Archive pour le Tag 'insoumis »'

Les « Insoumis » demandent un référendum sur le budget !!!

Les Insoumis demandent un référendum sur le budget !!!

 

 

 

Sans doute en mal de proposition, le parti de Mélenchon réclame un référendum sur la coupe de 10 milliards du budget. D’abord un référendum sans doute inconstitutionnel; Ensuite surtout une pure démagogie; C’est un comme si on demandait aux Français s’ils  souhaitent payer moins d’impôts.!

 

 

D’un côté un gouvernement incompétent et qui manque de courage en matière de gestion budgétaire et de l’autre l’extrême-gauche complètement irresponsable qui veut un référendum à propos des 10 milliards de coupes envisagées pour un budget de 2024 déjà obsolète. Après 10 milliards de coupes dans les dépenses pour 2024, le ministre se ménagerait déjà une éventuelle issue de secours pour mettre en place d’autres mesures d’urgence dans les prochains mois. 
Quelle que soit leur nature, ces coupes soudaines dans un budget à peine adopté ne manqueront pas de faire crier les oppositions et de crisper les membres du gouvernement, priés – bien que dans des proportions différentes – de se serrer la ceinture. Le texte initialement adopté à grands coups de 49.3 était déjà le fruit d’un compromis difficile entre l’impératif de réduction des déficits, le mantra de la majorité de ne pas augmenter les impôts et la pression des ministères qui réclamaient du budget pour faire face à l’inflation. Ainsi, alors qu’en rentrant dans la séquence, Bercy n’avait de cesse de jurer que ce PLF serait celui du retour au sérieux budgétaire, le budget 2024 ne présentait pas d’économies structurelles d’ampleur en dehors de celles réalisées sur la fin du bouclier tarifaire (14 milliards de moins, tout de même, grâce à la fin de cette aide exceptionnelle).

Pour l’instant, Bercy et Matignon évitent un nouveau psychodrame en optant pour des mesures d’économies par décret, et pour cause puisque le gouvernement n’a pas de majorité.

De toute façon , le référendum demandé par les « Insoumis  » est exclu à la fois ridicule et irresponsable.

 

Élections européennes : Raphaël Glucksmann cible des écologistes, des « insoumis » et des communistes

Élections européennes : Raphaël Glucksmann cible des écologistes, des « insoumis » et des communistes

À défaut de présenter un front uni et cohérent sur les questions européennes, la gauche se déchire. Au lieu de proposer des orientations pour l’Europe et de combattre le pouvoir actuel, elle choisit de s’entre-déchirer. Haro notamment sur Raphaël Glucksmann qui figure en tête de la gauche dans les sondages.

La vérité c’est que toute la gauche est en pleine décomposition ; les plus radicaux se sont complètement discrédités du fait de leur radicalité et du caractère illusoire de leurs propositions. ( Exemple quitter l’Europe pour sauver l’agriculture !).

Certes, le parti socialiste n’est pas non plus dans un très bel état. Il est d’ailleurs aussi divisé entre marxistes et sociaux-démocrates. Mais pour les européennes Raphaëlle Glucksmann qui n’est pas encarté pourrait permettre aux socialistes de se refaire une santé même si cela ne résoudra pas leurs problèmes internes

Ce week-end, Raphaël Glucksmann, qui conduira, sauf surprise, la campagne du PS pour ce scrutin, et qui devance les autres candidats à gauche dans les sondages, a été la cible d’EELV, de La France insoumise (LFI), et du Parti communiste (PCF). Les jours précédents, l’eurodéputé, considéré comme un refuge potentiel pour les déçus du macronisme, avait multiplié les interventions médiatiques, donnant des sueurs froides aux écologistes, qui bataillent pour le même électorat.

Partis politiques : la fin de la NUPES, des Insoumis et de Mélenchon ?

Partis politiques : la fin de la NUPES, des Insoumis et de Mélenchon

Le gauchisme effréné du parti de Mélenchon aura entraîné non seulement l’affaiblissement considérable de son image mais aussi celle de son parti, les « Insoumis » et aura aussi favorisé la fin de l’alliance de la NUPES. Aujourd’hui à gauche, tout le monde reprend son autonomie. Les écologistes, le parti socialiste, le parti radical socialiste, le parti communiste et de fait aussi les « Insoumis » bientôt réduits à une petite organisation d’extrême gauche marginale.

La chute est terrible pour le parti de Mélenchon. Ce dernier avait failli se qualifier pour les élections présidentielles. Il a obtenu près de 22 % des suffrages des électeurs, ce qui n’est pas rien. Aujourd’hui les meilleurs sondages lui attribuent pour les élections européennes un maximum de 6 % des voix. Derrière même le parti socialiste, à 9 %. Pourtant un parti qui ne brille pas non plus pour sa clairvoyance et son dynamisme ; qui est aussi très divisé.

Comment en deux ans peut-on passer d’un soutien de 22 % des Français à 6 % ? Tout simplement en s’éloignant progressivement de tous les principes républicains traditionnels de la gauche. En soutenant comme les gauchistes tout ce qui bouge : la révolte les quartiers, le racisme et maintenant le Hamas. Certes le discours est un peu policé- pas toujours d’ailleurs chez certains excités des Insoumis qui de toute évidence non pas leur place au Parlement–mais en arriver à soutenir les violences des terroristes palestinien ou encore objectivement Poutine discrédite le parti des Insoumis quant à son appartenance à une organisation républicaine.

La subtilité sémantique qui consiste pour les Insoumis à considérer les atrocités du Hamas comme des crimes de guerre et non des crimes contre l’humanité dissimule en plus une certaine lâcheté politique.

Il y aura peut-être une autre alliance de gauche mais certainement pas celle fondée en faità partir d’une idéologie clairement gauchiste et communiste. Une idéologie qui mène tout droit vers la dictature. L’idéologie communiste teintée de gauchisme est en effet consubstantielle à la privation des libertés individuelles et collectives. À la privation tout simplement de la démocratie.

D’une certaine manière, par contrecoup les Insoumis et tous les extrémistes y compris chez les écolos auront largement servi les intérêts de l’extrême droite. Par leur positionnement irréaliste, irresponsable et choquant, il donne du crédit à l’autre extrême.

Rien n’est irréversible en politique mais si la gauche a un avenir en 2027 ou plus tard elle devra procéder à son aggiornamento, à sa révolution culturelle et à ses fondements idéologiques pour reconquérir adhérents et électeurs.

Politique : la fin de la NUPES, des Insoumis et de Mélenchon

Politique : la fin de la NUPES, des Insoumis et de Mélenchon

Le gauchisme effréné du parti de Mélenchon aura entraîné non seulement l’affaiblissement considérable de son image mais aussi celle de son parti, les « Insoumis » et aura aussi favorisé la fin de l’alliance de la NUPES. Aujourd’hui à gauche, tout le monde reprend son autonomie. Les écologistes, le parti socialiste, le parti radical socialiste, le parti communiste et de fait aussi les « Insoumis » bientôt réduits à une petite organisation d’extrême gauche marginale.

La chute est terrible pour le parti de Mélenchon. Ce dernier avait failli se qualifier pour les élections présidentielles. Il a obtenu près de 22 % des suffrages des électeurs, ce qui n’est pas rien. Aujourd’hui les meilleurs sondages lui attribuent pour les élections européennes un maximum de 6 % des voix. Derrière même le parti socialiste, à 9 %. Pourtant un parti qui ne brille pas non plus pour sa clairvoyance et son dynamisme ; qui est aussi très divisé.

Comment en deux ans peut-on passer d’un soutien de 22 % des Français à 6 % ? Tout simplement en s’éloignant progressivement de tous les principes républicains traditionnels de la gauche. En soutenant comme les gauchistes tout ce qui bouge : la révolte les quartiers, le racisme et maintenant le Hamas. Certes le discours est un peu policé- pas toujours d’ailleurs chez certains excités des Insoumis qui de toute évidence non pas leur place au Parlement–mais en arriver à soutenir les violences des terroristes palestinien ou encore objectivement Poutine discrédite le parti des Insoumis quant à son appartenance à une organisation républicaine.

La subtilité sémantique qui consiste pour les Insoumis à considérer les atrocités du Hamas comme des crimes de guerre et non des crimes contre l’humanité dissimule en plus une certaine lâcheté politique.

Il y aura peut-être une autre alliance de gauche mais certainement pas celle fondée en faità partir d’une idéologie clairement gauchiste et communiste. Une idéologie qui mène tout droit vers la dictature. L’idéologie communiste teintée de gauchisme est en effet consubstantielle à la privation des libertés individuelles et collectives. À la privation tout simplement de la démocratie.

D’une certaine manière, par contrecoup les Insoumis et tous les extrémistes y compris chez les écolos auront largement servi les intérêts de l’extrême droite. Par leur positionnement irréaliste, irresponsable et choquant, il donne du crédit à l’autre extrême.

Rien n’est irréversible en politique mais si la gauche a un avenir en 2027 ou plus tard elle devra procéder à son aggiornamento, à sa révolution culturelle et à ses fondements idéologiques pour reconquérir adhérents et électeurs.

Manifs samedi des Insoumis pour un cessez-le-feu à Gaza : quelques milliers de manifestants seulement

Manifs samedi des Insoumis pour un cessez-le-feu à Gaza : quelques milliers de manifestants seulement

A
à l’initiative des Insoumis et de Mélenchon, une manifestation à Paris a réuni seulement quelques milliers de manifestants contre la guerre entre Israël et le Hamas. Une initiative des Insoumis appuyer par d’autres organisations gauchistes.

Une initiative qui évidemment peut se comprendre si elle ne met pas tout dans le même sac et reconnaît la responsabilité première du Hamas vis-à-vis des massacres commis en Israël. Des violences qui pour autant ne justifient pas d’autres violences contre des civils palestiniens.

Reste qu’une manifestation réduite à l’appel des Insoumis et de quelques gauchistes ne suffit pas à créer le soutien à la hauteur de l’enjeu. D’une certaine manière, l’isolement des Insoumis mêmes appuyé par quelques organisations gauchistes dessert la cause en montrant le faible soutien de la France.

Une manifestation bien sûr avec un objectif politique à savoir se distinguer de la grande marche contre l’antisémitisme de dimanche. Objectif encore raté et qui va contribuer au processus de suicide de Mélenchon.

A Paris, plusieurs milliers de manifestants « contre la guerre » entre Israël et le Hamas, à la veille de la grande marche contre l’antisémitisme.

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté, samedi 11 novembre à Paris, pour demander un cessez-le-feu à Gaza à l’appel de plusieurs mouvements de gauche et de La France insoumise.

Des cortèges ont défilé à Rennes, à Nice et à Paris où une « marche contre la guerre » était organisée à l’appel d’un collectif d’ONG, de mouvements de gauche et de La France insoumise entre la place de la République et la place de la Nation.

Antisémitisme : un « autre » cortège pour le parti des Insoumis

Antisémitisme : un « autre » cortège pour le parti des Insoumis

LFI Se raccroche aux branches après la nouvelle bévue de Mélenchon; la France insoumise décide de manifester contre la guerre samedi à Paris mais à part . Le parti de Mélenchon avait en effet refusé de s’associer à la manifestation commune contre l’antisémitisme. Mélenchon considérant que cette marche était un soutien au génocide de Gaza. Des propos évidemment complètement incohérents et intolérables d’autant que les sondages démontrent que 70 % au moins des Français approuvent la manifestation commune y compris ceux qui soutiennent le parti des insoumis.

La France insoumise participera donc à un « autre » cortège « contre la guerre », samedi à Paris
Après avoir annoncé qu’elle ne participera pas à la marche contre l’antisémitisme organisée dimanche à Paris à l’appel des présidents du Sénat et de l’Assemblée nationale, La France insoumise invite donc à un rassemblement dès samedi « contre la guerre et pour un cessez le feu ».

Le rassemblement de samedi était prévu « de très longue date » souligne Aurélie Trouvé, députée LFI de Seine-Saint-Denis : « Ce sont deux mobilisations complètement différentes. » Aurélie Trouvé ajoute que quoi qu’il arrive, ce rassemblement aurait eu lieu. Cela fait trois semaines, dit-elle, que La France insoumise et des dizaines d’associations et syndicats organisent des mobilisations, car, selon ses mots, « chaque jour, des centaines de personnes meurent à Gaza ».

La députée tient d’ailleurs à faire passer un message : « Nous organisons cette marche pour exiger, comme nous le ferons tous les samedis, qu’il y ait un cessez-le-feu immédiat et que le président de la République exige ce cessez-le-feu immédiat comme le fait le secrétaire général des Nations Unies ou même le pape. » (nota ce que Macron a fait NDLR).

Le Parti socialiste, le Parti communiste et Europe Écologie-Les Verts ont confirmé leur présence dimanche et lancé d’ailleurs un appel à tous les Français. Ils souhaitent par ailleurs mettre en place un « cordon républicain » dans la manifestation pour ne pas se mêler à l’extrême droite.
Le cortège doit défiler dimanche entre l’Assemblée nationale et le Sénat. Nicolas Sarkozy a annoncé qu’il s’y joindrait, tout comme François Hollande ou l’ancien Premier ministre Edouard Philippe.

Insoumis et Hamas : Danièle Obono impliquée

Insoumis et Hamas : Danièle Obono impliquée

La députée du parti de Mélenchon Danièle Obono fait l’objet de plaintes suite à son positionnement vis-à-vis du Hamas. Ce n’est pas la première fois que cette parlementaire fait dans l’excès, c’est même sa marque de fabrique. Toutefois ses déclarations complaisantes vis-à-vis du Hamas posent évidemment question. À tel point que même à l’intérieur du parti de Mélenchon de nettes différences apparaissent.

Mélenchon est sans doute grandement responsable des postures extrémistes de certains responsables de son parti. Lui-même a été particulièrement ambigu mais au moins il sait s’en tirer avec sa subtile dialectique d’intellectuel marxiste. C’est moins vrai pour certains de ceux qui l’entourent qui sont un peu brut de brut.

« Est-ce que le Hamas est un mouvement de résistance ? » A cette question, Danièle Obono a répondu « oui ». « C’est un groupe politique islamiste qui a une branche armée, qui a pour objectif la libération de la Palestine et qui résiste à une occupation  » , a ajouté la députée insoumise, invitée de Sud Radio, mardi 17 octobre.

Dans la foulée, l’association Jeunesse française juive a annoncé sur le réseau social X le dépôt d’une plainte pour « apologie du terrorisme ». Le ministre de l’Intérieur entend en faire de même. « Le Hamas, ‘un mouvement de résistance’ ? Non ! C’est un mouvement terroriste. Je saisis le procureur de la République pour apologie du terrorisme », a écrit Gérald Darmanin sur X.

« Assez de manipulations », a réagi Danièle Obono. « J’ai dit que le Hamas était un groupe politique islamiste qui déclare inscrire son action dans la résistance à l’occupation de la Palestine », a clarifié la députée insoumise. Ce n’est « ni une excuse, ni un soutien, ni une caution pour ses crimes de guerre abjects contre les civils israéliens », ajoute-t-elle dans son message.

D’autres voix dissonantes au sein de La France insoumie se sont cependant faites entendre. « Le Hamas est une organisation terroriste islamiste. Dire cela n’empêche pas de dire qu’Israël ne doit pas assassiner toute une population civile », a affirmé la députée Raquel Garrido sur X. « Le Hamas n’est PAS un mouvement de résistance… » a également affirmé sur X le député Alexis Corbière, en relayant la une du journal L’Humanité. « Je partage… » a sobrement déclaré François Ruffin, en republiant le message d’Alexis Corbière.

Il faut une rupture avec les Insoumis ( Lamia El Aaraje, PS)

Il faut une rupture avec les Insoumis ( Lamia El Aaraje, PS)

Pour la cheffe du Parti socialiste parisien, il est impossible de cohabiter plus longtemps avec La France insoumise au sein d’une coalition de gauche. Après l’attaque du Hamas en Israël, cette proche d’Anne Hidalgo exige « une clarification » qui passe, selon elle, par la fin de la Nupes Tribune dans l’Opinion.

Les polémiques hallucinantes qui traversent la gauche depuis les ignobles attaques terroristes du Hamas contre des civils israéliens dénotent, à tout le moins, une divergence idéologique, voire un socle de valeurs profondément, viscéralement, incompatibles. Lorsqu’un pan de l’extrême gauche se refuse aujourd’hui à qualifier le Hamas d’organisation terroriste, comment continuer de faire croire qu’il existe un front commun électoral qui puisse nous rassembler ?

Ce que nombre d’entre nous avaient dénoncé dès les législatives de 2022, quand Jeremy Corbyn a été invité par deux candidates LFI, se matérialise aujourd’hui d’une façon qui ne permet à aucun responsable politique de se détourner. Ce déracinement ne peut perdurer. Le Parti socialiste porte des valeurs humanistes, internationalistes, intellectuelles et morales qui ne souffrent aucun compromis qui serait teinté de compromission. Cette clarification politique est nécessaire et attendue. C’est une question d’honneur.

Ce que nombre d’entre nous avaient dénoncé dès les législatives de 2022, quand Jeremy Corbyn a été invité par deux candidates LFI, se matérialise aujourd’hui d’une façon qui ne permet à aucun responsable politique de se détourner.

Attachés aux structures partisanes, pas comme à des grigris incantatoires, mais plutôt comme des dispositifs de formation et de construction de réponses politiques aux bouleversements du monde, nous devons, en parallèle du travail de clarification évoqué, mener de front un travail de refondation militante. La décrue des militants au sein des appareils partisans ou l’abstention en forte hausse à chaque élection témoignent d’une crise grandissante et sévère de la démocratie représentative. Pour la renouveler, les partis doivent eux-mêmes se renouveler, d’autant plus à gauche où l’espoir et les attendus sont grands et les déceptions profondes.

Vacarme. Comment donc réinventer l’engagement politique et militant ? Voir, entendre, sentir Paris sous 50 degrés dans le vacarme et la pollution est une façon que nous avons eue, au sein de la fédération de Paris du PS, de réinventer l’évènement politique avec une soirée sensorielle et immersive à l’Atelier des lumières. Ne pas uniquement dire, ne pas discourir, mais faire ressentir grâce aux nouvelles technologies. Alors, faisons le pari d’ouvrir nos actions et nos événements partisans au plus grand nombre, à la société civile, aux associations, syndicats, amicales de locataires, clubs de sport. Cette ouverture aux différents tissus qui composent notre société est prioritaire tant ils sont acteurs et partenaires de la création de nos politiques.

Cessons de nous regarder le nombril en ne parlant qu’à nous-mêmes. Soyons capables de sortir du fatalisme qui nous empoisonne. Cette priorité doit guider la gauche si elle veut revenir aux responsabilités en France et en Europe. Pour renouveler nos partis et réenchanter la parole politique de gauche, appuyons-nous sur ceux qui sont au plus près de nos concitoyens, les élus locaux. Car notre gauche, c’est celle qui dirige des grandes villes. C’est celle qui dirige des départements, qu’ils soient ruraux, industriels ou plus urbains. C’est encore celle qui dirige les plus grandes régions de France. C’est une gauche du local, tournée vers les problématiques concrètes, les problématiques du quotidien.

Mais c’est surtout une gauche qui a réinventé notre vision des villes, des communes et des territoires. Face au désengagement de l’Etat, ces élus s’engagent au quotidien au-delà même de leurs seules prérogatives. La région Occitanie ouvre des centres médicaux pour lutter contre les déserts médicaux ; la Ville de Paris met en place l’encadrement des loyers pour limiter l’inflation des prix de l’immobilier ; Montpellier rendra bientôt ses transports en commun gratuits. Les exemples sont nombreux des actions de cette gauche qui n’a pas peur des responsabilités, œuvre pour le plus grand nombre dans la clarté et la cohérence de ses valeurs.

Cette vision, cette envie de nouveauté, elle est portée par une nouvelle génération qui veut sortir des sommes d’individualités qui se superposent pour construire un projet collectif, un projet de société, un projet de communs. Alors, servons-nous de cette énergie qui émerge pour promouvoir une nouvelle façon de faire de la politique, celle qui change concrètement la vie des gens, celle qui parle des sujets du quotidien, celle qui ne renie pas ses valeurs. L’espoir ne peut renaître qu’à ce prix : ne pas se dévoyer, ne pas se fourvoyer et, en permanence, se réinventer.

Lamia El Aaraje est la première secrétaire du Parti socialiste à Paris.

Sondage-le parti de Mélenchon: un danger pour la démocratie pour 57 % des Français

Sondage-le parti de Mélenchon: un danger pour la démocratie pour 57 % des Français

Dans un sondage Ipsos-Sopra Steria pour Le Monde, 57% des Français pensent que LFI est un parti dangereux pour la démocratie. Un taux qui baisse à 52% lorsque la question porte sur le RN. . Concrètement, 60% des Français qualifient LFI de parti «qui attise la violence». En quelques années, la «figure du mal» s’est donc inversée chez les Français, en passant du RN à LFI. L’isolement du parti mélenchoniste au sein de la classe politique, de la gauche, et même de la Nupes, au regard du conflit au Proche-Orient, ne devrait pas arranger les choses.

Politique-Manif contre la police, défense de l’abaya, etc: Le suicide des « Insoumis »

Politique-Manif contre la police, défense de l’abaya, etc: Le suicide des « Insoumis »


Indiscutablement depuis des mois et des mois, les Insoumis sont engagés dans une sorte de fuite en avant gauchiste qui sans doute va se répercuter de façon significative dans leurs résultats aux élections. Ce radicalisme est en train de faire éclater la NUPES. Chacune des organisations qui la composait va par exemple déposer une liste propre aux élections européennes. La Nupes n’est pas encore morte mais l’écheance se approche et les relations entre les partenaires sont absolument détestables. Ainsi les »insoumis » viennent de traiter Roussel le secrétaire du parti communiste de nazi !

Ce samedi 23 septembre les insoumis et quelques autres organisations gauchistes appellent à manifester contre la police. Beaucoup vont reprendre le slogan : » la police tue. »

Un slogan malvenu et idiot à un moment ou émerge une très forte demande de sécurité et de protection notamment en raison des conséquences dramatiques des violences et de la drogue partout en France.

Politiquement, cette manifestation aura très peu d’échos ; peu de médias y font allusion et la participation devrait être assez anecdotique et surtout contre-productive.

Cet appel, lancé après la mort de Nahel, 17 ans, tué par un policier le 27 juin, émane de partis politiques, comme La France insoumise (LFI) et Europe Ecologie-Les Verts (EELV), mais également d’une centaine d’associations, de syndicats comme la CGT, de divers collectifs ou de mouvements comme Extinction Rebellion. Au contraire, le PCF n’appelle pas à y participer et le Parti socialiste a annoncé qu’il ne serait pas présent.

Manif contre la police, défense de l’abaya, radicalisme gauchiste : Le suicide des Insoumis

Manif contre la police, défense de l’abaya, radicalisme gauchiste : Le suicide des Insoumis


Indiscutablement depuis des mois et des mois, les Insoumis sont engagés dans une sorte de fuite en avant gauchiste qui sans doute va se répercuter de façon significative dans leurs résultats aux élections. Ce radicalisme est en train de faire éclater la NUPES. Chacune des organisations qui la composait va par exemple déposer une liste propre aux élections européennes. La Nupes n’est pas encore morte mais l’écheance se approche et les relations entre les partenaires sont absolument détestables. Ainsi les »insoumi »s viennent de traiter Roussel le secrétaire du parti communiste de nazi !

Ce samedi 23 septembre les insoumis et quelques autres organisations gauchistes appellent à manifester contre la police. Beaucoup vont reprendre le slogan : » la police tue. »

Un slogan malvenu et idiot à un moment ou émerge une très forte demande de sécurité et de protection notamment en raison des conséquences dramatiques des violences et de la drogue partout en France.

Politiquement, cette manifestation aura très peu d’échos ; peu de médias y font allusion et la participation devrait être assez anecdotique et surtout contre-productive.

Cet appel, lancé après la mort de Nahel, 17 ans, tué par un policier le 27 juin, émane de partis politiques, comme La France insoumise (LFI) et Europe Ecologie-Les Verts (EELV), mais également d’une centaine d’associations, de syndicats comme la CGT, de divers collectifs ou de mouvements comme Extinction Rebellion. Au contraire, le PCF n’appelle pas à y participer et le Parti socialiste a annoncé qu’il ne serait pas présent.

Abaya: la dérive gauchiste totale chez les Insoumis et les écolos

Abaya: la dérive gauchiste totale chez les Insoumis et les écolos

Alors que 80 % de la population approuve la suppression de l’abaya à l’école comme symbole religieux, des leaders du parti des « insoumis » et des » écolos » versent dans le gauchisme simplificateur et caricatural en s’opposant aux valeurs républicaines. Tout cela en fait pour draguer les voix des quartiers. Naëm Bestandji, essayiste et auteur de « Le linceul du féminisme. Caresser l’islamisme dans le sens du voile » (Seramis), analyse le tweet de Clémentine Autain ( qui par parenthèse n’as pas inventé la poudre) s’opposant à l’interdiction de l’abaya, à l’école. Pour lui, la députée de la France insoumise est symptomatique de la dérive d’une partie de la gauche. ( dans Marianne)

Une note des services de l’État, dont des extraits ont été diffusés dans la presse en ce mois d’août 2023, tire une énième fois le signal d’alarme. Depuis l’assassinat de Samuel Paty, les signalements d’atteintes à la laïcité au sein des établissements scolaires publics sont en forte hausse. Parmi ces atteintes, la proportion de celles qui concernent « le port de signes et tenues ne respectant pas la loi du 15 mars 2004 » a explosé. Ces hausses se sont accélérées en 2022-2023.

Si Pap Ndiaye s’était montré particulièrement frileux, en laissant les chefs d’établissements se débrouiller, répétant ainsi l’erreur de 1989, son successeur au ministère de l’Éducation nationale, Gabriel Attal, n’entend pas rester inactif, déclarant dimanche 27 août : « J’ai décidé qu’on ne pourrait plus porter l’abaya à l’école. »

Les associations laïques et les féministes universalistes considèrent que cela va dans le bon sens. Mais les réactions politiques ne se sont pas fait attendre. La droite et l’extrême droite ont exprimé leur satisfaction. Une partie de la gauche rejoint l’avis des associations laïques et des féministes universalistes, mais préfère se taire pour ne pas être confondue avec l’extrême droite. Une autre partie de la gauche, toujours par renoncement à ses valeurs pour soutenir l’islamisme politique, critique fortement cette décision de Gabriel Attal. Un tweet concentre tout l’aveuglement volontaire et la contorsion de cette frange de la gauche en perdition, celui de Clémentine Autain. Il est donc intéressant de l’analyser pour mesurer l’ampleur de la perte de repères.

« Les raisons sont uniquement sexistes et patriarcales. »
Son tweet, publié quelques minutes après la déclaration du ministre, commence par cette question : « Jusqu’où ira la police du vêtement ? » Parler de « police du vêtement » est une référence directe à la police des mœurs en Iran, Arabie saoudite et Afghanistan où les femmes ont l’obligation légale d’être recouvertes de la tête aux pieds. Est-ce pour des raisons de santé, en rapport par exemple avec le climat ? Pas du tout. Les raisons sont uniquement sexistes et patriarcales : la femme est considérée comme un objet sexuel tentateur dont les hommes seraient les victimes. Les coupables « naturelles » ont donc l’obligation de se dissimuler sous un voile et des vêtements amples pour cacher leurs formes. Pour légitimer cette misogynie, les islamistes au pouvoir font appel à la religion et intègrent cette obligation dans la charia.

Cela peut-il être comparé à la décision du nouveau ministre de l’Éducation nationale en la présentant comme un miroir inversé de ces pays ? Non. D’abord, leur « police du vêtement » sanctionne toute oreille, épaule ou mèche de cheveux visible dans l’espace public en général. La loi de mars 2004 en France interdit « le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse », uniquement dans les écoles, les collèges et les lycées. L’espace public en général n’est pas concerné. De plus, cela concerne uniquement les établissements scolaires publics. Les établissements scolaires privés peuvent donc les autoriser. Ensuite, cette interdiction en France concerne tous les élèves, quel que soit leur sexe.

Dans les pays sous-entendus par Clémentine Autain, l’obligation d’être intégralement couvert ne concerne que les femmes. Là, pointe une autre différence. Les motivations de ces pays sont discriminantes et misogynes. Celles de la France sont la préservation de la liberté de conscience de tous les élèves, citoyens en construction, et d’empêcher toute pénétration de propagandes religieuses et politiques dans les établissements scolaires. Enfin, dans les pays où il existe une « police du vêtement », les sanctions en cas d’infractions vont de l’amende à la prison et parfois à la mort. Les élèves français courent-ils de tels risques ? Non. La sanction encourue la plus extrême est l’exclusion temporaire ou définitive précédée, comme l’indique la loi de mars 2004, d’un dialogue avec l’élève pour éviter l’exclusion.

« La députée LFI se piège elle-même. »
Toutefois, il existe bien une « police du vêtement » en France, incarnée par ceux qui prescrivent le port du voile et des vêtements couvrants dont l’abaya est un avatar. En désignant les « femmes respectueuses et pudiques » qui décident de se dissimuler sous les vêtements qu’ils leur prescrivent, et les « impudiques » qui s’en dispensent, en promettant les flammes de l’enfer pour les récalcitrantes et le paradis pour celles qui consentent à se soumettre, en valorisant la soumission patriarcale par la fierté de l’affichage identitaire et la trahison par les cheveux au vent et/ou des bras nus par exemple, les prédicateurs islamistes sont l’unique « police du vêtement ».

L’entourage des concernées, dont des camarades de classe, constitue les agents de terrain. Car, il faut le rappeler, des jeunes filles identifiées comme « musulmanes » sont sommées d’afficher leur solidarité avec les contrevenantes en s’affublant elles aussi d’un voile et/ou d’une abaya. C’est aussi de cela que le ministre veut protéger les élèves. Mais Clémentine Autain ne dénonce pas la « police du vêtement » islamiste. Comme toute cette frange de la gauche en perdition, elle dénonce uniquement celles et ceux qui s’y opposent.

Pour cela, la députée LFI se piège elle-même. Comment pourrait-il en être autrement quand on veut défendre l’indéfendable ? En effet, elle affirme que « la proposition de Gabriel Attal est anticonstitutionnelle. Contraire aux principes fondateurs de la laïcité. Symptomatique du rejet obsessionnel des musulmans. » Or, cette proposition n’a rien d’anticonstitutionnel puisqu’elle est une application de la loi de mars 2004. Le premier principe fondateur de la laïcité, à travers la séparation des Églises et de l’État, est la liberté de conscience. Cette liberté n’est pas entravée par la loi de 2004. Au contraire, elle en assure la protection en préservant les élèves de toute influence religieuse dans les établissements scolaires publics. Le second principe fondateur est le libre exercice des cultes, qui est toujours encadré par la loi (ici, celle de 2004) comme le précise la loi de 1905.

« Ils considéraient le patriarcat oriental comme une forme de folklore inoffensif. »
Enfin, si l’idée de Clémentine Autain est de faire de l’abaya un vêtement comme un autre qui obséderait le gouvernement et « l’extrême droite », alors pourquoi parler des musulmans ? S’il s’agit d’un vêtement religieux, alors la proposition de Gabriel Attal concerne bien la laïcité.

Le plus choquant est que la députée considère que s’opposer à l’abaya revient à rejeter tous les musulmans. Elle prend une position théologique où elle s’aligne sur une interprétation extrémiste de l’islam qu’elle considère comme l’islam tout court. Elle reprend ainsi un des éléments de langage de l’islamisme qui assigne tous les musulmans à leur frange radicale. Pour caresser l’islamisme dans le sens du voile, elle balaye d’un revers de main tous les musulmans qui ne reconnaissent pas ces vêtements comme religieux. Au-delà du calcul électoral, sa vision stéréotypée, orientaliste, paternaliste de l’islam et des musulmans est un stigmate post-colonial des colons « bienveillants » d’antan. Ils n’imaginaient pas les musulmanes autrement que dissimulées sous un voile et des vêtements amples. Ils considéraient le patriarcat oriental comme une forme de folklore inoffensif.

La dernière phrase du tweet de Clémentine Autain est la cerise sur le gâteau : « À peine rentrée, la macronie tente déjà de prendre le RN par la droite. » Il est vrai que l’extrême droite tente de récupérer la laïcité, moins pour la défendre que pour lutter contre les musulmans associés à « l’immigration massive » et qui porteraient atteinte aux « racines chrétiennes de la France ». C’est exactement la même récupération qu’opère l’islamisme politique qui se présente comme meilleur défenseur de la laïcité que les associations laïques.

Clémentine Autain reprend les éléments de langage de l’islamisme politique pour désigner toute opposition à l’islamisme comme étant « d’extrême droite » et contre les musulmans. On ne combat pas l’extrême droite nationaliste en s’alliant à l’extrême droite musulmane (et à sa vision réactionnaire des rapports entre les femmes et les hommes), sauf à vouloir renforcer les deux, affaiblir celles et ceux qui s’y opposent et ostraciser toujours un peu plus les musulmans qui ne se reconnaissent pas dans l’islamisme.

Pour tous les intégrismes religieux, l’école est une conquête fondamentale. Aucun établissement scolaire ne doit céder le moindre centimètre. Chaque « accommodement » n’est qu’un renoncement qui fait reculer la République. LFI, à rebours des valeurs émancipatrices et laïques de gauche, fait ainsi une nouvelle démonstration de sa contribution à ce recul.

Par Naëm Bestandji

Des socialos bobos, des insoumis gauchos et des écolos dingos: la dégénérescence de la gauche

Des socialos bobos, des insoumis gauchos et des écolos dingos: la dégénérescence de la gauche

Les Français dans leur grande majorité se font une idée assez critique du manque de courage et de crédibilité des partis politiques en général. Et par défaut, le Front National profite du vide à droite comme à gauche. Une gauche en pleine décomposition avec des socialistes de salon supposés défendre les intérêts des plus défavorisés et qui se sont discrédités avec des positions coupées des réalités contribuant ainsi largement au renforcement du Front National. Reste à savoir si les socialistes seront susceptibles de renaître à travers une ligne sociale-démocrate et un parti réellement représentatif de leur électorat potentiel( et non pas des dirigeants qui sortent à peu près tous d’instituts politiques comme la plupart des autres partis).

Côté NUPES, on s’approche de la fin avec des Insoumis entraînés par Mélenchon dans le précipice politique de tous les extrémismes. La correction électorale sera sévère pour ce parti qui petit à petit fait sauter toutes les valeurs républicaines et sociétales.

Quant aux écolos, ils deviennent encore plus dingos en voulant imposer par la force une vision laïcarde et frugale de la société. Pour eux aussi , la principale faiblesse vient de la composition sociologique. Eux aussi des activistes de salon.

Bilan de ces égarements politiques et idéologiques, chaque jour , le front national est le réceptacle de tous les mécontentements . Comme bilan politique en fait mieux !

Politique : Pas de sénateurs pour les insoumis et mort probable de la NUPES

Politique : Pas de sénateurs pour les insoumis et mort probable de la NUPES


Le Parti socialiste a annoncé, mercredi 5 juillet, avoir trouvé un accord pour le scrutin de septembre avec Europe Ecologie-Les Verts (EELV), qui doit encore le valider jeudi. Après un premier pas en vue de listes communes conclu mi-juin entre le PS et le Parti communiste français (PCF), se dessine ainsi une alliance des gauches sans La France insoumise. Les « insoumis » ont accusé les trois partis, mercredi, d’ »enterrer la Nupes pour les sénatoriales ».

L’alliance promet d’être « historique », se réjouit le secrétaire général du PS, Pierre Jouvet, après que les socialistes ont validé à l’unanimité leur accord avec EELV portant sur 14 départements, soit près d’un tiers des départements concernés en septembre, après l’accord avec le PCF portant sur 15 départements. « La raison l’a emporté, une certaine idée du socialisme et de l’union de la gauche, aussi », se félicite le premier secrétaire délégué du PS, Nicolas Mayer-Rossignol, très critique de la Nupes, la coalition de gauche à l’Assemblée nationale.

La France insoumise, dominante à l’Assemblée avec 75 députés sur les 150 de la Nupes, risque donc de n’avoir aucun sénateur. « Après s’être réunies plusieurs fois sans jamais convier les représentants de La France insoumise, les trois composantes représentées au Sénat se sont accordées pour évincer les insoumis », dénonce LFI.

Les relations entre les « insoumis » et leurs partenaires n’étaient pas au beau fixe depuis plusieurs semaines, s’aggravant même à l’occasion des émeutes dans les banlieues.

Pas de sénateurs pour les insoumis et mort probable de la NUPES

Pas de sénateurs pour les insoumis et mort probable de la NUPES


Le Parti socialiste a annoncé, mercredi 5 juillet, avoir trouvé un accord pour le scrutin de septembre avec Europe Ecologie-Les Verts (EELV), qui doit encore le valider jeudi. Après un premier pas en vue de listes communes conclu mi-juin entre le PS et le Parti communiste français (PCF), se dessine ainsi une alliance des gauches sans La France insoumise. Les « insoumis » ont accusé les trois partis, mercredi, d’ »enterrer la Nupes pour les sénatoriales ».

L’alliance promet d’être « historique », se réjouit le secrétaire général du PS, Pierre Jouvet, après que les socialistes ont validé à l’unanimité leur accord avec EELV portant sur 14 départements, soit près d’un tiers des départements concernés en septembre, après l’accord avec le PCF portant sur 15 départements. « La raison l’a emporté, une certaine idée du socialisme et de l’union de la gauche, aussi », se félicite le premier secrétaire délégué du PS, Nicolas Mayer-Rossignol, très critique de la Nupes, la coalition de gauche à l’Assemblée nationale.

La France insoumise, dominante à l’Assemblée avec 75 députés sur les 150 de la Nupes, risque donc de n’avoir aucun sénateur. « Après s’être réunies plusieurs fois sans jamais convier les représentants de La France insoumise, les trois composantes représentées au Sénat se sont accordées pour évincer les insoumis », dénonce LFI.

Les relations entre les « insoumis » et leurs partenaires n’étaient pas au beau fixe depuis plusieurs semaines, s’aggravant même à l’occasion des émeutes dans les banlieues.

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol