaré qu’elle conduirait une politique aussi accommodante que possible pour soutenir l’économie. Il a même été précisé que toutes les liquidités seraient accordées et que par exemple il n’y aurait aucune limitation au rachat d’obligations. En clair que la banque fédérale ferait tourner autant que nécessaire la planche à billets. En réponse la banque centrale européenne par la voie François Villeroy de Galhau, membre du conseil des gouverneurs de l’institution reprend à peu près le même discours en affirmant que la politique de la banque centrale européenne serait tout aussi accommodante et même qu’elle est prête à innover davantage avec ses outils de politique monétaire si nécessaire, a déclaré jeudi François Villeroy de Galhau, membre du conseil des gouverneurs de l’institution. D’une certaine manière c’est un peu une compétition qui s’installe entre les grandes banques centrales en matière de gestion très accommodant des liquidités. Il est clair cependant que le moment venu des ajustements ce produiront via les parités, l’inflation via  l’éclatement de bulles ( exemple soutien à certains secteurs structurellement défaillants qui ne pourront jamais rembourser leurs dettes )

Taxe Gafa: ping-pong entre la France et les États-Unis

Taxe Gafa: ping-pong entre la France et les États-Unis

la France a été parmi l’un des premiers pays à mettre en place une taxe sur les grands du numérique. Au plan international , comme on craignait  doute une trop grande dispersion des politiques dans ce domaine il a été décidé de rechercher un accord international sous la tutelle de l’OCDE. La France en attendant cet éventuel accord a suspendu la taxe qu’elle envisageait. Le problème c’est que les États-Unis viennent de se retirer de la discussion internationale engagée alors  qu’un accord se précisait. En clair les États-Unis refusent législation internationale sur le sujet. Pour punir la France, les États-Unis ont décidé d’une stratégie de ping-pong et  envisage des sanctions contre la France et comme la France suspend son application pour l’instant. Une vraie partie de ping-pong diplomatique mais surtout économique et fiscal .

“Nous allons annoncer que nous allons prendre certaines sanctions contre la France et les suspendre comme ils ont suspendu la perception des taxes”, a déclaré jeudi le représentant américain au Commerce, Robert Lighthizer.

L’enjeu de la montée agressive de la Chine

L’enjeu de la montée agressive de la Chine 

 

Dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde », analyse les méthodes de Pékin pour accroître son influence géopolitique, et constate qu’elles sont bien plus brutales que le discours officiel.

Longtemps, les dirigeants chinois nous ont dit : « Dormez tranquilles ». La montée en puissance de leur pays se fera paisiblement. La réémergence de la Chine au premier rang des Grands sera une ascension harmonieuse. Comme dans un ballet de l’Opéra de Pékin, tout glissera dans la légèreté et l’élégance – une affaire quasi poétique en somme.

Forgée il y a presque vingt ans, en 2003, l’expression « montée en puissance pacifique » (« peaceful rise » en anglais), due à Zheng Bijian, l’un des pontes de l’Ecole centrale du Parti communiste (PCC), fait partie de la doctrine officielle. A maintes reprises, des diplomates chinois nous l’ont expliquée sur le mode de la leçon de morale. La Chine, sa stature parmi les nations retrouvée, ne se comportera pas comme les autres « empires ». Ni colonialisme européen, ni impérialisme américain, ni expansionnisme soviétique : la Chine se développera dans le respect absolu de la souveraineté des autres, nous disait-on.

Pour contenir une petite part de vérité, cette belle histoire n’a cependant jamais été tout à fait crédible. Et s’il fallait une date pour en signaler la fin, le mois de juin (et le début de juillet) 2020 serait un bon marqueur. A l’instar de ce que fut l’avènement d’autres puissances dans le passé, l’arrivée du géant chinois ne se fait pas pacifiquement. Elle advient dans la confrontation avec les autres, les heurts, la menace, la gesticulation militaire. Elle est conflictuelle. Ces dernières semaines ont été une succession de démentis à la fable de la « montée en puissance pacifique ».

Affrontement armé

La fin juin a vu le sang couler dans l’Himalaya, à 4 200 mètres d’altitude, le long d’une zone contestée entre l’Inde et la Chine. A coups de poings, de planches à clous et de barres de fer, soldats chinois et indiens se sont affrontés des heures durant. Les morts se comptent par dizaines. Le conflit frontalier est loin d’être réglé, la Chine se refuserait à présenter sa carte de la ligne frontalière, l’Inde renforce son dispositif militaire.

Fin juin encore, l’Australie subissait une cyberattaque massive qui visait pêle-mêle services publics, entreprises privées, infrastructures critiques. Personne n’a revendiqué. Le premier ministre, Scott Morrison, a dit que « seul un acteur étatique » pouvait être l’auteur d’une agression aussi large et sophistiquée. La Chine ? Canberra est en conflit avec Pékin pour avoir osé réclamer une enquête sur les origines de la pandémie de Covid-19.

 

 

12345...277



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol