Archive pour le Tag 'il est bien le seul !'

Croissance, impôts : Hollande optimiste, il est bien le seul !

Croissance, impôts : Hollande optimiste, il est bien le seul !

 

Hollande seul au monde face à la Syrie et seul au monde aussi face à la crise. Pourtant il est optimiste Don Quichotte. La croissance sera plus forte que prévu en 2014 (alors qu’on ne sait même pas s’la reprise aura bien lieu en en 2013) et la baisse des imports interviendra plus tôt que prévu. En faiat le ralbol fiscal faiat son effet et Hollande torture les chiffres de la croissance pour faire semblant d’accepter une pause fiscale (qui n’est  certainement pas pour ). François Hollande se montre plutôt optimiste pour la croissance économique en France l’an prochain et a annoncé « une pause » dans la hausse des prélèvements obligatoires. Dans un entretien au quotidien Le Monde publié vendredi, le chef de l’Etat déclare: « Je gage que nous pourrons revoir légèrement à la hausse la prévision de croissance pour 2014. » La prévision officielle de croissance du gouvernement français pour l’an prochain était jusqu’ici de 1,2%, un niveau inscrit dans le programme de stabilité remis au printemps à la Commission européenne et sensiblement au-dessus du consensus des économistes. Mais l’Elysée a confirmé à Reuters une précision donnée aux Echos, à savoir que François Hollande avait voulu signifier que la croissance 2014 serait supérieure à 0,8%, un chiffre sur lequel le gouvernement travaillait jusqu’ici et conforme aux dernières prévisions du Fonds monétaire international (FMI). Les économistes interrogés par Reuters en juillet attendaient en moyenne une croissance de 0,6% en France en 2014. Reprenant à son compte la prévision du FMI, le ministre de l’Economie, Pierre Moscovici, avait déclaré fin juillet que « notre objectif, c’est 0,8% », précisant toutefois que le gouvernement n’avait pas arrêté pour autant sa prévision de croissance pour le projet de loi de finances 2014. François Hollande ajoute dans l’entretien au Monde que « grâce à l’engagement de substantielles économies, le temps est venu de faire -plus tôt qu’il n’avait été prévu- une pause fiscale ». « C’est pourquoi l’option de la CSG a été écartée » dans le cadre de la réforme des retraites annoncée mardi « et que le barème d’impôts sur le revenu sera réindexé », poursuit-il.

 

2013 : Draghi (BCE) confiant ; il est bien le seul !

2013 : Draghi (BCE) confiant ; il est bien le seul !

 

Draghi est plus confiant qu’il y a un an ! De quoi être surpris car la zone euro est entrée en récession et y demeurer en 2013 ; le chôme est à des niveaux record et les prévisions budgétaires devront être revus en l’absence de rentrées fiscales attendues. Donc tout va bien, va mieux en tout cas pour Draghi qui se félicite de la maîtrise de l’inflation laquelle n’est due qu’a la baisse générale de la demande. La zone euro peut aborder 2013 en étant plus confiante que l’an passé mais il appartient aux pays de lui donner de l’élan par les réformes, tandis que la Banque centrale européenne veille à la stabilité des prix, a déclaré mardi le président de cette dernière Mario Draghi. La promesse faite en juillet par Mario Draghi de tout faire pour préserver l’euro et le nouveau programme d’achats obligataires qui suivit permirent à la zone euro d’échapper à la menace d’un éclatement. L’engagement pris l’an passé par les autorités monétaires des 17 pays de la zone euro d’assurer la stabilité de l’euro fait que « les nuages les plus sombres se sont éloignés de la zone euro » en 2012, a dit Mario Draghi, à l’occasion d’un discours prononcé pour la nouvelle année. « Nous abordons 2013 avec plus de confiance que nous n’en avions en janvier un an auparavant », a-t-il dit à la Chambre de Commerce de Francfort, ajoutant rapidement que la BCE était concentrée sur son objectif de stabilité des prix. « Cette confiance repose dans une large mesure sur les progrès que nous tous, gouvernements, parlements, Union européenne et BCE, avons pu réaliser en 2012″, a-t-il poursuivi. « Mais cela repose également, et de manière primordiale, sur les anticipations de voir ces progrès persister ». « Pour ce qui la concerne, la BCE continuera, comme elle l’a fait avec succès depuis maintenant 14 ans, de préserver la stabilité des prix ». Mario Draghi a admis que les réformes entreprises par bon nombre de pays de la zone euro étaient délicates. « Mais il se trouve qu’il n’y a pas d’autre choix que la réforme », a-t-il souligné, mettant l’accent sur la nécessité de ne pas relâcher les efforts en la matière. « Le calme relatif des marchés financiers ne doit pas nous pousser à altérer notre ambition de réparer les défauts structurels du régime de gouvernance de la zone euro ».

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol