Archive pour le Tag 'Je'

Page 6 sur 6

« Si Sarkozy recommence ses conneries , je ferai campagne contre lui  » (Morano)

« Si Sarkozy recommence ses conneries , je ferai campagne contre lui  » (Morano)

 

Nadine Morano menace Nicolas Sarkozy de faire campagne contre lui pour la présidence de l’UMP. Elle reproche à l’ancien président les choix qu’il pourrait faire pour former sa garde rapprochée. En cette fin du mois d’août, Nadine Morano avance sa rentrée sous les feux de l’actualité par ses déclarations fracassantes. L’ancienne ministre fustige Nicolas Sarkozy dans les colonnes du magazine Marianne de ce jeudi 21 août.  Après ces propos sur la femme voilée sur une plage, Nadine Morano s’interroge sur la stratégie de l’ancien locataire de l’Elysée dans la perspective de son retour en politique. Nadine Morano menace de prendre ses distances avec Sarkozy, alors qu’elle est considérée comme une ultra-sarkozyste, si l’ancien président ne s’appuie pas sur sa vieille garde.  Nadine Morano veut faire partie de l’équipe que constitue Nicolas Sarkozy en vue de son retour en politique. Elle ne souhaite rester sur le bord de la route. Alors elle fait entendre sa voix. Dans Le quotidien Le Monde du 7 août, elle exhortait Sarkozy de bien s’entourer.  Elle poursuivait convaincue et conseillait Nicolas Sarkozy à la plus grande vigilance. »C’est à lui de choisir les bons. Il ne peut pas s’entourer que d’énarques ou d’héritiers ». Et pour être sûr que son message soit entendu, elle en rajoute maintenant une couche bien dans son style.  Dans les colonnes de Marianne, la députée européenne UMP semble exprimer tout haut ce que certains pensent peut-être en sourdine. En outre, le retour de l’ex-président de la République suscite des convoitises de tous bords au sein de l’UMP et il y a ceux qui espèrent faire partie du bateau de la reconquête. Nadine Morano lance dans Marianne ce jeudi 21 août un avertissement qui sonne comme un ultimatum à Nicolas Sarkozy.   Elle espère qu’il ne va pas reproduire ses choix d’équipe qui, selon elle, ont finalement conduit au résultat décevant de la présidentielle de 2012. Elle tonne, « qu’il recommence ces conneries là et je ferai campagne contre lui ». C’est du Nadine Morano dans le texte, mais il parait difficile que cette fidèle parmi les fidèles se mette en travers de la route de Nicolas Sarkozy.

 

Non à la réforme territoriale : retenez –moi où je fais un malheur (Baylet- MRG)

Non à la réforme territoriale : retenez –moi où je fais un malheur (Baylet- MRG)

Baylet le président des radicaux de gauche (associés au gouvernement) a poussé un grand cri mais peu l’ont entendu. En clair, il a menacé le gouvernement en faisant démissionner les ministres MRG. Une occasion sans doute pour le grand public d’appendre qu’il y avait des ministres radicaux de l’équipe de Valls : Girardin, Braillard et Pinel. Des noms presque inconnus ! De toute manière, il ya longtemps que le MRG n’aurait plus d’existence sans le PS et tout ce finira par un arrangement. En fait Baylet conteste surtout la future suppression des départements. Une suppression qui n’est pas pour demain. Pour autant Baylet n’a pas complètement tort d’attirer l’attention sur la désertification de nombre de départements ruraux ; mais ce ne sont pas forcément le maintien des conseils génaux qui sont la solution. « Notre désaccord est grave et profond. » Dans un entretien accordé au Nouvel Observateur à paraitre jeudi, Jean-Michel Baylet, le président du Parti radical de gauche (PRG), fait part de toute sa détermination. A l’origine de son mécontentement : la réforme territoriale, que l’Assemblée nationale a adopté le 18 juillet dernier. Le sénateur du Tarn-et-Garonne estime que le texte a été étudié « dans la précipitation et en dehors de toute concertation utile et réelle », excluant des débats « les fonctionnaires territoriaux et les populations ». L’ancien candidat à la primaire socialiste menace le gouvernement. S’il n’est pas entendu, il précise que la ministre du Logement Sylvia Pinel, ainsi que les deux Secrétaire d’Etat Annick Girardin et Thierry Braillard, tous membres du PRG, démissionneront de leur poste. « Sur le fond, nous comprenons la nécessité de la réforme, mais nous disons qu’il faut la faire sur des critères objectifs et sérieux », poursuit Jean-Michel Baylet, qui s’étonne de voir la région Midi-Pyrénées fusionner avec le Languedoc-Roussillon, « deux immenses régions », alors qu’on « ne rattache pas la petite région des Pays-de-la-Loire à la Bretagne pour des raisons d’amitié personnelle avec le président de la République ». Une attaque à peine déguisée à l’encontre du Breton Jean-Yves Le Drian et du Nantais Jean-Marc Ayrault, qui ont manœuvré en coulisses. Le président du PRG demande par ailleurs le maintien du conseil général dans les départements ruraux, « une collectivité de proximité indispensable pour les services et l’aménagement du territoire », en l’absence de grande métropole. Tous les conseils généraux doivent pourtant être supprimés à l’horizon 2020. « Si nous ne sommes pas entendus, si nous arrivons à un point de rupture, alors là, oui, nous prendrons nos responsabilités et nous partirons du gouvernement. Nous en avons voté le principe lors de notre dernier comité directeur », précise Jean-Michel Baylet. Au début du mois de juillet, les radicaux avaient déjà menacé de quitter le gouvernement sans avancées significatives sur le sujet. Les sénateurs avaient alors déposé une motion référendaire afin que la réforme territoriale soit soumise au suffrage universel. L’adoption du texte devant l’Assemblée n’avait pourtant pas été suivie des faits. « Je ne veux pas me conduire comme les Verts qui ne cessaient de menacer de sortir de la majorité gouvernementale », se défend pourtant Jean-Michel Baylet dans cet entretien.

 

Montebourg : « Je ne suis pas le prince Potemkine »

Montebourg : « Je ne suis pas le prince Potemkine »

 

Pour Montebourg, c’est clair,  il n’est pas là pour cacher la misère aux yeux du monarque ( Hollande). Il conteste évidemment la politique d’austérité de  Hollande mais au passage égratigne Sapin, le nouvel « ami de la bonne fiance ». Arnaud Montebourg estime qu’il ne s’écarte pas de la ligne du gouvernement quand il propose de consacrer un tiers des 50 milliards d’euros d’économies publiques prévues sur la période 2015-2017 aux ménages sous forme de baisses d’impôts. « Je suis chargé de trouver des solutions pour remettre en marche l’économie », a déclaré vendredi sur France Inter le ministre de l’Economie et du Redressement productif. « J’ai expliqué qu’il fallait amplifier une politique déjà menée par le Premier ministre » avec les baisses d’impôts pour les ménages modestes prévues dans le projet de loi de finances rectificative débattu au Parlement, a-t-il ajouté. Lors d’un discours sur le redressement économique de la France, Arnaud Montebourg a fustigé jeudi les politiques d’austérité imposées selon lui par l’Union européenne et défendu la nécessité d’un rythme moins contraignant de consolidation budgétaire. Sans remettre en cause le programme d’économies de 50 milliards d’euros, il a proposé qu’il serve pour un tiers à réduire les déficits, un tiers à baisser les charges des entreprises et un tiers à réduire la fiscalité des ménages. Il se démarque ainsi du Pacte de responsabilité et de solidarité qui fait la part belle aux entreprises et ne prévoit jusqu’ici que cinq milliards d’euros de baisses d’impôts pour les ménages les plus modestes dans les trois ans qui viennent. Interrogé sur LCI/Radio Classique, le ministre des Finances Michel Sapin a voulu retenir qu’Arnaud Montebourg défendait « les deux piliers qui font la cohérence de la politique gouvernementale », à savoir les baisses de charges pour redresser la compétitivité des entreprises et les économies qui serviront à les financer. « Je ne l’ai pas entendu prendre rendez-vous pour 2017″, a-t-il dit en réaction à ceux qui ont vu dans le discours du ministre de l’Economie une véritable déclaration de politique générale. Arnaud Montebourg a indiqué sur France Inter que ses « coups de griffe » visaient non pas la politique suivie jusqu’à présent « mais l’Union européenne et l’ensemble des dirigeants européens » alors que les résultats de l’UE en termes de croissance sont « catastrophiques ».   »Il faut se réveiller, bouger un peu tout le monde », a-t-il déclaré en ajoutant qu’il était dans son rôle en tant que ministre de l’Economie et qu’il n’était pas le « prince Potemkine, le conseiller de Catherine II de Russie qui déployait des décors sur le passage de la tsarine pour cacher la misère. » A la question de savoir ce qu’il ferait s’il n’était pas suivi, il a répondu : « Je ne me situe pas dans cette perspective (…) mais on ne peut pas rester dans le statu quo, c’est cela mon message. »  Arnaud Montebourg a par ailleurs égratigné Michel Sapin pour avoir déclaré le week-end dernier « Mon amie, c’est la finance, la bonne finance », même s’il l’a bien distinguée de la « mauvaise finance », dans un clin d’œil au grand discours électoral de François Hollande, début 2012 au Bourget, quand il avait proclamé « Mon véritable adversaire, c’est la finance. » Pour le ministre de l’Economie, son colocataire de Bercy a peut-être voulu faire un bon mot « mais si c’était un bon mot, il a raté son objectif ».

 

Hollande à la télé: je reste

Hollande à la télé : je reste

Rien  de nouveau dans la déclaration télévisée de Hollande sinon qu’il a évoqué la solidifté des institutions, en clair que ces institutions lui permettent  de rester jusqu’en 2017. Il a certes acté que les européennes avaient manifesté une défiance vis çà vis de l’Europe, des partis et plus généralement de la politique mais à aucun moment il n’a évoqué sa propre responsabilité et celle du gouvernement. Une sorte de déni de réalité en quelque sorte. Hollande a réitéré sa volonté de  réorienter sa volonté de réformer l’Europe, dès demain a-t-il dit. Une promesse maintes fois faites et qui a abouti au fiasco puisque Merkel a toujours imposé toutes ses vues. En fait  il a rabâché une nouvelle fois la feuille de route du gouvernement : emploi, croissance, pouvoir d’achat, priorité à l’éducation, simplification des procédures, malheureusement du verbiage trop entendu et qui n’a encore donné aucune application concrète bien au contraire. Une chose nouvelle toutefois quand il souhaite que l’Europe se retire là où elle n’est p as nécessaire et se recentrer sur l’essentiel. Comment pourrait-il être écouté par cette bureaucratie de 55 000 fonctionnaires et cette commission bureaucratique qui se moquent  totalement de la légitimité démocratique. Il reconnait que l’Europe est illisible mais comme est illisible la politique du gouvernement. En 2013 il a augmenté les impôts et ce n’est qu’à quelques jours des élections qu’il a décidé d’alléger la fiscalité pour les moins favorisés. Même chose pour les entreprises combien faudra-t-il encore de mois et d’années pour redonner  de la compétitivité aux entreprises plombées par la fiscalité qui tue auusi l’emploi ? En réalité cette allocution n’avait qu’un objet : confirmer que Hollande restera en place ; une intervention par ailleurs sur la forme sans beaucoup de flamme, sans beaucoup d’éloquence, sans même  beaucoup de conviction. Hollande a faiat tout simplement l’impasse sur sa propre responsabilité  et ce n’est pas son hymne à l’amour de la France qui peut dissimuler le vide du propos. De toute évidence Hollande n’a rien compris mais visiblement, ce n’est pas son souci. Une seule préoccupation pour lui demeurer en place le plus longtemps possible. Or précisément la crise de régime ouverte par les européennes pose la question des institutions en place, de la démocratie et même celle du mandat d’un président qui n’a obtenu que 14% des suffrages soit environ 5% des électeurs.

Hollande: « c’était plus grave que je ne pensais » !!

Hollande:  « c’était plus grave que je ne pensais » !!

 

 

Un aveu significatif de l’incompétence de Hollande : « Je n’ai pas suffisamment dit que la situation était grave » en arrivant à l’Elysée, a reconnu François Hollande sur BFMTV et RMC ce 6 mai. « Un point n’a pas été suffisamment souligné, c’est la dégradation de la compétitivité », a ajouté le chef de l’Etat. « La France a failli déposer son bilan », a-t-il lancé.  Sur le chômage, il a concédé que sa promesse d’inverser la courbe du chômage était une erreur.  » Ce n’est pas encore le cas, nous avons réussi à le stabiliser, mais pas l’inverser ». « La baisse du chômage est mon obsession, mon combat ».  Le chef de l’Etat a ensuite refusé de considérer qu’il a changé de politique économique avec le pacte de responsabilité en janvier dernier.  » J’ai accéléré » a-t-il dit en réponse.  « Les Français se disent, ‘pourquoi fait-on tant d’effort?’. On va aller encore plus vite », a-t-il répondu. « Dès 2014, nous allons prendre une mesure supplémentaire pour les salariés modestes ». « Dès septembre, il y aura une amélioration du barème de l’impôt » pour que les salariés modestes ne paient pas plus d’impôt comme ce fut le cas l’an dernier, a affirmé le Président.  Il est revenu sur les mesures fiscales votées l’an dernier.  » Les catégories moyennes ont le sentiment de payer pour tous. C’est pour cette catégorie là que nous devons faire des efforts maintenant ».

 

Hollande : moi, président je nomme mes copains de l’ENA

Hollande : moi, président je nomme mes copains de l’ENA

 

Les militants socialistes  sont choqués, ils ne devraient pas il y a longtemps que les énarques ont noyauté les partis surtout  le PS. Et Hollande, président exemplaire nomme ses copains de l’ENA, Sapin bien sûr mais auusi Jouyet, Lemas  de la même promotion que  Hollande ( au fait ils sont socialistes ? oui ? non ? bof !). Nommé en juillet 2012, Jean-Pierre Jouyet, ami intime de François Hollande, va le rejoindre à l’Élysée, dont il sera le secrétaire général. Il remplace Pierre-René Lemas, que François Hollande va proposer… pour la direction générale de la Caisse des dépôts! Étonnant chassé-croisé. La Caisse des dépôts devra faire bon accueil à ce préfet, quand la tradition l’a habituée à être pilotée par des financiers, souvent des anciens du Trésor, et même des anciens directeurs du Trésor. «On sait maintenant que les inspecteurs des finances peuvent prétendre à la Préfecture de police», ironise un haut responsable. «C’est une décision de monarque. On est très loin de l’anaphore du candidat Hollande» Mais c’est surtout la méthode qui est en cause. Ils sont nombreux, de droite comme de gauche, à le dire: «Qu’aurait-on entendu si Nicolas Sarkozy avait agi de la sorte!» La décision de François Hollande d’intervertir les deux hommes, tous deux ses condisciples de la promotion Voltaire à l’ENA il y a plus de trente ans, ressemble au fait du prince. «C’est une décision de monarque. On est très loin de l’anaphore du candidat Hollande», commente un bon connaisseur. L’affaire est d’autant plus marquante que la Caisse des dépôts occupe une place à part dans le paysage des institutions publiques. Ce bras armé financier de l’État, bicentenaire, est placé sous la protection du Parlement. Il ne s’agit évidemment pas d’être naïf: de tout temps, le président de la République a eu la décision d’en nommer le directeur général. Mais de là à le «remanier» comme un ministre, il y a un pas dont la CFDT dénonçait mercredi la «désinvolture». La CGT, quant à elle, y voit «un dangereux précédent» qui «fait peu de cas du respect du principe d’autonomie de la Caisse des dépôts vis-à-vis de l’exécutif».

 

Tapie : « Je me fous des agendas de Sarkozy »

Tapie : « Je me fous des agendas de Sarkozy »

Du Tapie dans le texte qui se fouts que la justice ait décidé de conserver les agendas de Sarkozy. La justice peut continuer à utiliser les agendas du Nicolas Sarkozy. La Cour de cassation a jugé mardi  qu’il n’y avait pas lieu de statuer sur le pourvoi de l’ancien président. Les juges qui enquêtent sur des affaires où son nom apparaît peuvent donc se servir de ses agendas, notamment celle de l’arbitrage du Crédit Lyonnais. « Dans mon dossier, ça ne joue pas du tout« , réagit Bernard Tapie au micro de France Info. La justice peut donc continuer à utiliser les agendas de Nicolas Sarkozy. La cour de cassation a jugé mardi en début d’après-midi irrecevable le pourvoi de Nicolas Sarkozy contre la saisie de ses agendas lorsqu’il était président de la République, au motif qu’il a bénéficié d’un non-lieu dans l’affaire Bettencourt et qu’il n’est donc pas légitime à former ce pourvoi. Les juges qui enquêtent sur des affaires où le nom de Nicolas Sarkozy est apparu peuvent donc se servir de ses agendas. Accusations de financement de sa campagne en 2007 par Kadhafi, affaire de l’arbitrage du Crédit Lyonnais… Dans cette dernière affaire, un des protagonistes Bernard Tapie réagit en exclusivité sur France Info ce mardi soir.  »Moi on m’a posé des questions sur mes rendez-vous avec l’ancien président, je les ai tous assumés et expliqués et reconnus, c’est pour ça que je n’ai pas arrêté de dire que je me fous des agendas du président« . « Faut être un peu tordu pour aller essayer de trouver dans ses agendas et dans les dates, une relation avec l’arbitrage« , ajoute Bernard Tapie. « Dans mon dossier, ça ne joue pas du tout« .

Je demande la nationalité russe !

Je demande la nationalité russe !

 

Puisque tout le monde (le monde friqué) veut demander la nationalité russe ; moi aussi, je menace le gouvernement. Si ma femme continue de me gâter la vie, je pars en Russie (ou l’inverse je l’expédie en Sibérie) ; j’aime Poutine depuis toujours, j’aime sa tendresse, son sourire (ah ce sourire !), sa démocratie ; Quel homme, ce Poutine ! Généreux, distingué, fin. Ma femme est pas d’accord, elle dit qu’il a l’allure d’un judoka sortant d’un tatami, l’intelligence dans les yeux en moins. Encore un point de désaccord entre nous ! Poutine, j’aime ta démocratie, rapide, efficace, économe en campagne électorale. Alors qu’en France on a une quinzaine de candidats, en Russie, il y a Poutine avec un intermède Medvedev, Poutine, un nouvel intermède sans doute, Poutine encore. C’est clair, c’est simple. Des opposants, il y en a contrairement à ce que disent les détracteurs de ce merveilleux pays, mais en prison, c’est leur place (comme les chanteurs contestataires). Moi non plus, comme la distinguée BB, je ne supporte plus ce pays ; Si le temps pourri continue, je pars en Russie. Que fait le gouvernement ? Rien. Si Poivre d’Arvor, qui est à la littérature ce que MacDo est à la gastronomie, entre à l’académie française, je pars, si Harlem Désir et Copé restent à la tête de leur parti respectif, je pars aussi, avec Poutine au moins pas de langue de bois. Si Jean Pierre Pernault continue son journal télévisé rural, je pars aussi ; Si Hollande, garde ses costumes trop étriqués pour sa taille grassouillette, je pars, Si Ségolène redevient crédible politiquement, je pars, si le PSG ne gagne rien cette année, je pars. Si le chat du voisin continue de pisser surs sur mes pots de fleurs, je pars aussi, En fait, j’ai mille raison de partir, d’autres que moi  aussi, je sais. Alors partons tous, pas en Floride non c’est suranné et en plus il y a des cyclones, non dans cet eldorado russe à la température et à la démocratie si douce. A moins 40, dans un goulag dirigé  par les gentils animateurs  KGB,  quel pied !

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol