Archive pour le Tag 'JM'

Réforme immigration : JM Clément (LREM contre)

Réforme immigration : JM Clément (LREM contre)

Jean-Michel Clément  menacé d’expulsion  du groupe LREM explique sur Franceinfo  pourquoi il votera contre ce projet de loi.


« Alors que le projet de loi était initialement baptisé « pour une immigration maîtrisée et un droit d’asile effectif », l’expression  »intégration réussie » s’est, au terme des premiers débats parlementaires, invitée dans l’intitulé de la loi.

Cette nouvelle formulation résume l’idée que l’on se fait du phénomène migratoire :

- la France serait « submergée » par une vague migratoire ;

- la France accueillerait mal ceux qui cherchent chez nous une protection ;

- la France intégrerait mal ceux qui recherchent cet ailleurs protecteur.

Nombre d’avis vont dans ce sens, comme celui, éclairé, du Conseil d’Etat qui remet en cause l’opportunité d’un nouveau texte, alors que le dernier remonte à moins de… deux ans ! Un temps bien trop court pour en mesurer les effets, les bons comme les mauvais.

Le rapport d’évaluation, que j’ai rédigé avec mon collègue Guillaume Larrivé (LR), a été présenté le jour même où le nouveau projet de loi était examiné en Conseil des ministres ! Interrogeons-nous, à cette occasion, sur la considération accordée au travail parlementaire… Au caractère prématuré s’ajoute « une absence de stratégie publique éclairée par l’exacte mesure des défis à relever », constate le Conseil d’Etat dans son avis.

Tout cela fait de ce texte un problème de police, alors qu’il s’agit d’un problème de société pour Jacques Attali, mais aussi d’humanité ou d’inhumanité pour Etienne Pinte, président du Conseil national des politiques de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale. Pour Louis Gallois, président de la Fédération des acteurs de la solidarité, c’est un texte inutile et inefficace, qui risque, en plus, aux yeux de Benjamin Stora, président du conseil d’orientation du Musée national de l’histoire de l’immigration, de stigmatiser des personnes d’origine étrangère installées en France depuis longtemps !

Contrairement à une idée trop répandue, la France n’est pas « submergée » ; le solde migratoire est le même depuis 1975. Ceux qui frappent à notre porte sont vingt fois moins nombreux qu’au Liban, dix fois moins qu’en Allemagne. Notre pays de 67 millions d’habitants pourrait parfaitement prendre sa part et l’assumer, si nous le décidions ; et si nous décidions d’allouer « le budget du non-accueil » à un traitement digne des personnes arrivant sur notre sol.

Nous allons continuer de transformer de très nombreux exilés en des personnes instables, insécurisées sur le plan juridique. Beaucoup, non expulsables, resteront trop longtemps avec des droits incomplets, sans possibilité de travailler, ni de se loger ou d’apprendre le français. Cette clandestinité nourrira les simplismes et les amalgames inhumains.

Au-delà de l’accueil dont ne traite pas ce texte, nous réduisons les droits des demandeurs d’asile en raccourcissant les délais dont ils disposent pour solliciter une protection et en écartant le caractère suspensif du recours devant la Cour nationale du droit d’asile. Sans parler du placement en centre de rétention administrative 90 jours durant, pour des individus dont nous ne sommes pas sûrs d’obtenir le laissez-passer consulaire nécessaire à leur renvoi dans leur pays d’origine. Ils resteront enfermés dans des conditions de promiscuité comparables

Intégrer, nous ne savons pas le faire non plus. Les non-nationaux en France sont inférieurs à ceux d’Espagne, d’Allemagne ou d’Angleterre… Et le nombre de naturalisations a baissé en 2017. Il faut également dire la vérité sur ce sujet.

La vérité est que nous sommes engagés dans une spirale tragique.

Qu’est-ce que la France d’aujourd’hui ? Est-elle toujours fidèle à la tradition d’accueil qui a fait son histoire et son honneur ? »

Djihadistes : pas vraiment fous mais atteints de troubles psychiques profonds (JM Hirt)

Djihadistes : pas vraiment fous mais atteints de troubles psychiques profonds (JM Hirt)

 

C’est ce que pense Jean-Michel Hirt, psychanalyste et auteur des essais Le Voyageur nocturne : lire à l’infini le Coran (Bayard) et Paul, l’apôtre qui « respirait le crime » (Actes Sud). (Intreview Francetv info )

Francetv info : Le fanatisme religieux est-il un champ exploré par la psychologie ?

Jean-Michel Hirt : Non, pas à proprement parler. Bien sûr, il existe des travaux sur la religion qui sont fondamentaux, comme ceux de Freud (L’Avenir d’une illusion, L’Homme Moïse et la religion monothéiste), mais le phénomène religieux reste trop peu exploré par les psychanalystes ensuite. Il y a même eu une époque où, en France, il était presque scandaleux pour un analyste de s’intéresser de façon ouverte au religieux. C’était une affaire classée, on était naturellement athée puisqu’analyste, et la messe était dite, alors que personne aujourd’hui ne peut plus ignorer la religiosité du psychisme, c’est-à-dire la répression du pulsionnel par le religieux ou son inverse : le pulsionnel mettant à son service le religieux pour se déchaîner.

On a pu s’imaginer, par exemple, que les pays arabes allaient connaître une évolution comparable à la nôtre, vers la sécularisation, grâce au nationalisme panarabe. On s’est fait de grosses illusions en prenant nos désirs laïcs pour la réalité. Aujourd’hui, il y a urgence à revenir là-dessus, à approfondir les analyses des grandes religions. 

Le déchaînement de violence de l’EI est-il une forme de folie ?

Un jihadiste n’est pas un « fou », pour peu que ce terme ait un sens. Le « fou », c’est un individu seul, qui est seul dans son monde et qui n’arrive pas à faire partager son monde aux autres. Précisément, les combattants de l’Etat islamique, ce sont des gens qui ne sont pas seuls. Ils sont en groupe, ils se reconnaissent dans un ensemble de références et ils luttent en se servant de la mise en commun de leurs savoirs pour imposer leur tyrannie. 

Ces jihadistes ne sont pas très différents de vous et moi. lls souffrent de toutes les pathologies que nous connaissons dans la société : certains sont très névrosés, d’autres délirent, d’autres sont psychotiques ou suicidaires. Ils tentent de résoudre des difficultés psychiques par des comportements dangereux à la fois pour eux et pour les autres. Pour parler en termes freudiens, chez eux, le conflit entre Eros (la pulsion de vie) et Tanathos (la pulsion de mort) tourne à l’avantage du dernier. Puisque Tanathos a l’ascendant, alors Eros se met à son service. Mais encore une fois, il s’agit juste d’une régression qui n’est pas irréversible. Saint Paul lui-même était un homme qui « respirait le crime », disent les Actes des Apôtres, avant de se convertir sur le chemin de Damas, de convertir ses pulsions de destruction pour se mettre au service de la construction de la religion chrétienne.

S’ils ne sont pas fous, comment expliquer ces actes qui nous horrifient ? On a l’impression que commettre ces crimes ne les affecte pas, qu’ils le font avec une grande légèreté…

Leur idéal mortifère a pris toute la place dans leur personnalité. Comme tous les passages à l’acte, les crimes que les jihadistes commettent se font dans une sorte d’aveuglement, de sidération de la conscience. La plupart des individus qui se retrouvent en prison pour avoir tué ont du mal à reconnaître ce qu’ils ont fait.

Mais on sait, parce que la guerre n’est pas une affaire nouvelle, combien les traumatismes peuvent se révéler considérables, quand les individus en reviennent. Certains ne peuvent plus continuer à vivre normalement et tombent malades. Tuer, ce n’est jamais quelque chose qui se fait comme on avale un verre d’eau. Aucun criminel n’est à l’aise dans sa culture et bien dans sa peau. Ce sont des individus qui souffrent de profonds troubles psychiques qu’ils n’arrivent pas à résoudre et qu’ils projettent violemment sur autrui. 

 

Lettre de JM Lepen à sa fille : tragicomique

Lettre de JM Lepen à sa fille : tragicomique

 

C’est pas Dallas mais ça y ressemble, l’argent, le pouvoir, les familles qui  se déchirent (même le sexe quand madame Lepen s’était mise nue pour embêter son ancien mari). Là c’est Jean-Marie Le Pen qui publie sur son site la lettre ouverte qu’il a envoyé à sa fille, où il règle ses comptes, après qu’elle a qualifié de « faute politique » la vidéo où son père parle de « fournée ».  Ce qui est savoureux, c’est qu’elle est un peu cachée. Jean-Marie Le Pen publie pourtant sur son site Internet la lettre qu’il a envoyée à sa fille (à lire en intégralité ci-dessous). La tension est forte entre les deux représentants du FN, depuis que Jean-Marie Le Pen a parlé de « fournée » à propos d’artistes anti-FN, dont Patrick Bruel qui est juif, dans une vidéo qui est réapparue sur le site du FN. Marine Le Pen avait qualifié les propos de son père de « faute politique ». Cette lettre n’apparaît donc pas directement sur la page d’accueil du site de Jean-Marie Le Pen. Il faut cliquer sur l’icône « Plus d’articles » pour y accéder. La missive débute par 2 citations. La première de Rudyard Kipling :  »Si tu peux supporter d’entendre des paroles travesties par des gueux pour exciter des sots, et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles, tu seras un homme mon fils« . La deuxième citation est signée Saint-Jean : « C’est la vérité qui vous rendra libres ! » Voilà pour la mise en bouche. Le plat de résistance est plus relevé après un très formel : « Madame la Présidente« , Jean-Marie Le Pen estime que la suppression de son journal de bord était une « injustice supplémentaire« . Il revient sur les propos de sa fille qui l’a accusé d’avoir commis « une faute politique » en employant le terme de « fournée ». Et contre-attaque : « Vous-même, n’avez-vous pas été mise en cause par votre déclaration sur l’occupation de rues par des fidèles musulmans ou encore votre présence à Vienne à un bal réputé nazi par nos ennemis ?« . « Vous estimez-vous donc fondée à sanctionner le fondateur et président d’honneur du FN, député européen depuis 30 ans et brillamment réélu ? » Jean-Marie Le Pen en profite pour régler aussi ses comptes avec les autres élus du FN qui l’on lâché. « S’il y a eu faute politique« , dit-il, « c’est le fait de responsables du parti qui l’ont accréditée, la faute donc, par leurs déclarations« . Jean-Marie Le Pen cible sans les nommer Louis Alliot, le vice-président du parti et compagnon de Marine Le Pen et Gilbert Collard, « un député qui n’est pas membre du Front National tout en lui devant son élection« … Gilbert Collard qui avait suggéré à Jean-Marie Le Pen de prendre sa retraite. La lettre se termine par un glacial : « Je vous prie Madame la Présidente, d’accepter les devoirs que je vous présente« .  

 

JM Le Pen : enrichissement suspect

JM Le Pen : enrichissement suspect 

Depuis fin 2013, la justice s’intéresse de près au patrimoine de Jean-Marie Le Pen. Alerté le 27 novembre par l’ancienne Commission pour la transparence financière de la vie politique, le parquet de Paris avait ouvert une enquête préliminaire sur les déclarations de patrimoine du président d’honneur du Front national. Au cœur de ce signalement, les différences constatées dans ses déclarations de patrimoine faites au début et à la fin de son premier mandat de député européen, en 2004 et 2009. Mediapart révèle ce mercredi 11 juin que le montant de cet enrichissement personnel s’élève à 1.127.000 euros. Le site d’information ajoute que « les explications, ou tentatives d’explications, fournies par l’eurodéputé pour justifier la variation de ses actifs n’ont pas convaincu l’ancienne commission pour la transparence ». Cette dernière a été remplacée par la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique. Interrogé par Mediapart quelques jours après sa sortie sur « la fournée » et Patrick Bruel, le dirigeant frontiste a expliqué n’avoir « aucune inquiétude » même s’il n’a « pas eu le temps de fouiller » le dossier. Il accuse l’ancienne commission de « désinvolture », de « paresse » et de parti pris idéologique, selon le site d’information. « Cela lui apporte sans doute un petit bénéfice politique de faire peser un soupçon d’illégalité sur Jean-Marie Le Pen », ajoute le président d’honneur du FN. Il ajoute qu’entre sa déclaration de patrimoine de 2004 et celle de 2009, il a bénéficié d’une « remise gracieuse » de plus de 400.000 euros après l’intervention du médiateur du ministère des Finances sur un redressement vieux de plusieurs décennies. Jean-Marie Le Pen est devenu millionnaire après avoir hérité en 1976 de la fortune de son ami Hubert Lambert, héritage d’abord contesté avant un accord à l’amiable avec la famille.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol