Archive pour le Tag 'incompatibilité ?'

Macronistes de gauche ! Une incompatibilité sémantique et idéologique

Macronistes de gauche ! Une incompatibilité sémantique et idéologique

 

Les soldats perdus du parti socialiste se dispersent de plus en plus dans une grande partie de l’échiquier politique, ils côtoient désormais aussi bien la droite que l’extrême gauche. La dernière initiative de reclassement a été prise par l’ancien député l’ancien député PS de la Gironde Gilles Savary qui est aujourd’hui délégué général de Territoires de Progrès dont les effectifs doivent  tenir dans une cabine téléphonique.

En fait, il se rallie à Macron lui aussi. L’ex député avait montré une certaine connaissance dans le domaine des transports avec des analyses et des propositions assez pertinentes. Par contre, sur le plan de la politique générale on constate nettement un glissement vers la droite avec notamment ses chroniques dans le journal l’Opinion. Bref, comme pour d’autres responsables socialistes, le flou du socle idéologique conduit vers toutes les issues y compris l’impasse,  surtout quand on fait de la politique son métier.

Une vraie incompatibilité entre croissance et écologie ?

Une vraie incompatibilité entre croissance et écologie ?

 

Certains défenseurs de l’environnement défendent l’idée que la croissance verte pourrait tuer le mode de développement actuel. Ce développement est le plus souvent mesuré avec l’indicateur qui agglomère toutes les valeurs ajoutées . Un indicateur critiqué -le PIB- parce qu’il n’indique pas les conséquences néfastes du développement sur l’environnement et qu’il  ne prend pas en compte non plus le concept de bien-être. Les partisans du productivisme au contraire estiment que la croissance verte ne pourra jamais se substituer au mode de développement actuel. En clair, que l’écologie et la croissance sont incompatibles. Il est évident que nos sociétés ont profondément évolué depuis un siècle, que des ruptures sont intervenues après la seconde guerre mondiale et que des évolutions structurelles s’accélèrent depuis 10 à 20 ans. Nos anciennes sociétés étaient essentiellement agricoles et artisanales. Progressivement elles ont laissé la place au développement industriel. L’agriculture, principale moteur des économies, est devenue marginale, elle ne représente que 2 %. Depuis son apogée, le secteur industriel ne cesse lui aussi de régresser particulièrement en France remplacé par les services. On dit que l’économie s’est dématérialisée du fait que le poids réel de l’industrie ( autour de 17% du PIB) n’a cessé de diminuer. Normalement ce glissement de la société industrielle vers une société de services aurait dû se traduire par une réduction des atteintes  environnementales. Observons que les  services recouvrent des choses assez disparates dont certaines étaient précédemment rattachées aux activités de la production industrielle. L’industrie a en effet externalisé le maximum de tâches qui ne constituent pas son cœur de métier. Par ailleurs et surtout,  les services ont progressé dans les pays développés au fur et à mesure que les productions physiques se délocalisaient. restaient  dans les pays développés les fonctions d’ingénierie, d’organisation, de logistique et de commercialisation. De ce point de vue, le taux de tertiarisation est à relativiser. En même temps que la délocalisation des productions physiques on a aussi de localisé les externalités négatives. Si on prend un champ géographique et statistique plus large ,la croissance (mesurant de la valeur ajoutée)  risque d’être assez incompatible avec la durabilité. A moins de vraiment réduire les gaspillages et de  respecter les équilibres environnementaux. Il  est incontournable de réduire en même temps la masse de matière première mais aussi  l’énergie et le transport. En clair, pourrait  sans doute être remis en cause une grande partie de la matérialité de l’économie. La question est de savoir si la croissance verte pourrait compenser cette réduction de l’économie matérielle. Certains avancent l’idée que les nouvelles technologies notamment de l’in formation constituent une grande partie de la solution. Il faut toutefois remarquer que ces  nouvelles technologies sont également gourmandes en matières premières et en énergie. Il y a cependant de nombreux gaspillages qui pourraient être évités aussi bien dans la conception que dans la distribution ou l’utilisation. Le développement pourrait à l’avenir reposer sur des services de bien-être, de confort, d’éducation moins gourmands en matières premières et en énergie. La croissance au sens traditionnel du terme telle  qu’elle est mesurée pourrait alors être mise en cause sans qu’il  soit porté  atteinte à l’aspiration au bien-être social, physique et psychologique. Un question du contenu de la croissance, de sa maîtrise autant que de sa répartition.

Education et numérique : incompatibilité ?

  • Education et numérique : incompatibilité ?

 

Un article édifiant de Anton Malafeev, paru dans le Huffington Post sur la comptabilité entre les outils informatiques et l’éducation.

 

« Devons-nous laisser aux nouvelles générations le libre usage de cette merveille (héroïne?) technologique que représentent les iPads, les PCs et leurs semblables? L’un de leurs inventeurs et gourous -Steve Jobs- a dit en son temps au « New York Times », qu’il limitait ses enfants dans l’utilisation de technologies à la maison, en parlant justement des iPads. Paradoxalement le père du marketing de haute couture et de l’archétype du business innovant, faisant baver toute la planète devant ses produits ludiques, beaux et chers, en réduit (interdit?) l’usage à ses chérubins? Dans la Silicon Valley des executives et des ingénieurs d’Apple, eBay, Google, Hewlett-Packard et Yahoo se cachent de moins en moins en protégeant leurs enfants de la technologie. Ils envoient même leurs progénitures dans des écoles  »non-tech » comme l’école Waldorf à Los Altos, dépourvue du moindre ordinateur ou écran plat. .Paradoxalement, ceux qui sont aux manettes des méga-ventes des produits non-dangereux (selon eux) n’en sont étonnamment pas consommateurs, mais bien au contraire. Devrait-on être inquiets que nos enfants, ne sachant même pas lire, jouent toute la journée au « Candy Crush » ou autres jeux débiles? . Tous ces jeux débilitants téléchargeables gratuitement ou, pire, onéreusement sur les tablettes et les téléphones, et accessibles à tout âge, ne possèdent pas vraiment de vertus dynamisant un apprentissage quelconque. L’idée de « Waldorf » à Los Altos est que la technologie interfère avec la créativité et l’esprit des jeunes qui apprennent mieux par le mouvement, en travaillant notamment avec les mains, et à travers l’interaction avec les autres humains. Beaucoup de questions demeurent en suspens. Est-ce que les ordinateurs sont indispensables à l’école? Est-ce qu’un bon professeur a réellement besoin de supports multimédias? Est-ce que l’apprentissage des fractions est plus efficace sur l’ordinateur de la pomme (Apple) que sur une vraie pomme? De plus en plus de recherches démontrent que les ordinateurs inhibent l’apprentissage plus qu’ils n’y contribuent, ou que les enfants ne retiennent pas mieux les informations et n’apprennent pas à mieux lire grâce aux logiciels éducatifs. Par ailleurs, les scientifiques auraient prouvé que les ordinateurs sont susceptibles de nuire au cerveau enfantin et altérer certaines de ses capacités. L’ironie de notre société progressiste bien-pensante se résume au fait que les producteurs de technologies si utiles et indispensables pour nos écoles et notre quotidien, envoient leurs enfants dans les écoles déconnectées, dans tous les sens du terme, du savoir du XXIe siècle et leur interdisent d’en abuser à la maison. Depuis longtemps les mastodontes de la Silicon Valley ont tout fait pour vendre leurs idées (lire produits) au système d’enseignement du monde entier qui est dorénavant persuadé de l’utilité des technologies dans l’apprentissage, tout en étant dépourvus des moyens pour s’offrir une simple bibliothèque.  Or, tous ces visionnaires-innovateurs brillants, pensent-ils vraiment à l’avenir de l’humanité et son évolution de l’intelligence ou à leur capitalisation boursière? Visiblement encore une fois (de plus) le marketing parfaitement ficelé et scellé cache les dessous de la nature humaine persistant à rester immuable tout le long de l’évolution darwinienne. »

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol