Archive pour le Tag 'islamisme radical'

Islamisme : pendant la campagne, le Cirque Sarkozy continue ; Pour Bayrou c’est de mise en scène

Islamisme : pendant la campagne, le  Cirque Sarkozy continue ; Pour Bayrou c’est de mise en scène 

François Bayrou, tout comme François Hollande, ont critiqué mercredi matin le deuxième coup de filet réalisé dans les milieux islamistes en moins d’une semaine.  Quelques heures après la deuxième vague d’arrestation dans les milieux islamistes en moins d’une semaine, les réactions sont vives dans la classe politique. Le candidat du MoDem à l’Elysée a dénoncé toute « forme publicitaire et mise en scène » après le coup de filet de mercredi. « Que l’Etat assume sa responsabilité en mettant sous contrôle ou en interdisant des rassemblements ou bandes qui seraient soupçonnées, c’est bien. Que ça se fasse devant les journalistes convoqués, les caméras, je trouve ça plus étonnant », a réagi François Bayrou. Même réaction au Parti socialiste. « Moi je suis pour la fermeté, pas pour le spectacle et je suis toujours choquée de voir que les télévisions sont là », a commenté Martine Aubry. La Première secrétaire du PS a par ailleurs jugé « étonnant » que ces arrestations dans les milieux islamistes interviennent « juste après l’affaire Merah ». Un étonnement que partage François Hollande. Le candidat socialiste à l’Elysée a estimé que les autorités françaises auraient « dû, pu peut-être faire davantage avant » les tueries de Toulouse et Montauban. « S’il y a des soupçons, s’il y a des risques, ils doivent être conjurés. Ce qui peut surprendre c’est pourquoi le faire après un acte terroriste qui a, c’est vrai, profondément affecté les esprits », s’est-il interrogé sur RTL. Sur le tempo des interpellations, Philippe Douste-Blazy est aussi monté au créneau. « Lorsque l’on fait des arrestations de terroristes, ou de présumés terroristes, tous les jours dans ce pays, je me dis : ‘c’est bizarre, il y a 6 mois il n’y avait pas cela », a déclaré l’ancien ministre sur BFM TV. « Je trouve bizarre, à trois semaines d’une élection, (que) tous les jours on fasse des descentes pour aller chercher des gens en disant (qu’) ils sont suspects », a poursuivi le soutien du centriste François Bayrou. « Jusqu’au dernier jour, le mandat sarkozyste aura été le quinquennat de la gesticulation électoraliste. Les arrestations ultra-médiatisées d’islamistes quelques semaines à peine avant le premier tour le rappellent aux Français », a par ailleurs déploré le directeur stratégique de la campagne de Marine Le Pen. « Nos compatriotes n’ont pas oublié que la même agitation a caractérisé l’ensemble du mandat Sarkozy, par exemple au sujet des Roms à l’été 2010, sans que rien en réalité ne change, au contraire. Les camps de Roms sont toujours là, les bidonvilles se multiplient aux abords des grandes villes, et la libre circulation totale au sein de l’Union européenne n’a en aucune façon été remise en cause », a analysé Florian Philippot. « Il en est évidemment de même concernant l’islamisme radical, qui a prospéré comme jamais ces cinq dernières années », a estimé le frontiste. Huit islamistes radicaux présumés ont été interpellés dans plusieurs villes de France mercredi matin lors d’une nouvelle opération policière, selon les informations révélées par Europe 1. Elle vise des personnes susceptibles de s’être rendues en Afghanistan ou au Pakistan ou de vouloir s’y rendre pour mener le djihad.

 

Hasard de la campagne électorale : dix nouvelles arrestations d’islamistes en France

Hasard de la campagne électorale : dix nouvelles arrestations d’islamistes en France

Si on ne savait pas que l’introduction du programme de Sarkozy prochainement annoncé commencera par le bénéfice qu’il peut tirer de la tuerie de Toulouse, il y aurait lieu de s’étonner. Pourquoi  autant d’arrestations maintenant et pourquoi pas avant ? Roubaix, Marseille ou encore Carpentras, une nouvelle vague d’interpellations visant les milieux islamistes radicaux était en cours mercredi matin. Cette opération vise des personnes susceptibles de s’être rendues en Afghanistan ou au Pakistan ou de vouloir s’y rendre pour mener le jihad, a-t-on indiqué de source proche de l’enquête. D’autres interventions étaient également en cours à Valence (Drôme), Pau (Pyrénées-Atlantique) et dans le Lot-et-Garonne, a précisé une source policière.  Trois arrestations à Roubaix. Vers 6 h 05, une vingtaine de policiers cagoulés ont investi un petit immeuble de trois étages dans un quartier résidentiel de Roubaix, proche du quartier populaire de l’Alma. Un homme habillé d’une djellaba et une femme, dont les visages étaient masqués, ont été emmenés dans deux monospaces noirs, repartis vers 8 h 15, toutes sirènes hurlantes. Une petite dizaine de journalistes étaient présents.  Une autre opération de police s’est déroulée quasi simultanément à deux rues de là. Un homme âgé d’une trentaine d’années, le visage caché par un keffieh et habillé en djellaba, a également été arrêté dans le calme, et les policiers ont fouillé deux voitures devant sa maison. Un homme arrêté à Marseille. Dans les quartiers Nord, une opération a également été menée discrètement dans la cité Kallisté. Un jeune homme a été interpellé dans un immeuble de la cité Kalliste. Quinze policiers, tous cagoulés, dont des hommes du Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN), sont intervenus à l’aube dans une opération démarrée à 6 heures du matin et qui a duré environ  2 h 30. Avant de quitter les lieux, ils ont procédé à la fouille de deux véhicules en présence de l’interpellé, menotté et le visage dissimulé, et d’un homme plus âgé, menotté également mais qui n’a pas été arrêté, devant quelques habitants visiblement interloqués et des journalistes. Les policiers sont repartis avec deux sacs, dans lesquels se trouvait un ordinateur. «Il n’y a pas d’appartenance à un réseau. Ce sont des individus isolés avec pour la plupart un profil à la Mohamed Merah», le tueur au scooter qui a assassiné trois parachutistes et trois enfants et un père juifs à Toulouse et Montauban les 11, 15 et 19 mars, selon une source policière.

Hasard de la campagne électorale : dix nouvelles arrestations d’islamistes en France

Hasard de la campagne électorale : dix nouvelles arrestations d’islamistes en France

Si on ne savait pas que l’introduction du programme de Sarkozy prochainement annoncé commencera par le bénéfice qu’il peut tirer de la tuerie de Toulouse, il y aurait lieu de s’étonner. Pourquoi  autant d’arrestations maintenant et pourquoi pas avant ? Roubaix, Marseille ou encore Carpentras, une nouvelle vague d’interpellations visant les milieux islamistes radicaux était en cours mercredi matin. Cette opération vise des personnes susceptibles de s’être rendues en Afghanistan ou au Pakistan ou de vouloir s’y rendre pour mener le jihad, a-t-on indiqué de source proche de l’enquête. D’autres interventions étaient également en cours à Valence (Drôme), Pau (Pyrénées-Atlantique) et dans le Lot-et-Garonne, a précisé une source policière.  Trois arrestations à Roubaix. Vers 6 h 05, une vingtaine de policiers cagoulés ont investi un petit immeuble de trois étages dans un quartier résidentiel de Roubaix, proche du quartier populaire de l’Alma. Un homme habillé d’une djellaba et une femme, dont les visages étaient masqués, ont été emmenés dans deux monospaces noirs, repartis vers 8 h 15, toutes sirènes hurlantes. Une petite dizaine de journalistes étaient présents.  Une autre opération de police s’est déroulée quasi simultanément à deux rues de là. Un homme âgé d’une trentaine d’années, le visage caché par un keffieh et habillé en djellaba, a également été arrêté dans le calme, et les policiers ont fouillé deux voitures devant sa maison. Un homme arrêté à Marseille. Dans les quartiers Nord, une opération a également été menée discrètement dans la cité Kallisté. Un jeune homme a été interpellé dans un immeuble de la cité Kalliste. Quinze policiers, tous cagoulés, dont des hommes du Groupe d’intervention de la police nationale (GIPN), sont intervenus à l’aube dans une opération démarrée à 6 heures du matin et qui a duré environ  2 h 30. Avant de quitter les lieux, ils ont procédé à la fouille de deux véhicules en présence de l’interpellé, menotté et le visage dissimulé, et d’un homme plus âgé, menotté également mais qui n’a pas été arrêté, devant quelques habitants visiblement interloqués et des journalistes. Les policiers sont repartis avec deux sacs, dans lesquels se trouvait un ordinateur. «Il n’y a pas d’appartenance à un réseau. Ce sont des individus isolés avec pour la plupart un profil à la Mohamed Merah», le tueur au scooter qui a assassiné trois parachutistes et trois enfants et un père juifs à Toulouse et Montauban les 11, 15 et 19 mars, selon une source policière.

Le déficit public remboursé par l’impôt qui tue la compétitivité et la consommation

Le  déficit public remboursé  par l’impôt qui tue la compétitivité et la consommation

La France qui déteint déjà le record du monde des prélèvements obligatoires a encore augmenté ses impôts pour diminuer le déficit budgétaire. L’inconvénient c’est qu’en même temps ce taux d’impôt tue la compétitivité et la consommation sur lesquels reposent la croissance et l’emploi. Bref un vrai cercle vicieux. En France, la tradition veut qu’on réduise le déficit public à coup d’impôts supplémentaires. C’est ce qu’a fait l’exécutif sous la houlette de Nicolas Sarkozy, en 2011, comme ses prédécesseurs… Il a procédé à la plus importante hausse des prélèvements obligatoires (+1,3 point) depuis un certain Alain Juppé (en 1996). Compte tenu d’allègements fiscaux consentis en début de mandat, le quinquennat devrait se solder par une hausse des impôts, taxes et cotisations, de 0,7 point de PIB (si l’on compare la situation de 2006 à ce que devrait être 2012). Le candidat Sarkozy avait promis, début 2007, une baisse de 4 points de ce taux de prélèvements obligatoires. Bien sûr, il y a eu la crise. Mais elle n’explique pas tout . Force est de constater que le déficit des administrations a reculé sensiblement, l’an dernier, de 1,9 point de PIB, à 5,2% de la richesse nationale, selon les données communiquées par l’Insee. La plus forte baisse jamais enregistrée par l’Institut de la statistique, qui a calculé les déficits depuis 1959. Il est vrai qu’il est peut être plus facile de diminuer le déficit après un plan de relance, puisque certains dispositifs de soutien à l’activité, conçus comme provisoires, prennent fin simultanément, et spontanément. En tout état de cause, en 2011, la diminution du déficit tient pour 60% à la hausse des prélèvements obligatoires, et 40% au ralentissement des dépenses publiques, dont le poids a baissé dans le PIB. Les prélèvements sont passés de 42,5% à 43,8% du PIB, tandis que la dépenses publique reculait, de 56,6% à 55,9% de la richesse nationale.  La hausse des prélèvements est quasiment conforme aux prévisions. Et Nicolas Sarkozy prévoit de continuer sur cette voie, si l’on en croit les documents officiels. Par rapport à leur niveau de 2012, les impôts taxes et autres cotisations de toute nature continueraient de progresser, en proportion du PIB, de 1,2 point, pour atteindre 44,8% du PIB, selon le rapport officiel du gouvernement, publié fin 2011, que la prochaine programmation des finances publiques, adoptée en conseil des ministres le 11 avril, devrait confirmer. Cette progression correspond à près de 25 milliards d’euros de recettes en plus. L’exécutif minimise ce chiffre, faisant l’hypothèse que plus de la moitié de cette somme viendrait de rentrées fiscales spontanément fortes, en matière d’impôt sur les bénéfices des sociétés notamment. Les impôts rentreraient tellement bien dans les caisses de l’Etat que leur croissance dépasserait celle du PIB, d’où cette hausse du taux de prélèvements. Une hausse sans douleur, donc, sans que les Français soient mis à contribution, tel est le message… Sauf que cette hypothèse d’importantes rentrées fiscales spontanée peut être discutée. Surtout, elle repose sur le pari d’une croissance relativement forte, supérieure à 2% à partir de 2014. Si celle-ci n’est pas atteinte, il faudra bien augmenter, vraiment, les impôts. Ou tailler vraiment dans les dépenses. La seule solution serait alors de s’attaquer aux dépenses sociales, qui représentent plus de la moitié de la dépense publique. A nouveau évoquée par la ministre du Budget, Valérie Pécresse, dans une interview au Monde, la baisse du nombre de fonctionnaires, au rythme du non remplacement d’un départ à la retraite sur deux, ne serait assurément pas suffisante. Ni le simple fait de ralentir les dotations aux collectivités locales.  Si Nicolas Sarkozy n’a pas vraiment touché à la sphère sociale pendant son quinquennat, au grand dam des plus libéraux des experts et observateurs, c’est parce que les Français sont plus qu’attachés à leur modèle. On se souvient du tollé provoqué par la seule évocation d’une prise en charge plus rigoureuse des dépenses d’assurance maladie correspondant aux affections de longue durée (ALD, lesquelles expliquent une très grande part de la croissance des dépenses de santé). Le gouvernement n’avait pas dépassé, alors, le stade du ballon d’essai. François Hollande, qui n’envisage pas vraiment de couper dans les crédits publics, prévoit d’accroître les prélèvements jusqu’à 46,9% du PIB en 2017. Son programme, est, d’une certaine façon, plus prudent que celui de Nicolas Sarkozy, puisqu’il ne s’attend pas à une hausse importante et spontanée des prélèvements. D’où la rafale de hausses d’impôts prévue (29 milliards d’euros, auxquels il faut ajouter 15 milliards pour financer les dépenses nouvelles).

Arrestation d’islamistes radicaux : des dizaines d’armes saisies

Arrestation d’islamistes radicaux : des dizaines d’armes saisies

 

Lors du coup de filet qui a conduit à 19 interpellations dans les milieux islamistes, les enquêteurs ont saisi une dizaine d’armes, selon les informations d’Europe 1. Parmi elles, trois kalachnikovs, cinq fusils, des armes de poing et des pistolets d’alarme. Une kalachnikov a notamment été découverte sous le lit du leader de Forsane Alizza, Mohamed Achamlane. Selon l’agence Reuters, les fusils kalachnikovs saisis lors des perquisitions étaient « démilitarisés », c’est à dire hors d’usage, affirme une source judiciaire, confirmée par une autre source proche du dossier. En revanche, les armes de poing, dont certaines de gros calibre, étaient opérationnelles.  Au total, 17 personnes sont toujours en garde à vue. Deux femmes ont été relâchées.

Arrestation d’islamistes radicaux : pourquoi maintenant et pourquoi si tard ?

Arrestation d’islamistes radicaux : pourquoi maintenant et pourquoi si tard ?

Drôle de politique de sécurité qui consiste à attendre un drame pour prendre des mesures radicales. Politique de sécurité ou gesticulation électorale ? D’autant plus que le sénat n’a pas été autorisé par le gouvernement à entendre le chef du renseignement sur sa politique.  Des voisins évoquent Mohammed Achamlane, le leader de Forsane Alizza, arrêté vendredi à Nantes. C’est la figure de proue de Forsane Alizza. Mohamed Achamlane a été arrêté à l’aube dans la banlieue nantaise, ainsi que deux autres islamistes présumés. Les trois hommes sont toujours en garde à vue à l’hôtel de police de Nantes. Ils font partie des 19 personnes interpellées vendredi matin lors d’un coup de filet national dans les milieux de l’islamisme radical. Agé de 33 ans, Mohamed Achamlane est le père de trois enfants. Cet homme, qui porte la barbe, habite dans une petite maison ocre, dans un quartier pavillonnaire de Bouguenais, près de Nantes. Les enquêteurs y ont découvert trois kalachnikovs, un pistolet Glock et une grenade. La découverte d’un tel arsenal ne surprend pas les voisins de Mohamed Achamlane. « C’était un homme imposant. « On a le sentiment qu’avec lui, il faut que ça file droit », témoigne Léonce, une voisine, au micro d »Europe 1. Elément troublant : la maison était complètement fermée « depuis quinze jours ou trois semaines ». « On a l’impression de gens qui sont en fraude », observe cette voisine. A son domicile, Mohamed Achamlane réunissait régulièrement, tard le dimanche soir, ce qui semblait être des « activistes », selon un autre voisin. Surnommé Abou Hamza, Mohamed Achamlane avait lancé début 2012 un appel de recrutement de soldats, faisant planer la menace de la lutte armée. Suite à cette initiative, son organisation avait été dissoute par les pouvoirs publics en janvier dernier.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol