Archive pour le Tag 'incapable'

Les députés qui veulent gouverner la France incapables de gérer le budget de l’assemblée

Les députés qui veulent gouverner la France incapables de gérer le budget de l’assemblée

 

Il y a évidemment quelque chose de pathétique chez les députés qui prétendent gérer la France à coups de lois pour imposer les réformes et la rigueur alors que dans le même temps ils sont incapables de maîtriser le seul budget de l’Assemblée nationale. Un budget qui dérive et qui dégouline de partout. En raison d’investissements douteux comme   l’acquisition et l’aménagement de l’Hôtel de Broglie. Mais surtout du fait de    »la hausse des frais de secrétariat des groupes et des députés eux-mêmes » et « les charges de représentation de trois commissions » (Affaires étrangères, Finances et Défense). Pas étonnant quant une simple secrétaire de l’assemblée nationale touche un salaire de 6000 € ! Les députés eux mêmes se sucrent notamment en matière de retraites.  Sur une pension moyenne de 2 700 € net par mois servie par le régime spécial, 2 376 € ne sont pas payés par les principaux intéressés !!! Autrement dit, la retraite des parlementaires n’est pas soumise aux aléas économiques et démographiques comme les autres régimes de retraite par répartition, qui eux subissent de plein fouet la crise économique et la dégradation du ratio cotisants/retraités. la retraite moyenne culmine, atteint 2 700 € net par mois, les montants varient en fonction du nombre d’annuités cotisées à la retraite des députés. Des retraites financées en quasi totalité par la collectivité et non par les cotisations des députés. Pour 1 € de cotisation versé, la Caisse de retraite sert 6,1 € de retraite ! À titre de comparaison, un salarié qui cotise pour 1 € récupère 1,5 €. Les fonctionnaires, eux, dépassent péniblement les 2 €. En moyenne une retraite calculée sur la base de 5 années de cotisations (1 mandat) représente environ 1 100 € mensuel. Et encore, avant la réforme de 2010 il dépassait les 1 500 €. Un montant dont certains retraités ayant travaillé toute leur carrière pourraient se contenter puisque la retraite moyenne est de l’ordre de 1100 euros. . D’où lune des raisons du dérapage budgétaire de l’assemblée. Un  autre poste de dépenses, intitulé « Autres charges », explose également. Il passe à 16,60 millions, une hausse de 160%. Il s’agit de frais de comptabilité ou postaux mais aussi de l’équipement des députés et de leurs collaborateurs en ordinateurs et tablettes. Il faut également ajouter des frais de déplacement, en taxi notamment. Le journal pointe aussi « l’augmentation des voyages en avion et de leurs tarifs ». L’Assemblée devra puiser 47 millions d’euros dans ses réserves pour équilibrer son budget 2019. « (Une réserve évidemment constituée par les versements de la collectivité).

 

 

Une croissance incapable d’inverser la courbe du chômage

Une croissance incapable d’inverser la courbe du chômage

Les nouveaux chiffres de décembre concernant le chômage montrent  clairement l’incapacité totale de la croissance actuelle de la France à inverser la courbe du chômage. Sur l’ensemble de l’année 2015, 50 000 emplois seulement ont été créés alors qu’on a compté un solde 150 000 demandeurs d’emploi supplémentaire (avec notamment 800 000 jeunes nouveaux demandeurs d’emplois chaque année). Conclusion : le chômage augmente d’environ 100 000 chômeurs sur l’année. On constate certes une petite reprise économique en France mais elle est bien incapable de fournir les emplois suffisants aux nouveaux chômeurs comme aux anciens. Le chômage en France retrouve donc son record de 1994. D’une certaine façon la France s’est installée dans le chômage de masse depuis une trentaine d’années et même depuis la crise des années 70. Au cours des 30 dernières années on a toujours tourné autour d’un chômage proche de 10 % surtout si on tient compte des chômeurs non comptabilisés comme tels parce qu’ils bénéficient  d’une aide sociale spécifique. C’est à partir du premier choc pétrolier de 1973 que la France a commencé à s’engager dans un chômage structurel c’est-à-dire un chômage qui ne peut être éliminé par une croissance conjoncturelle. Fondamentalement ce qui est en cause c’est le manque de compétitivité de l’économie à partir des années 70 ; la productivité à reculé sous le double effet  de la hausse de la fiscalité et de l’inadaptation du marché du travail.  «On comprend cette hausse en observant la hausse des cotisations sociales des entreprises, du milieu des années 1970 au milieu des années 1980, et depuis 2008; la hausse continuelle du niveau de salaire minimum; la dégradation de la qualité du système éducatif; et l’absence de flexibilité du marché du travail et de réaction des salaires réels à la situation économique», résume le directeur de la recherche et des études de Natixis. Par ailleurs, depuis les années 1990, le chômage structurel augmente en même temps que les employeurs ne parviennent pas à pourvoir les postes vacants, parce que les chômeurs ne possèdent pas les qualifications requises pour les nouveaux emplois créés. De ce point de vue les mesures d’urgence (dont certaines cependant nécessaire décidée par François Hollande s’inscrivent dans une problématique de court terme. Pour le long terme il faudra surtout s’attacher aux conditions de l’employabilité des chômeurs, c’est-à-dire favoriser absolument le retour tour à l’emploi car l’évolution de la population active crée la richesse nationale. Le chômage de masse lui ne peut produire qu’une croissance indigente et un endettement abyssal.

Duflot : « Hollande incapable de changer de cap »

Duflot : «  Hollande incapable de changer de cap »

 

Duflot se lâche et met es pieds dans le plat «  Hollande est incapable de changer de cap ». Il y aura encore les mots, les synthèses vasouillardes mais pas grand-chose à attendre en matière d’actes. Dans un entretien à Libération vendredi, l’ancienne ministre du Logement, Cécile Duflot, déplore l’incapacité de François Hollande à changer de cap. « Depuis des mois, je réclamais un changement de cap. J’ai cru que la défaite obligerait l’exécutif à bouger », déclare-t-elle. Mais, selon l’ancienne ministre, « la seule réponse apportée a été un casting et l’affirmation, par le nouveau Premier ministre, de la continuité ». « J’ai dû en tirer les conséquences », poursuit-elle, car pour elle, « avoir un ministère de l’Ecologie sans ce changement de cap, c’est avoir un couteau sans lame ». « Etre ministre, ce n’est pas un titre, c’est avoir les moyens de changer les choses. Le choix était entre une social-orthodoxie et la social-écologie », précise Cécile Duflot. « Il faut passer aux actes ». Interrogée sur la capacité de François Hollande et Manuel Valls de réaliser la transition écologique, l’ex-ministre du Logement estime que « le temps n’est plus aux déclarations d’intention. Il faut passer aux actes ». Pour elle, il ne faut pas « tenter une énième synthèse au trébuchet entre le productivisme de Bercy et l’écologie ». « Choisir la social-écologie, cela veut dire ne pas seulement préserver un modèle obsolète, mais préparer un avenir intense en emplois, où l’on produit et consomme différemment », explique-t-elle. « Pour cela, il faut que l’objectif soit partagé, piloté par une équipe cohérente qui lui donne de la crédibilité » reconnaît Mme Duflot, ajoutant que sa décision de quitter son poste a été « douloureuse » mais « nécessaire ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol