Archive pour le Tag 'indifférent'

Hollande : cynique et indifférent (Valérie Trierweiler)

Hollande : cynique et indifférent (Valérie Trierweiler)

 

Le livre de Trierweilller sur Hollande révèle la blessure ressentie donc essentiellement le drame de la rupture. Au-delà de l’affaire passionnelle, cet ouvrage décrit surtout la personnalité de  Hollande que le pouvoir a rendu encore plus indifférent et plus cynique à l’égard d’autrui. Un trait souvent dissimulé sous sa bonhommie apparente. Pourtant un aspect qui peut expliquer son incapacité totale à ressentir les réalités sociales du pays. Finalemenet un homme sans affect, égoïste et préoccupé surtout de la conquête du pouvoir.  Dans ce livre «Merci pour ce moment», en librairie jeudi, François Hollande «n’est pas épargné». L’Elysée a dit n’être pas au courant de cette publication.  L’ex-première dame Valérie Trierweiler publiera jeudi aux éditions Les Arènes un livre relatant sa vie à l’Elysée aux côtés de François Hollande, selon des informations révélées mardi par la chaîne parlementaire LCP.  «Tout ce que j’écris est vrai. A l’Elysée, je me sentais parfois comme en reportage. Et j’ai trop souffert du mensonge pour en commettre à mon tour», annonce d’emblée Valérie Trierweiler sur la couverture de l’ouvrage reproduite dans Paris-Match dont elle est une collaboratrice. L’hebdomadaire, qui promet des extraits exclusifs du livre, sortira à Paris et en région parisienne dès mercredi et jeudi dans le reste de la France.  «Rédigé dans le plus grand secret», ce livre de 320 pages «est à la fois un cri d’amour et une lente descente aux enfers, une plongée dans l’intimité d’un couple. Deux personnages et rien d’autre : Valérie et François», écrit l’hebdomadaire. Valérie Trierweiler y donne, selon le magazine, sa version de l’histoire «depuis l’éblouissement jusqu’à la cruauté de la rupture. Elle appelle un chat un chat». C’est la première fois qu’une première dame «raconte vraiment neuf ans d’une relation minée par la jalousie et le pouvoir (…) Une histoire d’amour… et de désespoir», ajoute le journal où l’ex-première dame se révèle une «amoureuse passionnée, possessive, folle de cet homme qu’elle admire, qui la fait rire et la déstabilise délicieusement». Valérie Trierweiler, qui est séparée de François Hollande depuis janvier, n’a pu être jointe par l’AFP vendredi. Son éditeur, Les Arènes, n’a pas souhaité faire de commentaire. Depuis plusieurs mois, l’hypothèse d’un livre signé par l’ancienne compagne de François Hollande et journaliste à Paris-Match, revient régulièrement.

Montebourg : indifférent au scepticisme sur l’économie de la France

Montebourg : indifférent au scepticisme sur l’économie de la France

 

 

 

Egal à lui-même Montebourg méprise l’avertissement de Moody’s sur l’économie française. Pour lui c’est un non – événement !L’  Inénarrable  et inutile ministre du pseudo redressement productif  traite donc par le dédain les interrogations sur l’avenir économique du pays ; Il a des excuses car en faiat il n’a aucune compétence en la matière et son ministère est virtuel. Certes les agences de notation n’ont pas toujours raison mais en la circonstance, Moody’s rejoint l’avis de nombre d’experts qui estiment que Hollande est incapable de gérer les réformes nécessaires et de relancer significativement la croissance pour résoudre la question centrale du chômage. « Sur les agences de notation, mon opinion ne varie pas: je suis pour leur démantèlement. Elles sont coupables de nous avoir entraînés dans la crise financière », martèle le ministre du Redressement productif dans une interview au Figaro lundi.  Dans ce contexte, les réserves marquées trois jours auparavant par Moody’s, qui a maintenu la note de la France tout en lui conservant une « perspective négative », synonyme de possible abaissement à moyen terme, constituent pour lui « un non-événement ».   »La baisse des charges de 30 milliards d’euros à travers le pacte de responsabilité aura des effets importants », assure M. Montebourg, en réaffirmant dans le même temps sa conviction de nécessaires contreparties de la part du patronat à l’ »effort historique » de l’État.   »Si la nation aide les entreprises, les entreprises doivent aider la nation (…). Les chefs d’entreprises doivent dire devant la nation les efforts qu’ils pensent pouvoir réaliser en matière d’emplois et d’investissements en contrepartie de la baisse du coût du travail », estime-t-il.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol