Archive pour le Tag 'Joe'

En 2021, Joe Biden pour une politique internationale apaisée

En 2021, Joe Biden pour une politique internationale apaisée

Après la fureur et la folie médiatique de Trump, le nouveau président américain Joe Biden promet une politique américaine apaisée tant à l’intérieur qu’au plan mondial. Certes il ne faut pas croire que les États-Unis vont abandonner la défense de leurs intérêts. Sur le fond il n’y aura peut-être pas d’immenses changements.

Par contre dans la forme,  les relations avec les autres pays redeviendront plus traditionnelles. Biden va tenter de renouer des relations normalisées avec la plupart des grands pays. Il s’efforcera chaque fois que possible de privilégier la négociation et le compromis. Reste cependant des questions complexes à résoudre notamment les relations économiques avec la Chine de plus en plus envahissante partout.

De ce point de vue l’Amérique n’a guère apprécié que l’Europe se précipite vers un accord sur les investissements entre la Chine et l’union européenne. Un accord surtout poussé par l’Allemagne qui veut gagner des parts de marché en Asie mais qui risque d’en perdre aux États-Unis. Parmi les questions difficiles à régler,  il y a aussi les relations avec l’Iran. L’Iran qui a manifesté des signes positifs vis-à-vis de l’élection de Joe Biden et espère un compromis compte tenu de la situation économique dramatique dans laquelle elle se situe.

Joe Biden dénonce l’attitude d’obstruction de Trump

Joe Biden dénonce l’attitude d’obstruction de Trump 

 

Progressivement le ton monte chez le futur président américain, Joe Biden . Le futur président s’agace de plus en plus des tentatives d’obstruction de TRUMP sur le budget et sur la santé. Le président élu américain Joe Biden, qui prendra ses fonctions le 20 janvier prochain, s’est entretenu lundi 28 décembre avec les prochains responsables de la diplomatie et de la sécurité de son administration. Lors d’une brève allocution à l’issue de cette rencontre, il a déploré «l’obstruction» de certains responsables du Pentagone dans la transition en cours. «Nous n’avons tout simplement pas toute l’information dont nous avons besoin», a-t-il affirmé, dénonçant une attitude «irresponsable».

Joe Biden officiellement et largement élu

Joe Biden officiellement et largement élu

Biden obtient 306 voix contre 232 pour Trump, et dépasse son adversaire de 7 millions de voix à l’échelle nationale.

 Alors qu’il s’était jusqu’à présent abstenu de polémiquer avec Donald Trump, qui conteste depuis six semaines le résultat de l’élection, Joe Biden a cette fois clairement mis en cause l’attitude du président sortant. Rappelant que Trump avait pu déposer «toutes les plaintes qu’il avait voulu», il a insisté sur le fait qu’«aucune n’avait été reçue». Biden a ajouté qu’il avait remporté la victoire avec la même marge que Trump en 2016, que ce dernier avait qualifiée de «raz-de-marée».

Cependant Trump n’a toujours pas donné signe de son intention de reconnaître sa défaite, même si ses options se réduisent. Alors que la date du 14 décembre avait été mentionnée par l’entourage du président comme la seule élection «officielle», l’un des proches conseillers de la Maison Blanche, Stephen Miller, a suggéré que les contestations pourraient se poursuivre jusqu’à la date de l’investiture. «La seule date mentionnée dans la constitution est le 20 janvier», a-t-il dit dans un entretien à la chaîne Fox News. «Nous avons donc largement le temps pour corriger les erreurs de ce résultat électoral frauduleux et certifier Donald Trump comme le vainqueur de l’élection.»

Règlement de compte Trump: une enquête fiscale sur le fils de Joe Biden

Règlement de compte Trump: une enquête fiscale sur le fils de Joe Biden

 

Ce n’est sans doute que le début d’un vaste processus de règlement de comptes. En effet, à l’initiative de Trump  une enquête fiscale a été diligentée concernant le fils de au Biden. On sait évidemment que Trump lui-même, sa famille sont eux-mêmes soupçonnés de fraude fiscale.

Cette affaire pourrait bien revenir comme boomerang dans la figure de Trump par parenthèses n’a jamais voulu diffuser sa situation fiscale.

Le président sortant Donald Trump avait qualifié au cours de la campagne présidentielle la famille Biden d’«entreprise criminelle», pointant notamment les affaires de Hunter Biden en Ukraine et en Chine au moment où son père était vice-président de Barack Obama (2009-2017). Il accuse notamment Joe Biden d’avoir obtenu le limogeage d’un procureur ukrainien pour protéger de poursuites pour corruption contre une entreprise gazière, Burisma, dont son fils siégeait alors au conseil d’administration.

 

Cette «affaire ukrainienne» avait valu à Donald Trump une procédure historique en destitution après avoir été accusé par l’opposition démocrate d’avoir abusé de ses fonctions présidentielles en faisant pression sur l’Ukraine pour qu’elle enquête sur son rival politique et les activités commerciales de son fils.

 

 

 

Joe Biden : Marine Le Pen ne reconnaît «absolument pas» la victoire

Joe Biden : Marine Le Pen ne reconnaît «absolument pas» la victoire

 

«Je fais partie de ceux qui ne félicitent pas le futur président des États-Unis, parce que je ne considère pas que le match est joué tant qu’on n’a pas terminé les prolongations», a déclaré à la presse la députée du Pas-de-Calais, en marge de la cérémonie du 11-Novembre à Hénin-Beaumont.

Interrogée sur les accusations de fraude lors du scrutin, lancées par Donald Trump, Mme Le Pen a dit «attendre de savoir ce que la justice américaine dira.» «Ce que je note, c’est qu’un certain nombre de décomptes ont été effectués et que des décomptes donnent, pour ceux qui sont terminés, des résultats qui sont différents de ceux qui avaient été annoncés», a-t-elle poursuivi.

Interrogée sur CNews mercredi 4 novembre, la présidente du Rassemblement national a soutenu la réélection de Donald Trump, «meilleure pour la France» selon elle. Elle s’est félicitée d’un «retour des nations» durant son mandat.

Joe Biden : une victoire aussi écologiste ?

Joe Biden : une victoire aussi écologiste ?

La victoire de Joe Biden est aussi apprécié par les écologistes du fait que l’intéressé a promis de rejoindre l’accord de Paris d’où s’était retiré Trump et qu’il a déclaré lancer un programme de 1700 milliards pour une neutralité carbone en 2050. Certains experts tout en se félicitant de la victoire de Biden se montre circonspects sur les capacités des États-Unis et du monde en général,  à  respecter des engagements de Paris. Aux États-Unis les freins pourraient venir des lobbys bien sûr mais aussi du Sénat.

Notons aussi que des pays très favorables sur le papier comme la France sont encore loin des objectifs qu’ils est supposés atteindre.

« Ne vous y trompez pas. La sombre réalité est que même si chaque Etat américain respecte ses engagements en vertu de l’Accord de Paris (et beaucoup, dont les Etats-Unis et l’UE ne sont aujourd’hui pas à la hauteur), cela nous mènera à moins de la moitié du chemin » pour limiter le réchauffement à +2°C, a mis en garde sur Twitter le climatologue Michael Mann, de la Pennsylvania State University, « prudemment optimiste » après la victoire de Joe Biden.

 

Pour ne pas dépasser +1,5°C et limiter l’ampleur des catastrophes climatiques qui se multiplient déjà à travers la planète, il faudrait en effet réduire de presque 50% les émissions mondiales de gaz à effet de serre d’ici 2030, selon les experts climat de l’ONU (Giec). Une baisse qui nécessite des réformes radicales de l’économie mondiale. Mais une ambition qui serait un peu moins hors de portée avec Joe Biden à la Maison Blanche, estiment certains experts.

Certains experts tout en se félicitant de la victoire de Biden se montre circonspect sur les capacités des États-Unis et du monde en général de respecter des engagements de Paris. Aux États-Unis les freins pourraient notamment

Pour le groupe Climate Action Tracker, cette victoire pourrait ainsi être un « point de bascule » pour se rapprocher  »tout près » de l’objectif de +1,5°C. Il faudrait pour cela que la promesse de neutralité carbone des Etats-Unis d’ici 2050 soit tenue, tout comme les récents engagements chinois, européens et japonais en la matière.

« Si les Etats-Unis adoptent l’objectif de neutralité carbone pour 2050, les quatre plus grandes puissances économiques du monde seront en phase avec la science et montreront la voie vers un avenir sûr, propre et moderne », a de son côté commenté Pr Johan Rockström, co-directeur du Potsdam Institute for Climate Impact Research (PIK).

Sans majorité au Sénat, Joe Biden pourra toujours compter sur les milliers d’entités non fédérales (Etats, villes, entreprises…) dont l’engagement ces dernières années devrait permettre aux Etats-Unis d’atteindre malgré tout leurs anciens engagements en vertu de l’Accord de Paris (26 à 28% de baisse des émissions d’ici 2025 par rapport à 2005), selon Climate Action Tracker.

Présidentielle américaine : les priorités Joe Biden

Présidentielle américaine : les priorités Joe Biden

 

La première priorité sera sans doute de combattre avec une plus grande efficacité la crise sanitaire qui fait d’énormes dégâts en moyenne 100 000 contaminés par jour actuellement au moins ( proportionnellement à peu près autant que la France qui détient aussi le triste privilège de figurer en tête des pays les plus touchés). Il faut noter qu’aux États-Unis la plupart des soins sont payants y compris à l’hôpital. Certes, il ne s’agira sans doute pas de rétablir un système universel mais d’aller plus loin que  l’ Obamacare , l’idée est de permettre à chacun de souscrire un programme de soins, type Medicare , mais aussi de faciliter l’adhésion fiscalement aidée à une assurance santé pour les plus défavorisés.

La seconde priorité concernera la relance économique. Joe Biden considère que le fameux made in america de l’ancien président est un concept très théorique. Il entend définir un label beaucoup plus contraignant.( Plus de la moitié des produits entrant dans la composition de la production devrait être américaine) Parallèlement,  il veut favoriser les dépenses publiques en faveur des biens et services produits américains. Biden entend privilégier le développement technologique et les investissements qu’il est supporte. Un plan de 700 milliards pourrait être consacré à cet objectif. Biden vise aussi parallèlement l’accroissement du nombre d’emplois.

En attendant les effets de ces investissements du futur un vaste programme d’infrastructures sera lancé de l’ordre de 1300 milliards sur 10 ans avec un plan immédiat de 50 milliards pour remettre à niveau des infrastructures.

En matière d’environnement , Joe Biden a promis d’engager 1700 milliards sur 10 ans au service du climat et de l’environnement. Par ailleurs,  il  va réadhérer à l’accord de Paris. Pour financer ces différentes mesures, la politique fiscale sera revue à la hausse mais de façon plus égalitaire aussi bien pour les particuliers que pour les entreprises.

Au total Joe Biden va surtout apporter davantage de confiance et de lisibilité à l’avenir économique ce qui devrait générer une croissance bénéfique aux États-Unis mais également au plan international. Reste qu’il ne faut sans doute pas s’attendre à de changement radicaux des États-Unis dans leurs rapports économiques avec les autres puissances concurrentes dont l’Europe. Certes on comptera moins de déclarations tonitruantes mais globalement les États-Unis vont sans doute tenter d’être encore plus protecteurs de leurs intérêts.

Au plan international géopolitique, Biden va sans doute jouer la carte de l’apaisement notamment vis-à-vis de l’Iran et redonner vie aussi à l’OTAN ce qui passera notamment par des clarifications avec la Turquie.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol