Archive pour le Tag 'impuissante'

Offensive turque : la France impuissante et très timide

Offensive turque : la France impuissante et très timide

 

Au delà des discours des différents chefs d’Etat qui se sont succédés à l’Elysée, le décalage entre l’enflure du discours guerrier dans le champ international et l’action est flagrant ; Successivement les président ont survalorisé de la France dans la lutter contre les terroristes dans la cadre de l’alliance. En fait la France a toujours joué un rôle très marginal. Avec le départ, des américains de Syrie, le dénuement apparait au grand jour. En Syrie, le Premier ministre avoue lui-même que la France dispose de queues centaines d’hommes quand à l’appui aérien, il n’en parle même pas ; Il existe bien sur mais demeure complètement anecdotique par rapport a l’enjeu. La vérité c’est que la France, comme l’union européenne est complètement dépourvue de tout moyen de pression et d’action. Au-delà de la réponse diplomatique ferme apportée par les Occidentaux, la France dispose d’une marge de manœuvre limitée pour soutenir les Kurdes face à l’attaque turque. 

« Macron reçoit des Kurdes syriens et les assure du soutien de la France. » La dépêche ne date que d’avril dernier, pourtant la situation a bien changé à la frontière turco-syrienne. Le chef de l’Etat promettait alors un « soutien actif » de la France aux forces démocratiques syriennes contre Daesh.

Sauf que depuis mercredi dernier, à l’annonce du retrait des troupes américaines de la frontière, la Turquie est passée à l’offensive. Au prétexte de vouloir contrôler une bande de quelque 30km de large et 120km de long pour accueillir des réfugiés du côté syrien, Ankara a attaqué par les airs et par la terre les positions kurdes, majoritaires au sein des Forces démocratiques syriennes.

L’attaque turque a suscité l’indignation sur la scène française et internationale, les Kurdes étant des alliés dans la lutte contre Daesh. Ils surveillent notamment nombre de prisons où sont retenus des combattants étrangers de l’organisation terroriste, qui n’ont pas été rapatriés à la chute du califat.

Les Européens du Conseil de sécurité de l’ONU ont demandé l’arrêt de l’opération militaire, la France l’a condamnée « très fermement » puis a convoqué un conseil de défense restreint avec l’Allemagne dimanche soir. Est-ce le signe d’actions concrètes ou un aveu d’impuissance?

« Habituellement, quand un Etat-membre se précipite au Conseil de sécurité de l’ONU, c’est un mauvais présage. Cela veut souvent dire qu’il tente de cacher son impuissance derrière une position vertueuse devant les caméras », tançait vendredi dernier Gérard Araud, ancien ambassadeur en Israël, à l’ONU et aux Etats-Unis.

Incendies Amazonie : la pluie impuissante (experts)

Incendies Amazonie : la pluie impuissante (experts)

 

La  pluie selon les prévisions météo sera impuissant éteindre les très nombreuses incendies en Amazonie ou alors pas avant  octobre. Le dispositif militaire mis en place par le président brésilien sera bien insuffisant, tout au plus permettra-t-il de limiter les départs. Il faudrait environ 20 mm tout de suite et pendant une heure ou deux, ce qui n’est pas prévu avant deux mois. Il est clair que l’incendie d’une telle ampleur ne peut être éteint par les moyens classiques d’un seul pays d’ailleurs l’incendie est  en train de contaminer aussi la Bolivie. Seule une force internationale avec les moyens adaptés entre parenthèse (Canadair ou équivalent) serait en capacité de faire face à une telle ampleur. Notons que cette force  internationale serait aussi utile avec des moyens spécialisés selon  la nature des risques  pour intervenir en cas de catastrophe naturelle (tremblement de terre, éruptions volcaniques, inondations, tempêtes, pandémies etc.) Le nombre de feux qui se sont déclarés en Amazonie brésilienne sont en hausse de 80% depuis le début de l’année, selon les données de l’institut national de la recherche spatiale du pays, l’INPE, arrêtées au 25 août.

Les incendies ne se limitent pas au Brésil: au moins 10.000 km 2 (un million d’hectares) brûlent en Bolivie, près de la frontière avec le Paraguay et le Brésil.

Le déploiement de l’armée brésilienne dépêchée en renfort pour éteindre les feux ne sera efficace que pour les petits foyers et contribuer à empêcher de nouveaux incendies, affirment les experts. Les foyers les plus importants ne pourront être éteints que par les précipitations.

Or, la saison des pluies en Amazonie ne commence que fin septembre les pluies ne deviendront vraiment importantes que dans plusieurs semaines.

En outre, souligne Maria Silva Dias, professeure de Sciences de l’atmosphère à l’université de Sao Paulo, les précipitations prévues au cours des 15 prochains jours sont concentrées dans les zones qui en ont le moins besoin.

On attend moins de précipitations dans les régions de l’Amazonie qui connaissent les plus gros incendies, insiste-t-elle.

Une hausse des précipitations est attendue dans l’extrême nord-ouest et l’ouest de l’Amazonie brésilienne, mais la partie orientale restera très sèche, selon les données de Refinitiv.

Même les zones les plus arrosées ne connaîtront que des averses isolées, soulignent les experts.

“En certains endroits, certains feux pourront être éteints”, c’est vrai, mais ce sont des points isolés”, souligne Maria Silva Dias. “Il faut qu’il pleuve plus régulièrement dans toute la région, et cela ne se produira que plus tard, vers octobre.”

Elle estime les précipitations nécessaires à au moins 20 millimètres de pluie en une à deux heures pour éteindre un feu de forêt moyen.

L’État d’Acre, dans l’ouest du Brésil, est celui qui devrait être le plus soulagé par les pluies. Le nombre d’incendies dans cet Etat situé à la frontière avec le Pérou a plus que doublé cette année par rapport à l’an dernier. Sur la seule période du 21 au 25 août, 90 incendies ont été enregistrés.

On attend 57,6 mm de pluie dans la partie occidentale de l’État au cours des 15 prochains jours et 33,5 mm dans la partie est, selon les données Refinitiv, et entre 15 et 29 mm dans l’Etat de Rondonia et dans le sud de l’Amazonas.

“Dans certaines régions, cela pourrait réduire les incendies, mais pas en général”, estime Matias Sales, météorologue pour la société brésilienne d’information climatologique Climatempo.

L’Amazonie orientale restera au sec au cours des 15 prochains jours. Peu ou pas de pluie sont attendus dans certaines parties des Etats de Mato Grosso, Para et Tocantins où les incendies sont en nette augmentation.

La saison sèche a été particulièrement sèche cette année, notamment en raison d’un front froid dans le Mato Grosso, souligne Maria Silva Dias.

Croissance molle : La BCE impuissante

Croissance molle : La BCE impuissante

En dépit de la politique accommodante de la banque centrale européenne, l’union économique ne parvient pas à relancer la croissance et l’inflation. Pour la croissance,  il faudra sans doute s’habituer à une croissance molle pendant de nombreux mois voir plusieurs années, sans doute autour de à 1,3 % pour la croissance et de 0,3 % pour l’inflation annuelle. Cela démontre à l’évidence les limites d’une politique monétaire qui n’est pas articulée avec une politique budgétaire dynamique et avec des réformes structurelles. Toute la problématique tourne autour de la faiblesse de la demande. La banque centrale européenne a beau se montrer accommodante cela ne relance pas pour autant la demande de crédit destiné au seul investissement. Aussi bien des entreprises que des ménages.  La Banque centrale européenne semble donc avoir épuisé son arsenal pour relancer l’inflation dans la zone euro, montre une enquête Reuters publiée jeudi. La BCE a gonflé ses achats d’actifs pour les porter à 80 milliards d’euros mensuels, a offert aux banques des refinancements à bas coûts et a réduit son taux de facilité de dépôt à -0,4%. Malgré tout cela, les 60 économistes interrogés par Reuters s’attendent à voir l’inflation dans l’union monétaire plafonner à 0,3% cette année et 1,3% l’an prochain. L’objectif de la BCE d’une hausse des prix très légèrement inférieure à 2% ne devrait pas, selon eux, être atteint avant 2019, au plus tôt. Après un bon début d’année, la croissance en zone euro ralentit et devrait, selon l’enquête Reuters, se situer autour de 0,3% par trimestre jusqu’à la fin de l’année et de 0,4%, toujours par trimestre, l’an prochain. « Nos prévisions indiquent que la morosité de l’économie de la zone euro, qui paraissait s’estomper, va persister plus longtemps que ce à quoi nous nous attendions, ainsi que la BCE », écrit dans une note Paul Mortimer-Lee, économiste de marché chez BNP Paribas. « Plutôt qu’au Brexit, cela est dû à l’érosion de certains des facteurs temporaires qui ont stimulé la croissance cette année », ajoute-t-il. (Avec Reuters)

Fleur Pellerin impuissante face à la grève de Radio France

Fleur Pellerin impuissante face à la grève de Radio France

La ministre de la culture ne brille pas par sa capacité à gérer son ministère ( pas plus qu’elle ne brille par sa grande culture). Dans le conflit à Radio France, elle se montre bien impuissante se contentant de formuler des vœux. La ministre de la Culture Fleur Pellerin a en effet appelé de ses voeux lundi la fin de la grève à Radio France, qui en est à son 19e jour, tout en soulignant qu’elle n’avait pas à intervenir dans la gestion du dialogue social. « Il faut maintenant trouver une issue à ce conflit qui dure depuis trop longtemps », a-t-elle dit sur France Inter, qui a pu diffuser lundi une partie de ses programmes. Alors que les grévistes réclament une intervention de l’Etat, elle a indiqué que son rôle était de « travailler avec la direction sur un projet stratégique pour Radio France ». « Je n’ai pas à intervenir dans la gestion du dialogue social, a-t-elle ajouté, je suis là pour définir ce qu’est ma vision du service public radiophonique, définir ce que sont mes lignes rouges, j’en ai exprimées plusieurs la semaine dernière, définir aussi ce que je crois être les besoins de modernisation. »  Mais la préparation d’un projet d’entreprise revient selon elle au président de l’établissement public, Mathieu Gallet, qui dévoilera un plan stratégique mercredi lors d’un comité central d’entreprise extraordinaire. Il devrait annoncer à cette occasion un train d’économies qui s’accompagnera d’un plan de départ volontaires. Pour Fleur Pellerin, « l’emploi ne peut pas être la seule variable d’ajustement » des efforts nécessaires pour redresser la situation financière de Radio France. Un double discours finalement assez ambigu.  Si elle a exclu la suppression d’un des deux orchestres symphoniques du groupe, elle a estimé qu’il était possible de faire des économies sur leur « dimensionnement » et l’organisation de leur travail. La ministre a réclamé en outre le lancement d’ »un grand chantier de modernisation sociale parce que je considère qu’il y a aujourd’hui beaucoup de situations anormales.  Radio France constitue uen des exemples des gâchis financiers des entreprises publiques.  Il y a évidemment la réfection du bureau du PDG à 100 000 euros environ, aussi son contrat d’un million avec une société de communication dédiée à la gestion de son  » image personnelle », enfin le dérapage de la rénovation de l’immeuble de Radio France qui passe de 250 millions à 500. Il ya surtout des sureffectifs et des salaires de cadres démentiels : en moyenne autour de 5000 euros. En outre le déficit serait de l’ordre de 50 millions sur un budget de 6000 millions financé à 90% par le contribuable  y ceux nombreux qui n’écoute jamais radios France. D’un certain point de vue, la grève actuelle de radio France est à la fois suicidaire et complètement irresponsable. D’abord personne ou presque ne parle de cette grève qui ne gène pas grand monde compte tenu de innombrables autres sources d’information, ensuite cette grève permet de mettre en lumière les gaspillages de fonds publics. Dernier scandale pendant cette grève Radio France est presque muette alors qu’il n’y a que 10% de grévistes à Paris ! Un curieuse conception d’un service public dont par ailleurs on pourraiat se passer.  La Cour des comptes préconise la fusion des rédactions de Radio France et invite le groupe public à corriger des « défaillances » de gestion qui ne sont « pas acceptables » face à une situation financière critique. L’institution rend public mercredi un rapport sévère sur Radio France, pressé de « réviser en profondeur ses modes de fonctionnement », alors que l’avenir du groupe est au cœur d’une grève qui entrera dans son 14e jour consécutif. Le quotidien Les Echos ayant dévoilé une partie de ses préconisations, la Cour des comptes livre mardi dans un communiqué ses 18 pistes de réforme, notamment « la mutualisation dans le domaine de l’information et la création d’une rédaction unique », ainsi que la fusion des deux orchestres symphoniques du groupe..  En février, Les Echos rapportaient qu’un document de travail interne au groupe tablait sur un déficit de 50 millions d’euros en 2019 si rien n’était fait d’ici là pour rétablir les comptes de la Maison Ronde, dont le budget de rénovation a dérapé. Selon la Cour des Comptes, le chantier engagé en 2004 pour 262 millions d’euros devrait coûter plus du double (575 millions). « Radio France devra en tout état de cause réaliser un effort très significatif d’économies structurelles, impliquant d’importantes mesures de réorganisation », souligne l’instance. Sa gestion « souffre de défaillances qui ne sont pas acceptables pour une entreprise de cette taille et doivent donc être corrigées », ajoute-t-elle. Elle invite Radio France à s’inspirer de la mutation de la BBC en Grande-Bretagne ou de la RTBF en Belgique .

 

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol