Archive pour le Tag 'importants'

Energie et Ukraine : des chocs moins importants que précédemment ?

Energie et Ukraine : des chocs moins importants que précédemment ?

L’économiste Nicholas Sargen analyse, dans une tribune au « Monde », les conséquences du conflit entre la Russie et l’Ukraine sur l’économie mondiale et les marchés financiers. Il ne pense pas que la Fed modifierait sa politique en cas de flambée des prix du pétrole.

 

Tribune. 

 

Les marchés financiers étaient déjà devenus volatils en ce début d’année, les investisseurs réévaluant les perspectives d’une hausse de l’inflation et d’un resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

Aujourd’hui, les conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la réponse qui pourrait émaner des Etats-Unis et de l’OTAN ne font qu’accroître les incertitudes, de même qu’une forte baisse des marchés boursiers mondiaux.

Bien que personne ne puisse être sûr de la tournure que prendront les événements, l’histoire montre qu’à chaque conflit géopolitique, les marchés financiers réagissent le plus lorsque les prix de l’énergie montent en flèche et que la Fed et les autres banques centrales resserrent leur politique monétaire.

Ces enseignements ont été tirés des deux premiers chocs pétroliers.

La première flambée a eu lieu en 1973, lorsque l’OPEP a imposé un embargo pétrolier aux Etats-Unis en représailles à la fourniture par ces derniers d’armes à Israël lors du conflit israélo-arabe.

La deuxième a commencé au début de l’année 1979, lorsque le chah d’Iran a été renversé et que la production pétrolière de l’Iran a chuté, passant de 5,2 millions de barils par jour (Mb/j) à seulement 1,4 Mb/j en 1980, supprimant ainsi 6 % de la production mondiale.

Dans ces deux cas, les prix du pétrole ont quadruplé et la Réserve fédérale a considérablement augmenté les taux d’intérêt pour contrer l’impact de la hausse de l’inflation. Cela a eu pour conséquence une forte augmentation des rendements obligataires et des ventes sur les marchés boursiers qui ont accompagné les graves récessions de 1973-1974 et de 1982-1983.

En comparaison, les hausses ultérieures des prix du pétrole liées aux conflits entre les Etats-Unis et l’Irak, en 1990 et en 2003, ont eu des répercussions moindres sur l’économie et les marchés.

Cela s’explique, notamment, par le fait que le déficit d’approvisionnement en pétrole n’a pas été aussi important que lors des deux premiers chocs et que les augmentations de prix ont été plus faibles.

En outre, la Réserve fédérale n’a pas resserré sa politique monétaire à ces deux occasions, car l’inflation était maîtrisée. Dans ce contexte, la Fed a considéré la hausse des prix du pétrole comme une taxe sur les ménages et les entreprises qui affaiblirait l’économie.

Energie et Ukraine : des chocs moins importants que précédemment ?

Energie et Ukraine : des chocs moins importants que précédemment ?

L’économiste Nicholas Sargen analyse, dans une tribune au « Monde », les conséquences du conflit entre la Russie et l’Ukraine sur l’économie mondiale et les marchés financiers. Il ne pense pas que la Fed modifierait sa politique en cas de flambée des prix du pétrole.

 

Tribune. 

 

Les marchés financiers étaient déjà devenus volatils en ce début d’année, les investisseurs réévaluant les perspectives d’une hausse de l’inflation et d’un resserrement de la politique monétaire de la Réserve fédérale (Fed).

Aujourd’hui, les conséquences de l’invasion de l’Ukraine par la Russie et la réponse qui pourrait émaner des Etats-Unis et de l’OTAN ne font qu’accroître les incertitudes, de même qu’une forte baisse des marchés boursiers mondiaux.

Bien que personne ne puisse être sûr de la tournure que prendront les événements, l’histoire montre qu’à chaque conflit géopolitique, les marchés financiers réagissent le plus lorsque les prix de l’énergie montent en flèche et que la Fed et les autres banques centrales resserrent leur politique monétaire.

Ces enseignements ont été tirés des deux premiers chocs pétroliers.

La première flambée a eu lieu en 1973, lorsque l’OPEP a imposé un embargo pétrolier aux Etats-Unis en représailles à la fourniture par ces derniers d’armes à Israël lors du conflit israélo-arabe.

La deuxième a commencé au début de l’année 1979, lorsque le chah d’Iran a été renversé et que la production pétrolière de l’Iran a chuté, passant de 5,2 millions de barils par jour (Mb/j) à seulement 1,4 Mb/j en 1980, supprimant ainsi 6 % de la production mondiale.

Dans ces deux cas, les prix du pétrole ont quadruplé et la Réserve fédérale a considérablement augmenté les taux d’intérêt pour contrer l’impact de la hausse de l’inflation. Cela a eu pour conséquence une forte augmentation des rendements obligataires et des ventes sur les marchés boursiers qui ont accompagné les graves récessions de 1973-1974 et de 1982-1983.

En comparaison, les hausses ultérieures des prix du pétrole liées aux conflits entre les Etats-Unis et l’Irak, en 1990 et en 2003, ont eu des répercussions moindres sur l’économie et les marchés.

Cela s’explique, notamment, par le fait que le déficit d’approvisionnement en pétrole n’a pas été aussi important que lors des deux premiers chocs et que les augmentations de prix ont été plus faibles.

En outre, la Réserve fédérale n’a pas resserré sa politique monétaire à ces deux occasions, car l’inflation était maîtrisée. Dans ce contexte, la Fed a considéré la hausse des prix du pétrole comme une taxe sur les ménages et les entreprises qui affaiblirait l’économie.

Covid : nette de tendance à la baisse mais à des niveaux encore importants

Covid : nette de tendance à la baisse mais à des niveaux encore importants

 

La plupart des indicateurs indiquent  une très nette tendance à la baisse. Ainsi par exemple pour les contaminations, le chiffre a diminué de 100 000 en quelques jours (autour de 130 000 vendredis 11 février).

Une  baisse semble aussi  s’amorcer pour les hospitalisations (-15% sur la semaine écoulée), la pression reste encore forte à l’hôpital car le nombre de contaminations est encore important. Les décès, qui ont fortement augmenté depuis novembre, restent pour l’instant à un niveau très élevé, essentiellement chez des non vaccinés et des immunodéprimés. «Sur les sept derniers jours, l’épidémie a tué 2000 personnes», a relevé vendredi le premier ministre Jean Castex.

Covid école : vecteur important de la diffusion de la pandémie

Covid école :  vecteur important de la diffusion de la pandémie

 

 

L’envolée des statistiques n’est sans doute pas sans lien avec la rentrée scolaire. Officiellement on aurait enregistré près de 50 000 cas de contamination d’élèves et plus de 5000 cas de contamination chez les enseignants. Des chiffres très sous-estimés mais déjà suffisants pour montrer que l’école diffuse largement le virus. Alors que les enfants et enseignants sont très touchés par l’épidémie de Covid-19 depuis la rentrée, le virologue membre du Conseil scientifique, Bruno Lina,  explique que le variant Omicron est plus facile à transmettre, y compris auprès d’enfants qui étaient « moins sensibles » jusqu’ici. Rien d’étonnant à cela dans la mesure où les pouvoirs publics ont choisi la stratégie de diffusion du virus en espérant une immunité collective avant les élections présidentielles, soit un pari très risqué.

  »Vous avez besoin de moins de virus pour développer la maladie. Dans ces conditions, des personnes qui étaient probablement moins sensibles au virus, comme les enfants, aujourd’hui, deviennent capables d’être affectées de façon très efficace », a développé le virologue Bruno Lina, membre du Conseil scientifique.
Covid école :  vecteur important de la diffusion de la pandémie dans santé Covid dans santé
« Les enfants, comme énormément de la tranche d’âge de moins de 40 ans, participent de façon très importante à la diffusion du virus (…) on le voit car il y a de la transmission entre enfants et parents, et quelquefois, des foyers de transmission dans les écoles », a ajouté Bruno Lina.
  »Il est environ 80% plus transmissible », a-t-il détaillé à propos du variant Omicron, rappelant qu’il arrive à contourner les réponses immunitaires de ceux qui ont un schéma vaccinal incomplet, et que plus il se diffuse, plus son taux d’infectiosité augmente. « Malgré cette transmissibilité accrue, toutes les mesures d’hygiène sont efficaces », a insisté Bruno Lina.

Jeudi, le taux d’incidence a dépassé en France les 2000 pour la première fois. En tout, une personne sur 50 a été testée positive sur les sept derniers jours.

Brésil : deux ministres importants démissionnent

Brésil : deux ministres importants démissionnent

Selon deux sources gouvernementales, le chef de la diplomatie Ernesto Araujo, a choisi de démissionner du fait de difficultés pour conclure des contrats pour obtenir des vaccins contre le coronavirus, tandis que le ministre de la Défense, Fernando Azevedo Silva, a quitté ses fonctions de manière inattendue.

Ernesto Araujo, fidèle allié du dirigeant d’extrême droite, était sous pression depuis des semaines, ce qui n’était pas le cas Fernando Azevedo Silva, dont l’avenir ne faisait l’objet d’aucune spéculation.

Ces démissions interviennent après que Jair Bolsonaro a limogé plus tôt ce mois-ci le ministre de la Santé, Eduardo Pazuello, qui avait supervisé l’essentiel de la lutte contre l’épidémie de coronavirus. Le général était critiqué pour la lenteur et les failles de la campagne de vaccination.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol