Archive pour le Tag 'industrie'

Industrie automobile : le massacre continue

Industrie automobile : le massacre continue

Faute de transition énergétique cohérente et progressive, le massacre secteur automobile continue. En cause, les nombreuses interrogations sur les techniques nouvelles et sur le sens de certaines normes discutables. Conséquence les automobilistes conservent le plus longtemps leur automobile et les immatriculations de voitures neuves continuent de diminuer. S’ajoutent évidemment maintenant l’inflation qui vient diminuer le pouvoir d’achat des acheteurs potentiels de véhicules.France : Immatriculations de voitures neuves en baisse de 22,58% en avril, selon la PFA

reuters.com  |  01/05/2022, 12:58  |  116  motsLes immatriculations de voitures neuves en France ont diminué de 22,58% en rythme annuel en avril, selon les données communiquées dimanche par la Plateforme automobile (PFA).

Il s’est immatriculé 108.723 véhicules particuliers dans l’Hexagone le mois dernier, a rapporté le PFA. Avril a compté 20 jours ouvrables cette année, contre 21 en 2021.

Les immatriculations de voitures neuves du groupe Stellantis, qui regroupe notamment les marques Peugeot, Citroën, DS et Opel, ont chuté le mois dernier de 29,26% par rapport à un an plus tôt.

Le groupe Renault (marques Renault, Dacia et Alpine) a vu quant à lui ses immatriculations en France décliner de 20,96% en rythme

Economie-Industrie automobile : la catastrophe européenne se confirme

Economie-Industrie automobile : la catastrophe  européenne se confirme

Les ventes de voitures se sont encore effondrées de 20% en Europe en mars, note l’Association européenne des constructeurs (ACEA).

En cause, les précipitations de l’Europe pour brusquer le transfert de véhicules thermiques vers des véhicules électriques. Sans parler du renforcement incohérent des normes.

Du coup ,les acheteurs potentiels de voitures sont complètement désorientés d’une part parce qu’ils ne sont pas convaincus de la fiabilité de l’électrique, d’autre part parce qu’il faut au moins multiplier le prix par deux au moins .
Il n’est même pas certain que le véhicule électrique s’imposera avant le véhicule à hydrogène. D’où l’attentisme des automobilistes qui pour l’instant préfèrent prolonger la durée de leur véhicule. D’une certaine manière , l’union européenne a tué son industrie automobile.Le contexte était déjà particulièrement mauvais pour les ventes de voiture. La guerre en Ukraine, menée par la Russie, vient renforcer la spirale baissière prise par le marché depuis la crise Covid, et la pire depuis 40 ans.

Seul Kia continue sur sa lancée (+10,1%) tandis que Hyundai baisse de 8,2%. Toyota recule de 12,2%, BMW-Mini de 20,5%, Mercedes-Smart de 13,6%

Les principaux marchés ont connu des baisses à deux chiffres, à l’image de l’Allemagne (-17,5%), la France (-19,5%), l’Italie (-29,7%), l’Espagne (-30,2%), la Pologne (-17,4%),la Belgique (-17,7%) ou la Suède (-39,5%). Près de l’UE, le marché britannique recule aussi de 14,3%.

En 2021, avec seulement 9,7 millions de véhicules vendus dans l’Union européenne, les immatriculations de voitures neuves ont fait pire qu’en 2020, pire qu’en 2013 ou 1993 années marquées d’une pierre noire.

 

Industrie automobile : la catastrophe industrielle se confirme

Industrie automobile : la catastrophe industrielle se confirme

. Les ventes de voitures se sont encore effondrées de 20% en Europe en mars, note l’Association européenne des constructeurs (ACEA).

En cause, les précipitations de l’Europe pour brusquer le transfert de véhicules thermiques vers des véhicules électriques. Sans parler du renforcement des normes.

Du coup ,les acheteurs potentiels de voitures sont complètement désorientés d’une part parce qu’ils ne sont pas convaincus de la fiabilité de l’électrique, d’autre part parce qu’il faut au moins multiplier le prix par deux au moins .
Il n’est même pas certain que le véhicule électrique s’imposera avant le véhicule à hydrogène. D’où l’attentisme des automobilistes qui pour l’instant préfèrent prolonger la durée de leur véhicule. D’une certaine manière , l’union européenne a tué son industrie automobile.Le contexte était déjà particulièrement mauvais pour les ventes de voiture. La guerre en Ukraine, menée par la Russie, vient renforcer la spirale baissière prise par le marché depuis la crise Covid, et la pire depuis 40 ans.

Seul Kia continue sur sa lancée (+10,1%) tandis que Hyundai baisse de 8,2%. Toyota recule de 12,2%, BMW-Mini de 20,5%, Mercedes-Smart de 13,6%

Les principaux marchés ont connu des baisses à deux chiffres, à l’image de l’Allemagne (-17,5%), la France (-19,5%), l’Italie (-29,7%), l’Espagne (-30,2%), la Pologne (-17,4%),la Belgique (-17,7%) ou la Suède (-39,5%). Près de l’UE, le marché britannique recule aussi de 14,3%.

En 2021, avec seulement 9,7 millions de véhicules vendus dans l’Union européenne, les immatriculations de voitures neuves ont fait pire qu’en 2020, pire qu’en 2013 ou 1993 années marquées d’une pierre noire.

 

Vers une nouvelle industrie française ?

Vers une  nouvelle industrie française ?

 

Un article intéressant mais qui fait peut-être un peu vite l’impasse sur l’industrie classique. En effet nos exportations par exemple reposent encore essentiellement sur des industries comme le matériel de transport (Industrie aérienne, navale, ferroviaire et routière) ou les travaux publics.

OPINION.

 

Le constat de la désindustrialisation sur les dernières décennies est sans appel. Près de deux millions d’emplois perdus entre 1980 et 2007, soit 36% des effectifs ! Par Laurent Laporte, CEO et cofondateur de Braincube.

 

La part des emplois industriels baisse logiquement dans l’emploi total, de 23,2% en 1995 à 17,9% en 2013, ce qui accompagne la baisse de la part de production au sein du PIB, de 13,3% en 2005 à 11,3% en 2013. Entreprises françaises et étrangères ont fait le choix, contraint ou encouragé, d’aller chercher ailleurs à l’étranger les possibilités de survivre et dans un environnement de plus en plus concurrentiel avec un enjeu de très forte compétitivité.

Cette mutation appartient déjà au monde d’hier, ce que nous ou nos enfants avons vécu des années 80 jusqu’à la crise de 2008 et ses conséquences est derrière nous pour des raisons structurelles. Et la crise du coronavirus a rappelé la nécessité d’un changement de paradigme radical, tant pour les consommateurs en France que pour nos entreprises. Dans ce contexte macro-économique, pour ne pas dire aussi de plus en plus géopolitique, la transformation industrielle est tributaire de nombreuses idées reçues, qu’elles soient optimistes ou pessimistes, il semble important de proposer une proposition alternative.

Trop souvent le poncif de la disparition définitive de l’industrie française revient comme un leitmotiv, le caractère français si prompt à l’autocritique exagère sans doute cette tendance, les chiffres proposés en guise de contexte témoignent de ce que ce déclassement, s’il est important et indéniable, n’efface pas nos nombreux atouts historiques. Dans le même temps, on entend fanfaronner cette musique certes bien agréable à entendre, sur le retour de l’industrie, avec des élans nostalgiques, fantaisistes.

C’est-à-dire que les bouts d’industrie que l’on retrouve ces dernières années sur le territoire, ne reviennent pas comme ils sont partis. Ce ne sont pas les mêmes industries qui reviennent, d’abord parce que les époques ou industries ne sont pas les mêmes. Quand Trendeo indique qu’il y aurait eu davantage de relocalisations d’usines que de fermeture en 2021, ce ne sont pas des relocalisations comme on pourrait l’entendre, mais le plus souvent des nouvelles structures avec des outils nouveaux, et tant mieux.

En effet l’enjeu de l’industrie française, et c’est ma conviction, de l’économie française dans son ensemble, ce n’est justement pas de réfléchir en termes de relocalisation au sens physique de l’appareil industriel français, mais de considérer que l’avenir sera une consolidation de l’existant et la création ex nihilo d’industries. comment l’internet industriel et la transformation, bien amorcée et qui continue, peuvent renouveler notre industrie et par là même entraîner le reste de l’économie avec elle.

Car si le nombre d’emplois industriels créés peut sembler faible, et si la taille des structures n’a plus rien à voir avec les usines de nos parents et grands-parents, il s’agit d’intégrer sa valeur ajoutée et sa compétitivité par rapport à la rude concurrence : excellence technologique, durabilité, autonomie, efficience énergétique…

Les 10 commandements pour l’industrie de demain

Aux 20% des entreprises du secteur qui envisagent de construire un site de production en France, et surtout à toutes les autres, voici quelques clés quelques clés à intégrer dans sa réflexion pour réussir son projet industriel :

  • réindustrialiser c’est transformer les outils industriels existants et créer ex nihilo ;
  • régionaliser votre industrie pour être au plus près des besoins et infrastructures ;
  • revaloriser les métiers industriels via des projets locaux utiles et harmonieux ;
  • aligner stratégiquement la politique de subvention et une vision à moyen terme ;
  • défendre que les aides tendent vers une intégration industrielle 100% française ;
  • évoluer vers une taille humaine, localement, à proximité des lieux de vie ;
  • augmenter vos équipes grâce à la technologie, l’humain sera toujours au centre ;
  • privilégier la montée en gamme plutôt que la question du simple coût du travail ;
  • mettre un terme aux projets archaïques et superficiels de délocalisation générale ;
  • maintenir le leadership sur nos forces et non se disperser sur tous les combats.

Sortir de l’ancien régime industriel, parler d’une nouvelle révolution industrielle, c’est véritablement intégrer la mort de l’ancienne industrie et la naissance d’une nouvelle. Ce n’est donc pas une renaissance à proprement parler, mais une vie différente, nouvelle. Les discours corporate ou politiques qui négligent ces faits et promettent un retour en arrière ne permettent pas vraiment de projeter notre société là où il faudrait. Car les atouts sont nombreux, la tendance est encourageante, les perspectives sont réalistes et positives. Résolument, sans nostalgie : l’industrie est morte, vive la nouvelle industrie française !

Métavers : gadget ou nouvelle industrie ?

Métavers : gadget ou nouvelle industrie ? 

 

Vouloir créer un métavers européen, comme l’a annoncé le président et candidat Emmanuel Macron, n’est-il pas le même vœu pieux que de créer un cloud souverain qui, avec le projet Gaïa-X, a révélé un retard irrattrapable de dix ans ? (*) Par Vincent Lorphelin est entrepreneur et co-Président de l’Institut de l’Iconomie et Christian Saint-Etienne professeur titulaire de la chaire d’économie au CNAM et coprésident de l’Institut de l’Iconomie.(dans la Tribune)

 

Notons toutefois notons toutefois que le concept de métavers ( inventé par Facebook)  est encore très flou et que la récupération sémantique du nouveau terme à la mode n’éclaire pas davantage les perspectives du développement des activités portées par le numérique. Quand la peur d’être ringard amène à procéder à des amalgames un peu confus NDLR

 

 

Emmanuel Macron veut protéger les créateurs du métavers. Il annonce vouloir « bâtir un métavers européen » et, à cette fin, « défendre les droits d’auteur et droits voisins ». Ceci devrait permettre aux créateurs « de ne pas dépendre d’acteurs et d’agrégateurs anglo-saxons ou chinois ». Il ajoute que ceux-ci peuvent en effet « totalement contourner les règles de respect du droit d’auteur ». 

Le métavers regroupe des jeux d’avatars, des applications de monde virtuel permanent, de jumeau numérique ou d’expérience immersive qui engagent en effet un nombre croissant de créateurs comme les fabricants d’objets virtuels, les architectes, décorateurs, designers, conseils en stratégie ou organisateurs d’évènements virtuels.

Cette intention louable soulève pourtant des questions de faisabilité. Vouloir créer un métavers européen n’est-il pas le même vœu pieux que de créer un cloud souverain qui, avec le projet Gaïa-X, a révélé un retard irrattrapable de dix ans ? Détourner demain les créateurs des Fortnite ou Roblox vers un métavers européen ne sera-t-il pas aussi impossible que de détourner aujourd’hui les utilisateurs de TikTok ou Instagram vers un autre réseau social ? Comment le droit européen pourrait-il s’appliquer à des développeurs domiciliés aux Caïmans, à des transactions effectuées dans des blockchains, à des intelligences artificielles non auditables et à des utilisateurs anonymes ?

Les enjeux du métavers sont en revanche considérables. Le rappeur Travis Scott a récolté 20 millions de dollars grâce à un concert virtuel. La vente d’objets virtuels, armes ou vêtements, représente quelques milliards d’euros. Les plateformes de discussion instantanée, de visiophonie ou de collaboration en ligne se valorisent en dizaines de milliards, et les marchés futurs sont évalués en milliers de milliards. Le métavers a vocation à s’étendre, au-delà du monde purement virtuel, dans la conception, la production et le commerce des objets physiques. Si l’Europe n’avait seulement qu’une petite chance, il faudrait y investir massivement.

Mais les Européens, pour une fois, ne sont pas à la traîne, à commencer par les Français qui ont créé de nombreux leaders mondiaux, depuis les applications de NFT sportifs jusqu’aux métavers décentralisés, en passant par les lunettes portatives pour la réalité à la fois virtuelle et augmentée. De plus, l’histoire des technologies a montré que chaque grande vague d’innovations recouvre les précédentes. Alta Vista, Nokia et Palm, champions des années 2000, se sont fait submerger par les innovations des années 2010. Il en sera de même pour les années 2020. La puissance financière des GAFA ne leur permettra pas toujours de remporter la mise à la fin. C’est ce dont s’est convaincu Wall Street, qui doute sérieusement que Meta (Facebook) devienne le leader du métavers. Enfin, après les occasions ratées du Web, du commerce électronique, des réseaux sociaux et de l’ubérisation, c’est la première des vagues que nous anticipons avant qu’elle ne déferle.

L’économie du métavers se fonde sur plusieurs ruptures fondamentales. Premièrement, le virtuel n’est pas déconnecté, c’est une représentation du réel, comme une carte représente un territoire et en enrichit la compréhension. Deuxièmement, le virtuel n’est pas gratuit. Il est l’œuvre de créateurs qui en revendiquent la co-propriété. Troisièmement, on peut créer des richesses en jouant ou en développant une activité sociale. « Faire société » est la première pierre de tout édifice économique. Quatrièmement, l’immersion crée un sentiment de vécu plutôt que de spectacle. Un avatar n’est pas une marionnette, c’est une personne déguisée. Cinquièmement, la propriété d’un objet virtuel est une propriété réelle.

On peut imaginer les conséquences de ces ruptures, qui seront d’une ampleur supérieure à la somme de toutes les vagues précédentes d’Internet. Mais notre imagination risque de se laisser imprimer par la Silicon Valley. On a vu comment une vision dominante peut entraîner la pensée collective, même avec les meilleures intentions.

La France a accueilli chaleureusement l’idée généreuse mais biaisée de l’économie du partage, alimentée par les thèses séduisantes mais fausses de la fin du capitalisme, tout en se laissant dépouiller de ses data et de sa propriété intellectuelle au bénéfice des GAFA. Sa pensée s’est faite l’instrument de sa colonisation numérique. On a vu comment le débat sur les plateformes a consacré le schisme entre socialisation des risques et privatisation des profits. Comment celui de l’intelligence artificielle a conduit aux solutionnisme et transhumanisme. Bloquée dans ces oppositions, la pensée ressasse les craintes du chômage, de fuite des cerveaux, d’impossibilité de régulation et de perte de souveraineté. Elle sécrète alors un poison anxiogène qui intoxique toute réflexion nationale et gêne la progression des entrepreneurs, jusqu’à faire échouer les plans les plus prometteurs.

Pourtant notre histoire a déjà été confrontée à ce type de situation. Pour faire émerger une nouvelle intelligence du monde, le philosophe René Descartes établissait au XVIIème siècle la prééminence du raisonnement. Isaac Newton lui opposait celle de l’observation. Il constatait en effet qu’une pomme est attirée par la Terre comme les planètes par le Soleil, sans raison. Cette querelle de deux sciences incomplètes, envenimée par les préjugés des théologiens, a alimenté de longs débats fiévreux et vains. Il a fallu attendre les Lumières pour inventer la synthèse du raisonnement et de l’observation par la science moderne. Alors seulement celle-ci a pu se développer pour résoudre les grands problèmes de son temps – la misère, les grandes épidémies et la mortalité infantile.

Le grand problème de notre temps est celui de l’économie durable, et le métavers a le potentiel de réinventer l’économie. Pour orienter le second comme possible solution du premier, le gouvernement devra organiser le débat public pour identifier les oppositions que génèrent les ruptures fondamentales du métavers et trouver la synthèse de ces oppositions. Créer le GIEC de l’économie nativement durable, créer une marque inspirée de la French Tech pour fédérer les acteurs et créer l’Airbus du métavers. Créer un fond d’investissement dédié, lancer des appels d’offres pour soutenir les infrastructures (blockchains, wallets, identifiants, fond de brevets), les normes (interopérabilité, portabilité, labels de sécurité de périmètre, d’algorithme ou de régulation) et les applications (réalité augmentée, virtuelle, contenus éducatifs et formations). Créer dans les métavers des zones sous droit européen dans lesquelles les identités, algorithmes et transactions seront vérifiables. Clarifier et stabiliser l’environnement administratif et fiscal, encourager la création et l’achat de crypto-actifs par le public, et créer un token pour dynamiser cet écosystème.

C’est avec cette méthode, et une volonté beaucoup plus ambitieuse que la seule protection des droits d’auteur, que nous pourrons bâtir un métavers européen.

Prospective- Métavers : une nouvelle industrie ?

Prospective- Métavers : une nouvelle industrie ?

 

 

Vouloir créer un métavers européen, comme l’a annoncé le président et candidat Emmanuel Macron, n’est-il pas le même vœu pieux que de créer un cloud souverain qui, avec le projet Gaïa-X, a révélé un retard irrattrapable de dix ans ? (*) Par Vincent Lorphelin est entrepreneur et co-Président de l’Institut de l’Iconomie et Christian Saint-Etienne professeur titulaire de la chaire d’économie au CNAM et coprésident de l’Institut de l’Iconomie.(dans la Tribune)

 

Notons toutefois que le concept de métavers ( inventé par Facebook)  est encore très flou et que la récupération sémantique du nouveau terme à la mode n’éclaire pas davantage les perspectives du développement des activités portées par le numérique. Ou quand la peur d’être ringard amène à procéder à des amalgames un peu confus NDLR

 

 

Emmanuel Macron veut protéger les créateurs du métavers. Il annonce vouloir « bâtir un métavers européen » et, à cette fin, « défendre les droits d’auteur et droits voisins ». Ceci devrait permettre aux créateurs « de ne pas dépendre d’acteurs et d’agrégateurs anglo-saxons ou chinois ». Il ajoute que ceux-ci peuvent en effet « totalement contourner les règles de respect du droit d’auteur ». 

Le métavers regroupe des jeux d’avatars, des applications de monde virtuel permanent, de jumeau numérique ou d’expérience immersive qui engagent en effet un nombre croissant de créateurs comme les fabricants d’objets virtuels, les architectes, décorateurs, designers, conseils en stratégie ou organisateurs d’évènements virtuels.

Cette intention louable soulève pourtant des questions de faisabilité. Vouloir créer un métavers européen n’est-il pas le même vœu pieux que de créer un cloud souverain qui, avec le projet Gaïa-X, a révélé un retard irrattrapable de dix ans ? Détourner demain les créateurs des Fortnite ou Roblox vers un métavers européen ne sera-t-il pas aussi impossible que de détourner aujourd’hui les utilisateurs de TikTok ou Instagram vers un autre réseau social ? Comment le droit européen pourrait-il s’appliquer à des développeurs domiciliés aux Caïmans, à des transactions effectuées dans des blockchains, à des intelligences artificielles non auditables et à des utilisateurs anonymes ?

Les enjeux du métavers sont en revanche considérables. Le rappeur Travis Scott a récolté 20 millions de dollars grâce à un concert virtuel. La vente d’objets virtuels, armes ou vêtements, représente quelques milliards d’euros. Les plateformes de discussion instantanée, de visiophonie ou de collaboration en ligne se valorisent en dizaines de milliards, et les marchés futurs sont évalués en milliers de milliards. Le métavers a vocation à s’étendre, au-delà du monde purement virtuel, dans la conception, la production et le commerce des objets physiques. Si l’Europe n’avait seulement qu’une petite chance, il faudrait y investir massivement.

Mais les Européens, pour une fois, ne sont pas à la traîne, à commencer par les Français qui ont créé de nombreux leaders mondiaux, depuis les applications de NFT sportifs jusqu’aux métavers décentralisés, en passant par les lunettes portatives pour la réalité à la fois virtuelle et augmentée. De plus, l’histoire des technologies a montré que chaque grande vague d’innovations recouvre les précédentes. Alta Vista, Nokia et Palm, champions des années 2000, se sont fait submerger par les innovations des années 2010. Il en sera de même pour les années 2020. La puissance financière des GAFA ne leur permettra pas toujours de remporter la mise à la fin. C’est ce dont s’est convaincu Wall Street, qui doute sérieusement que Meta (Facebook) devienne le leader du métavers. Enfin, après les occasions ratées du Web, du commerce électronique, des réseaux sociaux et de l’ubérisation, c’est la première des vagues que nous anticipons avant qu’elle ne déferle.

L’économie du métavers se fonde sur plusieurs ruptures fondamentales. Premièrement, le virtuel n’est pas déconnecté, c’est une représentation du réel, comme une carte représente un territoire et en enrichit la compréhension. Deuxièmement, le virtuel n’est pas gratuit. Il est l’œuvre de créateurs qui en revendiquent la co-propriété. Troisièmement, on peut créer des richesses en jouant ou en développant une activité sociale. « Faire société » est la première pierre de tout édifice économique. Quatrièmement, l’immersion crée un sentiment de vécu plutôt que de spectacle. Un avatar n’est pas une marionnette, c’est une personne déguisée. Cinquièmement, la propriété d’un objet virtuel est une propriété réelle.

On peut imaginer les conséquences de ces ruptures, qui seront d’une ampleur supérieure à la somme de toutes les vagues précédentes d’Internet. Mais notre imagination risque de se laisser imprimer par la Silicon Valley. On a vu comment une vision dominante peut entraîner la pensée collective, même avec les meilleures intentions.

La France a accueilli chaleureusement l’idée généreuse mais biaisée de l’économie du partage, alimentée par les thèses séduisantes mais fausses de la fin du capitalisme, tout en se laissant dépouiller de ses data et de sa propriété intellectuelle au bénéfice des GAFA. Sa pensée s’est faite l’instrument de sa colonisation numérique. On a vu comment le débat sur les plateformes a consacré le schisme entre socialisation des risques et privatisation des profits. Comment celui de l’intelligence artificielle a conduit aux solutionnisme et transhumanisme. Bloquée dans ces oppositions, la pensée ressasse les craintes du chômage, de fuite des cerveaux, d’impossibilité de régulation et de perte de souveraineté. Elle sécrète alors un poison anxiogène qui intoxique toute réflexion nationale et gêne la progression des entrepreneurs, jusqu’à faire échouer les plans les plus prometteurs.

Pourtant notre histoire a déjà été confrontée à ce type de situation. Pour faire émerger une nouvelle intelligence du monde, le philosophe René Descartes établissait au XVIIème siècle la prééminence du raisonnement. Isaac Newton lui opposait celle de l’observation. Il constatait en effet qu’une pomme est attirée par la Terre comme les planètes par le Soleil, sans raison. Cette querelle de deux sciences incomplètes, envenimée par les préjugés des théologiens, a alimenté de longs débats fiévreux et vains. Il a fallu attendre les Lumières pour inventer la synthèse du raisonnement et de l’observation par la science moderne. Alors seulement celle-ci a pu se développer pour résoudre les grands problèmes de son temps – la misère, les grandes épidémies et la mortalité infantile.

Le grand problème de notre temps est celui de l’économie durable, et le métavers a le potentiel de réinventer l’économie. Pour orienter le second comme possible solution du premier, le gouvernement devra organiser le débat public pour identifier les oppositions que génèrent les ruptures fondamentales du métavers et trouver la synthèse de ces oppositions. Créer le GIEC de l’économie nativement durable, créer une marque inspirée de la French Tech pour fédérer les acteurs et créer l’Airbus du métavers. Créer un fond d’investissement dédié, lancer des appels d’offres pour soutenir les infrastructures (blockchains, wallets, identifiants, fond de brevets), les normes (interopérabilité, portabilité, labels de sécurité de périmètre, d’algorithme ou de régulation) et les applications (réalité augmentée, virtuelle, contenus éducatifs et formations). Créer dans les métavers des zones sous droit européen dans lesquelles les identités, algorithmes et transactions seront vérifiables. Clarifier et stabiliser l’environnement administratif et fiscal, encourager la création et l’achat de crypto-actifs par le public, et créer un token pour dynamiser cet écosystème.

C’est avec cette méthode, et une volonté beaucoup plus ambitieuse que la seule protection des droits d’auteur, que nous pourrons bâtir un métavers européen.

Métavers : une nouvelle industrie ?

Métavers : une nouvelle industrie ?

 

 

Vouloir créer un métavers européen, comme l’a annoncé le président et candidat Emmanuel Macron, n’est-il pas le même vœu pieux que de créer un cloud souverain qui, avec le projet Gaïa-X, a révélé un retard irrattrapable de dix ans ? (*) Par Vincent Lorphelin est entrepreneur et co-Président de l’Institut de l’Iconomie et Christian Saint-Etienne professeur titulaire de la chaire d’économie au CNAM et coprésident de l’Institut de l’Iconomie.(dans la Tribune)

 

Notons toutefois notons toutefois que le concept de métavers ( inventé par Facebook)  est encore très flou et que la récupération sémantique du nouveau terme à la mode n’éclaire pas davantage les perspectives du développement des activités portées par le numérique. Quand la peur d’être ringard amène à procéder à des amalgames un peu confus NDLR

 

 

Emmanuel Macron veut protéger les créateurs du métavers. Il annonce vouloir « bâtir un métavers européen » et, à cette fin, « défendre les droits d’auteur et droits voisins ». Ceci devrait permettre aux créateurs « de ne pas dépendre d’acteurs et d’agrégateurs anglo-saxons ou chinois ». Il ajoute que ceux-ci peuvent en effet « totalement contourner les règles de respect du droit d’auteur ».

Le métavers regroupe des jeux d’avatars, des applications de monde virtuel permanent, de jumeau numérique ou d’expérience immersive qui engagent en effet un nombre croissant de créateurs comme les fabricants d’objets virtuels, les architectes, décorateurs, designers, conseils en stratégie ou organisateurs d’évènements virtuels.

Cette intention louable soulève pourtant des questions de faisabilité. Vouloir créer un métavers européen n’est-il pas le même vœu pieux que de créer un cloud souverain qui, avec le projet Gaïa-X, a révélé un retard irrattrapable de dix ans ? Détourner demain les créateurs des Fortnite ou Roblox vers un métavers européen ne sera-t-il pas aussi impossible que de détourner aujourd’hui les utilisateurs de TikTok ou Instagram vers un autre réseau social ? Comment le droit européen pourrait-il s’appliquer à des développeurs domiciliés aux Caïmans, à des transactions effectuées dans des blockchains, à des intelligences artificielles non auditables et à des utilisateurs anonymes ?

Les enjeux du métavers sont en revanche considérables. Le rappeur Travis Scott a récolté 20 millions de dollars grâce à un concert virtuel. La vente d’objets virtuels, armes ou vêtements, représente quelques milliards d’euros. Les plateformes de discussion instantanée, de visiophonie ou de collaboration en ligne se valorisent en dizaines de milliards, et les marchés futurs sont évalués en milliers de milliards. Le métavers a vocation à s’étendre, au-delà du monde purement virtuel, dans la conception, la production et le commerce des objets physiques. Si l’Europe n’avait seulement qu’une petite chance, il faudrait y investir massivement.

Mais les Européens, pour une fois, ne sont pas à la traîne, à commencer par les Français qui ont créé de nombreux leaders mondiaux, depuis les applications de NFT sportifs jusqu’aux métavers décentralisés, en passant par les lunettes portatives pour la réalité à la fois virtuelle et augmentée. De plus, l’histoire des technologies a montré que chaque grande vague d’innovations recouvre les précédentes. Alta Vista, Nokia et Palm, champions des années 2000, se sont fait submerger par les innovations des années 2010. Il en sera de même pour les années 2020. La puissance financière des GAFA ne leur permettra pas toujours de remporter la mise à la fin. C’est ce dont s’est convaincu Wall Street, qui doute sérieusement que Meta (Facebook) devienne le leader du métavers. Enfin, après les occasions ratées du Web, du commerce électronique, des réseaux sociaux et de l’ubérisation, c’est la première des vagues que nous anticipons avant qu’elle ne déferle.

L’économie du métavers se fonde sur plusieurs ruptures fondamentales. Premièrement, le virtuel n’est pas déconnecté, c’est une représentation du réel, comme une carte représente un territoire et en enrichit la compréhension. Deuxièmement, le virtuel n’est pas gratuit. Il est l’œuvre de créateurs qui en revendiquent la co-propriété. Troisièmement, on peut créer des richesses en jouant ou en développant une activité sociale. « Faire société » est la première pierre de tout édifice économique. Quatrièmement, l’immersion crée un sentiment de vécu plutôt que de spectacle. Un avatar n’est pas une marionnette, c’est une personne déguisée. Cinquièmement, la propriété d’un objet virtuel est une propriété réelle.

On peut imaginer les conséquences de ces ruptures, qui seront d’une ampleur supérieure à la somme de toutes les vagues précédentes d’Internet. Mais notre imagination risque de se laisser imprimer par la Silicon Valley. On a vu comment une vision dominante peut entraîner la pensée collective, même avec les meilleures intentions.

La France a accueilli chaleureusement l’idée généreuse mais biaisée de l’économie du partage, alimentée par les thèses séduisantes mais fausses de la fin du capitalisme, tout en se laissant dépouiller de ses data et de sa propriété intellectuelle au bénéfice des GAFA. Sa pensée s’est faite l’instrument de sa colonisation numérique. On a vu comment le débat sur les plateformes a consacré le schisme entre socialisation des risques et privatisation des profits. Comment celui de l’intelligence artificielle a conduit aux solutionnisme et transhumanisme. Bloquée dans ces oppositions, la pensée ressasse les craintes du chômage, de fuite des cerveaux, d’impossibilité de régulation et de perte de souveraineté. Elle sécrète alors un poison anxiogène qui intoxique toute réflexion nationale et gêne la progression des entrepreneurs, jusqu’à faire échouer les plans les plus prometteurs.

Pourtant notre histoire a déjà été confrontée à ce type de situation. Pour faire émerger une nouvelle intelligence du monde, le philosophe René Descartes établissait au XVIIème siècle la prééminence du raisonnement. Isaac Newton lui opposait celle de l’observation. Il constatait en effet qu’une pomme est attirée par la Terre comme les planètes par le Soleil, sans raison. Cette querelle de deux sciences incomplètes, envenimée par les préjugés des théologiens, a alimenté de longs débats fiévreux et vains. Il a fallu attendre les Lumières pour inventer la synthèse du raisonnement et de l’observation par la science moderne. Alors seulement celle-ci a pu se développer pour résoudre les grands problèmes de son temps – la misère, les grandes épidémies et la mortalité infantile.

Le grand problème de notre temps est celui de l’économie durable, et le métavers a le potentiel de réinventer l’économie. Pour orienter le second comme possible solution du premier, le gouvernement devra organiser le débat public pour identifier les oppositions que génèrent les ruptures fondamentales du métavers et trouver la synthèse de ces oppositions. Créer le GIEC de l’économie nativement durable, créer une marque inspirée de la French Tech pour fédérer les acteurs et créer l’Airbus du métavers. Créer un fond d’investissement dédié, lancer des appels d’offres pour soutenir les infrastructures (blockchains, wallets, identifiants, fond de brevets), les normes (interopérabilité, portabilité, labels de sécurité de périmètre, d’algorithme ou de régulation) et les applications (réalité augmentée, virtuelle, contenus éducatifs et formations). Créer dans les métavers des zones sous droit européen dans lesquelles les identités, algorithmes et transactions seront vérifiables. Clarifier et stabiliser l’environnement administratif et fiscal, encourager la création et l’achat de crypto-actifs par le public, et créer un token pour dynamiser cet écosystème.

C’est avec cette méthode, et une volonté beaucoup plus ambitieuse que la seule protection des droits d’auteur, que nous pourrons bâtir un métavers européen.

Industrie : pour une nouvelle politique…Et la participation

Industrie : pour une nouvelle politique…Et la participation

Dans la campagne présidentielle, les idées proposées ne sont pas à la hauteur de l’enjeu qui passe par une meilleure répartition des bénéfices des entreprises, comme le préconisait le Général de Gaule avec son idée de répartition. Par Gaël Perdriau, maire (LR) de Saint-Etienne, président de Saint-Etienne Métropole.

 

Depuis deux ans, la pandémie a révélé les retards structurels de la France dans de trop nombreux domaines tels la santé, l’éducation, l’enseignement supérieur, les services publics et, bien entendu, dans le dossier spécifique de l’industrie et du développement économique. Après 40 années d’une politique néolibérale, rarement remise en cause, nous payons la facture d’une société ayant fait de la maximisation des résultats financiers le credo incontournable de toute politique publique.

Aujourd’hui, la France a besoin d’une nouvelle industrialisation dont les contours restent largement à définir. Certes nous souffrons de la comparaison avec notre voisin allemand dont l’industrie, avant la pandémie, contribuait pour près de 1.900 milliards d’euros à la richesse nationale, contre environ 900 millions d’euros pour l’Hexagone, employant 6,2 millions de salariés, 2,7 millions en France et pour un investissement en R&D d’environ 54 milliards d’euros contre à peine 25 milliards d’euros de ce côté du Rhin. Globalement, l’industrie française ne pèse que 12% du PIB contre plus de 20% en Allemagne. Le constat est sans appel.

Ne peut-on pas voir dans ces données l’incapacité de notre économie à offrir des emplois stables, performants et bien rémunérés ? La nouvelle industrialisation dont la France a besoin doit reposer sur une nouvelle clef de répartition des résultats créés par les entreprises. Aujourd’hui, pour 100 euros de bénéfices disponibles, les entreprises du CAC40 en attribuent 70 euros aux actionnaires, 25 euros à l’investissement et 5 euros aux salariés. Il fut un temps où les salariés captaient 70% de ces bénéfices. Faut-il chercher plus loin la crise du pouvoir d’achat dont souffre la France depuis de longues années ?

La France, dont on ne cesse de critiquer certains travers l’empêchant de «profiter» de la mondialisation, s’est, de fait, convertie au dogme néolibéral en favorisant les actionnaires au détriment de l’appareil industriel et des salariés. Le retard accumulé est devenu abyssal et les faiblesses doivent beaucoup aux carences, en matière de formation, des salariés qui ne disposent pas toujours des options leur permettant de se former correctement tout le long de la vie.

Le débat présidentiel était l’occasion d’aborder cette question avec détermination et de manière rationnelle. Pour le moment, il n’en est rien. Nous oscillons entre les solutions habituelles faisant de l’entreprise soit la source de tous les maux ou alors une sorte de «terre promise» censée guérir une société malade d’une fragmentation que j’ai analysée par ailleurs.

Ma famille politique n’échappe pas à la règle. Encore récemment, Eric Ciotti ne déclarait-il pas, devant des chefs d’entreprise, que le rôle du gouvernement est de «créer un environnement favorable pour que les entreprises aient cette capacité de production» ? Milton Friedman, père du néolibéralisme, n’aurait pas renié ces propos ! Au lieu de réfléchir sur les évolutions même du travail, profondément bouleversé par la révolution numérique, Valérie Pécresse s’enferme dans une vision étriquée fondée sur une «fumisterie intellectuelle» : la théorie du ruissellement.

Lorsqu’on se revendique du gaullisme, on ne peut concilier le néolibéralisme avec la vision sociale et économique du fondateur de la Ve République. D’ailleurs, n’est-il pas étrange de voir une surprenante convergence d’analyse et de propositions entre Valérie Pécresse et Emmanuel Macron ?

Notre famille politique devrait, au contraire, porter le grand dessin du Général de Gaulle : la répartition. Une idée qui transcende les vieux clivages transformant l’entreprise par une nouvelle gouvernance permettant un processus décisionnel original qui associe étroitement les dirigeants, les actionnaires et les salariés.

Le Général, visionnaire économique et social, nous a légué un outil inachevé par la volonté d’une étonnante alliance entre les syndicats et le patronat et qui pourtant permet d’analyser et de répondre aux profondes mutations de notre temps : travail, défi environnemental ou justice sociale et économique.

La solution existe, pour peu que Valérie Pécresse recouvre l’indépendance intellectuelle dont elle a toujours fait montre et qui, aujourd’hui, est mise sous tutelle par un quarteron de généraux faisant passer leur intérêt personnel avant celui de la France.

Industrie automobile : pas de crise pour Ferrari et Rolls-Royce

Industrie automobile : pas de crise pour Ferrari et Rolls-Royce

Alors que l’industrie mondiale connaît une crise très importante faite de la pandémie, du manque de composants électroniques et du cout des véhicules électriques, les deux marques de luxe Ferrari et Rolls-Royce se portent au contraire particulièrement bien . Il faut dire que sociologiquement la clientèle de ces deux grandes marques de prestige est  différente de celle du propriétaire moyen d’un véhicule . Alors que pour un véhicule thermique classique, le prix peut varier autour de 20 30 000 €, pour les véhicules de luxe les prix peuvent dépasser plusieurs centaines de milliers d’euros Pouvoir atteindre 1 million. La preuve aussi que la crise n’a pas réduit les inégalités. Bien au contraire.

«2021 a été une année phénoménale pour Rolls-Royce Motor Cars», explique son directeur exécutif, Torsten Muller-Otvos. De son côté Ferrari , a enregistré une hausse de ses livraisons de 18,9 %, à 2750 véhicules.

Reste cependant à savoir si à l’avenir les adeptes des voitures de luxe vont basculer aussi vite que cela vers des véhicules électriques beaucoup moins fun ! Moins bruyant et moins brillant!

Croissance industrie : encore un bon rythme avec un certain tassement

Croissance industrie : encore un bon rythme avec un certain tassement

le rythme de croissance d’un industrie se tasse un peu mais moins que prévu et le niveau demeure sur un bon rythme.

L’indice PMI manufacturier Markit  a reculé à 55,6 après 55,9 en novembre alors que l’estimation « flash » l’avait donné à 54,9.

L’indice composite qui mesure la performance du secteur sur la base des données recueillies auprès d’un panel de 400 entreprises a reculé à 55,6 points contre 55,9 points en novembre, selon le cabinet. Une valeur supérieure à 50 illustre une expansion de l’activité, quand une valeur inférieure signale une contraction.

« Les dernières données PMI permettent d’espérer une conjoncture plus favorable dans le secteur manufacturier français au cours des prochains mois », a expliqué l’économiste de Markit Joe Hayes, dans un communiqué.

 « Les fabricants anticipent un renforcement de la hausse de leurs carnets de commandes à mesure que les pénuries diminueront » , a-t-il poursuivi. Malgré le déferlement de la vague Omicron, l’appareil productif semble résister au regard du plongeon enregistré durant le premier confinement de mars 2020. Les difficultés persistent néanmoins dans l’industrie automobile et l’aéronautique.

La croissance de l’activité manufacturière dans la zone euro est restée forte au cours des dernières semaines de 2021, les entreprises industrielles profitant de l’atténuation des tensions dans les chaînes d’approvisionnement, montrent les résultats définitifs de l’enquête d’IHS Markit.

L’indice PMI manufacturier pour l’ensemble de la région a reculé à 58,0 après 58,4 en novembre, conformément à la première estimation publiée le 16 décembre, mais il demeure nettement supérieur au seuil de 50 séparant contraction et expansion.

Industrie : plombée par les approvisionnements et le prix des matières premières

 

 

L’activité industrielle se tasse un peu au regard des objectifs du faite en particulier des difficultés d’approvisionnement et de la hausse des matières premières. Les approvisionnements sont affectés par des causes conjoncturelles liées à une augmentation de la demande mais aussi par des causes structurelles liées à la  restructuration de l’appareil de production. S’ajoute à cela l’envoler du prix des matières premières et de l’énergie. Pour les matières premières et l’énergie, il y a évidemment aussi des raisons conjoncturelles du fait de la reprise de croissance mondiale mais aussi des raisons plus structurelles qui découlent de contraintes environnementales et du manque d’investissement dans le secteur énergétique depuis au moins deux ans. Selon le dernier point de conjoncture de la Banque de France portant sur le mois de septembre, le niveau d’activité de l’industrie hexagonale demeure cinq points inférieur à son niveau d’avant crise (95%). La part des chefs d’entreprise connaissant des obstacles d’approvisionnement continue de grimper passant de 44% en mai à 56% en septembre.

A l’opposé, l’activité dans les services et la construction continuent de progresser après un été favorable. A ces freins sur l’approvisionnement, s’ajoutent également les problèmes de recrutement. Au final, le produit intérieur brut (PIB) de l’économie française devrait progresser de 2,3% au troisième trimestre, selon la dernière prévision des économistes, conformément aux dernières projections. Sur l’ensemble de l’année 2021, la Banque de France prévoit une croissance de la valeur ajoutée de 6,3%, très proche de celle de l’Insee (6,25%). « L’économie française est quasiment revenue au niveau d’activité d’avant crise. L’activité a progressé au mois de septembre et en octobre », a déclaré l’économiste de la Banque centrale Olivier Garnier lors d’un point presse.

Industrie d’armement: sous influence des polytechniciens

Industrie d’armement: sous influence des polytechniciens 

Les dirigeants des fabricants d’armes sont issus du même corps que les fonctionnaires chargés de la programmation, des commandes et des ventes d’armes, observe l’historien Hervé Joly dans une tribune au « Monde ».

 

(Une influence qui vaut quand même peut-être mieux que celle des énarques ! NDLR)

 

Tribune.

Le corps des ingénieurs de l’armement a été créé en France en 1968 par regroupement de corps militaires beaucoup plus anciens : ingénieurs des poudres, du génie maritime, de l’air, des fabrications d’armement, etc. La loi fondatrice leur donne une mission très large : « Ils participent à la conception et à la définition des programmes d’armement ; ils en préparent, dirigent et contrôlent l’exécution scientifique, technique et industrielle », mission qu’un décret de 2008 résume comme l’exercice des « fonctions de direction, de contrôle, d’inspection et de coordination dans toutes les activités relatives à l’armement ». Ce corps se recrute toujours majoritairement, avec une petite vingtaine de places par an, à la sortie de l’Ecole polytechnique, qui justifie ainsi, pour une faible part de ses élèves, son statut militaire.

Ainsi, les ingénieurs de l’armement conçoivent les programmes d’armement, les mettent en œuvre industriellement et surveillent leur exécution. Ils sont à la tête de la Direction générale de l’armement (DGA), créée en 1961, chargée à la fois de l’équipement des forces armées et de la promotion des exportations d’armement.

Mais ils sont aussi nombreux, à la direction des entreprises industrielles, qui répondent aux commandes de la DGA. Arracher de gros marchés à l’étranger repose moins sur une pression politique exogène que sur une véritable culture commune au milieu. Ce mélange des genres est d’autant plus naturel qu’une grande partie des industries d’armement sont publiques. Les manufactures d’armes, les poudreries, les arsenaux de la marine l’étaient de manière séculaire ; d’autres usines de guerre et les constructeurs aéronautiques s’y sont ajoutés avec les nationalisations du Front populaire en 1936.

L’influence des polytechniciens

Encore aujourd’hui, malgré les politiques de privatisations massives menées depuis trente-cinq ans dans le secteur public, l’industrie d’armement reste en grande partie sous le contrôle de l’Etat. Le groupe Nexter, héritier des manufactures d’armes intégrées ensuite dans GIAT Industries, rassemble pour l’essentiel les fabrications d’armement terrestre (fusils, canons, chars, etc.), ainsi que, depuis la reprise de la Société nationale des poudres et explosifs (SNPE) en 2013, les usines de munitions ; les effectifs salariés ont considérablement fondu, de plus de 18 000 au début des années 1990 à 3 300 aujourd’hui en France, malgré des activités conservées sur ses sites historiques de Bourges, Tulle ou Roanne. Depuis une fusion avec l’entreprise allemande Krauss-Maffei Wegmann (KMW) en 2015, Nexter dépend d’une société holding de droit néerlandais, dont le capital fait l’objet d’un étonnant partage à égalité entre l’Etat français et la famille propriétaire de KMW ; l’entreprise est dirigée par un polytechnicien ingénieur de l’armement venu d’Airbus, où il pilotait les activités spatiales, après avoir été conseiller du ministre de la défense Charles Millon en 1996.

Croissance industrie: La hausse des prix menace la reprise

Croissance industrie: La hausse des prix menace la reprise

Hausse des prix et menace de quatrième vague unitaire pèse sur l’avenir de l’industrie en France. En juillet, « le degré de confiance s’est replié par rapport à juin pour afficher son plus faible niveau depuis six mois », indique IHS Markit.( Le même tassement se constate aussi en Chine et aux États-Unis). 

La flambée des matières premières et des composants plombe la compétitivité et commence à peser sur la demande. En cause, une inflation qui va se transmettre de la production à la consommation et freiner la reprise

Selon les experts d’IHS Markit, cette spirale ne va pas s’arrêter à court terme. « Les entreprises se​mblent anticiper une prolongation de leurs difficultés actuelles », constate Joe Hayes, senior Economist cité dans le communiqué, qui dit « s’attendre à une hausse prochaine des prix à la consommation ». Tendance qui selon lui pourrait amener « les responsables politiques à réviser leur plan d’action ».

 

Industrie: La hausse des prix menace la reprise

Industrie: La hausse des prix menace la reprise

Hausse des prix et menace de quatrième vague unitaire pèse sur l’avenir de l’industrie en France. En juillet, « le degré de confiance s’est replié par rapport à juin pour afficher son plus faible niveau depuis six mois », indique IHS Markit.

La flambée des matières premières et des composants plombe la compétitivité et commence à peser sur la demande. En cause, une inflation qui va se transmettre de la production à la consommation et freiner la reprise

Selon les experts d’IHS Markit, cette spirale ne va pas s’arrêter à court terme. « Les entreprises se​mblent anticiper une prolongation de leurs difficultés actuelles », constate Joe Hayes, senior Economist cité dans le communiqué, qui dit « s’attendre à une hausse prochaine des prix à la consommation ». Tendance qui selon lui pourrait amener « les responsables politiques à réviser leur plan d’action ».

Industrie pharmaceutique : la santé ou le profit

Industrie pharmaceutique : la santé  ou le profit

 

 Par Loréa Baïada-Hirèche, Institut Mines-Télécom Business School ; Anne Sachet-Milliat, ISC Paris Business School et Bénédicte Bourcier-Béquaert, ISC Paris Business School (*)  (extrait)

 

De nombreux scandales frappent régulièrement l’industrie pharmaceutique. L’Oxycodon, par exemple, a été massivement distribué aux États-Unis bien qu’étant un antalgique opiacé au fort pouvoir d’addiction. Quelque 200 000 morts par overdose peuvent lui être imputés outre-Atlantique depuis 1999.

Plus proche de nous, le Mediator des laboratoires Servier a mis plus de 15 ans à se voir retirer de la commercialisation alors que sa prescription comme coupe-faim, en dehors de son indication thérapeutique initiale, a causé de nombreuses victimes dont 2 000 morts répertoriées. Le dénouement du procès en mars 2021, tout comme pour celui du Lévothyrox de Merck, pointe, au-delà de la responsabilité des médecins, celle des laboratoires produisant ces médicaments.

Ces différents scandales ne sont que la manifestation visible d’une tension permanente inhérente à ce secteur entre la recherche de profit et la mission santé qui le caractérise. Les professionnels du marketing qui ont la charge de promouvoir les médicaments auprès des patients et des médecins semblent particulièrement concernés par ce conflit éthique qui parfois apparaît : soigner ou vendre ?

Au cours de nos recherches nous nous sommes demandé comment les marketeurs du secteur pharmaceutique ressentent cette tension et comment ils y font face.

Intérêt économique, mission santé

Les conflits éthiques rencontrés peuvent conduire les marketeurs à des situations dites de « dissonance morale ». Cela renvoie à des moments durant lesquels les comportements ou décisions d’un individu entrent en conflit avec ses valeurs morales. La dissonance morale, parce qu’elle met en jeu des éléments centraux dans l’identité de l’individu comme ses valeurs, peut générer un important inconfort psychologique, donner naissance à de la culpabilité et atteindre l’estime de soi.

L’individu va alors s’engager dans des stratégies visant à réduire cet état de dissonance qui reposent principalement sur le recours à des mécanismes d’autojustification mais peuvent aussi consister à changer de comportement ou rechercher du soutien social.

Pour comprendre les attitudes des professionnels du marketing dans le secteur pharmaceutique, nous avons mené des entretiens approfondis avec 18 d’entre eux.

Ils traduisent, chez ces individus, des conflits éthiques plus ou moins graves. Ceux-ci ont trait, en majorité, à des décisions qui présentent un intérêt économique alors qu’elles induisent un manquement par rapport à la mission santé. Il peut s’agir d’un préjudice potentiel aux patients, d’une infraction à la réglementation ou encore d’un manquement à un principe de déontologie professionnelle. Les conflits semblent vécus avec d’autant plus d’intensité que le choix a des conséquences importantes sur la santé des patients.

Le tournant de l’affaire Servier

Pour résoudre ce conflit, trois stratégies ressortent de notre série d’entretiens. La première d’entre elles consiste à minimiser le caractère sensible au regard de l’éthique. C’est adopter une politique de l’autruche, ignorer le conflit ou l’évacuer le plus vite possible.

Un enquêté nous explique par exemple :

« Je ne dirais pas non plus que l’industrie pharmaceutique est blanche comme neige. Il y a eu des cas comme Servier, de gens qui ont été malhonnêtes. Mais ce n’est pas le cas de la plupart des gens qui travaillent dans le secteur. Ils sont contents de travailler dans une industrie qui a apporté du bien à la société ».

Selon ces professionnels, les missions santé et économique ne rentrent pas en compétition : faire du profit est un moyen de financer la recherche médicale. Les laboratoires pharmaceutiques apparaissent ainsi comme « les principaux investisseurs dans la santé ».

En outre, ils soulignent que leurs pratiques sont extrêmement encadrées par la loi. Plusieurs répondants rappellent que le Mediator a fait date :

« Il n’y a plus de problème car tout a été réglementé. Les problèmes de conflit d’intérêt type Servier, c’est fini, ça ne peut plus se produire. Il y a eu vraiment un avant et un après Mediator, ça a vraiment changé ».

Ne pouvant pas ignorer les attaques portées par la presse à l’encontre de l’industrie pharmaceutique, ils s’en défendent en dénonçant en retour le rôle des médias qui les attisent, des titres qui recherchent à « faire du buzz » et des « journalistes qui n’ont que ça à se mettre sous la dent ».

D’autres répondants, au contraire, ont bien conscience des risques que présente le produit commercialisé pour les patients. Toutefois, ils affirment précisément prendre ces risques au nom du bien du patient. Voici par exemple comment se justifie la décision de doubler les doses recommandées par la réglementation pour des enfants atteints de pathologies graves :

« Même si c’est un produit qui est dangereux, potentiellement dangereux, et sur lequel tu n’as pas trop de recul, tu te dis que tu peux décider avec le responsable scientifique de soutenir les médecins doublant les doses parce qu’il y avait un intérêt thérapeutique. »

La mise en avant du bien du patient est troublante car elle conduit les marketeurs à occulter la dimension économique de leur activité et à la présenter comme secondaire. Pourtant un doublement des doses permet bel et bien de développer les ventes du produit.

Se référer au bien-être du patient peut ainsi paradoxalement servir à cautionner des actes non éthiques.

Le tout en se présentant même parfois comme des héros qui accomplissent de véritables miracles pour leurs patients. L’un d’entre eux se justifie :

« Notre produit était très bénéfique aux patients, tout le monde nous en était reconnaissant… On avait à la fois des professionnels de santé qui nous disaient « nos patients sont ravis, les taux de cholestérol sont super bas, c’est génial » et des patients qui témoignaient « mon médecin me force à prendre des hypocholestémiants depuis trois ans et j’avais toujours mal partout… ça fait deux mois que je prends vos produits et non seulement mon taux de cholestérol est bas mais surtout je n’ai plus mal nulle part » ».

Leur façon de présenter leur métier finit même parfois par se confondre avec celle des soignants.

Dernière stratégie, certains répondants constatent que la logique de rentabilité prime sur la mission santé, et développent une défiance face aux discours développés par les autres commerciaux :

« De nos jours, l’argent prend une ampleur tellement importante et j’ai l’impression qu’il y a très peu d’éthique dans les organismes et chez les personnes qui commercialisent les produits. »

La désillusion de ces marketeurs est telle que, contrairement aux cas évoqués précédemment, ils n’arrivent plus à trouver d’arguments pour justifier leurs actions marketing et réduire leur mal-être.

« Je n’étais pas très tranquille car j’avais l’impression de vendre quelque chose qui pouvait peut-être faire du mal aux gens ou même être fatal pour certaines personnes. Je culpabilisais un peu en fait… Je me disais que j’aurais bien aimé commercialiser des vêtements, en tout cas des produits clairs. »

La seule issue à leur dissonance semble ainsi d’éviter les pratiques posant problème en changeant de fonction, d’entreprise, voire même en quittant définitivement le secteur pharmaceutique.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Industrie pharmaceutique :Soigner la population ou le profit

Industrie pharmaceutique :Soigner la population ou le profit

 Par Loréa Baïada-Hirèche, Institut Mines-Télécom Business School ; Anne Sachet-Milliat, ISC Paris Business School et Bénédicte Bourcier-Béquaert, ISC Paris Business School (*)  (extrait)

 

De nombreux scandales frappent régulièrement l’industrie pharmaceutique. L’Oxycodon, par exemple, a été massivement distribué aux États-Unis bien qu’étant un antalgique opiacé au fort pouvoir d’addiction. Quelque 200 000 morts par overdose peuvent lui être imputés outre-Atlantique depuis 1999.

Plus proche de nous, le Mediator des laboratoires Servier a mis plus de 15 ans à se voir retirer de la commercialisation alors que sa prescription comme coupe-faim, en dehors de son indication thérapeutique initiale, a causé de nombreuses victimes dont 2 000 morts répertoriées. Le dénouement du procès en mars 2021, tout comme pour celui du Lévothyrox de Merck, pointe, au-delà de la responsabilité des médecins, celle des laboratoires produisant ces médicaments.

Ces différents scandales ne sont que la manifestation visible d’une tension permanente inhérente à ce secteur entre la recherche de profit et la mission santé qui le caractérise. Les professionnels du marketing qui ont la charge de promouvoir les médicaments auprès des patients et des médecins semblent particulièrement concernés par ce conflit éthique qui parfois apparaît : soigner ou vendre ?

Au cours de nos recherches nous nous sommes demandé comment les marketeurs du secteur pharmaceutique ressentent cette tension et comment ils y font face.

Intérêt économique, mission santé

Les conflits éthiques rencontrés peuvent conduire les marketeurs à des situations dites de « dissonance morale ». Cela renvoie à des moments durant lesquels les comportements ou décisions d’un individu entrent en conflit avec ses valeurs morales. La dissonance morale, parce qu’elle met en jeu des éléments centraux dans l’identité de l’individu comme ses valeurs, peut générer un important inconfort psychologique, donner naissance à de la culpabilité et atteindre l’estime de soi.

L’individu va alors s’engager dans des stratégies visant à réduire cet état de dissonance qui reposent principalement sur le recours à des mécanismes d’autojustification mais peuvent aussi consister à changer de comportement ou rechercher du soutien social.

Pour comprendre les attitudes des professionnels du marketing dans le secteur pharmaceutique, nous avons mené des entretiens approfondis avec 18 d’entre eux.

Ils traduisent, chez ces individus, des conflits éthiques plus ou moins graves. Ceux-ci ont trait, en majorité, à des décisions qui présentent un intérêt économique alors qu’elles induisent un manquement par rapport à la mission santé. Il peut s’agir d’un préjudice potentiel aux patients, d’une infraction à la réglementation ou encore d’un manquement à un principe de déontologie professionnelle. Les conflits semblent vécus avec d’autant plus d’intensité que le choix a des conséquences importantes sur la santé des patients.

Le tournant de l’affaire Servier

Pour résoudre ce conflit, trois stratégies ressortent de notre série d’entretiens. La première d’entre elles consiste à minimiser le caractère sensible au regard de l’éthique. C’est adopter une politique de l’autruche, ignorer le conflit ou l’évacuer le plus vite possible.

Un enquêté nous explique par exemple :

« Je ne dirais pas non plus que l’industrie pharmaceutique est blanche comme neige. Il y a eu des cas comme Servier, de gens qui ont été malhonnêtes. Mais ce n’est pas le cas de la plupart des gens qui travaillent dans le secteur. Ils sont contents de travailler dans une industrie qui a apporté du bien à la société ».

Selon ces professionnels, les missions santé et économique ne rentrent pas en compétition : faire du profit est un moyen de financer la recherche médicale. Les laboratoires pharmaceutiques apparaissent ainsi comme « les principaux investisseurs dans la santé ».

En outre, ils soulignent que leurs pratiques sont extrêmement encadrées par la loi. Plusieurs répondants rappellent que le Mediator a fait date :

« Il n’y a plus de problème car tout a été réglementé. Les problèmes de conflit d’intérêt type Servier, c’est fini, ça ne peut plus se produire. Il y a eu vraiment un avant et un après Mediator, ça a vraiment changé ».

Ne pouvant pas ignorer les attaques portées par la presse à l’encontre de l’industrie pharmaceutique, ils s’en défendent en dénonçant en retour le rôle des médias qui les attisent, des titres qui recherchent à « faire du buzz » et des « journalistes qui n’ont que ça à se mettre sous la dent ».

Comme des héros

D’autres répondants, au contraire, ont bien conscience des risques que présente le produit commercialisé pour les patients. Toutefois, ils affirment précisément prendre ces risques au nom du bien du patient. Voici par exemple comment se justifie la décision de doubler les doses recommandées par la réglementation pour des enfants atteints de pathologies graves :

« Même si c’est un produit qui est dangereux, potentiellement dangereux, et sur lequel tu n’as pas trop de recul, tu te dis que tu peux décider avec le responsable scientifique de soutenir les médecins doublant les doses parce qu’il y avait un intérêt thérapeutique. »

La mise en avant du bien du patient est troublante car elle conduit les marketeurs à occulter la dimension économique de leur activité et à la présenter comme secondaire. Pourtant un doublement des doses permet bel et bien de développer les ventes du produit.

Se référer au bien-être du patient peut ainsi paradoxalement servir à cautionner des actes non éthiques.

Le tout en se présentant même parfois comme des héros qui accomplissent de véritables miracles pour leurs patients. L’un d’entre eux se justifie :

« Notre produit était très bénéfique aux patients, tout le monde nous en était reconnaissant… On avait à la fois des professionnels de santé qui nous disaient « nos patients sont ravis, les taux de cholestérol sont super bas, c’est génial » et des patients qui témoignaient « mon médecin me force à prendre des hypocholestémiants depuis trois ans et j’avais toujours mal partout… ça fait deux mois que je prends vos produits et non seulement mon taux de cholestérol est bas mais surtout je n’ai plus mal nulle part » ».

Leur façon de présenter leur métier finit même parfois par se confondre avec celle des soignants.

Dernière stratégie, certains répondants constatent que la logique de rentabilité prime sur la mission santé, et développent une défiance face aux discours développés par les autres commerciaux :

« De nos jours, l’argent prend une ampleur tellement importante et j’ai l’impression qu’il y a très peu d’éthique dans les organismes et chez les personnes qui commercialisent les produits. »

La désillusion de ces marketeurs est telle que, contrairement aux cas évoqués précédemment, ils n’arrivent plus à trouver d’arguments pour justifier leurs actions marketing et réduire leur mal-être.

« Je n’étais pas très tranquille car j’avais l’impression de vendre quelque chose qui pouvait peut-être faire du mal aux gens ou même être fatal pour certaines personnes. Je culpabilisais un peu en fait… Je me disais que j’aurais bien aimé commercialiser des vêtements, en tout cas des produits clairs. »

La seule issue à leur dissonance semble ainsi d’éviter les pratiques posant problème en changeant de fonction, d’entreprise, voire même en quittant définitivement le secteur pharmaceutique.

 

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Industrie automobile : suppression de 100 000 emplois

Industrie automobile : suppression de 100 000 emplois

 

Pour  fabriquer un moteur électrique, il faut 60% de main d’œuvre en moins que pour un diesel.  Conclusion interne ce sera la perte de la moitié des effectifs de l’industrie automobile soit autour de 100 000 d’après l’organisation professionnelle.Soit la moitié des effectifs

 

La France commence à prendre conscience que l’Europe est engagée dans la voie d’une démolition sans précédent de son industrie automobile avec des objectifs beaucoup trop précipités voir même hasardeux. Ainsi la commission européenne souhaiterait  que les véhicules thermiques soient interdits dès 2035. La France préférerait plus trad avec une transition plus douce incluant la prise en compte des véhicules hybrides. La France ne voit pas les choses du même œil et opte de son côté pour une transition plus lente. « Les hybrides rechargeables sont une bonne solution de transition, il faut qu’ils soient une option de transition dans la durée », a indiqué l’Elysée. « On n’a pas acté la fin du moteur thermique en 2035, ça fermerait la porte à l’hybride également ».

Pour 2030, le gouvernement français et la filière militent pour « un objectif réaliste »« autour de 55% de baisse des émissions maximum », soit moins que ce que devrait proposer la Commission européenne.

Le problème majeur c’est que ici 2035 l’industrie européenne notamment française n’aura pas eu le temps de s’assurer de la maîtrise d’un certain nombre de technologies du véhicule électrique notamment concernant les batteries. Du coup les normes européennes pourraient constituer une sorte de porte ouverte à la Chine en Europe pour ses technologies

Le gouvernement prépare d’ailleurs dans ce sens, pour la fin de l’été, un plan d’investissements pour soutenir la transition du marché automobile, selon l’Elysée, un an après la mise en œuvre d’un plan de relance de la filière en mai 2020, doté de huit milliards d’euros. Une « cartographie détaillée de l’impact de cette transition et des moyens de l’Etat qui peuvent être mis en place », filière par filière, doit également être présentée au Premier ministre.

La Plateforme automobile (PFA), qui représente la filière, estime à 17 milliards d’euros l’enveloppe nécessaire pour localiser en France « dans les cinq ans les technologies clés de l’automobile du 21ème siècle ». La plateforme estime à 30% le niveau d’aide publique requis. PFA, qui se fonde sur un rapport du cabinet McKinsey, indique par ailleurs que 6,6 milliards d’euros devront être débloqués pour être investis dans l’installation de bornes de recharges publiques, nécessaires pour les deux millions de véhicules électriques attendus en 2025.

Dans un marché globalement en recul à cause de la pandémie de Covid-19, les voitures électriques progressent mais bien insuffisamment pour compenser la baisse des immatriculation. En cause notamment la fiabilité de la technique électrique et surtout son cou. Nombres de ménage ne sont pas prêts à dépenser 40 à 50 000 € pour changer leur véhicule

Industrie automobile européenne : une crise sans précédent

L’expert automobile du cabinet Oliver Wyman, Marc Boilard , estime que l’industrie automobile européenne va vivre une crise sans précédent.( Interview dans l’opinion, extrait)

 

 

Quelle sera l’ampleur de la chute des ventes automobiles mondiales cette année ?

Nous sommes dans une fourchette comprise entre -17 % et -29 % pour l’ensemble de 2020, dont -15 % en Chine. L’automobile est un achat durable qu’on peut facilement retarder, d’où la violence de la chute. Mais cela peut aussi redémarrer vite, dès lors que les chaînes d’approvisionnement sont restaurées. Nous nous sommes inspirés de la crise de 2008-2010 qui reste une référence intéressante. A l’époque, on avait constaté un point bas à -35 % pour la production automobile américaine, et – 22 % pour l’Europe, sachant que les Etats-Unis étaient repartis plus rapidement que nous, à partir de 2009. A ce stade, nous sommes dans une crise d’ampleur similaire, notre hypothèse de base étant qu’elle va durer entre cinq et dix mois, et commencer à se résorber petit à petit au tournant de 2020-2021. Nous n’avons pas modélisé le scénario pessimiste dans lequel l’épidémie n’est pas contrôlée d’ici à la fin de l’année. La Chine a évidemment un coup d’avance, avec une remontée plus rapide. Selon nos interlocuteurs locaux, les usines automobiles tournent déjà à 70 %-80 %, même si c’est plus ou moins facile selon les régions et les constructeurs.

 

En quoi l’industrie automobile est-elle particulièrement exposée à la crise ?

C’est compliqué pour tout le monde de gérer une chute de 30 % de ses revenus. L’automobile a ceci de spécifique d’être un secteur à marges faibles et à coûts fixes élevés, avec des capex très importants pour développer de nouvelles motorisations, et des installations industrielles qu’il faut faire tourner pour atteindre le point mort. La disparition du chiffre d’affaires l’affecte particulièrement, or on estime que 80 % à 90 % des sites de production automobile sont actuellement fermés en Europe.

 

C’est un secteur qui pourrait sortir transformé de la pandémie ?

La Chine est sur la voie du redémarrage, et en Europe des sites pourraient progressivement rouvrir dans le mois qui vient. A ce stade, nous ne sommes pas dans le scénario d’une fusion catastrophe pour sauver tel ou tel acteur, par exemple. Une nationalisation temporaire ? Difficile de faire des pronostics. Les transformations seront davantage à chercher du côté des arbitrages auxquels les constructeurs vont devoir procéder. Ils vont forcément revoir leurs dépenses à la baisse, en triant ce qui est vital du reste. Les programmes d’investissements autour de la voiture autonome risquent d’en faire les frais à court terme. La sortie de nouveaux modèles pourrait aussi être sacrifiée. Ce qui peut attendre sera différé.

Quid de la voiture propre, qui a nécessité de très gros investissements ?

C’est à quitte ou double. Ou bien l’Europe fait une pause sur ses exigences en matière d’émissions de CO2 à cause de la crise. Rien de tel n’a été annoncé. A contrario, si la pression est maintenue, les constructeurs concentreront leurs dépenses sur la voiture propre au détriment du thermique, ce qui pourrait accélérer la transition écologique. On estime que sortir un nouveau modèle coûte en moyenne 500 millions d’euros en frais de développement. La crise va amputer l’industrie automobile européenne de 50 à 75 milliards d’euros de revenus cette année, selon les hypothèses de volume. Les dépenses vont forcément être passées au tamis.

 

Quel est le scénario de sortie de crise envisageable ?

Si tout va bien, on va assister à un redémarrage très progressif en Europe d’ici un mois, sans doute un peu plus tard aux Etats-Unis. Le grand défi, c’est d’arriver à faire travailler les salariés avant que la pandémie n’ait disparu. Pour cela, il faut disposer des équipements nécessaires et adapter les méthodes de travail des constructeurs et des sous-traitants, qui totalisent 14 millions de salariés en Europe. Tous ne seront évidemment pas de retour à l’usine dans un mois, il en faudra plusieurs avant de retrouver un rythme normal. N’oublions pas que la crise est d’abord sanitaire et non pas économique, même si le secteur automobile était déjà sous pression avant l’irruption du Covid-19.

Etre en haut de cycle juste avant l’épidémie a fragilisé le secteur ?

Le marché chinois était en forte baisse et les prévisions pour l’Europe étaient très moroses pour 2020. La demande mondiale avait bien fléchi, ce qui est classique à ce stade du cycle. La crise a précipité la chute d’un marché mondial faiblissant. Cela signifie que des mesures ponctuelles de soutien à la demande seront certainement nécessaires pour relancer l’activité, et redonner confiance. L’ampleur de la crise le justifie.

Quid des sous-traitants ?

Les problèmes sont les mêmes, en cascade. Les sous-traitants attendent le redémarrage des constructeurs pour relancer leurs propres fournisseurs. Mais si une dizaine de grands constructeurs mondiaux se partagent l’essentiel de la demande, il y a à l’autre bout de la chaîne des centaines de sous-traitants, infiniment plus petits, rapidement empêtrés dans des problèmes de trésorerie et potentiellement d’endettement. C’est là que la crise risque de faire le plus de victimes.

Quelle est votre vision du « monde d’après » dans l’automobile ?

On roulera toujours en voiture ! Il y aura peut-être une offre moins vaste de modèles, une focalisation sur la voiture propre, une panne temporaire de l’autopartage ou du covoiturage en raison du risque sanitaire. L’histoire nous enseigne surtout à être modeste dans la prévision.

Industrie de défense : « une guerre économique »

Industrie de défense : « une guerre économique » 

Alors qu’une polémique vient de s’ouvrir à propos des Rafale  vendus en Inde durant le mandat de François Hollande, le général Eric Bucquet, rappelle que la France est dans une guerre économique permanente menée par des services de renseignement étrangers très offensifs et capables de recourir à tous les moyens. ( Interview de la Tribune, extrait)

 

 Extraterritorialité, RSE, ONG… Les agressions contre la BITD française sont de plus en plus nombreuses ces dernières années. La DRSD est un service de renseignement au centre de toutes ces problématiques. Sur l’extraterritorialité, quelle réponse peut-on imaginer face à ces lois, qui sont véritablement des ingérences dans la souveraineté de la France et de l’Europe ?
Général Eric Bucquet : Concernant les problématiques que vous évoquez, nous ne pouvons que constater qu’il n’existe pas encore de véritable réponse globale et univoque à l’échelle de l’Union européenne, même si certaines avancées ont été récemment réalisées. Or, c’est bien à cette échelle qu’une réponse est nécessaire pour faire face efficacement à des lois extraterritoriales, c’est-à-dire à l’imposition, par un État, de son droit national au-delà de ses frontières. Ces lois sont souvent utilisées comme de véritables armes de guerre économique. La BITD française en a déjà fait les frais à plusieurs reprises. En outre, ces arsenaux normatifs sont en évolution permanente, dans un nombre sans cesse croissant de pays, bien au-delà des Etats-Unis. Il devient difficile d’évaluer, dans leur globalité, les impacts réels de tous les nouveaux textes. De manière générale, il faut bien admettre que, trop souvent encore, nous agissons en réaction dans ce domaine.

Y a-t-il eu à votre connaissance des fuites de documents non souhaitées dans l’affaire Airbus ?
A notre connaissance, il n’y a pas eu de fuite de document.

Comment contrôlez-vous les possibles ingérences du moniteur anglo-saxon, qui sera présent pendant trois ans au sein d’Airbus ?
Nous veillons, avec nos partenaires, à ce que ce processus ne donne pas lieu à des fuites d’informations sensibles qui pourraient procurer des avantages commerciaux indus à des concurrents d’Airbus, par exemple.

Mais demain, êtes-vous sûr de pouvoir encore contrôler les informations données ?
Sûr, non. Nous vivons tous, et sans doute même plus qu’avant, dans l’incertitude. Notre mission, c’est de veiller à la réduire et d’anticiper les risques.

Les entreprises françaises pourront-elles se protéger ?
L’idée-maîtresse est que tout audit, fût-il conduit par un cabinet anglo-saxon, doit reposer sur un cadre précis et que ce dernier doit être respecté par tous les acteurs qui y participent.

Mais les Européens ne semblent pas avoir vraiment pas la volonté de riposter. Pourquoi les Etats-Unis se priveraient-ils d’une telle arme ?
Comme je l’ai déjà affirmé précédemment, il me semble, en effet, indispensable d’obtenir un consensus européen concernant les réponses à apporter aux risques induits par les dispositions à caractère extraterritorial, sans cesse plus nombreuses, qu’elles soient américaines ou autres..

Ce qui n’est pas le cas de la France et de l’Europe…
… C’était sans doute le cas dans un passé encore récent. Mais certains dossiers emblématiques, comme Alstom/General Electric ou, plus récemment, Airbus ont, à mon sens, favorisé une réelle prise de conscience. Toutefois, il est vrai que les entreprises européennes, et notamment françaises, lorsqu’elles font l’objet de poursuites

Le recul de l’industrie pharmaceutique française

Le recul de l’industrie pharmaceutique française

Par Jérôme Batout et Michel Guilbaud .  Jérôme Batout et Michel Guilbaud sont fondateurs du cabinet BG Group.

« Il y a bien un problème structurel dont souffre aujourd’hui l’innovation thérapeutique en France, dans une industrie où nous sommes passés de leader européen à la quatrième place en une quinzaine d’années »

A ce jour, la France est le seul membre permanent du Conseil de Sécurité de l’ONU à avoir échoué à développer un vaccin anti-Covid. Il faut prendre ce signe très au sérieux sur nos capacités en matière d’innovation thérapeutique – en plus des déconvenues sur les masques et sur les tests. 2020 n’est pas un accident de parcours : il y a bien un problème structurel dont souffre aujourd’hui l’innovation thérapeutique en France, dans une industrie où nous sommes passés de leader européen à la quatrième place en une quinzaine d’années.

L’exécutif n’a pas tardé à se saisir de ce problème. Dès l’été dernier, des économistes éminents, sollicités par le président de la République, dont Philippe Aghion et Elie Cohen, ont mené une analyse de notre désindustrialisation et de notre déficit d’innovation, en particulier dans la santé. En janvier dernier les notes très nettes du Conseil d’analyse économique, rédigées par Anne Perrot et Margaret Kyle, ont analysé parfaitement les retards de l’innovation pharmaceutique française. L’Institut Montaigne a multiplié les propositions sur le sujet depuis cinq ans.

Vision partagée. A présent il faut agir et réformer. Les médias ont été critiques envers un gouvernement peu proactif dans sa lutte contre l’épidémie ou dans sa réponse aux manques de moyens de l’hôpital. Mais en coulisse, et depuis plus d’un an, se prépare ce qui pourrait être un Ségur de l’innovation thérapeutique : le Conseil stratégique des industries de santé, ou CSIS. Il s’agit d’un format qui vise à élaborer une vision partagée, en rassemblant tous les deux ans autour de l’exécutif l’ensemble des acteurs de l’industrie de santé française. Sa prochaine édition se tiendra fin juin et ne visera pas moins que regagner notre place dans l’innovation.

Le CSIS a été créé en 2004, à l’initiative de Jean-Luc Bélingard, alors PDG d’IPSEN et qui a ensuite donné tout son développement à Biomérieux, et Jean-François Dehecq, l’emblématique fondateur de Sanofi. Si ces deux dirigeants souhaitent alors donner de la visibilité à un secteur aussi régulé que l’industrie de santé, c’est justement pour éviter que la régulation ne freine l’innovation. Or l’inverse se produit depuis deux décennies, même si le CSIS de 2018 avait au contraire fixé des objectifs ambitieux qui commencent à se concrétiser.

Alors que le gouvernement travaille à un nouveau volet de la relance, il serait malheureux que l’industrie dont on a vu la déficience avec la pandémie ne soit pas celle qui en bénéficie

Reste que cet événement qui s’attaque à la racine des problèmes révélés par le covid-19 est bien moins spectaculaire que la lutte contre celui-ci. Emmanuel Macron a rappelé l’existence des CSIS et l’importance qu’il y attache, lors de son déplacement en avril à l’usine Delpharm où est sous-traitée une petite partie de la production du vaccin Pfizer-BioNTech. Le décor illustre bien les retards de la France dans le secteur : bien loin d’un centre de R&D, c’est une simple usine d’embouteillage du produit germano-américain, et pas de production de ses principes actifs.

Campagne vaccinale. Même si cette préparation s’effectue dans l’ombre, loin de l’attention portée sur la campagne vaccinale, elle n’en n’est pas moins déterminante. Ce CSIS doit être le moment de la concrétisation des réformes que tout le secteur sait nécessaires mais qui ont été pendant trop longtemps repoussées. Alors que le gouvernement travaille à un nouveau volet de la relance, il serait malheureux que l’industrie dont on a vu la déficience avec la pandémie ne soit pas celle qui en bénéficie.

Soyons optimistes, puisque la prise de conscience est réelle de la part de l’exécutif depuis le début de l’année. Le gouvernement s’est notamment penché de près sur un nouvel accord-cadre, signé en mars en présence d’Olivier Véran et d’Agnès Pannier-Runacher, qui pilotent aussi le CSIS, entre les entreprises pharmaceutiques et l’administration de santé sur la procédure de fixation du prix des médicaments. Il comporte désormais une série de mesures pour renforcer la R&D, favoriser les investissements de production et de digitalisation.

Tous les acteurs de la santé confirment que les ambitions de l’Elysée pour le CSIS sont à la hauteur du problème, d’où un suivi attentif de sa préparation. Le calendrier est resserré, le format retenu est innovant : plutôt que les administrations, ce sont cinq personnalités qualifiées qui coordonnent cette édition en s’intéressant à la santé dans son ensemble. Les expertes Lyse Santoro et Agnès Audier composent ce groupe avec les professeurs Jean-Charles Soria et José-Alain Sahel, et Muriel Dahan, membre de l’IGAS.

Aujourd’hui, la France n’est pas une destination privilégiée pour implanter l’innovation thérapeutique

Pour la première fois, France Biotech est associé à l’élaboration des propositions. La dynamique de préparation est appuyée par un constat partagé par tous les acteurs de la filière, industriels, chercheurs, entrepreneurs, administration et patients. Sans financement adéquat, sans écosystème entre industries et universités, l’innovation française disparaît avant son développement. En somme, elle a besoin d’une BARDA, l’agence américaine qui finance et accompagne la recherche biomédicale, pour sécuriser sa croissance.

Mais au-delà des préoccupations du développement de l’innovation, l’enjeu aval de sa régulation doit aussi être une priorité du CSIS. Les délais d’accès à l’innovation en France sont particulièrement longs et incertains à cause d’une procédure complexe. Or c’est la perception de l’environnement industriel et du marché français qui décidera les laboratoires pharmaceutiques à développer ou non leur implantation sur le territoire.

Le gouvernement souhaite que les recommandations soient finalisées d’ici au 28 juin, afin de synchroniser les annonces avec l’événement Choose France à cette date. Aujourd’hui, la France n’est pas une destination privilégiée pour implanter l’innovation thérapeutique. Il sera intéressant de voir si en juin, alors que tous les acteurs concernés le souhaitent, le CSIS pourra recréer un dialogue constructif entre les industriels et l’État, pour refaire de la régulation en matière de santé un atout et remettre la France sur la route de l’innovation de demain.

Jérôme Batout et Michel Guilbaud sont fondateurs du cabinet BG Group.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol