Archive pour le Tag 'L’économie'

Politique-« L’économie de guerre » : une comédie française

Politique-« L’économie de guerre » : une comédie française

 Face au conformisme de bon aloi du monde politico-médiatique qui prospère sur l’économie de guerre, le groupe de réflexions Mars estime que les gesticulations de l’exécutif ne sont que de la poudre de perlimpinpin. Car au niveau national, un déficit budgétaire est plus important que prévu avec un retour des coupes budgétaires en Europe dès 2025 à cause du nouveau pacte de stabilité auquel la France a dûment adhéré. Par le groupe de réflexions Mars.

« L’économie de guerre, c’est trois choses : des crédits, de l’argent et des fonds. L’économie de guerre, c’est la reconversion de la population active et la mobilisation de la population jusqu’alors inactive pour produire du matériel de guerre, c’est-à-dire des engins motorisés, des armes et des munitions » (Le groupe Mars).

Faut-il prendre pour argent comptant les chiffres et les affirmations d’un dossier de presse, quand, du point de vue de la réflexion stratégique, on tangente le zéro kelvin ? Il n’y a plus guère (plus guerre ?) que dans les tribunes de libres opinions que s’expriment, parfois, quand elles ne sont pas convenues, des idées, sinon nouvelles, du moins un peu stimulantes. Nous en retiendrons deux parues récemment dans la grande presse, sous la plume de deux commentateurs autorisés : Le diplomate Gérard Araud et le journaliste spécialisé des questions de défense Jean-Dominique Merchet.

Le premier parvient à élever le niveau de la réflexion stratégique en rappelant l’évidence que la France n’est pas en première ligne contre la Russie. Le second se hasarde à proposer des idées nouvelles sur le partage nucléaire. Ce faisant, les deux prennent le risque de heurter certaines convictions établies et de déplaire au petit monde politico-médiatique qui prospère sur un conformisme de bon aloi.

Car, évidemment, ces idées entrent avec difficulté dans le « plan com » (pour comédie) de l’exécutif sur « l’économie de guerre », dont on rappelle que le slogan a été lancé pour la première fois au salon Eurosatory en juin 2022, il y a près de deux ans, avec l’efficacité que l’on sait. Nul doute que le prochain salon donnera une nouvelle fois l’occasion à nos médias préférés d’emboucher les trompettes de Jéricho qui donneront l’illusion de faire trembler les murs du Kremlin. Mais tout cela n’est qu’illusion et poudre aux yeux, comme le titre justement l’hebdomadaire satirique Le Canard Enchainé. N’y a-t-il donc plus que le palmipède du mercredi dans le paysage médiatique français pour apporter un peu d’esprit critique à l’offensive médiatique du gouvernement sur « l’économie de guerre » ?

Entendons-nous bien. Il y a tout lieu d’applaudir la pièce de théâtre « Eurenco de Bergerac », et même de se tenir les côtes à lire sous certaines plumes renommées la confusion entre corps d’obus et affût de canon, charge militaire et poudre propulsive. Tout cela est plaisant. Nous nous montrerons à nouveau bon public quand tombera (pour Eurosatory ?) l’annonce officielle du retour en France de la production de munitions de petit calibre : la presse confidentielle a déjà vendu la mèche, si l’on ose dire. Ces annonces, qui ne se concrétiseront pas avant l’an prochain, sont de toute façon de bonnes nouvelles. Ne boudons pas notre plaisir. Mais ces mesures de bon sens, qui ne font que revenir sur des errements antérieurs, n’ont rien à voir avec l’économie de guerre.

Alors, à l’occasion de la publication du décret d’application d’une mesure législative de la LPM sur les réquisitions, on accroît l’intensité dramatique de la pièce avec une nouvelle formule magique : « pouvoir de police » ! On n’oublie simplement de dire que, si réquisition rime avec expropriation, il convient de ne pas les confondre, alors même que, dans les deux cas, il existe une contrepartie sonnante et trébuchante. Et surtout, à quoi servent ces « pouvoirs de police » quand il n’y a plus rien à réquisitionner ? Car pour qu’il reste des stocks intermédiaires ou de produits finis, il eût fallu que ces stocks fussent financés par l’État client. Mais cela fait belles lurettes que le « management par la performance » a vidé les stocks*. D’où la difficulté à aider l’Ukraine. Autrement dit, on amuse la galerie avec de la poudre de perlimpinpin quand il suffirait de décider d’augmenter les crédits destinés à la constitution de stocks.

Et voilà, le mot interdit est lâché : des crédits ! Bon sang, mais c’est bien sûr ! L’économie de guerre, c’est trois choses : des crédits, de l’argent et des fonds. L’économie de guerre, c’est la reconversion de la population active et la mobilisation de la population jusqu’alors inactive pour produire du matériel de guerre, c’est-à-dire des engins motorisés, des armes et des munitions. Et le débouché de toute cette production est assuré par les achats du gouvernement. Et quand on dit « achat », cela demande des fonds et des crédits, donc beaucoup d’argent public. Est-ce que la réduction envisagée de la durée du chômage indemnisé entre dans cette politique ? Il est permis d’en douter.

Au contraire, qu’observe-t-on « en même temps » ? Au niveau national, un déficit budgétaire plus important que prévu et « le retour des coupes budgétaires en Europe » (1) dès 2025 à cause du nouveau pacte de stabilité auquel notre pays a dûment adhéré. Les masques tombent, on ne rigole plus.

A force de « faire la guerre » au moindre microbe et à n’importe quoi, de « réarmer » tout et son contraire, nul ne prête plus attention au mauvais plaisantin qui joue à crier « au loup ». La fête du « quoi qu’il en coûte » est finie, il faut passer à la caisse. Telle est la réalité budgétaire qui attend nos armées. Alors, pour continuer à faire semblant, on joue à « l’économie de guerre ». Mais personne n’y croit.

Sous couvert de « revue des dépenses », l’inspection générale des finances est déjà en train de passer au peigne fin chaque ligne de la LPM, dans le but de réaliser ce que le jargon des consultants appelle des « quick wins », des « victoires rapides », c’est-à-dire des économies budgétaires de court terme. Comment ? Mais c’est très simple, la technique est éprouvée depuis la grande époque des « dividendes de la paix » : bourrage et décalage sont les deux mamelles de la régulation budgétaire.

D’un côté, pour montrer que je ne touche pas aux dimensions de la « valise » LPM (promis, juré), je « bourre » l’édredon avec tout un tas de (très coûteuses) mesures qui n’étaient pas prévues : trois milliards par ci promis aux Ukrainiens, deux milliards par là pour le SNU, etc. Et si l’OTAN décide effectivement d’un nouveau fonds de cent milliards pour aider l’Ukraine, qui paiera d’après vous ? De l’autre, je m’engage aussi tardivement que possible auprès de mes fournisseurs : c’est la fameuse « bosse » que le bousier pousse devant lui depuis trente ans. Tout le contraire de « l’économie de guerre », qui impliquerait de tout accélérer. Et, pour ne pas faire de jaloux, on rabote tout ce qui dépasse, à commencer par la trésorerie « dormante ».

Pas grave, entend-on, la LPM garantit à nos armée un financement historiquement haut. C’est vrai. Alors, où est le problème ? En fait, il n’y en aurait pas si l’espace médiatique n’était pas saturé par l’appel à la guerre pour protéger l’empire du bien des forces du mal qui le menace. De deux choses, l’une : soit il faut se préparer à la guerre pour rester en paix, et alors l’effort budgétaire est dramatiquement insuffisant, surtout dans l’hypothèse d’un retrait américain ; soit l’effort est suffisant par rapport à la réalité des menaces (ce que semble indiquer la LPM qui décale de cinq ans, donc à 2035, le modèle d’armée 2030 défini en 2017), mais alors, pourquoi hurler au loup ?

Au fond, comme le groupe MARS l’écrivait il y a un an (2) , le problème de cette LPM n’est pas le niveau des crédits promis, c’est l’absence de réelle réflexion stratégique permettant de répondre à la question : des armées, pour quoi faire ? C’est pourquoi les rappels de bon sens de Gérard Araud et les idées « disruptives » de Jean-Dominique Merchet interviennent à point nommé.

La France n’est pas en première ligne face à la Russie et le chef d’état-major de l’armée de terre vient de rappeler qu’elle était capable de projeter une division en appui de ses alliés (une brigade logistique est d’ailleurs créée à cet effet). Point. En effet, l’horizon stratégique de notre pays ne se limite pas aux rives du Boug et au marais du Pripiat : la France a des intérêts à défendre sur tous les continents et tous les océans, ou presque. Et ce n’est faire injure à personne que de penser que la « FR DIV » otanienne, quelle que soient les qualités de ses quelque 20.000 soldats et de ses équipements, n’emporterait pas la décision face aux centaines de milliers d’hommes que l’armée russe est capable de mettre en ligne.

Alors, si la formule « gagner la guerre avant la guerre » est autre chose de plus sérieux qu’un slogan, c’est ailleurs qu’il faut investir. La France est en effet le seul « État doté » parmi les 27 États membres de l’Union européenne. C’est à la fois notre spécificité stratégique au sein de l’UE et notre « avantage comparatif » au sein de l’OTAN. C’est en outre, depuis exactement 60 ans, le moyen le plus économique d’assurer notre défense et de garantir la paix à l’horizon de tous nos intérêts vitaux, sans mobiliser (loin s’en faut !) toute l’économie au service de l’effort de défense.

C’est là que l’idée de Jean-Dominique Merchet est intéressante, même si tout est discutable dans sa proposition de « partage nucléaire » de la dissuasion française sur le modèle de la « double clé » de la bombe américaine B61-12. A l’évidence, si la France a un rôle à jouer dans la défense d’une Europe privée de la protection américaine, c’est dans la redéfinition de nos intérêts vitaux à l’échelle européenne, et non dans un effort conventionnel qui restera toujours insuffisant même si « l’épaulement stratégique » impose de redimensionner convenablement notre corps de bataille afin de garantir un continuum entre dissuasion conventionnelle et dissuasion atomique. Mais ce continuum est déjà assuré par nos alliés, Polonais en tête.

Ouvert à la notion de dissuasion élargie, le groupe MARS considère néanmoins que le « sceptre nucléaire » ne se partage pas. La dissuasion repose sur la crédibilité technique des têtes nucléaires, opérationnelle des unités de mise en œuvre et politique de sa chaîne de commandement qui remonte in fine jusqu’au chef des armées. Cela ne se partage pas. On peut toujours imaginer des gadgets : un renfort de sous-mariniers alliés pour armer nos SNLE, des pilotes, mécaniciens et artificiers alliés dans nos escadrons nucléaires, voire (soyons fous !) des pilotes « Top gun » alliés sur notre porte-avions. Mais à la fin des fins, celui qui donne l’ordre ultime, c’est le président français.

L’idée de Jean-Dominique Merchet est intéressante et généreuse, mais, en ralliant le « groupe des plans nucléaires » de l’OTAN, elle supposerait d’abandonner notre doctrine de « l’ultime avertissement » pour endosser celle de la guerre nucléaire limitée que servent (en ont-ils seulement conscience ?) nos alliés certes britanniques, mais aussi allemands, belges, néerlandais, italiens et turcs. Il n’existerait pas de consensus politique en France pour un tel changement de doctrine.

 

Alors, comment élargir le parapluie nucléaire français ? La toute première mesure consisterait, si l’on est sérieux et qu’on ne se contente pas de confondre « signalement stratégique » et gesticulation théâtrale, à conforter la crédibilité de la dissuasion française en investissant tous azimuts dans toutes ses composantes (et leur environnement) afin d’augmenter le nombre et la performance de nos armes atomiques et de nos vecteurs. Investir dans la stratégie des moyens, c’est se donner, dans le temps long, les moyens de sa stratégie.

Une fois garantie la capacité de frappe en second, c’est-à-dire l’assurance de faire payer à l’adversaire le prix fort de son agression, les alliés viendront d’eux-mêmes se placer sous le parapluie français. A nos conditions. C’est certes plus modeste et beaucoup moins visible que la tonitruante « économie de guerre », mais c’est aussi beaucoup plus efficace pour faire face aux temps difficiles qui attendent une Europe désarmée, menacée et sur le point d’être abandonnée par son protecteur historique.

————————————————————————-

1 Cf. Alternative économique n°444, mars 2024

 

* Le groupe Mars, constitué d’une trentaine de personnalités françaises issues d’horizons différents, des secteurs public et privé et du monde universitaire, se mobilise pour produire des analyses relatives aux enjeux concernant les intérêts stratégiques relatifs à l’industrie de défense et de sécurité et les choix technologiques et industriels qui sont à la base de la souveraineté de la France.

« L’économie de guerre » : une comédie française

« L’économie de guerre » : une comédie française

 Face au conformisme de bon aloi du monde politico-médiatique qui prospère sur l’économie de guerre, le groupe de réflexions Mars estime que les gesticulations de l’exécutif ne sont que de la poudre de perlimpinpin. Car au niveau national, un déficit budgétaire est plus important que prévu avec un retour des coupes budgétaires en Europe dès 2025 à cause du nouveau pacte de stabilité auquel la France a dûment adhéré. Par le groupe de réflexions Mars.

« L’économie de guerre, c’est trois choses : des crédits, de l’argent et des fonds. L’économie de guerre, c’est la reconversion de la population active et la mobilisation de la population jusqu’alors inactive pour produire du matériel de guerre, c’est-à-dire des engins motorisés, des armes et des munitions » (Le groupe Mars). 

Faut-il prendre pour argent comptant les chiffres et les affirmations d’un dossier de presse, quand, du point de vue de la réflexion stratégique, on tangente le zéro kelvin ? Il n’y a plus guère (plus guerre ?) que dans les tribunes de libres opinions que s’expriment, parfois, quand elles ne sont pas convenues, des idées, sinon nouvelles, du moins un peu stimulantes. Nous en retiendrons deux parues récemment dans la grande presse, sous la plume de deux commentateurs autorisés : Le diplomate Gérard Araud et le journaliste spécialisé des questions de défense Jean-Dominique Merchet.

Le premier parvient à élever le niveau de la réflexion stratégique en rappelant l’évidence que la France n’est pas en première ligne contre la Russie. Le second se hasarde à proposer des idées nouvelles sur le partage nucléaire. Ce faisant, les deux prennent le risque de heurter certaines convictions établies et de déplaire au petit monde politico-médiatique qui prospère sur un conformisme de bon aloi.

Car, évidemment, ces idées entrent avec difficulté dans le « plan com » (pour comédie) de l’exécutif sur « l’économie de guerre », dont on rappelle que le slogan a été lancé pour la première fois au salon Eurosatory en juin 2022, il y a près de deux ans, avec l’efficacité que l’on sait. Nul doute que le prochain salon donnera une nouvelle fois l’occasion à nos médias préférés d’emboucher les trompettes de Jéricho qui donneront l’illusion de faire trembler les murs du Kremlin. Mais tout cela n’est qu’illusion et poudre aux yeux, comme le titre justement l’hebdomadaire satirique Le Canard Enchainé. N’y a-t-il donc plus que le palmipède du mercredi dans le paysage médiatique français pour apporter un peu d’esprit critique à l’offensive médiatique du gouvernement sur « l’économie de guerre » ?

Entendons-nous bien. Il y a tout lieu d’applaudir la pièce de théâtre « Eurenco de Bergerac », et même de se tenir les côtes à lire sous certaines plumes renommées la confusion entre corps d’obus et affût de canon, charge militaire et poudre propulsive. Tout cela est plaisant. Nous nous montrerons à nouveau bon public quand tombera (pour Eurosatory ?) l’annonce officielle du retour en France de la production de munitions de petit calibre : la presse confidentielle a déjà vendu la mèche, si l’on ose dire. Ces annonces, qui ne se concrétiseront pas avant l’an prochain, sont de toute façon de bonnes nouvelles. Ne boudons pas notre plaisir. Mais ces mesures de bon sens, qui ne font que revenir sur des errements antérieurs, n’ont rien à voir avec l’économie de guerre.

Alors, à l’occasion de la publication du décret d’application d’une mesure législative de la LPM sur les réquisitions, on accroît l’intensité dramatique de la pièce avec une nouvelle formule magique : « pouvoir de police » ! On n’oublie simplement de dire que, si réquisition rime avec expropriation, il convient de ne pas les confondre, alors même que, dans les deux cas, il existe une contrepartie sonnante et trébuchante. Et surtout, à quoi servent ces « pouvoirs de police » quand il n’y a plus rien à réquisitionner ? Car pour qu’il reste des stocks intermédiaires ou de produits finis, il eût fallu que ces stocks fussent financés par l’État client. Mais cela fait belles lurettes que le « management par la performance » a vidé les stocks*. D’où la difficulté à aider l’Ukraine. Autrement dit, on amuse la galerie avec de la poudre de perlimpinpin quand il suffirait de décider d’augmenter les crédits destinés à la constitution de stocks.

Et voilà, le mot interdit est lâché : des crédits ! Bon sang, mais c’est bien sûr ! L’économie de guerre, c’est trois choses : des crédits, de l’argent et des fonds. L’économie de guerre, c’est la reconversion de la population active et la mobilisation de la population jusqu’alors inactive pour produire du matériel de guerre, c’est-à-dire des engins motorisés, des armes et des munitions. Et le débouché de toute cette production est assuré par les achats du gouvernement. Et quand on dit « achat », cela demande des fonds et des crédits, donc beaucoup d’argent public. Est-ce que la réduction envisagée de la durée du chômage indemnisé entre dans cette politique ? Il est permis d’en douter.

Au contraire, qu’observe-t-on « en même temps » ? Au niveau national, un déficit budgétaire plus important que prévu et « le retour des coupes budgétaires en Europe » (1) dès 2025 à cause du nouveau pacte de stabilité auquel notre pays a dûment adhéré. Les masques tombent, on ne rigole plus.

A force de « faire la guerre » au moindre microbe et à n’importe quoi, de « réarmer » tout et son contraire, nul ne prête plus attention au mauvais plaisantin qui joue à crier « au loup ». La fête du « quoi qu’il en coûte » est finie, il faut passer à la caisse. Telle est la réalité budgétaire qui attend nos armées. Alors, pour continuer à faire semblant, on joue à « l’économie de guerre ». Mais personne n’y croit.

Sous couvert de « revue des dépenses », l’inspection générale des finances est déjà en train de passer au peigne fin chaque ligne de la LPM, dans le but de réaliser ce que le jargon des consultants appelle des « quick wins », des « victoires rapides », c’est-à-dire des économies budgétaires de court terme. Comment ? Mais c’est très simple, la technique est éprouvée depuis la grande époque des « dividendes de la paix » : bourrage et décalage sont les deux mamelles de la régulation budgétaire.

D’un côté, pour montrer que je ne touche pas aux dimensions de la « valise » LPM (promis, juré), je « bourre » l’édredon avec tout un tas de (très coûteuses) mesures qui n’étaient pas prévues : trois milliards par ci promis aux Ukrainiens, deux milliards par là pour le SNU, etc. Et si l’OTAN décide effectivement d’un nouveau fonds de cent milliards pour aider l’Ukraine, qui paiera d’après vous ? De l’autre, je m’engage aussi tardivement que possible auprès de mes fournisseurs : c’est la fameuse « bosse » que le bousier pousse devant lui depuis trente ans. Tout le contraire de « l’économie de guerre », qui impliquerait de tout accélérer. Et, pour ne pas faire de jaloux, on rabote tout ce qui dépasse, à commencer par la trésorerie « dormante ».

Pas grave, entend-on, la LPM garantit à nos armée un financement historiquement haut. C’est vrai. Alors, où est le problème ? En fait, il n’y en aurait pas si l’espace médiatique n’était pas saturé par l’appel à la guerre pour protéger l’empire du bien des forces du mal qui le menace. De deux choses, l’une : soit il faut se préparer à la guerre pour rester en paix, et alors l’effort budgétaire est dramatiquement insuffisant, surtout dans l’hypothèse d’un retrait américain ; soit l’effort est suffisant par rapport à la réalité des menaces (ce que semble indiquer la LPM qui décale de cinq ans, donc à 2035, le modèle d’armée 2030 défini en 2017), mais alors, pourquoi hurler au loup ?

Au fond, comme le groupe MARS l’écrivait il y a un an (2) , le problème de cette LPM n’est pas le niveau des crédits promis, c’est l’absence de réelle réflexion stratégique permettant de répondre à la question : des armées, pour quoi faire ? C’est pourquoi les rappels de bon sens de Gérard Araud et les idées « disruptives » de Jean-Dominique Merchet interviennent à point nommé.

La France n’est pas en première ligne face à la Russie et le chef d’état-major de l’armée de terre vient de rappeler qu’elle était capable de projeter une division en appui de ses alliés (une brigade logistique est d’ailleurs créée à cet effet). Point. En effet, l’horizon stratégique de notre pays ne se limite pas aux rives du Boug et au marais du Pripiat : la France a des intérêts à défendre sur tous les continents et tous les océans, ou presque. Et ce n’est faire injure à personne que de penser que la « FR DIV » otanienne, quelle que soient les qualités de ses quelque 20.000 soldats et de ses équipements, n’emporterait pas la décision face aux centaines de milliers d’hommes que l’armée russe est capable de mettre en ligne.

Alors, si la formule « gagner la guerre avant la guerre » est autre chose de plus sérieux qu’un slogan, c’est ailleurs qu’il faut investir. La France est en effet le seul « État doté » parmi les 27 États membres de l’Union européenne. C’est à la fois notre spécificité stratégique au sein de l’UE et notre « avantage comparatif » au sein de l’OTAN. C’est en outre, depuis exactement 60 ans, le moyen le plus économique d’assurer notre défense et de garantir la paix à l’horizon de tous nos intérêts vitaux, sans mobiliser (loin s’en faut !) toute l’économie au service de l’effort de défense.

C’est là que l’idée de Jean-Dominique Merchet est intéressante, même si tout est discutable dans sa proposition de « partage nucléaire » de la dissuasion française sur le modèle de la « double clé » de la bombe américaine B61-12. A l’évidence, si la France a un rôle à jouer dans la défense d’une Europe privée de la protection américaine, c’est dans la redéfinition de nos intérêts vitaux à l’échelle européenne, et non dans un effort conventionnel qui restera toujours insuffisant même si « l’épaulement stratégique » impose de redimensionner convenablement notre corps de bataille afin de garantir un continuum entre dissuasion conventionnelle et dissuasion atomique. Mais ce continuum est déjà assuré par nos alliés, Polonais en tête.

Ouvert à la notion de dissuasion élargie, le groupe MARS considère néanmoins que le « sceptre nucléaire » ne se partage pas. La dissuasion repose sur la crédibilité technique des têtes nucléaires, opérationnelle des unités de mise en œuvre et politique de sa chaîne de commandement qui remonte in fine jusqu’au chef des armées. Cela ne se partage pas. On peut toujours imaginer des gadgets : un renfort de sous-mariniers alliés pour armer nos SNLE, des pilotes, mécaniciens et artificiers alliés dans nos escadrons nucléaires, voire (soyons fous !) des pilotes « Top gun » alliés sur notre porte-avions. Mais à la fin des fins, celui qui donne l’ordre ultime, c’est le président français.

L’idée de Jean-Dominique Merchet est intéressante et généreuse, mais, en ralliant le « groupe des plans nucléaires » de l’OTAN, elle supposerait d’abandonner notre doctrine de « l’ultime avertissement » pour endosser celle de la guerre nucléaire limitée que servent (en ont-ils seulement conscience ?) nos alliés certes britanniques, mais aussi allemands, belges, néerlandais, italiens et turcs. Il n’existerait pas de consensus politique en France pour un tel changement de doctrine.

 

Alors, comment élargir le parapluie nucléaire français ? La toute première mesure consisterait, si l’on est sérieux et qu’on ne se contente pas de confondre « signalement stratégique » et gesticulation théâtrale, à conforter la crédibilité de la dissuasion française en investissant tous azimuts dans toutes ses composantes (et leur environnement) afin d’augmenter le nombre et la performance de nos armes atomiques et de nos vecteurs. Investir dans la stratégie des moyens, c’est se donner, dans le temps long, les moyens de sa stratégie.

Une fois garantie la capacité de frappe en second, c’est-à-dire l’assurance de faire payer à l’adversaire le prix fort de son agression, les alliés viendront d’eux-mêmes se placer sous le parapluie français. A nos conditions. C’est certes plus modeste et beaucoup moins visible que la tonitruante « économie de guerre », mais c’est aussi beaucoup plus efficace pour faire face aux temps difficiles qui attendent une Europe désarmée, menacée et sur le point d’être abandonnée par son protecteur historique.

————————————————————————-

1 Cf. Alternative économique n°444, mars 2024

 

* Le groupe Mars, constitué d’une trentaine de personnalités françaises issues d’horizons différents, des secteurs public et privé et du monde universitaire, se mobilise pour produire des analyses relatives aux enjeux concernant les intérêts stratégiques relatifs à l’industrie de défense et de sécurité et les choix technologiques et industriels qui sont à la base de la souveraineté de la France.

De l’économie de paix à l’économie militarisée ?

De l’économie de paix à l’économie militarisée ? 

 En France le déficit public atteint 5,5% en 2023, « Il va falloir faire des choix ». Ce choix doit-il être la réduction de la dépense de l’État ou créer une croissance forte sans inflation ? Une économie militarisée peut-elle sauver le soldat croissance ? Par Gabriel Gaspard, Chef d’entreprise à la retraite, spécialiste en économie financière.(dans la Tribune)

Économie de paix, dettes et déficits publics ! des trente glorieuses, on a retenu une expansion sans précédent dans une économie de paix du lendemain de la Seconde Guerre mondiale jusqu’au choc pétrolier de 1973. Dans cette phase on a observé un développement massif des dépenses d’armement et de l’économie militarisée. Depuis les années 1970, la dette de la France se dégrade. Elle s’est aggravée avec la crise de 2008. Elle atteint un record avec la pandémie. La dette publique française a dépassé 100 milliards d’euros en 1981, 500 milliards en 1993, 1 000 milliards d’euros en 2003 puis 2 000 milliards en 2014. Cette dette est passée de 15% du PIB en 1974 à 110,6% du PIB fin 2023 (3 101,2 Md€). Il faut noter qu’entre 1959 et 1974, la France n’a connu que trois années de déficits publics qui n’ont jamais dépassé 1,4% du PIB. Peu de gens se rappellent l’inflation des années 70 et la chute des taux de croissance.

Bien que décrié par plusieurs économistes, le PIB est utilisé, car son analyse permet de suivre la croissance française depuis 1950. De 1960 à 1999, date de création de l’euro, on observe quatre décennies pour le taux de croissance annuel moyen de la France : 1960-1970 il était de 5,9% ; de 1979-1980 il passe à 4,1% ; entre 1980 et 1990, il atteint 2,4% ; entre 1990 et 2000, il se positionne à 2%. Les taux de croissance français sont de plus en plus faibles depuis les années 1960. Après le lancement de l’euro le premier janvier 1999, en moyenne, les taux stagnent à 1,5% par an. Deux années de récession sont à noter en 2009 (-2,2%) dues à la crise financière mondiale de 2008. En 2020 (-7,9%) ce taux est dû à l’année de pandémie mondiale. L’année 2023 se termine avec une croissance de 0,9%. Pourquoi la croissance de 1960 à 1970 était-elle quatre fois plus importante que la décennie 2010-2020 (1,4%) ?

À la Libération, le développement industriel a été fortement façonné par l’action des pouvoirs publics. Le développement des entreprises nationalisées et les aides au développement ont largement participé à la remise sur pied du système productif, donc au renforcement du processus de croissance. Il est largement admis que la période de reconstruction, qui s’est achevée au début des années 1950, a contribué à renforcer cette croissance, sous l’impulsion aussi de l’action de l’État. Il reste que le développement des systèmes d’armement pendant les « trente glorieuses » a joué un rôle déterminant dans les performances de croissance enregistrées au cours des années 1950 et 1960. En 1960, la France a consacré 5,4% de son PIB aux dépenses militaires (9% pour les États-Unis), en 1970 3,5% et en 2022 1,9% (3,5% pour les États-Unis) d’après les données de la Banque mondiale. Après la pandémie, et plus de deux ans après le début de la guerre à la porte de l’Europe, la France et l’Europe se réveillent et admettent qu’il faut se réarmer pour gagner la guerre en Ukraine. Les moyens consacrés à la défense doivent être augmentés pour sauvegarder les dividendes de la paix.

La Seconde Guerre mondiale a commencé le 1er septembre 1939 avec l’invasion allemande de la Pologne Les États-Unis ont évité d’entrer en guerre pendant deux ans jusqu’à ce que le Japon les attaque sur la base navale de Pearl Harbor, Hawaii, le 7 décembre 1941. Grâce à une augmentation des dépenses publiques et à des efforts de mobilisation industrielle, l’industrie de la défense a connu une augmentation sans précédent de la production pendant que les usines sont rapidement passées des produits civils à la production d’armements. Cette conversion a créé des emplois pour des millions d’Américains qui étaient auparavant au chômage en raison de la Grande Dépression. Cette guerre a suscité des investissements massifs dans des avancées technologiques, des innovations telles que les systèmes radar, le développement d’avions et la recherche nucléaire, etc. Les prix et les salaires clés ont été administrés, et non laissés aux marchés. La grande majorité des investissements ont été dirigés, financés et, dans la plupart des cas, détenus par le gouvernement fédéral. Les États-Unis n’ont pas connu les « trente paresseuses ». Aujourd’hui la croissance en Europe est en panne sèche et les États-Unis distancent de loin le vieux continent.

D’après le rapport de l’OCDE de février 2024 : « La croissance mondiale a bien résisté en 2023, et la baisse de l’inflation a été plus rapide que prévu. Les performances varient d’un pays à l’autre, et si une forte croissance a été observée aux États-Unis et dans de nombreuses économies de marché émergentes, la plupart des pays européens ont en revanche connu un ralentissement ».

Aux États-Unis, la croissance est restée solide en 2023 à 2,5%. C’est le fruit du grand plan d’investissement dans la transition énergétique (Inflation Reduction Act) qui a soutenu massivement l’industrie. L’OCDE a dégradé ses prévisions de croissance pour la zone euro. « Dans la zone euro, la croissance du PIB devrait s’établir à 0.6% en 2024 et 1.3% en 2025, car l’activité, freinée à court terme par le resserrement des conditions de crédit« .

Les premiers revers de Kiev deux ans après l’invasion menée par la Russie le 24 février 2022 et la peur de la Pologne et des pays baltes d’une attaque russe, vont-ils réveiller un autre « géant endormi » et propulser l’économie européenne en avant ?

L’Europe ne peut qu’aider les États membres à passer en économie militarisée. D’après la présidente de l’exécutif européen Ursula von der Leyen : « La menace d’une guerre n’est peut-être pas imminente, mais elle n’est pas impossible » les Européens doivent se « réveiller de toute urgence ». « Le véritable financement viendra des États membres« , a reconnu la vice-présidente de la Commission Margrethe Vestager. Thierry Breton, commissaire européen, a évoqué un budget de 100 milliards d’euros sur plusieurs années pour permettre aux Européens de développer une industrie de défense. L’Europe ne dispose pas pour l’instant des fondements politiques pour construire une défense européenne. Il faut une véritable union budgétaire. Face à cette situation, sans l’Otan l’Europe ne dispose aujourd’hui que d’une armée digne de ce nom : l’armée française.

Pour investir dans une économie militarisée, la France est à la recherche d’une croissance perdue

  • Faut-il réformer le système d’assurance chômage pour réduire la dépense de l’État ?

Avec une volonté de faire des économies, sans augmenter les impôts et donner des gages aux agences de notation, le gouvernement souhaite réformer le système d’assurance chômage pour faire rentrer de l’argent rapidement. « Les réformes structurelles contribuent à stimuler l’emploi, encouragent les créations d’entreprises et améliorent la productivité … Les réformes sur le marché du travail, telles que la baisse des charges patronales et la révision des allocations chômage, peuvent faciliter l’entrée dans les rangs de la main-d’œuvre active et la recherche d’emploi … Outre qu’elles alimentent la croissance économique, les réformes réduisent le poids de la dette publique sur le long terme. La mise en œuvre de réformes sera donc salutaire pour les États à court d’argent. Etc. » Fonds Monétaire International le 13 mars 2017.

  • Faut-il utiliser les « épargnes populaires » pour financer l’industrie d’armement ?

« Le livret A ne financera pas l’industrie militaire », tranche pour des raisons de procédure le Conseil constitutionnel. Le Sénat vote le 6 mars 2024 à une large majorité une nouvelle proposition de loi sur le financement des entreprises de l’industrie de défense française par les Livrets A et LDDS. Au 30 décembre 2023, l’encours total de ces deux Livrets s’élevait à 564,9 Md€. Les sommes déposées sont gérées à 60% par la Caisse des Dépôts CDC et 40% par les banques privées. La CDC finance des prêts à destination du logement social, des opérations d’urbanisme et investit dans des entreprises françaises. Les sommes restantes, gérées par les banques, servent à des prêts pour les TPE et les PME. Si la loi est votée par l’Assemblée nationale, environ 225 Md€ seraient mobilisables pour l’industrie de la défense. Les banques commerciales vont perdre une partie de leurs activités et de leurs revenus. Ce fléchage vers l’armement n’a pas les faveurs de Bercy, la ministre déléguée aux Entreprises, Olivia Grégoire, estimant que « l’instrument (n’était) pas le plus approprié ». Le gouvernement n’est pas non plus favorable à cette solution. Il souhaite lancer l’union des marchés des capitaux sur une base volontaire et créée des produits d’épargnes européens pour investir dans la défense, etc. Cette démarche verra peut-être le jour à l’horizon 2027-2029.

À Lire : l’union des marchés des capitaux et la création de produits d’épargne européens.

Pour une croissance auto-entretenue et vigilante.

Les banques excluent de plus en plus le financement de l’industrie de l’armement. Dans la situation actuelle, notre économie a besoin des investissements publics pour soutenir la croissance et éviter les dérapages des finances publiques. Le gouvernement préfère les dépenses d’armements aux investissements écologiques, numériques ou sociales. Les armements constituent un investissement improductif à court et long terme. Nécessaires pour la persuasion, pour aider l’Ukraine, etc., il faut être prêt pour une guerre de haute intensité, car le pire est suffisamment probable. Si les armes ne sont pas employées, la France aurait perdu la chance d’une croissance auto-entretenue par des investissements dans de nouvelles technologies écologiques, etc.

Lire aussi : Croissance forte sans inflation, un autre choix pour 2022.

Les « trente glorieuses », pas toujours si heureuses. Il faut rappeler que dans les « trente glorieuses » la France, bien armée, a enduré une guerre coloniale de 1945-1948 en Indochine, Les colonies africaines deviennent indépendantes : Maroc et Tunisie dès 1956, l’Afrique noire en 1960 et l’Algérie en 1962. Les années 1970 voient l’achèvement de ce processus (Djibouti, Comores).

Des nouveaux livrets réglementés pour stimuler la croissance et les budgets de la France

De 2024 à 2030, la France disposera d’un budget total de l’armée de 400 Md€. La France peut revenir rapidement à un budget comme en 1970 (3,5% du PIB) si la croissance est portée par la transition écologique, la santé, l’énergie, le numérique, etc., et non uniquement par une économie militarisée. En 2022 les Français ont mis de côté 159 milliards d’euros presque autant qu’en 2021 (161 milliards d’euros). L’État français devrait créer immédiatement des Livrets réglementés et spécialisés. Chaque citoyen doit décider de la destination de son argent. Avec des plafonds de versement, ces livrets seraient garantis et rémunérés. Les nouveaux contrats devraient présenter plusieurs atouts pour les consommateurs : flexibilité, frais de gestion nuls, pas de frais de transfert, avantages fiscaux, etc.

Réformes : « L’écrivain Bruno Le Maire devrait en parler au ministre de l’économie » ( Macron)

Réformes : « L’écrivain  Bruno Le Maire devrait en parler au ministre de l’économie » ( Macron)

Emmanuel Macon n’a pas spécialement apprécié les leçons de rigueur que donne Bruno Lemaire dans son dernier livre.  Cela d’autant plus que c’est son sixième livre depuis qu’il est ministre. Selon des propos rapportés mardi soir par Le Canard enchaîné, Emmanuel Macron aurait été cinglant Macron considère que le patron de Bercy «a raison sur la relance économique et les réformes à faire.» Mais d’ajouter : «Il devrait en parler à celui qui est ministre de l’Économie et des Finances depuis sept ans.» 

 

D’autant plus qu’Emmanuel Macron a décoché une autre flèche contre son ministre. «Il y a un temps pour l’écriture et un temps pour l’action, et ils sont rarement conciliables». «Quand des ministres écrivent des bouquins, ça donne toujours le sentiment qu’ils n’ont rien d’autre à faire», a-t-il encore cinglé. Des piques qui ne font visiblement pas changer Bruno Le Maire d’un iota.

 

L’économie allemande plonge

L’économie allemande plonge

D’une certaine manière l’Allemagne est victime de deux grands phénomènes qui ont plombé son économie au point de la faire entrer en récession en 2023. Il y a d’abord la crise énergétique avec la rupture des fournitures de gaz bon marché fourni par les Russes qui devaient constituer encore l’un des atouts de la compétitivité allemande. Plus globalement il y a les suites de la crise sanitaire dûe au Covid qui ont conduit à des relocalisations et déstructuration d des appareils de production. Ainsi la Chine ancienne première usine du monde a été grandement affectée dans ses exportations. Et le phénomène s’amplifie avec le contexte inflationniste. Dans de nombreux secteurs la Chine n’est plus assez compétitive. Le dynamisme industriel chinois est un peu gelé et se trouvent moins demandeurs d’outils industriels que lui fournissait l’Allemagne. L’Allemagne est tombée en récession en 2023. La situation pourrait être redressée en 2024 comptes tenus du caractère dépressif de la conjoncture internationale

L’économie allemande est entrée en récession en 2023, avec une chute de 0,3% du produit intérieur brut (PIB), a indiqué lundi l’institut Destatis. Ce recul attendu du PIB de la première économie européenne succède à une croissance de 1,8% en 2022, selon des données corrigées des variables de prix.

A noter, au dernier trimestre 2023, le PIB est estimé en recul de 0,3% par rapport au trimestre précédent, selon une estimation préliminaire de Destatis. En données corrigées des variables de calendrier et de prix, le PIB annuel chute de 0,1%. Des résultats toutefois un peu meilleurs que les prévisions du gouvernement et du FMI, qui prévoyaient respectivement une chute de 0,4% et de 0,5% durant l’année.

Le pays fait nettement moins bien que la moyenne de l’UE, qui devrait atteindre une croissance 0,6% en 2023, selon les dernières prévisions de la Commission européenne, avec des hausses marquées pour la France, l’Espagne ou l’Italie. La troisième économie mondiale est également à la traîne des autres grands pays industriels, comme les Etats-Unis ou le Royaume-Uni.

A l’origine de la contraction de la première économie européenne : la crise de son puissant secteur industriel, qui représente environ 20% de la richesse produite dans le pays. La production reste inférieure de plus de 9% à son niveau d’avant la pandémie, près de quatre ans après le début de la pandémie de Covid-19, en raison d’une conjonction de facteurs.

La branche a aussi été pénalisée par des exportations moins dynamiques, sur fond de tensions géopolitiques et de plus faibles demandes en produits allemands en Chine et aux Etats-Unis. Mais surtout, les prix de l’énergie restent relativement élevés pour l’industrie face à ses concurrents internationaux. Certaines activités les plus énergivores, comme la chimie, peinent à retrouver leur niveau de production d’avant la guerre en Ukraine. « L’année 2023 a été turbulente, avec une économie en mode crise permamente », résume Carsten Brzeski, analyste pour la banque ING.

Et les conséquences de la récession commencent déjà à se voir. En difficulté, les entreprises recrutent moins et le chômage remonte en Allemagne et se rapproche désormais des 6%. Son taux atteignait, en effet, 5,9% en décembre dernier, soit une hausse de 0,1 point par rapport au mois précédent (qui a été révisé à la baisse à 5,8%). Autrement dit, le nombre de chômeurs a augmenté de 5.000 sur un mois, en données corrigées des variations saisonnières (CVS). En données brutes, le nombre de chômeurs grimpe à 2,64 millions, en hausse d’environ 31.000 sur un mois et de 183.000 par rapport à décembre 2022, a détaillé l’Agence pour l’emploi début janvier.

Si 2023 a donc été particulièrement morose pour les Allemands 2024 pourrait ne pas être de meilleure facture si l’on en croit l’Institut économique IW. Ce dernier table en effet sur une baisse du produit intérieur brut (PIB) de 0,5% en 2024 pour la première puissance européenne. Les experts ont considérablement révisé à la baisse leur prévision puisqu’en septembre dernier, ils anticipaient encore une croissance de 0,9%.

« 2024 aurait pu être une année de reprise pour l’économie allemande. Mais les conditions générales restent mauvaises », justifie l’institut de Halle ce mercredi 13 décembre.

Les prévisions de l’IW sont en revanche plus pessimistes que celles du gouvernement allemand. Ce dernier prévoit une reprise de la croissance à +1,3% l’an prochain. De son côté, le Fonds monétaire international (FMI) présage un rebond de 0,9% pour la croissance allemande. La reprise à venir serait favorisée par un recul progressif de l’inflation – attendue à 2,6% en 2024, puis 2% en 2025, contre 6,1% en moyenne cette année – et un marché du travail robuste.

L’économie chinoise en déprime

L’économie chinoise en déprime


L’économie chinoise n’en finit pas de se relever de la crise sanitaire du Covid qui a donné lieu d’une part à une modification de certains lieux de production et aussi à une transformation du comportement de certains consommateurs. Du coup, l’usine du monde tourne au ralenti depuis. Et les perspectives sont très mauvaises d’une part parce que les exportations continuent de se tasser, d’autre part parce que la situation interne est hypothéquée par une crise financière grave notamment affectant le secteur du logement.

En 2023, le taux de croissance de la deuxième économie mondiale devrait être l’un des plus faibles en trente ans, à 5,2% selon des experts. Une situation qui inquiète Xi Jinping, sur fond de crise géopolitique mondiale et de tensions commerciales de plus en plus intenses avec l’Union européenne et les Etats-Unis.

Laa Chine dévoile ce mercredi son taux de croissance pour 2023, qui devrait être l’une des plus faibles en trois décennies. Ce, sur fond de crise dans l’immobilier, de consommation atone et d’incertitudes qui pénalisent l’activité. Une croissance en moyenne avec une hausse de 5,2% sur un an du produit intérieur brut (PIB) sur l’ensemble de l’année 2023. Il s’agirait de son rythme le plus lent depuis trente ans, 1990 ayant vu le taux de croissance chinois atteindre 3,9%.

Cette année, la Chine devrait voir son PIB ralentir à 4,5%, selon d’autres prévisions de la Banque mondiale. Le groupe d’experts interrogés par l’AFP table pour sa part sur 4,7%. Le gouvernement chinois doit annoncer l’objectif officiel en mars.

En 2022, le PIB de la Chine avait progressé de 3%, malgré les restrictions sanitaires contre le Covid qui pesaient lourdement sur l’économie. Ces mesures désormais levées, Pékin s’était fixé pour 2023 une croissance « d’environ 5% ». Le retour à une vie normale a dans un premier temps galvanisé la reprise en début d’année dernière.

Mais le rebond tant attendu s’est essoufflé et bute sur une confiance morose des ménages et des entreprises, ce qui pénalise la consommation. Une crise inédite dans l’immobilier, un chômage record des jeunes et le ralentissement mondial grippent également les moteurs de la croissance chinoise.

Cette crise « et un marché du travail atone minent la confiance des consommateurs », souligne l’économiste Helen Qiao, responsable Asie pour Bank of America. En mai, plus d’un jeune chinois sur cinq était en effet au chômage chez les 16-24 ans, un niveau record, selon des chiffres officiels, dont la publication mensuelle est depuis suspendue.

Le moral des consommateurs n’est guère au beau fixe et le niveau des dépenses est souvent inférieur à celles de 2019. par ailleurs, les exportations de la Chine, historiquement un levier de croissance, ont ainsi connu l’an dernier leur premier repli depuis 2016, selon des chiffres publiés vendredi par les Douanes chinoises.

L’autre risque c’est la déflation. L’indice des prix à la consommation (CPI), principale jauge de l’inflation, s’est inscrit le mois dernier à -0,3% sur un an, a ainsi indiqué vendredi dernier le Bureau national des statistiques chinois (BNS).
La Chine avait basculé en déflation en juillet 2023 pour la première fois depuis 2021. Après un bref rebond le mois suivant, les prix sont depuis constamment en repli depuis septembre.

Faute de demande, les entreprises sont contraintes de réduire leur production et consentent à de nouvelles ristournes pour écouler leurs stocks. Cette situation, qui pèse sur leur rentabilité, les pousse alors à geler les embauches ou à licencier

Pour cette raison entre autres, « la Chine a connu d’importantes sorties de capitaux », ce qui a des répercussions sur l’activité économique du géant asiatique, indique par ailleurs l’expert à l’AFP. Tous les défis cités précédemment « continueront à peser en 2024 », prévient-il. Des sorties de capitaux liés aussi à la main de fer de plus en plus difficile à supporter de la part du parti communiste et qui décourage investisseurs, techniciens et ingénieurs. Bref, une sorte de retour de l’économie fortement administrée qui favorise aussi fuite des capitaux et les cerveaux .

Ministre de l’économie : »J’y suis j’y reste » ( Bruno Le Maire )

Ministre de l’économie : »J’y suis j’y reste » ( Bruno Le Maire )


En défendant la stabilité du gouvernement c’est-à-dire en renonçant un changement même anecdotique, le ministre de l’économie défend en réalité son portefeuille.
Bruno Le Maire vante donc les «vertus» de la «stabilité» pour l’économie et les finances dans «ces périodes de grands bouleversements».

L’actuel ministre de l’économie ne paraît pas par ailleurs trop chaud pour prendre la tête de la liste européenne surtout dans la perspective d’une défaite annoncée.

«Je ne pense pas du tout que ce soit ni mon souhait, ni mon avenir. Je pense qu’aujourd’hui, mon rôle, c’est de m’occuper de nos compatriotes, de faire basculer l’économie française définitivement du côté des grandes puissances économiques du XXIe siècle», a-t-il insisté.

Envol du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

Envol du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

L’or continue d’être une valeur refuge en cas d’instabilité économique voire de troubles ou de guerre. Il est clair que globalement la croissance économique de 2024 s’oriente vers une sorte de stagnation et la situation est particulièrement inquiétante dans certains pays notamment en Chine menacée aussi par une crise financière. La question de la gestion des taux n’a pas encore obtenu de réponse durable. Certes l’inflation se réduit mais elle continue d’exister à des niveaux plus bas s’ajoutant aux inflations précédentes et contribuant donc toujours à des prix records des produits et services.

La politique restrictive des banques centrales a cependant contribué à rafraîchir nettement l’ambiance de l’activité économique au point que la demande notamment en matière de consommation des ménages stagne ou régresse. Le moral des chefs d’entreprise confirme la perspective d’une conjoncture assez morose en 2024.

S’ajoute à cela les inquiétudes aux événements liés à l’environnement géo stratégique actuellement particulièrement instable notamment du fait d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine qui se révèle assez longue. Aussi la guerre entre le hamas et Israël, les attaques des Houthis en mer Rouge et les conflits en mer de Chine. sans parler du retour éventuel de Trump.

Du coup, on a beau encourager les investisseurs à réinvestir la bourse, certains préfère la prudence avec les placements en or ( dont le cours est au dessus de 2000 dollars l’once).

Hausse du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

hausse du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

L’or continue d’être une valeur refuge en cas d’instabilité économique voire de troubles ou de guerre. Il est clair que globalement la croissance économique de 2024 s’oriente vers une sorte de stagnation et la situation est particulièrement inquiétante dans certains pays notamment en Chine menacée aussi par une crise financière. La question de la gestion des taux n’a pas encore obtenu de réponse durable. Certes l’inflation se réduit mais elle continue d’exister à des niveaux plus bas s’ajoutant aux inflations précédentes et contribuant donc toujours à des prix records des produits et services.

La politique restrictive des banques centrales a cependant contribué à rafraîchir nettement l’ambiance de l’activité économique au point que la demande notamment en matière de consommation des ménages stagne ou régresse. Le moral des chefs d’entreprise confirme la perspective d’une conjoncture assez morose en 2024.

S’ajoute à cela les inquiétudes aux événements liés à l’environnement géo stratégique actuellement particulièrement instable notamment du fait d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine qui se révèle assez longue. Aussi la guerre entre le hamas et Israël, les attaques des Houthis en mer Rouge et les conflits en mer de Chine. sans parler du retour éventuel de Trump.

Du coup, on a beau encourager les investisseurs à réinvestir la bourse, certains préfère la prudence avec les placements en or ( dont le cours est au dessus de 2000 dollars l’once).

Flambée de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

Flambée de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix

L’or continue d’être une valeur refuge en cas d’instabilité économique voire de troubles ou de guerre. Il est clair que globalement la croissance économique de 2024 s’oriente vers une sorte de stagnation et la situation est particulièrement inquiétante dans certains pays notamment en Chine menacée aussi par une crise financière. La question de la gestion des taux n’a pas encore obtenu de réponse durable. Certes l’inflation se réduit mais elle continue d’exister à des niveaux plus bas s’ajoutant aux inflations précédentes et contribuant donc toujours à des prix records des produits et services.

La politique restrictive des banques centrales a cependant contribué à rafraîchir nettement l’ambiance de l’activité économique au point que la demande notamment en matière de consommation des ménages stagne ou régresse. Le moral des chefs d’entreprise confirme la perspective d’une conjoncture assez morose en 2024.

S’ajoute à cela les inquiétudes aux événements liés à l’environnement géo stratégique actuellement particulièrement instable notamment du fait d’une guerre entre la Russie et l’Ukraine qui se révèle assez longue. Aussi la guerre entre le hamas et Israël, les attaques des Houthis en mer Rouge et les conflits en mer de Chine. sans parler du retour éventuel de Trump.

Du coup, on a beau encourager les investisseurs à réinvestir la bourse, certains préfère la prudence avec les placements en or.

Consommation et Baisse des prix : les mensonges du ministre de l’économie

Consommation et Baisse des prix : les mensonges du ministre de l’économie

Le ministre de l’économie est un peu comme la grenouille qui voudrait se faire plus grosse que le bœuf. Il y a des mois, il avait annoncé la baisse des prix pour le début de l’été; Puis reportée à la fin de l’été et maintenant qui serait réel depuis octobre. La vérité est différente. Certes en octobre l’inflation a reflué à 4 % sur un an soit effectivement un recul par rapport à septembre qui affichait plus 4,9 %. Mais contrairement à ce qu’affirme le ministre de l’économie les prix ne baissent nullement. Au contraire il continue d’augmenter car l’inflation de 4 % en octobre se cumule avec les inflations précédentes et les prix atteignent des sommets jamais atteints.

Les chiffres provisoires de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) situent la hausse des prix à 4% au mois d’octobre, marquant une baisse significative par rapport aux chiffres du mois de septembre (4,9%) mais cela ne provoque pas pour autant au contraire une diminution des prix. À noter par ailleurs que l’inflation diminue davantage en Europe qu’en France en moyenne.

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, Par ailleurs candidat à la candidature pour les présidentielles de 2027, s’est d’ailleurs encore montré très optimiste mardi matin, en réaction aux chiffres de la hausse des prix du mois d’octobre. «Nous sommes en train de sortir de la crise inflationniste», a-t-il déclaré. Il y a un an presque jour pour jour, le même Bruno Le Maire pariait en outre sur un rétablissement du thermomètre des prix autour de la barre des 2% «courant 2024».Mais il ne s’agit nullement d’un thermomètre des prix mais d’un thermomètre de l’inflation !

Baisse des prix : les mensonges du ministre de l’économie

Baisse des prix : les mensonges du ministre de l’économie

Le ministre de l’économie est un peu comme la grenouille qui voudrait se faire plus grosse que le bœuf. Il y a des mois il avait annoncé la baisse des prix pour le début de l’été; Puis reportée à la fin de l’été et maintenant qui serait réel depuis octobre. La vérité est différente. Certes en octobre l’inflation a reflué à 4 % sur un an soit effectivement un recul par rapport à septembre qui affichait plus 4,9 %. Mais contrairement à ce qu’affirme le ministre de l’économie les prix ne baissent nullement. Au contraire il continue d’augmenter car l’inflation de 4 % en octobre se cumule avec les inflations précédentes et les prix atteignent des sommets jamais atteints.

Les chiffres provisoires de l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) situent la hausse des prix à 4% au mois d’octobre, marquant une baisse significative par rapport aux chiffres du mois de septembre (4,9%) mais cela ne provoque pas pour autant au contraire une diminution des prix. À noter par ailleurs que l’inflation diminue davantage en Europe qu’en France en moyenne.

Le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, Par ailleurs candidat à la candidature pour les présidentielles de 2027, s’est d’ailleurs encore montré très optimiste mardi matin, en réaction aux chiffres de la hausse des prix du mois d’octobre. «Nous sommes en train de sortir de la crise inflationniste», a-t-il déclaré. Il y a un an presque jour pour jour, le même Bruno Le Maire pariait en outre sur un rétablissement du thermomètre des prix autour de la barre des 2% «courant 2024».Mais il ne s’agit nullement d’un thermomètre des prix mais d’un thermomètre de l’inflation !

Proche-Orient : une menace pour l’économie (Sébastien Jean, IFRI)

Proche-Orient : une menace pour l’économie (Sébastien Jean, IFRI)

Trois semaines après l’attaque du Hamas en Israël, le conflit au Proche-Orient alimente la militarisation des affaires internationales.

Par Sébastien Jean, professeur au Conservatoire national des arts et métiers
(CNAM), titulaire de la chaire Jean-Baptiste Say d’économie industrielle.

interview dans La tribune
L’armée israélienne a commencé il y a quelques jours son offensive terrestre. Quelles pourraient être les conséquences économiques d’un embrasement du conflit au Proche-Orient entre Israël et le Hamas ?

SEBASTIEN JEAN – A ce stade, il est difficile de mesurer cet impact. A l’échelle économique mondiale, le Proche-Orient est avant tout important sur les marchés de l’énergie et les flux de transport. Les perturbations éventuelles sont principalement liées à l’offre de pétrole, bien sûr. Ce conflit alimente la tension politique, la diffusion de la violence, et la militarisation des affaires internationales. La guerre accroît l’incertitude réelle et perçue dans l’économie.

Historiquement, la guerre du Kippour dans les années 1970 avait provoqué un choc pétrolier. Pourrait-on s’attendre à une crise d’une même ampleur ?

Le parallèle est naturel et le même type de risque existe, mais l’Europe est quand même moins dépendante du pétrole aujourd’hui. L’effet de surprise serait bien moindre si les marchés du pétrole subissaient un choc important. L’exposition de l’Europe serait plus limitée. Mais le potentiel de diffusion dans l’économie est réel.

Dans votre dernière note vous affirmez que les interdépendances économiques et financières dans le monde restent très étroites, mais elles sont de plus en plus contraintes par les rivalités de puissance. Quels ont été les différents facteurs qui ont contribué à renforcer ces contraintes ?

Les événements récents constituent une rupture par rapport à la mondialisation des 30 dernières années. Les sanctions contre la Russie, l’Inflation Reduction Act ou les restrictions d’exportations des Etats-Unis vis-à-vis de la Chine montrent que les contraintes politiques qui pèsent sur les relations économiques internationales sont de plus en plus fortes.

Dans les années 1990, les Etats ne défendaient pas moins âprement leurs intérêts, mais ils le faisaient pour l’essentiel dans le respect des traités internationaux. C’est moins le cas aujourd’hui. On assiste de plus en plus à des comportements d’instrumentalisation des interdépendances économiques à des fins de coercition, qu’il s’agisse de sanctions, de restrictions d’importations, ou de privations d’accès à des réseaux financiers internationaux. Ces mesures s’articulent autour des domaines de la finance, de l’information ou de la propriété intellectuelle : leurs supports sont le plus souvent immatériels.

Vous évoquez la montée en puissance du thème de la sécurité et de la militarisation dans les relations internationales. Peut-on parler d’une militarisation des économies ?

La séparation entre les domaines politique et sécuritaire d’une part et les domaines économiques d’autre part devient plus poreuse, si bien que l’impératif de sécurité prend une importance croissante dans la définition des politiques économiques. Auparavant, la sécurité était assurée par les règles de coordination dans le cadre multilatéral ; désormais, on ne peut plus prendre la considérer comme un acquis, et les Etats doivent s’interroger sur les risques sécuritaires lorsqu’ils sont dépendants de ces marchés internationaux.

Ce n’est pas une nouveauté pour la Chine, pour qui cette préoccupation est très présente depuis plus d’une décennie, avec la volonté de limiter sa dépendance à l’étranger. Pour les Etats-Unis, la supériorité économique et technologique est de longue date un atout stratégique majeur, qui se trouve aujourd’hui contesté. D’où à la fois une volonté de mieux exploiter leurs positions incontournables dans les réseaux économiques internationaux, notamment dans la finance et les hautes technologies, et leur préoccupation accrue de limiter leurs vulnérabilités. Pour l’Union européenne, ces préoccupations sécuritaires sont beaucoup moins naturelles : ce n’est pas un Etat, mais une construction régionale fondée sur des règles, pour qui la séparation des questions économiques et politiques est conforme à la fois à ses valeurs et à ses intérêts. C’est contrainte et forcée que l’Union vient sur le terrain de la sécurité.

L’Union européenne apparaît plus que jamais isolée sur la scène internationale dans le respect de ces règles…

C’est surtout de la part de la Chine et des Etats-Unis que le respect des engagements internationaux pose problème. C’est particulièrement flagrant dans leurs relations bilatérales. Mais c’est aussi le cas de leur politique industrielle. La Chine a souvent appliqué les siennes dans un cadre discriminatoire de fait, si ce n’est de droit. Les Etats-Unis ont, quant à eux, introduit des clauses de contenu local ouvertement contraires à leurs engagements internationaux.

Comme l’Europe est le troisième acteur commercial mondial, cette situation est très inconfortable. Mais il faut rappeler que la plupart des pays du monde restent attachés au respect des règles, parce qu’ils savent que l’alternative serait une loi du plus fort dont ils pâtiraient. Aujourd’hui, l’essentiel des échanges mondiaux reste réalisé dans le respect des règles de l’OMC. L’Union européenne peut paraître singulière parmi les grandes puissances commerciales, mais ce n’est pas forcément vrai au sein de l’arène internationale.

Lors de la pandémie, la fermeture des ports de commerce et des relations commerciales ont mis en grande difficulté de nombreux pays en Europe, extrêmement dépendants de l’Asie. Pourtant, les Etats européens continuent d’échanger avec beaucoup de pays producteurs. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

La pandémie a été une perturbation extrêmement intense et soudaine. Elle a donné un coup de projecteur sur les dépendances de l’Europe aux importations. Mais je ne crois pas qu’elle ait montré la fragilité des chaînes de valeur internationales. Elle a plutôt montré leur résilience. Le commerce international a été affecté brutalement. Mais il s’est très vite rétabli. Les changements dans la demande mondiale ont été extrêmement soudains. Après une baisse très forte, il y a eu un rebond marqué de la consommation de biens durables. Le choc n’aurait pas été absorbé de la même manière dans un monde très cloisonné.

Il reste que la pandémie a mis en lumière cette dépendance aux approvisionnements étrangers dans un contexte où ils peuvent être instrumentalisés, du fait des tensions politiques.

Les hostilités politiques entre les puissances (Etats-Unis, Chine et Union européenne) peuvent-elles remettre en cause la lutte contre le réchauffement climatique ?

Le changement climatique est un facteur clé de la rupture en cours. C’est à la fois une révolution industrielle, commerciale, et un défi commun. Cette révolution se matérialise brutalement sur le marché de l’automobile quand on voit les exportations chinoises de véhicules électriques ou de batteries vers l’Europe par exemple. Les technologies vertes naissantes vont prendre de l’importance demain. En revanche, les domaines d’excellence de l’Europe, comme les moteurs thermiques auront moins de valeur à l’avenir. Cette révolution bouleverse également les dépendances aux marchés des matières premières.

Le défi commun nécessite des politiques fortes et un interventionnisme important des Etats. Le réchauffement climatique contribue à renforcer la place des Etats dans les économies. Le réchauffement climatique nécessite aussi un besoin de coordination. Le risque tragique auquel les Etats font face est que les divergences perturbent la coordination indispensable pour répondre au changement climatique.

On peut espérer que les pressions de ce défi commun freinent les antagonismes. La communauté internationale des Etats a un rôle à jouer pour éviter un engrenage tragique, en faisant pression sur les grandes puissances comme la Chine ou les Etats-Unis pour éviter un affrontement qui serait suicidaire pour tous.

Les institutions internationales ont pourtant été largement critiquées dernièrement. Ces organisations semblent très difficiles à réformer…

Le principe des institutions de l’ONU, de l’OMC ou des COP est de permettre aux Etats de délibérer sur les questions d’intérêt commun et sur leurs pratiques respectives. Les institutions existantes sont loin d’être parfaites et elles sont extrêmement difficiles à réformer, mais ce sont des enceintes où peut s’exprimer la pression des pairs, cruciale pour se coordonner et s’influencer mutuellement. Mais ce socle institutionnel de coordination ne peut rien face aux tensions politiques entre grandes puissances.

La guerre en Ukraine est-elle un point de bascule dans l’ordre géopolitique mondial ?

Même si la montée des tensions géopolitiques a précédé ce conflit, la guerre en Ukraine est une rupture majeure. Les relations de l’Europe avec la Russie sont profondément transformées pour longtemps. Sur le plan économique, cette guerre est aussi un exemple spectaculaire d’instrumentalisation des relations économiques à travers les sanctions financières contre la Russie ou l’instrumentalisation du gaz par Moscou. A ce titre, elle est emblématique d’une ère nouvelle, dans laquelle les tensions politiques contraignent de façon beaucoup plus étroite les relations économiques et financières internationales.

BCE et taux : Statu quo pour ne pas finir de tuer l’économie

BCE et taux : Statu quo pour ne pas finir de tuer l’économie

La Banque centrale européenne comme d’ailleurs les autres banques centrales notamment la Fed pourrait bien faire une pause en matière d’évolution des taux d’intérêt. En cause, le contenu même de la politique monétaire. D’après l’orthodoxie monétaire le relèvement régulier des taux devait mettre fin à l’inflation. En vérité l’inflation certes en recul mais les prix continuent de progresser. De sorte qu’on cumule à la fois les deux inconvénients , un coup de l’argent particulièrement excessif et une économie qui ralentit dangereusement vers la stagnation.

En septembre et pour la dixième fois consécutive depuis juillet 2022, la BCE avait relevé tous ses taux directeurs de 0,25 point, s’établissant sur une fourchette entre 4% et 4,75%.

La présidente de l’institution, Christine Lagarde, avait alors refusé de dire si le « pic » avait été atteint dans cette trajectoire de hausse des taux sans précédent. Mais elle avait laissé entendre que le cycle touchait à sa fin. Elle a même réitéré dans une récente interview que le niveau des taux est désormais tel que, « maintenus pendant une période suffisamment longue », ils contribueront « de manière décisive » au retour « le plus tôt » possible de l’inflation à l’objectif de 2%.

Les données économiques maussades publiées ces dernières semaines plaident en effet pour laisser les taux inchangés, avec une activité faible qui pointe vers une contraction du produit intérieur brut (PIB) de la zone euro au troisième trimestre. L’inflation a de son côté baisse mais pas les prix.

S’y ajoutent évidemment les risques géopolitiques avec un embrasement au Moyen-Orient qui pourrait faire flamber le pétrole et redonner vigueur à l’inflation.

François Villeroy de Galhau, fidèle comme d’habitude à l’orthodoxie financière, a réaffirmé la semaine dernière que, selon lui, la BCE devrait maintenir son taux directeur à son niveau actuel aussi longtemps que nécessaire. La baisse des taux n’est donc pas pour demain Il n’est pas envisageable certainement avant la fin de 2024.

Hamas : Une guerre qui peut menacer l’économie mondiale (FMI)

Hamas : Une guerre qui peut menacer l’économie mondiale (FMI)

En fonction de l’extension possible du conflit et du positionnement de certains pays, les conséquences géopolitiques pourraient affecter l’économie mondiale en particulier dans le domaine de l’énergie. La croissance mondiale est déjà très faiblarde y compris en Chine, Elle devient encore plus fragilisée avec l’ouverture de ce conflit au Proche-Orient. Ce que pense aussi le fonds monétaire international.

« Il est très difficile, en raison de l’ampleur, de la vitesse et des inconnues, d’avoir une lecture claire du court terme ou du moyen terme », concernant les conséquences du conflit, estimait lors d’une conférence de presse le directeur régional du FMI, Jihad Azour, « mais c’est énorme, c’est un tremblement de terre ».

Au niveau mondial, « le risque économique majeur est désormais un risque géopolitique », a admis le ministre français de l’Economie, Bruno Le Maire, lors d’un point presse à Marrakech, estimant que les conséquences pourraient être « lourdes » sur la croissance et les prix de l’énergie dans le monde.

Dans la foulée de l’attaque du Hamas, samedi, le pétrole a, en effet, bondi de cinq dollars, avant de reculer légèrement les jours suivants mais repartait à la hausse jeudi, après la publication du rapport mensuel de l’Agence international (AIE), pointant pour l’heure un risque « limité » du conflit sur l’approvisionnement en pétrole.

La véritable crainte est celle d’une généralisation du conflit à tout le Golfe Persique concentre 40% de l’offre mondiale de pétrole. Car, après des révélations du Wall Street Journal, les Etats-Unis, alliés historiques d’Israël soupçonnent l’Iran d’avoir donné son feu vert à l’attaque lundi 2 octobre lors d’une réunion à Beyrouth. En cas de dégradation des relations irano-américaines, et de retrait de l’Iran du marché pétrolier et gazier, les conséquences seraient lourdes sur le marché de l’énergie.

12345...12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol