Archive pour le Tag 'Immobilier neuf'

Immobilier neuf : chute de 18% sur un an

Immobilier : chute de 18% sur un an

Les mises en chantier de logements neufs en France ont poursuivi leur dégringolade au premier trimestre, chutant de 11,2% à 83.929 unités comparé à la même période de 2012, selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi.  Le nombre de permis de construire accordés pour des logements neufs a en revanche augmenté de 5,5% au cours de la même période, à 129.499 unités.  Sur douze mois (avril 2012 à mars 2013), la baisse des mises en chantier est plus marquée, de -18,0% à 335.900 unités. Durant la même période, les permis de construire pour des logements neufs ressortent pour cette fois en baisse de 6,2% à 502.300 unités.  Le recul marqué des mises en chantiers entre janvier et mars affecte tous les secteurs du logement, que ce soit l’individuel (-14,5%) ou le collectif (-5,6%).

 

Immobilier neuf: recul de 22%

Immobilier neuf: recul de 22%

Les mises en chantier de logements neufs en France ont chuté de 22% à 77.113 unités sur la période décembre 2012-février 2013, comparée à la même période un an plus tôt, selon les statistiques du ministère du Logement publiées mardi.  Le nombre de permis de construire accordés pour des logements neufs a également reculé de 13% au cours de la même période, à 101.835 unités.  Le recul des mises en chantier s’accentue puisque sur douze mois, de mars 2012 à février 2013, le nombre s’inscrit en baisse de 19,6% à 295.345 unités.  La même tendance prévaut pour les permis de construire accordés pour des logements neufs, dont le nombre sur douze mois est en repli de 7,4%, à 430.364 unités.  La situation est particulièrement critique pour les maisons individuelles, dont les mises en chantier ont plongé de 24,8% à 24.590 unités au cours des trois derniers mois (décembre 2012-février 2013), comparés à la même période l’an dernier.

Immobilier neuf : -30% ; motifs : trop chers

Immobilier neuf : -30% ; motifs : trop chers

 

Cette fois l’alerte des promoteurs est pertinente ; l’immobilier neuf s’écroule, près de 30% en moins sur 2012. En cause, les prix : trop chers ; Les critères de solvabilité sont trop difficiles a atteindre par nombre de candidats acheteurs, notamment les primo accédants. Le risque est grand de voir le secteur subir un véritable désastre industriel et social.» Président de la FPI (Fédération des promoteurs immobiliers), François Payelle a poussé un véritable cri d’alarme jeudi. Il faut dire que les ventes de logements neufs se sont effondrées l’année dernière. Seulement 73.700 appartements ou maisons en village ont trouvé preneur. 28% de moins qu’en 2011. Et la situation ne devrait pas s’améliorer cette année. «Janvier a été très mou, confie François Payelle. Nous allons essayer de défendre la ligne Maginot des 70.000 logements neufs cette année.» Si les ventes se portent mal, c’est que le prix des appartements neufs ne baisse pas malgré la crise. En 2012, ils ont même augmenté de 0,9%, après une hausse de 7% l’année précédente. Curieux alors que, dans l’immobilier ancien, les tarifs sont en recul depuis un an. Les promoteurs rejettent en partie la responsabilité du phénomène sur les banques.  Si les promoteurs immobiliers n’attendent pas un redressement des ventes cette année, c’est aussi que pas mal d’interrogations demeurent. D’abord, la progression du chômage décourage beaucoup d’acheteurs potentiels. Ensuite, le PTZ + (prêt à taux zéro) – même recalibré par le gouvernement Ayrault – ne resolvabilise pas suffisamment les ménages aux faibles revenus. «Duflot a fait en sorte que les acheteurs appartenant au premier décile (les moins fortunés, NDLR) bénéficient d’un différé d’emprunt supérieur à dix ans, souligne Alexandra François-Cuxacc, vice-présidente de la FPI. Il faudrait étendre cette mesure au deuxième et troisième déciles.» Entrée en application en janvier, la loi Duflot qui s’adresse à ceux qui achètent un logement pour le louer suscite aussi des questions. «Les plafonds de loyers, situés 20% en dessous des prix du marché, peuvent être diminués localement par le préfet. Espérons que cela ne sera pas souvent le cas», déclare François Payelle qui pense raisonnable l’objectif de 40.000 logements vendus en 2013 grâce à ce dispositif. Dans ce contexte, les promoteurs verraient d’un bon œil le retour dans le logement des assureurs-vie-contraints-forcés par le gouvernement. «Cela pourrait permettre de vendre 30.000 à 40.000 logements supplémentaires», estime François Payelle.

 

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

Immobilier neuf : la chute des ventes

Immobilier neuf : la chute des ventes

 

Baisse  25% des ventes des promoteurs au troisième trimestre et un plongeon de 20% des permis de construire en octobre, signe que l’année 2013 ne sera pas meilleure par rapport à 2012. « Désormais la question est de savoir si 2014 verra une reprise », affirme Michel Mouillart, professeur d’économie à l’université Paris-Ouest et spécialiste du secteur, interrogé par l’AFP.  Les chiffres publiés par le ministère du Logement sont encore plus mauvais que ceux des mois précédents et éloignent de l’objectif de 500.O00 logements neufs par an, fixé par François Hollande, qui permettrait de combler le déficit d’habitations dans les régions les plus dynamiques économiquement (IDF, Rhône-Alpes, Paca).
Ainsi les ventes de logements neufs (20.500) par les promoteurs ont chuté de 24,9% au troisième trimestre par rapport à la période correspondante de 2011, les acheteurs potentiels étant inquiets de la détérioration de la situation économique et effrayés par les prix élevés. « Il s’agit du plus mauvais troisième trimestre depuis 2008, année de la crise des subprimes », souligne M. Mouillart. De plus, malgré l’abandon de l’avantageux dispositif « Scellier » à la fin de l’année, mais qui a été fortement réduit par rapport à 2011, le quatrième trimestre devrait enregistrer une forte baisse par rapport à celui de l’an dernier qui avait vu les investisseurs se ruer pour acheter des logements pour les louer. Le paradoxe est que les prix ne fléchissent pas malgré cette crise de mévente. Le prix moyen du m2 pour les logements en immeubles collectifs progresse ainsi de 0,9% au troisième trimestre par rapport à la période correspondante de l’an dernier, selon le ministère. Le président de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) François Payelle avait prédit le 15 novembre que l’année 2012 serait la plus mauvaise depuis 17 ans en termes de ventes et que 2013 ne serait pas meilleure. Les maisons individuelles touchées également Même pessimisme du côté des constructeurs de maisons individuelles. Le président de l’Union des maisons individuelles (UMF) Christian Louis-Victor a indiqué à l’AFP que les ventes de ce secteur en 2012 (125.000) seraient inférieures de près de 17% à celles de 2011. Les estimations pour 2013 (110.000) enregistreraient même encore une baisse de 12% par rapport à l’année précédente, ce qui entrainerait une chute de 25% en seulement deux ans. Très loin de l’année 2007 (187.000), sans parler de la période de prospérité du secteur, au début des années 1970, où 250.000 maisons individuelles partaient comme des « petits pains » chaque année. Pour les mises en chantier de logements neufs, aussi bien privés que sociaux (69.001 entre août et octobre 2012), la chute est également brutale, avec un repli de 21,0% par rapport à la même période de 2011. Sur l’ensemble de l’année 2012, le total devrait tomber sous la « barre » des 310.000 contre 378.600 en 2011, estime M. Mouillart. Encore plus inquiétant pour l’avenir: sur les trois derniers mois considérés (août à octobre 2012), le nombre de permis de construire déposés marque un recul de 6,9% par rapport à la même période de 2011. Le seul mois d’octobre enregistre un plongeon de 28,6%, « ce qui est considérable car on n’avait pas vu une chute d’une telle ampleur pour un mois d’octobre depuis 1986 à l’exception de 2008″, selon M. Mouillart.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol