Archive pour le Tag 'Iran'

Page 3 sur 3

Iran : le conservateur nettement battu

Iran : le conservateur nettement battu

La ligne politique du changement et de l’ouverture a clairement triomphé en Iran avec la réélection du. président sortant. Le religieux modéré, partisan d’une ouverture contrôlée de son pays sur le monde, obtient 57 % des voix ; son adversaire, Ebrahim Raissi, un religieux lui aussi mais conservateur, seulement 38%, selon les chiffres publiés par le ministère de l’Intérieur. Par rapport à sa première élection en 2013, Hassan Rohani gagne cinq millions de voix.  Les partisans d’Hassan Rohani se sont massivement mobilisés, à l’occasion de ce premier scrutin présidentiel après l’accord nucléaire signé en 2015 entre l’Iran et les grandes puissances. La participation a atteint près 73 % des inscrits. Quarante des 56 millions d’électeurs ont voté. C’est huit points de plus qu’à la dernière présidentielle de 2013. Jusqu’à vendredi soir tard, d’importantes files d’attentes se sont formés devant les bureaux de vote, à Téhéran notamment, la capitale acquise au camp Rohani. Pour permettre aux Iraniens d’accomplir leur devoir électoral, leur ouverture avait dû être prolongée à deux reprises, jusqu’à minuit. La réélection de Rohani pour un second et dernier mandat devrait lui permettre de poursuivre sur la voie de l’ouverture économique, et peut-être d’une certaine dose de libéralisme politique, des dossiers sur lesquels le président sortant a plutôt déçu, depuis 2013. Mais pour avancer et satisfaire son électorat, avide de mieux vivre, encore faudra-t-il qu’il obtienne l’aval du guide suprême et numéro un du régime, l’ayatollah Ali Khamenei, détenteur de l’essentiel des pouvoirs en Iran.

Iran : des avions Boeing et Airbus à moitié prix

Iran : des savions Boeing et Airbus  à moitié prix

 

On sait que Boeing et Airbus sont engagés dans une guerre commerciale impitoyable et que chacun reproche à l’autre de faire du dumping en bénéficiant notamment d’aide publique. Un phénomène qui pourrait se renforcer avec les énormes commandes que vient de passer l’Iran avec les deux constructeurs : une centaine d’avions pour Airbus et 80 pour Boeing. Bien entendu de telles commandes peuvent justifier certains rabais mais en la circonstance l’Iran affirme qu’elle a obtenu ces commandes avec une réduction de 50 %. De quoi s’inquiéter sur la rentabilité des deux constructeurs qui privilégient le plan de charge effet par rapport à la rentabilité. L’Iran a effet en déclaré dimanche avoir négocié pour payer environ la moitié du prix annoncé pour l’achat à Boeing de 80 avions de ligne, une commande évaluée par l’avionneur américain à 16,6 milliards de dollars (15,9 milliards d’euros).La compagnie IranAir a annoncé le 11 décembre l’achat à Boeing de 80 appareils – cinquante 737 et trente 777 -, un contrat sans précédent entre les Etats-Unis et l’Iran depuis la révolution de 1979. « Boeing a annoncé que son contrat avec IranAir valait 16,6 milliards de dollars », a déclaré le vice-ministre iranien des Transports, Asghar Fakhrieh-Kashan, cité par l’agence de presse officielle Irna. « Toutefois, en considérant la nature de notre commande et les possibilités de choix, le contrat pour l’acquisition de 80 avions Boeing vaut environ 50% de ce montant », a-t-il ajouté. Le grand rival de Boeing, Airbus, a signé jeudi la vente de 100 avions à IranAir, toujours dans le cadre de la réouverture des relations commerciales entre l’Iran et les pays occidentaux près d’un an après la levée des sanctions liées à son programme nucléaire. Au prix catalogue, la valeur de ce dernier contrat serait de 18 à 20 milliards de dollars mais selon le PDG d’IranAir, elle ne devrait pas dépasser 10 milliards de dollars.

Iran : le business avant les droits de l’homme

Iran : le business avant les droits de l’homme

 

Pour la forme François Hollande a fait une allusion au respect des droits de l’homme devant le président iranien en visite en France. En réalité,  il s’est surtout réjoui de la reprise des relations économiques avec l’Iran ; reprise qui va offrir de nombreux débouchés à des entreprises françaises qui ont bien besoin de commandes nouvelles. L’industrie aérienne sera l’une de des bénéficiaires de cette normalisation économique et politique entre les deux pays. Iran Air a commandé jeudi 118 Airbus pour un total de quelque 25 milliards de dollars (23 milliards d’euros) aux prix catalogue, dont 12 A380, apportant une bouffée d’oxygène bienvenue au très gros porteur européen en mal de dynamisme commercial. Cette méga-commande, qui comprend aussi 16 unités de l’A350-1000, version étendue du nouveau long-courrier d’Airbus, a été signée à l’Elysée à l’occasion de la visite en France du président iranien Hassan Rohani. Téhéran profite ainsi de la levée des sanctions dont le pays faisait l’objet en raison de ses activités nucléaires pour rénover la flotte de la compagnie Iran Air Le contrat signé par Fabrice Brégier, PDG d’Airbus, et Farhad Parvaresh, son homologue à la tête de la compagnie aérienne iranienne, comporte aussi 45 monocouloirs A320 (dont 24 A320neo, la version remotorisée) et 45 long-courriers A330 (dont 18 A330neo). On objectera que la normalisation des relations avec l’Iran correspond surtout à des objectifs économiques et que la question des libertés individuelles et collectives a été mise un peu sous le coude. Sans doute mais il y aurait lieu  de critiquer autant sinon davantage nos relations avec les l’Arabie Saoudite et d’une façon plus générale les pays du golfe.

Pétrole : l’Iran fait plonger les cours

Pétrole : l’Iran fait plonger les cours

 

Nouveau big-bang prévisible sur les cours de pétrole du fait de la normalisation des relations commerciales avec l’Iran. Ce pays a en effet besoin de trésorerie ; il attend notamment le déblocage des actifs gelés par les pays occidentaux dans le cadre des sanctions prises (actifs évalués entre 50 et 100 milliards). Avant ces sanctions les recettes publiques du pétrole représenté environ 60 % du budget. La valeur marchande des ressources pétrolières est évaluée au cours actuel à environ 3000 milliards. Le produit financier de ce pétrole pourrait donc être rapidement mobilisé en attendant d’une part le déblocage des actifs figés par les pays occidentaux et la reprise économique. L’Iran pourrait augmenter ses exportations de leur de 500 000 Bpj. La seule annonce de la levée des sanctions a déjà pesé sur les cours du pétrole.  Après un plongeon de 6% vendredi, le Brent de mer du Nord a perdu 1,15 dollar (-4%) à 27,79 dollars une demi-heure après l’ouverture des marchés asiatiques (23h30 GMT dimanche).Le contrat mars sur le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) a de son côté cédé 1 dollar, soit 3,3%, à 28,44 dollars le baril. Les cours se sont par la suite redressés, mais affichaient toujours un repli de plus de 1% par rapport à la clôture de vendredi. A 02h30 GMT, le baril de Brent s’affichait à 28,47 dollars (-1,6%) et le WTI à 29,01 dollars (-1,3%), des plus bas depuis douze ans. «L’Iran est désormais libre de vendre autant de pétrole qu’il le souhaite, à qui il veut, au prix qu’il peut obtenir», a résumé Richard Nephew, du Center on Global Energy Policy de l’université de Columbia. «La levée des sanctions devrait provoquer de nouvelles pressions à la baisse sur le pétrole (…) à court terme», a encore estimé la banque ANZ. «Il est probable que l’Iran va offrir des remises pour s’attirer des clients.»

Iran : le business remplace la menace nucléaire

Iran : le business remplace la menace nucléaire

Finalement l’Iran a échangé sa menace nucléaire contre la promesse de rétablir le business avec son pays. Un pays étranglé par les sanctions des pays occidentaux tout autant que par son isolement volontaire voulu par les intégristes qui craignent que le développement des échanges internationaux ne vienne pervertir leur idéologie du repli sectaire. Du côté occidental, on se réjouit  de cette normalisation des relations économiques avec l’Iran. Ce pays producteur de pétrole va certainement peser sur les cours et éviter ainsi une brusque remontée des prix de cette matière première. Surtout,  l’Iran constitue un marché pour les débouchés des productions occidentales. On envisage par exemple assez rapidement une commande de plus de 100 Airbus. À l’intérieur de l’Iran, une grande partie de l’opinion publique souhaite cette ouverture économique et même culturelle sur le monde « L’économie iranienne est libérée des chaînes des sanctions, il est temps de construire et de croître », a tweeté samedi le président Hassan Rohani après l’annonce de la levée des sanctions internationales qui frappaient son pays depuis cinq ans en raison du programme nucléaire de Téhéran. A levée des sanctions cela  permettra au pays d’acheter de nouveau non seulement des avions et des biens d’équipement industriels mais aussi de se fournir en médicaments et en produits de grande consommation. Le financement pourrait en être assuré au départ par le déblocage des actifs confisqués dans le cadre des sanctions (L’actif bloqué est évalué entre 50 et 100 milliards de dollars). Il conviendra cependant d’être attentif aux réactions inévitablement négatives des religieux les plus les intégristes dont les soutiens profitent largement de la corruption généralisée dans ce pays. Autre sujet de préoccupation, les réactions possibles de l’Arabie Saoudite principal concurrent de l’Iran ; premier rival géopolitique et économique dans la région (le PIB de l’Arabie Saoudite et de l’ordre de 650 milliards pour 400 actuellement concernant l’Iran).

Pétrole : Iran, Irak, Russie disent non à une baisse de la production

Pétrole : Iran, Irak, Russie disent non à  une baisse de la production

L’Arabie Saoudite actuellement dans une situation financière relativement catastrophique aurait demandé à l’OPEP de diminuer la production à fin de faire remonter les cours. D’autres pays notamment l’Iran, l’Irak et la survie refusent  cette diminution de production car ils ne peuvent se priver des ressources fiancaières du pétrole. Du coup faute de décisions unanimes de l’OPEP la production de pétrole devrait se maintenir à son niveau actuel et les cours ne devraient pas augmenter de manière sensible.  Les cours du pétrole, également favorisés par la chute du dollar, ont bondi d’environ 3% à la suite de ces informations mais les analystes sont d’avis qu’un accord mondial est hors de portée. L’Arabie saoudite a dit à plusieurs reprises par le passé qu’elle n’accepterait une baisse de sa production qu’à condition que les autres membres de l’Opep et des pays en dehors de l’organisation suivent le mouvement. Selon Energy Intelligence, citant un délégué de l’Opep, Ryad serait prêt à diminuer sa production si l’Irak accepte de geler la hausse prévue de la sienne et si l’Iran ainsi que la Russie, le Mexique, Oman et le Kazakhstan — ces quatre derniers pays n’étant pas membres de l’Opep — consentent également à des baisses de production. Les Saoudiens aimeraient qu’un tel accord soit mis en oeuvre l’an prochain mais ne s’attendent pas à une décision définitive dès vendredi à Vienne, ajoute-t-on de même source. Une telle proposition destinée à équilibrer les cours marquerait un revirement dans la stratégie de l’Opep, qui visait jusqu’à présent à défendre ses parts de marché en maintenant un niveau de production élevé.

Des Airbus pour réchauffer les relations diplomatiques entre la France et l’Iran

Des Airbus pour réchauffer les relations diplomatiques entre la France et l’Iran

Que ce soit sur le nucléaire iranien, sur la Syrie ou d’autres sujets les relations que la France entretenait avec l’Iran était relativement fraîches jusque-là pour ne pas dire glacer. La plupart des pays ont maintenant normalisé leurs relations avec l’Iran mais la France reste très frileuse. Ce qui pourrait changer la donne ses la perspectives d’un achat assez significatif d’Airbus par l’Iran. Aussi d’autres contrats dans différents domaines dans la signature pourraient être annoncés lors de la visite du président iranien en France. Quand le business permet d’adoucir la rigueur de la morale. !

 

Le pétrole sous les 50 dollars en 2016 du fait de l’Iran ?

Le pétrole sous les 50  dollars en 2016 du fait de l’Iran ?

 
La reprise des livraisons de pétrole par l’Iran pourrait peser de manière significative sur les cours de pétrole d’après la Banque Mondiale. Du coup, le pétrole pourrait descendre sous les 50 $ en 2016 à New York. Mais le principal élément qui nourrit la baisse tendancielle du pétrole découle surtout de la faiblesse de l’économie mondiale. Alors que dans le même temps la surproduction augmente encore. Notamment parce que l’OPEP  a décidé d’influencer la rentabilité du pétrole de schiste des États-Unis. « Le retour plein et entier de l’Iran sur le marché mondial ajoutera au final un million de barils par jour, faisant baisser les prix de 10 dollars par baril l’année prochaine », écrit la Banque mondiale  dans un rapport. Si cette prévision s’avérait exacte, les prix du pétrole, déjà déprimés par l’abondance de l’offre mondiale, reculeraient ainsi de près de 21% par rapport aux cours actuels. Aux termes d’un accord conclu avec les principales puissances occidentales, l’Iran s’est engagé à ne pas se doter de l’arme atomique en échange de la fin de l’embargo économique qui pèse notamment sur sa production pétrolière. Selon la Banque mondiale, la levée des sanctions va « raviver » l’économie du pays avec une croissance de 5% en 2016 contre 3% cette année. Les exportations iraniennes devraient bondir de 17 milliards de dollars, soit 3,5% de son produit intérieur brut, assure également le rapport. Les échanges commerciaux de Téhéran devraient principalement s’accélérer avec la Grande-Bretagne, la Chine, l’Inde, la Turquie et l’Arabie Saoudite, assure la Banque Mondiale.

Iran : pas de détente avec Washington (Khamenei)

Iran : pas de détente avec Washington (Khamenei)

 

 

Suite à l’accord sur le nucléaire l’ayatollah Ali Khamenei, guide suprême de la révolution iranienne, refroidit l’ambiance et refuse toute alignement sur la politique étrangère occidentale. Un discours à double face, d’un coté pour rassurer les durs du régime, de l’autre pour donner une chance à la modernisation du pays, modernisation très attendue par la grande majorité des iraniens.  Une déclaration qui traduit aussi la lutte entre le courant moderniste et le courant traditionaliste à intérieur même de l’oligarchie iranienne. Lors d’un discours prononcé dans une mosquée de la capitale à l’occasion de la fin du mois de jeûne du ramadan, Ali Khamenei a également dit que Téhéran ne s’alignerait certainement pas sur la politique de Washington au Moyen-Orient. Le guide suprême, qui garde la haute main sur les questions politiques les plus importantes en Iran, a plusieurs fois employé l’expression « que l’accord soit validé ou non », soulignant par là qu’il fallait encore attendre une ratification définitive de la classe politique.   »Que l’accord soit validé ou non, nous n’allons pas cesser de soutenir nos amis dans la région et les peuples de Palestine, du Yémen, de Syrie, d’Irak, du Bahreïn et du Liban. Même après cet accord, notre politique à l’égard des Etats-Unis, ce pays arrogant, ne va pas changer », a-t-il déclaré. Mardi, les diplomates iraniens et leurs interlocuteurs du groupe P5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne) sont parvenus à un accord qui prévoit un encadrement des activités nucléaires de l’Iran en échange d’une levée progressive des sanctions internationales à son encontre. Le numéro un iranien, connu pour ses positions conservatrices, avait alors salué cette annonce, tout en se montrant prudent sur ses chances de succès.  Il a répété samedi que les responsables politiques iraniens devaient examiner de près le texte de Vienne afin de s’assurer que les intérêts de Téhéran seront bien respectés et, en particulier, que les principes de la révolution et que les capacités de défense du pays ne seront pas remis en cause. Mohammad Javad Zarif, s’adressera au Parlement le 21 juillet et que le texte sera également examiné par le Conseil national de sécurité, la plus haute instance du pays dans ce domaine.

 

Nucléaire Iran : accord pour lutter contre l’Etat islamique

Nucléaire Iran : accord pour lutter contre l’Etat islamique

Un accord dont avait besoin l’Iran à l’économie vacillante mais aussi les Etats-Unis pour consolider le front contre l’Etat islamique. La France qui a longtemps freiné les discussions semble désormais acquise à l’idée de « soutenir tous ceux qui luttent contre l’Etat islamique » (Fabius). Autant dire l’Iran bien sûr mais aussi Assad. Un changement diplomatique évident. L’Iran et les grandes puissances du groupe P5+1 (Etats-Unis, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Russie et Chine) ont conclu mardi matin à Vienne un accord sur le programme nucléaire de Téhéran, couronnement de plus de dix années de négociations pour résoudre une crise qui empoisonnait les relations entre Téhéran et le reste du monde. Barack Obama a salué un pas vers un monde « plus ouvert à l’espoir » et son homologue iranien, Hassan Rohani, a estimé que l’accord prouvait que « l’engagement constructif marche ». « Cet accord est une occasion d’aller dans une autre direction. Nous devons la saisir », a dit le président américain. Le texte, dont les grandes lignes avaient été fixées dans un premier texte le 2 avril, encadrera le programme nucléaire de Téhéran pendant au moins dix ans en échange de la suspension progressive des sanctions économiques qui pèsent sur l’économie du pays et notamment sur ses exportations pétrolières. Des sources diplomatiques ont précisé que l’accord prévoyait un maintien pendant cinq ans de l’embargo des Nations unies visant les importations d’armes par l’Iran et que celui qui vise les technologies de missiles ne pourrait être levé pendant huit ans. Si l’Iran venait à contrevenir aux termes de l’accord, les sanctions économiques pourraient être remises en place dans un délai de 65 jours. Selon des responsables américains, ce sont plus de 100 milliards de dollars (plus de 90,5 milliards d’euros) d’avoirs iraniens gelés qui vont pouvoir, à terme, être débloqués. L’accord marque un triomphe politique pour Barack Obama, qui de longue date promettait de s’adresser aux ennemis historiques des Etats-Unis, mais aussi pour le pragmatique Hassan Rohani, élu en 2013 sur l’engagement de sortir son pays de son isolement diplomatique et économique.

IRAN -nucléaire : un accord voulu par les Etats-Unis

IRAN -nucléaire : un accord voulu par les Etats-Unis

 

 

Dans la douleur un accord cadre a été signé entre l’ONU et l’Iran sur le développement de la filière nucléaire iranienne. Un accord surtout voulu par les Etats Unis et l’Iran. Les Etats-Unis qui souhaite appuyer sur l’Iran pour lutter contre le terrorisme et réglet certains conflits du proche et moyen orient. L’Iran qui souffre terriblement des sanctions économiques. La France a largement trainé les pieds dans cette négociation à laquelle elle n’était pas favorable. Les différents négociateurs ne se privent pas de l’annoncer sur les réseaux sociaux :  le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, y affirme ainsi que « des solutions ont été trouvées », tandis que le ministre allemand des Affaires étrangères précise que la signature d’un « accord cadre » est « possible ». Si, selon Laurent Fabius, le ministre des Affaires étrangères français, il « reste du travail à faire », Barack Obama a salué « une entente historique ». Israël de son côté vivement dénoncé l’accord, agitant même la menace d’un recours à la force, ce qui est néanmoins peu probable. A Téhéran, les journalistes sur place témoignent de nombreuses scène de liesse. Reste à savoir quand cette déclaration commune entre l’Iran et les grandes puissances sera-t-elle rédigée sur le papier et signée… Probablement dans la foulée, ou d’ici au 30 juin, date butoir pour les négociations, même s’il est probable que les pourparlers pour la rédaction d’un texte se prolongent encore plusieurs semaines.  D’après la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, l’accord, quand il sera définitif, devra être entériné par le conseil de sécurité de l’ONU. Il faut croire en tout cas que les derniers points de blocage ont été surmontés, notamment sur le calendrier : l’accord s’appliquera ainsi pendant dix ans, ce qui signifie que pendant 10 ans, la capacité d’enrichissement d’uranium de l’Iran sera réduite aux deux tiers. Par ailleurs, pendant ces dix années, le pays devra se soumettre à un contrôle strict de ses installations nucléaires. C’était notamment l’un des points de blocage les plus importants. Pour les Iraniens, il était difficile d’accepter davantage une situation jugée humiliante, tandis que pour les Occidentaux, il ne fallait pas que l’accord soit trop court, au risque de perdre de son efficacité. Téhéran devrait ainsi réduire à 6.104 le nombre de ses centrifugeuses, nécessaire pour produire l’arme nucléaire, contre 19.000 actuellement. Un compromis à la marge, mais qui satisfait les Occidentaux. En outre, après ces dix premières années, le  programme de recherche et de développement sur le nucléaire sera limité et contrôlé. En échange, les sanctions internationales seront progressivement levées. On sait que les Iraniens souhaitaient normaliser en bloc leurs relations avec l’Occident : sur ce point, Téhéran a donc dû faire des concessions.

 

Nucléaire :un accord proche avec l’Iran

Nucléaire :un accord proche avec l’Iran

 

Il est clair que les Etats-Unis souhaitent un accord avec l’Iran à propos du nucléaire. Cela en raison notamment du terrorisme qui menace partout. La volonté d’aboutir à un accord existe du coté des deux parties, pour preuve le fait de dépasser la date butoir des discussions. Deux  questions  font encore obstacle à cet accord : le contrôle que veut exercer l’ONU sur le développement de la filière ;  de l’autre coté ,  le souhaita de voir les sanctions économiques levées plus rapidement. Mais stratégiquement les Etats-Unis ont désormais besoin de l’Iran pour  tenter de régler un certain nombre de conflits internationaux. Surtout au proche et moyen orient. L’Iran et les grandes puissances impliquées dans les négociations sur son programme nucléaire ont donc poursuivi leurs négociations durant la nuit de mercredi à jeudi sans parvenir à s’entendre.  Les discussions entre Téhéran et le groupe dit P5+1, qui regroupe les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Royaume-Uni) et l’Allemagne, peuvent aussi bien aboutir qu’échouer dans les prochaines heures, disent les diplomates réunis au bord du lac Léman.  Les pourparlers, qui visent à encadrer le programme iranien pour empêcher la République islamique de se doter de l’arme atomique en échange d’une levée des sanctions internationales, achoppent sur des points cruciaux, même si les grandes lignes d’un accord semblent acquises. Les négociateurs, qui s’étaient fixé pour objectif de parvenir à un accord avant mardi à minuit, ont donc passé une nouvelle nuit à tenter de surmonter leurs divergences. « Cela va être long », a averti un diplomate de haut rang.  Les discussions se sont achevées à 06h00 (04h00 GMT) et devaient reprendre quelques heures plus tard, dit Marie Harf, porte-parole du département d’Etat américain, sur Twitter.  Le secrétaire d’Etat, John Kerry, et le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, ont indiqué qu’ils resteraient au moins jusqu’à jeudi à Lausanne pour tenter de conclure cet accord politique qui doit ouvrir la voie à un accord définitif d’ici la fin juin. Le chef de la diplomatie française, Laurent Fabius, qui était rentré à Paris mardi soir en jugeant les progrès insuffisants, est reparti en Suisse dans la soirée de mercredi. « On est à quelques mètres de l’arrivée mais les derniers mètres sont les plus difficiles et on va essayer de les franchir. Ce n’est pas encore fait », a-t-il dit à son retour à Lausanne.  Pour le ministre français des Affaires étrangères, il y a encore des efforts à faire côté iranien. « Nous voulons un accord robuste et vérifiable et il reste des points où il faut progresser, notamment du côté iranien », a-t-il insisté. Ministres et experts ont multiplié les consultations durant la nuit, mais rien de concret ne semble être sorti de leurs discussions. Il n’a pas eu de réunion plénière au niveau ministériel. « Nous avançons », a toutefois assuré le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif, qui semblait étonnamment revigoré au petit matin.  Le programme nucléaire iranien empoisonne les relations entre l’Iran et les Occidentaux depuis 2002 et a conduit l’Onu, les Etats-Unis et l’Union européenne à imposer depuis 2006 des sanctions qui étouffent l’économie iranienne.  La République islamique est soupçonnée de vouloir la bombe atomique, ce qu’elle dément, disant seulement vouloir produire de l’électricité à partir de l’énergie nucléaire. Les pourparlers achoppent notamment sur la possibilité pour l’Iran d’enrichir librement de l’uranium pour la recherche scientifique et le rythme de levée des sanctions ainsi que la question de leur rétablissement en cas de non respect par Téhéran de ses engagements. Mohammad Javad Zarif, a déclaré mercredi à la presse que c’était aux grandes puissances, et non à l’Iran, de faire des concessions. « Le progrès et le succès des discussions dépendent de la volonté politique de l’autre partie (…) et c’est un point sur lequel ils ont toujours eu un problème », a-t-il dit aux journalistes. Dans le même temps, ou presque, la Maison blanche appelait Téhéran à agir. « Le moment est venu pour l’Iran de prendre des décisions », a déclaré le porte-parole de la présidence, Josh Earnest, réaffirmant que Washington était prêt à prendre ses responsabilités et à se retirer si nécessaire des négociations avant le 30 juin.

 

Non à l’accord nucléaire avec l’Iran !! ( Fabius)

Non à l’accord nucléaire avec l’Iran !! ( Fabius)

 

Encore une  belle positon de principe de la France concernant le nucléaire de l’Iran . Fabius a commencé par dénoncer l‘amorce d’accord mais progressivement il adoucit sa position car les américains progressent dans la voie dune solution. L’Europe aussi . Du coup Fabius se fait moins sévère. Une position de principe ( comprendre de salon) finalement assez proche de celle que la France a prise-pour le moment- vis-à-vis de la Syrie. Notons qu’on inquiète moins vis-à-vis d’autres pays qui disposent de larme nucléaire. Qui possède déjà la bombe ? Sept pays possèdent la bombe atomique au vu et au su de la planète. Les plus anciens membres du «club» sont les cinq membres permanents du Conseil de sécurité des Nations unies : États-Unis (environ 1 700 têtes déployées), Russie (environ 1 500), France (moins de 300), Grande-Bretagne (environ 160) et Chine (environ 240). Ces pays sont, qui plus est, signataires du Traité de non-prolifération (TNP), un document qui reconnaît à tous les pays du monde le droit à l’énergie nucléaire civil, et les engage à ne pas disséminer le nucléaire à usage militaire. Deux autres pays, l’Inde et le Pakistan, sont officiellement devenus des puissances nucléaires en procédant à plusieurs essais en 1998. Ces deux frères ennemis ont créé un équilibre de la terreur régional. Ils ne sont pas signataires du TNP. Ils posséderaient une centaine de têtes nucléaires chacun. Israël, qui maintient l’ambiguïté : ni confirmation, ni démenti lorsque le sujet est abordé. Il s’agit, en réalité, d’un secret de polichinelle. L’État juif s’est doté du feu nucléaire dès les années 1960, avec probablement l’aide de la France et des États-Unis. Il possède, selon les estimations, entre 80 et 200 ogives. Enfin vraisemblablement la Corée.

Nucléaire Iran : négociation repoussée

Nucléaire Iran : négociation repoussée

 

L’Iran très désireuse de moderniser son économie ‘a pas voulu donner l’impression de capituler encore devant les occidentaux, Une nouvelle fois l’accord sur le nucléaire est repoussé mais les discussions avancent très positivement.   Les négociations sur le programme nucléaire iranien ont donc échoué lundi pour la deuxième fois cette année, Téhéran et les six grandes puissances du « P5+1″ se donnant sept mois de plus pour sortir de l’impasse. Les Occidentaux ont dit viser un « accord de principe » sur le fond d’ici mars 2015, les détails pratiques étant mis au point par la suite.  Américains, Iraniens et Britanniques ont toutefois fait état de progrès lors de cette session de discussions dans la capitale autrichienne. « Nous avons dû conclure qu’il n’était pas possible de parvenir à un accord pour la date limite qui était fixée à aujourd’hui et c’est pourquoi nous allons étendre le JPOA au 30 juin 2015″, a déclaré à la presse le chef de la diplomatie britannique, Philip Hammond, à la fin des négociations. Il faisait référence au Joint Plan of Action, l’accord intérimaire conclu il y a un an à Genève entre le P5+1 (les cinq membres du Conseil de sécurité de l’Onu : Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie + l’Allemagne) et l’Iran. Ce plan prévoyait que la République islamique cesse d’augmenter son niveau d’enrichissement d’uranium en échange d’un allègement partiel des sanctions internationales. Dans ce cadre, Téhéran avait notamment obtenu l’accès à une partie de ses revenus pétroliers gelés à l’étranger. A l’origine, le P5+1 et l’Iran avaient fixé comme date-butoir juillet 2014 pour parvenir à un accord définitif. Cette échéance avait ensuite été repoussée au lundi 24 novembre.

 

Iran: gouvernement de technocrates

Iran:  gouvernement de technocrates

 

Ce gouvernement de 18 membres est composé de technocrates expérimentés ayant déjà servi dans les gouvernements de l’ex-président modéré Akbar Hachemi Rafsandjani (1989-1997) et de l’ex-président réformateur Mohammad Khatami (1997-2005). L’Iran, dont l’économie est étranglée par les sanctions économiques occidentales qui ont fait chuter ses exportations et devises pétrolières de 50%, a besoin de reprendre les négociations nucléaires avec les grandes puissances afin d’arriver à un accord permettant la levée progressive de ces sanctions.  Mais d’ores et déjà, les conservateurs ont critiqué le choix de plusieurs ministres, en particulier celui du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, qui a déjà occupé le même poste entre 1997 et 2005.  Ainsi, sous la plume de son directeur Hossein Shariatmadari, le quotidien ultraconservateur Kayhan s’en prend directement à M. Zanganeh. « Quelqu’un qui a de nombreux dossiers ouverts concernant des contrats qui ont porté atteinte (aux intérêts du pays, ndlr) peut-il prendre la direction du ministère sensible et déterminant du Pétrole? », s’interroge-t-il.  M. Zanganeh était ministre du Pétrole sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami entre 1997 et 2005. Il était aussi dans l’état-major de campagne de Mir Hossein Moussavi, candidat malheureux à la présidentielle de 2009 qui a vu la réélection controversée de Mahmoud Ahmadinejad.  Le député conservateur Ramezan Shojaie a pour sa part critiqué « l’absence de femmes et de jeunes dans le cabinet ». En effet, l’âge moyen des ministres est de 58 ans, selon le quotidien Jomhouri Eslami.  Selon l’agence Mehr, le gouvernement comprend trois conservateurs, sept réformateurs, quatre modérés et quatre indépendants.  Mais leur point commun est d’être tous proches de la position modérée du président Rohani. Ce dernier avait dès son élection annoncé qu’il ferait son choix en fonction de la compétence et de la position modérée des candidats et non en fonction de leur appartenance politique.  Ainsi c’est le conservateur Abdolreza Rahmani Fazli qui prend le ministère de l’Intérieur. De même, le ministère des Renseignements a été attribué à un autre conservateur, l’hodjatoleslam Mahmoud Alavi.   »C’est un gouvernement médian, qui aura un soutien à la fois des réformateurs et des conservateurs », a déclaré Sadegh Zibakalam, un analyste politique proches des modérés.   »L’équipe économique de M. Rohani est forte, compétente et saura travailler ensemble. Le Parlement doit savoir qu’une équipe unie et forte sera capable de régler les problèmes économiques et quotidiens des gens », a écrit Ahmad Khoram, ancien ministre réformateur, dans un éditorial publié dans le quotidien Arman.  Mais, selon le quotidien conservateur modéré Hafte-Sobh, certains des ministres choisis n’obtiendront pas la confiance du Parlement majoritairement conservateur citant « un ou deux membres » réformateurs.  Le Parlement doit procéder la semaine prochaine à un vote de confiance à une date qui n’a pas été officiellement arrêtée.  En revanche, le choix Mohammad Javad Zarif, ex-ambassadeur d’Iran auprès de l’ONU (2002-2007), pour le ministère des Affaires étrangères, a été salué par la presse.  Personnalité modérée, M. Zarif, proche de M. Rohani avait joué un rôle actif dans les négociations nucléaires entre 2003 et 2005 lorsque Hassan Rohani était chef des négociateurs nucléaires. L’Iran avait accepté à l’époque la suspension de l’enrichissement d’uranium à la suite d’une série de négociations avec la troïka européenne (France, Grande-Bretagne et Allemagne).   »Avec la nécessité de détente et le changement de ton de l’Iran vis-à-vis de l’Occident, le choix de M. Zarif, qui connaît les structures du pouvoir des pays occidentaux et a eu une longue expérience internationale est l’un des meilleurs choix de M. Rohani », a déclaré M. Zibakalam.

 

Iran : l’UE veut travailler avec le nouveau président

Iran : l’UE veut travailler avec le nouveau président

La chef de la diplomatie européenne, Catherine Ashton, a réagi samedi à la victoire surprise du modéré Hassan Rohani à la présidentielle iranienne en se disant « déterminée » à travailler avec son gouvernement sur la question nucléaire.   »J’adresse mes voeux de réussite à M. Rohani dans la formation d’un nouveau gouvernement et dans ses nouvelles responsabilités. Je reste fermement déterminée à travailler avec les nouveaux dirigeants iraniens en vue d’une solution diplomatique rapide à la question nucléaire », écrit Mme Ashton dans un communiqué.

Iran : un modéré élu président

Iran : un modéré élu président

Hassan Rohani, soutenu par les courants modérés et réformateurs, est arrivé samedi largement en tête du premier tour de l’élection présidentielle en Iran, avec 50.68% des voix . Avant la proclamation des premiers résultats, Hassan Rohani a remercié dans un communiqué ses partisans qui se sont mobilisés pour « créer cette merveille ». « Cette participation et l’unité (des réformateurs et modérés) aidera l’Iran à prendre une nouvelle voie », a-t-il ajouté.  Il devançait largement trois conservateurs: le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf (15,6%), l’ex-commandant des Gardiens de la Révolution, l’armée d’élite du régime, Mohsen Rezaïe (11,3%) et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili (11,4%). Les deux autres candidats, l’ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati et Mohammad Gharazi étaient déjà hors-course. Il fallait obtenir plus de 50% des suffrages lors du premier tour pour être élu. Hassan Rohani a remporté 50.8% des voix. Dans le cas contraire, un deuxième tour aurait été organisé la semaine suivante entre les deux candidats les mieux placés. La participation aurait atteint, selon les derniers chiffres, entre 70 et 80%, selon la télévision iranienne.  Hassan Rohani, 64 ans, était le responsable des négociations sur le dossier nucléaire entre 2003 et 2005 sous la présidence du réformateur Mohammad Khatami (1997-2005). Il prône plus de souplesse dans les discussions avec les grandes puissances pour alléger les sanctions décrétées contre l’Iran et qui ont provoqué une grave crise économique. Hassan Rohani a bénéficié cette semaine du désistement du candidat réformateur Mohammad Reza Aref. Il a aussi reçu le soutien des anciens présidents Mohammad Khatami et Akbar Hashemi Rafsanjani, ce dernier ayant lui-même été exclu du scrutin par le Conseil des gardiens, une institution proche du guide suprême de la Révolution islamique. L’ayatollah Ali Khamenei a estimé samedi que, quel qu’en soit le résultat, l’élection présidentielle en Iran était « un vote de confiance » envers la République islamique. « Un vote pour n’importe lequel de ces candidats est un vote pour la République islamique et un vote de confiance envers le système », a assuré le guide suprême de la Révolution sur son compte Twitter.

123



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol