Archive pour le Tag 'ira'

Equilibre financier des retraites : ça ira mieux dans 50 ans !

Equilibre financier des retraites : ça ira mieux dans 50 ans

Comme souvent les projections de l’INSEE sont optimistes, pas pour l’immédiat mais dans 50 ans, 45 exactement. En fait un travail de prospective tout à fait approximatif. Il est d’ailleurs plus facile de faire des projections pour les 50 ans qui viennent que pour les 25 ans à venir. Il ira il y aura en effet peu d’observateurs d’aujourd’hui pour vérifier ces hypothèses. La première incertitude concerne le niveau de la croissance, donc celui des rentrées financière. On peut par ailleurs difficilement prévoir l’augmentation de la productivité d’autant que la que les trois quarts de ce qui sera produit d’ici une cinquantaine d’années est encore inconnu. Mais il y aura de toute façon avec les nouvelles technologies une très forte augmentation de la productivité qui pourra affecter le niveau de l’emploi si la croissance n’est pas très forte. Difficile aussi d’hypothéquer sur la démographie. Certes on peut prendre en compte le niveau de fécondité mais ce dernier peut aussi évoluer. Surtout il faut intégrer les conséquences des mouvements migratoires qui peut pourront être bénéfiques( en Allemagne en particulier) pour rajeunir la démographie. Enfin il y a l’espérance de vie et de ce point de vue l’évolution considérable des progrès en matière de médecine pourrait participer à une augmentation sensible de la durée de vie. Du coup les prévisions de l’INSEE paraissent assez hypothétiques et mieux vaudraient déjà assurer l’équilibre financier des retraites pour les 20 ans qui viennent  Selon des projections réalisées par l’Insee et le Trésor pour le compte d’Eurostat, la France, en 2060, « se trouverait donc dans une position relativement favorable pour faire face au vieillissement de sa population par rapport à ses partenaires européens ».  Les auteurs de cette étude estiment que, dans 45 ans, les dépenses de retraites dans le PIB auront baissé « de manière marquée ». Elles passeraient ainsi de 13,8% en 2013 à 11,2% à 2060. Un niveau somme plus toute supportable qu’aujourd’hui. L’Insee décompose quatre phases sur la période 2013-2060. D’ici à 2020, les dépenses de retraites baisseraient d’abord un tout petit peu en pourcentage du PIB (-0,3%) avant toutefois de revenir à leur niveau de 2013 en 2025. Ce n’est qu’à partir de cette dernière année que le poids des retraites va s’infléchir durablement, baissant de 1% du PIB sur la période 2025-2040, puis encore de 1,6% sur 2040-2060.  Les causes de cette sensible amélioration sont multiples. Tout d’abord, les réformes des retraites de 2010 et 2013 vont produire leurs effets.  L’Insee explique par exemple que les mesures entrées progressivement en vigueur ces 5 dernières années se traduiront « toute chose égale par ailleurs à l’horizon 2022 par une baisse de la masse de prestations d’environ 2,7% ». De plus, l‘augmentation de la durée de cotisation permettant de bénéficier d’une retraite à taux plein (jusqu’à 43 ans pour les personnes nées en 1973) atteindra son plein effet en 2035 et « devrait limiter la croissance des pensions », explique l’institut.  Mais la projection de l’Insee table aussi sur une meilleure conjoncture économique. L’Insee a en effet construit ses prévisions en tablant sur un taux de chômage à long terme de seulement 7,5% ainsi que sur une accélération de la croissance de la productivité (+1,5% sur la période 2040-2060). Autant d’éléments qui, selon l’institut, vont alléger le poids

Chômage : ça ira mieux demain » , en 2016 ( Unedic)

Chômage : ça ira mieux demain » , en 2016 ( Unedic)

 

Le chômage va encore augmenter en 2015 mais moins que prévu, en gros ce sera « moins grave que si c’était pire ». Du coup pour masquer la triste vérité l’Unedic annonce que ça ira mieux demain…en 2016. Evidemment l’Unedic n’en sait strictement rien car tout dépendra de la croissance ;L’Unedic ferait mieux de faire des prévisions sur les conditions d’amortissement de sa dette car le déficit sera encore record en 2015 : plus 5 milliards ! Soit une dette de l’ordre de 30 milliards .  L’Unedic prévoit doncque le chômage progressera encore cette année avec une hausse du nombre de demandeurs d’emploi de 12.000 sans aucune activité (catégorie A) et de 146.000 au cumul des catégories A, B et C. Mais une baisse débuterait au second semestre pour les premières.  Ces prévisions corrigent fortement celles de janvier, qui tablaient sur 104.000 chômeurs supplémentaires en catégorie A cette année. Selon l’organisme gestionnaire de l’assurance-chômage, le nombre total de demandeurs d’emploi en catégorie A serait de 3.513.000 fin 2015, après 3.501.000 l’an dernier. En ajoutant les catégories B et C, celles des chômeurs exerçant une activité réduite, ce nombre atteindrait 5.362.000 après 5.216.000. En 2016, le nombre de chômeurs sans activité devrait baisser de 68.000 pour atteindre 3.445.000.  En incluant les catégories B et C, leur nombre total reculerait de 30.000 à 5.333.000. Le taux de chômage au sens du BIT repasserait en deçà de la barre des 10% en 2015 à 9,9%, puis baisserait à 9,7% en 2016. L’organisme gestionnaire de l’assurance chômage prévoit que le déficit de cette dernière augmentera cette année pour atteindre 4,6 milliards d’euros, après 3,8 milliards en 2014, dans ses nouvelles prévisions financières présentées mardi.

 

Chômage : « ça ira mieux demain » ( Rebsamen)

Chômage : « ça ira mieux demain » ( Rebsamen)

 

Rebsamen le ministre du travail ne sait s’il y aura vraiment création d’emploi, ni même s’il y aura inversion de la courbe mais il est persuadé que demain ça ira mieux, enfin…il espère. C’est un peu plus réaliste que Sapin qui n’a cessé de proclamé-en vain l’inversion de la courbe du chômage. Il est rai que ça peut difficilement être pire. Le ministre du Travail, François Rebsamen, « pense » que l’année 2015 « sera meilleure que l’année 2014″ en matière de lutte contre le chômage, et qu’elle devrait « être le tournant ». « Quand la situation économique s’améliore, quand la formation est là, quand les outils sont en place, quand il y a cette confiance qui revient, je pense que l’année 2015 (…) sera meilleure que l’année 2014″, a déclaré François Rebsamen dans l’émission « Questions d’info » LCP-France Info-Le Monde-AFP. Interrogé sur une éventuelle baisse du chômage cette année, le ministre a répondu : « Je ne m’engage pas mais je le crois, parce que je l’espère ». « 2015 devrait être le tournant », a-t-il ajouté. Le « frémissement de l’économie » s’est déjà « traduit par une diminution du nombre d’inscrits à Pôle emploi en janvier », a-t-il rappelé.    »Je ne parle pas d’une inversion de la courbe », a-t-il nuancé. « J’espère qu’on va assister à une stabilisation, d’abord du chômage, et ensuite une régression », a-t-il dit. « On fait tout pour cela, il y a les politiques de l’emploi, des emplois aidés, des emplois qui préparent en qualifiant, je pense aux emplois d’avenir, il y a le plan contre le chômage de longue durée (…) il y a toutes les capacités de retour à l’emploi de personnes qui en sont très éloignées, mais pour cela il faut de la croissance », a affirmé François Rebsamen. « Il semblerait que nous allons avoir un petit surcroît de croissance, j’espère qu’il va être encore plus important que prévu. J’espère qu’on aura plus de 1% de croissance cette année », a-t-il poursuivi. Avec 750.000 personnes qui arrivent sur le marché du travail chaque année et seulement 600.000 départs à la retraite, « il faut que l’on crée 150.000 emplois chaque année, pour faire diminuer concrètement le chômage », a rappelé le ministre. « La France va créer de l’emploi », a-t-il promis, ajoutant: « Est-ce-qu’elle va en créer suffisamment? Moi, je ne suis pas devin, je l’espère. » Le ministre a défendu la politique de compétitivité et en particulier le pacte de responsabilité. « On avait ciblé 50 branches, il y a aujourd’hui, sur 11 millions et demi de salariés, 6,7 millions de salariés qui sont couverts par des accords, mais ce n’est pas suffisant et il faut que certaines branches qui aujourd’hui font de la résistance, s’engagent », a-t-il dit.

 

Chômage : ça ira mieux demain…ou après-demain (Valls)

Chômage :   ça ira mieux demain…ou après-demain (Valls)

 

Plus de 0,8 % en novembre,  6 % sur un an, et  5 478 600 personnes concernées. Un bilan catastrophique mais ça ira mieux demain a déclaré Valls… ou après-demain.  « Je suis convaincu que les dispositifs que nous mettons en œuvre paieront. ». Valls découvre auusi les interactions socio économiques : « Avec une croissance nulle, comme celle que nous avons connue en 2014, on ne peut pas compter malheureusement sur une amélioration de l’emploi. ». Au moins un constat lucide mais qui le positionne davantage en commentateur qu’en acteur politique. Et cette prédiction qui relève d’une Lapalissade  « Si les choses s’améliorent … alors oui, nous aurons une amélioration de l’emploi. C’est notre objectif et tout l’effort du gouvernement est tendu vers cet objectif. ». Voilà donc le pays rassuré. Sil y a du chômage c’est la faute à la croissance, exact ! Mais demain ça pourrait aller mieux si ça va moins mal. Dommage que les experts ne soient as accord avec cette prédiction optimiste (mais prudente). Les instituts de prévision ne prévoient pas amélioration au moins avant 2016.  Les chiffres publiés le mois dernier, sur le nombre de demandeurs d’emploi en octobre, n’étaient déjà pas fameux: le taux de chômage a continué d’augmenter, de 0,8% par rapport à septembre, pour s’établir à 3,46 millions, un nouveau record. Au total, la France comptait 28.400 chômeurs de plus qu’à fin septembre.  Les spécialistes des prévisions sont également peu optimistes, et à plus long terme que le chef du gouvernement: l’Insee s’attend à ce que la situation de l’emploi continue à empirer au premier semestre 2015. Selon l’institut de la statistique et des études économiques, le chômage devrait continuer à augmenter d’ici mi-2015, pour s’établir à 10,2% de la population active en métropole, soit 0,3 point de plus par rapport au 3ème trimestre 2014. Il culminerait en outre à 10,6% en outre-mer, supérieur de 0,2 point à son niveau entre juillet et septembre 2014. L’OCDE, pour sa part, n’entrevoit pas d’amélioration avant 2016. 

 

2017 : Juppé ira jusqu’au bout et pour un seul mandat

2017 : Juppé ira  jusqu’au bout et pour un seul mandat

« le match » pour 2017 « a commencé », « je vais aller jusqu’au bout «L’ancien Premier ministre Alain Juppé (UMP) a estimé dimanche que le « match » pour 2017 avait « commencé » et affirmé qu’il irait « jusqu’au bout » de sa candidature à des « primaires de la droite et du centre », deux jours après le retour politique de Nicolas Sarkozy. « Je ne suis pas une girouette. Si j’ai dit ça, c’est parce que j’y ai réfléchi, pensé, j’en ai envie et donc je vais aller jusqu’au bout. Je sais bien qu’aujourd’hui le match a commencé et que le tacle commence. On essaie de faire croire que je n’irai pas jusqu’au bout. Eh bien je vais en apporter la démonstration. Vous le verrez en 2016 et 2017 (…) Je le confirme, je l’écris, je le signe« , a déclaré au « Grand rendez-vous Europe 1-Le Monde-i>Télé » le maire de Bordeaux, en s’engageant au passage à n’exercer qu’un seul mandat présidentiel s’il est élu en 2017.

Irak: les Etats-Unis essayent de réparer les erreurs du passé

 

Irak:  les Etats-Unis essayent de réparer les erreurs du passé

 

Si la situation en Irak est auusi dramatique, elle le doit surtout aux Etats –unis pour avoir éliminé le  dictateur, certes pas tout à faiat démocrate et même sanguinaire,  mais qui avait au moins le mérite d’assurer un minimum de stabilité au pays. Même chose d’ailleurs en Lybie ou en Syrie. Il est clair que ces pays arabes ne sont pas prêts pour la démocratie ; une fois les vannes ouvertes de la liberté,  c’est la lutte armée des clans qui remplace la dictature. Du coup, les armes se trouvent disséminées partout et les jihadistes trouvent là une opportunité extraordinaire pour déstabiliser toute la région Les Etats -Unis ont du travail pour réparer leur tragique erreur stratégique. D’abord en bombardant les forces djihadistes, en les repoussant puis en évitant de favoriser la prise de pouvoir  par des irresponsables , des chefs de clans ou des terroristes. . Les Etats-Unis ont donc  lancé ce samedi de nouvelles frappes dans le nord de l’Irak après que Barack Obama a promis leur poursuite pour aider les civils menacés par l’avancée djihadistes, tandis que Londres et Paris, après Washington, devaient effectuer des largages d’aide humanitaire ce dimanche. Le président américain, qui n’a avancé aucun calendrier sur la durée de ces frappes aériennes, a également appelé de nouveau à la formation d’un gouvernement d’union pour faire face aux insurgés sunnites. Ce vendredi, les Etats-Unis ont mené leurs premières frappes près de trois ans après leur départ du pays, pour enrayer l’avancée des djihadistes de l’Etat islamique (EI) qui menacent le Kurdistan et des milliers de civils. Quatre nouvelles frappes ont été lancées ce samedi par l’armée américaine, détruisant plusieurs véhicules de transport de troupes, a annoncé le Central Command, qui couvre le Moyen-Orient. Les insurgés sunnites menés par l’EI étaient jusqu’à présent restés à distance du Kurdistan, dans le nord du pays, mais ce pacte tacite de non-agression a volé en éclats fin juillet et les combattants kurdes ont enregistré une série de revers. La progression des djihadistes a jeté sur les routes des dizaines de milliers de personnes, en particulier des chrétiens et de nombreux membres de la minorité kurdophone des Yazidis. Après les premiers bombardements américains, le temps est venu de contre-attaquer, a estimé ce vendredi Fouad Hussein, un haut responsable kurde. « Les peshmergas (combattants kurdes) vont d’abord se regrouper, puis se redéployer dans les zones dont ils étaient partis, et enfin aider les réfugiés à rentrer chez eux ». Les combattants de l’EI ne se trouvent désormais qu’à une quarantaine de km d’Erbil, capitale du Kurdistan irakien, mais n’ont pas franchi les frontières de la région autonome. Selon le commandant de l’armée, Babaker Zebari, « les officiers de l’armée irakienne, les peshmergas et des experts américains travaillent ensemble pour déterminer les cibles ». Les Etats-Unis entendent mener des frappes « très ciblées » et excluent d’envoyer des troupes au sol, mais leurs frappes pourraient « affaiblir des positions de l’EI et rendre plus facile une contre-offensive », estime John Drake, du groupe AKE. « Je ne vais pas donner de calendrier précis » sur la durée des frappes, a prévenu Obama ce samedi. « Nous n’allons pas régler le problème en quelques semaines. Je pense que cela va prendre un certain temps ». Outre la situation militaire, le président américain a insisté sur la nécessité d’aboutir à un gouvernement « dans lequel le peuple irakien et l’armée irakienne (aient) confiance ». « Pour partie, ce que nous faisons en ce moment est de leur préserver un espace pour mener à bien ce travail nécessaire », a-t-il expliqué, alors que les institutions politiques irakiennes sont quasiment paralysées par de profondes divisions et que les Kurdes veulent mener un référendum d’indépendance. « Le calendrier le plus important à mes yeux est celui qui permettra au gouvernement irakien d’être finalisé, car sans gouvernement irakien, il est très difficile pour les Irakiens de lutter contre l’EI », a insisté Obama, qui a déclaré avoir reçu le soutien du Royaume-Uni et de la France après s’être entretenu ce samedi avec leurs dirigeants par téléphone. Londres a annoncé un largage « imminent » d’aide humanitaire aux populations déplacées, et Paris a évoqué des livraisons « dans les prochaines heures » d’équipements de premiers secours. De leur côté, les Etats-Unis ont largué ce dimanche matin (heure locale) de nouvelles cargaisons de vivres — l’équivalent de 52.000 repas — et des conteneurs d’eau après avoir déjà mené une opération similaire ce jeudi et vendredi soir à destination des « milliers de citoyens » menacés par les jihadistes sur le Mont Sinjar, entre Mossoul et la frontière syrienne, a annoncé le Pentagone. La prise par l’EI il y a une semaine de Sinjar, bastion des Yazidis, une minorité non-musulmane, a poussé à la fuite jusqu’à 200.000 civils selon l’ONU. Nombre d’entre eux sont piégés dans les arides montagnes environnantes, menacés autant par la faim et la soif que par les jihadistes. « Nous pourrons empêcher l’Etat islamique d’aller dans les montagnes et de massacrer les gens qui se sont réfugiés là-bas », a assuré Obama. Une députée yazidie, Vian Dakhil, devenue le visage de sa communauté après avoir lancé un appel poignant ce mardi pendant une session parlementaire, a assuré qu’il ne restait plus qu’ »un ou deux jours pour aider ces personnes. Après, ils vont commencer à mourir en masse ». Les informations sur le sort des civils n’ayant pas pu fuir sont très parcellaires et impossibles à vérifier, mais plusieurs sources ont évoqué la disparition de centaines d’hommes, ainsi que l’enlèvement de plus de 500 femmes et jeunes filles yazidies, retenues dans une prison de Mossoul d’où plusieurs disparaissent chaque jour. Outre les Yazidis, près de 100.000 chrétiens ont été chassés des plaines de la province de Ninive, à l’ouest de Mossoul, par les jihadistes. Ce jeudi, en quelques heures à peine, la ville de Qaraqosh, plus grande localité chrétienne d’Irak s’est vidée de tous ses habitants, selon le patriarche chaldéen Louis Sako.

 

BCE : ça ira mieux demain pour l’inflation

BCE : ça ira mieux demain pour l’inflation

Pour justifier son immobilisme (et le relatif échec de ses décisions récentes), la BCE compte sur une hypothétique reprise de l’inflation. Un pari surprenant car la croissance étant plus faible que les prévisions, les prix, faute de demande,  auront plutôt tendance à diminuer en tout cas à demeurer très sages. La Banque centrale européenne a  donc tenu sa conférence mensuelle à l’issue de laquelle elle a opté pour un statu quo au niveau de ses taux. Son président, Mario Draghi, n’a livré que deux nouvelles annonces: à partir de 2015, la BCE ne se réunira non plus tous les mois mais toutes les six semaines et elle publiera un compte-rendu de ses réunions à partir de janvier prochain. Ce qui, en fait, l’amène à se caler sur le fonctionnement d’autres banques centrales, comme la Fed. « La BCE ne doit pas être poussée à agir tous les mois », a expliqué Mario Draghi, ajoutant que le caractère mensuel des réunions « induit un certain comportement du marché » en ce sens. Mais Mario Draghi a surtout donné des détails sur les mesures annoncées le mois dernier, mesures qui selon lui « contribueront à faire revenir l’inflation à un taux proche de 2% », c’est-à-dire l’objectif de la BCE. A ce titre, Mario Draghi a d’ailleurs considéré qu’il y aura « une remontée graduelle » des taux d’inflation en 2015 et 2016.  Le président de la BCE est d’abord revenu sur les TLTRO (pour « Targeted Long Term Refinancing Operation »), ces fameux prêts exceptionnels aux banques conditionnés à des engagements sur le crédit aux entreprises et aux ménages. Cette mesure doit contribuer à redynamiser les prêts en zone euro. Mario Draghi a en outre indiqué que le montant de ces TLTRO pourrait atteindre 1.000 milliards d’euros. Il a précisé que les banques pourront souscrire à ces prêts « individuellement ou en groupe ». Il a ensuite livré un ensemble de modalités concernant cette mesure, reconnaissant qu’elles peuvent apparaître « à juste titre compliquées ». « Mais je suis convaincu que les banques, elles, vont vite comprendre, car tout cela est très séduisant », a-t-il ajouté. Un communiqué a été publié dans la foulée de la conférence précisant plusieurs détails. En clair, si les banques ont augmenté leur crédit aux ménages et aux entreprises, sur la période allant de mai 2013 à avril 2014, elles pourront souscrire ces prêts sans avoir d’obligations. Dans le cas contraire, elles devront respecter des engagements sur le crédit pour bénéficier de ces TLTRO. Par ailleurs, toutes les banques qui opteront pour ces TLTRO devront obligatoirement soumettre des rapports à la BCE.  Concernant l’autre grande mesure, l’intervention de la BCE sur le marché des ABS (Asset backed securities), c’est-à-dire les crédits au secteur privé transformé en titres financiers sur les marchés,  Mario Draghi a indiqué que les travaux préparatoires sont en train d’avance.  Le président de la BCE a également pris soin de laisser la porte ouverte à d’autres mesures, notamment aux rachats de dette sur les marchés, le fameux « assouplissement quantitatif » qualifié de « bazooka » par les observateurs. Mario Draghi a indiqué que cette arme pourrait être utilisée si « nos perspectives d’inflation à moyen terme venaient à changer ».   Enfin, en clin d’oeil à l’affaire BNP Paribas, Mario Draghi a affirmé que les banques doivent suffisamment provisionner les risques juridiques.

 

Hollande ira voter à Tulle en voiture….. ou en scooter !

Hollande ira voter à Tulle en voiture….. ou en scooter !

 

Nouveau coup de com.ridicule, l’Elysée annonce que Hollande fera dans l’austérité pour ce déplacement à Tulle. Pas de Falcon, mais une voiture. Dimanche, François Hollande se rendra à Tulle en voiture pour les élections européennes. Il partira le matin de Paris et rentrera le soir avant 20 heures, pour suivre en direct les résultats du scrutin, rapporte Le Parisien. Le chef de l’Etat qui pour l’élection municipale de son fief corrézien avait fait l’aller-retour en Falcon, le 23 mars dernier – un déplacement estimé à 9.200 euros selon son entourage – devra cette fois faire dix heures de route. Finalement ce n’est pas en voiture qu’hollande devrait faire le voyage mais en scooter voire en vélo. De quoi prendre contact avec le terrain comme ils disent en politique. En outre ce serait un excellent exercice physique pour « pépère »dont l’évolution les rondeurs est inversement proportionnelle à sa cote de popularité. Evidemment, on se fout du monde en publiant une telle information qui n’a strictement aucun intérêt. En premier lieu, s’il veut vraimenet faire es économies Hollande peut voter par correspondance ou mieux inscrire sur les listes à Paris où il réside. Pour corser encore un peu plus le ridicule, on pourrait ajouter qu’il déjeunera vite fait en route d’un sandwich. Et d’abord qu’est qu’il va foutre à Tulle ? Serrer trois louches ? Montrer se bobine à la télé ? Faire voir qu’il a les pieds dans la France profonde ? En fait tout cela c’est du cirque pour entre de meubler le vide absolu du contenu de sa politique, le vide aussi d’une personnalité.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol