Archive pour le Tag 'j’'

« J’arrête la politique » (Raquel Guirado)

« J’arrête  la politique » (Raquel Guirado)

 

 

Dans une  interview au JDD Raquel Garrido déclare qu’elle arrête la politique. Le motif officiel serait que son  travail de chroniqueuse à la télé serait incompatible avec son poste de porte parole des Insoumis. En réalité, elle part aussi parce que contestée à intérieur des Insoumis avec ses affaires de non paiements de cotisations légales aussi avec sa décision de continuer à occuper un logement social. Pour preuve des différents internes chez les Insoumis, Raquel Guirado ne se présentera pas aux élections européennes de 2019. dans le JDD, elle explique le choix qu’elle fait ni en raison des récentes polémiques, ni sur demande du leader de La France Insoumise. Mais en raison de sa nouvelle activité de chroniqueuse chez Thierry Ardison sur CNews : « Le CSA a comptabilisé mes passages à l’antenne en temps de parole France Insoumise, ce qui a créé un déséquilibre sur la chaîne. Le CSA m’a placée devant un dilemme. Soit renoncer à mon engagement politique, soit être décomptée FI. J’ai fait mon choix. Compte tenu de l’essor du mouvement, je considère que je n’y suis pas indispensable. A la télé, il y a si peu d’Insoumis, tandis qu’à la FI, des « Raquel », il y en a plein. » Elle indique avoir informé Jean-Luc Mélenchon tout en précisant qu’il ne lui a pas demandé de choisir entre télé et politique : « Jean-Luc Mélenchon apprécie mes passages dans l’émission et il est content que je m’épanouisse. Il m’a dit qu’il comprenait. » Dans le JDD, l’Insoumise revient également sur les récentes polémiques l’ayant concernée qui ne sont pour rien dans sa décision: « le CSA a exigé un retrait total de mes activités politiques ». Raquel Garrido confirme ainsi qu’elle ne sera pas candidate aux européennes en 2019. Interrogée sur sa réponse aux accusations du Canard enchaîné sur le Snapchat de Jeremstar, elle se défend… et attaque :  »Cette vidéo est un pied de nez à un petit monde journalistique agressif qui a ouvert une guerre contre moi »

Sarkozy « crétin, suffisant et « jaloux » Berlusconi

Sarkozy « crétin, suffisant et  jaloux » Berlusconi

  •  

 

My Way, c’est le titre la nouvelle biographie de Silvio Berlusconi. Et comme d’habitude il livre ses théories d’intrigues internationales. Il fait aussi une charge acerbe contre Nicolas Sarkozy et relate quelques-uns de ses gestes déplacés.  Il y a eu un sourire narquois, aussi qualifié de « petite grimace suffisante », échangé entre l’ancien président et la chancelière allemande Angela Merkel, après une question sur le sérieux des réformes en Italie. Il y a aussi eu une poignée de main repoussée lors d’un sommet de la zone euro en octobre 2011, alors que Berlusconi était poussé vers la sortie par sa majorité. Des gestes qui ont profondément heurté l’ancien président du Conseil. « Quel crétin! Quelle arrogance! Personne ne s’est jamais comporté comme ça avec moi » enrage Silvio Berlusconi C’est donc un portrait très peu flatteur pour Nicolas Sarkozy. Celui d’un « politicien bouillonnant doté d’un ego surdimensionné », « personnage napoléonien à l’esprit vif et au tempérament emporté ». Le Cavaliere évoque aussi « la jalousie » et « l’obsession pour l’argent » de l’ancien président de la République française. Silvio Berlusconi raconte qu’après son mariage avec Carla Bruni, héritière d’une richissime famille italienne, Nicolas Sarkozy lui a dit en riant : « Tu vois Silvio ! Maintenant, je suis riche. Comme toi ! » 

 

Juppé : J’appellerai mon chien « Nico »

Juppé : J’appellerai mon chien « Nico »

 

Juppé se lâche : «Coucou c’est moi.» Vous ne rêvez pas, c’est bien Alain Juppé qui vous parle. Le maire de Bordeaux l’avoue, il prend son «pied» quand il répond aux questions des internautes sur Twitter. Alors ce vendredi, le candidat à la primaire à droite pour la présidentielle de 2017 s’est offert une discussion à bâtons rompus avec ses followers. Entre réflexions sur l’économie et le social et petites blagues, l’ancien Premier ministre s’en est donné à cœur joie. Avec cette petite phrase qui risque de faire du bruit. Quand @bonmartel76180 lui a demandé s’il était prêt à soutenir François Hollande au cas où Nicolas Sarkozy supprimait les primaires, il a assuré, sans aucun doute très sérieusement : «Je serai alors candidat, et donc élu.» La veille, il avait assuré, sur le ton de l’humour, qu’il appellerait son chien «Nico» s’il était élu en 2017. Décidément, Juppé semble également prendre son «pied» quand il taquine son plus dangereux rival à droite…

 

Juppé au Medef « moi, j’adore les entreprises » !

Juppé au Medef  « moi, j’adore les entreprises » !

 

Il ne manque pas d’humour Juppé. Constatant que certaines personnalités avait déclaré qu’elles aimaient l’entreprises, il a déclaré que lui c’était encore mieux, il les adorait et depuis longtemps. Le cri  d’amour de Valls avec le recul apparait d’autant plus ridicule que cela exprime un état d’âme qui engage strictement à rien. Or on n’attend pas d’expression publique des états d’âme mais des actions des  responsables politiques. Evidemment Valls a voulu réussir un coup médiatique :  se faire applaudir par les patrons au moment même où il perdait 9 points dans les sondages et où le chômage atteignait encore une nouveau record. Tactiquement  ce n’est pas forcément une bonne opération de communication car le contrecoup risque de se produire lors des universités du PS à La rochelle où nombre de députés déjà remontés contre la politique gouvernementale risquent de ne pas lui faire une standing ovation mais de le siffler. En prévision, Cambadélis Premier secrétaire,  a demandé aux responsables de ne pas siffler Valls en séance publique mais de se contenter de ne pas applaudir !  Ce qui en dit long long sur les rapports entre le parti et le Premier ministre en recherche d’une majorité introuvable.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol