Archive pour le Tag 'insulte'

Haine ou insulte sur les réseaux : à quand la fin de l’anonymat (LICRA)

Haine ou insulte  sur les réseaux : à quand la fin de l’anonymat (LICRA)

Le directeur de la Licra, Mario Stasi,  souhaite qu’on puisse retrouver les adresses IP de ceux qui se livrent  à des insultes haineuses. La Licra a sans doute raison mais il conviendrait sans doute d’aller beaucoup plus loin en exigeant non seulement l’adresse mais aussi le nom de ceux qui s’expriment sur Internet pour éviter tous les propos de poubelles qu’on trouve sur le Web. Interview  sur Europe 1).  

« Au cœur de l’actualité, le mouvement des ‘gilets jaunes’ a charrié son lot d’insultes. « Cela participe de la libération sans retenue, sans empêchement, sans rigueur, sans dignité de la parole. Mon appréciation des ‘gilets jaunes’ est assez horrifiée sur ces débordements-là et justifie le coup de gueule qui consiste à dire qu’à côté de la liberté d’expression, il faut rappeler que le racisme est un délit. » Selon Mario Stasi, les moyens légaux sont pour l’heure insuffisants pour se prémunir de cette haine sur les réseaux. Raison pour laquelle d’après lui, « le président de la République et le Premier ministre ont décidé de l’émission d’un rapport qui préconise toute une série de mesures qui vise à responsabiliser les hébergeurs ». A l’instar du modèle allemand, l’idée serait d’exposer à une lourde amende tout  Le directeur de la Licra va plus loin et préconise la fin de l’anonymat sur les réseaux pour ne pas non plus oublier la responsabilité individuelle à côté de celle des hébergeurs. « Dans un pays de droit et de liberté d’expression, je ne vois pas ce qui justifierait cet anonymat qui permet à chacun de délivrer immondice sur immondice, cette parole libérée. La levée de l’anonymat, c’est faire en sorte que l’hébergeur ait l’obligation de donner l’adresse IP de celui qui s’exprime. Il faut la responsabilité des auteurs et des hébergeurs », insiste-t-il. »

 

Macron hué et insulté au Puy-en-Velay, pourquoi ?

Macron hué et insulté au Puy-en-Velay, pourquoi ?

 

Pourquoi Emmanuel Macron a-t-il été conspué et hué à sa sortie de la préfecture du Puy-en-Velay, en Haute-Loire, mardi 4 décembre. C’est évidemment une réaction de mécontentements dans le cadre du mouvement des gilets jaunes. Il faut dire que Macon fait tout pour se faire détester avec ses discours interminables, flous,  prétentieux voire méprisants. Non seulement Macron est difficilement compréhensible  avec ses discours à prétention philosophico- économique (qui plaisent tellement aux « élites » !) mais il n’est même plus écouté par les couches populaires notamment les gilets jaunes ; Son emphase mondaine, sa posture professorale et surtout son arrogance  quasi monarchique ne passent plus. Au delà des aspects quantitatifs qui alimentent le mouvement des gilets jaunes,  c’est le mépris des classes dirigeantes qu’incarne Macron qui est rejeté.  La déception vis-à-vis de Macron est d’autant plus importante que certains espéraient un véritable changement chez celui qui incarnait de fait le dégagisme et la rupture avec l’ancienne classe politique. Ceci étant, on doit relativiser la victoire de Macron,  élu comme souvent par effraction, davantage par rejet de François Hollande que par adhésion au projet macroniste On objectera que cette ambiguïté a déjà existé lors d’autres consultations présidentielles. Les élus à la magistrature suprême  se croient  investis pour mettre en œuvre un programme alors qu’ils ne sont réellement soutenus que par 20 à 25 % des électeurs. Macron, lui, a obtenu 24 %. Aujourd’hui c’est le retour à ce score puisqu’autour de 75 % des Français qui rejettent sa politique. L’atout premier de Macron,  c’était sa jeunesse, son culot et surtout le sentiment d’être sorti de nulle part. De s’être  affranchi des partis et autres groupes de pressions. Macron donnait l’impression de n’être ni à gauche ni à droite, bref ailleurs. On sait maintenant que cette élection n’a été permise que par le soutien des milieux financiers avec la médiation de Pierre Juillet, ancien secrétaire général de l’Élysée, d’Alain Minc conseiller des plus grands groupes ou encore de Jacques Attali, lui aussi conseiller des princes. Macron a rapidement oublié qu’il avait été ministre d’un gouvernement socialiste pour mettre en place dès son élection une politique de droite, se hâtant  de distribuer les cadeaux fiscaux aux plus nantis et maintenant à la recherche de ressources pour boucher les trous. Malheureusement la fiscalité a tué le pouvoir d’achat et la croissance. Contrairement aux idées reçues, Macron n’a pas de compétences (ni de formation) en matière économique et il est évident qu’il manifeste une certaine distance voire une condescendance avec le champ social. Bref, Macron est un incompétent dangereux doublé d’un personnage arrogant et prétentieux que l’opinion publique ne supporte plus. Le macronisme est une escroquerie intellectuelle, ce n’est que le retour de la vielle droite avec sa horde de courtisans incapables, qui se contentent d’ânonner obséquieusement la parole jupitérienne de Macron. «  J’assume,…. on ne lâche rien, ….on  maintient les réformes, ….on applique le programme. »  Autant de formules creuses qui cachent mal le vide idéologique et l’absence de connaissances des réalités. Le macronisme est une imposture et constitue sans doute aujourd’hui la plus grande menace pour le pays. Du point de vue économique, social mais aussi sociétal.

Benalla insulte le sénat

Benalla insulte le sénat

 

Décidément, le naturel revient au galop chez Benalla, personnage sulfureux, colérique et insultant.  Benalla qui ne voulait pas se rendre devant la commission d’enquête du Sénat a fini par céder devant l’État de droit qui contraint tout individu à répondre aux convocations d’une commission parlementaire. Mais c’est contraint par le droit que Benalla  a accepté cet exercice de démocratie. Mais il n’a pu s’empêcher de se livrer à des excès verbaux inadmissibles en insultant des sénateurs et l’institution parlementaire. Interrogé sur France Inter, Alexandre Benalla a chargé le président Les Républicains de la commission d’enquête sénatoriale Philippe Bas :  »M. Philippe Bas, je mesure très bien mes propos, ce petit marquis, m’impose aujourd’hui de venir devant lui, sinon il m’envoie la police ou la gendarmerie. (…) Ce sont des petites personnes qui n’ont aucun droit, et aucun respect pour la République française et la démocratie. (…) Et aujourd’hui, ces personnes bafouent le principe de notre démocratie qui est fondé sur la séparation des pouvoirs. Moi, j’ai des comptes à rendre à la justice française. Le Sénat français, qui bafoue les règles constitutionnelles de notre pays, très sincèrement, je vous le dis franchement, je n’ai aucun respect pour eux. » On se demande bien pour qui se prend Benalla pour porter un tel jugement sur le Sénat et ses membres. Quelle est sa légitimité politique ? Quelle est sa qualification ? Quel est son passé de citoyenneté ? Quelles ont été ses engagements en dehors d’avoir suivi comme à la culotte l’actuel président de la république au cours de meetings. La personnalité et le comportement de cet individu posent évidemment la question des critères de sélection des collaborateurs, des amis et confident de Macron.

Ilie Nastase, grand champion mais triste individu après l’insulte contre Serena Williams

Ilie Nastase, grand champion mais triste individu après l’insulte contre Serena Williams

 

 

Nastase un grand champion aux facéties amusantes parfois mais qui en insultant de manière raciste Serena Williams  ne mérite que condamnation et mépris.  Après les propos racistes et sexistes  de l’ancien champion de tennis Ilie Nastase, tenus ce week-end en Fed Cup, Serena Williams répond sur Instagram. « Cela me déçoit de savoir qu’on vit dans une société où des personnes comme Ilie Nastase peuvent faire des commentaires aussi racistes envers moi et mon enfant à naître, et des remarques aussi sexistes envers mes pairs », écrit la championne américaine, vainqueur de 23 Grands Chelems. Ilie Nastase, capitaine de l’équipe de Fed Cup et icône du sport en Roumanie, a été suspendu par la fédération internationale (ITF) pour son attitude grossière et insultante lors de la rencontre de son pays contre la Grande-Bretagne le week-end dernier. Lors de la conférence de presse d’avant-match, Nastase avait tenu des propos plus que déplacés au sujet de la grossesse de C, qui a annoncé mercredi attendre son premier enfant. Les journalistes ont pu l’entendre dire à un membre de son équipe : « On va voir de quel couleur il est. Chocolat au lait ? » L’ancien vainqueur de Roland-Garros en 1973, aujourd’hui âgé de 70 ans, avait ensuite copieusement insulté une journaliste, un arbitre, la capitaine britannique Anne Keothavong et la joueuse Johanna Konta, traitant ces dernières de « put… de s… pes ». « Je remercie humblement l’ITF pour l’intérêt donné aux faits dans cette affaire. Ils auront mon total soutien », a ajouté Serena Williams. Ilie Nastase, qui est une icône du sport en Roumanie, a également été critiqué par l’autre légende du pays Nadia Comaneci. L’ancienne gymnaste a accablé son compatriote pour son comportement « injurieux ».

Marine Lepen insulte Hollande et Merkel

Marine Lepen insulte Hollande et Merkel

Décidément chez les Le Pen l’outrance, le populisme et la grossièreté sont inscrits dans les gènes. Cette fois c’est au Parlement européen que Marine Le Pen a insulté en leur présence Hollande et Merkel. S’il est légitime que Marine Le Pen défende ses convictions nationalistes notamment au Parlement européen par contre il n’était nul besoin d’utiliser la vulgarité pour signifier à Merkel qu’elle considérée Hollande comme le vice-chancelier de l’Allemagne. De ce point de vue l’insulte ne grandit pas celui qui en est l’auteur. Quand on revendique le droit légitime à exercer des fonctions nationales le propos doit être à la hauteur de la responsabilité. Comme son père, Marine Le Pen sollicite à l’excès  les bons mots approximatifs et méprisants qui traduisent à l’évidence une conception particulière de la démocratie voir des rapports humains. On peut certes reprocher nombre d’insuffisances ou d’incohérences chez Hollande ou Merkel mais la dialectique de caniveau ne renforce pas la crédibilité de l’argumentation. À l’occasion de l’assemblée plénière du Parlement européen ce mercredi 7 octobre 2015, Marine Le Pen a en effet profité de la présence d’Angela Merkel et François Hollande pour adresser une attaque en règle à destination du couple franco-allemand et de l’Union européenne. « Merci Mme Merkel, de nous faire le plaisir de venir aujourd’hui accompagnée de votre vice-chancelier, administrateur de la province France« , a-t-elle lancé à destination du président de la République française.  Après avoir essuyé les critiques de Marine Le Pen sur son abandon de la souveraineté française au profit de « Berlin, Bruxelles ou Washington. », François Hollande a tenu a corrigé l’intervention de la présidente du Front National, en nuançant : « La souveraineté n’a rien à voir avec le souverainisme, le nationalisme, le populisme, les extrémismes. »

Rachida Dati insulte une journaliste

Rachida Dati insulte une journaliste

 

Toujours très classe  (mais de niveau CP) l’ancienne ministre de la justice.  Europe 1 rapporte que Rachida Dati a insultée une journaliste Elise Doucet qui fait un travail d’investigation souvent remarquable et avec un courage qu’il faut souligner. L’attitude de mépris de Rachida Dati n’est pas nouvelle, mais se propos donnent le frisson quand on sait qu’elle a été Minsitre de la justice. On se demande comment de telles personnalités ont pu accéder aux plus hautes responsabilités. Derrière le vernis transparait nettement la vulgarité du personnage. Il n’y a donc  pas qu’à Manuel Valls que Rachida Dati s’adresse de manière surprenante. Si elle donne du « mon gars » au Premier ministre, l’ancienne ministre de la Justice sous Nicolas Sarkozy n’hésite pas à employer un ton plus que méprisant envers la journaliste Élise Lucet. Cette dernière, qui dirige et anime l’émission Cash Investigation sur France 2, s’est ainsi vue qualifiée de « pauvre fille » par l’eurodéputée LR, alors qu’elle tentait de l’interroger sur ses supposés liens avec GDF Suez (devenue Engie). Francetvinfo publie, vendredi 4 septembre, un extrait de l’émission qui sera diffusée lundi 7. La scène se passe dans les couloirs du Parlement européen. La journaliste et son équipe interpellent Rachida Dati, qui refuse de répondre à leurs questions. Tout cela se termine par le dialogue suivant :

- Élise Lucet : C’est juste une interview, je vois pas ce qui vous fait peur, franchement.

- Rachida Dati : Oh j’ai pas peur de vous, ma pauvre fille. Ma pauvre fille.

- Élise Lucet : Acceptez une interview !

- Rachida Dati : Non mais quand je vois votre carrière, votre carrière pathétique

 

Quelques minutes auparavant, alors que la journaliste évoquait « des soupçons de conflit d’intérêt », Rachida Dati balayait « des accusations à la con » et lui lançait : « Vous êtes juge d’instruction ? Non. » Le site de France Télé donne le contexte de cette *discussion* : Des liaisons dangereuses ? Rachida Dati, députée européenne, a été entendue en 2014 par le chef du comité d’éthique du Parlement européen, chargé du contrôle déontologique de ses membres. Il s’agit de faire la lumière sur la nature de ses activités d’avocate et ses relations professionnelles avec des sociétés gazières, au premier rang desquelles Engie (ex-GDF Suez) qui a de gros intérêts en Azerbaïdjan… Le président du Parlement européen ne donnera finalement aucune suite à cette enquête. Coïncidence ? Rachida Dati a d’ailleurs soumis à ses collègues une série d’amendements favorables aux intérêts du géant français de l’énergie.

 

Montebourg traité d’«abruti» : insulte ou évidence ?

Montebourg traité d’«abruti» : insulte ou évidence ?

 Jean-Claude Debard, le président exécutif d’Emil Frey, aurait vivement critiqué le ministre du Redressement productif, selon La Provence, le qualifiant d’«abruti mental». «Mitsubishi Motors Corporation a été profondément choqué par les commentaires attribués au représentant de son importateur indépendant en France, tels que rapportés par la presse française», a déclaré le constructeur automobile dans un communiqué. L’entreprise nippone «souhaite par principe présenter ses excuses à Monsieur le ministre Montebourg ainsi qu’au gouvernement français pour les conséquences que ces propos ont pu avoir sur leur réputation et leur honneur», poursuit le communiqué, qui précise que Mitsubishi n’exprime pas d’opinion politique. Déjà mercredi, par communiqué, Jean-Claude Debard avait assuré n’avoir «en aucun cas attaqué directement et personnellement M. Montebourg» et présenté ses excuses «pour cette confusion d’information». Il a néanmoins démissionné de «tous ses mandats au sein du groupe Emil Frey, et ce avec effet immédiat», selon un communiqué d’Emil Frey, également importateur ou distributeur des marques Hyundai ou encore Subaru. L’entreprise a également présenté ses excuses à Arnaud Montebourg «pour ces propos discourtois». Le ministre du Redressement productif avait critiqué les importations de voitures asiatiques, accusant fin septembre les constructeurs coréens d’entretenir une forme de «dumping commercial».

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol