Archive pour le Tag 'justifiée'

«Plates-formes et médias en ligne » : la rémunération des producteurs d’infos est justifiée.

«Plates-formes et médias en ligne » : la rémunération des producteurs d’infos est justifiée.

Dans une tribune au « Monde »  , Nicolas Mazzucchi, spécialiste en cyberstratégie, considère, qu’il n’est pas choquant que la plate-forme soit rémunérée comme fournisseur de service au profit du média traditionnel

Tribune.(extraits )

 

«  L’entrée en vigueur de la loi française sur les droits voisins de la presse, qui transpose la directive européenne sur les droits d’auteur, agite fortement le secteur de la presse et de l’information, au point que le président de la République s’est saisi de la question lors de son déplacement en Auvergne, le 4 octobre.

Loin de vouloir opposer les plates-formes gestionnaires de données comme Facebook, Google ou Twitter aux médias traditionnels dont les métiers sont radicalement différents, il appartient de saisir les enjeux cachés de ces droits, au-delà de la nécessaire rémunération du travail des journalistes.

La question économique de la répartition publicitaire entre plates-formes de données et sites internet des médias est centrale. Les plates-formes publient un aperçu et une illustration des articles, ainsi que le lien permettant de lire l’ensemble de l’article sur le site du média d’origine.

Il y a, par conséquent une répartition assez claire des rôles : la publicité sur la plate-forme – qui est au demeurant quasi inexistante en ce qui concerne les actualités – n’empêche pas celle sur le média d’origine, les deux pouvant être rémunérés pour la visite d’un seul et même utilisateur, sans que cela ne porte atteinte aux droits de l’auteur de l’article.

En un sens le média traditionnel est rémunéré pour le contenu de l’article et la plate-forme pour la mise à disposition du lien de consultation. La plate-forme agit comme une sorte de fournisseur de service au profit du média traditionnel. Que la plate-forme soit rémunérée pour la fourniture d’un tel service n’est pas choquant ; les journaux payent bien pour que leurs magazines soient distribués dans les kiosques physiques.

Les grandes plates-formes de gestion des données sont les sites les plus populaires en France, selon le classement Alexa (Google.com 1er, Google.fr 4e, Live.com 6e, Yahoo.com 7e, Facebook.com 9e, etc.) loin devant les sites des grands médias (lefigaro.fr 32e, lemonde.fr 44e, etc.). En outre, le trafic en ligne des médias en question provient essentiellement desdites plates-formes de gestion de données (32 % du trafic pour lemonde.fr et 45 % pour lefigaro.fr proviennent de Google). Il en résulte en France une redirection du trafic en ligne des plates-formes généralistes vers les médias. »

»

Financement LREM : une enquête justifiée mais trop limitée

Financement LREM : une enquête justifiée mais trop limitée  

Une enquête préliminaire est engagée vis-à-vis du financement de la campagne électorale de la république en marche. Mais une enquête qui ne porte que sur 150 000 € quand la campagne de Macron a coûté de l’ordre de 16 millions. Il est légitime de s’interroger sur l’origine des fonds de la république en marche. Officiellement ces fonds viendraient surtout des dons de 35 000 donateurs mais dans les faits ce sont surtout 600  donateurs qui ont versé la moitié de la dizaine de millions recueillis. Il serait intéressant de connaître l’identité (en tout cas la sociologie) et les conditions exactes du versement de ces donateurs qui ont versé chacun plus de 5000 €. Sans doute ces financiers qui avaient décidé de porter Macron au pouvoir. Ce qu’affirmait d’ailleurs Bayrou avant de se rallier au chef de l’Etat quand il déclarait en substance que les forces de l’argent s’étaient mobilisés pour porter Macron au pouvoir. ! Ces soutiens ont été largement récompensés d’une part avec la suppression immédiate de l’impôt sur la fortune et le CICE, une bagatelle de 40 milliards accordés sans granite, et sans objectif. Cette enquête préliminaire sur les 150 000 euros de Macron est évidemment ridicule car les investigations devraient  porter sur la totalité des rentrées financières aussi sur les ristournes exceptionnelles dont Macron a bénéficié pour l’organisation de ses meetings. Sans parler de sa déclaration de patrimoine qui ne fait apparaître comme actifs que 200 000 euros quand l’intéressé a gagné des millions chez Rotchild !

Sondage SNCF : grève non justifiée pour 53% des Français

Sondage SNCF : grève non justifiée pour  53% des Français

La majorité qui désapprouve le grève est courte mais réelle ; (53%) qualifie de « non justifiée » la grève des cheminots contre la réforme de la SNCF imaginée par le gouvernement, qui commence lundi soir, selon un sondage Ifop publié dans le Journal du Dimanche.Il faut cependant noter une montée des sondés qui approuvent le mouvement. Les sondés sont 46% à juger au contraire justifié ce mouvement mais il était 42% il y a seulement 15 jours. Preuve sans doute que la vague médiatique qui voulait montrer les cheminots comme des privilégiés est en train de s’affaiblir. Le mécontentement social montant dans différentes secteurs explique aussi sans doute ce petit changement de jugement.  La moitié des 954 personnes interrogées par téléphone les 30 et 31 mars, soit 51%, pensent que le gouvernement doit mener à bien la réforme. Elles sont 48% à penser le contraire. Les sondés ne doutent pas de la détermination du gouvernement puisque 72% d’entre eux pensent que l’équipe d’Edouard Philippe ira au bout de la réforme. Seuls 27% tablent sur un recul de l’exécutif dans ce dossier.  Les quatre organisations syndicales représentatives de la SNCF se sont mises d’accord sur un calendrier de deux jours de grève sur cinq à compter de mardi et mercredi et allant potentiellement jusqu’au 28 juin. Le mouvement de grève prend effet à compter de la veille, 19h.

 

Grève dans les hôpitaux de Paris : grève non justifiée et non suivie

Grève dans les hôpitaux de Paris : grève non justifiée et non suivie

 

La mobilisation dans les hôpitaux de Paris pour protester contre l’évolution du temps de travail a fait flop. La mobilisation a été insignifiante et pour cause il y a longtemps que dans la plupart des hôpitaux de province cette réforme a été réalisée. Une nécessité car la réduction du temps de travail initiale avait créé une pagaille totale dans le fonctionnement hospitalier. D’où l’impérative nécessité d’adapter les effectifs en fonction des niveaux d’activité et de la nature des services. En effet si on peut déplorer un manque d’effectif criant dans certains secteurs, c’est loin d’être le cas dans tous. En outre certains établissements hospitaliers de grande dimension exigent une gestion plus pointue car dans les conditions actuelles ces établissements sont devenus d’énormes  organisations ingérables. Plusieurs dizaines d’agents de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) ont une nouvelle fois manifesté mardi devant le siège de l’institution contre la réforme du temps de travail, à l’appel d’une intersyndicale. L’Usap-CGT, FO, la CFE-CGC, la CFTC et l’Unsa avaient appelé les agents des 39 hôpitaux à se rassembler à 10h ce matin.«Nous espérons toujours que cette réforme ne passe pas. Si c’est le cas ce sera dramatique pour nos conditions de travail», peste Fanny Rigaud, jeune aide-soignante à l’hôpital Saint-Louis, venue manifester bruyamment sa colère sous les fenêtres du siège de l’AP-HP dans le 4e arrondissement. Les agents étaient aussi appelés à cesser le travail alors que les premières mesures, comme la suppression des journées extraréglementaires (Fête des mères…) doivent entrer en vigueur dans quelques jours. Selon la direction de l’AP-HP, la mobilisation était à la mi-journée de 1,18%. «Hirsch vole les repos des héros» proclamait une bannière tendue devant l’établissement où se tenait un CHSCT central (Comité d’hygiène et de sécurité) au cours duquel le directeur général de l’AP-HP, Martin Hirsch, doit présenter pour avis les nouveaux ajustements de sa réorganisation du temps de travail. La réforme qui vise les 75.000 agents (hors médecins) de l’institution repose sur une modification des temps de travail et des suppressions de RTT. Elle prévoit le passage de 7h36 de travail à auxquelles sont soumis actuellement 50% des agents, à 7h30, synonyme de 15 RTT au lieu de 18. Le texte prévoit également la suppression au 1er septembre du régime horaire en 7h50 (16% des agents) pour le remplacer par celui en 7h36 avec un passage 20 à 18 RTT. Selon un audit, la direction de l’AP-HP a évalué à 48,4 millions d’euros brut les économies générées par la réforme entre 2016 et 2019, et à 41,1 millions les gains réalisés en termes de remplacement (intérim, remplacement, heures supplémentaires). Mais cet audit a mis en exergue une désorganisation des services liée à un absentéisme «préoccupant» et une «surcharge de travail». Martin Hirsch doit annoncer la mise en place d’ici l’été d’un plan de lutte contre ce phénomène. La direction fait valoir en outre que l’intégration de la pause repas dans le temps de travail pouvait être considérée «implicitement» comme une «compensation» aux dépassements horaires.

 

Sondage Grève taxis : justifiée pour 57%

Sondage Grève taxis : justifiée pour 57%

Les taxis n’ont pas une très bonne image ( en gros :  bons professionnels mais pas aimables) pour une majorité de Français qui par contre ont estimé que le mouvement de grève était légitime. Sans surprise,  c’est en région parisienne, théâtre des incidents les plus violents, que «les réponses sont les plus négatives sur tous les indicateurs », remarque Gaël Sliman, président d’Odoxa. Est-ce à dire que les sondés préfèrent la concurrence ? Nullement, sauf en Ile-de-France. « Bien que choqués par les violences qu’ils attribuent aux taxis, ils estiment tout de même que, dans son principe, leur mouvement était bien justifié, analyse Gaël Sliman. 57% des Français jugent ainsi que les taxis ont raison d’avoir provoqué la grève du 25 juin malgré les nombreux bouchons qu’elle a provoquée. » Bref, sur le fond, les Français donnent raison aux taxis, peu protégés par la loi et les pouvoirs publics (la Préfecture de police de Paris a néanmoins annoncé, hier, le déploiement de 200 policiers supplémentaires pour pister les chauffeurs UberOP), tout en estimant que sur la forme, ils ont poussé le bouchon trop loin.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol