Archive pour le Tag 'indécent'

Dividendes : indécent ! Plus de 52 milliards d’euros

Dividendes : indécent !  Plus de 52 milliards d’euros qui posent la question de la répartition des richesses

Pour les  entreprises du CAC 40 les profits des dividendes explosent avec une augmentation de plus de 26 % au premier semestre Après une année 2016 déjà exceptionnelle on s’apprête donc à établir de nouveaux records. D’une certaine façon,  ces profits sont indécents car ils sont à mettre en rapport d’une part avec les chiffres d d’affaires. Une évolution bien inférieure à celle des dividendes en (6,6 % pour  les chiffres d’affaires et 26,3 % pour les dividendes). Pour l’ensemble de l’année 2017, la croissance des dividendes pouvait atteindre 30 %. Un chiffre à mettre aussi en rapport avec l’augmentation réelle des salaires qui tournent autour de 1 %. Les bénéfices des entreprises du CAC 40 ont augmenté de 26,3% au premier semestre, portés par l’automobile, le luxe et plusieurs cessions, dépassant ainsi 52 milliards d’euros. Au total, les sociétés de l’indice phare de la Bourse de Paris ont dégagé 52,2 milliards d’euros de profits, contre 41,3 milliards l’an dernier à la même période, selon un décompte effectué par l’AFP.  La tendance observée en 2016 (+32%) s’est donc confirmée sur les six premiers mois de 2017. Les bénéfices déjà engrangés représentent plus des deux tiers des 75,4 milliards d’euros glanés l’an dernier et si cela continue ainsi cette année devait dépasser la précédente. En effet, en un semestre, les valeurs du CAC ont réalisé plus de bénéfices que les années 2009 ou 2013 dans leur intégrité. Le chiffre d’affaires de ces entreprises n’a pourtant progressé que de 6,6% dans le même temps, à 650 milliards d’euros. «Je pense qu’il faut mettre ça dans un contexte global», a déclaré à l’AFP Vincent Juvyns, stratégiste chez JPMorgan AM. «Le monde économique va globalement bien, ce qui est évidemment de bon augure pour des marchés, des entreprises exportatrices dans de nombreux cas, comme celles du CAC 40». «En l’absence de risque géopolitique majeur ou d’erreur de politique monétaire, on est parti pour une très bonne période», a-t-il ajouté.

 

 

 

Avertissement de Hollande à Macron : irresponsable et indécent

Avertissement de Hollande à Macron : irresponsable et indécent

 

 

Il faut sans doute que François Hollande soit affecté  de troubles psychologiques graves pour s’autoriser à donner des conseils au gouvernement. Ce qu’il a fait pourtant en oubliant qu’il y a à peine quelques mois il était aux  commandes de l’Etat et qu’il a laissé le pays dans un état pitoyable. Sans doute le pire président de la 5 ème république. Dès lors, ses recommandations apparaissent surréalistes : « Il ne faudrait pas demander des sacrifices aux Français qui ne sont pas utiles », a dit l’ex-chef de l’Etat à la presse en marge du festival de cinéma d’Angoulême (Charente). « Il ne faudrait pas flexibiliser le marché du travail au-delà de ce que nous avons déjà fait, au risque de créer des ruptures », a-t-il ajouté. Des conseils de gestion d’un revanchard et d’un aigri. Sous ses allures bonhommes, Hollande n’entretient aucune affection, aucune réelle conviction. C’est l’archétype du petit bobo, sorti de l’ENA, qui aurait tout aussi bien faire carrière chez les centristes, les républicains ou les insoumis si cela avait servi son ambition. Ce qui caractérise Hollande c’est son égo surdimensionné, son seul vrai repère idéologique. Pas étonnant qu’il ait choisi Ségolène Royal comme campagne, elle, aussi affectée de la même pathologie. Hollande na pas d’état d’âme, il a tué le PS, ruiné la France (Sarkozy avant lui avait bien préparé le terrain) mais il voudrait que l’histoire lui rende justice. Pour cela il n’hésite pas à solliciter les plus bas instincts anti réformateurs d’un pays drogué à l’étatisme, à la bureaucratie et au corporatisme. Hollande rejoint les insoumis uniquement pour se faire une place dans l’histoire. Une attitude lamentable, irresponsable et indécente. Hollande en a même oublié que sa loi travail avait été imposé sans aucun débat, aucune concertation. Ce qui avait conduit le gouvernement à recourir à la procédure prévue par l’article 49-3 de la Constitution qui permet d’éviter un vote solennel sur un projet de loi.  Le secrétaire général de Force ouvrière, Jean-Claude Mailly, qui a adopté une position beaucoup plus conciliante à l’égard d’Emmanuel Macron qu’envers François Hollande, a jugé l’ancien chef de l’Etat « mal placé pour donner des conseils ». « Parce que ça n’a pas été un expert du dialogue social, c’est le moins qu’on puisse dire », a déclaré le syndicaliste à BFM TV. « L’année dernière, je me souviens très bien, sur la méthode (…), c’était un raté complet, il n’a pas concerté. »  Jean-Claude Mailly a également reproché à François Hollande d’avoir « flexibilisé » le marché du travail « sans beaucoup de sécurité » pour les salariés. « Nous, on n’est toujours pas d’accord avec la loi de l’année dernière », a ajouté le numéro un de FO. « Là (…) on est en train d’essayer de corriger. »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol