Archive pour le Tag 'Jean-Pierre'

Jean-Pierre Farandou, président de la SNCF : le client et le dialogue social

Jean-Pierre Farandou, président de la SNCF : le client et le dialogue social

Finies sans doute les improvisation organisationnelles farfelues et la course à la com. illusoire, le nouveau patron pourrait bien revenir aux fondamentaux; Lui est un vrai cheminot, il a occupé tous les postes d’encadrement de la maison. Il connait la technique, veut remettre le client au centre en même temps que le dialogue social. La fin peut-être des fantaisies des énarques et le retour des ingénieurs des mines compétents. Il aura du pain sur la planche car le corporatisme gauchisant gangrène l’entreprise.

(interview dans le JDD)

 

 

Quelles vont être vos premières décisions pour retrouver le calme?
Cette agitation témoigne de la préoccupation des salariés. Je l’entends. Quant aux organisations syndicales, elles estiment que le dialogue social est insuffisant. Je veux renouer le fil. Il ne peut pas y avoir un bon service aux clients s’il n’y a pas une paix sociale dans l’entreprise. Je vais voir au plus vite chacune des quatre organisations représentatives. Ce mot, « représentatif », a du sens pour moi.

 

 

Quelle sera votre position face aux grèves incontrôlées de ces dernières semaines?
J’ai les valeurs républicaines chevillées au corps, et la loi ­s’impose à tous. Je crois aux ­valeurs de la fraternité et du ­respect, entre nous cheminots, mais aussi ­vis-à-vis de nos clients. Ces principes-là, il faut faire ­attention à ne pas les abîmer. Le service public doit être respecté. La SNCF est un bout de la France, cela nous engage toutes et tous.

 

D’où vient le malaise actuel de la SNCF?
Les réorganisations, les changements d’organigrammes, de liens hiérarchiques, de responsabilités et de missions ont été trop fréquents ces dernières années. Pour chaque projet lancé, je vais demander aux managers de se poser deux questions : Est-ce que c’est bon pour le client ? Est-ce que c’est bon pour la compétitivité de l’entreprise ? Et il faut mettre en balance l’impact social et les conséquences du changement proposé. Je veux prendre le temps de mettre en œuvre cette évaluation de chaque projet.

 

 

SNCF: avec Jean-Pierre Farandou, enfin un vrai patron ?

 

 SNCF: avec Jean-Pierre Farandou,  enfin un vrai patron ?

La plupart du temps la SNCF a dû se contenter d’un patron à profil relativement politique ayant surtout pour vocation de se taire devant les contradictions de la politique des transports et de faire le dos rond face à certaines organisations syndicales. Du coup,  l’entreprise s’est enfoncée dans le déclin économique et surtout financier. Or la question de la succession de Guillaume Pepy se posait. Il était  souhaitable évidemment qu’on ne nomme pas un nouveau technocrate surtout occupé de communication c’est-à-dire davantage dans l’apparence que dans l’action. Bref, il faut enfin un vrai patron à l’entreprise,  un patron qui prenne en compte les deux champs prioritaires à savoir d’abord le commercial ensuite les ressources humaines. Il s’agit de transformer la SNCF en véritable entreprise pour éviter qu’elle ne disparaisse. Le choix du gouvernemenet s’est porté sur cde Jean-Pierre Farandou, actuel président de Keolis, groupe spécialiste des transports publics et filiale de la SNCF à 70 %. L’hypothèse d’un binôme entre Jean Castex, ex-secrétaire général adjoint à la présidence de la République de Nicolas Sarkozy, actuellement délégué interministériel aux grands événements sportifs, et Rachel Picard, directrice de Voyages SNCF a sérieusement tenu la corde, mais a finalement achoppé.

« Il y avait plusieurs inconvénients. D’abord, Jean Castex ne connaît pas du tout le secteur des transports. Or, la SNCF est en pleine transformation et l’on ne peut pas se permettre d’attendre trois ans que le nouveau patron s’acclimate. Rachel Picard, elle, maîtrise bien l’entreprise, elle y travaille depuis 2004. Et c’est une “Pepy girl”. Mais elle incarne vraiment le TGV, dans l’entreprise, à un moment où la priorité est de retisser des liens avec les régions. Et surtout, un exécutif à deux têtes n’incarne pas forcément l’image d’une entreprise réformée et prête à affronter la concurrence », commente un cadre de premier plan. Jean-Pierre Farandou semble avoir le profil qu’il faut, il connait le groupe SNCF et a un profil de manager. Reste à connaitre  les espaces de manoeuvre que lui laissera le gouvernement. .

« On a abandonné notre tissu industriel (Jean-Pierre Chevènement)

« On a abandonné notre tissu industriel (Jean-Pierre Chevènement)

Dans une interview à la Tribune, Jean-Pierre Chevènement s’inquiète d’une « globalisation devenue folle » qui a créé des fractures géographiques, sociales, générationnelles. Surtout, elle a mis en crise le modèle républicain et « périmé » le projet européen initié par la France après 1945. Jean-Pierre Chevènement défend un projet « d’Europe européenne »  de l’Atlantique à l’Oural, qui permettrait à l’Europe de se relever et de peser face aux Etats-Unis et à la Chine. Pour la France, l’ancien ministre défend l’idée d’un gouvernement de « salut public » et regrette la disparition de toute politique industrielle.  Et s’il ne conteste pas qu’il y a des efforts à demander au pays pour le redresser, il prône cependant de l’équité dans la répartition de ces efforts. Équité qu’il ne retrouve pas dans le programme de François Fillon. Extraits :

A propos du décrochage industriel

C’est bien le fruit d’un choix de nos élites – conscient ou inconscient – d’abandonner l’industrie. A la fin des années 1970, c’est l’idéologie post-industrielle qui dominait. Alain Touraine en avait fait la thèse. L’avenir était à la société de services. On pensait qu’il suffirait de briller sur quelques créneaux comme l’aéronautique, le luxe ou la pharmacie, les industries de défense, etc. Mais on a abandonné ou délaissé les autres industries, même l’automobile, par exemple. En 2000, nous avions un excédent commercial de 6 milliards d’euros dans ce secteur, en 2006, nous n’avions plus d’excédent et désormais nous avons un déficit de 10 milliards d’euros. De son côté, l’Allemagne affiche un excédent dans ce seul secteur de 137 milliards d’euros, les deux tiers de son excédent commercial total ! C’est que l’Allemagne a su utiliser la main d’œuvre à bas coût d’Europe centrale pour produire les composants, tout en continuant de les assembler en Allemagne où se concentrent aussi les fabrications et les fonctions à haute valeur ajoutée, ainsi la recherche et les sièges sociaux. En France on a complètement délocalisé l’industrie vers l’Espagne, le Portugal, la Slovaquie, la République tchèque ou la Roumanie… On a commis ici une erreur d’analyse en ne partant pas de l’industrie qui est la base de tout, mais des grandes masses macroéconomiques. On a ainsi abandonné notre tissu industriel, ce qui sape les bases de notre commerce extérieur, comme on le voit avec le creusement de notre déficit commercial en 2016. Y a-t-il meilleur baromètre de la compétitivité d’un pays ?

Mais, là encore, ce choix ne prend-il pas ses racines dans le choix de 1983 où l’on a préféré privilégier la monnaie forte et le maintien dans le système monétaire européen (SME) ?

En effet. Je plaidais alors pour une forme de dévaluation monétaire de 10 à 15 % par rapport au mark car je considérais que, dans un monde mobile, où depuis 1976 (les accords de la Jamaïque), le dollar était la monnaie mondiale, il fallait s’ajuster et ne pas s’en tenir à une parité artificielle. L’économie française n’était pas de taille à être le point d’ancrage monétaire de l’Europe. Ce pragmatisme était d’ailleurs le choix qu’avait fait le général de Gaulle en 1958 lorsqu’il a procédé à deux dévaluations d’un montant cumulée de 37,5 %, choix répété ensuite par Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing. J’ai conseillé à François Mitterrand d’en faire autant et je n’ai pas été entendu. Il a manqué une vision globale incluant l’industrie. S’est imposée au contraire une libéralisation financière dictée par l’idéologie néolibérale et la croyance en l’efficience des marchés. Le choix simultané de la monnaie forte et du capitalisme financier a entraîné un développement extraverti de nos entreprises et l’étiolement du tissu industriel national.

Votre comparaison des deux décrochages français est frappante. Vous décrivez comment les élites, après 1870, ont préféré investir ailleurs qu’en France et ont fait le choix de la valorisation de leur épargne en or, provoquant un retard d’investissement industriel du pays. Ce choix de l’épargne en monnaie forte des élites est donc une constante en France ?

Ce choix d’extraversion est à la base du développement des multinationales françaises qui croissent principalement à l’étranger. Le CAC 40 est une création conjointe de la gauche qui a nationalisé  et de la droite, qui a privatisé. C’est exactement le même phénomène qu’avant 1914 lorsque nous préférions investir en Russie, en Amérique Latine ou dans l’Empire ottoman qu’en France. Cette puissance financière rentière s’opposait alors au choix allemand d’une industrialisation renforcée par la recherche appliquée dans l’électricité ou la chimie, et s’appuyant sur un marché intérieur solide grâce à l’expansion démographique et au développement de l’Etat social bismarckien. L’Allemagne a alors fait le choix de la puissance endogène, la France de la puissance extravertie. Et c’est comme cela qu’elle a raté la marche de la deuxième révolution industrielle.

La France s’est rattrapée après 1945 à travers le développement de grandes entreprises publiques. Mais, mon opinion, c’est qu’elle n’avait pas comblé son retard en 1975 lorsqu’est venue une période plus difficile. Pour cela, il aurait fallu conserver les outils de l’Etat stratège pour muscler nos points forts et pour encourager le tissu de PME en renonçant à la « monnaie forte » qui ne pouvait que handicaper nos exportations. Mais c’était sans compter avec les Inspecteurs des Finances  hantés par la nostalgie de l’étalon-or et du bloc-or à laquelle la France de l’entre-deux-guerres est restée tardivement attachée jusqu’en 1936. Ainsi le choix de l’euro en 1992 et avant lui du système monétaire européen (en 1979), c’est-à-dire l’arrimage au mark, apparaissent comme la traduction d’un choix plus profond, celui  de la rente au détriment de l’industrie.

Comment se situe la France ? 

Elle s’est marginalisée. Nos exportations sont de 450 milliards d’euros contre 1.200 milliards d’euros pour l’Allemagne. Politiquement, notre capacité d’initiative semble éteinte. Voir l’Ukraine et le Moyen-Orient.

Certains, comme François Fillon, par exemple, défendent l’idée qu’une politique de « réformes » libérales sévères pourrait conduire à un rééquilibrage de la relation franco-allemande. C’était aussi l’idée de François Hollande. Qu’en pensez-vous ?

Les deux approches, de François Fillon et François Hollande, diffèrent en ce que François Fillon prévoit des transferts aux entreprises deux fois plus élevés que ceux opérés par François Hollande et qu’il demande aux salariés un effort sans contrepartie: retour aux 39 heures dans la fonction publique et plus aucune limite autre que négociée dans le cadre de l’entreprise dans le reste de l’économie. Je suis favorable à une politique de l’effort, mais il faut que cet effort soit équitablement partagé. L’idée de François Fillon reste, me semble-t-il,  d’agir sur les seuls indicateurs macro-économiques. Il s’agit de compenser par une forte dévaluation interne, l’impossibilité d’une dévaluation externe dans le système de la monnaie unique. Mais le malade risque de mourir guéri car les effets d’une politique ne sont pas toujours ceux que l’on prévoit. Il y a un risque de récession. Tout dépendra du contexte extérieur, sera-t-il favorable ? Je n’en suis pas sûr.

La  stratégie voulue par François Fillon est-elle en mesure de mettre fin à la marginalisation de la France dans l’Europe ? 

Je crains que non. Les effets du rattrapage sont forcément longs. Il faut développer la recherche et travailler beaucoup. C’était possible entre 1945 et 1975 dans un contexte très favorable. Comme avec un choc électrique, on n’est pas toujours sûr de voir le cœur du patient repartir… Ce qui me semble essentiel, c’est qu’une telle politique ne remplace pas une vraie politique industrielle. Or, tous les éléments d’une politique industrielle ont disparu : l’administration ne sait plus piloter l’industrie, les banques ne prêtent plus aux PME, les applications de la recherche sont en panne. Je ne veux pas critiquer le crédit impôt recherche que j’ai moi-même créé pour les petites entreprises industrielles en 1983, mais le volet de la recherche industrielle manque toujours. Où est l’Etat stratège dans le projet Fillon ?

Vous plaidez en faveur d’un « gouvernement de salut public », est-ce une façon pour vous de transcender le clivage gauche/droite ?

Je ne crois pas à l’union nationale mais je défends l’idée d’un gouvernement capable, un jour, de redresser le pays. Je ne conteste pas l’idée d’un effort nécessaire pour y parvenir. Ce qui me préoccupe c’est le double risque de l’injustice sociale et de l’inefficacité globale. Il manque surtout une vision pour la France à l’horizon de 30 ou 40 ans. Or, un tel projet donnerait le sentiment aux Français qu’ils peuvent de nouveau parler au reste du monde et qu’il n’y aura pas que les Etats-Unis et la Chine au XXIe siècle. Cela montrerait qu’il y a une place pour une France et une Europe indépendantes, ce qu’avait entrevu le général de Gaulle en son temps quand il évoquait « l’Europe européenne ».

Après Nice : « absence de réflexion collective » (Jean-Pierre Raffarin)

Après Nice : «  absence de réflexion collective » (Jean-Pierre Raffarin)

 

À droite Jean-Pierre Raffarin fait un peu exception et ne rejoint pas le cœur des critiques en tout genre et encore moins les élucubrations populistes de certains. « Je souhaiterais que nous puissions avoir des débats sereins et apaisés, là où ils doivent se dérouler, c’est-à-dire au Parlement et non dans les JT. Notre démocratie ne connaît pas la réflexion collective, c’est désolant». Il veut «éviter que les politiques de sécurité ne s’inventent dans les quarante-huit heures suivant un drame». Ceci étant  Jean-Pierre Raffarin aborde une question essentielle à savoir la trop grande exposition de la France contre l’État islamique. Jean-Pierre Raffarin remet en cause l’intérêt d’une intervention militaire française contre l’État islamique. «On peut se poser la question de la surexposition de nos armées en Irak et en Syrie. Dans cette aventure, nous sommes partis avec les Américains, et aujourd’hui notre action est globalement minoritaire mais politiquement très exposée. En va-t-il de l’intérêt supérieur de la France? Nous payons doublement le prix de la guerre, humainement et matériellement», s’interroge le sénateur. Jean-Pierre Raffarin ne rejoint pas les propositions fantaisistes de certains de ses collègues comme  Georges Fenech (LR): qui propose «Un Guantanamo à la française», ou encore comme  Alain Marsaud (LR) qui déclare «Je me défends, je porte une arme» Pour l’ex-juge antiterroriste, la population française doit être armée. «, Autre proposition, celle de Jacques Bompard qui consiste à faire «Faire sauter l’État de droit» sans oublier  Henri Guaino (LR) qui  a suggèré de mettre un lance-roquettes sur la Promenade des Anglais est sans doute lors de toutes les manifestations festives ou non. À juste titre Jean-Pierre Raffarin s’est donc inquiété de la surenchère des leaders de la droite

Jean-Pierre Masseret ex PS Grand Est sur France info : le charabia de l’oligarque !

Jean-Pierre Masseret  ex PS Grand Est sur France info : le charabia de l’oligarque !

 

Il était intéressant d’entendre ce matin Jean-Pierre Masseret sur France Info car son propos illustrait bien le charabia infâme des oligarques du PS. Une constatation d’abord, Pierre Masseret n’est pas un intello mais un politicien de carrière.  Il était inspecteur des impôts et cela fait 35 ans qu’il cumule les mandats électoraux. Il s’est montré complètement incapable de traiter avec un peu de profondeur la problématique socio économique qui justifie la colère de nombre d’électeurs qui votent FN. Certes il reconnaît les dommages du chômage mais en même temps évoque les « formidables »  actions du gouvernement « insuffisamment expliquées ». Pas étonnant comme la plupart de ses collègues socialistes, anciens fonctionnaires, Jean-Pierre Masseret ignore tout de l’économie et sans doute des réalités sociales même s’il en parle pour légitimer sa posture gauchisante. Ces explications étaient bien pathétiques et son propos était du niveau d’un conseiller général de la France profonde. Du bla-bla incompréhensible qui mélange des valeurs républicaines, des références gauchistes et  des propos de bistrot. L’intéressé affirme qu’il ne se bat pas pour des postes ; dès lors,  on se demande bien pourquoi à 71 ans il est encore sénateur et ambitionne en plus d’être président de la région du Grand Est. En outre il a l’outrecuidance d’affirmer qu’en dépit de son âge il est beaucoup plus jeune que d’autres. Pourtant la nullité de son argumentation ne peut l’exonérer de toute sénilité. Comme beaucoup d’autres responsables politiques Jean-Pierre Masseret a parlé de sa carrière politique comme si l’engagement au service de l’intérêt général pouvait se concevoir comme un métier dans lequel on fait une carrière. Encore un dévoiement de la fonction électorale. La  discours de Jean-Pierre Masseret illustre  bien ce qu’est devenu le PS : une congrégation d’apparatchiks  qui ne se rendent  même pas compte de l’incongruité de leurs propos

Jean-Pierre Masseret ex PS Grand Est : socialiste, fonctionnaire, oligarque, cumulard, franc maçon et gauchisant

Jean-Pierre Masseret  ex PS Grand Est : socialiste, fonctionnaire, oligarque, cumulard, franc maçon et gauchisant

 

Jean Pierre Masseret c’est l’archétype du responsable PS « ferme » sur les valeurs de gauche mais dont le comportement est celui d’un oligarque cumulard. Première observation,  pourquoi le PS a-t-il choisi comme tête de liste un oligarque de plus de 70 ans déjà sénateur ? On comprend que l’intéressé trouve son compte mais certainement pas la démocratie. Jean-Pierre Masseret comme nombre de responsables du PS est un fonctionnaire qui forcément n’a qu’une connaissance approximative des réalités économiques et sociales (ancien inspecteur des impôts !), Bref un vrai « socialiste ». En plus gauchisant puisqu’il a voté contre le traité constitutionnel de 2005, comme le FN d’ailleurs ou l’extrême gauche (deux extrêmes qui se rejoignent souvent, témoin le siphonage des voies de Mélenchon par le FN lors des régionales). Franc-maçon en plus, Jean-Pierre Masseret n’a pas honte de contribuer à faire élire le Front national. En dépit de toutes les pressions le « puriste » Masseret a  donc refusé d’obéir aux consignes nationales de retrait, malgré sa troisième place au premier tour, et décidé de maintenir sa liste, qu’il a déposée dès lundi. Cela alors qu’une majorité de colistiers s’est prononcée pour le retrait. Il est possible que la région du Grand Est soit la seule région gagnée par le FN car pour l’instant les sondages montrent que la droite pourrait devancer le Front National aussi bien dans le Nord  qu’en PACA. La porte-parole du PS, Corinne Narassiguin, avait pourtant  déclaré : « Une claire majorité absolue des colistiers socialistes sont candidats contre leur gré, ils refusent de participer de quelque manière que ce soit à une victoire du FN dans leur région. Il revient maintenant à Jean-Pierre Masseret de retrouver son sens des responsabilités dans la défense des valeurs de la République, en se retirant de la campagne du deuxième tour ».  Mais Jean-Pierre Masseret n’a pas tenu compte de cet appel. Il préfère échanger l’enjeu national contre quelques strapontins avec les indemnités financières qui l’accompagnent (autour de 2500 € par mois) qui viendront s’ajouter à la confortable rémunération du Sénat (autour de 10 000 euros par mois).C’  Est quand même mieux que le salaire d’un inspecteur des impôts qui tourne autour de 2500 euros ! (ou que le montant de la retraite) !  

TF1- Jean-Pierre Pernaut absent pendant une semaine : on fait comment pour l’info ?

TF1- Jean-Pierre Pernaut absent pendant une semaine : on fait comment pour l’info ?

 

Un drame évidemment, Jean-Pierre Pernaut sera absent des écrans de TF1 pendant une semaine. Autant dire que la France sera privée d’information pendant la même période. On ne saura  donc pas comment un retraité de Romorantin a fabriqué une tour Eiffel d’un mètre de haut avec des allumettes ou comment le curé de Carpentras a réussi à relancer un groupe de majorettes en difficulté. L’émission de TF1 à midi constitue un rituel incontournable pour connaître ce qui se passe dans la France profonde,  c’est un peu comme la messe le dimanche à la télé : un bruit de fond qui met de l’ambiance dans la cuisine. Dans nombre de maisons de retraite on risque d’être complètement désorienté. Pas étonnant que TF1 perde des parts de marché si elle supprime maintenant l’info dégoulinante de bons sentiments et  débordante de banalités rurales. Heureusement Jean-Pierre Pernaut ne sera absent qu’une semaine mais c’est sur une seule jambe qu’il  tiendra l’antenne. Pour apitoyer encore un peu plus une audience défaillante, Jean-Pierre Pernaut on envisage même de lui faire présenter le journal dans un fauteuil roulant ; l’objectif étend de trouver encore une meilleure adéquation entre la ligne éditoriale et les téléspectateurs potentiels. Le présentateur du JT de 13 heures sur TF1 a donc subi, dans l’après-midi du vendredi 2 octobre, une opération en urgence après avoir chuté la veille au soir. Il souffre d’une rupture d’un ligament à une jambe. Dès lundi 5 octobre, le journaliste de 65 ans sera remplacé à la présentation du journal par Jacques Legros, son habituel joker. Même s’il devra porter une attelle pendant au moins un mois, Jean-Pierre Pernaut souhaite revenir au plus vite… si l’on peut dire !

Jean-Pierre Jouyet « parle trop »

Jean-Pierre Jouyet « parle trop »

C’est le moins qu’on puisse. lI se croit sans doute investi d’une mission supérieure alors que ce n’est qu’un pur produit de oligarchie , même pas au PS et qui passe avec grande facilité de la droite à la gauche puisqu’il est maintenant le numéro un de l’Elysée comme secrétaire général après avoir été ministre de Fillon. Son passeport : l’ENA et son amitié avec Hollande. Pour le reste c’est un techno qui fait carrière en passant des cabinets à la tête des entreprises. L’archétype du technocrate pédant, prétentieux et méprisant (‘ rappelons –nous «  la caisse de dépôt n’est pas là pour sauver les canards boiteux !).  Trop énarque, trop à droite, pire : ex-ministre de Nicolas Sarkozy. « Il est le regrettable symbole de la continuité entre l’ère Sarkozy et l’ère Hollande » se désole un député. « Ce n’est pas quelqu’un de chez nous », tacle un conseiller ministériel. Pire « il incarne le fait qu’Hollande n’est pas assez à gauche. »  Et puis il y a cette maladresse, coupable. « Il parle trop, et à trop de monde, je le lui ai dit », confie un poids lourd du gouvernement. « C’est une erreur de casting », tranche un secrétaire d’Etat, « Jouyet est autant politique que moi vendeur de gaufres. » « Il passe son temps à faire des gaffes » fustige un collaborateur. « La gauche est clean sur le rapport à la justice, et lui, il jette le trouble ». Cette histoire « avantage 1 Sarkozy,   2 Le Pen. Moi, je dis bravo ! » conclut un ministre. Alors Jean-Pierre Jouyet doit-il quitter l’Elysée ?

 

« Jean-Pierre Jouyet ment « (Fillon)

« Jean-Pierre Jouyet ment « (Fillon)

 

Il a sans doute raison Fillon, Jouyet ment. Il a d’abord menti en affirmant qu’il n’avait jamais parlé des affaires de Sarkozy avec Fillon puis ‘est rétracté en disant le contraire. D’après lui Filon aurait évoqué les pénalités financières infligées à Sarkozy et payées par l’UMP (suite aux dépassements de campagne). Cette affaire ressemble à une vaste manipulation. Car si effectivement les affaires ont été évoquées, Fillon n’aurait jamais demandé à l’Elysée d’accélérer les procédures contre Sarkozy. François Fillon a  donc affirmé dimanche soir qu’il n’avait « jamais fait pression sur la justice ». L’ancien premier ministre UMP a aussi accusé Jean-Pierre Jouyet d’avoir menti, sur leurs conversations lors d’un déjeuner révélé par deux journalistes du quotidien Le Monde.  La polémique déclenchée par les révélations de deux journalistes du journal Le Monde devrait rebondir au-delà d’un week-end déjà chargé en déclarations. Au cours d’un déjeuner, François Fillon aurait demandé au secrétaire général de l’Elysée d’accélérer les procédures judiciaires contre son grand rival à l’UMP, Nicolas Sarkozy. Lors d’un entretien sur TF1 dimanche soir, François Fillon a démenti toute intervention et reproché à Jean-Pierre Jouyet « un mensonge » sur la teneur de leur conversation.  François Fillon a choisi de mener une contre-offensive en rappelant qu’il n’a jamais été associé à la moindre affaire en trente ans de vie politique.   Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l’Elysée, a déclaré ces dernières heures avoir parlé avec François Fillon des pénalités de l’UMP. Il s’agit de l’ardoise payée par l’UMP pour le dépassement des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, en 2012. C’est un point de la polémique auquel s’accroche François Fillon, en maintenant qu’il n’a jamais évoqué à table, ce sujet. « Nous n’avons pas parlé des pénalités. Si Monsieur Jouyet dit cela, c’est un mensonge. » Si les enregistrements révélaient que Mr Jouyet s’était vraiment exprimé ainsi, alors ce serait un scandale d’Etat. » (François Fillon)  L’ancien Premier ministre a par ailleurs demandé aux deux journalistes à l’origine de l’affaire, de révéler les enregistrements qu’ils disent avoir en leur possession. Interrogé sur France Info, après l’intervention de François Fillon, Gérard Davet co-auteur avec Fabrice Lhomme du livre Sarko s’est tuer à l’origine des révélations, a maintenu la teneur des conversations avec Jean Pierre Jouyet. 

 

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol