Archive pour le Tag 'Juppé'

Page 9 sur 11

Le rassemblement jusqu’à la gauche (Juppé)

Le rassemblement jusqu’à la gauche (Juppé)

 

 

Ce n’est pas la première fois qu’Alain  Juppé évoque la possibilité d’une grande coalition pour redresser l’économie. Il confirme cette possibilité. Une proposition sans doute pas très sexy aux yeux de certains militants de l’UMP ou du PS mais pourtant pleine de bon sens. L’Etat catastrophique du pays ne peut en effet supporter de nouvelles joutes politiques stériles et démagogiques ; c’est autant de temps perdu pour les réformes et le redressement. La période appellerait en effet une coallition( comme en Allemagne) pour mettre au cœur de la problématique politique la modernisation de notre économie et au-delà l’amélioration du chôamge. Il parait peu vraisemblable que cet appel soit entendu tellement les candidats actuels pour 2017 sont pris par des logiques d’appareils. Alain Juppé, qui prône un vaste rassemblement à droite en vue de l’élection présidentielle de 2017, a donc déclaré mercredi que cette coalition pourrait aller « au-delà », via « un accord sur un projet ». Candidat déclaré au primaire de 2016 à droite pour l’élection présidentielle, l’ancien Premier ministre est aujourd’hui le rival le plus sérieux de Nicolas Sarkozy dans les sondages. Jugeant qu’exposer un projet ou un programme dès maintenant pour 2017 serait faire preuve de « beaucoup d’arrogance intellectuelle », il a dit sur Europe 1 croire aux « facultés de rebond » de la France. « Il faut faire quelque chose. J’appelle tous ceux qui y croient à m’aider à le faire en un large regroupement de la droite et du centre », a-t-il dit. « De la droite, du centre-droit et puis peut-être un jour faudra-t-il aller aussi au-delà, non pas par des combinaisons personnelles ou des recrutements individuels, mais par un accord sur un projet », a-t-il poursuivi, évoquant une « ouverture » nouvelle manière. Déjà dans Le Point, le maire de Bordeaux évoquait la perspective d’une grande coalition pour redresser l’économie française. « Il faudra peut-être songer un jour à couper les deux bouts de l’omelette pour que les gens raisonnables gouvernent ensemble et laissent de côté les deux extrêmes, de droite comme de gauche, qui n’ont rien compris au monde ».

Sondage popularité : Juppé en tête chez les Français mais Sarkozy en tête à droite.

Sondage popularité : Juppé en tête chez les Français mais Sarkozy en tête à droite.

Selon un sondage Viavoice à paraître lundi dans Libération, 56% des Français estiment que la droite ne ferait pas mieux que la gauche. Pour autant les préférences en terme de popularité vont à Juppé pour l’ensemble des Français et à Sarkozy pour les sympathisants de l’UMP.  Près de la moitié des Français (47%) estiment qu’Alain Juppé serait « un bon président de la République », tandis que 32% pensent de même pour Manuel Valls et 31% pour Nicolas Sarkozy. Marine Le Pen obtient 27% de réponses positives à la même question, François Fillon 26%, François Bayrou 24%, Martine Aubry 22%, Bruno Le Maire 21% et Ségolène Royal 20%. François Hollande n’obtient que 11%, derrière Emmanuel Macron (17%), Arnaud Montebourg (14%), Nathalie Kosciusko-Morizet (13%), Jean-Luc Mélenchon, Najat Vallaud-Belkacem et Xavier Bertrand (12% chacun), et à égalité avec Christiane Taubira et Nicolas Dupont-Aignan. Laurent Wauquiez et Nicolas Hulot récoltent 10% chacun. Les autres personnalités proposées aux sondés sont en dessous de 10%.74% des sympathisants de droite verraient en revanche Nicolas Sarkozy comme un bon chef de l’Etat, quand 67% ont la même opinion pour Alain Juppé et 49% pour François Fillon. Si on leur demande celui qu’il préfère comme candidat à la présidentielle – et donc à exprimer un choix et non simplement une opinion sur chacun -, 49% des sympathisants UMP désignent Sarkozy, 34% Juppé, 8% Le Maire, 2% Fillon, 1% NKM, 1% Laurent Wauquiez, aucun Xavier Bertrand, 2% « une autre personnalité de l’UMP » et 3% ne se prononcent pas. Les sympathisants de gauche sont 52% à penser que Valls serait un bon président, 51% ont la même opinion pour Martine Aubry et 50% pour Alain Juppé. 43% des personnes interrogées (toutes tendances politiques confondues) pensent que Manuel Valls « est plutôt un atout pour François Hollande », mais 33% estiment que le Premier ministre est « plutôt une menace » pour le président et 24% n’ont pas d’opinion. Enfin, 56% des sondés jugent que « si l’UMP était maintenant au pouvoir », elle ferait « ni mieux, ni moins bien » que la gauche, contre 26% qui jugent qu’elle ferait « mieux », 12% qu’elle ferait « moins bien » et 6% sans opinion.

 

Loi Macron : « Du bruit pour pas grand-chose » (Juppé)

Loi Macron : « Du bruit pour pas grand-chose » (Juppé)

Finalement Juppé a raison, la loi Juppé se réduit à peu de choses ; sans doute auusi pourquoi elle est approuvée par les Français, car c’est une réforme économique complètement marginale. « La loi Macron (du nom du ministre de l’Économie, NDLR), c’est beaucoup de bruit pour pas grand-chose. On nous a annoncé que ça allait révolutionner la façon dont les entreprises fonctionnent. Y a pas grand-chose dans cette loi », a déclaré le maire de Bordeaux et candidat à la primaire de l’Union pour un mouvement populaire (UMP) à l’élection présidentielle en 2017, invité de l’émission La voix est libre sur France 3 Aquitaine.  Le texte présenté mercredi par Emmanuel Macron suscite de fortes réticences chez plusieurs élus socialistes, comme Martine Aubry, qui entendent peser pour le faire amender très sensiblement. « Quand on voit l’opposition de la gauche de la gauche, on se dit que l’immobilisme et le conservatisme au Parti socialiste sont vraiment des valeurs sûres », a ajouté Alain Juppé.  La principale pierre d’achoppement est le chiffre de 12 dimanches travaillés par an figurant dans le projet de loi, le PS souhaitant le ramener à « 5 à 7 dimanches ». « Pour le travail le dimanche, moi, je suis pour plus de liberté », a commenté le maire de Bordeaux : « Franchement, vivons dans le monde où nous sommes (…), est-ce qu’il serait vraiment scandaleux que les Galeries Lafayette sur le boulevard Haussmann à Paris soient ouvertes le dimanche ? » « Les gestionnaires des Galeries Lafayette disent que si c’est ça, on crée 1 000 emplois et des millions de touristes qui sont dans Paris viendront » y faire leurs achats. « Donc, il faut là aussi de la souplesse et la loi Macron est de ce point de vue extrêmement timide », a conclu Alain Juppé.

Juppé: « Non au comité naphtaline »

Juppé « Non au comité naphtaline »

 

Juppé n’est pas né de la dernière pluie et il sait que la préoccupation de Sarkozy est de neutraliser se concurrents de l’UMP en les étouffant dans ses bras s de « rassembleur ». Pour cela un bon moyen, les ringardiser dans un comité des anciens. Autrement dit des vieux cons. À la proposition de former un groupe des anciens Premiers ministres au sein de l’UMP, Alain Juppé a donc  répondu qu’il ne rejoindrait pas un « comité naphtaline ». « Je suis prêt à participer au renouveau de l’UMP et au bon fonctionnement de ses instances, non pas dans je ne sais quel comité naphtaline qu’on sortirait de l’armoire de temps en temps », a écrit le maire de Bordeaux ce mardi 2 décembre sur son blog www.al1jup.com. En guise de réponse à la proposition de Nicolas Sarkozy, qui a dit vouloir instaurer un comité des anciens Premiers ministres issus de l’UMP, Alain Juppé dit vouloir être « là où se prendront les décisions dans un esprit résolument constructif ».  Interrogé lundi 1er décembre par des journalistes à Dakar, Alain Juppé avait précisé qu’il souhaitait connaître la teneur de la proposition de Nicolas Sarkozy « avant de dire oui ou non ».  « Ce que je souhaite, c’est aider, mais de façon réelle. Pas dans un comité de chapeaux à plumes qui ne servirait à rien », avait-il ajouté, précisant qu’il rencontrerait l’ancien chef de l’État à Paris si son emploi du temps le permettait. « Dans le même esprit, je dirai ce que je pense sur tous les grands sujets d’intérêt national et international », avertit Alain Juppé sur son blog, se donnant pour « tâche » en 2015 de décliner ses « grands principes de fond » en « propositions concrètes ».  Candidat déclaré aux primaires de la droite en vue de l’élection présidentielle de 2017, le maire de Bordeaux se garde toutefois de toute allusion explicite à un quelconque programme de campagne.

 

Fillon et Juppé : non au comité « machin » de Sarkozy

Fillon et Juppé : non au comité « machin » de Sarkozy

 

 

Mauvais début pour Sarkozy qui à la hussarde a voulu cadenasser dès dimanche soir  Fillon et Juppé dans un comité des anciens Premiers ministres, sans même leur en avoir parlé au auparavant. En fait une opération tordue monté avec Devillepin (toujours auusi manœuvrier et  revenu en grâce auprès de Sarkozy)  qui a fait plouc ! ç a démarre mal pour Sarkozy qui claironne partout qu’il veut être le rassembleur mais à sa manière, c’est à dire sous sa bannière en faiat à  sa botte.  , les deux anciens Premiers ministres ne souhaitent pas faire partie du comité des sages que souhaite former Nicolas Sarkozy au sein du parti d’opposition pour favoriser une gouvernance « collective ». Une instance au sein de laquelle Dominique de Villepin a déjà accepté de siéger. Les deux anciens locataires de Matignon ne comptent pas laisser l’ancien président jouer sa petite musique. « Il nous présente un comité des vieux sages pour en faire le comité des vieux cons », confie à ce sujet un proche de François Fillon.   »Il n’y a qu’une instance légitime, renchérit un conseiller d’Alain Juppé. C’est le bureau politique. Et les ex-Premiers ministres en sont membres de droit ». Les deux rivaux de Nicolas Sarkozy ont flairé la manœuvre. « Il décroche Dominique de Villepin de son croc de boucher pour nous tendre un piège, ironise un filloniste. On n’est pas obligé de foncer dedans ».  Avant de l’annoncer sur le plateau du journal de 20 heures de TF1 dimanche, Nicolas Sarkozy a évoqué l’idée avec les deux intéressés au téléphone. Le nouveau chef de file de l’UMP a même testé d’inclure le président du Sénat Gérard Larcher et celui de l’association des Maires de France François Baroin dans ce comité. Mais la proposition n’a pas soulevé un très grand enthousiasme. Nicolas Sarkozy savait donc à quoi s’en tenir. Mais pour l’ancien Président, l’essentiel est ailleurs. En faisant cette annonce, son objectif est clair. Se poser en rassembleur, et rejeter, le cas échéant, la responsabilité de la division sur ses opposants internes.

Sondage 2017 : Juppé toujours en tête devant Sarkozy

Sondage 2017 : Juppé toujours en tête devant Sarkozy

 

 

Une élection  finalement assez décevante de Sarkozy à l’UMP où il a gagné facilement mais en perdant 20% des voix en dix ans pose des interrogations, interrogations qui se confirment  dans un sondage comparant Sarkozy et Juppé. Au niveau national,  40% des sondés estiment qu’Alain Juppé dispose le plus de la «capacité à remporter l’élection présidentielle de 2017» contre 25% pour Nicolas Sarkozy. 35% estiment qu’aucun des deux n’a la capacité. Ils sont majoritaires à trouver Alain Juppé plus sérieux (53%) que Nicolas Sarkozy (16%), plus capables de rassembler les électeurs de droite et du centre (47% contre 21%), de représenter l’UMP pour l’élection présidentielle de 2017 (43% contre 27%), par contre chez les sympathisants de droite 43% des sympathisants de droite pensent que le nouveau patron de l’UMP est plus à même de gagner en 2017 qu’Alain Juppé.  On savait déjà – via plusieurs enquêtes d’opinion – que le maire de Bordeaux était le candidat de droite préféré des Français, Nicolas Sarkozy demeurant le favori de la droite. Selon le sondage du JDD, le constat reste le même lorsque l’on demande aux sondés non plus quel candidat ils souhaitent voire représenter la droite, mais quel candidat semble à leurs yeux le mieux placé pour remporter la course à l’Elysée. La bataille pour la primaire n’est pas gagnée pour Sarkozy et tout dépendra de ses modalités ; d’où justement cette volonté de Sarkozy de reprendre la direction de l’UMP pour « maitriser » l’organisation de cette primaire.

 

Sarkozy, faux –cul : « les sifflets contre Juppé, ce n’est pas de ma faute « 

Sarkozy, faux –cul : « les sifflets contre Juppé, ce n’est pas de ma faute  »

 

Plus faux cul tu meurs ! Sarkozy essaye de se justifier après les sifflets contre Juppé. Ce n’est pas de sa faute, il ne pouvait pas interrompre les sifflets. Quand on voit son visage diffusé sur Canal (le petit journal), on peut même s’apercevoir qu’il s’en réjouit plutôt.  En outre il oublie de préciser que de l’ordre de 25 à 30% de la salle étaient composés venus nombreux d’autres villes que Bordeaux, jusque dans les pyrénéennes ou encore Poitiers. Comme pour Johnny Halliday, certains même le suivent dans ses meetings. Normal, c’est plus un one man show qu’une vraie réunion politique ! En faiat des sifflets pas si spontanés car la salle avait donc été soigneusement préparés et bourrés avec les fans les plus radicaux de Sarkozy. – En meeting à Boulogne mardi 25 novembre, Nicolas Sarkozy s’est également confié au Figaro dans l’édition du 26 novembre. Le candidat à la présidence de l’UMP a profité de cette interview pour revenir sur les sifflets essuyés par Alain Juppé à son meeting de Bordeaux.  Il n’est pas « si aisé d’interrompre une salle » qui manifeste son « désaccord sincère et spontané avec l’orateur », a indiqué l’ex-président qui n’avait pas cherché à interrompre les militants. Interrogé par une équipe de Canal + à l’issue du meeting, il avait d’ailleurs répondu ne pas les avoir entendus.   »Croyez-vous que cela soit si aisé d’interrompre une salle de 5000 personnes qui manifestent leurs désaccords sincères et spontanés avec l’orateur? », s’est justifié Nicolas Sarkozy dans Le Figaro. « Au reste, ce n’est pas Alain Juppé qui a été sifflé, c’est ce qu’il a dit », a-t-il ajouté.   »Si j’avais dit la même chose, j’aurais été sifflé moi aussi », assure-t-il. « Beaucoup – en Aquitaine peut-être plus qu’ailleurs – ont été ulcérés par le fait que François Bayrou se mobilise pour faire élire François Hollande puis utilise les voix de la droite pour devenir maire de Pau », a-t-il poursuivi. « Je le dis solennellement, notre famille a besoin de tous ses talents. Personne ne pourra réussir seul », a-t-il fait valoir.

Sondage Popularité : Hollande tombe à 16 %, Juppé à 46%

Sondage Popularité : Hollande tombe à 16 %, Juppé à 46%

Encore un plongeon pour Hollande  qui  a encore baissé, à 16 selon les résultats de novembre du baromètre politique Odoxa-Presse Régionale-France Inter-L’Express. Priés de dire si François Hollande est un bon président de la République, 83 % des sondés ont répondu « non » (+ 3 points en un mois), 16 % « oui » (- 4 points). 1 % ne s’est pas prononcé. Parmi les seuls sympathisants de gauche, 61 % l’ont jugé négativement, 38 % positivement. Quant à la question de savoir si Manuel Valls est un bon Premier ministre, 61 % ont répondu « non », 37 % « oui », niveaux stables. 2 % ne se sont pas prononcés. Dans les rangs des sympathisants de gauche, 55 % l’ont jugé positivement dans son poste à Matignon, 43 % négativement. Dans les personnalités politiques suscitant le plus de soutien ou de sympathie, Alain Juppé est resté en tête, avec une adhésion globale de 46 % (+ 2 points), dont 14 % le soutiennent et 32 % éprouvent de la sympathie pour lui. En deuxième position, François Bayrou, stable à 35 % (6 % soutien, 29 % sympathie), a devancé Nicolas Sarkozy, en baisse de 2 points à 33 % (14 % soutien, 19 % sympathie), Marine Le Pen, en repli d’un point à 30 %, Najat Vallaud-Belkacem, en recul de 2 points à 29 %, Ségolène Royal, en déclin d’un point à 28 %. Objets des plus fortes variations sur un mois, Bruno Le Maire a progressé de 6 points à 25 % (5 % soutien, 20 % sympathie), tandis que Martine Aubry a baissé de 3 points à 24 % (7 % soutien, 17 % adhésion). Parmi les seuls sympathisants de gauche, Najat Vallaud-Belkacem est ressortie en tête (57 %, – 2 points), ex-æquo avec Christiane Taubira (57 %, + 1), devant Ségolène Royal (55 %, – 4), Martine Aubry (54 %, – 6) et Jean-Luc Mélenchon (48 %, + 4). Chez les sympathisants de droite, Nicolas Sarkozy, en tête, a reculé de 3 points à 62 %, devançant Marine Le Pen (57 %, + 4 points), Alain Juppé (53 %, + 1), François Fillon (39 %, – 3), Bruno Le Maire (37 %, + 12). Au palmarès du rejet, Marine Le Pen est en première position, stable à 51 %, devant Cécile Duflot (46 %, + 5), Nicolas Sarkozy (46 %, stable), Christiane Taubira (45 %, – 4), Jean-Luc Mélenchon (43 %, + 1). Enquête réalisée par Internet les 20 et 21 novembre auprès d’un échantillon de 1 012 Français représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus et constitué selon la méthode des quotas.

Juppé sifflé à Bordeaux où le difficile apprentissage de la démocratie à l’UMP

Juppé sifflé à Bordeaux où le difficile apprentissage de la démocratie à l’UMP

 

 

Décidemment l’UMP a des difficultés avec la démocratie qu’il s’agisse de remplacer ses dirigeants comme avec l’affaire Copé-Fillon où les bulletins truqués on empêché Fillon d’être élu ou encore sur le terrain dans les débats contradictoires où les intervenants sont sifflés. La preuve sans doute que la typologie de certains  militants UMP marqués à droite est plus proche des extrêmes que des formations démocrates classiques. Certes il s’agissait à Bordeaux de la réunion des fans de Sarkozy, pas vraiment une réunion de débat plutôt un show à l’américaine de Sarkozy, une sorte de stand-up,  avec des partisans sectaires. Cela traduit quand même quelque chose d’assez malsain à l’UMP  qui fait du complot permanent voire de la haine de l’autre l’essence de son fonctionnement démocratique. Certes dans les autres formations politiques tout n’est pas parsemé de roses mais à ce point de détestation et de coups fourrés c’est rare et même inquiétant pour la démocratie française. et  Alain Juppé et Nicolas Sarkozy, tous deux candidats à la présidence de la République en 2017, n’ont pas connu la même fortune lors du meeting que tenait l’ancien président à Bordeaux. Alain Juppé, maire de la ville, a été sifflé par la foule alors qu’il évoquait le rassemblement avec le centre et des primaires ouvertes avec la droite. « C’est la première fois qu’on voyait les deux hommes ensemble publiquement et ça ne s’est pas bien passé, mais ce n’est pas le drame du siècle, nous devons éviter la guerre des chefs », affirme Benoist Apparu, député-maire UMP de Châlons-en-Champagne et soutien d’Alain Juppé, au micro de France 3. « Je regrette que dans une réunion publique UMP, on puisse siffler un responsable, ça n’aurait pas dû se produire », a déclaré Bruno Le Maire, député UMP de l’Eure et rival de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l’UMP. « J’ai trouvé que ce moment était regrettable, bête », a jugé Nathalie Kosciusko-Morizet, députée UMP de l’Essonne.

 

Sondage compétence économique : Juppé en tête

Sondage compétence économique : Juppé en tête

 

Selon un sondage Odoxa pour BFM, c’est Juppé qui  apparait le plus compétent en matière économique pour l’ensemble des français, des français qui par ailleurs ont encore perdu en peu plus de confiance puisque 87% sont encore moins confiants qu’avant. .   »Si des écarts gauche-droite existent toujours, il est très spectaculaire de voir désormais une large majorité de sympathisants de gauche (plus de 64%) approuver chacune de ces mesures, y compris celles concernant l’alignement des régimes spéciaux de retraite (64%) ou les réformes de la sécurité sociale ou de l’indemnisation chômage (68%) », s’étonne Gaël Sliman, Président d’Odoxa.  Et à qui feront confiance les Français pour mener à bien ces réformes en 2017? Odoxa a demandé, pour chaque mesure, si François Fillon, Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé seraient les plus aptes à la mener à terme. En général, Alain Juppé l’emporte de loin… Mais à condition de prendre en compte la totalité de la population.  Le maire de Bordeaux est de loin le cadre UMP le plus populaire auprès des sympathisants de gauche (entre 57 et 66% selon les mesures). Parmi les sympathisants de droite, donc ceux qui seront invités à voter lors des primaires, Nicolas Sarkozy reste le plus populaire.  Du côté de l’exécutif, l’intervention télévisée de François Hollande, diffusée la veille du sondage, n’a pas convaincu les Français. Au contraire, ils sont encore plus nombreux à se montrer pessimistes quant à l’avenir du pays.  Selon le sondage, à la question « Depuis ces dernières semaines, être vous plutôt plus confiant ou plutôt moins confiant concernant l’avenir de la situation économique » dans le pays, 87% des personnes interrogées se sont déclarées « moins confiantes », contre 83% le mois dernier.  Ce mois-ci, ce sont plutôt les sympathisants de gauche qui perdent le moral, puisqu’ils ne sont plus que 27% à se dire plutôt plus confiants, contre 37% le mois dernier. Ils restent cependant beaucoup plus confiants que les sympathisants de droite, qui ne sont plus que 4% à se dire plutôt plus confiants.

Sondage 2017 : Juppé toujours devant Sarkozy

Sondage 2017 : Juppé toujours devant Sarkozy

 

Preuve que Sarkozy a manqué sa rentrée, Juppé est toujours devant pour 2017. Dans la perspective de la primaire présidentielle de 2016 et sur le corps électoral des sympathisants de droite, Alain Juppé confirme sa première place à 76 %, même s’il baisse de 3 points (chez les sympathisants de l’UMP le maire de Bordeaux arrive aussi premier à 80 %). Des chiffres qui confirme qu’il n’y a pas eu d’effet Sarkozy, l’ancien président arrivant deuxième (à 67 %, – 3 points) chez les sympathisants de droite. François Fillon qui avait beaucoup baissé regagne 7 points à droite (à 65 %). «A droite, c’est un peu figé», constate Yves-Marie Cann, directeur en charge de l’opinion chez CSA. A trois semaines de l’élection pour la présidence de l’UMP, la popularité des candidats est en effet stable chez les sympathisants de l’UMP. Nicolas Sarkozy recueille 79 % d’avis favorable, comme le mois dernier dans le baromètre politique réalisé pour « les Echos » et Radio Classique. Tandis que son concurrent Bruno Le Maire dispose d’un capital de sympathie de 40 %. Malgré une droitisation de sa campagne, le député UMP de l’Eure franchit pour la première fois la barre des 30 % d’avis favorables chez l’ensemble des Français (à 31 %) grâce à une progression de 4 points dans l’électorat de gauche. «C’est lui qui incarne l’opposition à Nicolas Sarkozy jusqu’au 29 novembre», explique Yves-Marie Cann. Dans la perspective de la primaire présidentielle de 2016 et sur le corps électoral des sympathisants de droite, Alain Juppé confirme sa première place à 76 %, même s’il baisse de 3 points (chez les sympathisants de l’UMP le maire de Bordeaux arrive aussi premier à 80 %). Des chiffres qui confirme qu’il n’y a pas eu d’effet Sarkozy, l’ancien président arrivant deuxième (à 67 %, – 3 points) chez les sympathisants de droite. François Fillon qui avait beaucoup baissé regagne 7 points à droite (à 65 %).

 

Sondage : Qui ferait mieux que Hollande? Juppé pour 50% des Français

Sondage : Qui ferait mieux que Hollande? Juppé pour 50% des Français

A cette question, seul Alain Juppé recueille une majorité, 50%, de réponses positives, selon notre sondage CSA pour BFMTV publié ce mardi. Se classent derrière lui l’actuel Premier ministre socialiste, Manuel Valls – 39% de « oui »- et l’ancien Président UMP Nicolas Sarkozy, 38%.  L’ancien Premier ministre Alain Juppé, candidat à la primaire à droite en vue de la présidentielle 2017, est donc le seul à rassembler une majorité de Français derrière lui. De justesse, puisque 49% des sondés estiment qu’il ne ferait pas un meilleur Président que François Hollande.  Le maire de Bordeaux arrive en tête grâce à une crédibilité ancrée dans toutes les familles politiques. Ainsi, s’il est très favorablement jugé par les sympathisants de l’UMP (79%), Alain Juppé recueille également 44% d’avis favorables chez ceux du PS, tandis que 29% des sympathisants FN lui accordent du crédit. Deuxième du podium, Manuel Valls rassemble lui aussi au-delà de son propre camp. Ils sont 53% des sympathisants PS et 45% des soutiens de l’UMP à estimer qu’il ferait, aujourd’hui, un meilleur Président que François Hollande.  A gauche, le Premier ministre creuse l’écart sur les autres personnalités de la majorité. Il devance de loin Martine Aubry et Arnaud Montebourg, qui pâtissent d’un déficit de crédibilité au sein même de leur famille politique, sans être crédibles au-delà comme peut l’être Manuel Valls. Ainsi, seuls 47% des sympathisants PS pensent que Martine Aubry ferait une meilleure Présidente, cette proportion étant beaucoup plus faible pour Arnaud Montebourg, 24%.  Troisième du classement, Nicolas Sarkozy surclasse toujours Alain Juppé auprès des sympathisants de l’UMP. Ces derniers restent favorables à l’ex-Président: 91% d’entre eux (contre 79% chez Alain Juppé) jugent qu’il ferait mieux que François Hollande. Mais Nicolas Sarkozy clive plus qu’Alain Juppé: les sympathisants PS lui opposent un « non » massif, 94% pensant qu’il ne ferait pas un meilleur Président que François Hollande. Dans le camp du FN, les avis apparaissent très partagés à son égard, 47% voit en lui, un meilleur Président, contre 51% de « non ». Marine Le Pen arrive quatrième de ce classement, avec 32% de « oui ». Mais la présidente du Front national ne convainc que dans son camp: 98% des sympathisants FN pensent qu’elle ferait une meilleure Présidente que François Hollande, contre seulement 6% de ceux du PS, et un tiers de ceux de l’UMP (32%).

 

Sondage : Juppé nettement devant Sarkozy

Sondage : Juppé nettement devant Sarkozy

 

 

Dans un sondage BVA Orange-il se confirme que le retour de Sarkozy est vraiment raté puisque désormais Juppé le devance nettement, pire même Marine Lepen est devant Sarkozy. ; En fait c’est la conséquence de plusieurs phénomènes, en dépit de meetings quasi quotidiens et du  battage médiatique, la crédibilité de Sarkozy est entamée. D’abord par son bilan négatif lorsqu’il était président de la république, ensuite par des orientations programmatiques relativement floues ( 35 heurs, mariage pour tous, chômage, Europe), enfin par accumulation d’affaires financières qui renforcent son coté bling-bling. . Les  personnes sondées ont placé Alain Juppé largement devant Nicolas Sarkozy, 55% (+2) d’entre eux souhaitant que le maire de Bordeaux « ait davantage d’influence dans la vie politique française », contre 26% (-7) pour l’ancien président. Autre phénomène inquiétant pour Sarkozy, le faiat qu’elle apparaisse come le principal opposant dans in autre sondage. Un élément qui pourrait confirmer que Marine Lepen peut arriver en tête en 2017 même si ses chances au second tour sont assez inexistantes. En effet Pour la première fois, la présidente du FN Marine Le Pen devance Sarkozy dans la liste des personnalités proposées (29%, +1). Le baromètre montre aussi un saut de popularité pour le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron (36%, +13), qui se place au quatrième rang derrière Alain Juppé, François Bayrou et Bruno Le Maire.

 

Sondage : Juppé plus honnête que Sarkozy

Sondage :  Juppé plus honnête  que Sarkozy

 

C’est les résultats de sondages sur l’honnêteté 49% pour Juppé et 29% pour Sarkozy. Alain Juppé semble donc creuser l’écart dans les sondages avec Nicolas Sarkozy… En tout cas auprès de l’ensemble des Français. L’ancien Premier ministre, candidat à la primaire à droite en vue de la présidentielle 2017, est considéré par les Français comme beaucoup plus sympathique et moins clivant que son rival Nicolas Sarkozy, selon un sondage Ifop publiée dans Sud-Ouest Dimanche. Le maire de Bordeaux est jugé « sympathique » par 59% des Français, soit 20 points de plus que le score obtenu par Nicolas Sarkozy en réponse à la même question dans un sondage similaire mi-septembre, rappelle Ifop. La personnalité d’Alain Juppé est aussi perçue comme beaucoup moins clivante: ainsi 30% des sondés disent qu’il les « inquiète », et 23% qu’il les « met en colère ». Pour Nicolas Sarkozy, ces chiffres étaient respectivement 51% et 50%. Quant à l’image d’honnêteté, 48% des sondés estiment que l’expression « il est honnête » s’applique « bien » à Alain Juppé (contre 29% pour Nicolas Sarkozy le mois dernier). L’avance d’Alain Juppé, selon le sondeur, est aussi palpable dans des domaines où l’ancien président pourrait « structurellement être mieux placé »: ainsi pour 57% des personnes interrogées, Alain Juppé a « l’étoffe d’un président » (5 points de plus que M. Sarkozy), et 50% estiment qu’ »il veut vraiment changer les choses » (+5 également par rapport à l’ancien président).. En revanche, Nicolas Sarkozy surclasse toujours Alain Juppé en terme d’image auprès des sympathisants de droite, et surtout auprès de ceux de l’UMP: que ce soit sur « l’étoffe d’un président » (20 points de plus qu’Alain Juppé auprès des sympathisants UMP), la volonté de « vraiment changer les choses » (+19%) et sa compréhension « des problèmes des gens comme nous » (+17%). Alain Juppé va donc devoir mettre les bouchées doubles s’il souhaite passer le cap des primaires. Car ce sera bien au sympathisants de droite de désigner le candidat UMP à la présidentielle.

 

Primaire UMP 2017 : Juppé nettement devant Sarkozy

Primaire UMP 2017 : Juppé nettement devant Sarkozy

En recul de trois points par rapport à une précédente enquête de juillet, l’ancien Président est désormais devancé par Alain Juppé dans les intentions de vote (35% contre 47%). Le maire de Bordeaux, pour sa part, est en progression de 15 points. Suivent Bruno Le Maire – qui pour l’heure pas candidat à cette élection – avec 10% (+2 points), François Fillon avec 5% (-2 points) et Xavier Bertrand avec 2% (-1 point). Les marges d’erreurs sont néanmoins importantes, de l’ordre de six points, le sondage ayant été réalisé auprès d’un échantillon de 1.224 personnes, dont 336 comptent participer à la primaire. En effet, ce sont 28% des sondés qui manifestent leur intention de participer à la primaire à droite. Un chiffre en hausse de quatre points en trois mois et qui va au-delà des seuls sympathisants de l’UMP Les sympathisants UMP, d’ailleurs, restent de leur côté favorables à l’ex-président. Nicolas Sarkozy recueille 51% des intentions de vote des adhérents au parti (-3 points) devant Alain Juppé 37% (+8 points). François Fillon est troisième, avec 7%, devant Bruno Le Maire et Xavier Bertrand, crédités chacun de 2% des intentions de vote.

 

1...7891011



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol