Archive pour le Tag 'invité'

Steve Bannon, le facho, invité au congrès du FN ;

Steve Bannon, le facho, invité au congrès du FN ;  

Le symbole du nationalisme blanc, ancien conseiller de Trump sera la vedette au congrès du FN. L’extrémiste de droite que même Trump a dû renvoyer à cause de ses excès sera donc l’invité très médiatisé de Marine Le Pen. Une contradiction dans la mesure où précisément Marne Le Pen veut accentuer la dédiabolisation du parti avec notamment un nom qui fait moins peur et donc une vitrine davantage présentable. La preuve sans doute que Marine ne sait plus très bien quelle ligne adopter ni sur le plan idéologique en général, ni sur le plan économique par exemple sur l’Europe. L’ultraconservateur Steve Bannon, ex-stratège en chef du président Donald Trump tombé en disgrâce, doit intervenir samedi lors du congrès du Front national à Lille, a annoncé sur Twitter le vice-président du FN Louis Aliot. “Bienvenue à Steve Bannon qui vient s’adresser demain à notre Congrès FN 2018 et rencontrer MLP [NDLR - la présidente du FN, Marine Le Pen]. Les peuples se réveillent et reprennent leur destin en main”, a écrit Louis Aliot sur son compte Twitter. Ancien président du site d’information conservateur Breitbart News, Steve Bannon, proche de l’extrême droite, a été renvoyé en août dernier par Donald Trump de son poste de conseiller stratégique. Steve Bannon “incarne le rejet de l’establishment, dont l’un des pires symboles est l’UE de Bruxelles. Il a compris comme Trump, Matteo Salvini [patron de la Ligue, en Italie], la volonté des peuples de reprendre leur destin”, a estimé Louis Aliot dans un autre tweet. Un Louis Alliot à l’image du FN , pathétique dans sa volonté de rendre son parti présentable tout en défendant l’indéfendable. La preuve que FN depuis le départ de Philippot ne sait plus très bien où il se trouve. Pour Marine Le Pen, la venue de Banon permet de contrebalancer l’écho donné à l’intervention de sa nièce Marion maréchal le Pen et de montrer qu’elle aussi adhère à l’hyper trumpisme. Pas vraiment

Le FMI invite l’Allemagne à dépenser plus

Le FMI invite l’Allemagne à dépenser plus

Investir davantage notamment dans les infrastructures, augmenter les salaires, consommer plus, soutenir l’inflation, telles sont les recommandations du FMI à l’Allemagne qui risque de mal accueillir ces conseils. L’enjeu est d’obtenir un soutien plus actif de l’Allemagne à la relance de la croissance mondiale.  L’Allemagne devrait utiliser ses recettes fiscales croissantes pour investir dans des projets d’infrastructure qui renforceront son potentiel de croissance et inciter les employeurs à augmenter les salaires pour soutenir l’inflation dans la zone euro, a déclaré lundi le Fonds monétaire international. Ces recommandations du FMI vont à l’encontre de l’opinion défendue par le ministre allemand des Finances, Wolfgang Schäuble, qui réfute les critiques selon lesquelles l’Allemagne n’investit pas assez. Dans un rapport publié après ses rencontres annuelles avec les responsables allemands, le FMI juge que l’excédent des comptes courants de l’Allemagne, vaste et persistant, reflète le niveau élevé de l’épargne allemande et une amélioration des opportunités d’investissement à l’étranger. « L’Allemagne devrait adopter un ensemble coordonné de politiques budgétaires et structurelles pour préserver ses forces et relever les défis qu’il lui reste, notamment la réduction de ses déséquilibres extérieurs », juge le FMI. Un responsable du Fonds a déclaré au cours d’une conférence de presse que, selon les estimations du FMI, l’excédent des comptes courants de l’Allemagne devrait reculer à 7,5% de son produit intérieur brut (PIB) en 2022 contre 8,3% l’an dernier. Il a ajouté qu’un excédent compris entre 2,5% et 5% serait approprié. L’excédent commercial allemand est depuis des années une source de tensions avec les Etats-Unis, le FMI et d’autres pays de la zone euro, qui réclament à Berlin d’agir davantage pour redresser une demande mondiale apathique. L’Allemagne rejette ces critiques. Elle affirme qu’elle accroît ses investissements et que son excédent reflète en partie la qualité de ses produits. Dans son rapport, le FMI juge l’économie allemande en bonne santé mais souligne que l’investissement privé manque de dynamisme et que le vieillissement de la population pèse sur ses perspectives de croissance à long terme. « La marge de manoeuvre budgétaire devrait être consacrée à des initiatives qui renforcent le potentiel de croissance, telles que l’investissement dans les infrastructures physiques et numériques, la prise en charge de l’enfance, l’intégration des réfugiés et l’allègement des charges fiscales sur le travail », écrit le FMI. Le Fonds pense aussi qu’une progression durable des salaires et des prix en Allemagne est nécessaire pour contribuer au redressement de l’inflation dans la zone euro et favoriser une normalisation de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) dont le caractère ultra-accommodant est vivement critiqué en Allemagne.

Tapie invité à rembourser :il rigole !

Tapie invité à rembourser :il rigole !

 

C’est officiel, Tapie a été invité à rembourser. Bien sûr il rigole car il va solliciter toutes les procédures pour faire durer encore ce dossier. Cela fait 20 ans que l’affaire est en cours d’examen. D’ici là un président de droite sera élu et l’affaire sera enterrée définitivement. Surtout si c’est Sarko qui avait facilité l’arbitrage bidon ( avec la complicité de Lagarde, elle même récompensée par une nomination comme directrice du FMI)° ; Un renvoi d’ascenseur de Sarko puisque Tapie l’avait soutenu pour les élections. Le Consortium de réalisation (CDR), structure publique créée en 1995 pour gérer le passif du Crédit Lyonnais après sa quasi faillite, a demandé au liquidateur judiciaire de Bernard Tapie le remboursement des sommes versées à l’issue de l’arbitrage de 2008, a-t-on appris mardi de source proche du dossier.  Une lettre recommandée lui réclamant 392 millions d’euros lui a été adressée, a-t-on précisé, confirmant une information du Canard enchaîné à paraître mercredi.  Mercredi dernier, une source proche du dossier avait déclaré à Reuters que le CDR disposait de tous les éléments nécessaires pour obtenir ce remboursement après l’arrêt de la cour d’appel de Paris qui avait annulé la veille l’arbitrage et les sentences. Mais l’avocat de Bernard Tapie, Me Jean-Georges Betto, soutenait que cette décision de justice n’imposait pas à son client de rembourser les sommes perçues. Il est donc probable que l’homme d’affaires utilisera toutes les voies de recours. En 2008, à l’issue d’un arbitrage controversé, il s’était vu accorder 404 millions d’euros avec les intérêts. La somme finalement demandée par le CDR correspond à l’intégralité moins 12 millions que le Crédit lyonnais devait verser lui-même en cas de condamnation du CDR, indique une source proche du dossier.  Sur les 404 millions, 305 ont été payés par chèque et le reste correspond à des compensations de créances. Dans un communiqué diffusé la semaine dernière, le ministre des Finances Michel Sapin rappelait que l’Etat avait « pris toutes les précautions utiles pour assurer le remboursement du trop-perçu, notamment en sollicitant des saisies conservatoires sur les biens de M. Tapie et de plusieurs autres protagonistes du dossier. »Des juges d’instruction qui enquêtent sur un présumé « simulacre d’arbitrage » ont effectué ces saisies, qui représentent plusieurs centaines de millions d’euros, selon une source proche du dossier. Parmi les biens saisis : trois contrats d’assurance-vie, une villa à Saint-Tropez et un hôtel particulier rue des Saints-Pères à Paris. Ils ont saisi près des deux tiers de ses biens, pour 230 millions d’euros, écrit Le Canard enchaîné. Un ordre de grandeur que confirme une source proche du dossier.

 

Hollande invité par les bonnets rouges après les Etats généraux

Hollande invité par les bonnets rouges après les Etats généraux

 

 

Finalement, les revendications des bonnets rouges paraissent assez cohérentes et un tel exercice de démocratie ne serait pas inutile dans chaque région surtout pour signifier le ralbol général en matière de fiscalité. .  Suppression définitive de l’écotaxe, réunification de la Bretagne historique, relocalisation des décisions… Les Bonnets rouges ont présenté samedi à Morlaix (Finistère) 11 revendications pour sortir la Bretagne de la crise, demandant à François Hollande de venir dans la région les entendre. « On n’ira pas à Paris, le président de la République doit venir rencontrer le collectif et écouter nos revendications en Bretagne », a lancé Thierry Merret, un des porte-parole du collectif « Vivre, décider et travailler en Bretagne », à l’origine du mouvement des Bonnets rouges, composé de chefs d’entreprise, agriculteurs, pêcheurs, transporteurs, acteurs culturels et politiques bretons… M. Merret s’exprimait devant plus de 3.000 personnes réunies dans une vaste salle à l’occasion des premiers états-généraux de Bretagne organisés par le mouvement dans la ville de l’actuelle ministre de la Fonction publique et de la Décentralisation, Marylise Lebranchu, qui en a été députée-maire. « S’il n’y a pas de réaction de la part du gouvernement, du président de la République, il est évident qu’il y aura un printemps des Bonnets rouges, qui sera beaucoup plus radical » que l’automne, lorsque le mouvement avait rassemblé des milliers de personnes dans le Finistère, à Quimper, puis à Carhaix, a ajouté celui qui est par ailleurs président de la FDSEA du Finistère. « On se battra jusqu’au bout, on ne lâchera rien », a-t-il insisté, après l’énumération à tour de rôle par les différents porte-parole du collectif des onze revendications issues des quelque 15.000 doléances provenant de la cinquantaine de comités locaux qui se sont créés au cours des derniers mois. Outre les quatre revendications fondatrices du mouvement –la suppression définitive de l’écotaxe, la fin du dumping social et de « l’avalanche de normes et contraintes administratives », ainsi que la relocalisation des décisions dans la région–, les Bonnets rouges réclament désormais la réunification de la Bretagne historique à 5 départements, incluant donc la Loire-Atlantique, le développement des infrastructures et des énergies renouvelables ou encore l’officialisation de la langue et de la culture bretonnes notamment. « Nous sommes là pour faire bouger la Bretagne, tous ensemble », a lancé pour sa part Christian Troadec, autre leader du mouvement, avant d’être interrompu par les applaudissements des centaines de personnes présentes, coiffées pour la plupart d’un bonnet rouge et tenant pour certains un drapeau breton à la main. « Nous avons réussi déjà à faire reculer le gouvernement », a ajouté le bouillant maire DVG de Carhaix. « Demain, s’il le faut, il y aura 50.000 personnes dans la rue », a-t-il assuré à des journalistes. « C’est une vraie démocratie qui est en train de se mettre en place en Bretagne au nom des populations qui y habitent », s’est félicité M. Troadec avant le début de la réunion festive, entre prises de parole, projections des moments forts du mouvement et chants bretons, avec la présence notamment sur scène des frères Morvan, une institution dans la région. « Ces premiers états-généraux vont être un grand moment pour l’histoire de la Bretagne », a assuré en outre M. Troadec, se réjouissant de leur « succès ». Ici, se produit « l’inverse de ce que l’État jacobin (…) nous a imposé, un pacte soit disant d’avenir que, nous, on considère comme un pacte de recul, qui n’est que du recyclage et de l’enfumage imposé de Paris », a expliqué M. Merret: « Ici, ce sont les Bretonnes et les Bretons qui s’expriment. » Après la flambée de colère provoquée par l’annonce de la mise en place de l’écotaxe, sur fond de crise sociale et économique, le mouvement avait rejeté le Pacte d’avenir élaboré à l’initiative du gouvernement pour relancer l’économie bretonne. Fort du succès remporté cet automne, le mouvement, qui s’inspire de la révolte antifiscale du 17e siècle en Bretagne, souhaite s’affirmer comme force de propositions, après avoir démontré sa capacité à rassembler. Plus d’une dizaine de portiques écotaxe, mesure suspendue en octobre par le gouvernement sous la pression des Bonnets rouges, ont été détériorés ou détruits au cours des derniers mois dans l’Ouest. Ces premiers états-généraux de Bretagne, qui sont appelés à se renouveler chaque année, ont pris fin vers 18H00 samedi après un fest-noz, fête traditionnelle bretonne.

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol