Archive pour le Tag 'jusqu’où ?'

Popularité Macron : jusqu’où la chute ?

Popularité Macron : jusqu’où la chute ?

Depuis juillet, tous les instituts de sondage constatent la baisse de popularité de Macron. Cette fois c’est l’institut BVA qui enregistre la chute. En gros, tous les sondages donnent à peu près le même résultat avec de l’ordre de 70 % de la population défavorable à Macron. Mais ce n’est pas tellement le niveau de popularité qui est inquiétant mais surtout le processus de dégradation comme si Macron était désormais condamnée  une baisse tendancielle de son n’audience quoi qu’il fasse. Le problème en effet c’est que Macron a suscité au départ chez certains d’énormes espoirs, chez d’autres moins enthousiastes, on attendait les résultats. Or ces résultats il faut bien le dire sont encore pires que ce de François Hollande la croissance se tasse dangereusement (autour de 1, 5 % pour le PIB au lieu des 2,3 % espérés par les experts), la reprise du chômage, la détérioration du pouvoir d’achat et des déséquilibres financiers encore pires que précédemment. S’ajoutent à cela une personnalité et une posture que n’apprécient pas les Français. Bref le président ne réussit pas mais en plus ils se comportent davantage en monarque que comme président. Selon (*) le dernier baromètre de la politique nationale BVA pour La Tribune/Orange/RTL, la part des répondants ayant une opinion favorable a atteint 32% en septembre, soit deux points de moins que lors de la dernière enquête réalisée en août.

A l’inverse, la part des opinions défavorables s’élève à 67%, soit son niveau le plus haut depuis son accession à la fonction suprême. A titre de comparaison, il se situe au même niveau que son prédécesseur François Hollande en septembre 2013, après la même durée d’exercice du pouvoir. L’examen des résultats du sondage indique le locataire de l’Elysée est  »impopulaire dans quasiment toutes les catégories de population, même s’il l’est toujours un peu moins auprès des cadres (58%; +2) ». Chez les retraités, ils sont désormais 66% à exprimer une mauvaise opinion à l’égard du chef de l’Etat alors que cette catégorie représentait un socle important de son électorat. Et le mécontentement pourrait encore s’amplifier avec la future réforme des retraites programmée dans les prochains mois. Pour l’organisme de sondages, ces résultats marquent un renforcement du sentiment d’opposition chez les Français. « Plus problématique pour Emmanuel Macron, la proportion de personnes affichant leur opposition à l’égard de sa politique se renforce nettement depuis juillet, signe d’un durcissement des opinions à son égard : 45% des Français déclarent désormais être opposés à son action et à celle du gouvernement, soit une hausse de 6 points. »

___

(*) Méthode : enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internet du 26 au 27 septembre 2018 à partir d’un échantillon de 1011 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage et de la personne interrogée, région et catégorie d’agglomération.

 

Sondage- Hollande : la descente aux enfers jusqu’où ?

Sondage- Hollande : la descente aux enfers jusqu’où ?

Dans le denier sondage, Hollande recule à nouveau pour tomber au record historique d’impopularité de 23%. Sa conférence de presse et notamment son fameux pacte de responsabilité n’ont pas changé la donne ; Il est évidemment encore sanctionné sur sa politique économique et en particulier sur sa promesse d’inverser la courbe du chômage, promise aux vœux de 2012 et scandé tout au long de l’’année 2013. Une promesse idiote quand on ne prend pas les moyens d’améliorer la compétitivité de l’économie, donc la croissance et donc aussi l’emploi. La boite à outils qui devait redresser la croissance est donc rangée dans le placard aux oublis. Nouveau slogan désormais, le pacte de responsabilité, véritable cathédrale administrative qui essaye de faire le grand écart entre les vœux des entreprises et la gauche qui veut des contreparties immédiates illusoires. Avec une concertation plus ou moins bidon qui va durer des mois. Au mieux l’ application n’entrera en vigueur qu’en 2015. Il faudra d’abord des effets économiques et ce n’est qu’ensuite qu’éventuellement on pourra constater les conséquences sur le chômage (fin 2015 ou 2016). Dans le même temps Ayrault brouille le message en voulant remettre à plat la fiscalité (entreprises et ménages). Avec des propositions souvent qui contredisent la diminution des prélèvements obligatoires. Résultat, il y aura encore davantage de chômeurs en 2014 et le maintien d’un taux de chômage très important en 2015. Or c’est la question centrale pour les français, Hollande ne remontera pas la pente de la popularité. Avec la fessée électorale qui se profile surtout aux européennes, il aura encore moins de crédit pour réaliser des réformes. Pire la méfiance sera telle d’ici quelques mois que même des reformes pertinentes seront aussi contestées. Autant dire que Hollande va être complètement paralysé et jusqu’en 2017 ( normalement !) . Pour ajouter à la confusion la gauche s’engouffre dans des réformes sociétales qui ne sont pas la priorité, des reformes mal préparées et qui divisent un peu plus. Or la dynamique économique repose surtout sur la crédibilité de la gouvernance, sur la confiance. Une confiance qui fait totalement défaut. Pour Hollande c’est la descente aux enfers assurée mais pour le pays aussi.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol