Archive pour le Tag 'Je'

Critique littéraire–pourquoi je lis: Carson McCullers

Critique littéraire–pourquoi je lis: Carson McCullers


par Didier Lambert

Pourquoi je lis… L’horloge sans aiguilles de Carson McCullers L’horloge sans aiguilles (Clock Without Hands) est le dernier des quatre romans écrits par Carson McCullers (1917-1967), il est publié en 1961, elle a 44 ans, elle est très malade, il lui reste six ans à vivre. Par le hasard qui alimente bien ou mal une vie de lecteur, il se trouve que c’est le premier de ses livres que j’ai lu. Les autres suivirent peu de temps après, et puis tout le reste en quelques années (le temps de les chercher et de les trouver) : une sorte d’autobiographie plus ou moins inachevée Illuminations et nuits blanches, mais que pourrait être d’autre une autobiographie? Des nouvelles, (trop peu car fort belles), dont l’extraordinaire Ballade du café triste, où je perçus dans certains passages son admiration éperdue pour Flaubert. Quelques lettres et des témoignages sur elle. Des photos, toujours douloureusement signifiantes, des hommages, et puis une biographie Un cœur de jeune fille de Josyane Savigneau (Stock 1995), qu’on disait trop inspirée de la première (celle de Virginia Spencer Carr, A Lonely Hunter), et qui excepté les faits les plus marquants et qu’il est bon de connaitre lorsqu’on s’intéresse à un auteur, ne m’a rien appris de fondamental, et n’a modifié en rien ce que je savais d’elle, et que n’importe lequel de ses lecteurs perçoit d’emblée en la lisant. « La mort est toujours la même, mais chacun meurt à sa façon. Pour J.T. Malone, cela commença d’une manière si banale qu’un temps il confondit la fin de sa vie avec le début d’une nouvelle saison. » * * Les extraits du livre sont tirés de la traduction par Colette M. Huet pour les éditions Stock. 2 Le roman s’ouvre de cette admirable façon en évoquant la figure de ce J.T. Malone, pharmacien de son état, âgé de quarante ans et qui se meurt de leucémie, dans une petite ville de l’état de Géorgie. Sa mort, ainsi que toutes celles du roman, et elles sont assez nombreuses, ne font pas de lui un mélodrame réaliste, mais une parabole sur la fragilité de l’existence, et comme l’auteure l’a si bien formulé elle-même, un livre sur la responsabilité de l’homme envers sa propre vie. Chaque fois que je voulais relire ce livre, je me rendais compte qu’il me fallait un temps pour m’y préparer. Il remuait en moi des postulations contradictoires que je n’arrivais pas à démêler. A part quelques épisodes particulièrement douloureux, je n’avais pas peur de ce qu’il me racontait, ni peur d’être trop en mauvaise compagnie avec ses personnages principaux (ce qui arrive somme toute assez souvent avec de grands romans) non, ce n’était pas ça, bien au contraire; mais une angoisse diffuse de ressentir à chaque fois plus cruellement que je n’avais rien fait, ou si peu, de tout ce qu’il m’invitait à faire, de tout ce qu’il me montrait pour que je devienne meilleur, et surtout plus humble… Et cependant, quel que soit la prétention à le dire, tout ce que j’ai gagné en humanité, je le dois pour une grande part à ce livre, et disons pour ne pas trop le sublimer, à la littérature si improprement appelée « romanesque ». Car à l’inverse du cinéma, qui peu à peu, a fini par occuper la quasi-totalité de mon temps libre, et de ces heures dites « de loisir », je n’ai jamais ouvert un roman pour me « distraire »; comme si la littérature avait acquis de telles lettres de noblesse qu’il eut été sacrilège de l’utiliser à seule fin de passer un moment. C’est sans doute pour cela qu’il m’est impossible d’oublier ce que j’ai lu. Je me souviens de ma mère qui ne lisait que pour calmer son angoisse et pour s’aider à s’endormir. Je ne comprenais pas alors son attitude. Mais lorsqu’il lui arrivait d’être bouleversée par ce qu’elle lisait, je me sentais soudain plus 3 proche d’elle, et il n’était pas rare qu’elle me raconte ce qui l’avait tant émue. Mais je ne pense pas toutefois qu’elle éprouvait aussi fort que moi le sentiment que la littérature (elle disait « la lecture »!) était quelque chose de grave, que c’était du sérieux. Elle n’aurait d’ailleurs pas compris pourquoi je la plaçais si haut, et qu’elle était impropre à mes yeux avec toute idée de distraction ou de délassement. Mais il y a pire encore, et cela explique somme toute pourquoi j’ai si peu lu, la littérature pose un diagnostic de culpabilité qui a fini par me submerger. Car un lecteur qui n’ouvre pas un livre pour se distraire ou se délasser, que cherche-t-il ? Pourquoi emmagasiner avec tant de patience et d’application les moindres faits et gestes de personnages inventés de toutes pièces ? A quelle fin ? Dans quel but ? Inconsciemment, que je le veuille ou non, un étrange travail (non pas « d’identification » le mot est ici trop fort), mais de projection se faisait à mon insu. Comme si l’auteur me demandait implicitement de confronter mon point de vue avec le sien, m’entrainant malgré moi dans un positionnement duquel toute neutralité était exclue. Pratiquée de cette manière, la littérature avait tout d’un tribunal me sommant de préciser, de clarifier, voire de justifier mes goûts et mes inclinations. Bien sûr, j’ai cru un temps pouvoir conserver un semblant de libre arbitre, mais la littérature digne de ce nom ne vous en laisse plus guère que l’idée. Elle vous façonne si bien que vous ne vous en rendez même pas compte. Ses visées sont empreintes d’une telle hauteur de vue, d’un tel désintéressement que j’aurais été un bien mauvais sujet si j’avais osé regimber ou en rejeter l’influence. Et de plus, qui pourrait après avoir tant aimé l’immersion dans les livres s’en détacher d’un haussement d’épaules et aller voir ailleurs ? Cette liberté-là, cette force (apparente!), c’est devant un film qu’il m’arrive de l’avoir, car au cinéma, les personnages je les vois (et c’est bien là leur faiblesse)… car il est autrement plus facile de me dire qu’ils ne me ressemblent pas ! 4 Ainsi donc, relire L’horloge sans aiguilles assez régulièrement depuis près de quarante ans, c’est entre autres choses retrouver le juge Clane, archétype du vieux sénateur sudiste, suprématiste, réactionnaire sur quasiment tous les sujets et les convulsions sociales du moment. Mais aussi vieux bonhomme aimant, fragile, jouisseur, le cœur sur la main, éternellement amoureux de sa femme décédée « miss Missy », et de son fils adoré, brillant avocat, qui s’est suicidé à cause de lui, et dont il porte douloureusement la mort sur la conscience (qu’il ait ou non le courage de se l’avouer). Reportant sur son petit-fils Jester, les intermittences d’un cœur débordant mais tyrannique. Capable d’engouements subits et terrifié à l’idée de sa mort prochaine (il a près de quatre-vingts ans), mais aussi capable de la nier au point de continuer ses excès d’alcool et de bonne chère. Pénétré de son ancienne aura de juriste au point de se vivre comme le personnage le plus important de la ville (Milan, état de Géorgie), etc, etc… Je me suis longtemps demandé pourquoi ce personnage m’était aussi attachant alors que son portrait sans fard aurait dû me le rendre odieux, l’auteure ne nous cachant rien de ses ridicules, de ses faiblesses, de sa mauvaise foi et de son délire paranoïaque, de ses innombrables bassesses et autres comportements aberrants, telle l’expédition punitive qu’il organise un soir dans la pharmacie de Malone, avec la complicité d’une douzaine de personnages douteux, pour incendier la petite maison de son jeune protégé noir, Sherman, auquel de plus il doit la vie ! Cette scène démente nous est contée avec une économie rare à laquelle se mêle un curieux sentiment d’étrangeté face à l’horreur de la situation. Le contrepoint est de taille avec la description clinique de la maladie de Malone et la stupeur que celui-ci éprouve face à la vie qui continuera sans lui. Intolérables sont ses effarements et sa rage impuissante devant ce qu’il doit quitter si vite avant même 5 d’avoir pu en profiter, ou d’en avoir profité si mal. Cette formulation Beckettienne « Malone meurt » infiltre les moindres péripéties du livre et éclaire d’un halo funèbre les motivations des autres personnages. De toutes les morts du roman essaime la sensation déchirante que l’humanité est impossible à construire « sciemment », que c’est ce qu’il nous faut percevoir. Que le « réel » ne peut être qu’un principe précisément, et que celui-ci est impossible à appréhender. Qu’il est irréalisable, comme prohibé, forclos. Et cette forclusion trouve sa seule et pleine justification dans la mort. Car vivre n’est en somme que la « déchéance d’un droit non exercé dans les délais prescrits »: (ce qui est ni plus ni moins que l’exacte définition de la forclusion en droit). Comme si je prenais conscience, non que la vie ne « vaut » pas d’être vécue, mais que la vie ne « peut » pas être vécue, qu’il y a là comme une contradiction dans les termes. Et quelle admirable façon de l’exprimer « romanesquement » (puisque je ne me débarrasserais pas du mot) dans ces lignes terribles qui ferment le chapitre trois : « Sans bruit, il se glissa dans le lit qu’il partageait avec sa femme. Mais, quand les fesses brûlantes de Martha touchèrent les siennes, écœuré par les souvenirs vibrants que cette chaleur éveillait en lui, il s’écarta brusquement – car comment les vivants peuvent-ils vivre quand la mort existe.  » Il est communément admis que « Plus l’homme s’éloigne de la brute plus il souffre « , or ce n’est pas vrai des personnages de Carson, et pas seulement dans ce livre, et une certaine « arrogance » contenue dans cette formule est mise à mal par la complexité même des types de souffrance qu’elle dépeint ici, et dans toute son œuvre du reste. Les personnages frustres, peu cultivés (voire ignorants), les marginaux hantés par quelque blessure secrète, ceux que l’alcool et la pauvreté ont rendus brutaux, les incompris, les humiliés, les déshérités de toutes sortes, tous ces 6 êtres enfin, ivres de solitude que la critique à tant de facilité à rejeter en bloc pour stigmatiser celle qui leur donne un peu trop de compassion… Car en fait de reproches « bienveillants » Carson McCullers a eu sa dose ! En clair, « souffrir » pour Carson, n’est pas réservé à une « élite », souffrir n’est pas un « statut philosophique » pour estampiller de « noblesse » l’universelle réalité d’une souffrance. Et l’on aurait du reste beaucoup de mal à débusquer dans son œuvre un personnage de brute « contente » de l’être. Si la souffrance est un mal, le mal aussi vient de la souffrance. On dit aussi de quelqu’un : « mauvais parce qu’il souffre », et cela me semble beaucoup plus près des véritables sources du mal que le fade et banal pseudo-constat de la formule citée plus haut. Ainsi, lorsque Sherman tue le chien de Jester, Carson ne porte aucun jugement sur l’auteur de cet acte horrible. Sherman ne fait que souffrir, et sa fin suicidaire sera en quelque sorte l’apothéose de sa courte vie de souffrance. Il n’empêche, à la première lecture, j’ai détesté le personnage de Sherman à cause de ça, au point que j’ai presque toujours sauté ce passage. Cet acte insensé me paniquait littéralement. Je n’ai ici aucune honte à l’avouer. Si j’ai eu du courage ici ou là dans ma vie, je n’avais pas celui-là ; celui de regarder le mal en face dans ses plus abjectes concrétisations. C’est Carson qui a réussi ce tour de force de me convaincre du bienfondé de sa démonstration, mais je le confesse, il m’a bien fallu quarante ans !… Car la souffrance tue aussi l’innocence, et c’est bien là le plus grand mal qu’elle puisse faire. Bien sûr les affres qui tourmentent le vieux juge sont réelles, mais nous comprenons, sans qu’il nous soit besoin d’une explication didactique (telle celle que je suis en train de faire ici !) que le mal dont il souffre n’a pas de causes extérieures à lui-même, qu’il en est le seul responsable, et s’il continue de le ressasser sans fin, 7 c’est qu’une partie de lui refuse de se regarder en face et de se culpabiliser. Inapte à l’introspection, il reste à la surface de son drame intime, et joue le spectacle de la douleur avec emphase et complaisance. La souffrance de Sherman est toute autre, il souffre dans sa chair du racisme et de la condition d’esclave dans laquelle ses frères se débattent jour et nuit et en tous lieux. La grandiloquente sensibilité du juge lui vient de son seul manichéisme triomphant. Il se met en scène et met en scène sa douleur, et se convainc du bienfondé de son attitude butée, avec la mauvaise foi qui cache toujours le refus de regarder ses erreurs. Ainsi il se prétend fort, juste, planté dans son bon droit avec l’appui de ses sacro-saintes « valeurs » (qui de fait font souvent plus de mal que de bien), et se persuade qu’il pose le problème avec rigueur et honnêteté. Bien sur les noirs peuvent aussi, parfois souffrir, mais pas de leur perpétuel assujettissement puisque le maitre est bon avec eux, et qu’il ne leur sert à rien d’être un jour l’égal des blancs. Car pour Fox Clane le mal serait pire (pour les blancs surtout!) et que l’égalité raciale est proprement inconcevable. Et le plus extraordinaire dans tout cela, c’est que le vieux juge ne se vit pas comme un raciste au sens où l’on entend généralement ce mot : il vit, partage sa maison avec sa domestique noire, Vérily, qu’il aime (ou croit aimer) et qu’il félicite sans cesse pour ses talents de cuisinière : « Vérily, Vérily, je vous le dis, vous habiterez la maison du seigneur à jamais ! ». Il déifie littéralement Sherman, de qui il cherche à faire son secrétaire stylé, et ne voit pas même le mépris que celui-ci affiche ostensiblement à son endroit. Nous sommes là au cœur de la complexité même du racisme. Le regardant vivre au jour le jour, il nous semble que le vieux juge serait incapable de faire sciemment du mal à autrui, mais il comprend et justifie le lynchage et les actions du Ku Klux Klan. La différence entre blancs et noirs n’est donc plus une haine épidermique mais une évidence ontologique.

Estrosi: « Je m’en vais » …… chez Macron ?

Estrosi: « Je m’en vais » …… chez Macron ?

 

 

Il n’y a pas de doute que Macron a réussi une certaine opération politicienne en créant la division au sein des républicains. Il a pour cela utiliser le moyen le plus classique à savoir la promesse d’être ministre à Christian Estrosi, maire de Nice aussi à Hubert Falco, maire de Toulon également démissionnaire du parti des républicains. Les Français ne sont pas dupes et un sondage démontre qu’ils considèrent  l’opération comme une manœuvre politique de Macron. Le prétexte de battre le front national avancé par Estrosi ne parait  guère totalement convaincant. Il s’explique dans le Figaro :

 

Pourquoi avoir voulu en Paca un rassemblement aux régionales qui allait contrarier vos amis de LR comme les responsables de LREM ? Jean Castex décide, vous exécutez ?

 

Christian ESTROSI. - J’ai gagné la région en 2015 dans des conditions extrêmement pénibles. Cette campagne a été sans doute l’une des plus difficile de ma vie publique. Avec l’aval de Nicolas Sarkozy et le retrait de la liste du parti socialiste conduite par Christophe Castaner, j’ai fait campagne sur le thème de la plus grande ouverture possible pour empêcher Marion Maréchal-Le Pen et le FN de s’emparer de cette région. J’ai passé le relais en cours de mandat, suite à l’attentat du 14 juillets 2016 à Nice, à mon ami Renaud Muselier qui a veillé pendant tout son mandat à respecter les principes qui nous ont guidés pendant notre campagne et de mener à bien le projet porté par une majorité très diverse.

 

Macron : » non, rien de rien, non, je ne regrette rien ! »

Macron : » non, rien de rien, non je ne regrette rien ! »

 

Macron n’a pas chanté mais a repris les paroles de la célèbre chanson de Piaf : non, rien de rien, non, je ne regrette rien. Il a même justifié sa politique de janvier consistant à refuser toute perspective de confinement. Résultat une catastrophe sanitaire. Alors qu’on attendait pour la fin de l’année 2020 de l’ordre de 5000 contaminations par jour on est passé aujourd’hui à plus de 40 000. Sans parler des morts.

 

Le fiasco est total en matière de vaccination tout autant qu’en matière de prévention. Pourtant contrairement à Merkel qui s’est excusé pour ses erreurs de gestion de la politique sanitaire, Macron, lui, s’est vanté d’une fausse réussite.

 

Toute l’opposition a fortement critiqué l’exercice d’auto justification de macro qui frôle l’indécence.

 

«Allemagne, Danemark, Royaume-Uni… Les chefs d’État reconnaissent des erreurs sauf Macron, qui reste spectateur de ses fautes», a-t-il encore appuyé alors que la situation sanitaire se dégrade fortement. «Il y a, c’est certain, un microclimat à l’Élysée qui déconnecte son locataire de la réalité, mais à ce point…», s’est aussi inquiétée la sénatrice UDI de l’Orne Nathalie Goulet en dénonçant une discordance entre le discours politique tenu et la réalité des faits.

 

«Être pris pour des enfants de 5 ans en permanence par des incapables et des gens qui ont tout raté depuis le début de cette crise, je crois que c’est profondément humiliant et infantilisant», a vivement critiqué le numéro deux du RN, Jordan Bardella, sur BFMTV et RMC. «Parce que le virus est hors de contrôle dans nos écoles, collèges et lycées, je propose au gouvernement d’avancer et de prolonger les vacances scolaires – du 2 avril au 3 mai – pour freiner efficacement la pandémie de Covid», a répété la présidente de la région Île-de-France, Valérie Pécresse, après avoir mis cette proposition sur la table, en milieu de semaine.

 

Du côté de la gauche, Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste, a dénoncé un manque d’anticipation du chef de l’État. «Les modèles n’ont jamais évoqué de flambée de Covid-19 en février mais que, sans coup de frein, le variant anglais deviendrait majoritaire et que ce serait l’explosion début avril. Nous y sommes», a-t-il déploré.

Sa collègue Valérie Rabault, présidente du groupe PS à l’Assemblée, tient, elle aussi, à rappeler que «les projections étaient très claires en janvier».

Chez les écologistes, la sénatrice EELV Esther Benbassa a ironisé sur Emmanuel Macron, «l’homme qui ne doute jamais»«J’ignore si quelqu’un d’autre aurait pu faire mieux. On nous aurait peut-être au moins épargné l’arrogance», a-t-elle souligné, rappelant que plus de 90.000 Français étaient déjà morts à cause de l’épidémie.

 

Et parmi ces 90 000 morts., certains ont été directement victime des contradictions, du flou et du manque de courage de Macron.

«Je ne livre pas les Juifs» : le livreur sera renvoyé en Algérie après quatre mois de prison

«Je ne livre pas les Juifs» : le livreur sera renvoyé en Algérie après quatre mois de prison

 

Le livreur qui avait déclaré ne pas vouloir assurer de prestation de livraison chez les juifs aura l’occasion de faire un voyage retour en Algérie après quatre mois de prison en France. Notons par ailleurs que l’intéressé était en situation illégale en France. Il pourra ainsi comparer les différences et les avantages réciproques de la France et de l’Algérie en matière de développement économique et de laïcité.

 

Que s’était-il passé précisément ? Les faits ont eu lieu jeudi dernier dans deux restaurants casher de Strasbourg. «À peu près à la même heure, à quelques minutes intervalles, un livreur Deliveroo s’est présenté pour prendre des commandes. Il a ensuite demandé aux restaurateurs quelles étaient leurs spécialités. Les restaurateurs lui ont répondu :  »ce sont des spécialités israéliennes »», expliquait Me Nisand. «Le livreur a ensuite dit : ‘Non, je ne prends pas la commande, je ne livre pas les Juifs’. Il a ensuite pianoté sur son téléphone et montré aux restaurateurs le message  »commande annulée », avant de partir», détaillait l’avocat.

 

Convention Climat : «Je n’ai de leçons à recevoir de personne» ( Macron)

Convention Climat : «Je n’ai de leçons à recevoir de personne» ( Macron)

La fameuse convention citoyenne composée au hasard  n’a guère apprécié que le chef de l’État n’ait retenu que deux ou trois propositions sur la centaine proposée. Des membres de cette convention se sont même érigés en structure d’opposition pour contester les choix du président de la république. Rappelons qu’avant même le début des travaux de cette commission, le président avait dit qu’ il prendrait en compte la totalité des propositions et sans filtre! À l’occasion de sa dernière intervention Macron a mis les choses au point « J’ai 150 citoyens, je les respecte, mais je vais pas dire, ce qu’ils proposent, c’est la Bible ou le Coran« , s’énerve le président quand on lui explique que la convention sur le climat n’a pas été respectée.

« Je vais lui couper la tête»: un lycéen à un professeur d’un lycée près de Lyon

« Je vais lui couper la tête»: un lycéen à un professeur d’un lycée près de Lyon

Encore une menace, une décision de justice, finalement un jugement complètement insignifiant. En effet, l’auteur est seulement mis en liberté surveillée. Pas vraiment de quoi décourager les candidats à l’insulte voire pire.

Lundi vers 17h30, cet élève de seconde au lycée professionnel André Cuzin avait été placé en garde à vue après avoir lancé devant un professeur: «Je vais lui couper la tête», selon une source policière. Face au proviseur, il avait tenté de minimiser ses propos en assurant qu’il avait simplement dit: «Il veut se faire couper la tête». Mais le lycéen a ensuite reconnu les faits en garde à vue avant d’être présenté devant le juge des enfants, a ajouté la même source.

Mis en examen pour «menace de mort à l’encontre d’une personne chargée d’une mission de service public», le jeune garçon a été placé sous «liberté surveillée», une mesure pénale à visée éducative et préventive, a précisé le parquet.

Macron « Je suis à l’hémistiche » ou la prétention littéraire pour politique

Macron « Je suis à l’hémistiche » ou la prétention littéraire pour politique

Il fallait oser et Macon l’a fait: employer une formule complètement ésotérique pour impressionner sans doute quelque téléspectateurs connaisseurs et ou amoureux de la poésie. Or Macron sait qu’un  une intervention télévisée d’un chef de l’État peut être suivi par 10 ou 20 millions de personnes, que cette intervention est ensuite reprise dans de nouveaux médias. Que l’objectif est surtout de tenter de se faire comprendre pour mieux persuader, pour unifier et pour mobiliser.

Pourquoi utiliser une formule aussi alambiquée que « je suis à l’hémistiche » ( notion qui sépare les deux parties d’un ver en alexandrin) quand il s’agit de dire qu’il est à mi-chemin, pire qu’il a même le cul entre deux chaises. D’une part parce que il a échoué sur la moitié du chemin à peu près sur tout ( dernièrement sur la crise sanitaire) et qu’il ne sait pas précisément où il va pour la deuxième partie du mandat ( en particulier concernant l’exercice particulièrement périlleux entre la recherche d’une certaine souveraineté dans certains domaines et le repli mortifère économique, social et même sociétal). L’époque n’est plus au « en même temps », c’est-à-dire un peu à gauche, un peu à droite ;maintenant pour Macron,  c’est à droite toute. L’époque n’est plus non plus aux demi mesures voire à la seule gesticulation médiatique.

La crise est systémique avec des interactions dans les champs économiques, sociaux, environnementaux, technologiques et sociétaux. Encore plus qu’avant, cette crise exige lucidité, courage et vision. Ce qui manque à macron qui rappelons-le n’a jamais eu la moindre formation économique. C’est un pur littéraire et son dérapage sémantique le prouve. Et ce n’est pas son passage de quelques mois chez Rothschild qui peut conférer  la moindre consistance à sa connaissance économique et sociale. L’insuffisance est à la fois théorique et pratique. D’où le refuge permanent de l’intéressé dans des espèces d’intervention à caractère pseudo doctorale et pédante. Macron l’a constaté lui-même, les Français ne l’apprécient pas :  le résultat sans doute d’une attitude, d’un discours plus généralement d’une posture maniérée plus proche de l’ancien régime que d’une république moderne.

 

Premier ministre : « je ne suis pas un simple « collaborateur’ » (Jean Castex au JDD)

Premier ministre : « je ne suis pas un simple « collaborateur’ » (Jean Castex au JDD)

Dans une interview au JDD, le nouveau premier ministre s’est efforcé de montrer qu’il n’était pas un simple technocrate voire -même un simple collaborateur du président de la république. Davantage des explications sur sa posture que sur le fond à propos duquel il ne dit pas grand-chose . Il parle surtout de méthodes et de changements sans autre précision. (Interview JDD)

 

Emmanuel Macron a annoncé un « nouveau chemin  ». À quoi doit-il ressembler?
C’est d’abord notre capacité collective à nous adapter à une situation radicalement nouvelle. Il ne s’agit pas de revenir sur les engagements pris par le président de la République et la promesse d’une société du travail, d’un projet d’émancipation, d’une volonté de retrouver notre souveraineté. Mais le fait est que l’épidémie a changé la donne. La France se retrouve face à deux défis : la crise sanitaire, dont je souligne qu’elle n’est pas terminée et qu’elle nous oblige à rester très vigilants ; la reconstruction de notre économie et la protection des Français, en amortissant les impacts immédiats sur leur quotidien et en aidant à la survie des entreprises. Au-delà, nous devrons tirer des enseignements de cette crise et en faire une forme d’opportunité pour rendre notre pays plus fort qu’avant et engager une relance économique, écologique et sociale.

 

Vous voulez dire qu’il faut mener de front la réparation d’urgence et les réformes structurelles?
Depuis le début du quinquennat, d’importantes transformations ont été engagées pour rendre la France plus forte, plus unie, et lui permettre de mieux tenir son rang dans le monde. Avant l’épidémie, nos résultats sur la croissance et contre le chômage étaient très encourageants, parmi les meilleurs d’Europe. L’écologie reste au cœur de nos préoccupations. La préservation de l’ordre républicain et la sécurité du quotidien ne sont pas négociables. L’épidémie a mis en évidence le besoin impérieux de retrouver une souveraineté économique et d’aller vers une société moins inégalitaire. Il faut maintenant aller plus loin. Nous ne sommes donc pas dans une logique de rupture politique par rapport à ce qui a été fait, mais nous devons démontrer que nous savons faire face. Et ça suppose évidemment une évolution de la méthode.

 

Précisément, quelle sera votre méthode?
Elle passera par le dialogue, la mobilisation de tous, l’obsession de la mise en œuvre concrète de ce sur quoi nous nous engageons, la conviction que plus on agit près du terrain, plus on est efficace. Nos concitoyens n’apprécient guère les postures politiciennes, moi non plus – a fortiori dans les difficultés que nous traversons. Ils veulent surtout des résultats, moi aussi.

Est-ce une façon de dire que vous ne vous considérez pas comme un Premier ministre politique?
Certainement pas. Je crois avoir une aptitude à négocier, à fédérer, à agir par les territoires. En cela, je fais de la politique. Et c’est ainsi que j’agis depuis plus de dix ans au niveau local, à la tête d’une petite ville. En quoi serait-ce moins respectable que d’en faire à l’Assemblée nationale ou au Sénat? Ce sont deux visions et deux approches différentes, toutes deux nécessaires. Il faut réhabiliter l’engagement politique et le sens de l’intérêt général, la France en a besoin.

Essayons de préciser les contours de votre mission à Matignon : Vous voyez-vous comme un « collaborateur  » du Président? Comme le chef de la majorité? Les deux?
Dans nos institutions, le chef de l’État fixe le cap, le Premier ministre assure sa mise en œuvre, en accord avec la majorité parlementaire. Pour ce qui concerne la relation avec le Président, il ne vous échappe pas qu’un seul de nous deux est élu au suffrage universel direct, et que ce n’est pas le Premier ministre… Le mot de « collaborateur  » est un peu péjoratif, vous en conviendrez. Il n’entre pas dans les intentions du chef de l’État de faire de moi un subordonné voué aux tâches secondaires. Quand vous aurez appris à me connaître, vous verrez que ma personnalité n’est pas soluble dans le terme de « collaborateur  ».

Dans votre première intervention, vendredi soir sur TF1, vous vous êtes défini comme un « gaulliste social  ». Est-ce que c’est l’orientation que vous voulez donner à votre gouvernement?
C’est ce que je suis, ça correspond aux valeurs que j’ai toujours défendues dans mon action quotidienne, tout au long de mon parcours au service de l’État et comme élu local. Ce n’est pas une nostalgie, c’est la vision d’une France où la justice et la responsabilité sont au cœur du pacte républicain, une vision au contraire très moderne.

Toujours pour mieux vous définir, vous définiriez-vous, à la façon d’Édouard Philippe, comme un homme de droite?
J’ai toujours pensé que le gaullisme dépasse les clivages traditionnels et je m’inscris donc pleinement dans la logique de dépassement politique engagé par le président de la République au service des Français. Les notions de droite et de gauche ont toujours une signification, mais dans la situation de notre pays il faut savoir aller au-delà. Je ne renie rien de mes engagements, mais ils ne m’ont jamais empêché de rassembler : je suis un maire élu et réélu dans une ville qui a toujours voté à gauche, et dans ma communauté de communes je travaillais avec une cinquantaine de maires de toutes sensibilités. Pourquoi? Parce que je m’intéresse à ce qui rassemble. Pas simplement pour créer du consensus, mais parce que c’est un gage d’efficacité. Dans la fonction qui est désormais la mienne, je considère qu’il est de mon devoir, avec le président de la République, de mobiliser et fédérer.

 

Vous venez de quitter Les Républicains. Envisagez-vous, contrairement à Édouard Philippe, d’adhérer à La République en marche?
Je suis peu attaché aux affaires des partis, mais il me semble naturel de m’inscrire sans ambiguïté dans le mouvement majoritaire qui soutient l’action du Président. Le plus important, c’est ma relation avec la majorité parlementaire. Celui qui accepte de devenir Premier ministre est, par vocation, le chef de la majorité : c’est son devoir de l’animer et de l’associer, dans l’écoute et la pédagogie.

 

Pour afficher votre volonté de fédérer, votre gouvernement comptera-t il des personnalités de droite et de gauche?
La composition de mon équipe correspondra aux priorités que nous nous fixons ; ce n’est pas d’abord un casting, c’est un choix politique et cela doit répondre à une exigence de compétence. Ce qui m’importe, c’est l’opérationnalité des ministres : être capable, d’où qu’on vienne, d’entrer en action tout de suite. Parce que la crise est là : sanitaire, économique, sociale, et qu’elle peut encore s’aggraver. Nous avons besoin de personnalités fortes pour agir vite et être à la hauteur. On ne peut pas perdre du temps à choisir des personnes, et je ne tarderai pas non plus à clarifier mes intentions, en prononçant mon discours de politique générale avant la mi-juillet. Et, je peux aussi vous l’annoncer, l’été sera studieux!

 

La formation du gouvernement peut-elle être terminée lundi?
Le plus vite sera le mieux. Nous mettons les bouchées doubles.

On parle d’un gouvernement resserré, concentré autour de quelques pôles principaux. Vous confirmez?
Ne nous perdons pas dans les questions de structure. Je le répète, le gouvernement doit être efficace. Pour m’être souvent intéressé aux questions d’organisation et de management, je ne suis pas sûr que des périmètres trop étendus soient forcément la garantie d’une plus grande efficacité.

Vous prônez un « nouveau pacte social  ». Qu’entendez-vous par là?
Des décisions essentielles sont sur la table. L’emploi, évidemment, qui dans le contexte actuel requiert une mobilisation de tous dans le cadre de la nouvelle donne sociale lancée par le président de la République. Le soutien aux soignants et la transformation de notre système de santé dans le cadre du Ségur que je conclurai la semaine prochaine. Le plan de relance doit être finalisé. À quoi s’ajoutent les réformes qui étaient dans les tuyaux sur les retraites et l’assurance chômage. Et celle de la dépendance qui devra venir ensuite et correspond à une nécessité. Tous ces sujets sont directement impactés par la crise, ce qui nécessite de les reprendre dans un cadre concerté et avec une cohérence d’ensemble.

 

Pour changer de ligne, ou au contraire pour la réaffirmer? Les syndicats s’inquiètent de vos intentions sur les retraites…
Dire qu’on va réexaminer un sujet, ce n’est pas se renier. C’est montrer notre capacité d’adaptation aux nouvelles circonstances, qui sont douloureuses. Par exemple, la crise a aggravé fortement le déficit de nos régimes de retraite. Je souhaite reprendre le dialogue avec les partenaires sociaux, c’est indispensable. Arriverons-nous à régler ces dossiers à court terme? C’est mon souhait. A minima, nous devrons nous fixer un nouvel agenda social. Je tends la main aux organisations syndicales et patronales pour que nous avancions ensemble. J’espère qu’ils la saisiront. Dans le dialogue social, il y a le respect des uns et des autres qui doit aboutir au compromis – qui n’est pas la compromission. Pour y parvenir, il faut que chacun fasse un pas vers l’autre.

 

Votre prédécesseur affirmait que sans retarder l’âge de départ à la retraite, le système n’était plus viable. Avec les conséquences de la crise que vous évoquez, cette mesure d’âge n’est-elle pas encore plus nécessaire?
Laissez-moi ouvrir la concertation. Le dialogue est indispensable – même si ensuite les gouvernements prennent les responsabilités que les circonstances exigent. Ce qui doit nous animer tous, c’est la volonté farouche de sauvegarder nos régimes de protection sociale, auxquels les Français sont légitimement attachés. Les partenaires sociaux le comprendront, j’en suis sûr.

Comptez-vous organiser une conférence sociale à la rentrée, comme le suggère le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger?
Vous donner ma réponse avant d’en avoir parlé avec les intéressés, ce serait déjà leur manquer de respect. Je ne fonctionne pas comme ça.

Emmanuel Macron a appelé à une « réconciliation  » avec les organisations syndicales. Est-ce votre feuille de route?
C’est mon tempérament. Mon passé en témoigne, je suis porté au dialogue. J’espère que tout le monde se mettra autour de la table. J’ajoute que cette « réconciliation  » doit aussi concerner les territoires et tout ce qu’on appelle les « corps intermédiaires  ». Faisons évoluer nos méthodes descendantes – celles de l’Administration comme celles des politiques – pour aller vers d’autres façons de décider et d’agir. Je ne parle pas de changer de priorités, mais d’avancer différemment. En France, nous adorons le débat d’idées, mais nous sommes moins forts pour les solutions pratiques. C’est pour ça qu’on finit par penser que les politiques ne servent à rien, qu’ils ne disent pas la vérité, qu’ils sont éloignés des réalités – et ce n’est pas toujours faux. En vous parlant aujourd’hui, je mesure que j’ai peu de chances d’être cru spontanément. Vous me jugerez sur pièces.

Faut-il décentraliser davantage?
L’État peut aussi exister sur les territoires. Durant la crise du Covid, j’ai beaucoup plaidé pour l’efficacité du couple « maire-préfet  ». C’est l’union du terrain et de l’État. Certes, l’État ne peut pas tout faire. Mais il peut faire mieux en faisant autrement.

Y aura-t il un tournant écologique avec votre gouvernement?
Agir pour l’environnement n’est pas une option, c’est une obligation. Des objectifs ambitieux, la France en a déjà. S’il y a un tournant, je le voudrais dans l’exécution et la réalisation. Les Français savent l’urgence du sujet, mais ils ont le sentiment que nous sommes à la traîne. Ne serait-ce pas encore une question de méthode? Aujourd’hui, tout le monde s’est approprié le sujet, et c’est même à qui prétend en faire le plus. Or, plus vous donnez à l’écologie un caractère idéologique, plus elle est clivante. Le précédent gouvernement avait initié une méthode qui me paraît bonne, mais qu’il faut accélérer à partir des territoires et des expériences qui marchent. Nous allons lister avec les acteurs locaux tout ce que l’on peut faire immédiatement : lutte contre les fuites dans les réseaux d’eau, contre l’artificialisation des terres, pour l’isolement thermique, les toitures photovoltaïques, le nettoyage des rivières, les pistes cyclables, la lutte contre le gaspillage, les circuits courts, le bien-être animal… Il faut croiser le fond, c’est à-dire l’ambition écologique du président de la République, une ambition forte et non décliniste, et la méthode qui permettra d’impliquer le plus possible les citoyens dans l’action publique.

Y a-t il un style Castex?
Je ne suis pas le mieux placé pour en juger. Disons que c’est un mélange de volontarisme et d’expérience, avec le souci de rassembler. Mais attention, je ne crois pas au consensus mou. Le temps est à l’action.

On vous dit passionné par la musique et le rugby. Qu’est-ce que ces passions disent de vous?
J’ai la chance de présider le festival de musique classique Pablo Casals à Prades, ma ville. Casals était un musicien qui s’est réfugié ici pour fuir le franquisme – il y a toujours un rapport entre la culture et la politique. Quant au rugby, ne pas l’aimer quand on est un homme du Gers serait une anomalie! C’est un sport de combat et de convivialité. Sur le terrain, on ne peut pas « s’échapper  ». Et si le collectif ne fonctionne pas, l’équipe perd.

Le livre préféré de votre prédécesseur était Cyrano de Bergerac. Et le vôtre?
Qu’Édouard Philippe aime Cyrano va droit au cœur du Gascon que je suis. J’adore cette œuvre moi aussi, même si je suis davantage porté sur les ouvrages historiques, les grandes biographies. En littérature, je suis un grand lecteur de Patrick Modiano. Et maintenant que je suis Premier ministre, je ne peux pas ne pas citer Albert Camus, dont la pensée se distinguait de l’ensemble de l’intelligentsia de son époque. Il écrivait : « La lutte elle-même vers les sommets suffit à remplir un cœur d’homme.  » C’est une invitation à la détermination et à l’humilité.

 

Ferrand : « je reste » ….comme de Rugy

Ferrand : «  je reste » ….comme de Rugy

 

 

 

En se s’asseyant  sur le protocole, Ferrand  à utilisé le papier officiel de l’assemblée nationale pour justifier sa position dans l’affaire des Mutuelles de Bretagne. La moindre des choses aurait voulu qu’il manifeste sa position sous son seul nom. En effet à l’époque des faits reprochés, Richard Ferrand n’était ni ministre, ni président de l’assemblée.  En plus Richard Ferrand a déclaré qu’il n’avait pas l’intention de démissionner. Or évidemment la décision ne lui appartient pas. Certes comme il y a séparation des pouvoirs entre le législatif et l’exécutif, le gouvernement ne peut décider de sa mise à l’écart.

Pour autant Ferrand doit rendre des comptes à ceux qui l’ont élu, c’est-à-dire d’une part les députes, d’autre part les électeurs. En outre aujourd’hui, l’opinion publique peut largement s’exprimer à travers les médias notamment les réseaux sociaux. La pression médiatique n’est pas prête de diminuer. Il se pourrait bien que Richard Ferrand connaisse le sort de Rugy. D

e toute façon,  il le mérite encore davantage que l’ancien ministre de l’écologie On sait en général comment ces affaires évoluent. Plus le temps passe et plus les gouvernements s’enfoncent  dans la boue politique et le moment venu il faut lâcher l’intéressé. Le gouvernement aura  perdu plusieurs semaines voire plusieurs mois avec une nouvelle atteinte à sa crédibilité. Notons d’ailleurs que les éléments de langage de l’ensemble du gouvernement pour défendre Richard Ferrand sont assez pauvres. Les macronistes  en effet se rangent derrière le paravent de la séparation des pouvoirs comme si Richard Ferrand n’était pas un proche de Macron. Paradoxe, lors  de la formation du premier gouvernement de Macron, Richard Ferrand avait été écarté d’un poste ministériel pour les mêmes motifs que lui reprochent aujourd’hui la justice avec en plus une mise en examen officiel

L’Elysée, le Premier ministre, Edouard Philippe, et plusieurs hauts responsables de la majorité sont venus au secours de ce proche d’Emmanuel Macron en invoquant aussi la présomption d’innocence.

Richard Ferrand a été mis en examen dans la nuit de mercredi à jeudi, à l’issue d’un interrogatoire de plusieurs heures dans le cadre de l’information judiciaire ouverte en janvier 2018 à la demande du Parquet national financier (PNF).

Sa compagne, Sandrine Doucen, a quant à elle été placée sous le statut de témoin assisté au terme de son audition, jeudi, selon une source judiciaire.

Dans un communiqué publié dans la nuit, les services de la présidence de l’Assemblée nationale ont indiqué que Richard Ferrand prenait “acte” de sa mise en examen “qui va lui permettre de pouvoir se défendre dans ce dossier en bénéficiant de tous les droits attachés” au statut de mis en examen.

“Serein” sur l’issue de la procédure, “le président de l’Assemblée nationale est déterminé à poursuivre la mission que lui ont confiée ses pairs et ses électeurs au service de la représentation nationale et de son pays”, peut-on lire.

Contacté par Reuters, l’Elysée a fait savoir qu’Emmanuel Macron “conservait tout son soutien et toute sa confiance” à Richard Ferrand. Exactement ce qu’avait déjà déclaré effet le pouvoir vis-à-vis de de Rugy !

Affaire Rugy : « moi, je mange des nouilles » (Marlène Schiappa)

Affaire Rugy :  « moi, je mange des nouilles »  (Marlène Schiappa)

 

 

On ne peut pas dire que de Rugy bénéficie réellement d’un grand soutien dans la majorité et au gouvernement. Nombre de responsables ont en effet enfoncé le ministre de l’écologie et continuent  même de le faire. Griveaux  par exemple, déjà e, campagne électorale à Paris, avait déclaré que de Rugy donnait  une terrible image de la politique. Il y en a certains plus ambigus qui condamnent et soutiennent en même temps. C’est le cas de Barbara Pompili qui a d’abord nettement critiqué l’utilisation de l’indemnisation parlementaire pour payer le parti puis qui s’est ravisée quand elle a appris que les sommes avaient été remboursées. Ce serait une affaire de trésorerie d’après de Rugy. En fait, c’est un peu comme si un voleur avait piqué dans la caisse d’un magasin et était revenu quelques semaines ou quelques mois plus tard pour rembourser en pensant effacer complètement le délit. Dans une entreprise, cela s’appelle un abus de biens sociaux ; c’est tout simplement du vol. Il y a les réalités  qui justifient les condamnations de de Russie mais aussi le fait que de Russie politiquement ne représente strictement rien pour la majorité. C’est un oligarque qui  fait de la politique depuis 25 ans mais ne doit sa carrière qu’à ses retournements de veste. D’où la distance et les condamnations de membres de la majorité C’est le cas, notamment, de Marlène Schiappa. Ce mercredi, au micro de RTL, la secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les Femmes et les Hommes s’est pour le moins désolidarisée de l’ex-ministre. «Je comprends très bien que François de Rugy se sente harcelé et dénonce, de son point de vue, une tentative de démolition», a-t-elle affirmé. «Mais je pense qu’il faut prendre de la hauteur, et prendre le point de vue du journaliste d’enquête qui fait son travail. Je crois qu’on ne peut pas plaider pour la transparence d’un côté et fustiger cette transparence de l’autre», a-t-elle ajouté. Poursuivant sur la question de la transparence, la secrétaire d’État a regretté que la vie des membres du gouvernement «fasse l’objet de beaucoup de mythes», et a tenu à mettre en avant son propre mode de vie, qu’elle veut éloigner des clichés véhiculés par ces affaires. «La vérité, c’est que lorsque nous faisons un dîner de travail, le soir, nous buvons des carafes d’eau et mangeons des nouilles chinoises instantanées, qui coûtent 1,73€ en supermarché. Dans mon appartement de fonction, j’ai un portant à vêtement Ikea à 9€, que j’ai payé moi-même», a soutenu Marlène Schiappa. Affirmant qu’elle ne portait «aucun jugement» sur les travaux réalisés par François de Rugy, elle a ajouté: «Il ne faut pas s’imaginer qu’on a un compte ouvert avec lequel on peut réaliser toutes les dépenses qu’on souhaite réaliser».

Fonctionnaire : je t’aime moi non plus !

Fonctionnaire : je t’aime moi non plus !

 

Une bonne opinion des fonctionnaires dans une enquête du Figaro pour 65% de l’opinion mais des fonctionnaires, toutefois qui ne travaillent pas assez pour 59 % des Français.  85% estiment qu’il serait judicieux d’aligner à la hausse la durée de travail des fonctionnaires territoriaux sur les 35 heures par semaine. Sans doute aussi les fonctionnaires d’État. Selon l’Inspection générale des finances, sur un effectif audité de 1,1 million d’agents publics d’État, 310.000 travaillent moins que le seuil légal des 35 heures. . Près de 6 Français sur 10 ne demandent  pas une réduction du nombre de fonctionnaires. 37% privilégient un statuquo et 21% préconisent même une augmentation de leur nombre.

Toutefois, on retrouve sur cette question un net clivage entre les sympathisants politiques de gauche et ceux de droite. Si 62% des Français soutenant Les Républicains et 56% des sympathisants LaREM appellent à baisser leur nombre, près de deux tiers des soutiens de la gauche souhaitent leur maintien. 44% des Insoumis estiment d’ailleurs qu’il faudrait augmenter leur nombre. Véronique Reille-Soult, qui analyse les réseaux sociaux pour Dentsu Consulting, souligne une «contradiction entre la baisse des dépenses publiques et le maintien du nombre de postes», et dépeint une opinion contrastée entre les différentes catégories de fonctionnaires. Le personnel hospitalier et soignant étant la catégorie la plus plébiscitée et soutenue par les Français.

«Moi je fais très attention à la façon dont je m’exprime» (le Premier ministre)

«Moi je fais  très attention à la façon dont je m’exprime» (le Premier ministre)

 

 

 

Il se pourrait bien que le premier ministre Édouard Philippe commence à prendre ses distances vis-à-vis de Macron. En cause sans doute, le fait qu’il n’exclut plus l’hypothèse d’être remercié après le grand débat national et après les élections européennes. Édouard Philippe Marque  en quelque sorte sa différence. Interrogé à propos d’expressions particulièrement malheureuses et même méprisantes de Macon, le premier ministre leur de l’émission  «La Grand explication» sur RTL, Le Figaro et LCI n’a pas tellement défendu les écarts de langage de Macron. Il s’est même démarqué en indiquant clairement que lui essayer d’éviter ces dérives provocatrices.

«Je comprends très bien que cette expression vous ait choquée», a d’abord répondu le premier ministre. Avant de se désolidariser du président. «Vous avez peut-être remarqué que moi j’essaie toujours de faire très attention à la façon dont je m’exprime parce que je sais qu’une phrase prononcée dans un endroit à quelqu’un, qui n’est pas forcément scandaleuse dans le contexte, peut ensuite donner quelque chose d’évidemment choquant, parce qu’on va dire “Mais il a dit ça de tout le monde pour tous les problèmes”». Il y a évidemment un monde entre la posture de Macon et celle du Premier ministre. Une différence provenant bien sûr de la personnalité des intéressés mais aussi du manque d’expérience politique du président de la république qui se laisse un peu enivré par le parfum du pouvoir et dérape assez régulièrement. Le Premier ministre de son côté adopte une posture assez classique du politicien mesuré aux propos souvent alambiqués mais qui évite de choquer. Ainsi au cours de l’émission évoquée, il n’aura pas apporté grand chose de nouveau, se contentant de répéter ce qu’il avait déjà déclaré. Un premier ministre au profil assez classique de technocrate mais pas forcément de technicien, survolant plutôt les dossiers, affichant une certaine détermination verbale mais dans la pratique capable d’évoluer voir de faire le contraire. Une sorte de d mélanges de Chirac, de Balladur et de Juppé. Moins démonstratif, moins extraverti voire moins hystérique que Macron mais pas forcément moins efficace ou plus exactement aussi peu efficace.

Arrogance : « Je vais faire beaucoup plus attention » (Macron)

Arrogance : « Je vais faire beaucoup plus attention »  (Macron)

 

 

Devant des journalistes de BFM, Macron a fait son mea culpa et promet à l’avenir d’être moins arrogant. Pas étonnant puisqu’ un récent sondage montré que ce défaut lui était reproché par près de 80 % de l’opinion publique. Pas sûr cependant qu’il tienne sa promesse déjà faite  lorsqu’il avait été interrogé sur le sujet à Grand Bourgtheroulde, dans l’Eure, le 15 janvier. « Dans le système où nous vivons, cette franchise n’est peut-être plus possible », constate Emmanuel Macron. Il y a encore quelques jours dans le cadre du grand débat Macon s’est permis de dire : « Il faut être sérieux mes enfants !» il s’adressait pourtant un public d’adultes ;  c’est dire le rapport qu’il entretient avec ses interlocuteurs, un rapport professoral et de domination. De toute manière, Macron ne sait pas faire autre chose que de donner des leçons dans tous les domaines alors que lui-même n’a pratiquement aucun vécu social, aucune vraie formation économique et aucune expérience politique. Macron se comporte comme un enfant gâté et mal élevé qui n’a même pas conscience de la posture ridiculement jupitérienne qu’il occupe en permanence. Il suffit de l’observer lors de ses apparitions dans les grands débats. Macron n’échange pas, il se sert d’une question posée en 30 secondes pour délirer pendant 10 minutes sur les vertus de l’ultra libéralisme et sur ses mérites personnels. Le nombre de « je » de « moi » dans ses allocutions est significatif de sa posture de monarque républicain qui considère les citoyens comme des sujets.

Débat national  » je vous écrirai » ! (Macron)

Débat national  » je vous écrirai » !  (Macron)

 

 

  • Grand débat national : le grand bazar précisé dans une lettre de Macron
  •  

 

  • Décidément le grand débat national a du mal à démarrer. Macron devait en  définir les conditions  le 26 décembre  mais l’échéance en a été reportée. On attendait des précisions lors de son allocution de fin d’année mais le chef de l’État reporte encore les modalités en promettant une lettre adressée à tous les Français ;  un débat qui devrait être le plus décentralisé possible et jusqu’au niveau des mairies. Une manière en même temps de shunter les corps intermédiaires qui seront sans doute inclus dans le processus mais pour la forme.  Deux mois pour organiser le débat sur de grands enjeux économiques et sociétaux, en plus au niveau le plus décentralisé possible jusque dans les mairies. Bref quelque chose qui va ressembler à un grand bazar vite bâclé. Comment en effet permettre un débat constructif et pertinent sur des questions aussi importantes que le transport, le logement,  le service public,  l’organisation territoriale et la démocratie. Le gouvernement ne sait même pas par quel bout prendre le problème. Macron a même  annoncé qu’il se déplacerait lui-même pour voir les maires de toutes les régions. Un tel débat pour être sérieux demanderait un délai de six mois à un an avec une vraie structuration de la discussion. Tout cela sent la proposition élaborée à la va-vite sur un coin de table juste pour répondre au mécontentement des gilets jaunes. Même la formulation des questions est approximative. Les thèmes retenus :
  • - « Comment mieux accompagner les Français dans leur vie quotidienne pour se déplacer, se chauffer et isoler leur logement ?«
  • - « Comment faire évoluer le lien entre impôts, dépenses et services publics pour mieux répondre aux besoins des Français ?  » Autrement dit comment redonner du sens à l’impôt.
  • - « Comment faire évoluer l’organisation de l’Etat et des autres collectivités publiques pour les rendre plus proches des Français et plus efficaces? «
  • - « Que signifie être citoyen aujourd’hui ? Comment faire évoluer la pratique de la démocratie et de la citoyenneté ?
  • «
  • La coordination opérationnelle a été confiée à Chantal Jouanno. L’ancienne secrétaire d’Etat à l’Ecologie est à la tête d’une instance qui existe depuis 1995: la Commission nationale du débat public, un machin qui ne sert pas à grand-chose. Cette autorité administrative « indépendante » a pour mission de faire en sorte que le grand public soit informé et consulté lorsque certains projets publics ont de gros impacts sociaux, économiques ou environnementaux.
  • Le Conseil économique, social et environnemental sera également saisi,  peut être aussi le parlement quand même !

 

Vœux Macron 2018 : trop de « je », 2019 : trop de nous et d’actes de contrition ?

Vœux  Macron 2018 : trop de « je »,  2019 : trop de nous et d’actes de  contrition ?

 

Si on se  souvient bien de l’allocution des vœux 2018, Macron avait déclaré que l’année serait consacrée à la solidarité et à l’unité. Une petite erreur de diagnostic évidemment. On avait  remarqué la longueur de la prestation de Macron lors de ces vœux 2018. Une longueur excessive à telle enseigne que Macron avait  été contraint de faire une deuxième version limitée à deux minutes sur Internet ;  une version par ailleurs nettement plus réussie et plus naturelle. Ce qui avait également caractérisé cette allocution, c’est son manque de chaleur. Pas vraiment de quoi s’enthousiasmer avec ce discours relativement froid. Un discours à la mode des responsables de la république en marche souvent  manquant sérieusement d’humanité, de simplicité et de vraie compassion. Bref des discours technos. Dernier élément assez insupportables : l’emploi du  je à presque toutes les phrases. Une soixantaine de fois lors de ce discours. Cette année le discours risque d’être plus modeste. Sur le mode » je vous ai compris », vous avez raison, une sorte d’acte de contrition et d’excessive empathie pour compenser l’égotisme précédant. Macron sera quand même contraint de réaffirmer l’autorité de l’État bien mis à mal après la démission de plusieurs ministres, les gilets jaunes et le deuxième épisode Benalla. Ce qui devrait marquer cette allocution sera son invitation renouvelée à un grand débat et surtout vite fait et dont on voit mal ce qui pourrait en sortir compte tenu des modalités d’organisation et la volonté réaffirmée de ne pas changer de cap.

 

Gilets jaunes: « je l’avais prévu »( Hulot)

Gilets jaunes: « je l’avais prévu »( Hulot)

C’est en substance ce que dit Hulot qui en même temps règle ses comptes avec Macron. Hulot qui ne soutiendra pas la liste de Macron aux européennes, pas plus d’ailleurs qu’une autre liste.

“La France se serait bien passée de cette confrontation qui effectivement oppose l’écologie au social alors que ma volonté à moi c’était de réconcilier l’écologie et le social”, a déclaré Nicolas Hulot, interpellé sur le mouvement des “Gilets jaunes” au sixième jour de protestation contre la hausse des taxes sur les carburants. “Je me suis battu et notamment dans les semaines qui ont précédé mon départ pour qu’on change complètement d’échelle dans l’accompagnement social de la transition énergétique et écologique”, a-t-il dit. “J’aurais préféré ne pas avoir eu raison sur le risque d’emballement que l’on connaît”, a-t-il ajouté, déplorant notamment le refus du gouvernement d’allouer 10% des crédits générés par l’augmentation de la taxe carbone à cet accompagnement, et une baisse des aides pour rénover les bâtiments et les passoires thermiques. Assurant avoir une “cruelle conscience” des “problèmes de fin de mois” de certains Français, il a appelé l’exécutif à saisir la proposition de la CFDT d’organiser des Etats généraux de la transition écologique. “Je pense qu’il est très important de saisir la proposition de la CFDT d’organiser rapidement dans un format rapide la réunion de tous les partenaires sociaux”, a-t-il dit.

« Je ne veux pas qu’on m’étouffe »: Edouard Philippe

« Je ne veux pas qu’on m’étouffe »: Edouard Philippe

Devant des chefs d’entreprise Édouard Philippe a sollicité un roman de Jack London dire et conclure : ‘Je sais ce que j’ai en moi. Je sais que je réussirai et je ne veux pas qu’on m’étouffe’. Pour se rattraper et relativiser son propos, il indique que la France ne veut pas être étouffée. Sans doute la France mais lui aussi qui commence à exprimer des exigences vis-à-vis de Macron afin de respirer plus librement. Une phrase qui prend un certain sens quand on connaît les oppositions entre le président de la république et le Premier ministre concernant la composition du nouveau gouvernement et en particulier le remplacement du ministre de l’intérieur.  une citation sans doute mûrement réfléchi car le premier ministre n’est pas comme Macron un habitué des propos verbaux incontrôlés et des dérapages. Une déclaration qui vient au moment où un sondage montre que les Français feraient davantage confiance au premier ministre qu’au président de la république. D’après un sondage  d’Odoxa-Dentsu Consulting pour Le Figaro et franceinfo publié ce jeudi une  large majorité des Français déclare avoir davantage confiance en Edouard Philippe, le Premier ministre, qu’en lui. Priés de dire qui, entre le Premier ministre et le président de la République, « vous donne le plus confiance », 55% des sondés répondent le premier, 29% le second et 16% ne se prononcent pas. Edouard Philippe arrive également en tête sur sa proximité avec les gens (51% contre 34%) et la compétence (49% contre 36%).Petite phrase calculée de la part du chef du gouvernement? Ou allusion inconsciente? Pour Sophie Coignard, éditorialiste politique au Point, Edouard Philippe se sait scruté en ces temps politiquement troublés, et il « ne fait pas de citations littéraires à la légère ». Une manière sans doute d’affirmer le Premier ministre son droit à exister en tant que tel à fin de n’être pas seulement considéré comme un collaborateur de Macon et de ses conseillers de l’Élysée. C’est ce genre de petites phrases qui avaient fait émerger publiquement le différend entre Macron et le ministre de l’intérieur quand ce dernier avait souhaité que le pouvoir fasse preuve de davantage d’humilité. Une critique directe vis-à-vis du chef de l’État.

« Je ne changerai pas de politique »(Macron)

 

C’est ce qu’a affirmé Macron dans une interview au JDD. Une nouvelle preuve d’orgueil,  d’hypocrisie aussi. En effet,  Macon a déjà modéré sa politique et même renoncé à des aspects essentiels comme la réforme de l’État. Par ailleurs,  il ne pourra plus comme par le passé imposé ses orientations à la hussarde via des ordonnances. En l’état de son rapport avec l’opinion publique, Macron est contraint de mettre de l’eau dans son vin. Surtout après les défections de ses plus proches collaborateurs comme Hulot, Colomb ou encore Édouard Philippe qui menace de se présenter aux municipales. Macron veut aussi changer de méthode en étant davantage à l’écoute des Français et en renonçant aux provocations. Il aura bien du mal car l’arrogance est inscrite dans ses gènes. Aux Antilles interpellées par un jeune sur la question du chômage il ne lui a pas recommandé de traverser la rue mais tout de même de changer de métier comme si la chose -parfois nécessaire-  était aussi simple. « En cette rentrée, précise-t‑il, j’ai une volonté de ­retourner à un terrain qui peut être difficile, mais qui ne tolère aucune dérobade. Il faut aller au contact des gens. Cela veut aussi dire accepter leur colère, leur impatience, leur détresse. » S’il est prêt à renforcer son écoute, Macron n’entend pas modifier son cap. « En aucun cas, je ne changerai de politique, martèle-t‑il. Je me suis engagé à procéder aux transformations que notre pays, depuis des décennies, avait évité par le petit jeu du tic-tac de droite et de gauche ou par les lâchetés, petites ou grandes. […] Notre priorité n’est pas de durer, mais de faire. » Il ajoute, se disant impavide face à la dégradation des sondages : « Le chantier des réformes à venir ne sera pas moins ambitieux que l’an passé. » Le problème le problème c’est que macro n’est plus en situation politique d’imposer aux pays des réformes qu’on ne comprend pas et qui par ailleurs ont donné peu de résultats

ONU, Trump « : je suis le meilleur »

ONU, Trump « : je suis le meilleur »

 

 

Comme Trump ne s’attendait sans doute pas à un soutien massif de sa politique, il n’a pas hésité à se dresser lui-même des lauriers. En toute modestie, il a déclaré qu’il avait engagé davantage de réformes que pendant toute l’histoire du pays. Un beau moment de rigolade dans l’assistance de l’ONU. Probablement moins habitués que les Américains aux satisfécits et superlatifs que s’octroie à longueur d’interventions publiques le milliardaire républicain, plusieurs membres de l’assistance – chefs d’État et de gouvernement, ministres, ambassadeurs des 193 pays membres de l’organisation mondiale – ont alors souri.

Pause de Donald Trump. «C’est tellement vrai», a-t-il insisté, provoquant à ce moment-là l’hilarité générale. «Je ne m’attendais pas à cette réaction, mais ça va», a-t-il ajouté, fair-play, en souriant lui-même. Avant d’enchaîner avec la longue liste de ce qu’il considère être ses succès.

 

La solution de Macron au chômage : « traverser la rue, je vous trouve » du travail

La solution de Macron au chômage :  « traverser la rue, je vous trouve » du travail

 

Encore une énorme bavure de Macon en matière de communication qui témoigne à la fois de son ignorance des réalités mais aussi d’un certain mépris pour les plus défavorisés.  Ce n’est pas la première fois que Macron dérape. Sans doute enivré par les parfums pouvoir, il traite de manière monarchique et méprisante ses sujets. Comment peut-on se permettre de dire un jeune chômeur horticulteur qu’il suffit de traverser la rue pour trouver un emploi dans l’hôtellerie ou la restauration voire le bâtiment. Comme si du jour au lendemain un horticulteur pouvait se transformer en maçon, en cuisinier ou en garçon de restaurant. En fait, Macon qui ne possède qu’une culture de salon dans à peu près tous les domaines y compris économique (par parenthèse il n’a aucune formation économique mais seulement une formation littéraire), il se borne donc à répéter bêtement ce qui se dit dans les milieux mondains : les Français sont des paresseux et il y a des milliers et des milliers d’emplois vacants. La vérité est différente car officiellement il y a plus de 5 millions de chômeurs pour autour de 200 à 300 000  vacants. Le compte n’est pas équilibré. Ensuite il y a les facteurs explicatifs plus qualitatifs, on ne passe pas d’une formation d’horticulteur à une formation à un emploi de restauration sans une formation. Il convient aussi de prendre en compte les conditions de travail qui expliquent largement les difficultés de recrutement. Parfois les conditions salariales également insuffisamment incitatives pour une réinsertion. Exemple quand on propose des CDD de 25 heures à des mères de famille seule pour des salaires de 700 à 800 € et qu’on doit forcément amputer des frais de déplacement et d la réduction des autres prestations familiales. Autant dans ces conditions rester au RSA et bénéficier de toutes les prestations sociales.  Malheureusement Macron est coutumier de ces sortes de sorties condescendantes. Pas étonnant dans son entourage de bourgeois, on doit compter peu de personnes qui gagnent autour de 1000 € nets même après formation et reconversion

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol