Archive pour le Tag '« irresponsable »'

SNCF: Les usagers dénonce la grève irresponsable

SNCF: Les usagers dénonce la grève irresponsable


Le président de la Fédération nationale des associations d’usagers des transports s’interroge pour savoir s’il ne convient pas légalement de réguler le droit des grèves à répétition .

« Quand leur métier est d’être au service des usagers on ne comprend pas qu’ils puissent avoir aussi peu de considération pour ces usagers », s’indigne Bruno Gazeau, président de la FNAUT, la Fédération nationale des associations d’usagers des transports, invité mardi 13 février sur franceinfo. Pour lui, « il y a une contradiction dans les termes qui est choquante ».

Les contrôleurs de la SNCF sont appelés à faire grève ce week-end du 17-18 février, au milieu des vacances scolaires de la zone C et au début de celles de la zone A. Une mobilisation qui s’annonce très suivie. Les prévisions pour la grève de ce week-end sont attendues mercredi. « On affecte des gens qui sont partis en vacances sans savoir qu’ils ne pourront pas revenir mais aussi des gens qui ont fait des réservations en amont sans savoir qu’ils ne pourront pas profiter de celles-ci », explique Bruno Gazeau. Il dénonce « un défaut de compassion des organisations syndicales et du collectif ».

« Il doit y avoir des moyens légaux d’encadrer mieux le droit de grève », soulève-t-il en évoquant « des possibilités de mieux cerner les mouvements de grève de manière à ce que les usagers puissent s’y prendre à l’avance et s’organiser ». Il souligne qu’être prévenu « 48h en avance c’est beaucoup trop court » et demande, pour les usagers qui seront impactés par cette grève, un remboursement ainsi qu’une « somme allouée aux personnes pour compenser les frais qu’elles devront engager ». Il ajoute, « quand le service n’est pas exécuté, il doit être dédommagé ».

Énergie : une politique irresponsable de la France

Énergie : une politique irresponsable de la France

Pour Charles Cuvelliez, Ecole Polytechnique de Bruxelles, Université de Bruxelles, Le rapport parlementaire français mais clairement en cause la responsabilité politique des dirigeants qui ont sacrifié l’atout énergétique du pays ( dans la Tribune)

Il ne faut pas confondre souveraineté énergétique et indépendance énergétique. Cette dernière n’est accessible à aucun pays en Europe qui ne dispose ni d’énergie fossile ni de matériaux précieux en quantité suffisante pour prétendre à l’indépendance. La France ne le vise pas non plus avec l’énergie nucléaire, puisque l’uranium est importé.

Il faut viser la souveraineté énergétique, c’est-à-dire la capacité à faire des choix, à les maîtriser de bout en bout et à gérer les vulnérabilités. La France y est arrivée avec le nucléaire. La souveraineté énergétique consiste aussi à décider avec qui un pays veut s’associer.

La coopération européenne a permis à la France d’avoir assez d’électricité cet hiver. Par contre elle a abandonné le terrain européen à l’Allemagne. Cette dernière est sortie du nucléaire, a laissé la France seule avec son EPR qui était le fruit d’une collaboration entre ces deux puissances industrielles. Elle a fait pression pour fermer les centrales à ses frontières (Cattenom, Fessenheim mais aussi Doel et Tihange, en Belgique). Depuis, la France s’est ressaisie en créant autour d’elle, première étape, un club de pays qui en veulent, du nucléaire.

Pour la commission, cet abandon politique n’est qu’une conséquence de sa perte de leadership nucléaire dans les années 2010 avec de tristes précurseurs comme l’arrêt de Superphénix, une filière dite à neutron rapide, qui garantit une énergie quasi inépuisable et beaucoup moins de déchets. Et la tentative de redémarrer cette filière, avec le démonstrateur Astrid, a fait long feu puisque le président Macron l’a arrêté avant son discours de Belfort (de relance du nucléaire).
Les SMR, doit-on rappeler, misent aussi sur les neutrons rapides. La France avait une avance qu’elle n’a donc plus, dit la commission. La centrale de Fessenheim fut fermée sans raison et le président Hollande décréta que pas plus 50 % de l’électricité ne pouvait provenir de la filière nucléaire (avec à la clé, la fermeture d’une dizaine de centrales, une décision heureusement annulée). Ce n’est que depuis un an qu’une volte-face a été amorcée devant l’urgence énergétique et climatique. Mais les dégâts sont là. La France doit assumer les EPR qui se construiront au prix de surcoûts et de problèmes de construction. L’Allemagne a réussi à exclure le nucléaire des plans européens de relance ce qui a empêché la filière de pouvoir bénéficier du financement européen.

Hypothèses étranges

Entre 2000 et 2017, c’était les années d’insouciance et de surcapacité (suite à une mauvaise estimation de la consommation future d’électricité dans le sens conservatif) au point de prendre le luxe de fermer 10 GW de moyens de production thermique qu’on regrette (comme quoi être conservatif n’est pas toujours la meilleure option). Sur base d’hypothèses étranges de la consommation qui baisserait (en dépit des appels à l’électrification de l’économie pour la décarboner), le président Hollande proposa de réduire la proportion du nucléaire dans l’électricité à 50 % avec une dizaine de fermetures de centrales à la clé (décision annulée depuis fort heureusement) plutôt que de rechercher la neutralité carbone (ailleurs que dans l’électricité, donc).

Le rapport ajoute encore, avec perfidie, se demander ce qu’Emmanuel Macron, ministre de l’Économie pendant les années Hollande, faisait ou pensait…

Tournant stratégique ?

A partir de 2017, Emmanuel Macron ne prit que des personnalités hostiles au nucléaire à la tête du ministère de la transition énergétique (Hulot, De Rugy, Pompili, Borne…) pour finalement faire volte-face en 2022 avec le discours de Belfort, comme candidat à sa propre succession. Détail amusant, relève le rapport : il se basait sur un rapport de 2019 commandé par Nicolas Hulot qui avoua, lui, ne pas s’en souvenir.

C’est donc un tournant stratégique mais se concrétisera-t-il?, se demande la commission : 1 an plus tard, on ne voit toujours venir aucune stratégie de financement. L’alliance des pays nucléaires portée par le France est encore fort timide. Elle se limite à un club informel, c’est vrai.

Mais les 6 erreurs de la politique énergétique françaises, hélas tellement transposables à ses voisins, auront donc été :

- de mauvaises prévisions énergétiques au regard de la nécessité de sortir des énergies fossiles et de l’électrification de l’économie qui en résulte (et cela continue) ;

- une opposition entre énergie renouvelable et nucléaire au lieu de les considérer comme complémentaires;

- de ne pas avoir anticipé la prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires et leur renouvellement en série ;

- de ne pas avoir construit de filière pour le renouvelable comme pour le nucléaire ;

- d’avoir laissé se développer un cadre européen qui fragilise le modèle français ;

- d’avoir arrêté la filière des réacteurs à neutrons rapides.

Long terme et science
Le rapport prend ensuite le temps de prendre de la hauteur. C’est la perspective du temps long qui s’est perdue, accuse la commission, et du rapport à la science. Elle se plaint de l’instrumentalisation de la science et la présentation de faits partiels pour justifier la prise de décision. Et la Première ministre Borne de ne pas pouvoir expliquer sur quelle base avoir fermé Fessenheim (un critère d’ancienneté arbitraire). Quant à Dominique Voynet en fonction, comme ministre, lors de la fermeture de Superphénix, elle ne put donner qu’une explication partielle et erronée pour justifier la fermeture de cette centrale (et montrer sa méconnaissance du fonctionnement de Superphénix). Les anciens hauts-commissaires à l’énergie atomique avaient, par contre, tous été mis à l’écart, note la commission !

La continuité depuis 2012 des conseillers en matière d’énergie inquiète davantage la Commission au lieu de la rassurer (cohérence et de continuité). Ils ne sont plus une courroie d’interprétation et de compréhension des contraintes pour les ministères : ils sont devenus des prescripteurs pour l’administration.

Le dilemme dans les scénarios à long terme d’énergie, ajoute la commission, est que ceux qui misent sur les seules technologies disponibles ont une part importante de rupture sociétale mais on ne le dit pas. Quant à ceux qui misent sur une stabilité des comportements, ils se basent sur des technologies qui ne sont pas forcément disponibles. On veut généraliser le renouvelable sans que les réseaux ne soient prêts à l’accueillir, d’où gaspillage des efforts. On veut plus de biomasse mais sans réfléchir à l’équilibre entre nourriture et énergie.

Trente propositions concluent le rapport, tout un programme : notamment le rattachement de la direction énergie au ministère de l’Industrie, assumer un besoin croissant d’électricité, avoir le courage de se donner une loi de programmation énergie-climat sur 30 ans. Sur les concessions hydro-électriques, les maintenir dans le domaine public et éviter les mises en concurrence. Une des propositions s’intéresse à un pan négligé de la décarbonation : la production de chaleur renouvelable qui doit être doublé à l’horizon 20230. Il y a aussi le lancement d’un nouvel inventaire minier en France et la création d’une filière de transformation et de recyclage des terres rares tout en identifiant les importations critiques. Il faut identifier les besoins d’investissements sur le réseau notamment en cas de forte réindustrialisation. Bien sûr la prolongation de tous les réacteurs fait l’objet d’une proposition aussi tout comme l’anticipation du renouvellement de l’ensemble du parc existant !

C’est le non-dit des conséquences sociales du débat énergétique qui pose problème. La Commission dit que notre société occidentale s’est basée sur une logique de croissance, confort, biens et services. Son modèle social et sa solidarité reposent dessus. On a besoin d’énergie. Faire de mauvais choix énergétiques fera tomber le modèle occidental (Poutine y pensait-il en nous coupant le gaz ?). Le débat politique s’est focalisé sur la technique (le choix du mode de production, pour ou contre le nucléaire). Le discours politique doit porter un projet de société.

Pour en savoir plus : RAPPORT FAIT AU NOM DE LA COMMISSION D’ENQUÊTE visant à établir les raisons de la perte de souveraineté et d’indépendance énergétique de la France, Président M. RAPHAËL SCHELLENBERGER Rapporteur M. ANTOINE ARMAND, 6 avril 2023.

Conflit SNCF : encore une proposition de grève reconductible irresponsable et inefficace

Conflit SNCF : encore une proposition de grève reconductible irresponsable et inefficace

Encore une proposition de grève reconductible irresponsable de la part du syndicat gauchiste »Sud ». On voudrait tuer l’entreprise qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Une entreprise contrainte d’abandonner régulièrement nombre d’activités du fait de son manque de productivité, de rentabilité voire de qualité.

La SNCF est engagée depuis des dizaines d’années dans un processus de contraction liée à son environnement économique mais aussi social. En dépit d’une prise en charge de son déficit historique, la société traîne encore un boulet de l’ordre de 40 milliards. Une situation ingérable que veulent complètement ignorer les syndicats gauchistes.

Ainsi non seulement des cheminots vont participer à la grève générale de la CGT de mardi 18 octobre mais pour en rajouter le syndicat gaucho-corpo Sud propose une grève reconductible qui serait décidée par les salariés
.
On voit mal concrètement comment les salariés pourraient voter. Historiquement ils n’ont jamais été consultés pour le lancement d’une grève. Par contre, ce sont des assemblées générales de grévistes très minoritaires qui décident la prolongation ou l’arrêt.

La plupart du temps les grèves s’arrêtent d’elles-mêmes par épuisement des participants. Bref une véritable politique syndicale de suicide. C’est cette politique qui a contribué à l’abandon de nombre d’activités (les envois express, les envois de messagerie, les lignes secondaires, le trafic de marchandises). Cette politique de fuite en avant a aussi provoqué la suppression du statut de cheminot. Bref, un suicide économique et social pour l’entreprise.

Le syndicat Sud-Rail, troisième organisation représentative à la SNCF, va donc proposer aux cheminots de reconduire la grève, alors que les vacances scolaires commencent en fin de semaine prochaine, et qu’elles sont forcément un pic d’activité pour l’entreprise.

« On fera des assemblées générales le mardi 18 octobre un peu partout en France et on posera la question de la grève reconductible », a indiqué dimanche à l’AFP Fabien Villedieu, délégué syndical Sud-Rail, confirmant une information de BFMTV. « Le juge de paix, ce sera le cheminot. Si le cheminot dit « une journée ça suffit », on fera une journée, si les cheminots disent majoritairement « on reconduit », on partira en grève reconductible », a-t-il ajouté. Selon lui, ce mouvement reste conditionné au succès de la grève de mardi, mais il anticipe que le mouvement soit reconduit jusqu’à mercredi. En jeu, comme chez TotalEnergies, une demande de hausse des salaires. Plus précisément, le syndicat demande « 400 euros nets en plus par mois » pour chaque employé.
Déjà deux augmentations concédées par la SNCF en 2022

Si les syndicats obtenaient une augmentation, ce sera la troisième cette année. Le 6 juillet, la direction de la SNCF avait octroyé une augmentation moyenne de 3,7% pour les petits salaires (environ 70.000 employés) et 2,2% pour les cadres (aussi 70.000 employés) à l’issue d’une unique journée de grève qui avait perturbé les départs en vacances d’été. Le mouvement avait été important, suivi par 20% des salariés au niveau national et même jusqu’à plus de 35% parmi les conducteurs.

Puisque les employés avaient déjà obtenu une augmentation de 2,7% en début d’année, la direction de la SNCF rappelait alors qu’elle avait fait « un effort de l’ordre de 5,8% » sur l’ensemble de l’année. Mais malgré ces deux victoires successives, la CGT et SUD-Rail (premier et troisième syndicats) annonçaient dès cet été que pour eux, la revalorisation n’était pas suffisante au regard de l’inflation qui sévit en France.

Comme d’autres salariés en France les cheminots sont évidemment fondés à réclamer des augmentations de pouvoir d’achat compte tenu de la dérive de l’inflation. Ils peuvent aussi bien sûr utiliser le droit de grève mais à condition que cela correspond à la volonté de la majorité du personnel ( et non dans des assemblées dites générales non représentatives.) et à condition contiennent aussi compte de la situation économique de l’entreprise. À moins de vouloir encore accélérer son dépérissement voir un jour sa suppression

Ukraine – « Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable

Ukraine – « Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable 

Macron a osé prononcer et répéter cette phrase complètement irresponsable et à tout le moins prématurée : il ne faut pas humilier la Russie et Poutine. Comme si quelqu’un avait pris l’initiative de heurter la sensibilité de l’intéressé. Comme si quelqu’un d’autre que lui était responsable de cette guerre forcément meurtrière et stupide y compris pour la Russie. Le pire, c’est que Macron est parfois appuyé par de vieux experts toujours atteints par le syndrome de Munich et qui seraient prêts à vendre une partie des territoires voisins contre notre propre liberté voire contre  quelques tonnes de blé. On peut comprendre que certains pays africains et d’autres pays pauvres montrent une certaine bienveillance à l’égard de Poutine content tenu de leur dépendance énergétique et alimentaire vis-à-vis des acteurs de cette guerre. La Russie est en effet un des principaux fournisseurs d’énergie et assurent de l’ordre  de 30 % avec l’Ukraine des besoins de céréales. Certains de ces pays pauvres en outre aux démocraties très relatives craignent en plus que la crise de la fin ne vienne balayer des régimes caractérisés par l’autocratie et la corruption.

Il est clair que le jeune Macron n’a jamais eu la moindre expérience politique avant d’accéder directement à la présidence de la république, qu’il  n’est pas non plus un gestionnaire expérimenté des situations géopolitiques complexes ( voir par exemple la débandade française de la force Barkhane ) . Surtout sa politique étrangère repose sur l’idée qu’il se fait de la posture historique qu’il veut laisser de son passage. De ce point de vue, ses entretiens nombreux avec Poutine sont aussi inefficaces que ridicules. Macron n’a tristement rien compris à la stratégie du dictateur complètement étranger aux réflexions rationnelles. Il y a déjà 20 ans que Poutine écrase sur son passage et fonde sa philosophie sur le mensonge permanent et  sur le crime pour s’opposer à toute contradiction à l’intérieur ou à l’extérieur de ses frontières. Il est clair que Macron dans le champ intérieur autant qu’à l’international manque sérieusement de maturité. Il veut jouer au Machiavel de papier mâché face à vieux routier du KGB pour qui tuer aussi bien ses adversaires internes qu’externes fait partie de sa logique personnelle pouvoir. Certes la Russie sera toujours la Russie d’un point de vue géographique mais les occidentaux la France en premier n’a pas à se coucher devant un dictateur qui en réalité au mieux considère la France comme la mouche du coche inoffensive voire l’idiot  utile.

Macron: « Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable

Macron: « Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable 

Macron a osé prononcer et répéter cette phrase complètement irresponsable et à tout le moins prématurée : il ne faut pas humilier la Russie et Poutine. Comme si quelqu’un avait pris l’initiative de heurter la sensibilité de l’intéressé. Comme si quelqu’un d’autre que lui était responsable de cette guerre forcément meurtrière et stupide y compris pour la Russie. Le pire, c’est que Macron est parfois appuyé par de vieux experts toujours atteints par le syndrome de Munich et qui seraient prêts à vendre une partie des territoires voisins contre notre propre liberté voire contre  quelques tonnes de blé. On peut comprendre que certains pays africains et d’autres pays pauvres montrent une certaine bienveillance à l’égard de Poutine content tenu de leur dépendance énergétique et alimentaire vis-à-vis des acteurs de cette guerre. La Russie est en effet un des principaux fournisseurs d’énergie et assurent de l’ordre  de 30 % avec l’Ukraine des besoins de céréales. Certains de ces pays pauvres en outre aux démocraties très relatives craignent en plus que la crise de la fin ne vienne balayer des régimes caractérisés par l’autocratie et la corruption.

Il est clair que le jeune Macron n’a jamais eu la moindre expérience politique avant d’accéder directement à la présidence de la république, qu’il  n’est pas non plus un gestionnaire expérimenté des situations géopolitiques complexes ( voir par exemple la débandade française de la force Barkhane ) . Surtout sa politique étrangère repose sur l’idée qu’il se fait de la posture historique qu’il veut laisser de son passage. De ce point de vue, ses entretiens nombreux avec Poutine sont aussi inefficaces que ridicules. Macron n’a tristement rien compris à la stratégie du dictateur complètement étranger aux réflexions rationnelles. Il y a déjà 20 ans que Poutine écrase sur son passage et fonde sa philosophie sur le mensonge permanent et  sur le crime pour s’opposer à toute contradiction à l’intérieur ou à l’extérieur de ses frontières. Il est clair que Macron dans le champ intérieur autant qu’à l’international manque sérieusement de maturité. Il veut jouer au Machiavel de papier mâché face à vieux routier du KGB pour qui tuer aussi bien ses adversaires internes qu’externes fait partie de sa logique personnelle pouvoir. Certes la Russie sera toujours la Russie d’un point de vue géographique mais les occidentaux la France en premier n’a pas à se coucher devant un dictateur qui en réalité au mieux considère la France comme la mouche du coche inoffensive voire l’idiot  utile.

« Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable de Macron

« Ne pas humilier Poutine » : la phrase irresponsable de Macron

Macron a osé prononcer et répéter cette phrase complètement irresponsable et à tout le moins prématurée : il ne faut pas humilier la Russie et Poutine. Comme si quelqu’un avait pris l’initiative de heurter la sensibilité de l’intéressé. Comme si quelqu’un d’autre que lui était responsable de cette guerre forcément meurtrière et stupide y compris pour la Russie. Le pire, c’est que Macron est parfois appuyé par de vieux experts toujours atteints par le syndrome de Munich et qui seraient prêts à vendre une partie des territoires voisins contre notre propre liberté voire contre  quelques tonnes de blé. On peut comprendre que certains pays africains et d’autres pays pauvres montrent une certaine bienveillance à l’égard de Poutine content tenu de leur dépendance énergétique et alimentaire vis-à-vis des acteurs de cette guerre. La Russie est en effet un des principaux fournisseurs d’énergie et assurent de l’ordre  de 30 % avec l’Ukraine des besoins de céréales. Certains de ces pays pauvres en outre aux démocraties très relatives craignent en plus que la crise de la fin ne vienne balayer des régimes caractérisés par l’autocratie et la corruption.

Il est clair que le jeune Macron n’a jamais eu la moindre expérience politique avant d’accéder directement à la présidence de la république, qu’il  n’est pas non plus un gestionnaire expérimenté des situations géopolitiques complexes ( voir par exemple la débandade française de la force Barkhane ) . Surtout sa politique étrangère repose sur l’idée qu’il se fait de la posture historique qu’il veut laisser de son passage. De ce point de vue, ses entretiens nombreux avec Poutine sont aussi inefficaces que ridicules. Macron n’a tristement rien compris à la stratégie du dictateur complètement étranger aux réflexions rationnelles. Il y a déjà 20 ans que Poutine écrase sur son passage et fonde sa philosophie sur le mensonge permanent et  sur le crime pour s’opposer à toute contradiction à l’intérieur ou à l’extérieur de ses frontières. Il est clair que Macron dans le champ intérieur autant qu’à l’international manque sérieusement de maturité. Il veut jouer au Machiavel de papier mâché face à vieux routier du KGB pour qui tuer aussi bien ses adversaires internes qu’externes fait partie de sa logique personnelle pouvoir. Certes la Russie sera toujours la Russie d’un point de vue géographique mais les occidentaux la France en premier n’a pas à se coucher devant un dictateur qui en réalité au mieux considère la France comme la mouche du coche inoffensive voire l’idiot  utile.

Vaccin russe : irresponsable !

 Vaccin russe : irresponsable !

Le  chercheur suisse François Balloux, de l’University College de Londres,  estime complètement irresponsable l’annonce d’un vaccin russe dans Libération

Que pensez-vous de l’annonce du chef de l’Etat russe ?

C’est une décision insensée, et surtout dangereuse. Une décision politique qui intervient dans une course folle à l’armement au vaccin contre le Covid. C’est totalement irresponsable, quels que soient les faits. Si ce n’est pas une fake news, l’irresponsabilité demeure car les autorités russes vont administrer un vaccin en s’affranchissant de ses trois phases de développement nécessairesUn pari fou. Si par chance, l’issue s’avère positive, le procédé pour y parvenir met fin à un consensus médical, historique, centenaire, et accepté par la communauté scientifique qui impose d’être transparent et de respecter un protocole très encadré. Si, enfin, il y a des effets secondaires sévères, ce sera un désastre pour les personnes qui en seront victimes. Et cela renforcera encore la défiance envers les politiques sanitaires et, plus généralement, vis-à-vis des gouvernements.

 

Renault: la CGT « irresponsable « pour la CFDT

Renault: la CGT « irresponsable « pour la CFDT

 

Le Tribunal du Havre a ordonné jeudi l’arrêt de la production de l’usine à la suite d’une procédure en référé portée par la CGT Sandouville.

“Ce qui s’était passé à Sandouville, c’était un dialogue social assez exemplaire sur la reprise d’activité en toute sécurité pour les travailleurs”, a déclaré Laurent Berger sur France inter. “La posture de la CGT est irresponsable et infondée.”

“La réalité, c’est que l’usine va rester fermée lundi, que les 700 intérimaires vont être renvoyés chez eux. Donc je pense qu’il faut arrêter ce type de pratique et qu’il faut plutôt favoriser le dialogue social”, a-t-il ajouté.

“On voit bien qu’il y a deux attitudes syndicales : il y a celles qui sont prêtes à tout pour stopper l’activité – et ce n’est pas un service rendu aux travailleurs (…)- et celles, qui sont plus nombreuses à Renault, qui veulent négocier des conditions de reprise acceptables en toute sécurité.”

L’usine, qui employait l’an dernier environ 1.900 personnes, avait été la deuxième usine française de Renault à reprendre une activité partielle fin avril. A l’arrêt depuis mi-mars à cause de l’épidémie de coronavirus, le site produit le Renault Trafic et des dérivés du fourgon pour Fiat et Nissan.

Déconfinement des écoles : un transfert de responsabilité irresponsable aux maires

Déconfinement des écoles : un transfert de responsabilité irresponsable aux maires

 

On comprend évidemment que les maires soient particulièrement furieux que le gouvernement leur renvoie la patate chaude du déconfinement des écoles. C’est en effet à eux qui reviendra la responsabilité d’organiser la reprise des cours. Une grave responsabilité dans la mesure où nombre d’écoles ne sont pas forcément très adaptées pour gérer ce genre de situation.

 

Normalement le ministre de l’éducation nationale a souhaité que le nombre d’élèves soit réduit de moitié. Le problème c’est qu’on ne sait pas comment; en effet; l’école ne sera pas obligatoire mais elle ne sera pas contingentée non plus. Du coup, dans certaines classes on risque de dépasser la moitié de l’effectif habituel. Le problème surtout c’est que les maires prennent le risque d’être rendus responsables de la propagation du virus.

 

Certes certaines études semblent montrer que les enfants sont moins porteurs que les adultes du Coronavirus mais certains le sont quand même. Cela pourrait alors contaminer les autres et au-delà leur entourage notamment familial il y a aussi la question de l’organisation des cantines sans parler du défi majeur à faire respecter les normes de distanciation par des jeunes enfants. Le risque sanitaire va également bien entendu concerner les enseignements eux-mêmes qui pourraient être exposés encore davantage que les enfants.

Plusieurs élus jugent que les conditions sanitaires ne sont pas remplies. «Pour moi c’est totalement irresponsable, ça me rend furieux. On refile la patate chaude aux élus locaux et je trouve ça inadmissible», fulmine Lionnel Luca, le maire LR de Villeneuve-Loubet (Alpes-Maritimes). Pour lui il n’est pas question d’ouvrir les écoles le 11 mai prochain: «S’ils veulent les clés, qu’ils viennent les chercher à la mairie. Ils nettoieront, ils feront manger les enfants, ils se débrouilleront!»

Même défiance du maire Rassemblement national (RN) de Beaucaire (Gard), Julien Sanchez: «Il est évident que si début mai nous n’avions de la part du gouvernement et des autorités sanitaires pas plus de garanties sur la sécurité sanitaire des élèves et des équipes pédagogiques, je maintiendrais les écoles fermées»

Le Conseil d’Etat aussi irresponsable que le gouvernement

Le Conseil d’Etat aussi irresponsable que le gouvernement

La requête de soignants auprès du conseil d’État visait  simplement à imposer à l’État une meilleure protection sanitaire des intéressés. Pas vraiment une demande très révolutionnaire. Pourtant, le conseil d’État a rejeté ce recours. On se demande bien à partir de quelle compétence ! Faut-il rappeler que le conseil d’État est un organe de justice administrative, composé pour l’essentiel de fonctionnaires qui se prononcent un peu sur tout et surtout sans grande compétence sur les sujets traités. Même la compétence juridique administrative peut-être contestée. Le conseil d’État n’est en effet pas composé des juristes les plus compétents. Les  plus hautes fonctions du Conseil d’État sont assurées de manière privilégiée par des anciens élèves de l’ENA qui ne confère pas une compétence particulière compte tenu du caractère très général et superficiel de l’enseignement fourni.

Surtout, le conseil d’État est un peu à la botte du gouvernement. D’ailleurs un tiers des membres du conseil d’État sont nommés par le gouvernement, le vice président également, les présidents de section aussi. Pas vraiment ce qui définit une réelle indépendance. Faut-il rappeler que pendant la dernière guerre le Conseil d’État a soutenu les erreurs de Vichy ( même si à titre individuel certains membres du Conseil d’État sont entrés dans la résistance). Pourtant l’absence de protection constitue un acte grave de mise en danger de la vie d’autrui de personnel stratégique pour la lutte contre le Coron virus.

Le Conseil d’Etat a donc rejeté plusieurs recours déposés cette semaine en France contre le gouvernement par des syndicats de soignants pour réclamer des moyens de protection supplémentaires et des tests de dépistage massifs pour faire face à l’épidémie de coronavirus, indique un communiqué publié samedi.

Le syndicat d’infirmières libérales Infin’Idels et le syndicat des médecins d’Aix-en-Provence et de sa région réclamaient notamment que l’Etat réquisitionne des usines et les réserves des particuliers et entreprises afin de procéder à la fabrication ou à la remise des stocks suffisants de masques et autres matériels de protection pour qu’ils puissent être redistribués aux professionnels de santé exposés.

Le syndicat des médecins d’Aix demandait aussi au Conseil d’Etat d’enjoindre à l’Etat “d’autoriser les médecins et hôpitaux à prescrire et administrer aux patients à risque l’association de l’hydroxychloroquine et de l’azithromycine, en respectant les précautions d’emploi de cette association (…) et d’autoriser tous les laboratoires de biologie médicale à réaliser les tests de dépistage”.

Coronavirus : une gestion de crise irresponsable

 Coronavirus : une gestion de crise irresponsable

La gestion de crise par les pouvoirs publics est de plus en plus critiquée, c’était encore le cas hier à l’assemblée nationale où  notamment le gouvernement a été mis en accusation du fait de son impréparation notamment sur le tragique manque  de masques. Le Premier ministre s’est tiré avec une pirouette en imputant cette insuffisance a des vols et un trafic. La vérité  est tout autre, le renouvellement des masques n’a pas été assuré et les masques massivement produits en France ont été vendus à l’étranger. Un véritable scandale. Force est de constater que dans cette affaire les pouvoirs publics auront adopté quatre types d’attitude. D’abord en observant avec condescendance la situation en Chine, ensuite en admettant la pénétration du virus en Europe mais sous-estimant les conséquences. Avec la propagation indiscutable, on est passé un autre stade affirmant que la situation était sous contrôle. Enfin ce n’est que très récemment, en fait lors  du discours président de la république dimanche dernier, que les pouvoirs publics ont pris enfin la mesure du drame sanitaire et économique en cours. Pour parler simplement, la stratégie de lutte contre le virus a toujours enregistré environ un mois de retard. C’est même le cas encore aujourd’hui car le confinement est toujours appliqué de manière très laxiste et le gouvernement hésite à prendre des mesures draconiennes. De la même manière, les pouvoirs publics soutiennent que le port du masque est inutile pour les personnes saines. Première observation, personne ne sait quels sont les personnes saines car 90 % des porteurs de virus sont asymptomatiques. En fait,  les pouvoirs publics se refusent à appliquer de manière drastique les seules mesures qui ont permis à des pays asiatiques de faire face à la crise à la fois le port du masque, la détection systématique et le confinement effectif.

Un papier du monde synthétisait  les interrogations et les critiques de la stratégie sanitaire française.

« Sur quelles bases scientifiques, médicales, épidémiologiques, la stratégie actuelle de lutte contre l’épidémie de coronavirus a-t-elle été mise en œuvre en France et, plus généralement, en Europe ? Pourquoi les autorités sanitaires ont-elles, dans ces pays, décidé de ne suivre ni les recommandations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) ni l’exemple chinois de lutte contre l’épidémie ? En décidant de laisser l’épidémie suivre son cours et d’attendre samedi 14 mars pour tenter de l’arrêter en fermant tous les lieux publics non indispensables, les pouvoirs publics français ont, sans le dire, accepté l’idée qu’une part importante de la population va être, dans les prochains mois, infectée par le coronavirus. Avec à la clé, à tout le moins, probablement, des dizaines de milliers de personnes décédées dans l’Hexagone. Une telle stratégie, encore une fois non avouée mais de facto mise en œuvre, ne devrait-elle pas être au minimum discutée ?

On sait aujourd’hui pas mal de choses sur la maladie à coronavirus 2019 (Covid-19), maladie infectieuse causée par le coronavirus SARS-CoV-2. Son taux de mortalité est de 20 à 30 fois supérieur à celui de la grippe saisonnière. Très contagieux, le SARS-CoV-2 est sensible aux désinfectants usuels. En France, le diagnostic spécifique de la Covid-19 est réalisé actuellement par une méthode de biologie moléculaire (RT-PCR spécifique) sur un écouvillonnage nasopharyngé dont le résultat est obtenu en 24 heures. Aucun test commercial simple n’est actuellement disponible.

Le SARS-CoV-2 infecte toutes les classes d’âge, mais de façon différenciée. 87 % des patients ont entre 30 et 79 ans, alors que moins de 1 % sont dans la classe d’âge inférieure à 10 ans. La fréquence des formes sévères et le taux de mortalité augmentent avec l’âge (15 % chez les patients de plus de 80 ans et 8 % chez les patients entre 70 et 79 ans). »

Coronavirus et maintien des municipales: une décision grave et irresponsable

Coronavirus et maintien des municipales: une décision grave et  irresponsable

Au moment même où le Premier ministre annonçait  le passage en phase 3 du plan contre la lutte contre le Coronavirus avec des mesures supplémentaires de confinement, la fermeture de magasin, l’interdiction de rassemblement dans les lieux publics, le pouvoir en totale contradiction a annoncé le maintien des élections municipales à la date prévue; ce  qui témoigne à la fois de la légèreté et des contradictions de la politique sanitaire du gouvernement.

Pour tout dire,  c’est une décision complètement irresponsable de faire défiler dans le même lieu une grande partie de la population avec des personnes saines et des personnes porteuses du virus. Les consignes données par le gouvernement pour ces élections paraissent particulièrement anachroniques voire ridicules.

La conséquence de cette irresponsabilité pourrait bien être un accroissement considérable de la contagion du virus qui pourrait à leur imposer l’annulation du deuxième tour. On voit mal en quoi des élections municipales prennent un caractère stratégique supérieur à celui de l’intérêt sanitaire du pays. Tout cela pour ne pas déplaire aux milliers et milliers de futurs élus. Un report d’un mois par exemple de ces élections n’aurait sans doute pas apporté de changements significatifs au pays.

 Contrairement à ce qui était pressenti jusqu’à la dernière minute, les élections municipales de 2020 auront bien lieu aux dates prévues. Malgré l’épidémie de nouveau coronavirus, désormais connu sous le nom de SARS-CoV-2. Jeudi soir, face à près de 25 millions de téléspectateurs, Emmanuel Macron a considéré que les circonstances ne justifiaient pas une mise à l’arrêt de notre « vie démocratique ». Sans doute les outils permettant de reporter le scrutin étaient-ils trop compliqués à mettre en œuvre.

Désormais, le gouvernement s’active pour border comme il se doit ces élections des 15 et 22 mars. Prudent, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a déclaré ce vendredi qu’il n’y avait aucune « certitude » que le second tour serait maintenu.

« Les scientifiques nous indiquent aujourd’hui que nous sommes en mesure de réaliser les élections dimanche prochain et (…) dimanche suivant », a-t-il ajouté. Comme si les scientifiques étaient compétents en matière d’organisation des élections. S’abriter ainsi derrière la vie de scientifiques est assez lamentable.

« Un certain nombre de mesures sont prises pour que les élections se passent dans de bonnes conditions et que face au risque du Covid-19, nous puissions avoir les dispositions, les aménagements, les comportements adaptés pour limiter au maximum le risque », a affirmé Christophe Castaner.

« Nous avons soumis à chaque maire pour les présidents de bureau de vote un plan d’aménagement du bureau de vote, (…) mais aussi une communication de proximité à l’entrée du bureau de vote sur les gestes barrières, les bonnes pratique, ce qui empêche (…) le développement du virus », a expliqué le locataire de la place Beauvau.

Qualifiant le vote de « devoir citoyen », le Premier ministre Édouard Philippe a pour sa part affirmé sur TF1 ce vendredi que le scrutin serait « sans danger » ! 

« On a posé la question hier au comité scientifique. On leur a demandé, ‘est-ce que le fait d’aller dans un bureau de vote, parfois d’attendre un peu, ensuite de voter puis de repartir, est-ce que ça présente un risque pour les personnes les plus fragiles?’ », a-t-il rapporté.

Selon lui, ledit comité a répondu au gouvernement qu’il n’y avait aucune raison scientifique de penser que le déplacement pour voter aux municipales serait plus dangereux « que d’aller faire ses courses ». À condition de respecter une distance minimale. Le ministère de l’Intérieur préconise un marquage au sol afin de maintenir environ un mètre entre chaque électeur à chaque étape du vote. Il faut regretter c’est le caractère complètement contradictoire et irresponsable de la part du gouvernement en plus cautionné par certains scientifiques très complaisants qui devraient quand même comprendre que les bureaux de vote vont se transformer en espace d’incubation impossible à désinfecter après le passage de chaque électeur.

Coronavirus et maintien des municipales: une décision irresponsable

Coronavirus et maintien des municipales: une décision irresponsable

Le maintien des élections municipales à la date prévue témoigne à la fois de la légèreté et des contradictions de la politique sanitaire du gouvernement. Pour tout dire,  c’est une décision complètement irresponsable de faire défiler dans le même lieu une grande partie de la population avec des personnes saines et des personnes porteuses du virus. Les consignes données par le gouvernement pour ces élections paraissent particulièrement anachroniques voire ridicules. La conséquence de cette irresponsabilité pourrait bien être un accroissement considérable de la contagion du virus qui pourrait à leur imposer l’annulation du deuxième tour. On voit mal en quoi des élections municipales prennent un caractère stratégique supérieur à celui de l’intérêt sanitaire du pays. Tout cela pour ne pas déplaire aux milliers et milliers de futurs élus. Un report d’un mois par exemple de ces élections n’auraient sans doute pas apporté de changements significatifs au pays.

Contrairement à ce qui était pressenti jusqu’à la dernière minute, les élections municipales de 2020 auront bien lieu aux dates prévues. Malgré l’épidémie de nouveau coronavirus, désormais connu sous le nom de SARS-CoV-2. Jeudi soir, face à près de 25 millions de téléspectateurs, Emmanuel Macron a considéré que les circonstances ne justifiaient pas une mise à l’arrêt de notre « vie démocratique ». Sans doute les outils permettant de reporter le scrutin étaient-ils trop compliqués à mettre en œuvre.

Désormais, le gouvernement s’active pour border comme il se doit ces élections des 15 et 22 mars. Prudent, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a déclaré ce vendredi qu’il n’y avait aucune « certitude » que le second tour serait maintenu.

« Les scientifiques nous indiquent aujourd’hui que nous sommes en mesure de réaliser les élections dimanche prochain et (…) dimanche suivant », a-t-il ajouté. Comme si les scientifiques étaient compétents en matière d’organisation des élections. S’abriter ainsi derrière la vie de scientifiques est assez lamentable.

« Un certain nombre de mesures sont prises pour que les élections se passent dans de bonnes conditions et que face au risque du Covid-19, nous puissions avoir les dispositions, les aménagements, les comportements adaptés pour limiter au maximum le risque », a affirmé Christophe Castaner.

40 à 50 personnes chaque heure par bureau?

« Nous avons soumis à chaque maire pour les présidents de bureau de vote un plan d’aménagement du bureau de vote, (…) mais aussi une communication de proximité à l’entrée du bureau de vote sur les gestes barrières, les bonnes pratique, ce qui empêche (…) le développement du virus », a expliqué le locataire de la place Beauvau.

Pas de « sur-risque »

Qualifiant le vote de « devoir citoyen », le Premier ministre Édouard Philippe a pour sa part affirmé sur TF1 ce vendredi que le scrutin serait « sans danger ».

« On a posé la question hier au comité scientifique. On leur a demandé, ‘est-ce que le fait d’aller dans un bureau de vote, parfois d’attendre un peu, ensuite de voter puis de repartir, est-ce que ça présente un risque pour les personnes les plus fragiles?’ », a-t-il rapporté.

Selon lui, ledit comité a répondu au gouvernement qu’il n’y avait aucune raison scientifique de penser que le déplacement pour voter aux municipales serait plus dangereux « que d’aller faire ses courses ». À condition de respecter une distance minimale. Le ministère de l’Intérieur préconise un marquage au sol afin de maintenir environ un mètre entre chaque électeur à chaque étape du vote. Il faut regretter c’est le caractère complètement contradictoire et irresponsable de la part du gouvernement en plus cautionné par certains scientifiques très complaisants qui devraient quand même comprendre que les bureaux de vote vont se transformer en espace d’incubation impossible à désinfecter après le passage de chaque électeur.

« La vérité, c’est que les maires (…) ont parfaitement compris l’enjeu, pour faire en sorte, par exemple, que quand une personne fragile arrive au bureau de vote, dans toute la mesure du possible, ce ne soit pas elle qui fasse la queue, (…) qu’elle puisse passer plus rapidement dans l’isoloir et ensuite devant l’urne pour pouvoir, là encore, limiter les risques », a-t-il développé.

 

 

Et le Premier ministre de rappeler qu’on peut aller voter « avec son stylo » et que du matériel sanitaire sera mis à disposition des électeurs dans les bureaux de vote. « Les procurations sont encore possibles pour le deuxième tour c’est évident », a-t-il précisé. Celles pour le premier tour, en revanche, auront échu ce vendredi.

Retraites- Attendre le 7 janvier pour la reprise des négociations est irresponsable

Attendre le  7 janvier pour la reprise des négociations est irresponsable

 

Face au blocage persistant, le gouvernement a annoncé une nouvelle séries de discussions avec les partenaires sociaux qui s’ouvriront seulement le 7 janvier. On peut légitimement se demander à quoi joue le gouvernement. En effet, il aura fallu attendre mardi 24  pour que le Premier ministre se réveille pour indiquer que la reprise des négociations aura lieu dans une quinzaine de jours à savoir le 7 janvier. Une attitude évidemment complètement irresponsable. On comprend mal que le gouvernement se soit mis en vacances alors que le pays est affecté par des troubles sociaux. Il est clair qu’en la  circonstance le gouvernement a choisi la stratégie du pourrissement. Le problème c’est que cette même stratégie du pourrissement a été utilisée sans succès vis-à-vis des gilets jaunes et que le pays s’est enfoncé dans la chienlit pendant  des mois. Ce qui risque de se reproduire avec ce qu’on peut appeler maintenant les gilets rouges. Le gouvernement joue dangereusement avec le feu. Il ne faut guère espérer que les radicaux gauchistes atténuent leur action. Certes la participation aux grèves va connaître sans doute des mouvements de yo-yo sur une tendance baissière mais elle risque d’être compensée par le réveil de certaines catégories sociales qui pourraient protester non seulement vis-à-vis des retraites mais de manière plus générale vis-à-vis des conditions de travail et des salaires ( hôpital ou enseignement par exemple).

En dépit des appels à la trêve lancés par l’exécutif pour les fêtes de fin d’année, les transports restent donc très perturbés et le ton est monté d’un cran dans le secteur de l’énergie avec le vote par les salariés de la mise à l’arrêt de plusieurs raffineries. Face au blocage persistant, le gouvernement a enfin annoncé une nouvelle séries de discussions avec les partenaires sociaux qui s’ouvriront le 7 janvier. Elles se déclineront ensuite pendant tout le mois avec les ministres et secrétaires d’Etat concernés et porteront sur quatre chantiers : pénibilité, transitions vers le futur système unique de retraites par points, minimum contributif et fins de carrière. Le Premier ministre Edouard Philippe présentera également dans la semaine du 6 janvier une “méthode de travail” pour l’équilibre financier du système, a précisé Matignon dans un communiqué. Une nouvelle journée interprofessionnelle de manifestations et de grève est d’ores et déjà prévue le 9 janvier à l’appel de l’intersyndicale mobilisée contre la réforme (CGT-FO-FSU-Solidaires-FIDL-MNL-UNEF-Unl).

Dans le collimateur des manifestants et des grévistes, la réforme du système des retraites voulue par Emmanuel Macron qui prévoit le remplacement des 42 régimes existants par un système universel par points, un changement perçu par ses détracteurs comme la porte ouverte à une précarisation des retraités. Le gouvernement continue de défendre l’instauration d’un âge pivot à 64 ans à l’échéance 2027, une option qu’il juge “juste” pour rééquilibrer financièrement le système mais un casus belli pour les syndicats réformateurs au premier rang desquels la CFDT. On peut quand même s’interroger pourquoi on attend encore 15 jours pour négocier alors qu’une partie des transports bloque la vie économique et sociale.

Gilets jaunes: les derniers feux d’un mouvement irresponsable

Gilets jaunes: les derniers feux d’un mouvement irresponsable

 

Ce samedi donnera sans doute lieu à l’une des dernières commémorations d’un mouvement de plus en plus irresponsable.  Il y ira forcément une participation un peu plus importante que précédemment puisque des dernières semaines, il ne restait plus que quelque centaines de grognards. Aujourd’hui vont se mêler aux manifestations des casseurs qui vont finir de discréditer totalement le gilets jaunes ( on se demande pourquoi il y aura trois défilés alors qu’un seul aura du mal à remplir les rues).  En dépit de l’écroulement de la participation, les gilets jaunes vont continuer  d’épuiser les quelques forces qui leur restent. Cette gestion du mouvement est assez pathétique puisqu’on est passé d’une participation de plusieurs centaines de milliers de manifestants à quelques milliers;  au point qu’il n’y a même pas une ligne dans la plupart des médias pour rendre compte de manifestations de plus en plus anecdotiques ces derniers mois . En cause, évidemment l’incapacité totale à structurer le mouvement par des leaders gauchistes et populistes complètement irresponsables. Une évolution bien connue dans les mouvements sociaux traditionnels. Plus la participation diminue et plus les mots d’ordre gauchiste durcissent  l’action jusqu’à l’épuisement total. On voudrait discréditer l’action qu’on ne s’y prendrait pas autrement. Il est à craindre cependant que les leaders gauchistes s’enferment un peu plus chaque samedi dans leur entêtement mortifère et le mouvement des gilets jaunes finira  avec quelques dizaines  de protestataires. D’une certaine manière,  l’étiolement de la participation rend service pouvoir qui peut d’autant mieux critiquer un mouvement qui au départ avait un certain  un sens mais qui de dérive en dérive a perdu toute notion d’objectif et de stratégie. Pour parler clair, on est passé de la contestation sociale à la protestation politique sans la moindre perspective d’aboutir. L’objectif annoncé des «gilets jaunes»: obtenir «un automne  noir» traduit bien le ridicule et l’inconséquence des leaders gauchistes et populistes.

Mais ce mouvement imprévisible, qui a bien longtemps pris de court le pouvoir et qui a surpris par son ampleur, reste sous étroite surveillance. Même si on n’est pas aujourd’hui sur des niveaux de mobilisation importants, ces rassemblements peuvent être l’occasion de voir s’agréger les mouvances radicales d’ultragauche, lesquelles souhaitent que tout bascule dans la violence.

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol