Archive pour le Tag '( Jean-Hervé'

Travailler plus pour améliorer la productivité et la croissance (Jean-Hervé Lorenzi)

Travailler plus pour améliorer la productivité et la croissance (Jean-Hervé Lorenzi)

Ce mercredi sort le dernier ouvrage de Jean-Hervé Lorenzi, fondateur du cercle des économistes, La grande rupture, coécrit avec Alain Villemeur. Le sous-titre, comme une réponse aux derniers livres de Philippe Aghion et de Patrick Artus, appelle à « réconcilier Keynes et Schumpeter ». Interview dans l’Opinion.

 

La crise n’a-t-elle pas signé une victoire par KO de Keynes sur Schumpeter ?

Je ne le pense pas. Les économistes qui inspirent les politiques publiques ont parfois tendance à ne voir qu’une moitié du problème en opposant l’offre et la demande. C’est une erreur. Se concentrer uniquement sur le soutien à demande quand 80 % des biens sont importés n’a pas de sens, tout comme penser que l’offre peut déterminer la trajectoire économique mondiale, européenne et française de manière déterminante est une vue de l’esprit. L’innovation ne peut régler seule tous les problèmes du monde. Soutien à l’offre, soutien à la demande, les deux sont nécessaires aujourd’hui.

N’a-t-on pas trop dépensé pendant la crise, notamment du côté des dépenses courantes (hors Covid) qui vont augmenter deux fois plus cette année (+41 milliards) que l’année dernière (+19 milliards) ?

La gestion opérationnelle de la crise a été un succès. Les prêts garantis par l’Etat, l’activité partielle et le fonds de solidarité ont été très vite mis en place. Les 7 milliards de garanties publiques du fonds de sortie de crise annoncé il y a peu sont une bonne idée. La sortie du quoi qu’il en coûte à compter du 1er septembre, c’est le bon timing. Le ministre des Finances, Bruno Le Maire, a bien fait les choses.

Dans quel état l’économie française va-t-elle ressortir de cette crise ?

Après une reprise très forte dans les prochains mois, nous allons nous heurter à une trajectoire économique contrainte et en réalité très largement prédéterminée par ce qui existait avant la crise. Trois raisons à cela : la démographie qui va peser sur les finances publiques et la capacité à innover. La répartition des revenus du patrimoine et les questions de bipolarisation du marché du travail. Une trop grande partie de la population dispose d’une capacité trop faible de consommer. Et de faibles perspectives de gains de productivité comme l’avait déjà soulevé Robert Solow il y a vingt ans du fait du vieillissement de la population et du développement des services, peu propices aux gains de productivité. Ces trois éléments s’articulent complètement les uns avec les autres et vont peser de manière très forte sur la croissance à moyen terme. Ni Keynes ni Schumpeter à eux seuls ne pourront résoudre ces interrogations.

«L’épargne massive disponible est chez nous détenue par les plus âgés qui ne prendront pas de risque. Il faudra donc mettre en place une forme de garantie collective sur les investissements risqués»

Vous craignez une stagnation séculaire ?

Séculaire, je n’en sais rien, par contre ces trois phénomènes menacent de ralentir l’économie mondiale dans les cinq à dix années à venir. Or, ce ralentissement ne sera pas tenable socialement. J’ajoute pour compléter ce cadre que je ne crois pas à une hausse rapide des taux d’intérêt parce que l’épargne demeure largement supérieure à l’investissement et qu’il existe encore d’importants réservoirs de main-d’œuvre peu onéreuse. Les seuls éléments qui pousseront à un peu d’inflation seront l’augmentation des coûts de production complémentaires liés à l’environnement et à quelques relocalisations. Mais aucune banque centrale ne prendra le risque de mettre en péril la solvabilité d’un pays.

S’il y a une contrainte qui a explosé, c’est bien la contrainte financière avec les milliers de milliards d’euros déversés par la Banque centrale européenne et la suspension du pacte de stabilité. C’est bien la preuve que la crise va tout de même bousculer certains équilibres…

La crise va modifier des équilibres sur deux points. Poussé par les évènements, le premier sera le réajustement des disparités de patrimoine et de revenus. Non pas par la fiscalité mais par des transferts de revenus entre générations. Si fiscalité il devait y avoir, elle sera sur les patrimoines, pas sur les revenus. Le deuxième aspect, c’est le fait que l’épargne massive qui est disponible qui chez nous est détenue par les plus âgés qui ne prendront pas de risque. Et donc, il faudra mettre en place une forme de garantie collective sur les investissements risqués, comme ce qui a été récemment fait avec le fonds de sortie de crise de 20 milliards d’euros des assureurs et professionnels du capital-investissement, dont les 7 premiers milliards sont garantis par l’Etat. Dans un monde de contrats, de risques et socialement déséquilibré, je pense que le mot « garantie » est promis à bel avenir.

Comment faire circuler davantage le capital entre générations ?

Ce n’est pas très compliqué. Il faut mettre en place une mesure massive d’incitation à la transmission par les donations. Quarante-cinq années d’expérience professionnelle en cabinets ministériels comme en tant qu’économiste, m’ont appris que rien n’est pire que les mesures homéopathiques. Cela ne sert à rien, hormis arroser le sable. Les mesures qui seront prises à l’avenir, pour être efficaces, devront être massives.

Les critiques diront qu’on ne fera que reproduire les inégalités d’une génération à l’autre…

Le pendant de cette mesure doit être une mesure temporaire permettant de redistribuer, comme une taxation des plus-values à court terme par exemple. On n’y échappera pas au vu de l’explosion des marchés financiers et des marchés immobiliers.

«L’ISF a inscrit dans le temps une forme de condamnation du patrimoine. C’est la vision de Thomas Piketty, pas la mienne. On doit par contre revoir la répartition entre les profits et les salaires en opérant un transfert d’une cinquantaine de milliards d’euros des premiers vers les seconds»

Vous appelez à rétablir l’ISF ?

L’ISF a inscrit dans le temps une forme de condamnation du patrimoine. C’est la vision de Thomas Piketty, pas la mienne. On doit par contre revoir la répartition entre les profits et les salaires en opérant un transfert d’une cinquantaine de milliards d’euros des premiers vers les seconds. Il suffit pour cela de passer la part des profits de 32 % à 29 %. Ce n’est pas la fin du monde ! On ne peut pas continuer à payer nos chercheurs aussi peu et s’étonner que les meilleurs partent tous aux Etats-Unis.

Ça veut aussi dire faire des économies ailleurs…

Absolument. Comment se fait-il qu’à budget équivalent, dans le primaire et le secondaire, l’Allemagne arrive à payer ses enseignants 40 % de plus que nous ? Il y a peut-être quelques réformes à mener. Claude Allègre avait raison : il faut secouer le mammouth.

La campagne présidentielle démarre. Pour nourrir le débat, vous proposez « un nouveau monde fondé sur six répartitions ». De quoi s’agit-il ?

Pour affronter les grands défis à venir avec une société apaisée, il va falloir réajuster les curseurs de six grandes répartitions : entre salaires et profits comme je viens de l’indiquer, mais aussi la répartition intergénérationnelle des salaires entre jeunes et vieux, la répartition à l’intérieur des investissements entre créations et destruction d’emploi, la répartition au sein de l’épargne entre actifs risqués et actifs sûrs. Il va aussi falloir rééquilibrer les dépenses entre protection sociale et formation, c’est-à-dire diminuer les dépenses de retraites de deux points de PIB pour les réallouer à l’éducation, et enfin répartir les emplois selon les qualifications.

Beaucoup tourne autour du travail finalement…

Aujourd’hui, nous travaillons chaque année 10 % de moins que nos voisins. Il va falloir travailler un peu plus ! Profitons de l’opportunité de la crise pour en parler en mettant tout sur la table : temps de travail annuel et tout au long de la vie, mais aussi pénibilité, télétravail, rémunérations… Les six répartitions couvrent à peu près tous les champs, c’est une l’occasion de tout mettre à plat et de réfléchir à ce que veut vraiment la société française. Ne nous contentons pas seulement de revenir au niveau de croissance de la fin 2019.

Y aura-t-il un deuxième plan de relance ?

Je pense qu’il aura lieu en février. Le quantum de 40 milliards avancé par Jean Pisani-Ferry et Olivier Blanchard est raisonnable. Ce deuxième plan doit être axé sur la formation et la qualification. Il faut moderniser l’éducation nationale, monter en compétences. Avec une contrepartie qui soit aussi un niveau minimum de revenu, pourquoi pas la mise en place d’un revenu universel. L’extrême pauvreté qui frappe certains n’est pas acceptable dans un pays riche comme le nôtre.

«Relancer le produire en France »( Jean-Hervé Lorenzi )

 «Relancer le produire en France »( Jean-Hervé Lorenzi )

Pour cause de crise sanitaire, les Rencontres Économiques d’Aix-en-Provence se dérouleront exceptionnellement cette année en ligne et en direct depuis des studios de la Maison de la Radio. Pendant 3 jours, du vendredi 3 au dimanche 5 juillet, cet « Aix-en-Seine » se veut une plateforme de débats pour chercher des solutions, rebâtir l’économie sur des bases nouvelles. À l’ouverture des Rencontres 2020, entretien dans la Tribune avec son fondateur, Jean-Hervé Lorenzi, président du Cercle des économistes.

 

 

-Cette crise de 2020 n’est pas comme les autres ?

JEAN-HERVÉ LORENZI - Avant la pandémie de Covid-19, l’économie mondiale était déjà en fort ralentissement avec un risque de guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, une Europe relativement absente sur la scène mondiale. La crise sanitaire a accentué toutes ces tensions. La France a été particulièrement touchée, parce que notre pays a appliqué un confinement très strict et avait des faiblesses structurelles, liées à sa désindustrialisation.

La première réponse politique à la crise a été réussie. Il s’agissait de protéger l’économie, les salariés, les entreprises, avec une palette d’aides publiques : chômage partiel, prêts garantis par l’Etat, soutien aux secteurs les plus affectés, ce qui a donné les plans aéronautique, automobile, tourisme… Nous devons relancer…le produire en France…. »mais il faut du temps. et ne plus espérer de reprise immédiate dite en V.

 

La reprise en V, c’est celle que tous les observateurs ont espéré mais que la plupart ont déjà effacé des tablettes. Le président du Cercle des économistes, Jean-Hervé Lorenzi, fait partie de ceux qui n’y croient pas. « Non, bien sûr que non » tranche-t-il sur le plateau de Good Morning Business, ce jeudi.

Celui qui organise ce weekend les traditionnelles Rencontres économiques d’Aix rappelle que l’économie n’est pas une science prédictive et doit s’analyser sur le temps long. « La crise de 2008-2009, qui est 5 fois moins importante que celle qu’on vit, les Etats-Unis ont mis trois ans à revenir au même niveau de leur activité de 2007 et l’Union européenne 5 ans » rappelle-t-il.

Pourtant, certains signaux se montraient rassurants, comme les ventes automobiles qui sont repartis vers la hausse. « Les gens oublient toujours que l’économie, c’est long » souligne Jean-Hervé Lorenzi. Ça ne signifie pas qu’il n’y ait pas de reprise ».

D’ailleurs, l’activité de ces dernières semaines se rapprochait doucement du niveau d’avant-crise. « C’est là où il y a une confusion » poursuit l’économiste. « On dit : ‘c’est formidable, on se rapproche de la consommation [d'avant crise]. Mais -5%, c’est -5% ! Donc il faut du temps. Il y a des tas de phénomènes qui vont avoir lieu » comme « le chômage qui va apparaître de manière plus directe ».

Selon les dernières prévisions de la Banque de France, le PIB français devrait reculer de 15% au deuxième trimestre de l’année 2020 et pourrait chuter de 11% sur l’ensemble de l’année.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol